L’école vaudoise tue-t-elle l’apprentissage?

C’est une vérité bien connue : la prim’ sup’ a fait la richesse du canton de Vaud en son temps. Mais depuis des décennies, sous l’influence de la réforme communiste de l’école en France et malheureusement déjà sous le règne de chefs de département radicaux, l’école vaudoise est devenue la proie du « tout à l’université ».

Une ou deux générations sacrifiées

Un snobisme gauchiste stupide – accrédité, à vrai dire, par une certaine droite à courte vue – considère que l’avenir ne peut sourire qu’aux universitaires. Alors on trompe depuis des années les enfants sur leur compétence réelle. On envoie des troupeaux à l’université qui doit consacrer souvent une première année de cours à l’enseignement de connaissances de base (rédaction, français, orthographe), gaspillant ainsi l’argent public déjà gaspillé abondamment pendant la première année de gymnase, voire pendant les années d’école obligatoire, à force de vouloir nier les différences de rythmes d’évolution et de formes d’intelligence des enfants. Le mensonge généralisé en ce qui concerne les aptitudes, les classes à deux niveaux qui doivent se substituer à deux filières et pourraient passer à trois niveaux pour n’assurer qu’une seule  filière – sottise chère à une certaine gauche depuis les années quatre-vingt (voir “une meilleure école pour tous » rejetée en son temps par les Vaudois) – exigeant des prouesses d’horaire et des kyrielles d’enseignants, des manuels scolaires non utilisés et souvent remplacés par des piles de feuilles volantes, tout cela, malgré le dévouement de bien des enseignants, débouche sur une jeunesse sacrifiée, déboussolée, blasée, amère (il y a évidemment toujours des exceptions !).

Honorer l’intelligence pratique et non pas seulement l’intelligence abstraite

Quand osera-t-on de nouveau dire qu’un métier manuel exige autant d’intelligence qu’un métier intellectuel mais sous une autre forme ? Quand respectera-t-on de nouveau les rythmes évolutifs différents des enfants en permettant éventuellement de refaire une classe, puis en prévoyant des passerelles pour le rattrapage de ceux qui ont été plus lents ? Quand donnera-t-on leur chance aux enfants en fonction de leurs capacités et non pas en fonction des dogmes politiques ? L’école vaudoise a besoin d’un sérieux coup de balai, et la politique scolaire d’un tsunami si l’on veut sauver l’avenir …. des jeunes.

 

Les candidatures bidons

Grande excitation médiatique et parlementaires au sujet du successeur de M. Burkhalter. De l’avis général, il serait opportun d’élire un Tessinois et le candidat idéal à beaucoup de points de vue, pour les électeurs parlementaires, serait M. Cassis ; malheureusement, il a deux graves défauts : il est très proche des milieux des assureurs maladie et il n’est pas une femme. En fait, si le premier défaut peut être une qualité – car il ne serait pas mauvais qu’un conseiller fédéral ait été éventuellement très au fait du monde des assurances maladie – le second est gênant. En effet, il serait élégant d’offrir un « ticket » égalitaire. Or on sait que toute candidature non tessinoise a peu de chance en ce moment et il semble que le nom féminin tessinois envisagé soit nettement moins crédible que celui de M. Cassis, d’où d’ailleurs son abandon par la section tessinoise.

Vaud et Genève à la rescousse

Alors on songe éventuellement à deux candidates vaudoises et à un candidat genevois. Les deux candidates vaudoises n’ont pratiquement aucune chance, bien que femmes, vu que le canton de Vaud est déjà représenté par M. Parmelin, et quand bien même le principe d’une double représentation cantonale est admis ; quant au candidat genevois, « ancien vrai libéral », il n’a absolument aucune chance. Il est clair que M. Maudet, radical de toujours, n’a pas intérêt à se sacrifier maintenant, car il hypothéquerait son avenir. On attend donc avec curiosité – et un peu de tristesse – de voir quelles candidatures bidons le PLR va présenter et qui seront les victimes courageuses de cette noce à Thomas.

Afin de respecter les chances réelles des candidats, il eût mieux valu que M. Burkhalter attendît 2019 et des élections générales pour démissionner ! Mais la démission en cours de législature garantit mieux le siège au « vrai » candidat du Parti !

Une mère au foyer travaille

L’annonce du succès de la récolte de signatures de l’initiative pour un congé paternité ouvre les vannes des habituelles idioties relatives à la notion de « travail des femmes ».

Selon la terminologie à la mode, le parent à la maison, et tout spécialement la femme ou la mère, qui s’occupe du ou des enfants, de toute la gestion du ménage, ne « travaille » pas, il accomplit des tâches. Ces tâches, d’ailleurs, il s’agit de les liquider le plus rapidement possible en mettant son enfant dans une crèche ou éventuellement chez les grands-parents, pour que les mères « retournent au travail ». Ce n’est pas moi qui le dis, c’est 24H du 4 juillet, en p. 3 : « L’initiative sur le congé paternité permettrait non seulement d’installer les hommes dans leur rôle de père, mais aussi de favoriser le partage des tâches et le retour des mères au travail ».

« En moyenne, un homme passe par semaine 12, 3 heures de plus que les femmes au travail » (d’où la justification des différences salariales sans doute, a-t-on envie d’ajouter !)

Sauf le passage entre parenthèses, c’est toujours 24 H qui le dit, dans son édito.  En résumé, c’est le fin moment que les hommes aient congé, donc « travaillent » moins pour qu’on puisse enfin renvoyer ces « flemmes » (ça, c’est moi qui le dis, pour traduire un ressenti douloureux) de femmes au travail !

Quand je lis des inepties pareilles, je suis révoltée et ce d’autant que les deux passages cités ci-dessus sont dus à la plume d’une femme.

La vraie portée d’un éventuel congé paternité

Qu’un père ait quelques jours de congé professionnel pour aider son épouse au retour de la clinique et s’installer avec elle dans le rôle de parents, ou pour partager son travail au foyer si la famille a déjà un ou plusieurs enfants, c’est assurément souhaitable. Mais de grâce, qu’on cesse de sous-entendre qu’une mère au foyer ne travaille pas et qu’on abandonne ces commentaires insultant pour les femmes et les mères, voire pour les parents qui assument pleinement la responsabilité de leurs enfants !

 

Une nouvelle machine à Tinguely

La Confédération a mis en consultation, jusqu’au 31 octobre de cette année, un projet de « loi sur le soutien à l’institution nationale des droits de l’homme ».

On ne s’était pas encore aperçu, dans le public, que cette institution – « entre l’Etat et la société civile » – avait été créée, à titre d’essai, sous forme d’un projet pilote provisoire, depuis 2011. Il va de soi que ce projet à l’essai devrait être transformé en une institution définitive, à loger dans une haute école, occuper un certain nombre de personnes qui pourront tourner comme des hélices, faire des rapports et participer à des activités internationales toujours très recherchées par des politiciens à la retraite ou en mal de notoriété.

Cette institution nationale aura pour mission de « protéger et promouvoir les droits de l’homme ». Selon la lettre de consultation des autorités fédérales, « cela fait bientôt vingt ans que la création d’une institution des droits de l’homme (INDH) correspond à une demande de différents acteurs en Suisse comme à l’échelle internationale ». On se demande bien qui sont les « différents acteurs ». Mais le Rapport explicatif du Conseil fédéral précise : « Dans les États possédant une structure fédérale, la fonction de plateforme de l’INDH revêt une signification particulière, car elle contribue à une meilleure compréhension et une meilleure collaboration des différents niveaux de l’État fédéral ».

Joyeux blabla ! Qui a constaté son effet positif sur le fédéralisme ? En fait, il s’agit, pour l’instant, de fournir des rapports et expertises à la Confédération contre paiement – ce que pourraient parfaitement faire l’Institut suisse de droit comparé ou l’Institut du fédéralisme, déjà existants.  Ce n’est donc pas un service à la population. C’est juste une machine à Tinguely réclamée au niveau fédéral.

Les partis politiques, les milieux de toute espèce puis les parlementaires seront-ils assez raisonnables pour refuser de pérenniser le projet pilote, même si cela correspond à un souhait de l’ONU et allume la convoitise les hautes écoles du pays ?

 

Du mauvais usage de l’anti-machisme par certaines féministes

L’émission Infrarouge du 21 juin était précédée du film remarquable réalisé au sujet du viol des deux jeunes femmes belges sur un plage de France il y a quelques années. La discussion qui a suivi était très peu intéressante, à part les interventions de Mme Myret Zaki, et j’ai coupé rapidement l’émission. Mais le sujet abordé incite à un certain nombre de réflexions en relation avec deux autres événements actuels : l’affiche – pour le moment censurée – représentant Simone de Beauvoir, nue, de dos, et les défilés de certaines féministes, éventuellement dépoitraillées, portant panneaux avec représentation de vagins et de clitoris, au nom de je ne sais quelle émancipation ou égalité.

 Subordonner le placardage de l’affiche de Simone de Beauvoir à une autorisation est une marque de respect de la personne

La mode actuelle est au nu public. Ce n’était pas le cas du temps de Mme de Beauvoir. Il est donc élémentaire de ne pas utiliser pour de la publicité une photo que le modèle n’eût pas voulu voir sur les murs, et que des proches éventuels ne souhaitent pas non plus contempler à chaque coin de rue. On ne peut déjà qu’en déplorer la présentation à la télévision.  Que Simone de Beauvoir en ait connu l’existence et n’en ait pas immédiatement exigé la destruction ne signifie pas pour autant qu’elle ait souhaité que le monde entier la vît. Le respect de sa personne exige de la retenue.

Quand des féministes se promènent plus ou moins nues ou/et portant des panneaux avec des organes féminins géants, elles font beaucoup de mal

Pensent-elles un seul instant au malaise et au dégoût qu’elles provoquent chez bien des femmes et des adolescents des deux sexes ? Pensent-elles à l’excitation qu’elles génèrent chez les machistes malades ou déséquilibrés ? Parce qu’il y en a hélas ! toujours eu et il y en aura toujours. Il est étonnant qu’on nous recommande de fermer soigneusement à clé nos logements et nos voitures et de ne pas laisser nos sacs et ordinateurs dans nos voitures pour ne pas tenter les voleurs et qu’on ne se rende pas compte que la débauche d’images sexuelles dont se repaît notre société est une tentation constante pour les déséquilibrés sexuels.

Notre époque d’infantilisme sexuel est aussi déplorable que celle de la pudibonderie religieuse. On a simplement passé d’un fétichisme à un autre sautant à pieds joints l’indispensable respect des personnes.

Le 23 juin 2017

 

L’adoption n’est jamais comparable à la procréation assistée

Les réactions à l’article de mon blog, intitulé « vétérinaire pour enfants » a mis en évidence la confusion – volontaire ou non – entre adoption et procréation assistée avec don anonyme de sperme. Or il n’y a aucune ressemblance entre ces deux actions.

L’adoption est l’acte par lequel on cherche à donner à un enfant déjà né mais privé de l’un de ses parents, voire des deux, un nouveau parent ou un nouveau père et une nouvelle mère. C’est en principe un acte généreux.

Fabriquer un orphelin

La procréation médicale assistée qui consiste, dans certains pays, en l’insémination d’une femme par du sperme de donneur anonyme équivaut à la fabrication volontaire d’un enfant orphelin de père. C’est un acte dicté même inconsciemment par le sentiment d’un droit à l’enfant.

La même remarque vaut d’ailleurs en cas de don d’ovule anonyme pratiqué également dans certains pays. On fabrique alors volontairement un enfant orphelin de mère.

Le sommet de l’irresponsabilité est atteint quand on se fait fabriquer un enfant avec don anonyme de sperme et d’ovule et, le cas échéant en ajoutant une mère porteuse, comme le permettent certains Etats. On fabrique alors volontairement un enfant orphelin.

La création volontaire d’enfants orphelins de père, de mère, voire de leurs deux parents n’est jamais justifiée même par le désir de les adopter une fois qu’ils seront nés.

C’est toujours une chosification de l’enfant ou son assimilation à un simple animal.

 

Le 20 juin 2017

Je crains les Chinois même quand ils portent des cadeaux…

La Chine est un partenaire commercial alléchant à qui les pays européens font la courbette pour s’assurer des conditions de marché favorables. En échange, mais évidemment sans que cela apparaisse comme une clause du contrat, les mêmes États (notamment la France et la Suisse) évitent de recevoir le Dalaïlama de manière trop officielle, car cela « indispose » l’excellent partenaire communiste. « Le Temps » de ce 19 juin rappelle la chose, précisant que la Russie fait de même, l’Afrique du Sud également et que même le pape François se laisserait impressionner. Il est évident que céder à ce chantage est totalement incompatible avec un minimum d’éthique. Certes, puisque le Dalaïlama a renoncé à ses fonctions politiques (c’est aussi « le Temps » qui le rappelle opportunément), il n’y a aucune raison de le recevoir avec la pompe réservée aux chefs d’État, mais il y a dès lors mille raisons de plus de l’accueillir dignement en sa qualité de chef religieux, au nom de la liberté religieuse et du dialogue interreligieux, ce que la Chine n’admet pas non plus.

Dès lors, que penser des promesses chinoises quand la Chine achète une entreprise suisse ?

Interrogé l’autre jour par la RTS sur l’application, par la Chine, dans une entreprise suisse rachetée, des règles de responsabilité sociale helvétiques, un responsable chinois a répondu que l’on se faisait une idée fausse de la Chine, que celle-ci avait maintenant de véritables entrepreneurs et qu’il fallait donc s’habituer à la culture chinoise.

J’ai senti un frisson courir le long de ma moëlle épinière. La réponse était franche : nous appliquons nos méthodes où et quand nous voulons. Nous savons ce que nous faisons et vous n’avez qu’à assumer les conséquences de votre vénalité. C’est le plus fort qui dicte les règles.

Timeo Danaos !……

 

Vétérinaire pour enfants

La RTS présentait l’autre jour un couple de deux femmes entourant « leur » enfant qu’elles avaient acheté à l’étranger en faisant inséminer – pour un coût certain – l’une d’elles par le sperme d’un donneur anonyme, ce que notre pays – où règne encore une certaine éthique – ne permet pas. Ces deux femmes affirmaient qu’elles souhaitaient avoir bientôt un 2e enfant et, par conséquent, renouveler l’expérience.

La RTS rapportait aussi que les donneurs anonymes – toujours à l’étranger (Espagne, par exemple) – expliquent que, n’ayant pas d’enfant à eux, ils se réjouissent à l’idée de laisser une trace d’eux-mêmes grâce à leur don de sperme. Et puis on nous montrait que la commande de sperme à l’étranger se faisait aisément sur internet au moyen de questionnaires où l’on pouvait choisir, par exemple, la couleur des yeux du donneur, etc… Tout ceci m’a fait souvenir de la fameuse affaire des montbéliardes qui avait défrayé la chronique dans mon enfance : il s’agissait d’un trafic de semences de taureaux français par le Jura. Décidément, l’histoire est un perpétuel recommencement avec une simple adaptation à l’évolution de la science ! Autrefois, des vétérinaires ensemençaient des vaches avec de la semence importée en fraude de l’étranger pour améliorer la race bovine ; aujourd’hui, des femmes vont, en fraude, se faire ensemencer à l’étranger par des médecins après avoir choisi le mâle producteur sur catalogue. Comme l’écrivait Rabelais, « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. »

La France menacée d’une nouvelle “Terreur”?

La France va-t-elle vivre une grande « purification politique » ? Ce ne serait pas directement à M. Macron qu’elle le devrait, mais à ces Robespierre et St Just fouineurs qui, sous « couvert de transparence » (oxymore !) livrent à la guillotine de l’opinion publique tous ceux qui ont, à ce jour, pu tirer avantage du système politique français en vigueur jusqu’à présent.

Bon ! On a remisé la guillotine pour la remplacer par la dénonciation sur les ondes et dans toutes les formes de média. C’est une méthode moderne d’exécution capitale. Le fétichisme de la pureté a notamment pour caractéristique la rétroactivité des règles de droit. Il faut punir selon les lois nouvelles les actions passées.

Vaste sujet de réflexion philosophique greffée sur l’axiome selon lequel l’homme serait naturellement bon, mais corrompu par la société.

Rousseau plus dangereux et plus trompeur que jamais

Je n’ai jamais compris comment, depuis que Pasteur avait prouvé qu’il n’y avait pas de génération spontanée, une société composée d’hommes naturellement bons pouvait faire naître  la corruption.

C’est bien la preuve qu’il y a aussi du mal en l’homme et que toute la recherche de règles pour la vie en société devrait tendre à favoriser les qualités plutôt que les défauts. C’est peut-être ce que le système politique français avait négligé depuis quelques années et que M. Macron essaie de faire avec la loi Bayrou. Mais ce n’est certainement pas ce qu’a réalisé la Terreur, en son temps, ni sa nouvelle forme médiatique actuelle. Parce que les “incorruptibes de la Terreur” flattaient en réalité les plus bas instincts populaires.

Décidément, ainsi que le dit la sagesse populaire : « l’expérience, c’est comme la brosse à dents, ça ne sert qu’à une seule personne » !

 

 

Chasse aux sorcières au CHUV

« Cela se passe le 13 de chaque mois à 19h30, à la chapelle du CHUV… depuis au moins une dizaine d’années », nous apprend le Temps du 27 mai. « Des croyants intégristes » sont invités à se rendre dans la chapelle du CHUV pour y prier pour « les crimes de l’avortement. ». « Des mesures sont annoncées… le service de sécurité a reçu l’instruction de fermer la chapelle le 13 du mois entre 19 et 20h ». « L’avortement est un droit… En tant que service de l’Etat, nous défendons la loi et ne voulons pas de prosélytisme dans nos locaux », dit le directeur, M. Leyvraz.

Quel prosélytisme ?

Cela fait dix ans que personne n’avait été dérangé par la prière de quelques croyants opposés à l’avortement puisqu’on en ignorait l’existence. On ne se souvient pas d’ailleurs d’avoir vu des manifestations au CHUV, à cause d’eux ; pourquoi est-ce que, tout à coup, la chapelle devrait être interdite à ces personnes-là ?

Le vrai danger ne viendrait-il pas d’intégristes pro-avortement ?

Découvrant tout-à coup l’existence de ces croyants – rattachés à Ecône ! Voilà le crime ! – les intégristes pro-avortement seraient-ils, eux, prêts à en venir aux mains pour affirmer leur credo abortif ? Est-ce de leur intégrisme que l’on se protège en punissant les autres ?

La loi ne supprime pas la question morale

L’avortement pose un problème moral important à certaines personnes. A notre connaissance, un médecin n’est d’ailleurs jamais tenu d’y procéder. Il doit toutefois informer une patiente de la possibilité légale de recourir à un avortement et lui indiquer éventuellement un confrère.

Les dispositions du code pénal relatives à l’avortement et à l’interruption non punissable de la grossesse n’ont pas effacé le questionnement moral qui sous-tend le sujet.

Il y a, dans les mesures annoncées par le CHUV, comme un petit relent de chasse aux sorcières !