Petit rappel informatif avant une votation

Lectrice fidèle du Temps depuis sa naissance (attention ! Pas depuis la mienne !), j’ai retrouvé entre autres un article mis de côté avant la votation du 13 juin sur la première tranche de la loi covid. Il est bon d’en relire des passages.

20 mai 2021, p. 2 : « Certificat covid : trois couleurs et du flou »

« Concernant l’utilisation du certificat (qui ne sera pas nécessaire pour les enfants de moins de 16 ans), le Conseil fédéral a défini trois domaines. D’abord, un domaine dit « vert » où l’utilisation du document doit être exclue en tout temps. Les autorités listent les manifestations privées et religieuses, les transports publics, les commerces, le lieu de travail ou les écoles. Pour ce domaine dit « vert » tout semble clair. »

« <<Nous essayons simplement d’utiliser ce document de manière très raisonnable et pragmatique>> a assuré Alain Berset. Il est donc possible que le certificat soit en fonction en Suisse peut-être durant deux ou trois mois. <<Il ne s’agit que d’une solution temporaire pour permettre de nouvelles mesures d’assouplissement. Le certificat n’est donc pas prévu pour le long terme >> a poursuivi le ministre.    <<… Pour les voyages internationaux, le certificat sera probablement utilisé pendant longtemps>> a prévenu Alain Berset. »

« Qui aura droit à ce document ? Il ne sera apparemment pas, contrairement à ce qu’avait dit ce weekend l’OFSP, réservés aux seules personnes vaccinées. Il sera aussi accessible à toute personne pouvant prouver qu’elle est immunisée (c’est-à-dire vaccinée ou guérie) ou que la probabilité est très faible qu’elle soit contagieuse (puisque testée négative peu de temps auparavant) …. Pour une utilisation du certificat en Suisse, un test antigénique, gratuit, est possible. »

« Le cadre précis et les adaptations correspondantes des ordonnances seront mis en consultation le 11 juin 2021, pour une décision finale le 18 juin. D’ici là …… le vote du 13 juin sur la loi covid, qui est la base du certificat, aura eu lieu » (C’est moi qui ai mis en gras certains passages).

On ne peut que relever que les garanties données avant la votation du 13 juin ne sont en tous les cas pas tenues en ce qui concerne les manifestations religieuses (cultes et enterrements avec certificat covid !) ou le lieu de travail dans certains cas, ni en ce qui concerne la gratuité du test antigénique en Suisse. Et nul ne parlait du certificat comme d’un moyen de pression vaccinale.

A quoi faut-il s’attendre après le vote du 28 novembre s’il est positif? Le Conseil fédéral est très discret pour l’instant. C’est plutôt inquiétant.

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

91 réponses à “Petit rappel informatif avant une votation

  1. Berset s’est trompé.

    Sans certificat la suite est claire : le Lockdown (=semi-confinement, cf. Autriche). Avec certificat, le Lockdown n’est qu’une possibilité. Je ne pense pas que nous y échapperons, mais il sera plus court.

    Accepter le certificat, c’est accepter une prolongation du 20 mars 2022 au 31 décembre 2022. Pas plus. Et s’il venait à être prolongé, les riches anticertif récolterait rapidement les signatures pour un nouveau et troisième referendum.

    Laisser au Conseil fédéral, comme seule arme contre le covid, le Lockdown et la vaccination obligatoire des personnes à risque et des personnes exposées n’est pas très fûté et fait obstacle à la mise en oeuvre du principe constitutionnel de proportionnalité.

    Maintient du certificat à fin 2022 pour la possibilité d’une politique proportionnée.

    1. Le oui attendu ce dimanche équivaut au passeport pour tuer de 007. En effet, le CF aura les mains totalement libres pour imposer ce qu’il veut, quand il veut, sans limites dans la sévérité des mesures, y compris la vaccination obligatoire de certains groupes de la population, ni de limite dans le temps. D’ailleurs, en cas de oui nous aurons ce que nous méritons, une capitulation de la démocratie devant la propagande, en vue de la répression qui va en découler.

      1. Le Conseil fédéral peut, aux termes de la loi fédérale sur les épidémies, rendre obligatoire la vaccination pour certains groupes de personnes (personnes à risque, personnes exposées, certaines activités). L’adoption ou le refus de la modification de la loi n’y changera donc rien. Quoiqu’en suprimant une arme contre le virus vous favorisez l’usage de celles qui restent comme la vaccination obligatoire et le lockdown.

    2. M. Berset est pointé du doigt d’avoir été trop optimiste le 20 mai 2021 lorsque le très infectieux variant delta ne totalisait que 2% des cas en Suisse ! C’est l’hôpital qui se moque de la charité.
      Luc Otten, médecin et biologiste

      1. En Suisse, mais la dangerosité était connue dans d’autres pays (Inde, Angleterre, Israël).

        Berset s’est trompé et n’a pas écouté.

      2. Je ne fait pas grief à Berset de s’être trompé. Par là, je voulais juste signaler sa bonne foi personnelle.

        Puisque Berset est un organe étatique, je relève que le droit constitutionnel à la protection de bonne foi protège le citoyen dans ses expectatives en relation avec un état de fait donné. Or, celui- ci a changé avec l’irruption du variant delta. Dès lors les déclarations Berset ne rendent pas illicite le fait d’avoir étendu l’usage du certificat sanitaire.

        Ce qui démontre que l’intervention de Madame l’ancienne conseillère nationale libérale Sandoz est purement politique.

      3. @Luc Otten
        Vous parlez du variant Delta et depuis quelques jours nous sommes informés d’un variant qui nous viendrait d’Afrique du Sud ou d’autres pays car comme d’habitude cela reste très flou. Ce variant selon la RTS de ce jour serait ( j’utilise toujours le conditionnel) très contagieux. Quant à sa dangerosité, cela reste évidemment une énigme. Encore une fois de plus, personne n’a appris des erreurs puisque ce variant circule déjà en Belgique et bientôt partout en Europe et dans le monde. Certains scientifiques nous avaient assuré que les virus baissent d’intensité avec le temps et maintenant il semble que que ce n’est absolument pas le cas. Comment s’y retrouver avec de tels propos contradictoire ?

        1. Merci Chantal pour cette bonne question:
          – pour le variant omicron dont on parle depuis 2 jours: beaucoup d’infos manquent encore
          – pour les variants en général, j’ai abordée ce point dans ce post au Temps.ch “Le fromage suisse comme outil efficace de lutte contre la pandémie” du 21 mars 2021 où je parle du risque des variants présents et futurs (le variant delta/indien n’y est pas mentionné mais d’autres le sont). C’est un peu long et compliqué mais je réponds volontier aux questions dans ce post:
          ttps://blogs.letemps.ch/luc-otten/2021/03/21/le-fromage-suisse-comme-outil-efficace-de-lutte-contre-la-pandemie/

    3. Ha, ha – le lockdown est juste une punition collective pour rappeler à la population qu’elle doit se soumettre à l’Etat.
      Ni lockdown, ni certificat Covid.
      La Suisse est parmi les plus riches au monde, elle peut aisément soigner ses malades – si telle est la volonté de l’Etat.
      Et que ceux qui veulent se vacciner le fassent. C’est aussi payé par les impôts.
      Mais dites non aux discriminations et à l’arbitraire!
      Une société qui se construit sur les discriminations et l’arbitraire n’a aucun avenir. D’autant plus si ces discrimination ne fonctionnent même pas sur un plan sanitaire.
      Lavez-vous les mains, évitez les transports publics, les lieux trop fréquentés. Soignez votre corps (hygiène des dents aussi), mangez sainement, faites de l’exercice, etc.
      Et pour le reste, tous les êtres humains sont mortels. Chercher des vaccins contre la mortalité est tellement stupide. Quant à des vaccins contre l’hospitalisation, cela n’existe pas.
      Ce sont des constructions marketing, dont l’avenir proche montrera que c’étaient non seulement des impostures, mais aussi des produits avec des effets indésirables graves beaucoup plus graves que prévu.
      Il est temps de dire NON à ce jeu mesquin.

      1. “La Suisse est parmi les plus riches au monde, elle peut aisément soigner ses malades – si telle est la volonté de l’Etat.”

        L’Etat n’a pas de baguette magique permettant de créer à Genève du jour au lendemain 100 lits supplémentaires de réanimation (dans le canton de VD aussi) . Je vous ai assez lu pour savoir que vous en êtes parfaitement conscient. Quant à dire que l’Etat de Genève aurait dû créer 100 lits permanents de réanimation, vous perdez de vue que le peuple, qui vote la baisse des impôts, aurait hurlé au scandale si l’on avait entretenu depuis H1N1 100 lits largement vides.

        1. Le peuple ne vote pas grand chose en ce moment. Et c’est des dizaines de milliards qui sont pourtant dépensés. Donc créer des lits, c’est possible, si on le voulait vraiment. Mais la volonté existe-t-elle?
          Telle est la question.
          Personne dans la population ne s’opposerait à la création de lits alors que nous subissons une pandémie depuis bientôt 2 ans. Personne.

        2. @ CEDH : ne pas oublier que des lits ont été supprimés dans les hôpitaux et ce jusqu’en février 2020 !

          En 2018, la décision prise était politique et non médicale puisque les médecins étaient contre la suppression des lits …

          Le but de cette décision était de faire “baisser les coûts de la santé y compris ceux des primes d’assurances maladies, la Confédération avait même prévu de lister les opérations à faire en ambulatoire !!!

          Le résultat de c’est pas fait attendre … Covid-19 ayant pointé le bout de son nez en janvier 2020 … .

          1. On a pas manqué de lits, mais de bras et de matériel.

            Et il faut remonter à l’entrée de la LAMal pour le numerus clausus des médecins et l’idée absurde de se reposer sur les états tiers pour former le personnel médical, comme si les jeunes Suisse.sses ne rêvaient pas de devenir medecin, infirmières, etc…

            Nous ne sommes plus un peuple de citoyens, mais de consommateurs. Comme si rogner sur les coûts, pour baisser les impôts, n’avait pas des conséquences à moyen et long terme.

            On a oublié que la prospérité de la Suisse tient à son infrastruce, son service public et à la qualité de ses services régaliens.

      1. Bravo ! Il y en a marre de ces anglicismes vicieux de gens qui savent l’anglais comme moi je sais le chinois , et l’utilisent à tort et à travers dans leur ignorance abyssale du français. On dit “confinement”, bien sûr !

      2. En français, l’équivalent est “bouclez-là”. Le droit d’avoir une opinion et de la garder pour soi, n’est-ce pas la définition même de la démocratie?

    4. “Berset s’est trompé.”

      Sans blague ? Il serait plus rapide de compter les fois où il ne s’est-il pas trompé. (“juste 15 jours pour aplanir la courbe”, ça vous rappelle quelque chose ?) Ceci dit, je ne lui en veut pas personnellement car je pense qu’il s’agit juste d’un capitaine avec la tête dans le guidon mais qui écoute de très mauvais conseillers incompétents et/ou sous influence.

      “Et s’il venait à être prolongé, les riches anticertif récolterait rapidement les signatures pour un nouveau et troisième referendum.”

      Et ensuite ? Tant que les médias seront dans la propagande servile à ce sujet, il y a fort à parier que le résultat d’une telle votation sera toujours le même.

    5. A mon sens, le certificat COVID n’est pas une solution qui puisse permettre d’endiguer la propagation du virus. De plus en plus de données statistiques et d’études nous montrent que les vaccins ne diminuent que de très peu les chances d’attraper le coronavirus et de le propager. Il semble, par contre, plus à même de protéger des formes graves de la maladie. Et ce d’autant plus qu’avec le vaccin, certaines personnes auraient tendances à négliger les gestes barrières de base.

  2. Oui en effet un silence inquiétant, sournois et un semblant de laisser faire jusqu’à la date butoir… qq jours après, en cas de oui, M.Berset et ses acolytes vont dire qu’ils doivent reprendre la main après les cantons car la situation s’aggrave (pour information le taux d’occupation des soins intensifs en Suisse ce 24.11.21 est de 79.7% et 19.5% liés au Covid – source ofsp). Les non vaccinés seront confinés et verront encore plus de restrictions à mon avis. En janvier la 3ème dose sera disponible et deviendra une condition pour conserver son pass sanitaire – les vaccinés « double dose » pourraient perdre leurs privilèges alors. Un avenir qui s’annonce compliqué.

    1. Et le virus mutera … quelle sera alors la définition de vacciné ? 3 doses souche Wuhan en janvier puis quatre… et contre un delta plus malin à 50 % ? Je vous propose la pose d’un cathéter vaccinal genre Windows update.

      Mais, dans 6 mois, case départ pour tous avec un mutant plus redoutable encore. Le vaccin permet de gagner une bataille contre le virus pas une guerre…

      Heureusement qu’il n’y a pas d’effets secondaires du vaccin car avec 3 doses par an (2 doses pour 9 mois selon les nouvelles règles de l’OMS), à renouveller durant toute votre vie… car à défaut d’être efficace, le vaccin est sûr, n’est-ce-pas ?

      Rendez-vous dans un an pour la suite car je crains qu’en l’absence d’un bon scénariste, la série Corona compte une quinzaine de saison.

      1. Bonjour ! Très amusant commentaire Saison 2. J’ai adoré votre ton. Merci beaucoup.
        Sur le même registre, il est tout éventuellement possible d’entrer dans une Saison expérimentale (mais pas gratuitement, modalités financières à revoir) afin que quelques pertinents spécialistes HORS frontières helvétiques tentent de comprendre comment/pourquoi on peut vraiment rester négatif(ve) depuis pratiquement 2 ans tout en valsant continuellement hors des frontières géographiques terrestres mais aussi et surtout hors des frontières-normes disons « étroitement liées aux divers fluides corporels ».
        Suite au prochain épisode. Si intérêt évidemment ! Pour le scénario, toutes suggestions bienvenues.
        Je précise que vivre aux confins, c’est mon lot quotidien depuis nettement plus d’un demi-siècle. En d’autres termes, un vaccin très efficace contre la PANIQUE et la PEUR et, miracle, ne comportant aucun effet secondaire connu versus répertorié.
        Portez-vous bien. eab, exemptée, ni pro-vax, ni anti-vax, à quelque part … mais Dieu seul sait où.

  3. Le variant delta se propage environ trois fois plus que le variant originel. Berset, honte à lui, ne le savait pas ce printemps.

    Les risques d’hospitalisation, d’admission aux soins intensifs et de décès sont accrus de respectivement 108 %, 235 % et 133 %. Berset, honte à lui, ne le savait pas ce printemps.

    Cela montre que le cfr brut s’envole alors que le cfr net diminue. Berset s’y attendait.

    1. Le Delta sévissait déjà depuis novembre 2020. Les chiffres en Inde étaient publiés: sa dangerosité et sa contagiosité étaient connus (un delta de 6 à 7 était publié dans le 1er trimestre 2021). Nous avons vacciné le monde entier avec une ancienne souche alors que le vaccin n’avait pas été testé sur la nouvelle. Puis il y eu l’exemple d’Israël (“le laboratoire Pfizer”) qui a confirmé les craintes dans la 1ère moitié de l’année. On ne peut pas dire que l’on ne savait rien.

      Le rôle d’une task force et des experts est d’anticiper pas de croire sur parole ce que les commerciaux des pharmas vous racontent.

      La “vie d’avant” a alors été promise moyennant deux doses de vaccins. Cette promesse n’a pas été tenue. Les autorités ne pouvaient pas ignorer que, face au Delta, même une vaccination de 100 % de la population ne permettrait pas de mettre cette pandémie derrière nous. On a pourtant vendu le vaccin comme une sortie de crise et accusé les non-vaccinés de la prolonger.

      Avec la multiplication des cas de vaccinés infectés cet été et les autres informations dont disposaient les autorités, le retour du masque à l’intérieur ainsi que d’autres mesures auraient dû être introduites bien avant. Il en va de la même pour la 3ème dose pour les personnes vulnérables.

      Le vaccin est indispensable mais en avoir fait l’unique outil de lutte cette année était une erreur. Au lieu de le reconnaître, la seule réaction des autorités est persister avec du “toujours plus dans la même direction”. Dans certains pays, là où la vaccination est de l’ordre de 95 %, on entend l’usage du passeport sanitaire pour faire face à une montée rapide des cas.

      Combien de temps cet édifice bancal va t’il tenir ?

    2. Il se propage dans une population vaccinée!!! A quoi servent le pass sanitaire et la vaccination? Ah oui à arrêter la contagion! Bravo, excellent résultat. Comme nouvelle approche pour résoudre ce problème, je propose de refaire tout ce qui n’a pas marché avant! Vous connaissez la citation: « La folie c’est de faire toujours la même chose et d’en attendre un résultat différent. »

      1. A ralentir la contagion et, par là, à éviter la submersion hospitalière et, par là, à garantir de meilleurs soins hopitaliers pour tous. Mais aussi à permettre aux antiviraux d’arriver. Et de toute les manières à réduire le nombre de décès parmi les infectés. Il y a de quoi de ne pas être satisfait de ce vaccin, mais il faut faire avec ce que l’on a et, ce que l’on a, (vaccins, anticorps monoclonaux) est nettement mieux que rien.

    3. Mouaiss désolé mais de loin pas convaincu par la statégie appliquée…..a ce jour toutes les prédictions du CF, de la task force, des pro vaccins et défenseur du passe sanitaire sont totalement ratée et malgré tout cela l’on conserve une seule stratégie

      C’est drôle mais quand le CF est formé dans une méthode militaire qui est d’analyser, de proposer divers variantes d’actions etc… et là une seule et pas d’autres idées

      Deux ans pour une crise qui est en train de brider des libertés de manières bientôt jamais vue et on a pas réussi a augmenter les capacités hospitalières, pas réussi a former du personnel dans l’urgence pour traiter spécifiquement ces patients etc…..
      Sérieusement….j’ai de la peine a croire à autant d’incompétence

    4. Selon mes connaissances, plus un virus mute (de variant en variant), et plus sa dangerosité diminue. Mais il semblerait, malheureusement, qu’avec le coronavirus, beaucoup de nos fondations s’étiolent.

      1. @Saison2
        Ce que vous dites du virus à propos de ses mutations semble être confirmé par plusieurs chercheurs. Et leurs mutations donnant des variants nombreux se propageant rapidement mais deviennent moins virulents. Heureusement, par sa propagation rapide et par la variété des variants, la population a le temps tout au long de construire son immunité de manière plus complète et plus robuste.
        Heureusement nous sommes, à mon avis, tous immunisés à l’exception de quelques catégories de population déjà affectés par d’autres maladies ou par la vieillesse. Ces catégories représentent une minorité infime pour laquelle on aurait pu concentrer les moyens et les efforts pour lui offrir un maximum de confort – ce qui n’aurait jamais représenté de dizaines de milliards de francs et les multiples actions sacrificielles dans l’humanité et dans l’économie depuis deux ans – plutôt que de les gaspiller à bousiller les gens en bonne santé.

        Stop à la vaccination! Le plus vite c’est le mieux.
        Les enfants sont menacés du danger PfizerCovid qui vient de recevoir l’autorisation de les utiliser dans cette odieuse expérimentation.

        Luc Montagnier lance encore un appel. Je le relaie.
        ttps://www.francesoir.fr/videos-le-defi-de-la-verite/pr-luc-montagnier-vaccination-prions

        Pour nous, c’est un dernier appel avant l’issue du scrutin de ce week-end afin que les mamans mettent un peu plus de chance du côté de leurs enfants.
        De quel droit on les prive déjà de toutes les chances de bonne santé? Ils ne sont pas nés malades. Les mères en ont pris soin depuis leur gestation. Elles ont mis au monde des vies neuves et saines. EPARGNONS NOS ENFANTS EN METTANT UN NON A LA LOI COVID.

      2. A long terme peut-être. Pour le moment delta est plus pathogène. Les risques d’hospitalisation, d’admission aux soins intensifs et de décès sont accrus de respectivement 108 %, 235 % et 133 %.

        ttps://www.futura-sciences.com/sante/actualites/variant-coronavirus-variant-delta-133-plus-mortel-coronavirus-originel-93313/

    1. Faux. La véritable citation est “Les promesses n’engagent que ceux qui y croient” et est due à
      Jacques Chirac. Ou version 50’s “les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent” selon Henri Queuille (1884-1970) président du Conseil, corrézien lui aussi et auteur de “La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes mais de faire taire ceux qui les posent” ou “il n’est aucun problème en politique qu’une absence de solution ne puisse résoudre”.

      1. Tout comme l’usage de Mademoiselle est presque interdit, monsieur – madame le seront aussi dans quelques années, probablement 3 ans après l’accession des verts au CF. Personnellement je ne regretterais pas forcément cette potentielle disparition, car maintes fois j’étais contraint de m’adresser à des personnes ignobles par monsieur / madame alors qu’ils ne méritent pas cet honneur. X devrait par contre rester réserver pour la désignation des extraterrestres et l’inconnue dans les équations mathématiques !

  4. La situation sanitaire induite par ce virus et ses capacités actuelles de propagation (épidémie, pandémie), de dangerosité vitale potentielle pour l’humain ne devrait pas être sous estimée, sans être alarmante (parole d’un médico-scientifique retraité). On connaît divers moyens pour se protéger, non imposés mais recommandés et la législation est là je crois pour encadrer les gouvernements et les populations dans cette démarche. On peut les refuser pour diverses raisons, mais alors il faut en assumer personnellement les risques. La vie démocratique mérite d’être respectée.

  5. C’est pour ça qu’il est très bien que chacun puisse voter mais il est très important aussi que le résultat du vote, quel qu’il soit, soit accepté et respecté par tous.

  6. Merci beaucoup Suzette ! Grâce à vous, nous apprenons non seulement ce à quoi nous devons nous attendre, mais également, si l’on regarde de près la formulation de cette déclaration, l’absence de conviction avec laquelle elle st énoncée. Tout semble montrer que nos autorités, loin de suivre un chemin dont ils sont persuadés de la justesse, en fonction de données scientifiques éprouvées ou d’expériences qui auraient valeur de “jalons” pour le présent, ne font que naviguer à vue, en mettant en péril le sort économique et social de toute une partie de la population. Bref, pour reprendre le titre d’un grand classique du cinéma : “à l’ouest rien de nouveau”… ou presque.

    1. @Raphael Célis
      A propos du Conseil Fédéral, je ne lui concèderai même pas le bénéfice du doute qu’il “navigue à vue”
      Je crois fermement qu’il agit de concert avec l’OMS en très bonne connaissance de cause et sur des scénarii pré-écrits depuis plusieurs années. Je vous mets le lien d’un billet de Liliane Held Khawam à ce propos où notre ministre de la santé a rendu un script sur ce que nous vivons et devrons encore vivre ces prochaines années par ses mesures (dictature Covid).

      ttps://lilianeheldkhawam.com/2021/09/19/alain-berset-une-toute-puissance-qui-interroge-en-democratie/

      Je recommande aux lecteurs de visiter ce site personnel de Liliane. Ceux qui aiment les informations cartographiées et sourcées seront servis.
      C’est une mine de compilations, de savoirs et de connaissances que Liliane met à notre disposition tout comme le blog de Madame Sandoz. S’éduquer à observer. N’est-ce pas la première mobilisation intellectuelle?
      Madame Sandoz vient pointer son doigt sur ce qui avait pu nous échapper: les circonvolutions langagières du CF qui avait déjà tenté de dissimuler en juin, ses velléités dictatoriales présentes et futures par des omissions et des confusions textuelles volontaires d’où une lecture difficile de ses textes, tant sur ses recommandation que sur la loi.

      Avec la presse et les Tasks-Force,
      Le CF utilise deux procédés éprouvés: la téléologie et le subliminal. Il saucissonne son projet, il répartit ses tranches dans l’espace (politique et social) et dans la temps (durée).

      “Alain Berset, une toute-puissance qui interroge en démocratie” En titre du billet de Liliane.
      Elle précise, et je la rejoins entièrement, que ce ne sont pas les liens privés du conseiller avec ses connaissances qui nous intéressent, c’est ce que révèle cette dérive dans l’abus de pouvoir et qui est tu. Notamment le projet “Pandémie” avec l’OMS.
      Je rappelle encore qu’à plusieurs reprises, nos maires (de grandes villes suisse – mais aussi des pays de l’Union Européenne) avaient été conviés à participer à des exercices théoriques de gestion d’ UNE SITUATION de PANDEMIE depuis 2010. Séminaires qui s’étaient déroulés en plein été chaque fois, au sein de l’ONU et de l’OMS et supervisés par l’OMS. Comme par hasard, l’on applique depuis plusieurs années le frein à l’endettement de manière particulièrement déterminée à l’endroit des secteurs du social, de la santé et des hôpitaux publics universitaires.
      A-t-on un rapport en retour de ces maires ? NON!
      Les partis politiques le mentionnent-ils quelque part? NON
      La Conférence des Directeurs Cantonaux de la Santé nous en parle-t-elle quelque part? NON
      Bizarre! L’Ordre des Médecins des pays occidentaux étaient ils convié au même titre? Enquête SVP.
      Les médecins toutes spécialisations confondues, ont-ils eu, au moins, un colloque avec leur faîtières? Enquête SVP.
      Sur ce dernier point, s’ils n’ont pas été consultés, je suis étonnée qu’ils n’aient pas été les premiers à dénoncer leur éviction dans toutes les étapes de l’opération.

      Aujourd’hui nous découvrons ce qu’ils ont décidé de faire de nous. Avec notre assentiment! Si nous ne disons pas NON à la loi Covid.

      1. “où notre ministre de la santé a rendu un script sur ce que nous vivons et devrons encore vivre ces prochaines années par ses mesures (dictature Covid).”

        Où?

        Je vous en veux pour m’avoir contrainte de lire un tissu de sottises pour découvrir que vous affabulez sur le lien entre votre commentaire et votre source !

      2. @ Marlène Dupraz

        Il existe donc une version hard, la vôtre, et une version soft …, plus politiquement correcte, celle de M. le Professeur honoraire en philosophie Célis. Mais au fond, puisqu’il vous approuve et félicite à longueur de blog c’est que c’est du pareil au même.

  7. Notre conseil fédéral fait de son mieux et ce qu’il peut, même si c’est critiquable dans certains cas. (ce sont des politiciens ….)
    La stratégie adoptée par le CF est de préserver le tissu économique et non pas de faire du social.
    Nous avons élu ces politiciens, et nous nous en plaignons maintenant ?
    Mais laissons-les décider puisqu’ils sont désignés pour le faire !
    Il sera bien venu assez rapidement le temps d’analyser leurs décisions plus tard, mais comme la Suisse est une acratie comme le dit très justement Monsieur Neyrinck, nous ne trouverons jamais les responsables de quoi que ce soit dans la gestion de cette situation.
    Nous sommes tous responsables de ce qui se passe, que ce soit du manque de conscience de ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, jusqu’à ceux qui subissent des situations ubuesques car ils ne pourront faire ce qu’ils veulent à l’avenir pour différentes raisons même médicales, ils ne pourront se faire vacciner et seront donc privés de LIBERTE dans notre société !
    Comme on peut le voir nous devons subir, et être continuellement les suiveurs de l’Europe.
    Donc notre CF va instaurer les mêmes contraintes que l’Europe bientôt … Qu’importe notre avis et la prochaine votation …
    C’est la loi de la politique.

  8. On ne peut plus du tout avoir confiance dans les déclarations des autorités. Ni dans leurs décisions. M. Berset déclarait en décembre 2020 que le vaccin proposé contre le Covid était sûr et efficace. Or il était impossible à cette date de le savoir car ces vaccins à ARN messager correspondaient à une nouvelle technologie dont les tests sur les humains commençaient … Maintenant on voit que ces vaccins n’apportent pas une immunité suffisante et il faut une 3e dose !
    Pourquoi en peine pandémie d’après les autorités le nombre de lits de soins intensifs a-t-il diminué ? Vraiment incompréhensible !
    Il a fallu attendre le 16 novembre 2021 pour que les autorités acceptent enfin de fournir un passe sanitaire aux personnes guéries qui possèdent des anticorps contre le Covid, suite à un test sérologique …

    1. Le certificat covid sur la base du seul test sérologique et, qui plus est, avec un seuil très bas* est une erreur qui ne fait que renforcer le fait que les lieux censément protégé par le certificat ne le sont pas.

      *Un labo suisse vous le fabrique à 50 Unités Abott/ml.

  9. Toujours le même travail de sape de la confiance en nos autorités! Celles-ci, j’en suis persuadé, font de leur mieux (y a-t-il un seul pays qui pourrait se vanter d’avoir fait beaucoup mieux?!) dans une situation extrêmement mouvante et difficile, rendue plus compliquée encore par ceux qui s’ingénient à systématiquement dénigrer et saboter les mesures prises. Mme Sandoz, voulez-vous prendre leur place? Et pour faire quoi de différent exactement? On aimerait bien le savoir. Personnellement, je suis plutôt rassuré de voir lesdites autorités ajuster en permanence les mesures prises en fonction des derniers développements. On pourrait tout au plus leur reprocher parfois de ne pas le faire assez vite et assez fort, mais elles sont précisément “gênées aux entournures” par les actions des perpétuels détracteurs et propagateurs de “fake news” qui portent en cela une lourde responsabilité qu’il faudra qu’ils/elles assument un jour. C’est si nos autorités s’en tenaient à une doctrine définie une bonne fois pour toute que je m’inquiéterais. En tout cas, vivement le 28, pour que l’on sache de manière claire ce qu’en pense réellement la population suisse, et pas seulement une minorité agitée et bruyante!

  10. On devrait pouvoir se servir d’une votation fédérale comme d’une méthode et non envisager le droit de vote comme un idéal. La démocratie ne devrait pas relever de la philosophie et de l’opinion, mais s’inscrire dans le domaine du droit (et des devoirs). En allant voir sur le site fédéral *Lexique du Parlement*, à la page “Droit de nécessité”, Evolution de la législation relative au Covid-19″ (énorme pavé de centaines de pages disponible, on peut le comprendre, seulement en allemand) que le maximum de balises existe afin de ne pas entraver nos libertés. Chaque jour les données évoluent. Nous n’avons à disposition que le oui, le non, le blanc et l’abstention. Mais il semble que le non, et pour une fois l’attentisme, pourrait être utile. À chacune et à chacun de voir, dans son canton, comment “répondre”? Bien à vous

    1. Contrairement à ce que vous écrivez, vous n’avez pas l’air de considérer son blog inutile, puisque vous continuez de le lire et d’y laisser des commentaires.

      Sans doute que vous êtes en désaccord complet avec les propos de Mme Sandoz. Mais ne vous en déplaise, il s’agit de son opinion et elle est partagée par beaucoup de gens. Il s’agit donc de la liberté d’opinion et d’expression: rappelez-vous, ce sont des droits encore en vigueur aujourd’hui et qui font la force de ce qu’on appelait une démocratie.

    2. Et nous nous passerions définitivement de vos remarques acerbes et attaques délibérées Hubert Giot. Si ce blog ne vous convient pas, vous zappez et vous passez sur des blogs qui vont dans le sens de votre … mode de pensée – il y en a tout un tas définitivement unidirectionnels. Sur ce, portez-vous bien malgré tout. eab

  11. J’ai voté OUI et ce n’est pas une raleuse âgée, propagatrice de maladies, anti vaccin et qui devrait apprendre a se la boucler qui me fera changer d’avis !!!

    1. La vulgarité de votre propos injurieux vous qualifie sans peine. Mme Sandoz n’est pas anti-vaccin, elle est anti-bêtise, donc vous ne pouvez évidemment partager son avis…

  12. A qui le tour ? 🤒😨😔

    ttps://www.rts.ch/info/regions/vaud/12671160-une-figure-vaudoise-du-mouvement-antivaccin-et-antipass-soigne-a-lhopital.html

    1. Honte à la RTS et à ceux qui ont enquêté sur un problème de santé d’une personnalité, qui a le droit comme nous tous, à la protection de sa sphère privée et le secret médical. Seul lui pourrait expliquer ou ne pas expliquer les causes de son admission. Vous écrivez “à qui le tour” alors que la personne est en danger de mort? le niveau de moralité semble baisser avec la hausse du taux de la vaccination inutile. Bonne santé quand même à vous et aux vôtres.

      1. Bonjour Elie Hanna, exactement. Vous avez raison. Le “secret médical” est une affaire très complexe qui permet bien souvent aux patient(e)s de se défendre très efficacement contre la délation, la diffusion d’informations non vérifiées de type rumeurs malsaines etc.. Bien entendu pour autant qu’ils(elles) y pensent et agissent vraiment très vite pour clore le bec des diffuseurs de données confidentielles hautement privées. C’est une autre affaire évidemment et il y a un gigantesque travail sur le métier dans mon cher pays. Excellent week-end. eab
        ttps://www.edoeb.admin.ch/edoeb/fr/home/protection-des-donnees/gesundheit/obligation-du-secret.html#851767870

    2. Etait-il vacciné ? Avez-vous la liste des antivax vaudois à qui le virus n’a pas fait grand chose ? Sont-ils plus à risque de finir au soins intensifs ?

  13. En lisant votre article je devrais être surpris… Ce que vous décrivez est si proche de ce qui ce passe en France que l’on croirait une mauvaise blague. Ici le pass était sensé prendre fin en novembre, il sera maintenu jusqu’à juillet prochain (et le gouvernement “ne s’interdit pas d’envisager d’y recourir ultérieurement si cela s’avérait nécessaire”). En avril dernier, une commission du sénat établissait qu’il était impossible de le rendre obligatoire dans les lieux culturels en raison d’un trop faible nombre de vaccinés. Et alors qu’en juillet dernier, le pass entrait en vigueur pour à peu près tout dans le but d’accélérer la vaccination (et tout particulièrement pour les lieux culturels), on a droit aujourd’hui à un tout autre discours : le pass n’est plus un outil pour favoriser la couverture vaccinale, on nous le présente plutôt comme une finalité qui serait conditionnée par la vaccination.
    Sans vouloir jouer les oiseaux de mauvais augure, pour le vote à venir (ou les votes à venir) attendez-vous à ce que le pass se transforme en un sésame des activités du quotidien.

    1. Un nouveau variant plus contagieux et dangereux, qui échapperait aux vaccins, est apparu en Afrique du Sud. Il s’est déjà propagé dans quelques pays.

      Le pass n’est qu’une construction de l’homme donc fragile car il ne peut nous offrir que ce le virus veut bien nous laisser comme liberté.

      Dans certaines régions, la population est vaccinée à 95 % mais on maintient le pass sanitaire ! Très utile.

      Quand tout le monde aura fait sa 4ème dose, que certains ne pourront plus faire la 5ème pour raisons médicales (eh oui, les effets secondaires sont rares mais ils existent et, à force d’essayer…) et que les compteurs seront remis à zéro par un variant: la population va avoir une sacré gueule de bois…

      1. Ce n’est que par la combinaison de diverses mesures que l’on peut atteindre le résultat visé qui est de ne pas sur-saturer les hôpitaux et, par là, de tuer les (potentiels) patients non covidaires et le personnel. Il peut être nécessaire d’inclure la vaccination et le certificat covid. Cela est d’ailleurs insuffisant dès lors que le certificat covid est une passoire et que les mesures élémentaires de protection ne sont pas respectées. LOCKDOWN. SUBITO.

  14. “Un cluster découvert à Genève. Lors de son point presse, les autorités sanitaires genevoises ont aussi annoncé la découverte d’un cluster dans un festival avec une soixantaine de personnes infectées.” Mais, le certificat est pourtant une preuve de non-contagiosité ? non ?

    “Aggravation plus rapide à Genève que dans le reste de la Suisse”. Mais à Genève, le taux de vaccination est bien plus élevé que dans les cantons de Suisse Centrale peu disciplinés côté vaccin ?

    “Le Jura limite les réunions privées sans pass à dix personnes”, ils ont pris exemple sur Genève ?

    Il n’y a même plus besoin d’analyser quoi que ce soit, même un enfant de maternelle en déduirait que le pass sanitaire ne sert à rien. La situation est pire que jamais.

    Quand à la vaccination, vite une 3ème dose pour passer les 3 prochains mois semi-confinés ? Israël, champion de la vaccination qui commençait sa 4ème dose à cause d’une reprise des cas est confrontée à un variant plus contagieux qui échapperait au vaccin: les vols en provenance d’Israël viennent d’être interdits dans plusieurs pays y compris la Suisse. Ouf, le virus n’a pas eu le temps d’entrer en Europe ? Alors, il y a un autre variant, peut-être encore pire venant d’Afrique du Sud. Mais celui-là, il est déjà à Hong Kong et en Europe (ramené lors d’un voyage d’affaire)… bref il est déjà en Suisse mais on ne sait pas encore.

    Ah zut, frontières fermées et dire que, grâce au pass, on allait pouvoir revoyager ?

    Mais Pfizer vient à notre secours: un vaccin adapté sera mis à disposition d’ici 3 mois (comprenez 4 à 6).

    Résumons: une 3ème dose en décembre car le vaccin n’est déjà plus efficace contre le Delta pour éviter une forme grave (peu probable car tout le monde va être reconfiné) puis prolongement du semi-confinement en attendant le vaccin contre le nouveau variant (avril), début des vaccinations (2 doses), réouvertures en juin mais reprise des cas en juillet (vaccin plus valable pour ceux qui on été vaccinés en avril. Dose de rappel en septembre puis pour tous en novembre avant l’arrivée du prochain variant ?

    Heureusement que si le vaccin n’est pas efficace, il est sûr ? Sinon…

    Non mais, ça va continuer longtemps de cirque ? ça fait un moment qu’on sait que les virus de type Corona sont de mauvais candidats pour les vaccins, ça aurait pu passer avec un meilleur vaccin déployé en 2 mois sur toute la planète. Mais ça n’a pas été le cas et la situation est pire encore. C’est l’échec d’une stratégie 100 % vaccin: là, on est parti pour 10 ans à tourner en boucle.

    Il faut rétablir d’urgence les stratégies de tests (arrêter avec cette stupidité de 2G qui élimine ceux qui ne sont pas contagieux), le masque dans certains cas, investir dans des traitements et utiliser les vaccins actuels de manière ciblée.

    Mais surtout: arrêter de remplacer la responsabiité individuelle par un QR qui rend totalement idiot: “ben oui, on est protégés. C’est permis par les autorités et inscrit dans la loi !”

    1. Il suffit de semi-confiner les personnes à risque. Le grand nombre de ces personnes sont les personnes âgées. La proportionnalité commande de ne pas semi-confiner les personnes à risque qui sont correctement vaccinées. La proportionnalité commande aussi de ne pas confiner la moitié la plus jeune de la population.

      ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/hosp

    2. Comme vous le sous-entendez, ça aurait pris moins de temps de lancer un vaccin que d’imposer ces produits génétiquement modifiés, mais visiblement le but n’était ni d’empêcher la contamination, ni même de lutter de quelque manière que ce soit contre cette poule aux oeufs d’or expérimentale qui n’a jamais fonctionné pour aucune maladie depuis plus de 30 ans alors qu’on nous annonçait la fin de tous les problèmes de santé depuis le début des recherches dans les domaines de cette avancée génétiquement modifiée dans l’univers très sérré des multinationales de la pharma. Pour preuve, la plupart des universités ont abandonné depuis belle lurette ces chimères à la docteur Faust depuis plus de 20 ans.
      Il ne s’agissait de rien d’autre qu’une course à fond perdus pour quelques financiers au bord de la faillite avant le covid qui n’ont, semble t’il pas eu d’autre choix que d’empoisonner la planète avec leurs labos de “recherche” pour ensuite, faire tourner leurs labos de productions et leurs technocrates du marketing étatique.
      Par contre ce qui apparaît en toile de fond, c’est cette association entre quelques multimilliardaires gênés par ce surplus de populations à l’échelle mondiale, sans compter qu’ils ne gênent pas non plus de le dire et de le nommer, “great reset” et autre termes …, au travers du même rêve modalisateur que la bande de ss encore aux manettes de pas mal d’industrie, comme chez les allemands, des ig-farben rebaptisées basf, dont les capitaux circulent avec son cousin germain bayer qui au passage a racheté monsanto et qui vient de signer des énormes contrats avec pfizer, ….

      Pour complément, sachez qu’en Israel, la totalité des transactions avec pfizer et autres ont été menées, dirigées dès le départ par le Mossad, c’est l’ex-responsable du Mossad Yossi Cohen qui a entièrement négocié, supervisé la totalité des opérations liées à ces pseudos “vaccinations”, ce qui devrait d’office impliquer quelques traitements spécifiques et hautement surveillés. Premièrement Israel a été le premier à être livré, ensuite, en me basant sur les photos de la propagande pfizer, j’avais remarqué dès les premières injections filmées, que le contenu de ces fioles étaient dans certains cas jaune et dans d’autre, transparent et cette différence était uniquement visible en les fioles utilisées en Israel et celles filmées et photographiées dans le reste des pays. Ensuite, mais bien 4 ou 5 moins plus tard, toutes étaient devenues transparentes sans coloration jaunâtre. pour rester sur le cas israélien, un détail très révélateur de cette campagne pfizer, ce n’est qu’après avoir terminé la distribution de la deuxième dose que le nombre de cas a battu tous les records et de loin dans ce petit pays. Suite à ces records, le ministère israélien à changé de méthode de publication des données, si bien qu’actuellement, il est pratiquement impossible de faire des comparatifs comme ce fut le cas encore, il n’y a pas 6 mois.

      Il faut également mentionner qu’Israel possède un outils que les autres n’ont pas, c’est le suivi à échelle nationale de tous les téléphones portable du pays, ce que l’on appel le “tracking” adoubé d’un système de surveillance vidéo national avec identification biométrique, le même qu’Israel a fourni à la dictature chinoise mais qui fonctionne uniquement depuis des installation sises en Israel. Il s’agit d’algorithmes et de système extrêmement rapide et puissant permettant ce type de gestion à grande échelle et très grande échelle. Ce que l’Europe et par exemple, la France avait promis et annoncés mais qui ne risque pas trop de débarquer d’ici 2090 ! Et ne pas oublier que 95% des secteurs de recherche de google et d’autres sont tous dans la ceinture technologique qui entoure Tel-Aviv et maintenant Beer-Sheva. Que pour exemple, la division cyber israélienne recrute .. des dizaines de milliers de nouveaux soldats dédiés aux diverses sciences cryptographiques, informatiques et cyber-guerre, actuellement l’unité 8’200 compte plus de 130’000 soldats recrutés parfois dès l’âge de 14 ans pour fait tourner des engins technologiques que l’imagination peine à dessiner.

      Donc, je suis certain que les fioles ne sont pas identiques d’un état à l’autre, d’un lot à l’autre et comme ils n’ont pas le temps des essais espacés temporellement, ils les font avec des classifications de lots extrêmement complexes afin de faire joujou avec leur marotte génétique.

      Un autre détail, pour SCULTUS LEX SED LEX, les tests, ne servent pas à tester le covid mais uniquement à corréler les adn avec les lots injectés, pour preuve, même l’inventeur des tests PCR déclare en long et en large que les tests PCR ne sont pas faits pour ce genre d’analyse, en fait il suffit ou de réduite le nombre de cycle PCR pour obtenir les résultats désirés, c’est ce que font les états pour justifier leur terreur subie au quotidien par des centaines de millions de citoyens dociles et bernés. Le principal but de toute ces opérations “sanitaires” !

  15. Et bien voilà, la messe est dite. Nous pouvons tout de suite aller nous faire poser une perfusion pour nous injecter les doses suivantes. Sinon, plus de sortie, plus de restaurant etc… On ne va certainement pas tarder à le savoir. Je n’ose même pas souhaiter un bon dimanche à qui que ce soit.

      1. @LOTUS et SAMY
        Vous avez sans doute raison, il ne faut pas se décourager. J’ai réagi à chaud ce qu’il ne faudrait pas faire.
        Très bonne fin de week-end.

        Chantal

    1. Il ne faut pas vous décourager!
      C’est une bonne chose d’avoir pu exprimer des opinions divergentes durant cette campagne, même si l’Etat a tout fait pour ne pas débattre du tout.
      Quant à 2022, ce sera certes très pénible, mais l’Etat d’urgence va finir par lasser même ses partisans assidus – tout simplement parce que le temps a raison de tout ce qui est disproportionné.

      1. Il n’existe pas d’Etat d’urgence. La loi qui vous déplait a été acceptée par le peuple. Il n’est pas disproportionné de prendre des mesures visant à assurer le fonctionnement des hôpitaux. Quant aux difficultés, elles sont pour tout de suite, en 2021 encore, car en se refusant à prendre les mesures proportionnées, notamment celle de protéger les personnes susceptibles d’encombrer les soins intensifs et les installations funéraires, on s’achemine vers des mesures visant indistinctement tout le monde.

        1. Vous jouez sur les mots.
          C’est un état d’urgence de facto qui est établi, avec des restrictions générales très importantes. Du jamais vu en Suisse.
          Et cela va se prolonger.
          Oui, la loi qui me déplaît a été acceptée par la majeure partie des votants. C’était attendu, vu le contexte actuel. Il n’y a même pas eu de vrai débat public – l’Etat ne faisant pas campagne, car il est désormais en position de force. Il n’a même plus besoin de débattre pour obtenir le soutien de la population.

    2. Ce résultat n’est pas une surprise: presque toutes les formations politiques et les milieux économiques se sont unis derrière cette loi, appuyés par les médias. L’opposition était fragmentée et sans appui scientifique: la discréditer était un jeu d’enfant.

      La mauvaise nouvelle, c’est que certains pensent qu’une majorité fait une vérité (certains pensent encore que le passeport Covid est une preuve de non-contagiosité – propos de la ministre de la santé VD à la veille des votations). Cette propagande risque d’avoir un effet négatif car pour lutter efficacement, il va bien falloir dire la vérité: retour du masque, jauges, etc.

      La bonne nouvelle, c’est que près de 4 Suisses sur 10 se posent des questions (n’oublions pas que certains ont voté oui pour percevoir une aide supplémentaire). Il ont senti que quelque chose ne collait pas dans le gestion de cette pandémie. Mais ce 40 % n’a pas convaincu les indécis qui se sont ralliés à la majorité. C’est là dessus qu’il faut travailler: au delà du refus, il faut aller vers des propositions concrêtes et leur donner une crédibilité scientifique.

      Oui, cela va être compliqué durant un certain temps. Mais le temps joue maintenant pour les opposants: le gouvernement a obtenu la confiance sur une promesse de sortie de crise. Plus que le virus, le peuple refuse l’idée d’un nouveau confinement: tant que le certificat leur permet de vivre presque normalement et d’accéder aux soins, on ira faire ses rappels tous les 5 mois. On oublie vite les quelques morts malgré le vaccin (ce n’est que 10 % voyons) et les effets secondaires graves ne touchent que les autres.

      C’est sans compter sur la dynamique du virus qui ignore nos gesticulations d’humains. En moins d’une semaine, l’actualité covidesque est passé du 100 % vaccin à l’Omicron. Résultat: de nombreux pays ferment leurs frontières. D’ici un mois, l’Europe et les USA se seront barricadés: tests et quarantaine à l’entrée et la sortie (oubliez donc vos vacances en Thailande). Le passeport sanitaire international (pour voyager) est donc mort-né.

      A moins qu’après analyse, on s’aperçoive que cette souche est bien moins dangereuse. On pourrait alors sortir la tête haute en l’attrapant sans trop de dommages: plus besoin de vaccin pour avoir votre pass. Mais je doute que les vendeurs de vaccins acceptent sans broncher: il va donc falloir se préparer à des explications de plus en plus scabreuses surtout que ce sont eux qui s’occupent de l’évaluation.

      Quand à l’utilisation “domestique” du pass, tout dépendra de l’efficacité et de la durée des “boosters” contre le Delta et la vitesse à laquelle il est remplacé par l’Omicron. Dans tous les cas, des restrictions frapperont toute la population. Cela risque d’être difficile durant 3-6 mois encore, puis on y verra plus clair.

      Mais le futur ne se joue pas en Suisse: le vaccin actuel vu son coût, sa complexité pour l’administrer, sa lenteur à déployer et son efficacité partielle est incapable de prévenir l’apparition de nouveaux variants. Le véritable enjeu est donc la levée des brevets pour deux raisons: 1) c’est le seul moyen de poursuivre la stratégie d’éradiction du virus qui a été promise; 2) en cas d’échec, cela marquerait la fin de certains conflits d’intérêts entre la pharma et les gouvernements.

      Il faut rappeler que dans les pays où le virus circule très rapidement et génère des variants, une majorité de la population doit vivre avec 1 dollar par jour, que l’accès à l’eau potable n’est pas garanti, ni les soins médicaux de base (on meurt de bien moins grave que le Covid car on n’a pas accès au traitements). De plus, ce sont des populations très jeunes dont peu touchées par les formes graves. Pensez-vous sérieusement que ces pays peuvent se permettre de payer quelques centaines de dollar par habitant pour 3-4 vaccinations par an ?

      Donc, sans cette levée des brevets, nous devrions nous préparer à un nouveau variant tous les ans et revaccinations trimestrielles dans les pays riches pendant que le reste de la planète prépare la prochaine saison ?

      Un peu simplet comme fin d’histoire: d’une part le virus peut nous donner une nouvelle leçon à tout instant (et pas une fois par an selon le rythme des saisons comme nous aimons y croire), d’autre part notre société globalisée n’y résisterait pas car si les pays riches vivent des pays pauvres, l’inverse est aussi vrai (tourisme, etc). Avec l’aggravation de la pauvreté, le terrain serait alors libre pour toutes les formes d’extrêmisme.

      Sans compter un éventuel “corona-paper” ou une grève de notre système immunitaire pour cause de surcharge de travail avec ces 4 doses annuelles.
      Bref, nous n’en sommes qu’au début. Cette votation n’est qu’un petit échauffement.

      1. D’accord avec vous sauf là-dessus: “Le véritable enjeu est donc la levée des brevets..”

        Je ne sais pas si cette levée des brevets serait une bonne chose.

        1. Il est illusoire de penser pouvoir vacciner toute la population humaine et animale. Les chauves-souris n’ont pas de carte d’identité ni de registre des naissances (honte à elles ! ). Il n’y a donc pas de moyen de stopper l’apparition de nouveaux variants. Et c’est sans doute pour le mieux, étant donné que ce type de virus tend à muter pour finalement produire un variant plus contagieux mais moins dangereux.

        2. On ne connaît toujours pas les éventuels effets secondaires à long terme. Ni pour une seule dose, et encore moins pour 15 doses en 5 ans. Donner des vaccins gratuits aux gens des pays pauvres pourraient donc être un cadeau empoisonné.

        3. Il n’est pas établi que les vaccins protègent vraiment contre les contaminations. Contre les effets graves, soit, mais pour les contaminations les pays les plus vaccinés semblent subir autant les vagues de contaminations que les pays les moins vaccinés.

        1. 100 % d’accord avec votre commentaire.

          Mais la levée des brevets aurait un effet indirect très important: la fin des conflits d’intérêts entre laboratoires pharmaceutiques et gouvernements. Les enjeux financiers sont tels que certains sont prêt à tout et leur force de frappe est énorme (on l’a vu avec les votations).

          Quand on a annoncé la vaccination des nourrissons avec dose de rappel tous les 6 mois à vie, la vérité est devenu évidente. Il faut casser ce lien entre objectif de volume de vente et conseil aux gouvernements.

          Une levée des brevets spécifiquement sur ces vaccin ARNm pourrait amener à une utilisation plus ciblée du vaccin et paradoxalement permettre plus d’investissment dans d’autres outils de lutte.

          Pfizer-Moderna sont arrivés en situation de duopole, c’est extrêmement dangereux car pour préserver leur parts de marchés, la recherche pourrait être impactée.

          Face à ce type de virus, il y a d’autres approche possible pour des vaccins bien moins invasifs.

          1. Effectivement, la levée des brevets pourrait avoir pour effet, a priori paradoxal, une nette baisse des volumes.

            Quoiqu’il en soit, je doute que le chien lâche son os. Même si on lui demande gentillement.

  16. Madame Sandoz, je vous entendais ce midi sur la TV romande , railler sur le fait que grâce au Covid , les laboratoires ont fait de bonnes affaires. ( je ne me souviens plus des mots que vous avez utilisés pour dénoncer avec humour cette nouvelle qui semble réjouir ceux qui “résonnent” comme des casseroles , alors , pour confirmer vos dires je me réfère à ce qui s’est dit sur Swissinfo en avril dernier : “Depuis le début de la pandémie, les diagnostics ont rapporté plusieurs centaines de millions de francs de chiffre d’affaires aux laboratoires et hôpitaux.”. Ces propos et ceux de votre intervention sur le plateau de la TV romande, me rappellent une ânerie parue il y a quelques semaines dans le courrier des lecteurs du journal chéri des Fribourgeois et que je me permets de transcrire sans donner le nom de l’auteur pour ne pas lui faire de peine : “Grâce à la mondialisation, nous avons pu trouver rapidement des vaccins contre le Covid19 pour toute la planète”….. L’idéologie mondialiste de ce personnage connu dans le Canton, l’empêche , à l’évidence, d’admettre que sans la mondialisation et l’ouverture tous azimut , le Covid n’aurait pas circulé à travers la planète, et la planète ne serait pas dans l’état d’inquiétude et de peur qui entraine les populations à se soumettre sans moufter aux décisions quasi totalitaires de leur gouvernement…

  17. De toute manière, toutes ces combines orchestrées par une bande de nostalgique du socialisme à la soviétique ou au régime chinois, le ” berset satanique” en papier du CF helvétique ne va résister à ce que l’oms vient d’annoncer en concert avec de très nombreux médecins et immunologistes mondiaux et sud-africains, autant que le variant beta était moins virulent et ravageur que le premier alpha, ensuite le delta l’était encore moins, même si, malgré les simulations des gouvernements au travers de mesures démesurées, n’ont absolument pas fait baisser la contamination, le variant delta avait baissé en dangerosité de 80% par rapport au virus originel sortant tout droit du labo de Wuhan, maintenant il semble que ce virus “omicron”, mis à part sa capacité de sauter les lettres de l’alphabet grec et particulièrement la lettre xi, semble être bénin vis-à-vis du variant précédant, le delta. Selon de très nombreux rapports, certes précoces, mais néanmoins, extrêmement rassurant, le variant omicron n’a pas encore imposé des mesures d’hospitalisation sévères. A ce jour, plus de 3’000 personnes dans plusieurs pays ont été testées positives au variant, aucune n’a dû être traitée en réanimation et également aucun décès après 1 mois depuis son apparition n’a été signalé.

    Selon les premiers témoignages, il s’agit d’un rhume léger avec parfois quelques contractures musculaires, une légère fatigue de 1 ou 2 jours et céphalées passagères. Donc, il faut se calmer avec cette hystérie covid et cette hypnose collective orchestrée par quelques intérêts aussi opaques que certaines corruptions largement décrites dans les minutes de nombreux procès.

    Ne pas oublier que pfizer bat des records en matière de condamnations pénales avec des amendes allant jusqu’à 2,3 milliards de dollars et une autre à hauteur de 1 milliards, c’est unique pour des sociétés pharma. Ces condamnations concernent des corruptions actives et passives, des publicités mensongères, des informations dissimules, des fausses déclarations aux autorités sanitaires et des menaces de mort sur des employés. Que de “belles personnes” !

    Ces milliards d’amendes ne comprennent pas les indemnisations accordées par des tribunaux au civil.

    Plus de 1’500 juristes sont employés à demeure par pfizer, plus de juristes et avocats conseils que de chercheurs (450) sur territoires USA. Sans parler des nombreux cabinets d’avocats privés au service de la multinationale multirécidiviste.

    NB. D’après les premiers décomptes, le variant omicron échappe à la couverture du produit pfizer, en Afrique du Sud, il y a plus de cas positifs parmi les personnes ayant subi une ou deux injections pfizer, astrazeneca et moderna. D’ailleurs et rétrospectivement ces injections ne semblent pas avoir non-plus fonctionné avec le variant delta et semblent, par simple déduction, encore moins adaptées, voir pas du tout, contre le nouveau variant. Si elles l’ont été pour les premières souches, ce qui ne semble pas être le cas, selon le dernier rapport de la CDC américaine.

  18. De plus en plus les médecins de plateaux s’enfoncent dans des explications de plus en plus alambiquées et absconses, exemple :

    Les différenciations des “variants” classifiés entre alpha, beta, delta et maintenant omicron. Comme si soudain un nouveau arrive et l’ancien disparait comme par magie !

    Stupide, pourquoi ? Un variant n’est du tout, du tout, du tout, du tout, identique au jour 1 qu’après 3 mois, par exemple, lorsque le variant “delta” a été identifié pour la première, il a également muté pendant les mois qui suivent et certains mystificateurs grassement payés transmettent des images que le patrimoine de ce variant était la photo de ce qu’il était 3 mois plus tôt, c’est bien entendu absurde, durant ces 3 mois, ce “variant” a varié et n’a plus grand chose à voir avec son patrimoine du jour où il a apparu !!!

    Et soudain, à nouveau les “spécialistes” arrivent avec un nouvel effet de panique en annonçant un “variant” omicron, en fait le variant omicron n’est rien d’autre que l’évolution ou la dégénération du “variant” précédent, il ne s’agit en réalité pas d’un nouveau “variant” mais d’une sélection plus résistante de la déchéance de l’évolution de ce type de virus. Il n’y a pas réellement de frontière entre le delta et l’omicron mais une chaine de mutation qui ne cesse de changer.

    Mais il évident que commercialement, qu’il soit préférable de lui un nom de marque, vendre un produit sans marque est beaucoup ardu que de vendre un produit de marque !

    Depuis l’apparition de cet omicron, dites-vous bien qu’il a muté !

    C’est la raison pour laquelle la “vaccination” est inutile, pour preuve, en Israel, le seul pays qui séquence en temps réel toutes les nouvelles contaminations, tous les porteurs sont “vaccinés” !

    Maintenant va se poser une nouvelle question : Que faire des énormes quantités de stocks de produits pfizer non ajustés pour les nouvelles mutations (en fait ce ne sont vraiment des mutations, mais de recombinaisons) ?

    Ne pas oublier trop vite qu’entre delta et omicron, il y a aussi eu le variant Mu !!!!

    Les personnes accepterons-ils la pression des gouvernements pour se faire enfiler la version obsolete ?

    La maison pfizer vient d’annoncer qu’un nouveau produit adapter à la combinaison omicron sera sans doute disponible dans quelques mois !

    Qu’est-ce que vont faire les personnes accros aux piqures en entendant qu’un nouveau produit adapter au nouveau variant va arriver ???

    Disons que pour ceux qui ont de la peine à réfléchir, ça va poser un sacré dilemme et est-ce qu’il est conseillé de rapprocher les doses, ceux qui font une troisième dose aujourd’hui, une dose, visiblement pas plus efficace contre le variant omicron qu’il ne l’a été pour le delta, pourront-ils se faire injecter une dose 3 mois après la dernière ?

  19. Donc, un conseil, avant de faire une troisième dose, attendez le nouveau produit pfizer, lui efficace selon les promesses contre le nouveau variant !

    De toute manière, d’ici 3 mois, on parlera d’un autre variant, c’est garanti !

  20. Le peuple Suisse a été induit en erreur avec un texte des bulletins de vote qui ne correspondait pas au sujet sur lequel il devait se prononcer. Déni de démocratie.
    Ce vote doit être annulé pour vice de forme et repasser aux urnes.

    1. L’honnêteté intellectuelle veut que je relève qu’il n’y a pas eu de vice de forme sur le bulletin de vote. La règle appliquée depuis des décennies est que l’objet du vote sur le bulletin reproduit le titre du texte soumis au vote, titre voté comme tel par le Parlement. Ce titre est souvent mauvais, mais c’est parce que les parlementaires n’accordent pas d’importance au titre qu’ils votent sans y réfléchir. Il n’y a même pas de mauvaise volonté de leur part. Il y a peut-être une procédure à revoir au Parlement, mais c’est indépendant du vote de dimanche dernier

      1. Madame Sandoz, il me semble que le juridique se confronte à ses limites, le droit a toujours servi les moeurs et corrigé les tendances qui dévorent les libertés d’autrui.

        C’est pour cette raison que dans certains cas, le droit public doit avouer sa totale impuissance, c’est actuellement le cas.

        Dans le cas présent, il semble évident qu’il s’agisse d’une agression guerrière vectorisée par une arme biologique, dans un tel cas, il ne servira à rien de se tourmenter par le biais de solutions juridiques. Je pense que nous sommes de facto transformés en soldats du simple fait que nous confrontons tous les conséquences d’une attaque militaire.

        Ce n’est pas, parce que nos politiques n’aient pas le courage de répliqué diplomatiquement ou militairement à cette agression monstrueuse, que nous devions nous diviser et chercher des solutions juridiques internes pour éviter de nous entre-tuer !

  21. Que les laboratoire cherchent un filon d’or afin de solutionner un problème, rien de mal, mais de là à forcer la planète entière de servir de cobayes pour des résultats aussi décevants, là, il y a quelques chose qui cloche !

    Surtout qu’il ne s’agit que d’une forme de rhume affublé de noms exotiques uniquement destinés aux profits du marketing !

    Nous voilà après deux ans de tyrannies, des budgets considérables gaspillés, des suicides, des personnes âgées abandonnées et projetées vers une mort certaine, des politiques transformés en sauveurs des temps modernes, complètement grotesques qui se contredisent à chaque phrase, n’hésitent pas à commettre des mensonges aussi énormes que la situation qu’ils imposent, des laboratoire pharma qui ne font que fixer la courbe de leurs dividendes, des médecins ridiculisés et mis au placard sans qu’ils ne bronchent ni sourcillent et pour couronner le tout, un tapissage médiatique et journalistique qui va enterrer à jamais cette profession !

    Tout ça pour soi-disant lutter contre un petit virus qui est très loin de dire sont dernier mot !

    Si cette famille de virus a survécu aux cataclysmes dus aux bouleversement ayant éradiqués 99% des espèces terrestres il y a 60 millions d’années, si il a survécu au communisme, ce ne sera pas avec des imbéciles tels que ceux qui sont aux commandes qu’il risque la moindre égratignure !

  22. Qu’ont-ils fait dans les laboratoires et dans le laboratoire de Wuhan ?

    1. Ils ont pris un virus type corona et ce n’était pas la première fois, ensuite, il fallait que ce virus soit capable de se reproduite dans une cellule humaine, 90% des virus corona connus qui circulent dans la nature ne sont pas contaminant pour l’humain, c’est à dire, que vous contracter le virus sans que ce dernier puisse se multiplier dans vos cellules, ou tellement faiblement qu’il meure sans provoquer d’infection ou de réaction de l’organisme contaminé.

    2. Cela fait des centaines de millions, voir des milliards d’années que ces virus existent et contaminent les animaux à sang chaud. Les effets qu’ils produisent sont généralement bénins, cependant où ils excellent, c’est avec leur capacité de contamination d’un hôte à un autre. Ce sont les virus les plus contagieux connus, puisqu’ils sont extrêmement contagieux c’est aussi grace à leur résistance à survivre hors d’un hôte, par exemple sur des objets, dans l’air et lorsqu’ils sont exposés à un environnement externe. Cette capacité provient principalement des protéines qui recouvrent sa membrane cellulaire, ces dernières empêchent protègent contre les agressions chimiques, contact avec de l’oygène et autres gaz contenus dans l’atmosphère et surtout contre les rayons cosmiques, notamment les rayons UV. (raison pour laquelle ces virus sont plus contaminant en hiver qu’en été)

    3. Donc si ce virus a été choisi par les laboratoires militaires, c’est grace à ses capacité de transmissions.

    4. Ces virus type corona ont une autre faculté, c’est celle de se recombiner, c’est à dire de se transformer pour échapper aux défenses immunitaires de ses hôtes. La biologie a négliger pendant très longtemps leurs études sur les protéines, raison pour laquelle les laboratoire, plutôt que de choisir de faire des recherches pour neutraliser les capacités au niveau des recombinaisons protéïques afin de soigner, ont plutôt orientés leurs recherchent, à en croire ce qu’il se passe dans la réalité, vers l’utilisation de ces virus comme vecteurs infectieux grace à leur capacité de transmission et de contamination. Donc ce virus possède une faculté d’adaptabilité au niveau de ses capacités à tromper les systèmes immunitaires des hôtes qu’ils contaminent.

    5. Pour exemple, le virus corona responsable du rhume est infiniment plus contagieux que ces virus covid manipulés génétiquement par l’humain.

    6. De manière générale les virus type corona ARN n’ont pas pour vocation de s’incruster dans l’organisme, familier, ils sont assez rapidement détectés et combattus efficacement par le système immunitaire. Il faut bien comprendre que si ce type de virus représentait un vrai danger, il n’y aurait plus d’animaux sur terre depuis longtemps. Il s’agit d’un virus particulier dans le sens qu’il ne résiste pas longtemps aux défenses immunitaire, car celles-ci sont très coutumières de cette famille de virus qui ne cherche en fait, qu’une seule chose, c’est de continuer de contaminer et de se mutter.

    7. Maintenant qu’ont-ils fait dans ces laboratoires avant de le laisser se propager, volontairement ou pas ? Ils savaient depuis longtemps que les virus corona type rhinovirus déclenche que peu de réponses immunitaires, disons que le système immunitaire familier de ces virus, ne déclenche pas réellement d’importantes réactions. C’est à ce niveau que les laboratoires “militaires” ont choisis d’agir sur cette particularité de cette famille de virus, ils ont introduit des gênes provoquant des mutations qui envoient des messages aux anticorps et ainsi déclenche d’importantes réponses immunitaires.

    Les conséquences graves causées par le covid ne sont pas dues au virus lui-même, mais de l’importance des réponses immunitaires qu’il déclenche !!!

    Maintenant, il est très difficile de prévoir les conséquences liées à des modifications génétiques opérées sur des virus, il est évident qu’en tirant le diable par la queue, que la surprise peut prendre des allures disproportionnées, les recombinaisons observées durant ces derniers mois peuvent surprendre, d’autant que nous n’avons aucune garantie que les laboratoires diaboliques ne continuent pas dans leurs déterminations de nuire.

  23. Concernant les élections, j’ai moi même été à deux reprises témoin de fraudes il y a plus 45 ans à Lausanne, mais ça n’arrête pas :

    ttps://www.illustre.ch/magazine/lanceuses-dalerte-trembler-geneve

  24. Madame Sandoz, vous argumentez sur la base d’un droit qui s’applique dans une situation “normale”, le problème depuis le début de cette crise est effectivement à 100% d’ordre juridique.

    Dans le sens que les citoyens perdent leurs droits laborieusement acquis et entérinés au fur et mesure des réformes et des évolutions coutumières.

    Le peuple se fait racketter ses acquis en matière de droit public, je ne pense pas que du point de vue constitutionnel que ces nouvelles lois entrent dans le cadre de la constitution.

    Premièrement, à l’origine, est-il possible de proposer des lois liberticides contraire aux garanties offertes par la constitution, sur ce sujet, peu d’expert en constitution exprime leurs opinions !

  25. C’est pendant combien de temps le Conseil fédéral peut encore limiter les capacités
    CORONAVIRUS

    Ambiguïté dans la loi Covid : le Conseil fédéral est-il même autorisé à limiter les capacités ?
    La loi Covid oblige le Conseil fédéral à lever les restrictions de capacité si les adultes désireux de se faire vacciner sont « suffisamment » vaccinés. Les magistrats eux-mêmes ne semblent pas savoir avec certitude si cette exigence est désormais remplie. Il y a aussi de la confusion dans l’administration fédérale.

    Si suffisamment d’adultes sont vaccinés, le Conseil fédéral doit lever complètement les restrictions de capacité – et ne peut plus les introduire.

    Non seulement le nombre d’infections augmente, mais la pression sur le Conseil fédéral augmente également. Les appels à des mesures nationales uniformes se multiplient. Les mesures que le Conseil fédéral peut prendre pendant la pandémie sont énoncées dans la loi Covid.
    Une possibilité est les restrictions de capacité. Le Conseil fédéral l’a déjà introduit dans le passé. Bien que bon nombre de ces restrictions aient été levées, il existe toujours une limite supérieure de 30 personnes pour les événements privés à l’intérieur. De plus, pour les événements sans exigence de certificat, un maximum de deux tiers des espaces disponibles peuvent être occupés à la fois à l’extérieur et à l’intérieur.

    Et c’est précisément ici qu’émerge une contradiction sans précédent : dans la lettre de quatre pages du président fédéral Parmelin aux cantons, une note de bas de page cache la remarque selon laquelle «les restrictions de capacité au niveau fédéral ne sont plus possibles en raison de l’article 1a al. 2 de la loi Covid-19 »Be.

    Par cette note de bas de page, le Conseil fédéral rappelle qu’il ne peut plus imposer de restrictions de capacité. Un petit mot qui laisse beaucoup de latitude

    À l’ article 1, paragraphe 2 de la loi Covid est énoncé : « Si la partie adulte de la population est correctement vaccinée, les restrictions de capacité des installations et des entreprises accessibles au public ainsi que des événements et réunions privés devraient être abrogées. »

    Et maintenant ? Le Conseil fédéral considère-t-il que l’exigence « suffisamment vacciné » est remplie ? Et doit-il maintenant lever les restrictions de capacité restantes ? Même le Conseil fédéral ne semble pas le savoir exactement. Sur demande, le ministère de l’Intérieur (EDI) chargé de la mise en œuvre de la loi Covid a indiqué qu’on ne pouvait rien en dire, il s’agissait d’une décision politique.

    Le fait est que : si le Conseil fédéral considère que l’exigence de la loi Covid, selon laquelle tous les adultes désireux de se faire vacciner doivent être suffisamment vaccinés, est remplie, alors, selon le paragraphe cité, il serait obligé de lever toutes les restrictions de capacité qui étaient encore en vigueur à ce jour. Cependant, il ne l’a ni communiqué ni relativisé. L’EDI ne peut pas non plus répondre à ces questions.

    En juin, à la demande de la Commission économique des États, l’Assemblée fédérale a ajouté le paragraphe sur les restrictions de capacité à la loi Covid-19 – dans le but de mettre les rênes au Conseil fédéral et de l’obliger à prendre en compte certains critères lorsqu’il prendre des mesures, telles que le taux de vaccination.

    Un constitutionnaliste qualifie le paragraphe de “superflu”

    Le paragraphe est valable jusqu’à fin décembre 2021. Étant donné que le Conseil fédéral est responsable de l’application de la loi, il doit également savoir quand l’exigence « suffisamment vacciné » est remplie.

    Une chose est claire : le terme « suffisant » laisse beaucoup de latitude. Le Conseil fédéral avait déjà souligné ce point lors du débat au Conseil des Etats en juin. Le ministre des Finances Ueli Maurer a déclaré: “Vous pouvez vraiment vous passer de ce paragraphe car nous devons travailler avec les cantons pour déterminer à nouveau les mesures, que cette disposition soit dans la loi ou non.”

    Markus Schefer, professeur de droit constitutionnel et administratif à l’Université de Bâle, partage ce point de vue. Il dit:

    “En fait, le terme ‘suffisant’ est très large.”

    Néanmoins, le Conseil fédéral ne peut pas simplement décider à sa discrétion. Dans toutes ses décisions, il est obligé d’agir selon des principes généraux. “L’article 1a de la loi Covid est donc en réalité superflu”, a déclaré Schefer. C’est inutile, mais ce n’est pas une honte non plus.
    Benedikt Würth, membre du Conseil central des États de Saint-Gall, le voit un peu différemment. Il a défendu cet article de loi au Conseil des États en juin. Pour lui, il s’agissait « que le législateur prenne sa responsabilité au sérieux et fasse un cahier des charges correspondant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *