Le referendum contre la falsification du vocabulaire a abouti

Les juristes de la couronne avaient convaincu la majorité des parlementaires fédéraux, en décembre dernier, que le mot de « mariage », dans la constitution fédérale, n’avait jamais eu de signification particulière et que seule la loi en précisait le sens, loi qui pouvait être changée sans problème.  Dans la constitution suisse, la garantie du droit au mariage (art. 14) aurait donc simplement toujours signifié une garantie du droit à l’union de deux personnes, sans plus.

Conclusion : libre au législateur de définir les personnes concernées, un homme et une femme, ou deux femmes, ou deux hommes. La constitution fédérale contiendrait donc le principe du mariage pour tous, il faut juste y adapter le code civil. Ce fut fait en décembre 2020.

Ne reculant devant aucune audace, certains juristes – peut-être aussi de la couronne ? – ont convaincu la majorité des parlementaires fédéraux, en décembre dernier, que le mot de « stérilité » dans la constitution fédérale ne signifiait pas « impossibilité d’induire une grossesse en dehors de l’union naturelle de l’homme et de la femme », comme le définit la loi fédérale sur la procréation médicalement assistée (LPMA, art. 2 let. a), mais « impossibilité de satisfaire son désir d’enfant ».

En conséquence, lorsque la constitution « réserve le recours à la procréation médicalement assistée aux cas où la stérilité ne peut être écartée d’une autre manière » (art. 119), la LPMA doit être évidemment étendue aux couples de lesbiennes par simple modification de la loi. Ce fut fait en décembre 2020.

Les juristes de l’Office fédéral de la justice et la majorité du Parlement voulaient à tout prix éviter que la question du mariage pour tous et de la PMA pour les couples de lesbiennes soit soumise à un vote obligatoire du peuple et des cantons. Ils ont donc altéré le sens des mots contenus dans la constitution fédérale. Ils se heurtaient toutefois à un obstacle : la constitution fédérale interdit la maternité de substitution. Difficile de changer le sens de ces mots sans rougir, donc impossible de prévoir l’égalité entre les couples mariés de femmes et ceux d’hommes. Cette égalité – revendiquée déjà clairement – était renvoyée à plus tard quand on aura habitué le peuple à un nouveau vocabulaire !

La malhonnêteté de certains juristes et de la majorité du Parlement fédéral n’a heureusement pas pu éviter le référendum contre la modification de la loi pour introduire le mariage pour tous et la PMA pour les couples de lesbiennes. Ce référendum a abouti. Le vote des cantons a toutefois pu être évité par le tour de passe-passe. Le peuple au moins votera donc sur le sens nouveau des mots en se rappelant peut-être ce que Goebbels notait dans son journal : « Nous ne voulons pas convaincre les gens de nos idées, mais nous voulons réduire le vocabulaire de telle façon qu’ils ne puissent exprimer que nos idées ».

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

27 réponses à “Le referendum contre la falsification du vocabulaire a abouti

  1. Chère Suzette,
    Merci pour ce nouveau billet extrêmement pertinent, qui soulève une problématique grave, que résume fort bien la citation que vous donnez en guise de conclusion. En lisant ces lignes, un passage du livre d’Esaïe m’est aussitôt revenu à l’esprit: “Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume! Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents!…” (Esaïe 5, 20 – 21)

  2. Pourquoi suivre l’argumentation de quelqu’un qui ne vérifie pas ses fausses citations ?

    ttps://www.levilainpetitcanard.be/encore-une-citation-apocryphe-de-joseph-goebbels/

    1. Merci de votre précision. A supposer en effet que ce ne soit pas de Goebbels, cela ne correspond pas moins exactement à la ligne suivie par les auteurs et défenseurs du texte voté par le Parlement.

      1. Tout est dit entre votre texte et votre réponse à ce commentaire.

        Vous êtes rigoriste sur les mots de la constitution (au lieu de vous attacher à son esprit) alors que vous êtes laxiste avec votre citation (minimisant la portée de son attribution erronée) bien que trompeuse puisque associée à un extrémisme condamnable (et je n’en doute pas condamné).

        Auriez-vous utilisé la même citation si elle avait été attribuée (même faussement) p.ex à un ancien dignitaire de votre religion (que j’imagine chrétienne dans votre cas)?

        Je me permets d’en douter car vous faites souvent, à travers les opinions exprimées dans vos blogs, preuve d’un fondamentalisme pour le moins avéré (politique, juridique, etc…).

      2. Chère Madame, Mon commentaire – certes critique quant au contenu de votre billet – semble avoir été supprimé. J’en suis surpris. S’agit-il d’une mauvaise manipulation ou d’une volonté délibérée de votre part de censurer mes propos ? Bien cordialement, DL

    1. Je n’approuve pas le « mariage pour tous », mais ne pense néanmoins pas que les personnes qui voteront « pour » suivent une mode, c’est une malheureuse évolution de l’humanité dont il est certainement difficile d’en comprendre l’enclenchement, et s’il s’agissait d’une mode nous pourrions espérer qu’elle passe, comme toutes les modes… Et puis s’il s’agit de « bêtise », oui je lis des articles d’homosexuels qui sont de parfaits idiots, mais il faut reconnaître que l’on ne devient pas homosexuel par déficit d’intelligence, heureusement, sinon il n’y aurait même plus de beaux hommes bêtes et musclés pour combler les femmes… Plus que la bêtise à la mode, c’est l’intelligence à la mode qui me préoccupe. Les jeunes femmes qui font du footing en ville dans leurs fins leggings de Lycra sont-elles plus intelligentes que les autres ? Moi elles me paraissent surtout plus… Mais cela n’a rien à voir avec les facultés intellectuelles, c’est tout bête.

  3. Chère Madame,

    Je ne parviens pas à lire les cinq commentaires postés sur votre blog, en réponse à votre article. Serait-il possible de les activer?
    D’avance merci.

  4. Merci Madame Sandoz !
    Encore un article très très intéressant.
    Finalement, vous faites un peu “le même travail” que Franck Lepage ?
    ttps://youtu.be/ETJchYLJTnM

  5. Merci pour votre article qui apporte de très utiles éléments. Je veux croire que votre persévérance dans la défense de l’intérêt de l’enfant, nommée acharnement ou obsession par les détracteurs, portera ses fruits. La citation extraite du journal de Goebbels m’a consterné tant elle révèle clairement le recours volontaire à une technique de manipulation. Nous n’avons malheureusement pas encore accès au journal intime des parlementaires pour se faire un véritable avis sur la pureté de leur âme. Le jour où ces cahiers seront ouverts, et quand, on ne sait pas… Que seront devenus les hommes, les femmes, et surtout les couples qui les liront… En famille au coin de la cheminée ? Le brave chien qui balance la queue, et l’intelligent chat paisiblement endormi sur son coussin seront, eux, certainement restés les mêmes.

  6. Outre le fait que votre jubilation à propos du résultat du référendum soit déjà discutable en soi, il convient de noter la chose suivante :

    Vous mettez les personnes qui soutiennent le mariage pour tous – y compris ostensiblement les personnes de la communauté LGBTIQ+ – au même niveau que Joseph Goebbels. Sachant que ce dernier est responsable de l’assassinat méthodique de dizaines de milliers d’homosexuels.
    Il s’agit, sur le plan éthique, d’un échec sur toute la ligne. La décence et l’honnêteté intellectuelle devraient vous faire réfléchir et pourquoi pas, vous pousser à retirer cet article ou reconsidérer votre argument.

  7. Madame,

    C’est au contraire la mauvaise foi crasse à laquelle vous et vos semblables référendaires avez recours aux seules fin de refuser aux autres les droits et la reconnaissance sociale dont vous jouissez automatiquement de par votre naissance, qui a de quoi révolter. En effet, vous cacher derrière une pseudo « falsification du vocabulaire » et une supposée « altération des mots contenus dans la constitution fédérale » – comme si ceux-ci et leurs définitions n’avaient pas précisément vocation à évoluer et à être réinterprétés si nécessaire au fil des époques afin de mieux servir et refléter la société qui les emploie – pour masquer votre réactionnisme et votre homophobie, n’est déjà pas bien courageux. Je vous trouve également des plus irrespectueuses, lorsque vous vous aventurez à dénoncer la prétendue « malhonnêteté de certains juristes et de la MAJORITÉ du Parlement fédéral » ; propos qui décrédibilisent de facto selon moi l’ancienne députée et conseillère nationale, clamant aujourd’hui encore haut et fort à qui veut l’entendre son profond attachement à la démocratie suisse et à ses institutions. Mais le fait que vous puissiez vous abaisser à citer Goebbels pour attaquer vos adversaires… Franchement, cela relève pour moi d’une malhonnêteté et d’une paresse intellectuelle à la fois inexcusables, pitoyables et indignes de votre intelligence.

    C’est un fait, Madame, que l’ancien monde auquel vous appartenez et dont vous vous réclamez est de plus en plus minoritaire, dans ce débat de société comme dans bien d’autres. Je m’en réjouis personnellement beaucoup, même si je peux sinon comprendre, du moins respecter le fait que vous puissiez vivre cette transition inéluctable dans la frustration, voire la douleur de voir des pans entiers de vos certitudes plus ou moins chrétiennes disparaître en même temps que vos privilèges. Ceci étant concédé, j’estime néanmoins être en droit d’attendre de la femme politique, comme de la professeurE honoraire de droit de la famille autre chose que des invectives ou des appels au respect de la Nature et de l’Ordre Divin dans le cadre de débats autour d’évolutions sociétales de cette importance. Des évolutions qui, quoi qu’on puisse en penser, n’ont pas attendu et n’attendront fort heureusement pas la position du Législateur, ni même celle du Souverain d’ailleurs pour s’affirmer et se pérenniser. A commencer par des arguments dignes de ce nom, autant que possible, mais aussi et surtout des propositions empreintes de justice et de pragmatisme, susceptibles de palier l’insécurité et l’indignité inacceptables dans lesquelles des milliers de familles, que vous pointez du doigt avec le dédain qu’on vous connaît et dont vous balayez les revendication avec suffisance, sont contraintes de vivre au quotidien en raison de lois et autres textes fondateurs désuets. Des écrits qui les ignorent ou les marginalisent, nés à des époques révolues et parfois même de la plume de personnes qui, comme vous, estimaient détenir la Vérité Vraie héritée de la Bible, tout en se posant en garantes de l’Ordre établi, aussi inégalitaire et injuste soit-il.

    Ressaisissez-vous, bon sang : vous faites honte à lire !

    1. La pression médiatique, les pharmas, les lobbys … vous enfume. Et les enfants qui n’auront pas leurs pères, ou pire leurs mères alors ?
      SCANDALEUX de changer tout pour le malheur le sentiment dabandon des générations futures. Horrible !

    2. La reconnaissance sociale des émancipés du troisième sexe existe, pratiquement plus personne ne s’y oppose, pour preuve les chars à fleurs des Gay Prides qui ont remporté autant de succès que la Fête des Vignerons. Cette joie partagée ne confère cependant pas la capacité d’être père et mère pour élever un enfant adopté ou fabriqué à distance. Quant à vouloir insister constamment de l’influence de la religion sur les opinions, détrompez-vous. Dans les colonnes de ces blogs, rares sont ceux qui citent la Bible, et les sondages révélant la désapprobation du public au sujet de l’adoption n’ont pas été faits à la sortie des églises. Les personnes qui ne sont pas d’accord avec vous désirent que vous obteniez le respect nécessaire à votre bien-être, mais pas au prix d’oublier la défense des droits de l’enfant. Quand les militants de votre cause seront capables de prendre conscience que l’enfant n’est pas une pièce de rechange à leur handicap, ils pourront alors prétendre à plus de dignité.

  8. Si l’article 14 de la Constitution fédérale ne concerne que le seul droit au mariage hétérosexuel (à deux), comm vous le dites, rien n’interdit au législateur d’aller au delà de cette garantie constitutionnelle et d’ancrer le mariage homosexuel dans la loi.

  9. Ce référendum arrive à Berne ce lundi 12.4 pour le contrôle final. Avec +65 000 signatures il va aboutir probablement. Le peuple doit lui-même décider (vive la démocratie semi directe)
    Les Lobbys des pharmas entre autres, etc… et les Médias influencent trop les parlementaires et le peuple est naïf et sentimental.
    Personne ne pense au bien des enfants fabriqués avec un donneur anonyme (PMA) et des générations futures sans repères et sans références paternelles.
    Et par la suite (par idéologie d’égalité absolue) avec la GPA, puis Ropa, Eugénisme ..) loin de leur mère ou carrément une mère anonyme. TELLEMENT TRISTE POUR LES GENERATIONS FUTURES !
    MERCI Madame pour votre courage de parler ! BRAVO !

  10. Madame,
    Dans votre exposé vous citez – pour introduire le mariage pour tous et la PMA pour les couples de lesbiennes.- j’imagine que cela s’applique aussi aux couples de garçons, n’est-ce pas ?
    Respectueuses salutations

    1. Non, la PMA pour les couples d’hommes n’est pas prévue car pour cela il faudrait modifier la constitution fédérale qui interdit les mères porteuses et le Parlement ne voulait pas qu’il y ait un référendum automatique avec double majorité du peuple et des cantons pour l’instant. Il voulait d’abord faire passer l’introduction du mariage pour tous et de la PMA pour les couples de femmes. La question des mères porteuses (et du don d’ovule) concernée par une PMA étendue aux couples d’hommes pose des problèmes particuliers très délicats, liés au statut unique de la femme et de son lien avec l’enfant qu’elle porte pendant des mois.

  11. L’aveuglement populaire, manipulé par le politiquement correct, va plébisciter cette horreur, c’est couru. Et ce sera suivi de la procréation pour autrui pour faire plaisir aux LGBQIT+++XYZ-ABC etc. Que du bonheur !!
    Le présent commentaire est envoyé, notamment pour vérifier si le blog est toujours en panne,

  12. L’agressivité des opposants à ce référendum est remarquable. Liberté d’opinion, oui, mais pas pour ceux qui ne pensent pas comme moi!
    Merci Madame pour vos réflexions que j’apprécie beaucoup.

  13. Lévitique 20:13
    Quand un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ce qu’ils font est une abomination : ils seront mis à mort, leur sang retombera sur eux !
    C’est clair, net. Voilà la vraie réponse à apporter à ces horreurs. La Bible ne se trompe pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *