Covid et liberté d’expression

Les reproches adressés par le Parlement fédéral à la « taskforce » en relation avec ses déclarations publiques critiquant parfois le Conseil fédéral ont été qualifiées d’atteinte à la liberté d’expression des experts.

Essayons d’y voir clair :

Quelle est la nature exacte de la « taskforce » ? Qui en a choisi et nommé les membres ? Quels milieux scientifiques représentent-ils ? Avec quel mandat ? Comment fonctionne-t-elle ? Que communique-t-elle à notre exécutif fédéral ? Quelle est la responsabilité assumée par ses membres dans les conseils et les informations transmis ? Combien compte-t-elle de médecins pratiquants ? Les réponses à ces questions sont un préalable à la détermination de l’étendue de la liberté d’expression publique des membres de cette « taskforce ». Pourquoi cette dernière ne se préoccupe-t-elle jamais de la manière dont les médecins de cabinet ont soigné leurs patients quand ceux-ci étaient atteints du covid ? La quarantaine ou l’isolement ne sont pas des soins mais bien des sortes de menace incitant éventuellement des personnes à ne pas consulter leur médecin traitant même en cas de symptômes par crainte de subir ces privations de liberté souvent sans contrôle sanitaire.

Ce qu’il y a de plus frappant, dans cette pandémie, c’est l’absence totale d’intérêt des « scientifiques » pour les soins à donner hors hôpital ou hors soins intensifs aux malades du Covid

On a assisté aux prises de bec entre scientifiques au sujet de tel ou tel médicament proposé par des praticiens généralement honorables – traités volontiers de charlatans – mais à aucun moment la « taskforce » n’a évoqué la nécessité impérieuse de trouver le plus rapidement possible la manière de soigner les malades afin d’éviter l’hospitalisation ou les soins intensifs. Il y a eu confiscation – on s’en souvient – de certains médicaments que les pharmaciens n’avaient – n’ont toujours ? – plus le droit de vendre même sur ordonnance. Comment peut-on expliquer cela ?

Pourquoi est-ce que le Conseil fédéral – mais d’autres chef d’Etat aussi, semble-t-il – a accepté de décharger les producteurs de vaccins de toute responsabilité pour les dommages collatéraux que les vaccins pourraient éventuellement causer ?

Réponse d’un parlementaire : « c’est normal sinon jamais ces boîtes n’auraient accepté de mettre si vite des vaccins sur le marché et de plus à si large échelle. Normalement on vaccine quelques centaines de milliers de personnes et on attend quelques années pour s’assurer qu’il n’y a pas d’effets secondaires importants. S’il y avait de gros problèmes, avec les vaccins actuels, jamais ces boîtes ne pourraient les assumer ». Cela signifie-t-il que les vaccins sont mis sur le marché au corps défendant des producteurs ?

N’y a-t-il aucun moyen de parer au plus pressé grâce à des médicaments existants afin d’atténuer les risques d’aggravation pour les malades ? Cette catégorie de recherche ou de découverte permettrait peut-être de laisser plus de temps et de liberté de choix en matière de vaccination sans mettre en danger la population ni exiger le maintien, voire l’aggravation des mesures de privation de liberté. Aux informations du soir du 5 mars, sur la RTS, M. Pugin, médecin chef des HUG, a dit qu’on avait trouvé des moyens de diminuer un peu les cas de mortalité en hôpital. C’est une bonne nouvelle. Espérons que les recherches s’intensifieront de ce côté aussi.

Mais il est clair que toutes ces questions, posées par une non-scientifique, sont sans doute dénuées de pertinence, juste tolérées au nom de la liberté d’expression.

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

92 réponses à “Covid et liberté d’expression

  1. Rien à redire concernant cette « task force » dont le site internet mentionne 70 personnes compétentes d’horizons divers (scientifiques, économiques, informatique, éthique, médecine, social). Le fédéralisme en situation pandémique et possiblement climatique mérite d’être repensé. Les conséquences socio-économiques ont été terribles et les solutions ont eu de la peine à se mettre en place. Certains politiciens mériteraient de s’informer un minimum avant de réclamer une législation pour résoudre en date du 22 mars (!) cette crise sanitaire. L’OFSP est par ailleurs connu pour être un organisme purement administratif dont l’utilité peut se discuter.
    La vaccination reste un autre vaste problème, partout, dont les tenants et aboutissants me dépassent.

  2. Ces théories du complot, plus ou moins ouvertement exprimées, commencent à devenir lassantes. Non, il n’y a aucune volonté délibérée, et aux motifs peu avouables (!), des milieux médicaux de renoncer à des traitements médicaux au profit de la vaccination. Si de tels traitements existaient, et leur efficacité prouvée, ils seraient évidemment largement utilisés. Mais voilà, tous ceux qui ont été proposés jusqu’ici se sont révélés au mieux inefficaces, au pire dommageables. Mais des essais/recherches continuent et si un traitement efficace devait (enfin) émerger, n’ayez aucune crainte, son annonce serait immédiate et son utilisation par les professionnels de santé aussi. La pandémie de Covid coûte trop cher, sur tous les plans, pour se priver de quelque moyen que ce soit de la maîtriser. Arrêtons avec les “fake news” et la suspicion généralisée!

    1. Le problème ne vient pas des milieux médicaux, mais de la TaskForce. Il vaudrait mieux laisser les milieux médicaux retrouver leur autonomie.
      L’idée que le CF doit piloter les soins dans les hôpitaux et chez les médecins généralistes est une imposture intellectuelle. Le CF n’a pas les compétences pour le faire. Et la Taskforce est un lieu susceptible de conflits d’intérêt, étant donné que la Taskforce n’est pas contrôlée.
      Les questions sont donc tout à fait légitimes. A force de vouloir tout passer comme complotisme, vous empêchez le débat démocratique, qui est très nécessaire. Le CF pilote cahin-caha, et les citoyens ont tout à fait le droit de contester tel ou tel aspect de la gestion de la crise – car il s’agit de choix politiques.
      Je ne vois pas ce que cela porte de complotisme.
      Quant aux traitements, les pays n’ont pas agi tous de la même manière. Même en Suisse, la première vague n’a pas été traitée de la même manière que la deuxième. Je ne vois pas pourquoi, on n’aurait pas le droit de se poser des questions sur l’efficacité de tel ou tel traitement. De fait, l’Amérique du Sud s’est largement soignée avec de l’Ivermectine. Est-ce complotiste de le dire? A-t-on encore le droit de se poser des questions en matière de santé? Car lorsque je consulte mon médecin, je pose des questions. De même, mon médecin me pose des questions. C’est ainsi que fonctionne la confiance.

      1. @Samy : Merci pour votre contribution rationnelle. Le réel problème est que le “covidisme” a été élevé au rang de nouvelle religion, avec ses grands prêtres (la “task force”), ses croyants et ses serviteurs qui ostracisent tous ceux qui osent réfléchir et se poser des questions sur la gestion politique de cette plandémie, et cataloguent les mécréants de “complotistes” car ils osent dévier de la pensée unique. Le temps dira peut-être quels faits ont été inventés pour le bénéfice de qui. Discuter avec des gens empêtrés dans leurs dogmes est très difficile car hors de leurs dogmes, il n’y a pas de salut.

    2. Combien ont été investi par les états en comparaison de l’investissement à fond perdu dans la recherche pour les vaccin covid, sans contrepartie? C’est un problème majeur.

      Oui des recherches continuent, mais les pharmas ne sont pas des entreprises philanthropiques, elles doivent rentabiliser, vendre des médicaments au prix fort, quitte à ne pas promouvoir un médicament efficace bon marché. On ne peut prendre leur paroles pour argent comptant.

      La suspicion est nécessaire lorsque qu’il y a un doute de conflit d’intérêt ou des divergences d’opinions. C’est clairement le cas dans le cadre des traitements du covid-19. Par exemple une pléthore de médecins militent en faveur de la vitamine D ou de l’Ivermectine. Des États l’ont ainsi adoptés. C’est un peu simple et dédaigneux de les classer dans la catégorie “fake news” ou incompétents.

      Le monde est majoritairement dirigé par des intérêts financier, des volontés de pouvoir, par la peur, et souvent par l’ignorance et l’arrogance, non pas par la solidarité et la bienveillance. Malheureusement ceux qui sont dirigés n’échappent souvent pas aux mêmes principes. C’est un commentaire général, n’y voyez rien de personnel.

    3. De mon point de vue, c’est l’obscurantisme qu’il faut chasser de nos esprits, pas notre capacité à interroger, à questionner voire même à remettre en question. Il fut un temps où celui ou celle qui remettait en question le dogme de la terre plate se faisait purement éliminer pour cause de point de vue divergent. Ces gens complotaient contre le pouvoir en place ! Quelle effronterie !

      Personnellement, je trouve insupportable et irrespectueux de ne pas pouvoir questionner telle ou telle décision sans être immédiatement taxé de “complotiste”.
      Pour votre “mal aise” je vais en poser une qui va vraiment déplaire et fâcher :

      Pourquoi ne pas tout simplement accepter la situation et faire avec ?
      Notre espérance de vie n’a fait que croitre.
      En Suisse nous déplorons 9’400 morts avec le COVID (et pas forcément du COVID, de l’aveux même de l’OFSP) dont l’immense majorité est décédée à un âge avancé.
      Chaque année nous perdons en Suisse plus de 65’000 personnes et pas toutes aussi âgées.

      Il y a une année, au début de la pandémie, l’objectif qui était clair et semblait louable était de faire en sorte que nos hôpitaux ne soient pas submergés. Ils ne l’on finalement pas été. Probablement aussi grâce aux démarches et aux précautions que nous avons toutes et tous prises.

      Aujourd’hui quel est l’objectif ?
      Nous n’en savons plus rien. Et je pense que maintenant la situation a assez durée.
      Nous devons revenir à une normalité acceptable et accepter aussi que la mort fait partie de la vie. Accepter que nous ne sommes pas tout puissants et que nous ne contrôlons vraiment pas grand chose.

      Et une dernière chose : mes questions qui parfois fâchent et ne sont pas toujours publiées parce qu’elles n’alimentent pas “le sens de l’histoire”.

      1. @des questions qui fâchent
        Merci pour vos lignes. J’abonde dans votre sens. Pour ma part, je ne parle plus de ce que nous vivons, de ce que je ressens, de ce que je pense aussi, par peur de déclencher un tsunami d’agressivité de mon interlocuteur et que l’on me colle l’étiquette sur le front “complotiste” et ceci même dans ma propre famille. Si j’ose affirmer à mes proches que je ne me ferai pas vacciner, je suis regardée avec des gros yeux… comme si j’étais responsable de continuer à répandre la Covid_19 sur cette planète. C’est regrettable. Et ce qui me fâche le plus et m’effraie, ce sont les contrôles de la Police qui entre dans les bureaux, les magasins, voire même des rencontres privées… Que notre CF encourage à la délation, dans un Etat libéral comme le nôtre, me dépasse.

        1. Bonsoir Madame, je suis très attristée de lire vos lignes. Il ne faut pas que toute cette agressivité vous perturbe pareillement. Pensez à vous et, ma foi, soyez un peu égoïste (juste le temps qu’il faudra) en vous protégeant.
          Pour la présence “policière”, personnellement j’en ris car j’observe cela aussi dans d’autres Cantons (non francophones) vu que je rôde tout le temps. A certains endroits, il y a plus de policiers versus surveillants que d’autres êtres humains. Je me dis qu’il faut bien les occuper à certains tâches du moment que les autoroutes et les endroits publics sont désertés des allées et venues habituelles.
          Une excellente soirée et tout mon modeste soutien.

  3. Covid et liberté d’influencer : entre la dictature et la liberté d’expression.

    Il n’était pas évident pour moi, vers la fin de l’année passée, que la population dans son grand ensemble prenne mieux conscience que ce n’était pas le moment de relâcher les efforts pour contrer la pandémie. Ce virus se manifeste et agit par vagues, au vu des graphiques nous avons pu comprendre que les relations de causes à effets n’étaient pas simples à établir par les scientifiques, et parmi ces nombreux facteurs quels étaient ceux qui pouvaient être mis en relation ? Des voix se faisaient entendre largement dans la presse, attendant des scientifiques qu’ils fournissent de plus claires réponses ou sinon se taisent : un travail de sape qui semble se poursuivre encore. Après la mise en doute de la prévention basique, celle des vaccins, réunissant dirait-on de majeurs effets secondaires propres à détruire notre qualité de vie ! Jusqu’à en mourir ?..

    Bien que les connaissances scientifiques sur la transmission et les conditions favorables au développement d’un virus en général aient été utiles à prendre en considération plus tôt, une bonne part du public demandait la preuve que Covid-19 n’était pas « une grippe comme une autre ». Il a fallu presque une année pour cesser de perdre du temps, et enfin voir les gens porter leur masque dans les magasins. Cette inertie n’est pas propre qu’à l’humain, elle s’ajoute malheureusement à celle du virus qui tarde à manifester ses effets pour que les causes puissent être clairement identifiées. Personnellement je veux vivre, de préférence sans séquelles, c’est cela ma première liberté et je crois que c’est parfaitement humain. À la « dictature sanitaire », qui est une caricature, j’oppose en exagération aussi les « libertés dévastatrices », et j’y inclus les discours dans le genre de la petite histoire qui va suivre, incitant à étudier l’effet réel du parapluie sous l’orage : « Serons-nous mouillés si nous le laissons fermé ? Et quand bien même il resterait ouvert, le vent ne réussirait-il pas à le retourner ?.. Oh voyez là-bas le pauvre bonhomme tout trempé ! N’a-t-il pas les moyens de s’offrir un parapluie ? Devrions-nous l’aider ?.. »
    — Point du tout, vous lui ôteriez cette débridée liberté qui lui est vitale, loin de la nôtre que nous savons mesurer. Aurions-nous l’idée d’ouvrir tout grand la fenêtre afin de poursuivre notre conversation sur le balcon ?
    — Oh ce serait si drôle ! Pourquoi ne pas céder ne serait-ce qu’un instant à cette petite folie ?
    — Inconsciente jeune fille, qu’adviendra-t-il de votre adorable personne si vous recevez la foudre ?
    — Mais et le pauvre bonhomme sans parapluie ? N’allez-vous pas le retenir lui aussi ?
    — Pour le mettre où ? Je me sentirais peu généreux de le soustraire à sa vie en l’accueillant chez nous, où protégé de la foudre il se trouverait tout soudain immergé dans le confort d’une vie de qualité. Cela l’étoufferait !
    — Je ne connaîtrai donc jamais sa grande liberté ?
    — Jamais, je vous en protégerai !
    — Quelle liberté ai-je encore, si pour la garder vous me contraignez ?
    — Sans moi vous la perdriez !
    — Vous me muselez !
    — Point en tout cas pour vous empêcher de parler, parler, parler !..

    Que de libertés nous défendons, c’est bien dans ce domaine que l’on a le plus de peine à se comprendre. Le désir de liberté est gravé dans notre instinct : tout sauf être enfermé ou mourir. Sauf que celui-ci n’est pas le maître de notre vie, nous sommes heureusement capables de raisonner. Entre l’instinct et le raisonnement, c’est parfois dans les deux sens à double tranchant…

  4. A nouveau un grand merci pour votre “grain de sable” dans un monde trop hygiénique et puriste. Vous dites tellement mieux que moi ce que j’expérimente dans ma vie. Etant d’une génération qui ne veut pas tout tout de suite ou a appris à accepter une certaine dose de “souffrance” morale ou physique, je me suis vite tournée vers des médecins qui m’écoutent, ne me donnent pas immédiatement des produits pour calmer le mal, quel qu’il soit. J’ai expérimenté bien des médecines alternatives, en cas de véritables besoins et toujours avec des résultats (plus ou moins rapides ou durables) mais sans 36 mille effets secondaires. Oui je me suis faite vacciner à l’époque de mes voyages, mais à un âge où je n’étais pas consciente de certains risques à long terme. Actuellement j’aimerais juste avoir le choix de me faire vacciner à un moment opportun et d’avoir le choix du vaccin. Cela me rassurerais aussi beaucoup de savoir que les entreprises pharmaceutiques travaillaient aussi à la recherche d’un ou plusieurs médicaments qui soignent avant les soins intensifs. Merci à vous tous qui me lisez et me comprenez peut-être.

    1. Bonjour Mingard, merci pour vos lignes. Je vous comprends trop bien et tout ce que vous mentionnez est correct. Et j’apprécie la terminologie “juste avoir le choix” car cela ne va pas de soi dans l’esprit médico-pharmaceutique. Les Pharmas sont des tyrans qui exigent, imposent et se lavent soigneusement les mains en cas d’effets secondaires indélébiles, mutilateurs, voire mortels. Les mutilé(e)s, mort(e)s sur effets secondaires médicamenteux sont méprisé(e)s, ignoré(e)s, éliminé(e)s.
      Ils(elles) disparaissent car cela fait désordre surtout dans cette Suisse “propre en ordre”; il y a toujours une excuse toute prête pour expliquer ceci ou cela. Admettre un échec et réparer les dégâts ne fait pas partie de leur mentalité de base.
      Mais encore, la médecine sait très bien comment procéder pour mettre de côté les “dommages collatéraux” tout en les commentant cruellement dans les dossiers médicaux.
      Sur le sujet des effets secondaires indélébiles, mon expérience privée est immense et très très longue.
      Et je vais être très crue, les médecins et Pharmas auraient préférés que nous disparaissions depuis très longtemps parce qu’encore aujourd’hui, nous sommes les reflets hélas survivants de leurs cruelles expérimentations, erreurs diverses et donc cuisants échecs inavouables …..
      En d’autres termes, les Pharmas ont acheté et obtenu des droits particuliers que nul autre humain n’obtiendra jamais: Soigner et guérir parfois, ravager et détruire d’autres fois, avec la très subtile complicité des médecins et actuellement du monde politique.
      Nous les humains sommes devenus une vaste et inépuisable réserve de cobayes.
      Alors il me semble urgent de cesser de rêvasser, de nous réveiller et regarder la féroce réalité bien en face, sans aucun fard.
      Et pour les futures générations, un changement radical est indispensable. Portez-vous bien !

      1. @Eliane AB, bonjour,
        Pour reprendre votre phrase :
        -Alors il me semble urgent de cesser de rêvasser, de nous réveiller et regarder la féroce réalité bien en face, sans aucun fard.-
        Ok., Que proposez-vous ? … Pour ma part, il me semble être bien réveillée… et je pense même que je ne me suis pas endormie et ceci depuis le début de cette “grippe un peu plus virulente que d’autres”… mais je ne vois et n’entends aucune démarche concrète à ce sujet ? Bien à vous.

        1. Bonjour Lise Susanne Conod, je comprends votre désarroi.
          De mon côté, je cherche des solutions qui correspondent à mon profil médical fort complexe, c’est-à-dire 4 spécialités qui s’entre-choquent et qui se contrarient tout le temps depuis plus de 50 ans …… C’est très amusant à observer et j’ai une masse d’anecdotes en réserve sur les conflits inter-spécialités, certaines très cruelles voire bestiales ! En d’autres termes, de l’or en barre pour des sketches ironico-comiques.
          Je suis une adepte de la médecine personnalisée (cf. profils pharmaco-génétiques) et n’adhère donc pas à la médecine de masse. Chaque patient(e) est unique, doit chercher ses propres solutions et ne pas écouter Pierre Jacques Jean sans réfléchir un peu égoïstement.
          Exemple: le Panadol R (paracétamol) est distribué comme une goûteuse pâtisserie pourtant il est extrêmement toxique chez certain(e)s patient(e)s.

          Certains blogueurs ont mentionné la D3 ainsi que d’autres vitamines pour renforcer notre immunité. Correct. Avec ma néphrologue de référence (à l’étranger), et sans attendre des inutiles tergiversations et/ou commentaires moqueurs, nous avions déjà mis en place la D3 à très hautes doses (1 mio UI), actuellement un peu plus souvent que précédemment et le corps utilisera juste ce dont il a besoin. De toutes les façons, les surplus seront automatiquement éliminés.
          Idem pour la B2 que mon organisme métabolise difficilement via les aliments.
          Une prévention et un renforcement bienvenus qui ne coûtent absolument rien.
          Et comme je suis astreinte aux contrôles sanguins trimestriels, nous verrons bien les influences des dosages un peu plus soutenus. Idem sur mon status immunologique.

          Pour les nouveaux vaccins, j’ai procédé à des demandes précises par rapport aux dangers potentiels avec mon profil médical particulier. Des mois après ces demandes écrites, nous avons encore et toujours un score 50 / 50 ….. Si des spécialistes d’allergologie / d’immunologie refusent de répondre clairement et par écrit, c’est qu’il y a anguille sous roche. Point. Affaire en stand-by. Je ne vais pas leur courir après !

          Lorsque je me rends au garage effectuer un contrôle général de mon véhicule avant une grande virée, j’ai souvent la bizarre impression que la mécanique sur roues est nettement mieux gérée que la mécanique humaine……

          Bien sûr, il ne faut pas se limiter à nos frontières étriquées, mais impérativement élargir notre champ d’observation et d’investigations. Et surtout ne pas avoir peur. La peur reste du pain béni pour les Pharmas.

          Alors j’encourage chaque personne à obtenir des assurances écrites auprès du ou des médecin(s) de confiance par rapport aux éventuels traitements médicamenteux versus vaccins. Et peser le pour et le contre sans regarder ce que font les voisins. Néanmoins, la confiance reste une affaire très compliquée. Parfois, il y a des trahisons, des mensonges et il y aura probablement une aggravation des bassesses ou exactions à cause de cette pandémie.
          Je fais tout par écrit et si je vois qu’un médecin versus chirurgien versus hôpital minimise ou oublie des éléments importants de mon profil, je retire mon dossier manu militari. Il y a assez de choix ailleurs, et un choix de grande qualité. En plus, la Loi suisse protège les patient(e)s mais nous l’oublions constamment.

          Notre réalité actuelle est bien cruelle. Ne baissons surtout pas les bras !
          Nous nous dissimulons sous de jolis masques puisque camoufler une partie du visage a été décrété obligatoire …. Maintenant, tentons de séparer le bon grain de l’ivraie et choisissons des solutions qui nous siéront à merveille.
          Portez-vous bien.

  5. @Mme Sandoz : Vous vous posez les mêmes questions que beaucoup de scientifiques et médecins de renom et de quidams, tous traités de complotistes car ils ne gobent pas les décisions incohérentes de la “task force” composée d’experts autoproclamés qui ont offerts leurs “conseils” au CF sans dévoiler leurs multiples conflits d’intérêt avec les pharmas. Les membres du CF n’ont pas la moindre idée médicale ou scientifique et font dès lors aveuglément confiance aux “experts qui ne veulent que notre bien” pendant qu’ils sont grassement payés par les pharmas. Nous aussi, on aimerait bien avoir des réponses à ces questions mais tant que les pharmas n’ont pas rempli leurs quotas de milliards de profit en fourguant leur camelote à des gens paniqués, il ne faut pas espérer de réponse. Hélas….

    1. Bonjour Eric D. Merci de votre commentaire. Le commun des mortels n’a aucune idée de ce qui se passe vraiment en réunions confidentielles avec experts / scientifiques de tous bords. Seule la pointe de l’iceberg émerge. La population n’est jamais mise au courant de tous les tenants et aboutissants et ne le sera pas ou prou. Parole de scribe ! Ce qui nous est transmis n’est que le polissage en surface. Le propre en ordre …. Pour connaître les vraies teneurs des discussions, il faudrait gratter en profondeur ou se transformer en petite souris inquisitrice, sans se laisser ni piéger ni euthanasier.
      Car dans la vraie réalité politique et scientifique, il ne faut surtout pas informer ni révéler la vraie teneur des débats entre ces “êtres supérieurs”.
      La transparence absolue ne fait pas encore partie des mœurs.
      Et vous ne rêvez pas, vous êtes parfaitement clairvoyant. Il n’y aura jamais de réponse des Pharmas hormis une dilution très soigneusement réfléchie des responsabilité, fort probablement déjà élaborée du point de vue juridique.. (protocoles automatiques de négation et de défense). Et que peut faire une simple victime d’effets collatéraux gravissimes contre un géant multi-milliardaire ? Rien du tout.
      David contre Goliath, cela ne fonctionne pas contre les Pharmas. Tout au moins en Suisse car le peuple n’a pas encore assimilé le mécanisme dans lequel les Pharmas nous emprisonnent.
      Tout récemment, il a été révélé l’émergence possible de zonas post-vaccination. Mais qui dans la population sait très précisément ce qu’est un zona, comment il se révèle, pourquoi du point de vue immunologique sur tel ou tel trajet nerveux mais encore quelle est l’intensité et la durée des douleurs en relation ? Seuls les abonné(e)s au zona peuvent confirmer l’horreur durable des douleurs générées (souvent plus de 3 mois non-stop de torture du genre décharges électriques entre les plaques d’un zona). Les médecins soi-disant spécialistes sont impuissants face à l’émergence d’un zona et ils le savent très bien. La médecine ignore superbement ces phénomènes et rejette très souvent les patient(e)s (réponse classique = ma foi …..). Et quel(le) patient(e) a envie de rajouter une très grosse couche de douleurs affreuses et durables pour le plaisir de scientifiques irresponsables, de Pharmas qui ferment les yeux et de médecins impuissants ? Aucun(e) face à l’attitude généralisée de supériorité du corps médical.

      Les médias et les interviews de spécialistes “interchangeables” depuis un peu plus d’un an: pour des personnes connaissant le milieu hospitalo-universitaire dans les très grandes profondeurs, il est très affligeant d’observer l’absence de “pouvoir de persuasion” des interviewés et la désolante banalité des propos tenus en direct via divers canaux disons “officiels”. Surtout lorsqu’en sus nous connaissons les mentors de ces jeunes scientifiques !
      Il y a une absence foudroyante de ligne de conduite stricte. Exactement comme notre CF.
      Et les innombrables prises de bec (citées par Prof. S. Sandoz) entres ces scientifiques sont diluées jusqu’à l’absolution alors que nous, les simples quidams, sommes en permanence menacés. Il y a comme une immense aberration….

      Le petit peuple devrait tout gober sans réfléchir, tout accepter, y compris les “arrêts domiciliaires” manu militari. Alors que le CF tâtonne à petits pas, ne s’excuse jamais, impose tout en restant non punissable pour ses égarements et les “punitions” que nous subissons depuis un peu plus d’un an.

      La recherche a pris actuellement une voie unique. Il semble bien que toute autre idée “thérapeutique” doive être éliminée. En d’autres termes, la voie royale vers le contrôle absolu sur nos vies.
      Allons-nous vraiment accepter cela pour nos petits-enfants ? Pour ma part certainement pas.

      Le fameux virus aura peut-être permis de mettre le feu aux poudres de pratiques complètement surannées, alors n’est-ce pas le bon moment pour EXIGER une refonte complète et radicale du mode de fonctionnement des scientifiques (médecins y compris bien sûr) et des politiques envers nous le peuple ?
      Pour un droit à une transparence maximalisée et presque absolue pour tout ce qui touche à l’humain. Et plus jamais de petites cachoteries très soigneusement organisées et d’avance “couvertes” par les autorités de ci et de là …. Portez-vous bien !

    2. Pour votre information:

      “Les membres de la Swiss National COVID-19 Science Task Force ne reçoivent ni rémunération ni compensation pour leur travail au sein de la Task Force. Chaque membre a déclaré tout conflit d’intérêts potentiel. Ces documents sont disponibles sur la page Organisation et groupes d’experts”: ttps://sciencetaskforce.ch/fr/organisation-et-groupes-dexperts/

      Source:

      Swiss National COVID-19 Science Task Force (ttps://sciencetaskforce.ch/fr/page-daccueil/)

      Renseignez-vous donc ailleurs que chez Madame Soleil …

      1. Bonjour et merci R. Nale. Il faudrait toujours regarder des deux côtés du miroir. Pas seulement ce qui est bien organisé pour devenir plaisant, rémunérateur et politiquement correct.
        Or les coulisses du vaste univers hospitalo-universitaire + pharmas sont beaucoup plus sombres (et peu présentables) par rapport à la réalité très partielle qui nous est subtilement présentée. Pas de complot. Que des faits et une gigantesque masse de cachoteries non publiques à ce jour. Expérience oblige …. Portez-vous bien !

        1. Les cachoteries dont vous parlez sont-elles le fait du seul monde médico-pharmaceutique et universitaire? N’existent-t-elles pas dans toutes les formes de collectivités humaines – familles, entreprises, institutions à but lucratif ou non, administrations, etc.? Dans la mesure où elles ne tombent pas sous le coup de la loi, comment les éviter?

          En ce qui concerne le monde médico-pharmaceutique, à vous lire il semble que vous nourrissiez à son encontre une rancune tenace dont, pour des raisons qui vous sont propres, vous ne souhaitez pas révéler les causes.

          Si vous avez connaissance de ce que vous appelez des “cachoteries”, eu égard à la longue expérience que vous revendiquez de ce milieu, pourquoi ne pas en faire part sur la place publique? Auriez-vous peur de défendre vos opinions ou craignez-vous des représailles?

          A défaut, qui fait alors des cachoteries?

          1. Bonjour RN. Connaissez-vous la signification “accords de confidentialité” ? J’imagine bien que oui, alors vous pouvez comprendre entre les lignes. Très longue expérience en effet.
            Mais encore, la fraude existe depuis la nuit des temps et dans tous les domaines. Personne n’est épargné. Je cite “Research is conducted by humans … Fraud and misconduct are a very old affair”.
            Egalement relire “Your money or your life” de David M. Cutler.
            Dans le contexte qui nous occupe, poser vous la question suivante par rapport à la Loi Fleiner 2 …… Charybde ou Scylla ? surtout par rapport au respect de la dignité humaine et de l’autonomie absolue dans les choix.
            Ouf ! En démocratie, chacun(e) est libre de réfléchir et penser comme il(elle) l’entend.
            L’important est de ne jamais se laisser influencer mais toujours garder son libre arbitre.
            Dans toutes les situations, sans aucune exception.
            Une excellente soirée.

      2. @R. Nale: Votre naïveté est touchante. Depuis quand les gens dénoncent leurs propres forfaits ? Avez-vous seulement regardé les cv de ses “experts”?

        1. Oui, quitte à vous surprendre je les ai regardés, et même, pour certains, plutôt trois fois qu’une. Je ne vois pas ce qu’il y a à en redire, bien au contraire. Et vous? De quels forfaits parlez-vous? pouvez-vous en fournir des indices?

          A propos, connaissez-vous la définition du naïf? Selon Denis de Rougemont, dans le monde moderne un naïf est un “individu qui soutient des idées qui ne rapportent rien”. A vous lire, tous les membres de la Task Force sont donc des naïfs puisqu’ils ne rapportent rien – du moins pas à eux-mêmes.

      3. A vous lire, il n’y a aucun conflit d’intérêt et des experts qui travaillent gratuitement par pure philanthropie. Laissez-moi rire un bon coup!
        Mais rassurez-vous, bcp de scientifiques continuent leur travail honnête dans l’ombre, loin de la Taskforce. Et cette crise – inédite dans l’histoire humaine – trouvera aussi son épilogue. Laissez passer un peu de temps. On y verra vraiment plus clair dans 5 à 10 ans.
        Si la Taskforce voulait être honnête et scientifique, qu’elle commence par exposer ses débats au public – ou du moins ses PV, comme le fait chaque scientifique lors d’un congrès ou dans la publication de ses articles. Et être ainsi sous l’oeil bienveillants des pairs qui peuvent critiquer et améliorer les analyses. Mais comme tout se fait à huis clos, permettez de critiquer ce fonctionnement en comité restreint. Car même s’il n’y a officiellement aucune rémunération, il y a bcp de pouvoir en jeu.

        1. Merci pour votre commentaire et pardonnez-moi ma réponse tardive. Je serais tout à fait d’accord avec vous si le contexte n’était pas, comme vous le soulignez vous-même en relevant son caractère historique, exceptionnel. S’il y a conflit d’intérêt, encore faut-il pouvoir le démontrer. C’est vous qui parlez de pure philanthropie. Quant au travail honnête que poursuivent les scientifiques à l’abri des projecteurs, merci de me rassurer, mais c’est inutile: Pour les avoir côtoyés presque tous les jours pendant plus d’un demi-siècle, je ne le sais que trop.

          Au sujet des PV, en principe il n’y a aucune raison pour qu’ils ne soient en effet pas rendus publics. Je ne connais pas la règle applicable dans le cas de ceux de la Task Force. Si je m’en tiens à ma propre expérience de la recherche, pour en avoir rédigé plus d’un, je n’ai jamais constaté qu’ils étaient tenus secrets. Encore fallait-il que quelqu’un en dehors de nos laboratoires s’y intéresse.

          Du reste, un PV n’est pas un article soumis à publication, ni un descriptif de projet proposé à un congrès. C’est un document purement interne. Quel intérêt y aurait-il à le publier?

          Quant à la “bienveillance” des pairs, tout chercheur sait qu’il peut compter sur elle pour ne lui épargner aucune faute, serait-ce de la moindre virgule. Et quiconque a assisté à une soutenance de thèse a pu constater que le candidat n’y est le plus souvent que pour donner prétexte à deux … savants incrustés de se haïr avec science.

          Enfin, ni l’enseignement, ni la recherche, activités humaines parmi d’autres, ne sont à l’abri de l’arbitraire et des procès à huis-clos. Si je m’en tiens à ma propre expérience, je pourrais même vous en évoquer quelques-unes qui auraient de quoi vous divertir. Dans le genre “procès de Moscou”, on n’est pas en reste, à l’Alma Mater (mais dans ces cas-là, on sait faire vite disparaître les PV embarrassants). Oui,…! Elle est bien gardée, la science… et même beaucoup mieux que ce que l’homme de la rue imagine.

          Laissons à ce sujet le mot de la fin à un connaisseur:

          “Belle armoire bien fermée, l’université. Beaucoup de pots, peu de confitures.” – Edmond Gilliard, “L’école contre la vie” (Lausanne, 1973).

          1. Dison, que plus un organisme a de pouvoir, plus il faut s’assurer que ce pouvoir est juste et équilibré.
            D’où l’intérêt de publier les PV, qui peuvent être analysés ouvertement.
            Bien sûr, les circonstances sont exceptionnelles, mais cela ne signifie pas un chèque en blanc. Chacun doit connaître ses limites, sinon gare aux dégâts sur le long terme en cas d’erreur d’évaluation.
            Personnellement, je fais plus confiance à l’intelligence collective qu’à l’intelligence de quelques-uns, fussent-ils des génies. Chacun fait des erreurs, c’est la vie.

    3. Merci Eric D. de votre commentaire. Votre vision des Pharmas rejoint la mienne …. voir réponse à Mingard. Les membres du CF sont de vrais ignorants hors politique et sont donc manipulés par le bout du nez. Or ils ne s’en rendent même pas compte ! Désolant. Les experts sont en tout premier lieu préoccupés par leur réputation, le renforcement de leurs curricula vitae et les possibilités de progression académique, en Suisse ou ailleurs, peu importe. Celles et ceux qui pensent le contraire devraient s’immerger au moins un mois dans cet univers très particulier. Ensuite, après avoir nagé en eaux troubles, ils/elles changeraient irrémédiablement d’avis ! Et comme vous le notez, la panique, la peur sont extrêmement rentables. Un nouveau jeu boursier ….. Portez-vous bien.
      “Cui prodest ?”

      1. @ Eliane AB: Vous avez raison de caractériser cet univers de “très particulier”. Durant les 55 ans de ma carrière professionnelle “éclectique”, j’en ai passé six à travailler pour un très grand groupe pharma US. J’étais corrupteur, ai financé des études scientifiques et des essais cliniques dont les conclusions étaient bénéfiques aux produits de l’entreprise, ai fait des “cadeaux” aux décideurs hospitaliers et à des fonctionnaires de la santé publique (pas toujours en cash) et étais un lobbyiste assidu pour mon employeur. C’est une période de ma vie dont j’ai honte. J’avais démissionné et complètement changé de domaine d’activité afin d’éviter ce milieu. Je ne jette nullement l’opprobre sur les médecins et chercheurs en général mais il y a quelques moutons “pas très blancs” parmi eux comme même l’OMS l’a relevé.

        1. Bonsoir Eric D. Comme je vous comprends. Je sais exactement de quoi vous parlez ! Avec l’expérience des éléments déjà publics et tous les autres bien camouflés, non pas dans les grottes maudites de l’armée à Mitholz (BE), mais dans d’autres coffres-fort hautement sécurisés.
          Je salue votre courage d’avoir osé “démissionner” de ce monde de requins enragés.
          Une excellente soirée.

    4. Dans le courant janvier dernier , des médecins généralistes fribourgeois s’exprimaient dans le journal chéri des Fribougeois sur leur scepticisme quant aux vaccins mis sur le marché un peu trop vite et qui, de ce fait ne donnent pas assez de recul quant aux effets secondaires.. (De nombreux scientifiques mettent aussi en garde :” L’épidémiologiste Catherine Hill et le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière Eric Caumes ont mis en garde contre un “excès de précipitation” dans la course au vaccin anti-coronavirus et considèrent qu’il est trop tôt pour connaître son efficacité.”).. Mais ces médecins fribourgeois se sont fait “démonter” par les Mandarins de la santé qui les ont accusés de “trop aller lire les sites complotistes”.. pas moins ! Pourquoi ces médecins qui travaillent “sur le terrain” et non dans des laboratoires, n’auraient-ils pas un point de vue à prendre en compte ? Comment , en observant cette “guerre” contre ces médecins qui marchent en dehors des clous, ne pas soupçonner un “complot” de la finance dans le domaine la recherche pharma…. rentabilité oblige ? Je suggère la lecture du blog du Dr Gérard Maudrux, chirurgien urologue libéral à Grenoble. : “Ivermectine mon amour” ou sur le site de France Soir du 02/01/2021 …
      Ceci dit , il n’y a pas que dans le domaine de la santé que la doxa empêche toute opinion différente de la sienne de s’exprimer sous peine de se voir qualifier de complotisme ou de populisme….

  6. Il est vrai que les scientifiques n’ont pas beaucoup communiqué sur l’efficacité de certains médicaments concernant les formes graves du Covid 19. Ils n’ont par ailleurs que peu ou pas mentionné les médicaments qui pourraient être administrés à titre préventif.

    On le sait depuis plusieurs mois déjà, la vitamine D pourrait avoir un rôle très intéressant à titre préventif. La prise de cette vitamine pourrait contribuer à baisser de façon intéressante le pourcentage des personnes hospitalisées en soin intensif. Des études randomisées semblent donner de bons résultats à ce jour mais tout ceci doit être confirmé. Cette vitamine est aussi conseillée par les cancérologues pour lutter contre la récidive de certains cancers comme le cancer du sein. On peut imaginer que les cancérologues ne sont pas des charlatans.

    On peut prendre divers exemples de médications mais pourquoi ne pas conseiller à tout le monde de prendre la vitamine D dont on sait que 60 % de la population n’en consomme pas suffisamment. En tout état de cause, cela ne coûterait pas cher à la société. Si ce n’est pas une solution miracle, il n’en demeure pas moins qu’au stade où nous en sommes, il serait stupide de s’en priver. Il faut ajouter que la prise de cette vitamine doit être calculée correctement car un abus pourrait avoir un impact néfaste sur les fonctions hépatiques. Donc à discuter avec un professionnel.

    1. Bonjour Madame, j’ai lu avec retard ce blog et les commentaires, mais comme cette histoire de la vitamine D je l’ai vécue personnellement, j’aimerais vous relater mon expérience. Novembre 2019 j’ai fait le contrôle annuel, tout était en ordre, compris le fer et la vitamine D. Mars 2020 j’ai eu la Covid (soignée à la maison par mon médecin). Ne me reprenant pas, fatiguée pendant des mois, on a fait un autre contrôle, juillet 2020 et là surprise, un déficit important de fer et de vitamine D ! Ensuite, lorsque j’ai lu cette étude qui disait que le virus attaque surtout les personnes qui n’avaient pas assez de vitamine D, moi j’en ai déduit que c’est le contraire : le virus m’avait littéralement bouffé le fer et la vitamine D. Donc c’est, sans doute, utile comme thérapie pour aider la suite, longue et désagréable, post-Covid mais probablement pas comme anti-Covid.

  7. Il y aurait tant étant de choses à faire autre que la séquestration du peuple. Mais alors ça ne concernerait que la Covid et pas la politique…
    Mais toutes ces questions sont pertinentes chère madame qui osez les formuler. Mais QUI à part peut être le Dr Raoul privé de médicaments et de parole voudra y répondre?

  8. Merci pour cet article qui re-met en lumière des fait essentiels liés à la gestion de la pandémie covid. Je vous suis entièrement sur l’ensemble de vos propos. En ce qui concerne la task force, si le CF avait jugé nécessaire de limiter la liberté d’expression publique de ses membres, et pour autant qu’il en ait eu le pouvoir (?), il l’aurait probablement fait. Mais ce n’est pas en limitant cette parole que nos autorités auraient gagné la confiance de la population, bien au contraire. Les personnes qui aimeraient le faire aujourd’hui le font par dépit car ils sont énervés de la situation et n’ont rien trouvé de mieux qu’imaginer museler des scientifiques. Quel opportunisme et quel manque de clairvoyance!

    En ce qui concerne les traitements du COVID, vous pointez à mon sens un enjeu majeur. Si l’on avait fait un effort financier pour développer des traitements comme pour les vaccins, la situation serait certainement bien différente aujourd’hui. Je crois personnellement que notre société baigne dans ce que je nomme la culture du vaccin et cela à été très facile de convaincre les politiques et la population que c’était la seule solution pour enrayer la pandémie.

    Il y a des voix différentes, mais elles n’ont pas été beaucoup relayées par les médias et souvent dénigrées, comme vous le dites. Cela me trouble. Quelle sorte d’influence se cache derrière? Des médicaments ont été mis en avant comme par exemple l’Ivermectine. La grande majorité des instances médicales ne lui reconnait pas d’avantage face aux COVID, comme aux HUG, mais beaucoup de scientifiques du domaine médical militent en sa faveur. Et certains pays l’ont adopté.

    Le fabriquant de l’Ivermectine (Merck, Stromectol), à déclaré récemment que l’Ivermectine n’a aucun effet pour traiter le COVID:

    ttps://www.merck.com/news/merck-statement-on-ivermectin-use-during-the-covid-19-pandemic/

    En même temps, Merck a signé un accord avec les USA pour le développement d’un nouveau médicament pour traiter le covid. 356 millions de $ pour 100.000 doses, donc plusieurs milliers de francs par dose. Un traitement à Ivermectine coûte environ 2 francs. Que faut-il donc penser de la déclaration de Merck ci-dessus?

    ttps://www.merck.com/news/merck-announces-supply-agreement-with-u-s-government-for-initial-doses-of-investigational-biological-therapy-for-the-treatment-of-patients-with-severe-and-critical-covid-19/

    Personnellement, je suis plutôt enclins à faire confiance à des personnes qui n’ont pas ce genre d’intérêts. Par exemple:

    ttps://covid19criticalcare.com/

  9. Vous êtes, vous et votre parti, à l’orgine des atermoiments du Conseil fédéral, atermoiements qui cet automne ont conduit à la mort, aux tentes funéraires dressées à la hâte et aux crématoriums fonctionnant sans relâche. A la décrébilisation de la Suisse sur le plan international. A l’abandon du droit à la vie. Le tout en étant comfortablement planquée dans votre banlieue bourgeoise, vivant de votre rente et de votre rente de situation, vos banquiers spéculant pour vous. “Mort et Poignon”, voilà une série dont vous pourriez être l’acariatre héroïne. C’est une maladie de vieux et d’obèses. Mais aussi une maladie de pauvres, les classes populaires étant bien plus touchée que la bourgeoisie.

    1. Votre commentaire est une caricature de pensée. Le CF a toujours décidé de manière autonome, avec les Cantons. Je n’ai pas l’impression que le Parlement n’ait eu bcp de pouvoir dans toutes les mesures. Alors penser que Madame Sandoz est responsable de crématoires et de morts de pauvres, c’est vraiment se moquer du monde.
      De fait le virus tue. Mais laissez les rares voix critiques continuer de poser des questions. Si vous trouvez la critique inutile, alors c’est que vous ne voulez pas que la situation soit améliorée.
      Et si les pauvres sont particulièrement touchés en Europe ou en Amérique, c’est en grande partie à cause de la malbouffe. Et là, il y aurait bcp à améliorer. La santé commence par une alimentation saine. Malheureusement, c’est un sujet peu saisi par nos autorités et politiciens. Les cours de cuisines et de diététique devraient être obligatoires et conséquents à l’école.

      1. @ Samy: Essayer de discuter avec CEDH est peine totalement perdue. C’est un “covidiste” pur et dur, convaincu de détenir la seule et l’unique vérité. …

        1. Bonsoir Samy et Eric D. Merci de vos commentaires. Dans toutes matières scientifiques, il faut impérativement et toujours faire preuve d’une immense modestie ….. Pour les curriculum vitae dont parle un internaute, il faudrait procéder à une analyse fouillée des “impact factors” de leurs publications respectives (IF qui changent d’année en année), puis faire une balance entre les publications originales et les simples revues et les chapitres, sans oublier les abstracts suite à des congrès, mais encore voir qui finance les fonds de recherche générés. Tout n’a pas la même “valeur” et parfois il y a des surprises.
          Ensuite, après cette analyse, nous pourrions avoir une meilleure idée ….. qui pourrait tout éventuellement améliorer le quota de confiance …. Bonne soirée.

  10. Bonjour madame, je suis d’une orientation politique opposée à la vôtre mais systématiquement admirative de vos points de vue précis et bien souvent très innovant, décalés de la pensée usuelle.
    Merci. Quant aux médicaments il suffit de regarder la carte des décès publiés par la RTS pour remarquer le peu de décès en Afrique où la consommation de chloroquine est systématique (elle fonctionne en prévention et au tout début de l’infection), et le peu de décès en Inde où est distribué , par le gouvernement,l’Ivermectine ( vieux médicament anti parasitaire, sans effet secondaire)associé au zinc. Donc il y a des traitements , mais ils ne coûtent rien. Les médecins du CHUV sont contre l’ivermectine car les recherches en double aveugle n’ont pas été effectuées: bien entendu ces recherches ont été faites pour le vaccin!
    Merci beaucoup pour votre attention à mon message.
    Avec mes plus cordiaux messages.
    Christine Rappaz

    1. Bonjour Christine Rappaz. J’apprécie votre commentaire. Merci. Vous mettez le doigt là où le bas blesse: L’argent, le profit à tout prix, le business = un autre virus qui détruit efficacement notre civilisation et qui rend aveugle lorsque des possibilités non rémunératrices et salvatrices existent. Bons messages.

    2. Il suffit de regarder la pyramide des âges de ces pays.
      Il suffit de regarder le taux d’obésité en ces pays.
      Il suffit de regarder le dècès préalable des sujets fragiles en ces pays.
      Il suffit de regarder les capacités diagnostiques en laboratoire limitées en ces pays.
      Il sufit de regarder la capacité et la volonté de dissimulation dans l’un de ces pays.

      Pour en conclure que rien n’est démontré s’agissant de l’efficacité de ces médicaments.

      Peut-être pourriez-vous, suivant le guide de votre homonyne psychiatre, nous indiquer l’art divinatoire permettant prédire l’efficacité des substances par vous citées.

      Votre homonyme psychiatre, qui se trouve être aussi mathématicienne, pourrait, s’agissant de l’une des substances par vous mise en avant, nous indiquez en quoi la méta-analyse contre-signée par Perronne serait meilleure que celle de Fiollet ?

  11. Chère Madame Sandoz,
    Une fois de plus vous posez les bonnes questions en raisonnant sainement et intelligemment. En l’occurrence, le point que vous soulevez apparaît essentiel au moment où la Suisse à l’instar d’autres pays européens semble vouloir s’acheminer vers cette hallucinante ineptie qu’est le passeport vaccinal.
    Sans entrer dans ce vaste débat qui nécessiterait un long développement, vous posez la question essentielle, à savoir pourquoi passe-t-on sous la jambe la prise en charge des malades dès les premiers symptômes alors que l’on sait que dans une large majorité des cas on pourrait éviter une péjoration conduisant les plus fragiles vers les soins intensifs et pour quelles raisons difficilement explicables a-t-on mis sur la touche et couvert d’anathème toute une série de produits ou substances ayant fait leurs preuves dans le monde entier depuis des décennies et qui sont encore utilisées avec succès dans de très nombreux pays ? Pour n’en citer que quelques-uns, prenons par exemple l’hydroxichloroquine utilisée depuis des décennies avec succès par des centaines de millions de personnes, qui était encore en vente libre au début de l’épidémie et que l’on a soudainement diabolisée de manière totalement arbitraire et inexplicable, allant même jusqu’à interdire aux médecins de la prescrire. Que dire également de l’Ivermectine, du zinc, des vitamines D et C, de l’armoise (artemisia officinalis) utilisée avec succès à Madagascar notamment et de bien d’autres substances naturelles comme l’ail noir qui pourraient apporter soulagement et guérison chez bien des patients en renforçant leur système immunitaire, plutôt que de tout miser sur un protocole expérimental à base de matériel génétiquement modifié dont on ne sait rien sinon qu’on n’en sait rien ?
    Certains vont bien entendu couvrir mes propos comme les vôtres au mieux de railleries, au pire de l’injure officielle qui permet de tout classer hors champ et bannir le bougre inculte sous l’étiquette non discutable de “complotiste” ou d’obscur “conspirationniste”. Merci à celles et ceux à qui cela démange de le faire, de prendre d’abord en considération que je me contrecirconstampille le badigoin de leur propension à l’étiquetage simpliste et que je n’ai pris la peine de rédiger ces quelques lignes que pour celles et ceux qui les utiliseront pour nourrir leur réflexion.
    Encore une fois, merci à vous Chère Madame Sandoz de poser les bonnes questions même si elles ne seraient que “juste tolérées au nom de la liberté d’expression” !

    1. @ John Longeole alias On nous prend pour des c…. alias Jabès Claude

      L’hydroxychloroquine n’a aucun effet démontré contre la covid.

      1. Eh non, cher CEDH, ce n’était pas moi. Mais je suis d’accord avec Claude Jabès, qui je crois n’est pas un pseudonyme. Beaucoup de gens n’ont ni compris ni accepté le bannissement de la chloroquine. C’est du refus de soin. C’est criminel.

        1. Expliquez moi donc pourquoi la méta-analyse Fiolet serait plus mauvaise que la meta-analyse Perronne, ou plutôt endossée par Perronne.

    2. @ Jabès Claude: Merci pour vos propos lucides. Vous avez raison de soulever le sujet du renforcement de nos défenses immunitaires, totalement absent des discours officiels et incompris des “covidistes” dogmatiques. Quant aux “vaccins” développés à la hâte dont on ne connaîtra les effets secondaires que dans plusieurs années, je les laisse aux “covidistes”.

      1. Pour le vaccin ARNm je vous suis. Pas même de phase III terminée. Pour les autres, on y verra plus clair plus tôt. Désolé de vous décevoir.

  12. Madame Sandoz, je suis d’avis que vous devriez éviter de publier les liens renvoyant à des sites commerciaux, glissés sous le nom en rouge des commentateurs. Cela est devenu plutôt fréquent de voir comment certains saisissent les opinions favorablement partagées, pour nous diriger vers leur site qui donne des réponses adaptées aux potentiels clients que nous sommes. Il est possible pour les rédacteurs en rouge de se présenter brièvement en début de commentaire si la raison avancée est de se faire connaître avant de formuler ce qu’ils pensent et proposent. Quand je rencontre des gens pour la première fois, avec qui je discute un peu pour échanger des avis, ils ne commencent pas à me donner une carte de visite fluo pour que je me dépêche de passer à leur échoppe avec mes sacs à commissions, ou d’enfiler mon training tout en prenant rendez-vous. La publication de ces liens ne semble pas créer ici des toiles d’araignées, mais trouvez-vous cela bienvenu dans un blog qui n’est pas sponsorisé ? Si vous estimez que cela ne constitue pas un problème, je proposerai à « Viande Suisse » de s’inviter dans les futurs débats, afin d’inciter vos lecteurs à bénéficier des effets positifs de la consommation de viande, et je leur dirai : pas de problème, Madame Sandoz fera figurer « Viande Suisse » en rouge, l’impact sera plus fort que dans vos articles instructifs où personne ne désirait entrer dans  l’espace blog  blanc comme un désert, qui aurait pourtant pu être enrichissant…

    1. Merci de cette indication. J’avoue que j’ignore de quoi il s’agit. Je vais essayer de comprendre, car je n’ai pas la moindre envie de donner l’accès de ce blog à quoi que ce soit d’autre qu’aux commentaires en relation avec le sujet traité. Je mets à la corbeille un certain nombre de commentaires qui sont visiblement et clairement des réclames, mais je ne sais pas à quoi vous vous référez. Auriez-vous l’amabilité de me donner un exemple parmi les commentaires d’un de mes blogs? Merci d’avance.

      1. Si je ne fais erreur, la remarque concerne les liens ajoutés au nom de certains “commentateurs”
        (lorsque l’on poste un commentaire, on peut ajouter l’adresse d’un site Web).
        Je doute que les auteurs / modérateurs n’y puissent grand chose.

    2. Madame Sandoz ne vous a-t-elle pas posé une question dont la réponse, si réponse il y a, pourrait aussi intéresser d’autres lecteurs? Ou seriez-vous encore en train de chercher cette hypothétique réponse?

      Vous qui êtes d’ordinaire si prolixe sur les blogs, ne pourriez-vous pas avoir la courtoisie élémentaire de répondre à Madame Sandoz qui, comme d’autres auteurs de blogs, vous offre une large hospitalité sur le sien?

      1. J’apprécie en effet la large hospitalité qui m’est offerte par les auteurs, et me rends dans ces salons  où parfois je fatigue d’autres invités qui tendent l’oreille pendant que je suis en conversation. Le sujet pourrait-il quand même vous intéresser ?..

        Entrons au salon si vous le voulez bien :

        « Bonjour Monsieur Renardin, c’est un plaisir de vous rencontrer. Il me semble que c’est la première fois que nous nous serrons la main, n’est-ce pas ?.. Je serai heureux si l’occasion se présente un jour, d’avoir vous et moi une enrichissante et approfondie discussion. Dans la situation présente je crains que le petit débat ne vous apporte qu’ennui et déception, mais je peux cependant vous en expliquer la raison sans manquer de courtoisie : Cela ne vous concerne pas compte tenu de votre comportement ».

        Merci de comprendre que la discussion ne sera pas prolongée même si le carré rouge figure ci-dessous.

  13. Cette crise a surtout démontrer la capacité du CF à assumer ses responsabilités contrairement au parlement (surtout à droite) trop pressé de céder à des désires particuliers. Quant au débat scientifique confus auquel vous faites allusion, je vous renvoie à une émission de ARTE: La fabrique d’ignorance.

    1. “… la capacité du CF à assumer ses responsabilités…”
      Il ne les a pas assumé au vu de l’échec mortifère de la deuxième vague. Un Conseiller fédéral est, selon la presse, mis en cause pour rétention d’information.

      Quant au parlement, il n’assume pas. S’il veut une réouverture qu’il adopte une loi. Avec clause d’urgence. Mais il ne le fait pas car il ne s’agit que d’une course populiste du tandem PLR-UDC, qui avant la fin de la session parlementaire sera rattrapé par la recrudescence de l’épidémie (variant anglais), recrudescence prévue par la Taskforce, prévision qui devrait nous être dissimulée selon le parti politique de Mme Sandoz.

      1. Quel peut bien être “mon” parti politique puisque j’ai refusé la fusion ? Merci de m’informer de ce que vous connaissez mieux que moi.

  14. Là, permettez-moi de vous faire la leçon, chère professeur émérite…

    La liberté d’expression n’a rien à voir avec vous octroyez un blog et le choix de filtrer ce qu’il vous sied.

    On pourrait le comparer à la pseudo démocratie suisse et ses lobbies, non?

    1. Cher Olivier Wilhem un grand bonjour de Suisse ….. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi vous ne cessez de critiquer des auteurs, que ce soit sur ce blog ou via d’autres blogs. Mais encore, il semble que vous haïssiez clairement le corps professoral et la Suisse. Avez-vous de vieux comptes à régler avec le monde académique et/ou l’Helvétie ? Via des blogs, ce n’est peut-être pas la meilleure méthode ….
      Enfin pour ma part, cette attitude est incompréhensible. … Je me demande pourquoi vous provoquez systématiquement.
      Cela vous plait-il de continuellement dénigrer des auteurs qui ont le courage d’analyser des faits de société en les écrivant magnifiquement ? Des personnes qui nous suggèrent de réfléchir autrement, sans jamais nous obliger, de nous confronter à des idées et alternatives, sans nous crêper systématiquement le chignon ….
      La richesse d’une civilisation, c’est la diversité dans la réflexion. Et en aucun cas la dictature de nos pensées et/ou les critiques individuelles peu documentées.
      Ceci étant écrit, portez-vous bien !

      1. Chère Eliane AB, vous me permetttez d’être en colère contre une justice vaudoise qui m’a fait perdre beaucoup de temps et d’argent pour les faire vivre eux et par abus de confiance.

        Pour le surplus, vous me permettrez d’être critique envers qui que ce soit et même si vous préférez le positivisme 😃

        1. Bonjour Olivier Wilhem. Mais absolument, vous êtes libre. Merci d’avoir précisé le pourquoi du comment. Je saisis mieux les fondements de certains de vos commentaires. Et je concède bien volontiers que mon premier Canton d’origine n’est pas toujours très facile à appréhender….
          Personnellement (donc cela n’engage que moi), je préfère les règlements de compte en direct plutôt que via divers blogs. Néanmoins, je reste une valdo-genevoise et, lorsque j’arrive près de Coppet, je change de masque, en plus c’est au top de la mode en ce moment. Pour ma propre sécurité et mon bien-être, un masque direction Genève versus un masque direction Lausanne……. Avec mes bons messages et au plaisir de vous lire une prochaine fois.

    2. P.S. ma remarque ne s’adresse pas à vous, qui êtes des plus ouvertes sur ces blogs, mais de manière générale sur ces blogs

      1. Sur ces blogs ou sur leurs auteurs, lectrices et lecteurs? Qui donc vous oblige à les lire? Depuis le temps que vous promettez de ne plus y intervenir, …

  15. Je pose une question de béotien: Comment se fait-il que la task force composée de 70 savants tous plus éminents les uns que les autres n’ait jamais promu le renforcement du système immunitaire qui reste le meilleur anti-viral et le moins cher qu’on puisse imaginer? S’il n’était pas le meilleur il y a belle lurette que nous ne serions plus là pour faire de la sculpture sur nuage.

    1. @Jean-Pierre Hirschi : BRAVO, vous mettez exactement le doigt sur la plaie. La réponse me paraît simple : pecunia non olet.

      1. Merci Eric D pour “Pecunia non olet”. Dans le contexte, vous avez fait un choix excellentissime. En italien “il denaro non puzza”. Et cette phrase a une origine quasi légendaire (Stevonio – Suétone relatant le conflit entre Vespasien et son fils Tito). Bonne soirée.

      2. @Eric D. Vous faites d’une pierre deux coups, vous répondez à ma question et ajoutez une locution latine à mon répertoire. Merci à vous.

  16. Merci, Madame Sandoz, de poser ces bonnes questions.

    La taskforce, comme ses équivalents dans les autres pays, se veut l’émanation de La Science. Malheureusement, c’est une science sans conscience (mais avec liens d’intérêts) qui provoque la ruine des corps et des âmes. Cette taskforce est surtout l’émanation de la mauvaise science, c’est à dire celle faite sans rigueur et dans le but d’obtenir un résultat préétabli.

    Richard Horton, le directeur de publication du Lancet, disait en 2015 déjà qu’une bonne moitié des articles scientifiques sont frauduleux et que la science est passée du côté obscur. Le documentaire arte “La fabrique de l’ignorance” (disponible actuellement sur youtube) explique très bien comment la science est instrumentalisée par l’industrie. Il nous faut donc désormais prendre acte que la science des revues qui fait autorité est une boussole cassée: on ne peut plus lui faire confiance.

    Les vaccins ne sont nécessaires que parce qu’ils sont profitables à l’industrie.
    Les traitements à base de médicaments repositionnés (et donc libre de brevets) sont nuisibles parce qu’ils ne sont pas profitables à l’industrie et parce qu’ils menaceraient la rentabilité des vaccins.

    Le critère principal et suffisant n’est donc pas la santé des gens, mais le profit de l’industrie. C’est complètement fou, mais au fond, pas tant que ça dans un système qui valorise d’abord et avant tout l’argent.

    1. Bonjour et merci de votre excellent commentaire ! Je parcours aussi tous ces journaux médicaux à titre privé (éducation permanente = ma responsabilité comme patiente). Le British Medical Journal avait relaté la fraude au LDL (normes abaissées pour vendre plus de produits ad hoc), pourtant ces normes n’ont pas été modifiées mais nous les retrouvons facilement sur nos vieux résultats de laboratoire (tout nous appartient).
      D’autres journaux médicaux sérieux ont commencé à publier des articles très fouillés par rapport au mécontentement grandissant des patient(e)s un peu partout. De même sur les excès diagnostiques erronés (“over diagnosis”) dans le domaine des cancers entre autres sujets critiques. L'”over diagnosis” est une manne incroyablement rémunératrice pour les Pharmas.
      Il y a même des auteurs célébrissimes qui font leur mea cupla pour toutes les erreurs thérapeutiques cumulées sans évidence préalable claire d’efficacité…. Ces auteurs ne sont pas localisés en Suisse c’est évident.
      Vous connaissez déjà je pense “Complicit silence in medical malpractice” (Lancet février 2020).
      Vous l’avez bien écrit: la santé des gens = bullshit. Nous sommes des animaux de laboratoire testés en quasi permanence. Hélas trop peu d’humains s’en rend compte. Le business et le profit à tout prix sont la seule chose importante dans le cadre des pratiques actuelles et nous sommes complètement bloqués dans cette spirale infernale. Tellement triste !
      De mon côté, j’ai déjà tout changé il y a bien longtemps, mais trop peu d’helvètes a le courage de modifier un mode de pensée et de faire parce que la peur prend systématiquement le dessus. Les médecins et les Pharmas l’ont très bien compris, en usent et abusent …. Portez-vous bien.

    2. @ERWAN
      Vous mettez le doigt sur un point fondamental: des peuples en bonne santé sont contreproductifs pour les pharmas. Pour illustrer à quel point cette industrie est cynique, il y a une quinzaine d’années j’avais pour client un des tout grands du domaine dont je tairai le nom. A l’interne on m’avait dit: C’est le moment d’acheter des actions car le PDG va les faire monter avant sa retraite, sa prime de départ se calcule sur la valeur de l’action à ce moment-là.

    3. @ Erwan : Entièrement d’accord avec vous et bienvenu au club des “complotistes”. Oser se poser des questions n’est pas donné à tout le monde.

  17. P.S. ma remarque ne s’adresse pas à vous, qui êtes des plus ouvertes sur ces blogs, mais de manière générale sur ces blogs

  18. De mon point de vue, c’est l’obscurantisme qu’il faut chasser de nos esprits, pas notre capacité à interroger, à questionner voire même à remettre en question. Il fut un temps où celui ou celle qui remettait en question le dogme de la terre plate se faisait purement éliminer pour cause de point de vue divergent. Ces gens complotaient contre le pouvoir en place ! Quelle effronterie !

    Personnellement, je trouve insupportable et irrespectueux de ne pas pouvoir questionner telle ou telle décision sans être immédiatement taxé de “complotiste”.
    Pour votre “mal aise” je vais en poser une qui va vraiment déplaire et fâcher :

    Pourquoi ne pas tout simplement accepter la situation et faire avec ?
    Notre espérance de vie n’a fait que croitre.
    En Suisse nous déplorons 9’400 morts avec le COVID (et pas forcément du COVID, de l’aveu même de l’OFSP) dont l’immense majorité est décédée à un âge avancé.
    Chaque année nous perdons en Suisse plus de 65’000 personnes et pas toutes aussi âgées.

    Il y a une année, au début de la pandémie, l’objectif qui était clair et semblait louable était de faire en sorte que nos hôpitaux ne soient pas submergés. Ils ne l’ont finalement pas été. Probablement aussi grâce aux démarches et aux précautions que nous avons toutes et tous prises.

    Aujourd’hui quel est l’objectif ?
    Nous n’en savons plus rien. Et je pense que maintenant la situation a assez duré.
    Nous devons revenir à une normalité acceptable et accepter aussi que la mort fait partie de la vie. Accepter que nous ne sommes pas tout puissants et que nous ne contrôlons vraiment pas grand chose.

    Et une dernière chose : mes questions qui parfois fâchent et ne sont pas toujours publiées parce qu’elles n’alimentent pas “le sens de l’histoire”.

    1. Peut-être parce que nous ne souhaitons pas non plus totalement détruire l’industrie d’exportation et celle du tourisme.

    2. @ Des questions qui fâchent : Certains ici croient que la destruction de notre mode de vie se justifie par le “droit à la vie”. Si ce droit existait, nous serions immortels. Il faut accepter que cela ne sera jamais le cas. La mort fait partie du cycle de vie, à un moment ou un autre. C’est une réalité que les “covidistes” ne peuvent pas admettre.

  19. Mais pour vous l’avouer je préfère ignorer celle d’un bistrot et de ses employés qui, Gastarbeiter, peuvent s’en aller chez eux.

  20. Pour résumer, on n’a encore jamais vu une telle mise en scene mondiale aux ordres du lobby pharmaceutique. C’est écœurant. Voilà une industrie qui vole les gens tous les jours en leur vendant des médicaments très chers qui seraient avantageusement remplacés par des herbes médicinales et les médecines traditionnelles pas chères et beaucoup plus efficaces. Mais ils ne gagnent pas encore assez, à leur goût. Alors ils ont acheté les médias et les gouvernements et maintenant ils sont capables d’imposer aux gouvernements des vaccins dangereux, qui n’ont pas été testé. Et ce par dessus le marché en faisant signer par ces gouvernements une décharge de responsabilité pour les effets secondaires. Dans toute l’histoire du monde, on n’a jamais vu une telle opération internationale de soutien à une industrie. Ni un tel scandale.

    1. @On nous prend pour des c… : Les responsables du lobby pharma ne sont pas les seuls avides de profits, ils répondent de leur rentabilité aux actionnaires et vivent donc sur des sièges éjectables. Et leurs actionnaires prépondérants sont souvent les fondations ou “family offices” des “1%” qui ont actuellement un très large sourire car leur plan fonctionne parfaitement.

  21. Vous finissez votre billet sur une bien triste note victimaire : vos questions ne seraient pas pertinentes, parce que vous n’êtes pas scientifique. Ben voyons …

    À y regarder de plus près, plusieurs de vos questions sont en réalité des affirmations fallacieuses déguisées en questions. Donc pour la pertinence, on repassera. Pour poser des questions pertinentes, intéressez-vous vraiment à la démarche et aux résultats scientifiques, faites un minimum de recherche préalable. C’est pleinement à votre portée.

    1. @Mathieu Schopfer : Puisque vous êtes parfaitement au courant de la démarche et des résultats scientifiques, pourquoi ne pas partager votre savoir avec les ignares sur ce blog ?

      1. Re-Bonsoir Eric D. Mathieu Schopfer pense que seuls les scientifiques ont le droit de réfléchir et de connaître la ou les vérité(s) puis d’impérativement imposer leurs seuls et uniques points de vue, avec l’aide des politiques. C’est clair comme de l’eau de roche. Eh bien non. C’est exactement cette attitude (pas généralisée je le précise) qui démonte tout et qui annihile toute confiance envers certains gouvernements, leurs Task Forces respectives et les décisions qui naissent dans ces cercles “verrouillés”.
        “Abyssus abyssum invocat”

        1. ““Abyssus abyssum invocat””

          Et asinus asinum fricat.

          On peut compter sur Suétone and Co. pour nous sortir du bourbier coronavérique.

          Valete et gaudeate!

          1. “Inter os et offam multa intervenire posse”.
            “Quot homines, tot sententiae”.

          2. @Eliane AB

            Ita, ô magister optime, me quoque saepe audivi inter os atque offam multa intervenir posse. “Verumvero inter offam atque herbam, ibi longum intervallum est.”

            Homines quod volunt credunt.

            O. G.

          3. Salve Olio Gello, esatamente. Busillis ! Possiamo pensare come vogliamo. Idem agire. Barba non facit philosophum. Une excellente journée. eab

        2. Au contraire, je disais plutôt que tout le monde devrait réfléchir plus et accumuler plus de connaissances pour se forger des opinions aussi éclairées que possible. Je m’insurgeais en particulier contre les (trop nombreuses) affirmations formulées à l’emporte-pièce, c’est-à-dire formulées sans que leurs auteurs se donnent la peine de vérifier — un minimum — qu’elles correspondent effectivement à la réalité. Ceci alors même qu’aujourd’hui tout le monde en aurait matériellement, et intellectuellement, les moyens.

          Aujourd’hui, la quasi totalité des résultats scientifiques sont accessibles publiquement, soit directement, soit au travers de divers médias de vulgarisation. D’autre part, toutes les recommandations de la Task Force sont publiées sur leur site internet. Dans ce contexte, je ne vois vraiment pas ce qui serait “verrouillé”.

          1. Bonsoir Mathieu Schopfer, je saisis bien votre point de vue et je le respecte. Le mien est différent, grâce à une très/trop longue expérience de ces milieux particuliers. Faites donc un petit surf sur le Compendium suisse des médicaments. Non pas comme professionnel, mais comme simple patient curieux et qui veut TOUT savoir avant de se droguer et contrôler s’il a été averti à 100 % par rapport aux effets délétères possibles d’un produit quelconque.
            Vous verrez très vite que vous aurez accès à une petite partie des informations et que l’autre partie (= la plus pertinente) est réservée à votre médecin et/ou un professionnel de la santé.
            Pour briser les verrous et tout lire, les simples utilisateurs doivent trouver des astuces.

            Les petites cachotteries sont monnaie courante dans le très cruel univers médico-universitaire …. Car pour obtenir une compliance maximale, il faut ruser, surtout lorsqu’un produit XXYZ n’a pas encore fait ses preuves, hormis sur des volontaires SAINS.
            Une excellente soirée !
            “Vulpem pilum mutare, non mores”

      2. Ça n’est pas un problème de connaissances, mais de démarche. Certaines questions posées ici étaient absolument triviales. Le fait qu’elles soient levées mais pas adressées est un signe de manque d’intérêt pour le sujet. C’est trop facile de critiquer sans avoir au préalable fait les efforts nécessaires pour comprendre réellement la systémique du problème.

  22. Merci, Madame, de soulever la question d’autres traitements et de la prévention: pourquoi donc nos autorités -sanitaires et politiques- ne les évoquent-elles pas? J’ai l’audace de penser qu’il y a là-derrière des intérêts financiers peu reluisants!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *