Le courage de l’avenir

Je me suis souvent demandé quel était l’état d’esprit de nos lointains ancêtres à l’époque des grandes pestes, pendant la guerre de cent ans, bref à tant de périodes de l’histoire où le monde – dont on ne connaissait, il est vrai, qu’une petite partie – n’offrait pas des conditions de vie particulièrement agréables. Et même pendant la dernière guerre, pourquoi continuait-on à « faire des enfants » ? Certains diront, « parce qu’il n’y avait ni la télévision ni les contraceptifs ». Y avait-il alors, comme aujourd’hui, ainsi qu’on le lisait dans « le Temps » de jeudi 14 mars (p. 19), des couples qui ne voulaient pas d’enfants pour ne pas les faire naître dans un monde sans avenir ? Ou des couples qui ne pouvaient accepter l’idée que des générations vivraient « dans l’ombre d’un âge d’or passé, avec l’amertume de savoir qu’on n’a strictement rien fait pour eux »?

L’âge d’or ! Toutes les civilisations disparues ont eu ou cru avoir eu leur âge d’or. Aucune ne l’a conservé. C’est en fait un terme de mythologie. Or la mythologie est sœur de la religion et nous vivons une époque très religieuse bien que sans la foi, ni l’espérance, ni la charité. La religion sans ces trois vertus, est une tyrannie de mort. Il faut s’en méfier, elle est très nombriliste et tend à voir dans l’autre et les autres la source de tous les maux.

C’est vrai que le réchauffement climatique est troublant. S’il dépend vraiment exclusivement de la production de co2 et de méthane liée à l’activité humaine, la seule manière de le freiner est de prendre des mesures mondiales, policières, tyranniques, dont les effets seront un arrêt de la majorité des activités humaines, des crises économiques et sociales, une régression des progrès en matière de santé, une forte diminution des échanges internationaux, etc… raison pour laquelle les responsables politiques ont tellement de peine à prendre des décisions et les chefs d’État sont dans l’impossibilité de se mettre d’accord. C’est aussi la raison pour laquelle il est encore plus urgent de chercher et de trouver des moyens de pallier les inconvénients du réchauffement  (ce à quoi se consacrent beaucoup de chercheurs) que de vouloir d’abord l’arrêter. Mais pour chercher et trouver ces moyens il faut croire à l’avenir et à la vie.

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

16 réponses à “Le courage de l’avenir

  1. Merci pour cet article qui parle de la vie que l’on abandonne petit à petit en voulant la redéfinir sous tous ses aspects fondamentaux, comme si l’on s’était trompé depuis des siècles… Devant le naufrage annoncé imminent par tous les passagers, on se prépare à lancer les canots à la mer après avoir traité le Capitaine et son équipage d’incapables. Il restera à espérer d’arriver sains et saufs en continuant à la rame. Qui seront les chefs de barques ?

  2. Je ne trouve pas que le réchauffement climatique soit troublant. Je n’y crois absolument pas. On a découvert des mélèzes fossilisés dans les endroits où le glacier du Rhône s’est retiré parçe qu’il a fondu. Ce qui prouve que ledit glacier a déjà été plus fondu qu’aurd’hui il y a des milliers d’années, avant de se refroidir ce qui l’a fait avancer jusqu’au point où il était du temps de nos grands parents et grands parents, puis de refondre un petit peu aujourd’hui. Il regèlera probablement de nouveau dans quelques siècles, et ainsi de suite.

    Tout cette histoire de réchauffement est une invention pure et simple, un tissu de bobards, qui ont été commandés par les puissances oligarchiques à des pseudo scientifiques pas sérieux du GIEC, juste pour donner un prétexte à l’instauration d’un gouvernement mondial. Il s’agit de créer une angoisse, une panique à l’idée que demain la planète va se mettre à flamber, de maniere à pouvoir fanatiser une bande d’abrutis totalement dépourvus de jugeotte, et les faire défiler après les avoir habilement manipulés par des techniques modernes de propagande utilisant l’intelligence artificielle et le big data. Il est affligeant que la jeunesse de notre beau pays tombe dans le panneau comme une bande de moutons de Panurge, le rôle de Panurge étant en l’occurrence joué par le très niais prix Nobel Dubochet.

    Il s’agit d’une opération du pouvoir profond lancée dans toute l’Europe pour faire pièce à la montée du populisme. Il est évident que c’est de celà qu’il s’agit et cette petite Greta Thunberg sert de parfaite idiote utile, bénéficiant, il faut le souligner, du soutien massif des maîtres du monde réunis à Davos, ce qui est la meilleure preuve qu’il s’agit d’une manipulation venue de l’élite et non d’un mouvement populaire réel.

    En Suisse il s’agit de créer artificiellement une vague verte aux élections fédérales pour faire reculer l’UDC, et pour mieux imposer à une bande de décérébrés l’assujettissement de notre pays a l’Union Europeenne.

    Le vrai problème auquel nous somme confrontés n’est pas le réchauffement climatique mais bien le changement de continent que nous subissons. Personnellement je suis né à Lausanne, ville qui à l’époque se situait en Europe. Depuis j’ai changé de continent tout en étant resté à Lausanne. En marchant dans les rues de cette charmante ville, encore bien vaudoise au temps de mes jeunes années, je constate que je ne suis plus en Europe mais en Afrique. Pour l’instant Lausanne se trouve à peu près à la hauteur de la Mauritanie, population maure, couleur caramel, mais si ça continue comme ça dans quelques années la population ne sera plus caramel mais chocolat noir, nous serons donc arrivés au niveau du Burkina Faso.

    C’est celà le vrai phénomène irréversible qui nous menace. Il est de nature démographique. C’est la disparition pure et simple de notre peuple et son remplacement par un autre. C’est le transvasement de l’Afrique en Europe.

    La prise de conscience de cette réalité visible à l’œil nu provoque la montée du populisme. Pour empêcher que le populisme ne parvienne au pouvoir et donc puisse reprendre en mains la question migratoire, le pouvoir mondial, qui veut cette migration et cette disparition des peuples comme le nôtre, a inventé le réchauffement climatique et décidé de déclencher l’opération “urgence climatique” immédiatement, en mettant le paquet, pour obtenir un résultat politique: la progression de partis écolos, complétement manipulés et soumis au mondialisme, de manière que les peuples de race blanche ne puissent pas se défendre contre leur propre disparition planifiée.

    Je regrette que, même vous, Madame Sandoz, vous croyiez obligée de suivre aussi un peu le mouvement et donc de vous laisser aussi un peu manipuler, sans voir que tout cela est un mensonge intégral et un bidonnage de A à Z.

    1. 1. Les scientifiques capables d’étudier le problème du réchauffement, qui publient leurs rapports, ne sont pas tous dépendants d’un employeur ayant des visées d’ordre politique. Cela reviendrait à dire que l’Université est la propriété d’un parti ou d’une puissante organisation, ce qui est évidemment sans réalité.
      2. Les scientifiques qui apportent des nuances à la version de la responsabilité humaine en rapport de l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique existent, et sont libres aussi de s’exprimer même si l’on ne souhaite peut-être pas les entendre.
      3. Les personnes “couleur caramel et bientôt chocolat” qui se promènent en ville vous dérangent, mais le seul rapport que je puisse voir avec le sujet du blog, c’est qu’ils expirent le même CO2 que vous. Sans danger pour le climat, non ?..
      4. Qui n’est pas “niais” si le prix Nobel de biochimie l’est ?..
      5. Greta Thunberg est une adolescente comme toutes les autres, qui a du courage en plus. La naïveté de l’adolescence ne devient de l’idiotie que lorsqu’on la conserve entièrement à l’âge adulte.
      6. Par qui Madame Sandoz devrait-elle être influencée pour ne plus être « un peu manipulable ?.. »  J’ai deviné !

    2. Oui, c’est cette même théorie du “transvasement” qui a incité le taré de “Christchurch” a pérpétrer son ethnocide, alors prudence avec ces théories…!

      Migrations et climat sont les deux faces d’une même médaille.
      Que l’occident arrête d’exploiter et de polluer l’Afrique et les africains (potentiellement les plus riches du monde) ne seront pas forcés d’émigrer.

    3. Oui Climato sceptique, luttons contre les idéologies mortifères du féminisme hystérique, du genre destructeur, du multiculturalisme mondialiste, et résistons à l’islam et au Grand Remplacement que l’on veut imposer aux peuples de l’Occident judéo-chrétiens.
      Néanmoins les conservateurs font fausse route en s’en prenant aux vrais écologistes, verts et non roses-verts.
      Ainsi, c’est vraiment pathétique de lire les articles et les commentaires, sur les sites conservateurs de réinformation, de ceux qui s’accrochent désespérément aux branches pourries du déni.
      En refusant la réalité, ils préfèrent croire, sans preuves, des climato-sceptiques auto-proclamés scientifiques, et certainement au service des énormes intérêts de l’industrie des énergies fossiles. Ils se fonts ainsi les idiots utiles et inconscients de puissants pouvoirs…
      Si l’UDC et consorts veulent perdre des sièges aux prochaines élections au profit des Verts, qu’ils continuent à rester dans le déni…
      Pourtant conservatisme et écologie peuvent très bien s’articuler et se défendre, à l’exemple d’Ecopop !
      Pierre-Alain, paysan conservateur éclairé et écologiste.

      1. Je vous cite : « Mortifère, hystérique, destructeur, pathétique, pourris, idiots, inconscients… » Et fais suivre un adage bien connu de nos campagnes : « Ne va pas chercher la herse et les chevaux pour planter trois graines de carottes… »

        1. Il est vrai qu’à force de lire certains sites de “réinformation”, l’on se permet, peut-être bien à tort, d’utiliser un langage souvent trop vert et piquant !
          Mais rien d’insultant, appelons un chat un chat…

      2. @pierre-alain tissot

        pour l’udc, ils auront beau faire tous les efforts possibles et inimaginables pour montrer qu’ils s’intéressent à l’écologie, – ce qui est le cas de toute façon, au moins pour tous les vrais agrariens – il est impossible pour eux d’éviter de perdre des voix au profit des verts. car la campagne actuelle sur le thème de “l’urgence climatique” joue sur les peurs et crée un fanatisme anti udc totalement irrationnel.

        c’est d’ailleurs le but de cette campagne: briser la vague populiste qui gêne les antisuisses pro européens mondialistes, pas seulement en suisse, dans toute l’europe, pour continuer de plus belle le grand remplacement des peuples et favoriser le passage à un gouvernement mondial sur une planète intégralement métissée.

        c’est évident, et vous êtes trop intelligent pour ne pas voir parfaitement que c’est cousu de fil blanc. ouvrez les yeux.

        donc, à mon avis si vous êtes un paysan ami de la nature et qui voudrait continuer à vivre dans un pays européen et non africain, vous devriez appeler à voter udc envers et contre tout.

        personnellement j’ai déjà donné mon avis à certains dirigeants udc que je connais. je leur ai dit de ne pas perdre leur temps pour essayer de récupérer les voix . C’est peine perdue. Il faut laisser ces moutons de Panurge se noyer. ils sont irrécupérables.

        En revanche j’ai conseillé à l’udc de concentrer sa campagne sur le thème “les places de travail suisses pour les travailleurs suisses”. c’est à dire l’application de l’art 121a cst féd. sur l’immigration de masse et la préférence nationale à l’embauche. car ce qui nous menace en ce moment c’est le grand remplacement avec le dumping social qui va avec, pas le réchauffement climatique! lequel de toute façon n’est pas dû à l’homme, n’est pas ce que la propagande du pouvoir mondialiste nous dit, et n’aura pas les conséquences apocalyptiques qu’on nous dit pour nous paniquer.

        je pense que votre bon sens terrien vous fera aquiescer à mes propos. et j’ajoute que je suis bien sûr en faveur de la protection de l’environnement, mais je refuse le fanatisme hystérique des loups mondialiste déguisés en agneaux ecolos.

  3. Vous êtes donc sceptique sur l’idee de changement climatique selon la définition du GIEC. Les éléments objectifs, mesurés, observés et analysés par ces groupes de groupes scientifiques à travers le monde, croyez moi sont pertinents. Le problème est que la communication a ce sujet à subit une forme de mise en forme d’obédience politique « mondiale ». Malgré cela il est honnêtement impossible d’ être sceptique, car les faits sont là, qu’on le veuille ou non et le catastrophisme que vous rapportez n’a évidemment pas sa place. Restons donc plutôt réaliste et concrets. Les changements requis par les diverses manifestations sont fondés (avec des slogans originaux il faut le souligner), mais leurs mise en route va demander des décennies, car il ne sera pas simple d’adapter le système économique actuel, à bout de course. Pour agir, cela va demander du temps économique et politique, complexe, mais pas impossible, car les contraintes climatiques, la pression populaire et la démographie resteront présentes. Concernant votre perception du changement de latitude à Lausanne, sachez que depuis l’apparition de la vie sur les continents il y a environ 500 Mo d’annees, la migration existe, facteur de diversité. Lorsque les hommes ont quittés la zone continentale correspondant à l’Afrique actuelle, pour faire court, leur peau était plus riche en mélanocytes (teint bronzé) pour se protéger des rayons UV (soleil), mais cette caractéristique a progressivement disparue (adaptation) dans nos régions. Alors oui, dorénavant rien ne sera plus comme avant (avis aux « populistes »), c’est la loi de la vie sur notre belle planète qui semble être unique dans sa galaxie, que vous le vouliez ou non. Le présent et l’avenir sont dans l’adaptation et non dans l’opposition. Courage.

    1. @DELAPLANETE
      Vous dites un certain nombre de choses sensées. Mais je ne peux pas accepter votre conclusion enjoignant tous les Suisses à se résigner benoîtement à être remplacés des populations venues d’autres continents. Le danger pour notre peuple de devenir minoritaire sur sa propre terre est une réalité. Ce sort peu enviable est déjà advenu a d’autres peuples dans le monde, comme les aborigènes australiens. Mais si des génocides à grande échelle par substitution de population ont déjà eu lieu dans l’histoire, parce que les victimes n’ont pas pu se défendre, cela n’est pas une raison pour faire ici et maintenant le choix politique que notre peuple soit privé d’existence d’ici deux ou trois générations. Il s’agit d’un choix politique, que l’on peut accepter, ou refuser. Il est permis de fermer les frontières. Il est permis de proposer une autre politique, de co développement de l’Afrique, permettant à ces gens de rester chez eux. Pour le moment on constate que des pouvoirs très puissants, géopolitiques, médiatiques, idéologiques, répressifs, travaillent à nous imposer notre propre disparition notamment par des textes comme le funeste pacte de Marrakesh sur la migration.

      Nous avons le droit de vouloir persister dans l’existence.

      Vous n’avez pas le droit de nous dire, à nous peuple Suisse: “Vous allez mourir. Il faut l’accepter. Courage.”

  4. J’apprécie beaucoup vos réflexions qui témoignent une fois de plus de votre grande et courageuse liberté de pensée.
    Sur le plan humain et politique, merci de rappeler cette valeur un peu oubliée : l’espérance. Vous prenez un contre-pied bienvenu, et peut-être salutaire, au catastrophisme à la mode. La philosophe Jeanne Hersch avait déjà tenu quelques propos très toniques en 1986 qui vont tout à fait dans votre sens. Plus sur ce blog : https://clubenergie2051.ch/2019/03/10/le-catastrophisme-a-la-mode/
    Sur le plan scientifique, il faut constater une démission grave du monde scientifique. C’est à lui qu’appartient la responsabilité de « dire la connaissance », et s’il y a controverses, de les élucider. Malheureusement une certaine politisation des scientifiques, ainsi qu’une perte du sens des responsabilités, les incite à se quereller et à défendre d’avantages leurs préférences que la connaissance. J’en parle aussi dans le blog cité ci-dessus.
    Voir aussi : Benoît Rittaud « L’odieuse et illégale grève scolaire mondiale pour le climat » https://www.valeursactuelles.com/societe/lodieuse-et-illegale-greve-scolaire-mondiale-pour-le-climat-104807

  5. Le changement climatique – Info ou Intox ?
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=azpTPUA8jE0

    L’urgence climatique est un leurre
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=iK3G8wqqp_k

    https://www.laterredufutur.com/accueil/la-decouverte-climatique-de-zeller-nikolov-pourrait-bouleverser-le-monde/?

    fbclid=IwAR1R0mmOW5M4pGm67dDOhgtJ1hz5l48dbIwmAR6p3yWt_inhA536jXWJY6s#.XHbivAY9_Co.facebook

    Le plan Coudenhove-Kalergi pour diluer l’identité ethnique des européens https://www.youtube.com/watch?v=JBtwzZ0ApAE

    George H. W. Bush à l’origine de l’utilisation mondialiste du climat

    1. Cher Monsieur,
      N’ayant pas le temps de parcourir ces références, je voudrais seulement que vous me promettiez qu’elles ne contiennent ni fake news ni insultes à l’égard de personnes précises avant que je mette votre commentaire sur mon site.
      Bien à vous.
      Suzette Sandoz

  6. Rassurez vous. Il n’y a rien qui tombe sous le coup de la loi.

    Ce sont des conférences et des réflexions sérieuses par des scientifiques reconnus, qui montrent comment les travaux du GIEC sont sujets à caution. Et comment ils sont interprétés de manière tendancieuse pour servir d’arguments en faveur d’un gouvernement mondial.

    La vidéo au sujet du plan Coudenhove-Kalergi sera peut-être juge conspirationniste par certains. Elle démontre simplement que ce personnage influent, qui est l’un des pères de l’Europe, fondateur du prix Charlemagne, etc., a théorisé noir sur blanc, notamment dans son livre Praktischer Idealismus, le projet d’un métissage généralisé pour transformer les populations européennes qui, par leur culture, sont habituées à la liberté, en un magma ethnique facile à dominer par une nouvelle élite anti-démocratique. Les citations sont indiscutables. Donc si les propos de Coudenhove Kalergi sont effectivement choquants, le fait de les rapporter ne saurait constituer ni du racisme ni un appel à la haine.

    La vidéo de George H. Bush montre juste la démarche politique consistant à instrumentaliser des raisonnements scientifiques pour les affaire servir à un projet politique. L

  7. “C’est aussi la raison pour laquelle il est encore plus urgent de chercher et de trouver des moyens de pallier les inconvénients du réchauffement (ce à quoi se consacrent beaucoup de chercheurs) que de vouloir d’abord l’arrêter. ”

    Madame Sandoz, j’apprécie votre changement de position sur le sujet. Votre précédent article sur les jeunes récupérés m’avait assez déçu car vous remettiez en cause le consensus actuel soutenant que la cause du réchauffement climatique est le CO2 (à travers un mécanisme pourtant démontré par Gilbert Norman Plass en 1956).

    Cependant je voudrais vous mettre en garde sur une autre erreur de jugement sur le sujet. Il n’y a pas de choix binaires sur le réchauffement climatique, il est déjà là et chaque quantité de gaz à effet de serre émise accentuera celui-ci pour plusieurs décennies. On peut essayer d’adoucir les impacts du réchauffement climatique mais à un certain stade, il devient horriblement coûteux et désagréable de le faire. C’est la raison pour laquelle le monde scientifique encourage de miser sur la diminution des émissions plutôt que sur la mitigation de l’impact. Si le monde atteint à la fin du siècle une anomalie de température moyenne de +5°C, ce ne sera vraiment pas drôle et enviable pour des pays comme la Suisse. Et là aucune mitigation ne pourra être mise en place pour gérer un changement de cet amplitude.

    Gardez bien à l’esprit que la Suisse de par sa topographie souffre bien plus du réchauffement climatique que les autres pays occidentaux. La moyenne des températures a augmenté deux fois plus vite sur le territoire suisse que chez notre voisin allemand. Notre climat montagnard ne pourra pas supporter un fort réchauffement climatique et la Suisse a tout intérêt à encourager la réduction des émissions au niveau mondial en donnant l’exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *