Lettre ouverte en réponse à l’article de M. G. Melfi dans le Temps

Réponse à l’article de M. Giuseppe Melfi, professeur titulaire de mathématiques à l’Uni de Ne  (le Temps du 9 novembre en p. 2 (Débats)

Monsieur et cher Collègue,

N’étant pas mathématicienne, mais juriste – ce qui me place sur le même pied que vous du point de vue de l’incompétence médicale – Je me permets de réagir à quelques points de votre article « Quand les <<no vax>> font le jeu des big pharma”.

  • Vous reprochez aux éthiciens de « n’être pas hélas (sic) des mathématiciens » donc d’avoir, en son temps, défendu le principe de la liberté vaccinatoire et d’être ainsi un peu « responsables de l’évolution et de la diffusion du virus » !

Votre avis serait-il que l’élément humain ne joue aucun rôle dans la lutte contre une pandémie par ex. en matière de résistance à la maladie ? Qu’il est recommandé de tuer la vie sociale, culturelle, affective, économique pour éviter la mort individuelle et la surcharge des hôpitaux ? Evidemment, l’aspect humain ne joue aucun rôle dans la courbe mathématique !

  • Vous écrivez : « Rappelons-le, si un pourcentage très élevé de la population est immunisé, les modèles mathématiques garantissent que la circulation du virus régresse pour concerner de moins en moins d’individus et ce, de manière progressive jusqu’à disparaître ».

Vous ne précisez pas si l’immunité ne peut être que vaccinatoire ou si une immunité naturelle peut aussi jouer un rôle. La courbe mathématique est sans doute exacte, mais elle ne distingue pas les causes de l’immunité donc les moyens possibles de l’acquérir. L’aspect humain ne joue aucun rôle dans la courbe mathématique.

  • Vous dites aussi : ” Les « no vax » garantissent aux big Pharma de se poser en <<sauveurs de l’humanité>> en proposant une 3e dose de vaccin, puis, pourquoi pas une 4e fin 2022, une 5e fin 2023 ?”

Il me semble qu’un des Etats les plus vaccinés, Israël, est celui qui a proposé le plus rapidement une 3e dose, et parle même d’une 4e. Je n’ai jamais entendu mentionner l’existence d’un grand mouvement « no vax » en Israël. Les courbes mathématiques ignorent la qualité des vaccins.

Et pour finir en beauté, vous écrivez : « On peut se demander si l’OMS et la pensée dominante de l’éthique médicale d’aujourd’hui n’ont pas joué un rôle néfaste dans la gestion de la pandémie en permettant…. un débat au niveau mondial sur l’opportunité de se faire vacciner ».

Les êtres humains seraient-ils, pour vous, réduits à des courbes mathématiques ? La médecine devrait-elle aujourd’hui se passer d’éthique?

J’avoue, Monsieur et cher Collègue, que votre “opinion” me cause quelque inquiétude.  Sans doute vous ai-je mal compris. Bien à vous.

Suzette Sandoz

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

278 réponses à “Lettre ouverte en réponse à l’article de M. G. Melfi dans le Temps

  1. Merci pour votre réaction! Elle est parfaite. Encore Bravo. Quant à l’opinion d’un prof de maths sur les problèmes de virus, je la considère avec une profonde indifférence. Ce que j’invite à faire tous les lecteurs de ce modeste texte

  2. Madame, vous mettez des gants pour vous addresser à votre collègue, ce que je comprends. De son côté il ne cherche qu’à abuser de son aura de professeur de mathématique d’une petite université régionale pour faire passer son message de mouton.

  3. @Mme Sandoz : À mon avis, nous avons déjà suffisamment de théoriciens déconnectés de la réalité qui savent comment gérer cette plandémie, à commencer par les experts autoproclamés bardés de conflits d’intérêt de la fameuse “Task Force” qui “conseille” notre bien-aimé Führer A. Berset. Si ce mathématicien était épidémiologue, son avis pourrait avoir un iota de sens. Pour moi, il est à oublier et je m’étonne que Le Temps lui ait permis de gaspiller du papier.

    1. @ Ed : Exact et surtout toute personne vaccinée se mue en quelques secondes “spécialiste” de tout ce qui concerne le Covid-19 !

      Cela dit, il est assez surprenant de constater que les grands groupes chimiques européens ne se sont pas pressés au portillon pour “fabriquer un vaccin …” sûr selon Alain Berset ! (AB est titulaire d’une licence en sciences politiques et d’un doctorat en économie).

  4. Madame Sandoz,
    Merci pour cette très pertinente réponse de bon sens.
    Quand les mathématiciens doivent-il jouer un rôle quelconque dans notre société?
    C’est la question que nous nous posons souvent en famille – presque tous d’ente nous, sommes des mathématiciens au moins avec un master et travaillons dans de toutes grosses sociétés telles que l’aéronautique ou laboratoire de recherche en mécanique, en criminalistiques-balistique, en pharmaceutique ou dans le médicale.

    Notre premier souci, disait l’un de nous, est de savoir ce que veut obtenir le mandant d’une étude.
    notre deuxième souci est l’intégrité des données.
    Le troisième souci est l’emploi des modèles que nous proposons au mandant.
    Le quatrième souci est l’interprétation des résultats qui requiert un bon entendement et une bonne compréhension des expressions mathématiques par le mandant.
    le cinquième souci est celui de la traduction que le mandant en fera – et là, ce n’est plus le problème pour le mathématicien. Bien sûr qu’on essaiera de lui faire dire autre chose que ce que montrent les résultats. Le mathématicien intègre, n’en dira rien. Seuls ceux qui se laissent fasciner par le pouvoir des formulations sur l’humanité tenteront leur chance de migrer d’une communauté à une autre (c’est un apprentissage parfois périlleux parce que ces gens de pouvoir ont des lubies et changent facilement leur orientation selon la force du courant présent. Ils changent dont de fusil d’épaule et d’alliances. Le mathématicien est, hélas, interchangeable).

    Si le mandant est un scientifique – quel que soit son domaine – il s’efforcera d’obtenir des données fiables et vérifiables. Ce qu’on appelle Intégrités des Données”.
    Ce n’est pas le cas pour Covid-19, depuis le début en janvier 2020. Et c’est très dommage pour la communauté des scientifiques.

    Si le mandant est un politique, on doit s’assurer de vers quoi il veut en venir. Son but, n’est pas forcément le réel et ses buts ne sont pas forcément les mêmes que ceux des scientifiques.

    Personnellement, je considère que les politiques poursuivent des buts très éloignés du factuel et du terrain. Je pense que leurs préoccupations sont essentiellement d’ordre symbolique et représentatif pour s’auto-promouvoir dans les cercles de pouvoir.
    Ladite pandémie Covid-19 apparait de plus en plus comme une opportunité à ne pas manquer. Je n’en dirai pas plus, tout cela a été analysé et écrit par beaucoup de plumes talentueuses très convaincantes.

    Donc, pour moi, le mathématicien qui commence à formuler des narratifs vaseux, à émettre des jugements de valeur ou à approuver telle ou telle action de récompense , d’incitation ou de punition, devrait changer de métier. Il serait plus en l’aise à faire de la politique ou de la sociologie. Mieux, il ferait bien de se lancer dans les affaires commerciales ou financières, il pourra donner libre cours à sa science mathématique. et il sera le seul à connaître et à vivre ses propres vérités.

    Pour illustrer cette problématique, voici le dérapage d’un grand laboratoire de recherche mandatée pour tester les vaccins de Pfizer et pour récolter les données (tant attendues par la communauté des scientifiques). Du gâchis pour tout le monde. Et les plus pénalisés sont les vaccinés.

    ttps://lesakerfrancophone.fr/covid-19-un-chercheur-denonce-des-problemes-dintegrite-dans-les-donnees-de-lessai-du-vaccin-pfizer .

  5. Merci pour ce bon billet, chère Suzanne.
    Le problème des modèles mathématiques, c’est qu’ils sont théoriques.
    Or la vie ne fonctionne pas selon des modèles mathématiques ou théoriques.
    Les modèles ne sont que des approximations grossières de la réalité. D’autant plus dans le domaine de la santé, avec toutes les variables liés à la diversité des personnes, différentes dans leur santé.
    Prétendre qu’un modèle mathématique lié à la vaccination prédise la fin d’une épidémie, c’est tomber dans la croyance religieuse (vaccin = constante positive absolue).
    En ce moment, on se heurte à la propagande volontariste et culpabilisante qui voudrait qu’avec un peu plus d’effort de la population, la pandémie serait terminée.
    Cela reste de la propagande, avec ses axiomes et ses hérétiques voués au bûcher. Certes, cela peut correspondre aux désirs et croyances des uns et des autres, mais la réalité est différente.
    Sans doute, ce type d’articles est lié à toute la campagne de promotion de la vaccination en cours, qui produit un tsunami de propagande, mais très peu d’analyses de qualité.
    La réalité finira par poindre, mais cela va demander encore un peu de temps, le temps que les procédés de propagandes s’usent et finissent par être trop éloignés de la perception de la population pour accrocher l’attention. Sans doute faudra-t-il patienter encore 1 à 2 ans.
    Quoi qu’il en soit, merci pour votre générosité à réfléchir et permettre le débat sur votre blog. Ce débat que d’autres voudraient à tout prix clore, vous permettez qu’il se survive.

  6. Quoi qu’il en soit ce n’est pas tant le vaccin ou son effet présumé qui est en cause, mais bien le passeport sanitaire qui est une abomination contre les libertés autant qu’une mesure arbitraire, dans la mesure où elle est appliquée de façon presqu’aussi buracratique qu’illogique par les autorités sanitaires.

    1. Le pass covid est très inquiétant sur un plan sociétal, mais les vaccins anti-Covid sont malheureusement aussi problématiques sur le plan de la santé, et nous sommes en droit de nous poser des questions, sur le court et le long terme:
      En Suisse, 3396 cas d’effets graves ont été déclarés au 3.11.2021 (et combien de cas non-déclarés?).
      Rappel:
      Sont considérés comme effets indésirables graves :
      – Les cas ayant entraîné le décès
      – Les cas ayant présenté un risque potentiellement létal
      – Les cas requérant l’hospitalisation ou susceptibles de la prolonger
      – Les cas ayant provoqué un handicap permanent ou sérieux
      – Les autres cas jugés médicalement importants (quand, par exemple, une intervention médicale opportune a permis d’éviter les situations susmentionnées)
      – Tout défaut de qualité présumé.
      ttps://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/gesund-leben/gesundheitsfoerderung-und-praevention/impfungen-prophylaxe/informationen-fachleute-gesundheitspersonal/unerwuenschte-impferscheinungen.html
      Donc, il faut comparer les quelques 3400 annonces de cas graves avec les vaccins anti-Covid en 2021 avec les 43 annonces de cas graves en 2020 tous vaccins confondus en Suisse.
      ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/medicaments-a-usage-humain/surveillance-du-marche/pharmacovigilance/vaccinovigilance.html
      Malgré le climat actuel très favorable à la vaccination, on constate qu’il y a un problème avec la sécurité de ces nouveaux vaccins.
      Dès lors, toutes celles et ceux qui passent leur temps à encenser la vaccination sans tenir compte des chiffres officiels cités font consciemment ou non la promotion d’un produit dans la dangerosité est problématique. Il ne peuvent ignorer ces chiffres, qui sont publics et officiels.
      L’appel à la guerre contre le virus ne justifie pas un tel aveuglement.
      D’autant plus que le nombre de personnes vaccinées malades du Covid ne cessent d’augmenter – ce qui signifie que non seulement ces vaccins ont des effets indésirables bien plus importants que des vaccins habituels, mais encore que ces vaccins ont une efficacité limitée (et donc pas une “immunisation”).
      Tout cela est problématique en soi.
      Demander la fin des débats sur la vaccination en cours, c’est demander de ne pas prendre en compte les chiffres réels qui remontent du terrain. Cela est très grave.

      1. @SAMY: Commentaire très pertinent, éclairé et documenté. Si vous allez sur le site anglais “The Exposé” vous y trouverez des statistiques américaine (VAERS), européenne, anglaise, israélienne et australienne très parlante quant à l’efficacité réelle des injections expérimentales, y compris des “booster shots”. À chacun de se faire son opinion.

      2. @ SAMY: The latest official Public Health data shows that the fully vaccinated accounted for 89% of Covid-19 deaths in the past four weeks, whilst also accounting for 77% of Covid-19 hospitalisations and 65% of alleged Covid-19 cases from October 9th through to November 5th.

        The Covid-19 Statistical Report is a weekly report on Covid-19 data published by Public Health Scotland, and the latest update published November 10th confirms that things are getting worse for the fully vaccinated population by the month whilst things improve for the not-vaccinated population.

    2. @JFH
      J’adhère tout à fait à vos propos. Le problème majeur pour moi, est que nous ne savons pas du tout ce qu’implique pour le peuple, la prolongation de ce passeport sanitaire. Devrons nous subir une injection de Pfizer tous les 6 mois ou chaque année et surtout jusqu’à quand ? Comme vous, je n’ai rien contre le vaccin mais j’aimerais au minimum savoir ce qui m’attend en votant oui le 28 novembre. Le débat sur Forum entre M. le Conseiller Fédéral Alain Berset et Mme Céline Amaudruz ne m’a pas donné de réponse satisfaisante.

  7. Aperçu du nombre de médicaments dont a besoin un patient Covid en soins intensifs en UN JOUR:

    ttps://www.msn.com/fr-ch/actualite/other/soins-intensifs-la-photo-du-nombre-de-m%c3%a9dicaments-dont-a-besoin-un-patient-covid-choque-twitter/ar-AAQuLmj?ocid=se

    Si ce lien ne convainc pas les plus réticents de se faire vacciner, alors il n’y a plus qu’à désespérer de l’humanité.

    1. @R. NIRDAL : Ma femme et moi avons été contaminés avec le variant Delta par un double-vaxxé. Bien que largement dans la tranche d’âge des soi-disant “personnes à risque” (80 et 76 ans), nous avons apparemment survécus. Pour la vaxx, je vous fais cadeau de mes injections, de la première jusqu’à la quinzième comprise. Après on verra…
      En ce qui concerne la quantité de médocs dont un patient Covid, vaxxé ou pas, a besoin, seul l’équipe des soins peut en décider en fonction des antécédents médicaux et comorbidités du patient. C’est un traitement personnalisé. En conséquence, le lien que vous avez reproduit de Twitter ne veut strictement rien dire car on ne sait strictement rien du patient.

  8. bravo chère Madame Sandoz, bien vu et bien répondu
    1) de Jean-Michel Claverie : virologue mondialement connu, chercheur au CNRS : à ce jour, jamais un vaccin n’a fait disparaître un virus; (fin de citation) pour l’avenir, personne ne sait, mais c’est la réalité actuelle, à fortiori lorsque le vaccin n’est pas efficace à 100%, ce qui de surcroît nuit, en favorisant la sélection de variants toujours plus résistants.
    2) la modélisation mathématique et surtout l’énorme crédit qu’on lui accorde, fait des ravages, aboutissant à des erreurs graves dans de nombreux domaines (cf le Giec par exemple). Concernant la pandémie, celles de Monsieur Ferguson de l’Imperial College de Londres; ces savantes modélisations prédisaient des millions de morts; consternant : il n’était pas à son coup d’essai, ayant dans le passé fait abattre tout le cheptel GB pour rien : la modélisation tel l’oracle avait parlé, alors il fallait exécuter (sans jeu de mot…) le pire est que ce monsieur est toujours invité sur les plateaux de télévision, se vantant d’avoir sauvé des milliers de vies avec ses prévisions… toutes fausses; mais ce détail est tout à fait secondaire, n’est-ce pas ?

  9. Juriste je le suis un peu, mathématicien un peu plus pour y avoir poursuivi à l’étranger des études plus complètes dans le domaine des modélisations formelles (mathématiques) avec diverses applications dont certaines dans le domaine de ce que nos amis français appellent les science du vivant.

    Melfi se trompe lorqu’il prétend que la double vaccination de tous permet de mettre fin à l’épidémie. L’efficacité de la double vaccination contre la transmission du variant delta est trop faible pour permettre de réduire suffisamment le taux effectif de transmission. Avec pour effet que si l’on assiste sans conteste à une épidémie au sein des non-vaccinés, qui peut être tragique chez les personnes fragiles, il existe aussi une épidémie chez les vaccinés, certes plus lente et moins dramatique quant à ses effets, mais ayant vocation à s’étendre à toute la population des vaccinés. C’est dire que l’allégation de Melfi, justement présentée comme une opinion par le journal le temps, mérite le qualificatif de Fake.

    D’une manière générale, il est faux de prétendre qu’un modèle mathématique est apte à nous permettre de conclure définitivement quoique ce soit quant à la réalité physique. Un modèle ne fait que restituer partiellement les hypothèses que l’on y a intégré, hypothèses qui peuvent ne pas correspondre à la réalité. Un modèle formel est une machine formelle permettant de rester cohérent, de gérer la complexité (en un sens commun) et d’extraire des conclusions; mais sans matières premières (hypothèses) de qualité, il n’en sortira rien.

    La carrière du professeur Melfi, consistant en d’honorables résultats en mathématiques théoriques et, depuis quelques années, en des considérations sur la pédagogie de l’enseignement, ne mérite nullement le mépris que certains lui opposent mais, par contre, justifie que le professeur Melfi nous communique les références précises de son prétendu modèle reflétant la réalité physique.

    Quant au citoyen Melfi, qui estime que l’on aurait pas dû permettre de débat sur l’opportunité d’usage du vaccin, il est dangereux. Doit-on rappeler à ce fonctionnaire le Pacte international sur les droits civils et politiques, la Convention européenne des droits de l’homme et la Constitution suisse ? Est-il admissible qu’un fonctionnaire s’attaque publiquement à la liberté d’expression, fondement de notre Etat de droit libéral et élément indispensable à la démocratie ?

  10. On ne parle plus de 3e dose, on parle de rappel: “Arcinfo: L’accès à la dose de rappel – qui doit renforcer la protection des patients contre les formes graves de la maladie…” et on ne parle plus de se protéger de la maladie mais de ses formes graves. Bientôt on ne parlera même plus de se protéger de quoi que ce soit et il y aura eu tellement de rappels qu’on ne se rappellera plus de quoi il faut se rappeler. Le rêve ultime de Bill Gates sera réalisé: des moutons qui crachent au bassinet par habitude, sans se demander pourquoi et pour qui.

      1. @ED
        Pourriez-vous m’indiquer le lien de cette pétition car il y en a des nombreuses. Je la signe tout de suite. Je ne sais pas si vous avez remarqué mais nous n’entendons plus certains médecins qui nous avaient pourtant assuré récemment (presque les yeux dans les yeux) qu’une 3ème dose n’était pas d’actualité.

  11. Il n’y a rien à rajouter à cette excellente réponse de Mme Sandoz.
    Je peux juste inviter ce mathématicien universitaire à lire la lettre du cabinet d’avocats sédunois Schroeter adressée récemment à la responsable vaccination de l’OFSP ainsi qu’au Conseil Fédéral. Cette lettre fait un triste bilan de la gestion de cette pandémie depuis 20 mois, notamment une critique pertinente de la vaccination généralisée ( tout cela à l’appui de références sérieuses).
    Dr P. Flouck
    Médecin retraité

  12. Merci pour ce texte qui me réconforte: j’ai bien peur que la société ne soit devenue folle.

    Je suis donc perdue (extrait de la presse cette année):

    “Des vaccins sûrs et efficaces à 95 % contre la maladie et à 98 % contre les formes graves”
    “Fin de la pandémie annoncée pour l’automne 2021”
    “Avec 2/3 de la population vaccinée, on devrait atteindre l’immunité collective”
    “La vaccination ne sera pas nécessaire car les personnes vulnérables seront protégées”
    “Une immunité d’au moins un an est attendue mais ce sera probablement bien plus”
    “Les enfants ne sont pas les vecteurs de cette maladie”
    “Pas d’effets secondaires graves”
    “Ces nouvelles technologies de vaccins à ARNm sont adaptés à des virus qui mutent souvent car ils peuvent être modifiés en quelques semaines”
    “Des cas de thromboses suite au vaccin Astra Zebeca ainsi que des cas de syndrôme de Guillain-Barré”
    “Janssen surveillé par l’ANSM après que 4 vaccinés décèdent du Covid-19”
    “l’efficacité du vaccin Janssen remise en question” (il donne droit au Pass en Suisse !)
    “Décès d’une femme de 20 ans La Slovénie suspend la vaccination avec le Johnson & Johnson”
    “Pfizer annonce que son vaccin est efficace à 62 % contre la maladie et 88 % contre les formes graves durant 6 mois”
    “L’efficacité du vaccin Pfizer décline après 6 mois et un rappel devrait alors être proposé”
    “La France déconseille le vaccin Astra-Zeneca et les 3èmes doses seront proposées avec la technologie ARNm”
    “Je ne crois pas à une 3ème dose”
    “L’OMS appelle a un moratoire sur les 3ème doses”
    “La 3ème dose ne concernera que les personnes vulnérables et immuno-déprimées”
    “Une dose de rappel pour toutes les personnes vulnérables 6 mois après la 2ème dose du vaccin”
    “Une fois la population vaccinée, les mesures seront levées progressivement”
    “Les tests ne sont pas fiables et ne devraient plus donner droit au passeport sanitaire”
    “A part pour la population vulnérable, la passeport sanitaire sera probablement étendu à 18 mois car la protection du vaccin reste très bonne”
    “Le variant Mu est classé comme préoccupant car il résiste 10 fois plus aux anti-corps que le Delta”
    “La vaccination des enfants ouvertes dans les écoles du canton”
    “Une 3ème dose sera prochainement proposée pour l’ensemble de la population”
    “Il faudra vacciner les enfants pour sortir de cette pandémie”
    “Pour enrayer la pandémie, il faudrait vacciner la totalité de la population dès la naissance”
    “La pandémie devrait se terminer durant l’été 2022”
    Il y a de quoi y perdre son latin tellement on nage dans l’incohérence.
    Une qualité importante chez les mathématiciens, c’est d’être capable de prendre de la distance pour confirmer si nos hypothèses sont correctes en regardant les choses sous un autre angle.

    Résumons donc:

    Après presque deux ans de pandémie et une multitudes de vaccins disponibles, la pandémie repart en Europe avec des chiffres pires que l’an dernier en terme de cas. Par contre, les hospitalisations et les décès restent stables à des niveaux bien inférieurs aux autres vagues. La situation n’est donc pas aussi mauvaise qu’avant.

    C’est cohérent avec l’efficacité du vaccin: peu efficace (50-60 % selon les dernières statistiques) contre la contagion donc les cas remontent mais efficace contre les formes graves (80 %). De plus, les personnes vulnérables qui génèrent 90 % des hospitalisations ont un taux de vaccination très élevé (proche de 90 %) et la majorité des non-vaccinés sont parmi les jeunes qui sont sont très peu touchés par les formes graves. Le nombre de cas est le reflet de la levée des mesures.

    Les pays qui sont en retard en terme de vaccination enregistrent, par contre, beaucoup de formes graves et les services de soins sont sous pression. Logique.
    L’utilité du vaccin est donc démontrée pour sauver des vies dans les populations vulnérables mais pas sa capacité à enrayer l’épidémie.

    En fait, tant que le taux de vaccination n’aura pas atteint 90 % à l’échelle planétaire (avec un rappel tous les 6 mois), un variant pourra remettre les compteurs à zéro et nous confiner à nouveau.

    Cette stratégie est donc vouée à l’échec à long terme. Les vaccins actuels sont indispensables pour préserver les populations à risque donc le système de santé mais ne pourra jamais éradiquer le virus. C’est une stratégie à moyen terme qu’il faut compléter par d’autres outils ou alors le rendre plus efficace et bien plus rapide à déployer.

    Mais la population est divisée et se s’écoute plus. Le monde est polarisé: “anti” et “pro”. Comme pour la lutte anti-terroriste, toute personne qui n’est pas “pro” est classée “anti”. Toute critique ou question qui dérange vous classe d’office dans les “anti”. Les médias, les scientifiques et les professions médicales ont été priées de rejoindre les “pro” sous peine de sanctions. D’ailleurs, les “anti” sont définis comme de dangereux obscurantistes-complotistes qui passent leur temps sur les réseaux sociaux et font partie du mouvement Qanon: sortez donc votre QR code avec le sourire sinon…

    Le dialogue est donc rompu sur un sujet très sensible. Impossible de discuter: on avance avec une approche militaire vers la vaccination de 100 % de la population avec un rappel tous les 6 mois quelles que soient les conséquences sociétales et sanitaires. L’opposition est vérouillée: il n’y a plus de contre-pouvoir donc de soupape de sécurité. Plus rien ne choque même de refuser les soins à certains.
    L’ambiance est donc très malsaine mais le gouvernement désigne clairement les non-vaccinés comme les boucs-émissaires de la pandémie. Même le président de la confédération souffle sur les braises alors qu’il devrait rassembler (plus qu’un mathématicien, l’avis d’un historien pourrait mieux nous éclairer sur la suite).

    Dans les faits, il n’y a pourtant plus de limites à l’incohérence, plus c’est gros, plus ça passe:

    Un vaccin bien moins efficace qu’annoncé mais personne pour s’en offusquer. Des rappels vaccinaux qui ciblent toujours le virus original et n’ont pas été adaptés au fameux Delta malgré la technologie ARNm.

    Une promesse impossible de mettre fin à la pandémie surtout avec un vaccin qui n’empêche pas la contagion.

    Un vaccin qui donne droit à un passeport sanitaire indispensable pour vivre en société bien qu’il ne réduise la transmission que de 50 % (on devrait qualifier le passeport sanitaire de “permis de contaminer”).

    Des mesures sanitaires levées lors des grands rassemblement à l’intérieur grâce au fameux passeport sanitaire et relancent le nombre de cas.

    Des enfants qui ne sont pas des vecteurs de la maladie et quasiment jamais hospitalisés qui deviennent la 1ère cible de la campagne de vaccination.

    Une 3ème dose pas nécéssaire car on reste protégé si on est bonne santé mais bientôt obligatoire pour tous.

    Le vaccin Moderna déconseillés aux jeunes dans de nombreux pays mais pas en Suisse.

    Le vaccin Janssen homologué en Suisse alors que les autres pays décrêtent un moratoire suite à des décès (ensuite bien vite oubliés).

    Le vaccin d’Astra-Zeneca, homologué par l’OMS et pas la Suisse car sûr et efficace, dont on ne parle plus et doit être remplacé par un ARNm

    Un scandale de truquage des tests cliniques par un sous-traitant de Pfizer déjà étouffé.

    Des effets secondaires quasiment inexistants: c’est un sujet tabou dont on ne parle jamais sauf sous forme statistique pour relativiser leur importance. Or, c’est aussi un point important car, même avec une probabilité très faible, vu le nombre de doses administrées, on parle de milliers de personnes. Or, rien n’est organisé pour soutenir ces personnes qui doivent vivre un vrai calvaire.

    Des tests soudain présentés comme peu fiables et donc potentiellement exclus du passeport sanitaire. Ce point est important car toutes les études depuis le début de la pandémie ainsi que les tests cliniques des vaccins sont basés sur ces tests. Les remettre en question, c’est invalider les tests cliniques des vaccins qui devraient alors être immédeitement retirés.

    Des non-vaccinés (pas 2G) continuent à porter l’entière responsabilité de la reprise de la pandémie même s’il ne représentent que moins de 10 %. On a même trouvé des mathématiciens pour vous le prouver (même avec 100 % de vaccinés, on trouvera autre chose).

    Un virus qui a cessé de muter et qui sera éradiqué une fois 100 % de la population vaccinée.

    Mais le train est lancé à pleine vitesse et la population n’a pas vu les trous sous la voie (c’est d’actualité) car elle veut être à l’heure à son rendez-vous.

    Un historien me disait que l’histoire n’est jamais achevée et que la vérité est celle de l’instant dans laquelle on la vit. Cette vérité sera donc différente dans un an. Alors il faut se résigner et attendre quelques mois ou quelques années.

    Signé: une terrible “antivax-complotiste” doublement vaccinée avec une formation bac +8

    1. “peu efficace (50-60 % selon les dernières statistiques)”

      Un vaccin avec un taux de protection de 50% est efficace. Et c’est une condition de l’autorisation.

      Les vaccins contre la grippe protège à 40-60%.

      ttps://www.ledevoir.com/societe/science/588401/tester-l-efficacite-d-un-vaccin

      > 90 % était sensationnel.
      Si la protection tombe à 50%, cela reste toujours génial !

      Merci d’arrêter de propager des fakenews.

      1. @CHÉR : “> 90 % était sensationnel.
        Si la protection tombe à 50%, cela reste toujours génial !”
        Les 90% d’efficacité et davantage étaient des affirmations de marketing des pharmas. Comme on le sait depuis peu, au moins Pfizer a fait truquer ses résultats. Actuellement, selon les scientifiques israéliens, américains et anglais, l’efficacité des divers vaxx est entre 13% et 36%, raison pour laquelle les vaxxés s’infectent parmi car ils sont au bénéfice du pass nazitaire et n’ont aucune précaution à prendre “puisqu’ils sont totalement immunisés”. C’est aussi la raison des “rappels”.
        Merci d’arrêter de propager des fakenews.

      2. Vous confirmez le contenu de mon commentaire: toute critique vous classe du côté des complotistes. Estampiller “Fake news” est une bonne technique, ça permet de décrédibiliser sans trop argumenter.

        C’est un peu facile ! Je vous retourne donc le rôle de propagateur de mensonges.

        Non, ce vaccin n’est clairement pas la hauteur de la promesse et ne permettra pas un retour à la normale.

        Lors de son homologation, 95 % étaient annnoncés suite aux tests cliniques qui ont servi Swissmedic à l’approuver. C’est sur la base de ce pourcentage que toute la stratégie avait été bâtie. C’est parce qu’il s’est rélévé bien moins bon qu’un épidémiologiste annonçait récemment qu’il faudra vacciner 100 % de la population y compris les enfants puis les nourrissons.

        La bonne nouvelle c’est que ce vaccin préserve des formes graves. Cette partie est un succès et confirme que la vaccination est indispensable pour les personnes vulnérables.

        50-60 % c’est bien ? Oui, c’est mieux que rien mais ce n’est pas suffisant pour lever les mesures et éradiquer le virus comme cela est encore promis à la population. Ajoutons que cette protection partielle ne dure que 6 mois puis décline rapidement. On est donc passé à l’administration de rappels tous les 6 mois (sans adapter le vaccin). Jusqu’à quand ?

        Le comparer au vaccin de la grippe est une absurdité.

        D’une part, il n’a jamais été question de vaccination quasi-obligatoire pour 100 % de la population à répéter tous les 6 mois et d’un passeport sanitaire pour un tel vaccin. La seule vaccination obligatoire a été celle de la variole bien plus mortelle de que SARS-Cov2 (le vaccin est efficace à 98,3 sur 10 ans).

        D’autre part, le taux de reproduction de base (sans vaccination) de la grippe est de 1.5: cela signifie qu’il faut vacciner 33 % de la population pour stopper une vague. La souche de base du Covid, c’est autour de 3 (66 % de la population à vacciner). Le Alpha c’est 4.5 et Delta fait polémique mais le consensus scientifique le place autour de 6-7. Donc ça ne marche plus, même en vaccinant tout le monde tous les 6 mois, il faudra maintenir le port du masque.

        C’est d’ailleurs ce qui est en train de se passer aux Pays-Pays où un confinement partiel vient d’être rétabli malgré un taux de vaccination très élevé (80 %) auquel on peut ajouter les guéris. En fait presque toute la popoulation a le fameux passeport qui venait d’être rétabli pour endiger la progression… forcément ça n’a pas marché et il a fallu revenir à des mesures pour toute la population.

        Notez qu’en aucun cas cette vaccination permet d’éradiquer le virus. C’est devenu impossible.

        Ajoutons que plusieurs laboratoires concurrents qui avaient un vaccin efficace à 50 % ont jeté l’éponge quand Pfizer a annoncé ses 95 %. Ils se sont fait avoir. C’est donc bien une guerre commerciale qui a lieu.

        Prenons un peu distance: les cas remontent. Et alors ? L’important, c’est de savoir dans quelle groupe. Si c’est les jeunes et les enfants, le système de soin n’est pas en danger. Si c’est les populations vulnérables alors il faut agir de manière ciblée: ce qui est important c’est que cette population soit vaccinée à 95 % et fasse un rappel.

        Pour les populations jeunes, les tests gratuits en complément du vaccin étaient utiles car ils permettaient aussi de réduire la contagion. D’ailleurs, suite à l’introduction de la règle 2G dans certains pays, les jeunes se transmettent la maladie intentionnellement pour avoir leur passeport sans se faire vacciner.

        Cette pensée unique de la vaccination pour tous est donc contre-productive et provoque des effets secondaires graves sur la société.

        Le port du masque à l’intérieur en cas d’affluence est une évidence alors qu’il a été supprimé en Suisse pour les porteurs du passeport sanitaire. Adapter le vaccin aux variants pour améliorer son efficacité aussi.

        Avec des vaccins complétés par des tests, des traitements (en cours d’homologation) et le maintient de mesures sanitaires dans des cas à fort risque de contagion, les chances de surmonter cette pandémie à long terme sont bien meilleures.

    2. @Marie.J,

      Encore des chiffres basés dans le vide, plusieurs études concordantes dont celles provenant de facultés mondialement connues, Cambridge, Oxford, ont démontré que l’immunité naturelle est très nettement supérieures aux chiffres mensongers publiés par les fabricants, d’autant plus, qu’ils ont été pincés dans des tricheries, notamment par le biais, entre autres, du laboratoire Ventavia, dommage que nos brillants profs de maths ne se penchent pas plus sur ces données !

      Quand aux fables que les “vaccinés” résisteraient mieux aux formes graves de la maladie covid-19, ils ne se raccrochent plus qu’à ce dernier mensonge en date !

      Comme par hasard, il y avait des moyennes très élevées de décès en Israel, juste après la deuxième “vaccination”, du mois d’août à octobre 2021, maintenant ils ont lancés une 3ème campagne de “vaccination” et nous verrons, comme en août, une forte hausse des décès d’ici 2 mois, garanti !

      De plus, il n’y a aucune différence entre les nombres de cas graves “vaccinés” et non-“vaccinés” !

      Ce sont des mensonges, comme celui des hôpitaux qui “débordaient” en France en 2020, de ça la “presse” ne dit rien de rien !!!!

      1. Vous avez peut-être raison et nos opinions se rejoignent.

        Ma démonstration se limite intentionnellement a des faits que les promoteurs des vaccins ne nient pas.

        Même sur cette base, une vaccination pour tous ne se justifie pas.

        Il n’y donc même pas besoin d’avancer d’autres faits qui seront alors plus contestables.

  13. Si l’on doit avoir une dose – pardon …un rappel !- tous les 6 mois, ces vaccinations à répétition seront-elles liées à la nécessité à chaque fois, d’un nouveau pass annulant le précédent ? Si oui, cela veut dire que la population sera “tracée”, surveillée, dans ses moindres déplacements, ses activités.. Big Brother n’était donc pas une fiction… et j’ose rajouter que le Covid est tombé à point nommé pour mettre sur pied cette surveillance mondiale envisagée depuis longtemps par les illuminés du mondialisme tel Klaus Schwab, le “maître” de Davos : “COVID-19: La Grande Réinitialisation “..

    1. @MARIE-FRANCE: Ben oui, c’est exactement cela. Si vous n’avez pas envie d’acheter l’ouvrage de Schwab, vous pouvez le télécharger en PDF, même en version française, et le lire tranquillement. Cela vaut vraiment la peine car les projets des globalistes sont très explicites : dépopulation à un milliard d’esclaves pour 100 millions de nantis, et bien d’autres d’intentions diaboliques que je vous laisse découvrir. Une véritable abomination, ces Schwab, Gates, Soros, Bezos, Zuckerberg, Musk et al.

  14. Ils mentent, voulez encore des preuves ?

    Et, cerise sur le gâteau, les… matheux s’en mêlent !

    Regardez les chiffres officiels publiés par l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation, dans laquelle il est attesté que seuls 2% des places dans les hôpitaux français ont été occupées par des patients atteints par le covid-19 et 5% des places de réanimation !!

    Attention à vos courbatures M. Giuseppe Melfi, donnez moi des chiffres et je vous fabrique les courbes que vous voulez !

    1. Si le virus a concerné 2% des hospitalisations en France, on lui doit 12% des décès survenus à l’hôpital en France, et 16% de ceux déplorés dans les services de réanimation en France.

      Ne pas oublier:
      + des confinements, gestes barrière afin de limiter sa circulation;
      + des périodes de calme (janvier ->mi-mars; juin->septembre, etc).

      1. @Cher,

        Je connais personnellement et Suisse le cas d’une personne qui est mort de vieillesse (89) ainsi que de nombreuses morbidités, officiellement la cause du décès : Emphysème pulmonaire et covid.

        Il était strictement impossible qu’il ait contacté le covid, tout son entourage a été testé sérologique-négatif, il n’a été en contact de personne d’autre que son entourage pendant les semaines avant son admission, suite à ce constat, ses proches ont entrepris des procédures envers l’hôpital et il semblerait el et bien que cet hôpital estampillait “covid” la totalité des personnes décédées, et cela, pendant les mois concernés, cette affaire n’est pas unique.

        De plus votre raisonnement est plutôt foireux ; Avant d’être classé “décédé”, il faut passé par la case “réanimation” et bien sûr, une “admission” hospitalière, donc, connaissez l’âge et les éventuelles comorbidités de ces personnes décédées, de ce 12% ?

        Autre question, connaissez-vous le pourcentage des décès causés par les grippes avec comorbidités sur des personnes âgées antérieures à 2020 ?

        Aux USA, un des très très rare jeune de 26 ans mort du covid en mai 2020, est arrivé la tête quasi arrachée suite à un accident grave de la route alors qu’il roulait en moto à plus de 160 km/h et percuté dans sa chute un pilonne électrique sur le coté de la route, il devait être, certainement ou pas, être porteur du virus, mais pensez-vous vraiment que la cause de son décès provienne du covid, qu’il serait décédé si il n’avait pas été positif à un test postmortem ?

        Autre question que nous sommes obligés de nous poser ; Pourquoi avoir interdit aux médecins de soigner les patients atteints de covid ? Si de tels consignes avaient été données lors des précédentes années et en ce qui concerne des grippes hivernales, ne pensez-vous pas que les conséquences irréversibles léthales auraient grimpées de manière impressionnantes ?

        Donc, premier constat :

        1). On ne sait pas exactement à quoi attribuer ces mortalités inscrites dans ces “statistiques” bidons, mais nous savons qu’environ 95% d’entre elles étaient âgées et avaient de sérieuses comorbidités !

        2). On ne sait pas combien de ces personnes décédées, âgées et atteintes de comorbidités aurait survécu avec de simple traitement et suivis médical normal ! Et on ne le saura jamais, car jamais les médecins ont été obligés d’abandonner leurs patients lors des grippes précédentes !!

        3). Il semblerait qu’au moins un décès en Suisse ait été estampillé covid alors qu’il semble que ce fut impossible qu’il ait contacté le virus, vu que l’ensemble des personnes l’ayant approché ont été testées négatives au covid, cela dans une maison isolée et habitée par des personnes qui ont tout fait pour ne pas être contaminées, je rappel que seulement 25 – 30% des citoyens suisses ont été contaminées, ce qui fait entre 2,5 et 3 millions de personnes et que seules (11’333) seraient décédées du covid !!

        4). De manière générale, 67’500 décès sont enregistrés chaque année en Suisse (2018-2019). En presque deux ans, 11’333 personnes, seraient décédées en Suisse du covid, soit en moyenne, 5’500 par an depuis début 2020 !

        Etrangement le nombre de décès en Suisse serait passé de 67’780 en 2019 à 76 195 en 2020. Soit 8’415 décès de plus en 2020 par rapport à 2019, ce qui équivaut à une hausse de 12% en une année.

        De votre coté, vous relevez que 12% des personnes hospitalisées et 16% dans les EPAD sont décédées du covid, puisque vous avez des statistiques aussi fiables, connaissez-vous les nombres de décès relatifs aux pourcentages dans les hôpitaux et EPAD, car un pourcentage sans chiffre ne veut rien dire ?

        Car en admettant que la majorité des décès du covid aient été constatés en hôpitaux et en EPAD, combien de décès hors hôpitaux et EPAD ?

        Toujours est-il, qu’en se basant sur la statistique fédérale des décès en 2019 et 2020, nous constatons qu’il y a 8’145 décès de plus entre les 2 années, que majorité de ces personnes n’ont pas été soignées, que des remèdes de premier secours comme l’hydroxychloroquine a simplement été interdite en Suisse, tout comme l’ivermectine, 2 remèdes qui ont fait leurs preuves dans quantité de pays et qui sont réincorporée dans de nombreuses pharmacopées de plusieurs pays qui l’avaient également interdit, sans parler de l’aspirine et des antiinflammatoires communs qui ont également été radiés par les autorités sanitaires suisse (OFSP), combien sur ces 8’145 auraient pu être sauvées grace à ces traitements sans parler des traitements préventifs et prophylactiques ainsi que le chevet de médecins, également, interdits d’intervenir ?

        Donc, nous pouvons sagement conclure, que la majorité de ces décès, spécialement de personnes âgées et atteintes de comorbidités auraient certainement être traitées et vivre plutôt que d’avoir attendus d’être intubées dans des bloc de réanimations pas si plein que ce que l’on a voulu nous le faire croire !

        Bien à vous

        1. Je n’ai fait que mettre en évidence d’autres chiffres de votre propre source.

          ttps://www.atih.sante.fr/sites/default/files/public/content/4144/aah_2020_analyse_covid.pdf

          Vous admettez donc ne pas avoir lu le document de l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation….

          Je n’accorderai à l’avenir plus aucune crédibilité à vos messages. Je vous laisse à votre déshonneur.

    2. Bonjour Corto, merci de votre pertinent commentaire. J’aimerais beaucoup qu’un(e) spécialiste m’aide à améliorer mes courbes Excell en double-ordonnée (1970/1972 à ce jour). Je fais ce que je peux en la matière. Histoire vraie: j’étais en vadrouille près du parc naturel Paneveggio Pale di San Martino (Trentino) et un médecin me demande quel collègue de quel Centre Universitaire a établi mes courbes.
      Ben non, cher Docteur, vous savez j’espère qu’il existe sur Terre de bien modestes patient(e)s, un tout petit peu informé(e)s pour rester farouchement indépendant(e)s et surtout résister aux avalanches “meurtrières” de blablabla médical insipide et non-spécialisé ……
      Mise au point effectuée, la consultation s’est fort délicieusement déroulée avec, “cerise sur le gâteau”, cette si agréable petite touche latine ……
      Excellente fin de semaine et au plaisir de vous lire Corto. eab

    3. Explications:

      ttps://www.lamontagne.fr/paris-75000/actualites/non-le-chiffre-de-2-dhospitalisations-liees-au-covid-19-ne-demontre-pas-quon-en-a-trop-fait_14043833/

    4. 19 % des jours d’hospitalisation en réanimation. Le système français des réanimation ne peut que difficilement encaisser une telle surcharge. Le système suisse un peu mieux, mais avec difficulté aussi. Les réanimations suisses étaient dès avant la pandémie très souvent sous tension et sous-dotées en personnel faute que l’on ait tenu compte de l’évolution démographique et d’une population vieillissante plus souvent admissible à la réanimation au vu des progrès en ce domaine. Erreur de planification hospitalière mais aussi pression de ceux qui ne veulent payer ni prime d’assurance, ni impôts.

      Mais ce qu’il ne faut pas perdre de vue est que ces journées d’hospitalisation se sont concentrées sur les jours correspondants aux deux vagues conduisant à un débordement, fatal pour certains, et usant pour le personnel.

    5. @CORTO : Ce qui est positif, c’est que ces chiffres d’une agence gouvernementale sont maintenant commentés par des merdias comme LCI, totalement pro-restrictions des libertés.

  15. Bonjour Professeure, excellent. Merci. Idem un grand merci aux autres internautes pour leurs commentaires très intéressants dont j’ai pris connaissance avec retard.

    L’éthique médicale a sombré avec les éthiciens qui – au lieu de s’occuper de leur business – se sont occupé de vaccinologie, d’emprisonnement méthodique des humains, de lois privatives, et de sélection serrée de qui peut faire quoi. L’éthique médicale doit faire d’urgence une thérapie intensive, si une réanimation reste encore possible et là, j’émets de grands doutes.

    Je suggèrerais très très modestement à ce mathématicien UNINE de rejoindre d’urgence les groupes pluridisciplinaires de l’industrie chimique, afin de peut-être établir des « formules magiques » permettant d’éradiquer toutes les cochonneries résiduelles liées aux solvants, les traces des catalyseurs ainsi que les autres sous-produits dits réactionnels, tous présents lors des synthèses; en conséquence des éléments indésirables qui existent bel et bien dans TOUTES les chaînes de production des médicaments (et donc vaccins), même les plus performantes & modernes & contrôlées & conceptuellement presque parfaites.
    La perfection dans ce domaine restera encore pour très longtemps une pure vue de l’esprit. Et les dommages collatéraux infligés à la matière vivante passeront aux oubliettes. Qui l’eût cru ….

    Au plaisir de vous lire. eab

    1. @ELIANE AB,

      Si seulement ils ne s’en prendraient qu’aux humains, ça fait des décennies que les mêmes groupes pharmaco-chimiques s’en prennent farouchement à l’ensemble de la nature avec leurs pesticides chaque fois plus diaboliques, actuellement leurs glyphosates qui ont tués 99% des insectes et de leurs “prédateurs”, combien de cancers sont directement liés à ces pesticides machiavéliques et pas seulement les cancers, mais les maladies auto-immunes ??

      Nous sommes dirigés par les lobbies qui arrosent nos politiciens corrompus !

      Des milliers de reportages “FILMéS” l’attestent, quand aux sauteries dans les iles paradisiaques, hôtels 6 étoiles fréquentés par nos toubibs, n’en parlons même pas !!

    2. @ELIANE AB: Pour appuyer vos propos, voici une information glanée sur un site scientifique américain selon laquelle Pfizer ajoute un produit aux vaxx destinés aux enfants de 5 à 11 ans qui s’appelle “tromethamine that is used in patients with heart attacks, and like all pharmaceutical drugs, has multiple reported adverse side effects, which includes tissue damage.”
      Les dommages collatéraux continueront…

      1. “site scientifique américain”

        Quelle blague.
        Vous n’avez même pas le cran de dire que votre source est infowars:

        ttps://www.infowars.com/posts/pfizer-adds-dangerous-drug-to-childrens-covid-vaccines/

        Et qu’est-ce que infowars ?

        Ce site diffuse un nombre significatif de fausses informations et/ou d’articles trompeurs. Restez vigilant et croisez avec d’autres sources plus fiables.Si possible, remontez à l’origine de l’information.

        ttps://www.lemonde.fr/verification/source/info-wars/

        Je bloque la lecture de vos messages. Vous citez des sources sans les nommer et vous vous appuyez sur des sites conspirationnistes notoires !

      2. N’importe quoi.

        La tromethamine se trouve depuis le début dans le vaccin Moderna, ce qui a assuré une conservation facilitée de ce vaccin et maintenant Pfizer s’y met. C’est tout.
        ttps://www.reuters.com/article/factcheck-coronavirus-vaccine-idUSL1N2S31ML

        La tromethamine ne pose aucun problème sauf aux allergique à la tromethamine et à ceux qui en consomment régulièrement (et donc trop s’agissant d’un AINS) ….. enfin qui en consommait régulièrement puisque ce produit a été retiré du marché comme AINS et n’a plus qu’un usage ophtalmique restreint.

  16. Chère Madame Sandoz,

    Pourquoi votre blog ne figure t’il plus dans le menu principal (donc très visible) du Temps a t’il disparu alors que celui d’un médecin ayant des intérêts dans la pharma et qui vous critique apparît trois fois …

  17. Une EPHAD allemande (Oberhausen) a opéré 90 “vaccinations” de 2ème dose à ses pensionnaires. Suite à ces 90 injections, 9 de ces personnes à qui il a été injectés cette solution aux ingrédients secrets, sont tombées quasi instantanément gravement malades, problèmes cardio-pulmonaires. Suite à ce désastre, l’institut Paul Ehrllich a transmis des rapports auprès de l’autorité sanitaire et du KVNO, (Association des médecins de l’assurance maladie de Rhénanie du Nord). ttps://www.aekno.de/

  18. Mon intervention comprend deux objections qui confirment le jugement de Suzette Sandoz à propos de l’article du professeur…. Ces deux objections se complètent, pour aboutir à une remarque philosophique dont la portée est plus générale.
    Première objection : Les fausses évidences du calcul probabiliste
    La programmation algorithmique a pour but explicite — les Déclaration de l’OFSP ne sont plus un mystère pour personne — de doper la quantité d’individus vaccinés quelles que soient les circonstances. À charge ensuite pour les faiseurs d’opinion (médias grand public, réseaux sociaux…) s’inventer de soi-disant raisons objectives pour justifier la hausse croissante de ces citoyens vaccinés qui rechutent dans la situation contre laquelle ils se croyaient prémunis.
    Quand ces raisons objectives s’appuient sur des statistiques ou des calculs de probabilité, la majorité d’entre eux s’imaginent entendre l’oracle de Delphes, parce qu’elles correspondent à ce qui est instinctivement admis, voire redouté, par l’ensemble de la population.
    Les mathématiciens férus de physique quantique, qui ont affaire à des corpuscules plus microscopiques encore que les virus, mais aussi imprévisibles, nous expliqueront cependant que le prétendu bon sens de ce professeur procède de fausses évidences, et que les lois probabilistes sont infiniment plus complexes que celles des chances que l’on peut espérer en jouant à la roulette. D’une part, le comportement d’un virus dépend des avantages et des désavantages que lui offre son hôte, et qui sont à chaque fois différents selon les circonstances ; d’autre part, la perception de ces comportements dépend de l’observateur et des variables qu’il décide de prendre en compte. Notons d’ailleurs que sans même se référer à la physique, pour s’en tenir au strict calcul de probabilité, des programmes informatiques, qui respectent la nature totalement aléatoire de leurs résultats, comme c’est normalement le cas dans le pari de pile ou face, ont prouvé que dix tirages « pile » consécutifs, suivi d’un tirage « face » ne peuvent survenir qu’à la suite d’un million de tirages effectués dix fois). Dès lors, le présupposé qu’après un nombre de vaccinations d’un million ou d’un chiffre comparable, le nombre d’individus infectés nécessitant une vaccination devrait baisser au moins de moitié ne repose que sur une illusion.
    Deuxième objection : de l’usage intempestif des mathématiques

    Ce genre de logique naïve ne repose que sur une conception simplette du rapport entre les mathématiques et la réalité. Dans un ouvrage intitulé « » mysticisme et logique » (1918) Bertrand Russel, l’un des plus grands logiciens du XXe siècle, écrit, non sans une ironie toute britannique, que « Les mathématiques peuvent être définies comme le domaine dans lequel on ne sait jamais de quoi l’on parle ni si ce que l’on dit est vrai. ». En effet, les énoncés mathématiques transposent en un langage abstrait toutes les données empiriques dont elle est censée tirer des conclusions. Leur réalité acquiert ainsi un caractère éthéré, quintessencié, qui permet, de se contenter de raisonnements exclusivement logiques, sans plus tenir compte de la résistance que la réalité leur oppose.
    D’ailleurs, on peut aujourd’hui faire démontrer à un ordinateur des théorèmes simples après lui avoir inséré en mémoire des règles de logique et des axiomes, ces énoncés qui servent de point de départ. L’ordinateur peut donner des résultats sans savoir, et pour cause, de quoi il parle.
    Russel ajouterait, par provocation, qu’il n’est sans doute même pas nécessaire qu’il parle de quoi que ce soit. Car le raisonnement lui-même, s’il est cohérent, peut être correct alors qu’il ne s’applique à aucun objet réel donné dans l’expérience. Les mathématiques pures peuvent donc se dispenser d’un lien avec la réalité au sens ordinaire et empirique du terme, pourvu que leurs énoncés soient correctement démontrés. Derrière la boutade, en apparence provocatrice du philosophe anglais, se cache donc une profonde leçon sur la nature de la vérité en mathématiques : pour atteindre cette rigueur qui fascine plus d’un esprit cartésien, les mathématiciens doivent renoncer à l’idée de vérité entendue comme adéquation à l’expérience et au réel concret pour se satisfaire de la validité formelle de leurs raisonnements. C’est aujourd’hui le cas dans de nombreux domaines du savoir, où les mathématiques sont appliquées aveuglément. Dans le domaine médical, les conséquences peuvent se révéler catastrophiques.

      1. Je vous suis reconnaissant d’avoir eu la patience de me lire. Après coup, je redoutais que mon texte ne paraisse trop académique précisément. Mais le fait qu’un lecteur aussi bien informé que vous, sans compter votre façon claire et sobre d’argumenter, puisse trouver du plaisir à en prendre connaissance, me rassure beaucoup. Merci également.

      2. J’avais oublié de traduire vos sarcasmes en un énoncé explicite : ” Je ne comprends pas, donc c’est bête ”
        Ce qui permet de comprendre de façon concise que le niveau de votre réponse est emblématique du niveau de vos interventions en général

      3. Quelle susceptibilité ! Pourtant force est pour moi de m’incliner devant votre talent. Votre canevas d’article respecte tous les canons pour, une fois achevé, rejoindre dans Social text celui publié par Sokal sous le titre :”Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique”.

        1. Susceptibilité ? Il est pourtant évident qu’en citant Sokal, vous m’accusez …, en l’absence de tout argument, …, d’escroquerie intellectuelle. Je pourrais vous en balancer de pareilles. Mais le respect du souci de ma collègue Suzette Sandoz de respecter un minimum de franchise et de courtoisie, m’interdit de m’exprimer en suivant vos méthodes. C’est pourquoi, j’en reste à ma première réplique : de minimis…

          1. Pour le lecteur non averti, le professeur Sokal avait fait paraître dans la revue en question un texte farfelu au titre farfelu, non pas à fin d’escroquerie -il avait signalé le canulard le jour même de la publication- mais pour démontrer le peu de sérieux de cette revue et, à vrai dire, du courant de pensée lié à cette revue.

            De courtoisie pour Sokal vous n’avez pas. De franchise j’en ai. Votre tirade est pur “abstract non sense” émanant d’un philosophe, sans doute fort compétent en philosophie, mais manipulant hors de leur contexte des concepts qu’il ne maîtrise pas.

            Ce qui bien sûr ne décridibilise nullement votre discours et ceux qui le soutiennent.

            Pour moi, le débat est clôt.

            ttps://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Sokal

          2. Pour moi il est clôt également. Il est clair que vous vous acharnez, avec un malin plaisir à singer tous mes propos pour leur faire dire ce qu’ils ne disent pas. Ainsi je n’ai jamais écrit que Sokal était un escroc, mais bien, en référence au livre que vous citez, que vous me placez parmi les canulars ou supposés tels, qu’il dénonce en particulier chez les chercheurs en sciences humaines qui se risquent à parler de sciences dures. Ce que je précise ici est en parfaite concordance avec les sarcasmes que vous croyez astucieux de rédiger à propos de mes réflexions sur les probabilités.
            Et puis, bas les masques, plutôt que de vous barricader derrière l’anonymat, svp ! De quel droit, vous permettez-vous, d’évaluer les interventions d’autrui, de manière péremptoire, par de simples jugements à l’emporte-pièce, à la façon d’un petit maître. Qui êtes-vous exactement ? J’aimerais aussi savoir à qui j’ai affaire, mais je n’en profiterai pas pour mentionner votre titre pour en faire un argument dépréciatif.

        2. CEDH Bonjour, vous qui semblez tout connaître sur (presque) tout, comment expliquez-vous la négativité complète des tests (officiels) réitérés effectués chez divers humains sous contrôles très serrés des fluides corporels ?
          Il serait très intéressant de connaître vos hypothèses puisqu’il semble que vous soyez un spécialiste dans bien des domaines. Je précise encore chez des humains NON confinés puisque négatifs.
          Tout éventuellement, si vous donnez votre accord, je pourrai partager vos hypothèses avec des universitaires italiens que je vais rencontrer dès demain en Lombardie. En toute discrétion cela va sans dire. Plus nous pourrons en apprendre, plus nous pourrons comprendre et agir dans le bon sens (et pas à la manière désordonnée de l’OFSP et du CF).
          Je ne parle pas ici de modes de vie. Je parle ici de particularités humaines vis-à-vis des virus mutants à l’infini.
          Pour détendre l’atmosphère oppressante du moment, je souligne que je suis passée sans autre ce matin de bonne heure via la petite douane de Maslianico (que vous devez aussi connaître j’en suis certaine), bizarrement totalement vide de plaques d’immatriculation italiennes versus helvétiques, hormis les miennes. Un cas d’école ce matin.
          Je réintègrerai la Suisse via Bizzarone …. Une autre petite douane discrète qui existe bel et bien, sise tout près de l’autoroute pour remonter au Nord-Ouest.

          Si vous ne souhaitez pas répondre via le blog, vous pouvez m’adresser vos pertinentes idées via Prof. S. Sandoz qui relayera j’en suis certaine.
          J’aimerais aussi signaler que je porte des masques en tissu (lavés lavés lavés), ajustés n’importe comment cela va sans dire et hélas, oui hélas, j’ai développé un angiome à force de frottement sur le bord du nez. Cela fera le bonheur d’un dermatologue post pandémie et le malheur de mon porte-monnaie.
          Dans l’attente de votre éclairage par rapport à la chronicité négative des tests (avec certificats ad hoc) et SANS vie monacale, recevez CEDH toute ma considération.

          1. J’ai lu que certains individus exposés au virus n’étaient guère infectés parce que leur système immunitaire inné suffisait pour qu’il se débarassent du virus. Il est aussi un élément clair : l’infection est une lotterie.

            Pour ce qui est du masque, je suis scrupuleusement FFP3 car je n’ai pas l’intention de contribuer à propager le virus ni de tuer une personne âgée ou fragile.

          2. Bonjour CEDH et merci. SVP une référence scientifique ou deux. Habituellement vous en mettez en grand nombre pour éduquer vos collègues internautes. Encore une fois SVP une référence scientifique (article in press aussi OK bien sûr). MERCI par avance (pas la possibilité d’écrire “bien comme il faut” avec le Natel). eab

    1. “D’ailleurs, on peut aujourd’hui faire démontrer à un ordinateur des théorèmes simples après lui avoir inséré en mémoire des règles de logique et des axiomes, ces énoncés qui servent de point de départ. L’ordinateur peut donner des résultats sans savoir, et pour cause, de quoi il parle.”

      Vous avez éveillé ma curiosité, j’ai donc demandé à mon ordinateur comment il comprenait votre commentaire après lui en avoir fait lire les premières lignes. Voici sa réponse:

      “Mon intervention comporte deux objections qui confirment le jugement de Suzette Sandoz sur l’article du professeur…. Ces deux objections se complètent, conduisant à une remarque philosophique de portée plus générale. La première objection concerne la nécessité d’invoquer la notion de nécessité de Kant et ses concepts dérivés pour traiter de la relation entre l’objet et son effet. La seconde objection concerne si l’objet lui-même est un être nécessaire ou s’il n’est qu’un effet, comme la version française de l’argument voudrait nous le faire croire ….

      Selon moi, Kant était trop limité dans son traitement des êtres nécessaires et pas adéquat dans sa présentation des conséquences de la non-existence des choses qui n’existent pas …. Les deux objections ont été critiquées comme injustifiées par les philosophes des sciences. L’objection de Sandoz concernant l’exigence de Kant d’un lien immédiat entre l’objet et son effet ne tient pas compte de l’existence de nombreux êtres contingents en tant qu’êtres nécessaires ou simplement de leur effet (pour les détails de son objection, voir … ; voir aussi …).

      Quant à ma critique de la conception générale de Sandoz de la relation entre l’ objet et son effet, je ne puis souscrire à l’affirmation de Sandoz selon laquelle le philosophe doit invoquer les notions de nécessité et d’existence lorsqu’il traite des relations entre l’objet et son effet …

      Cependant, Sandoz n’a pas fourni une alternative adéquate au principe de raison suffisante de Kant (Kant 2002, 2007, 2011), qui est l’une des principales caractéristiques de sa métaphysique ….

      À mon avis, ce problème peut être évité en adoptant une version non matérielle du principe de raison suffisante (qui est compatible avec l’existence d’êtres contingents en tant qu’êtres nécessaires ou simplement leur effet), que je propose d’appeler le Principe de Cohérence et Conséquence (ou simplement, CoC). La discussion suivante tente de décrire le CoC comme un compte rendu approprié et suffisant de la métaphysique de Kant à la lumière des objections de Sandoz, qui sont discutées plus en détail dans la section 3 de cet article.”

      […]

      En effet, pour générer automatiquement ce texte et ainsi “atteindre cette rigueur qui fascine plus d’un esprit cartésien”, comme vous l’écrivez, la machine a dû elle aussi “renoncer à l’idée de vérité entendue comme adéquation à l’expérience et au réel concret” pour se satisfaire de la validité formelle de ses raisonnements. En d’autres mots, elle montre qu’avec un raisonnement juste (ou des prémisses vraies), il est possible de produire du pur non-sens. N’est-ce pas d’ailleurs ce que font les antivax?

      1. Je trouve votre réflexion sur Kant très intéressante, honnêtement. Ce que vous dites à propos de la catégorie de nécessité est confirmé par des épistémologues dignes de confiance. Ce n’est malheureusement pas tout à fait mon domaine et je crains que notre début de discussion ne nous conduise trop loin sur le territoire strictement philosophique. Toutefois, merci beaucoup, je vous suis reconnaissant d’avoir accepté d’être mon interlocuteur.

        En ce qui concerne les antivax, je ne me situe pas vraiment de ce côté. J’estime seulement que les raisons de nous contraindre à nous faire injecter ce vaccin ne sont pas suffisantes (s’il existe de telles raisons par ailleurs.)

        1. @ Cogitus Interruptus

          Puisque le programme dont vous avez fait usage produit des textes intéressants selon le Prof. Celis, pourriez-vous nous en donner les références ? Merci d’avance.

          1. Kant: Critique de la Raison pure, 1787
            Edmund Husserl: :Logical Investigations Volume 1 et II, 1913
            Edmund Husserl: Philosophy of Arithmetic, 1891

          2. Merci pour votre intérêt. Je suis l’auteur de ce programme, encore au stade expérimental et n’envisage pas pour l’instant d’en rendre le code public. Mais vous en trouverez sans peine des équivalents en ligne, comme, par exemple, le controversé générateur de “fake news” GPT d’OpenAI (société fondée par Elon Musk).

            Pour vous donner une idée des textes que mon programme peut générer, je lui ai soumis la phrase suivante, que j’ai empruntée aux propos du professeur Celis (que je remercie au passage) à votre sujet: “…un personnage au profil mystérieux, qui nous a cependant laissé quelques vagues indices sur son identité “Juriste je le suis un peu, mathématicien un peu plus”. Voici ce qu’en a rendu le programme (avec quelques modifications mineures):

            “…un personnage au profil mystérieux, qui nous a cependant laissé de vagues indices sur son identité “Juriste je suis un peu, mathématicien un peu plus”. “Juriste” est le mystérieux personnage de l’histoire “Fureur et Grandeur”. “Juriste” et sa femme ont tous deux été nommés “Bienheureux”. Sa mystérieuse épouse a eu un rêve apparemment inexpliqué et le couple a été figé dans les souvenirs de son enfance. En conséquence, l’histoire du “juriste je suis un peu, mathématicien un peu plus” en est à ses tout débuts. Le protagoniste est un inventeur qui a une fortune, mais c’est un personnage mystérieux, dont la vie n’a jamais été vraiment accomplie. On l’appelle “le professeur”, mais seulement dans une petite ville du Japon appelée Echikitu. En effet, le protagoniste, quand il était encore jeune homme au lycée est arrivé à s’inscrire à l’Université de Tokyo pour sa thèse, et plus tard, il devint connu comme le “Bienheureux”. Cependant, à peine inscrit, il décide d’avoir des ennuis et de quitter le Japon. L’intrigue est plutôt simple. Le protagoniste est un scientifique qui a un secret pour cacher ses secrets, mais après des années d’études, il commence à apprendre que la vérité est qu’il a été corrompu par le dieu démon appelé “Morpho”, car il utilise son pouvoir pour faire tomber les mauvais esprits qui l’entourent. Cependant, à la suite de quoi il s’attire des ennuis et découvre que son cerveau est toujours en état d’hibernation. Bien qu’il soit toujours en vie, le héros apprend qu’il a été sauvé du démon et devra vivre le temps qu’il continuera à se battre pour sa vie.

            Il parvient à convaincre ses amis de le suivre, mais ils doivent apprendre qu’il a appris quelque chose qu’il ne pourra jamais vraiment apprendre. Le livre est écrit par Hideo Kojiima, qui est également responsable de l’écriture du manga, et a créé le manga original pour une série télévisée. Le manga original est basé sur une histoire de Yukihiro Uematsu. L’histoire est basée sur le livre. Le manga est également basé sur une histoire de Yoshimitsu Mori et Kojima. Le roman débute le 25 janvier 2013 et se termine le 3 février 2013. Le livre sortit le 25 décembre 2014. Le livre est intitulé “L’histoire de l’âge du dragon, la légende d’un conte de fées”…”

            Comme vous pouvez le constater, vous ne cessez d’intriguer vos lecteurs – robots compris.

            Cordialement,

            C. I.

          3. @ M. Celis

            Ainsi vous confondez définitivement Cogitus Interruptus et son programme informatique alors que le germe était un extrait de votre discours. A croire que ce programme est en passe de réussir le test de Turing.

          4. Ce sont vos provocations ad hominem qui sont perverses., et la vulgarité de vos allusions incessantes à mes qualités de professeur, de philosophe, d’académique, avec pour intention évidente de m’accuser de les avoir usurpées. C”est à l’encontre d’individus bardés de stratégies semblables que mon ami médecin m’a adressé en guise d’avertissement pour m’épargner, d’avoir à me justifier: Ce ne sont pas des arguments, car ce sont là des types d’énoncés dont vous ignorez aussi bien la forme que la cohérence, et dont cette carence n’exige nullement de contre-argumenter. Tout cela, vous le savez très bien, bien que vous ne soyez qu’un amateur …. C’est pourquoi je vous ai demandé de me laisser en paix. Lorsque vous consentirez à me rencontrer en chair et en os, je vous ferai connaître d’autres arguments, si vous le souhaitez. En attendant, vous me faites perdre mon temps et vous perdez le vôtre.

  19. Voilà! Nous y sommes. Tous les journaux de grande audience suivent le même mot d’ordre: INVISIBILISER tous ceux qui questionnent la situation que nous vivons depuis bientôt 24 mois. Et surtout sur la campagne forcenée sur la vaccination expérimentale de masse à tous les âges. Bientôt les enfants en bas âge seront aussi offert à l’expérimentation comme aux USA, dès l’âge de 5 ans.

    Et cela dérange les autorités politiques et scientistes qu’on puisse s’en indigner et le dire un peu fort. A qui ont ils vendu leur âme, leur éthique et leurs scrupules?
    De toute l’histoire de la criminalité organisée, même les grandes organisations mafieuses n’ont jamais osé prendre le monde entier en otage comme le font nos gouvernements en ce moment. Faut-il vraiment qu’ils craignent pour leurs propres vie s’ils ne parviennent pas à satisfaire les commanditaires en vendant tout jusqu’au dernier bébé.

    Une petite observation personnelle:
    Je contemplais les photos de nos conseillers fédéraux, dans les grands quotidiens suisses et étrangers. Depuis quelques temps, ils ne ressemblent plus à des êtres normaux. Regardez bien leurs expressions et leurs regards. Ils donnent l’impression d’être égarés. On peut penser qu’ils ont le sentiment d’être définitivement coupé du monde des humains. On peut y lire une sorte de peur qui les a gagnés jour après jour. Alors que c’est eux qui la font inlassablement diffuser sur toute la planète. Ont-ils peur que la réalité les aborde puis que la vérité les rattrape?
    Est-ce l’approche des votations du 28 novembre?
    Même si le peuple accepte ce plat empoisonné et qu’il leur donne le plein pouvoir, ont-ils peur de devoir agir ensuite? De se demander comment, quelle action, quelle décision prendre?
    L’impasse est il si proche ou bien peuvent-ils encore gagner du temps?
    Mais pour Quoi faire? Pour aller où? Dans quelle direction? Avec quels moyens?

    Avec des déclarations de plus en plus incohérentes, j’imagine que le Conseil Fédéral est en train de perdre sa confiance en lui-même et sa maitrise, au moins, verbale.
    Il faudra peut-être l’aider à se réveiller de l’hypnose et à lui éviter le choc anaphylactique ou un AVC.

    1. @MARLÈNE DUPRAZ : Excellentes observations. En particulier, notre bien-aimé Führer A…. Berset … a-t-il déjà basculé dans le transhumanisme pour faire plaisir à Schwab ? Le seul qui semble encore vaguement avoir les pieds sur terre est notre petit Ueli mais sans doute ses collègues, y compris le Guy Pangolin, doivent le faire souffrir tous les jours car il continue à se servir de ses synapses. Et dire que cette bande est aux ordres des experts auto-proclamés de la “Task Force Covid-19”. M’est avis qu’on est pas sorti du pétrin…

  20. Si les “experts” (tous en conflits d’intérêts avec les big-pharmas) décomptent les morts dus aux accidents liés à leurs injections comme ils comptaient les décès dus au “covid”, on peut facilement multiplier par un facteur 100 !

    Pas besoin de faire une thèse en math pour estimer leur forfaitures.

  21. Lorsqu’un pouvoir participe à des mécanismes pervers, le premier constat est de savoir “qu’est-ce que l’humanité” !

    Qu’est-ce que l’humain ?

    Le pouvoir cède, autorise, certains cotés pervers cède de s’instaurer dans un basculement autoritaire et sans repère reconnus.

    Le but est de faire accepter la domination totale sur les individus et cela jusqu’à leur intimité profonde.

    Nous sommes au milieu d’une guerre opposant les extrêmement riches sur la population, une folie totalitaire permettant aux plus riches de lutter contre la surpopulation au niveau mondial.

    Le danger pour ces privilégiés est de voir le nombre d’habitants sur la planète atteindre des limites qu’ils perçoivent comme une fin en soi, dès lors, l’idéologie consiste à considérer la majorité des humains comme des parias. Ils veulent “remédier” à leurs craintes de multi-milliardères et leur besoins inconsidérés d’espace privatifs et d’espace au niveau planétaire.

    Ces individus savent que la paranoia est encore plus contagieuse que les virus et désignent leurs ennemis en fonctions de leurs psychopathologies. C’est un peu ce qu’il s’est passé avec les guerres depuis l’aube de l’humanité, sauf que cette fois, les armes ont changés et ils considèrent que la meilleure approche est de cinder les populations et d’introduire un consensus qui considère que les individus ne sont plus égaux à part entière. Ils veulent avec leurs psycho-paranoïdes uniformiser les populations par le biais de harcèlements aux grès de leurs pulsions sadiques. Que vous soyez prof de math, haut fonctionnaire ou simple citoyens. Mais ceux qui de leurs positions participent à ces harcèlements et ces mises sous tutelles se sentent à l’abri devraient comprendre qu’ils seront les premiers à être éradiqués aux travers de diverses mises en scène. Staline a tué ses proches en premier !

  22. France :

    L’économiste Philippe Herlin confirme le rapport hospitalier « L’Activité Hospitalière en 2020 a été Inférieure à celle de 2019 ! Ce que nous avons vécu était une Mise en Scène !

    1. Alain, sachez que nous n’avons jamais vu dans l’histoire, de “complot” fomentés par le peuple !
      Jamais et au grand jamais, les “complots” proviennent de la population, vous devez certainement, comme beaucoup, vous tromper de mot !

      Le français est-il si mal enseigné dans ces contrées, d’où cette incompréhension crasse qui gangrène les esprits, si esprit il y a ?

      Définition de complot : “Projet concerté secrètement afin de nuire”

      Qu’est-ce que vous ne comprenez pas dans le mot “secrètement”, depuis quand un secret pourrait être diffusé et partagé par des centaines de milliers, de millions de personnes ?

      On connais le terme “complot d’état”, mais d’où avez vous entendu parler de “complot du peuple” ou d’une partie du peuple ?

      Certainement dans les méandres de cerveaux bien lisses !

      C’est tombé tellement bas dans l’absurde que ça en est inquiétant, lénifiant !

      1. Une théorie du complot est un type de discours caractérisé par la prétention à décrire l’actualité comme résultant pour l’essentiel d’une cause première unique, et par une mise de côté de l’habituelle démarche d’investigation historique, multicausale et ouverte aux hypothèses.

        Les néologismes complotisme, conspirationnisme, ou conjurationnisme, sont des termes équivalents.

        1. Donc, en désignant les non-vaccinés, comme responsable de cette pandémie, le gouvernement utilise une “théorie du complot” ?

          1. À ma connaissance, aucune religion monothéiste ne dispute à l’être humain le statut divin de cause première

    2. Au commentaire de Corto que j’approuve à 100%, j’ajouterai, cher Monsieur Alain, qu’il est un peu facile de recourir à des clichés qui, à force d’être utilisés à hue et à dia, déchoient très rapidement en vocables aussi vides que des dents creuses. Complotiste? D’une part, ce mot n’existe pas dans le Grand Robert, à la différence de “comploteuse” que vous ne vous risqueriez pas d’employer pour qualifier Madame Sandoz. D’autre part, son contenu sémantique étant indéterminé, vous pouvez précisément le prononcer parce qu’il ne vous engage à rien. … Vous pouvez donc adopter n’importe quelle position. Peut-être vous répondra-t-on que vous êtes un Bersétiste ou un suiviste, et, pourquoi pas, un opportuniste.

      1. Très honoré Prof. Célis, j’ai adoré tous vos commentaires et j’ai appris plein de choses. Merci infiniment de remettre de l’humanité dans le désordre politique, intellectuel et pseudo-scientifique actuel ….”Corruptissima re publica plurimae leges”.
        Mes excellents messages pleins du soleil un peu brumeux de Lombardie où je rencontre de vrais humains de chair et d’os – les ordis fixes et portables au placard !

        1. Merci Éliane. Mes sentiments sont tout à fait réciproques. Vous et moi, et d’autres invités à ce blog., avons tenté de remettre en état la boussole de l’impératif éthique le plus élémentaire. Même en cercle restreint nous ne sommes jamais sûrs d’avoir réellement atteint un tel objectif, car nous traversons une période de l’histoire mondiale où l’absence de repères solides est devenue flagrante. Nombre d’intellectuels et d’érudits se réfugient dans leur discipline qu’ils estiment suffisante pour faire valoir une norme d’action susceptible de nous sortir du marasme. En apparence, ce ne sont plus les idéologues de la politique, tels que nous les avons connu dans le passé. Ce sont des professionnels d’une science exacte que la validité habituelle de leurs formes de raisonnement a fait oublier la nécessité de s’en référer à des vérités plus fragiles, mais néanmoins indispensables dans une société civilisée. Certains parmi ceux et celles qui partagent nos convictions, craignent un retour à une période antérieure à la deuxième guerre. Un grand nombre d’événements semble leur donner raison. J’espère néanmoins qu’ils se trompent et que les contradictions sans cesse plus choquantes commises par les autorités et leurs pourvoyeurs de certitudes finiront par réveiller leur clairvoyance plutôt que de leur faire perdre pied.
          Quoi qu’il en soit, vous avez contribué à cet effort de lucidité avec une passion admirable et un engagement exceptionnel. Merci de tout cœur aussi pour ce que vous avez apporté à ce débat.

  23. Hormis les statistiques matheuses sécrétées dans l’unique but de changer de sujet, prenons la logique dans sa grande largeur.

    Cela fait des mois que l’on nous dit que ce cocktail génétiquement modifié issus de la biotechnologie agricole, ne fonctionne plus avec les nouveaux variants, preuve en est, que ces produits n’empêchent pas la contamination, ni ne protègent les personnes intoxiquées par ces produits. Alors, dernier mensonge, ils martèlent que cette thérapie empêche les cas graves, mais la réalité est têtue, regardez :

    ttps://www.20min.ch/fr/story/cette-evolution-etait-previsible-on-aurait-du-reagir-plus-rapidement-489753301593

    Au passage, ce que pour quoi l’occident a obtenu après de longues batailles est jeté dans le caniveau, qu’en est-il des droits fondamentaux ?

    Qu’en est-il de cette science que l’on nommait “droit” ?

  24. Un grand merci à Rahael Célis pour son commentaire qui participe vraiment à l’éducation du penser. et j’aime particulièrement ce passage, très juste, de Bertrand Russel que vous citez ici:

    “Russel ajouterait, par provocation, qu’il n’est sans doute même pas nécessaire qu’il parle de quoi que ce soit. Car le raisonnement lui-même, s’il est cohérent, peut être correct alors qu’il ne s’applique à aucun objet réel donné dans l’expérience.” (Bravo! On le ressent dans son intime sincérité.)

    Et cette conclusion que je ferais volontiers mienne:
    ” les mathématiciens doivent renoncer à l’idée de vérité entendue comme adéquation à l’expérience et au réel concret pour se satisfaire de la validité formelle de leurs raisonnements. C’est aujourd’hui le cas dans de nombreux domaines du savoir, où les mathématiques sont appliquées aveuglément. Dans le domaine médical, les conséquences peuvent se révéler catastrophiques”

    Heureusement, beaucoup de mathématiciens en sont conscients d’où leur immense majorité à être silencieuse par humilité et par respect des réalités matérielles.

    A moi d’ajouter qu’il n’y a pas de données traitables sans expériences vécues, observées et méthodiquement recueillies (encore une fois, l’intégrité des données est cruciale).
    Mais quand les dirigeants et décideurs demandent des biais par intervention d’artifices, aucune figure produite ne peut correspondre à la réalité. C’est une faute grave. Un manquement aux responsabilités causales. En faisant cela, on ne peut les exonérer de leur prétendue ignorance.

    Par leur exemple ascientifique, ils sont vraiment mal placés pour plaider l’intégration de leur pays aux programmes scientifiques communautaires.

    1. @Marlène Dupraz, votre constat est très significatif si nous le juxtaposons sur les chiffres plus que très largement “propagandés” sur les médias de masse, notamment les chiffres absurdes des cas de “contaminations” conséquentes aux “tests” opérés au quotidien. Premièrement et entre parenthèses, les méthodes de tests PCR ne sont pas objectif pour ce type virus, les tests PCR ne sont pas du tout, du tout développés pour ce genre de tâche, l’inventeur du test PCR nous l’a répété nombre de fois, bref, mais en plus, facile, ils ne déclarent jamais sur combien de “tests” effectués ils en retirent leurs stats.

      Il suffit bêtement d’augmenter le nombre de “tests” pour augmenter le nombre de cas détectés, pas folichon !!

      Donc le curseur “test” est un outil de propagande idéal dans les mains des idéologues mondialistes !

      Kary Mullis, l’inventeur du test PCR explique très clairement en quoi ces tests peuvent être orienter au bon vouloir des corruptions propagandistes et les faits sont têtus :

      ttps://www.youtube.com/watch?v=iWOJKuSKw5c&ab_channel=WouterDeHeij

      NB : A partir de 50 cycles de machine PCR (polymerase chain reaction), impossible de ne pas trouver un seul cas négatif. Il suffit également d’augmenter le nombre de cycles machine pour obtenir les résultats souhaités !

    2. Merci, Marlène, d’avoir pris le temps pour lire mon intervention ! J’imagine que cela demande de la patience. Je vous donne aussi raison, dans le cas dont nous discutons surtout, de mettre l’accent sur l’expérimentation. En l’occurrence, ainsi que je l’ai proposé à Suzette Sandoz, qui s’est montrée enthousiaste, il nous faudrait pouvoir argumenter sur la base de témoignages cliniques de médecins intellectuellement honnêtes pour savoir quelle est en moyenne l’efficacité et les échecs probables de chacun de ces vaccins pris isolément, Pareille étude devrait s’accompagner d’une anamnèse suffisante des patients concernés. Même si l’échelle de cet échantillon devait rester modeste, celui-ci resterait toujours plus convaincant que ces randomisations impersonnelles, dont le terrain d’infection ne nous est pas connus et dont les équations ne contiennent plus que des spectres. Quant aux apprentis-sorciers qui se cachent derrière leurs titres pour nous imposer leurs élucubrations au nom de leur autorité, ils devraient être disqualifiés d’avance dans un débat sur une problématique aussi grave.

      1. Bonjour Prof. R. Cellis, merci de vos divers commentaires, lus à Zurich avec grande attention. Très intéressantes suggestions, qui rejoignent des avis discutés « en privé ». Sans oublier d’inclure les exempté(e)s dont certain(e)s semblent rester insensibles à certains virus – et ce point n’est pas nouveau, loin de là, mais pour l’instant « persona non grata » dans les discours officiels parfaitement tricotés pour nous anesthésier en beauté.
        Précédemment, j’avais fait part de mes observations à Berne. Quelques internautes se sont insurgé(e)s. Pas de souci. Mes observations zurichoises, donc bien sur le terrain, démontrent mathématiquement que de plus en plus d’humains ne portent PLUS de masque à l’INTÉRIEUR (magasins, officines, etc.). Et je souligne qu’à Zurich ce sont en grande majorité des humains de mon âge (soixantaine et plus). Nous pouvons extrapoler tout ce que nous souhaitons extrapoler. Je note juste que cette tranche d’âge en a plus qu’assez et le manifeste très clairement en public et en lieux clos. Par rapport à mes précédents passages zurichois (en général une fois par mois), la présence policière du début a disparu probablement aspirée à d’autres taches plus pertinentes. Et je dois dire que mon restaurant favori Hiltl était déserté par rapport à mon précédent passage.
        D’emblée je contrecarre les avis critiques: d’une part je n’ai pas de souci avec la langue allemande et peux donc papoter facilement afin de saisir l’esprit du lieu, d’autre part mes tests sont négatifs depuis pratiquement 2 ans. Je pourrai presque fêter ces 2 ans en janvier 2022 puisque cela fera exactement 24 mois que j’effectue des tests divers (à l’étranger pour le premier semestre 2020) et compile les documents y relatifs qui s’amassent ….
        Au plaisir de vous lire. eab

        1. Ce que vous communiquez là, Marlène, dépasse ce que je risquais de m’imaginer. Sans rigoureusement calculer, je pensais que le nombre de cas positifs était bien plus élevés. Au fond, ce que vous rapportez ainsi, est plutôt réconfortant, alors même que j’apprends par des amis proches que des personnes vaccinées succombent au virus comme s’ils n’avaient avalé qu’un morceau de sucre. Grâce à vous, à Corto et à quelques autres, j’en apprends énormément sur ce blog. J’ai certes eu la maladresse de m’aventurer, sur le plan philosophique, à proposer de réfléchir à la crédibilité des informations exclusivement statistiques pour évaluer l’efficacité de ces vaccins. J’ai failli quitter le blog lorsqu’un personnage, profitant de son anonymat, et s’appuyant sur ses préjugés arbitraires contre la philo et les sciences humaines en général, m’a accusé à la dérobée d’avoir pollué les infaillibles estimations des commentaires scientifiques, par une suite de bobards prétentieux – en faisant bien entendu précéder son intervention, privée de tout contenu, par une parodie de mon titre académique. J’ai été témoin d’interpellations de ce genre sur des réseaux sociaux de bas niveau (tel Facebook par exemple) et je suis donc heureusement vacciné. Il n’empêche que ce type de propos a quelque chose d’inquiétant lorsqu’il s’agit de débattre ouvertement d’un sujet d’une telle gravité que la pandémie. Le fait que ce soit si courant ne laisse pas espérer grand-chose en matière d’honnêteté et de courage de la part du citoyen moyen. Or, je crains que nous ayons encore pas mal d’épreuves à traverser au niveau de la solidarité collective que ces faux savants ont un art consommé de miner par leur arrogance et leur plaisir à tourner en ridicule ceux et celles qui se refusent à les applaudir.

  25. Madame, chère collègue,
    je tiens déjà à vous remercier d’avoir animé le débat lancé par ma tribune du “Temps”. En effet, le but principal était de débattre sur comment le COVID 19 a été géré au niveau mondial. En permettant un débat sur l’opportunité de se vacciner ou pas, j’estime (mais c’est mon opinion) que la Suisse, comme bon nombre de pays a fait fausse route. Comme vous le dites, je ne suis pas plus compétent que vous pour juger qui que ce soit, mais j’ai une opinion qui est, j’estime, celle de la majorité silencieuse des personnes qui acceptent bon gré mal gré les mesures sanitaires. Je ne m’amuse pas à porter un masque ; le vaccin n’était pas non plus une sinécure pour moi, avec des effets assez désagréables ; la distance à laquelle nous sommes toutes et tous astreint n’est pas facile à vivre (on a déjà oublié le temps où on faisait la bise à nos plus chers amis et amies), mais je reste convaincu que sans la bonne volonté de tout en chacun on n’en sortira pas. Et ce n’est certainement pas la liberté, je dirais egoïste, de celles et ceux qui refusent de se vacciner qui nous fera avancer. Ce que certains des intervenants de ce blog essaient de dire c’est que le vaccin ne sert à rien, puisque les vaccinés peuvent contaminer comme les autres (je cite par cœur). C’est un exemple de fake news parmi d’autres très populaire auprès des personnes qui refusent de se faire vacciner. Car c’est un fait indiscutable que les vaccinés ne tombent pas malades (en tout cas dans une forme grave) que très rarement et les statistiques des hôpitaux sont là pour le confirmer. Quant à la trasmissibilité du COVID par des vaccinés, des études (ttps://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.10.14.21264959v1) semblent démentir les propos du blogueur cité plus haut.

    Venons maintenant à vos questions, légitimes, et qui méritent sans autre une réponse. Je ne prétends pas détenir la vérité, et mes propos sont plus des interrogations que des théorèmes.
    L’aspect humain est important. Comment ne pas être d’accord ? Mais sans un taux de vaccination suffisant, on n’en sort pas. L’exemple d’Israël que vous citez n’en est pas un, car le taux de vaccination, bien qu’élevé n’est pas non plus suffisant. Les Israéliens ont été simplement les premiers à atteindre un seuil qui se situe largement au dessous de 80% ce qui n’est visiblement pas suffisant. Je ne suis pas épidémiologiste, et donc je ne peux pas le dire avec exactitude, mais il semble, en tout cas pour les vaccins les plus couramment utilisés, qu’une immunité collective est atteinte avec des taux de vaccinations autour de 90%. Faute d’expérience dans la matière, on a tous espéré, épidémiologistes et non, qu’un taux de 75% ou 80% puisse suffire, mais, hélas, ça ne semble pas être le cas. Donc, humainement, il est du devoir de tous d’apporter chacun sa propre pierre à l’édifice, et ne pas se cacher en se disant que l’immunité collective (par vaccin et par guérison) sera atteinte grâce à la vaccination des autres. Car, il est sous les yeux de tous, une demi-vaccination de masse telle qu’on réalise un peu partout, est une demi-mesure et représente à mes yeux une mort lente d’une grande partie des activités sociales. Regardez ce qui se passe déjà en Autriche, et qui est, il ne faut pas être des Cassandres, destiné à se reproduire sous une forme ou une autre aussi chez nous dans quelques semaines, l’augmentation des cas, des hospitalisations, des morts, à ce rythme et dans les conditions actuelles étant inéluctable.
    Aujourd’hui le taux de vaccination contre la rougeole est de 93% pour les jeunes qui sortent de la scolarité (infovac.ch). Les vaccins ont permis d’éradiquer des maladies comme la poliomyélite. Dans des nombreux pays les enfants non-vaccinés sont discriminé à juste titre à l’entrée à la crèche et personne ne s’en offusque. Pourquoi, après des milliards de doses de vaccins contre le COVID qui ont fait largement leurs preuves s’acharne-t-on à douter de l’utilité d’une couverture vaccinale de masse ? C’est la question que je me pose et que je pose à vous toutes et tous.

    1. Si seulement, nous pouvions réunir des personnes de votre niveau (en terme de talent et de compétences) avec d’autres qui détiennent peut-être une autre partie de la vérité mais pensent autrement, on pourrait alors lutter contre l’extrêmisme.

      Nous aurions alors de bien meilleures chances de sortir de cette pandémie.

      C’est la coeur du problème: le mensonge est devenu l’arme de tous les camps. Les antivax “des vaccins à puce 5G de M. Gates” sont régulièrement battu à plate couture en terme de “fake news” par des scientifiques qui font feu de tout bois et doivent parfois réfuter leurs affirmations la semaine d’après avec un compléement sans aucun fondement scientifique.

      Une partie non-négligeable de non vaccinés sont le reflet de cette perte de confiance. Car quand on parle d’acte médical, la confiance doit être totale surtout s’il s’agit de faire vacciner ses enfants.

      Je pense faire partie d’un 3ème groupe d’individus qui ont cru aux vaccins, se sont fait vaccinés deux doses et commencent à se poser des questions légitimes.

      Le petit mensonge des “masques inutiles” en début de pandémie faisait sourire. Celui qui sert actuellement à justifier d’une mise à l’écart de la population en instaurant un passeport sanitaire pour forcer la vaccination est bien moins pardonnable.

      En janvier dernier, on annonçait un vaccin “sûr et efficace” à 95 % contre la contagion et à 98 % contre les formes graves (j’ai relu tout le protocole des tests).

      La task force annonçait que la vaccination ne serait pas nécessaire pour tous et que deux doses protégeraient au moins pour un an. Puis, il a fallu admettre que l’efficacité contre la contagion était un peu moins bonne qu’espérée puis nettement moins bonne et moins longtemps. On a alors communiqué sur les 95 % d’efficacité contre les formes graves. Mais, les hospitalisations des seniors dont le vaccin avait plus de 6 mois sont reparties à la hausse. On a alors parlé d’un rappel mais seulement pour les groupes à risques. Les autres restaient protégés durablement: on a été jusqu’à annoncer le prolongement de 12 à 18 mois du passeport sanitaire pour le reste de la population.

      Le passeport sanitaire a été introduit, les tests sont devenus payants mais les cas sont repartis à la hausse.

      Il a alors fallu désigner un bouc émissaire: les non-vaccinés. C’est peut-être vrai en terme d’hospitalisations mais cela n’explique pas la forte poussée du taux d’incidence (aussi élevé qu’en janvier). Un épidémiologiste a toutefois persisté dans le mensonge en publiant dans les medias une démonstration hubuesque qui ne pourrait tromper un mathématicien de votre niveau.

      Si l’on pouvait encore accorder le bénéfice du doute aux autorités sanitaires (après tout cette pandémie est complexe et, à l’impossible nul n’est tenu), la vérité est aujourd’hui connue des scientifiques. La nier, c’est mentir.

      Ce qui est grave, c’est que la population vaccinée y a cru. Elle a cru à un retour à la vie d’avant et la fin des mesures sanitaires. Elle a enlevé son masque se croyant protégée par un vaccin miracle à 95 % (une partie continue d’y croire), certains ont payé de leur santé.

      Mais les faits ont été publiés (Etude Suédoise publiée sur 24 Heures et une autre du Lancet, pas vraiment un journal complotiste):

      Pfizer: efficacité contre les formes symptomatiques (contagieuses): 88 % à 1 mois, 47 % de 4-6 mois et 23 % dès 7 mois. Après 10 mois, il n’y a quasiment plus de protection contre la contagion. Ce sont des moyennes, en fait, plus les personnes sont âgées (donc vulnérables) plus la protection chute rapidement La protection contre les formes grave reste élevé mais pas plus de 6 mois pour les personnes vulnérables.

      Moderna fait un peu mieux mais les effets secondaires sont plus importants et le vaccin n’a pas été administré aux populations vulnérables à l’époque car seul Pfizer était disponible.

      Cela signifie que si vous vous rendez dans un restaurant, au cinéma ou au concert (où tout le monde est invité à enlever son masque), il y de fortes chances que votre voisin puisse être infecté même s’il a présenté son passeport sanitaire. En fait, vous avez moins de risques si vous êtes assis à côté d’une personne testée. Résultat: on parle d’exclure les tests du passeport sanitaire (2G) car ils ne sont pas fiables. C’est une confirmation que le gestion de la pandémie est politique plus que scientifique.

      Remettre les tests en cause est d’ailleurs très grave car c’est notre seul baromètre du nombre de cas et ils ont été utilisés lors des tests cliniques des vaccins. Les décrédibiliser publiquement, c’est donner du grain à moudre aux complotistes.

      Réaction des autorités: utliser cette recudescence des cas pour accélérer l’introduction d’une 3ème dose (“ça marchait pas mais ça va marcher maintenant”).

      Bien que je ne doute pas que cela puisse avoir une efficacité à moyen terme, la première mesure pour protéger la population était de rétablir le port du masque en septembre pour toute la population lors d’évènements à l’intérieur (la France n’a d’ailleurs pas commis cette erreur et rappelle les gestes barrières pour tous).

      D’autres nouvelles sont tombées: une publication d’un journal brittanique qui relayait les informations (photos de documents) d’une lanceuse d’alerte aux USA parlant de fraudes lors des test cliniques d’un sous-traitant. Les tests n’auraient pas été conduits en double aveugle et des effets secondaires graves non consignés. Une enquête est en cours mais la presse est immédiatement venu au secours du vaccin en affirmant que de toute façon, cela n’avait aucun impact sur le vaccin en général (circulez, il n’y a rien à voir). On n’en quasiment pas puis plus parlé.

      L’autre information est venue du CDC aux USA qui a admis que, vu la contagiosité du Delta (R0 de 6 contre 2.5 pour la souche de Wuhan) ainsi que l’efficacité limitée du vaccin en terme de contagion (malgré la 3ème dose), l’immunité collective n’est plus un objectif à atteindre (comprenez: impossible). C’est un tournant en matière de lutte contre la pandémie: c’est admettre qu’il n’y pas vraiment de sortie possible mais un contrôle des futures vagues avec des rappels vaccinaux et d’autres outils (traitements et mesures sanitaires). En cas de variant, impossible à éviter à moyen-long terme, de nouveaux confinements sont donc inévitables.

      Un de chef de la Task Force clamait encore aujourd’hui que le vaccin restait la meilleure solution pour sortir de la pandémie !

      Un autre aspect très sensible est la non-reconnaissance des effets secondaires des vaccins. Car, pour ne faire effrayer, la population on a martelé que cela se résumait à un peu de fièvre. Les médecins se sont d’ailleurs auto-convaincus de leur inocuité au point que certaines personnes ne pensent même plus à associer le vaccin avec un trouble même s’il a coincidence temporelle. Vu la fraicheur de ces vaccins, une démarche scientifique implique pourtant de continuer à consigner tous les effets même si aucune relation n’est, à priori, vraisemblable.

      Les effets secondaires sont peut-être graves mais ils existent: je connais personnellement quelqu’un qui est devenu invalide de manière permanente suite à la vaccination. Elle vit un calvaire car personne ne la croît et elle se fait même traiter de “complotiste”.

      Attention: je ne remet pas en question la vaccination en tant qu’outil clé dans cette lutte. Mais, vu de ce qui précède, excercer une telle pression sur une partie de la population n’est pas justifié. Une approche où les mesures sanitaires, les traitements (en cours d’homologation) et les tests complètent les vaccins a de bien meilleures chances de succès, surtout s’il faut poursuivre dans la voie des 2 doses par an.

      A long terme, il faudra compter sur une nouvelle génération de vaccins plus rapides à administrer (ici et dans le monde entier) et moins invasifs.

      Mais ce discours me fait déjà passer pour une complotiste: le dialogue est donc rompu donc aucune explications crédibles pour me rassurer. C’est bien dommage !

    2. Pourquoi, cher Collègue, raisonnez-vous de la même manière pour des vaccins qui ne sont qu’en phase expérimentale III, – c’est tout à fait officiel et reconnu pour ceux qu’on nous propose contre la covid – et ceux dont les effets sont connus et vérifiés depuis des années? Je n’ai personnellement aucun a priori antivax, je demande simplement que l’on traite différemment les situations qui sont différentes.

    3. Cher Professeur,

      Permettez-moi de m’inscrire en faux. En faux, contre ceux qui nient toute efficacité des vaccins à ARNm contre la transmission du variant delta (le preprint cité est corroboré par moults études), mais aussi en faux contre ceux qui, tel que vous, pensent que cette efficacité est suffisante pour mettre fin à l’épidémie si tous étaient vaccinés. Vous avez affirmé que ce que j’articule est erroné. Dès lors, pour m’éclairer et éclairer vos lecteurs, auriez-vous l’amabilité d’indiquer les références du modèle mathématique retenu à l’appui de la conclusion mise en avant dans votre article d’opinion publié par le journal “Le temps”.

      Bien à vous,
      CEDH

  26. Le forum de ma collègue Suzette Sandoz a l’incontestable mérite de porter à la réflexion et de là à la discussion argumentée des sujets qui fâchent et qui sont, dans quasi tous les cas, porteurs d’un malaise qui inquiète, tourmente et divise malheureusement les membres de notre société. Sans exiger pour autant l’usage d’un ton irénique, ces sujets présupposent néanmoins, pour que l’on soit à la hauteur de leur gravité et des difficultés éthiques qu’ils contiennent, d’être l’objet d’échanges faisant montre d’un minimum de consistance, de tentatives de raisonner le plus rigoureusement que possible et, pour ne point compromettre ces deux conditions, et manifestant l’effort de rester courtois, d’éviter de discréditer l’interlocuteur par des considérations désobligeantes, ou des sarcasmes centrés sur le style, sur les titres ou sur la discipline de ceux et celles auxquels l’on s’oppose. Font exception à cette règle les répliques qui visent à se défendre contre des attaques ad hominem, où l’insulte, explicite ou voilée domine l’intervention. En place du respect de cette règle élémentaire, je constate la présence de propos dont la tonalité est essentiellement méprisante, voire arrogante et encline à ridiculiser le profil individuel de « l’adversaire ». S’il est légitime de vouloir croiser le fer avec quelqu’un dont on ne partage pas les positions, il est illégitime, et lâche dans un contexte comme le nôtre où l’anonymat n’est autorisé que comme protection contre l’atteinte à la sphère privée, de s’en prendre exclusivement au pedigree des intervenants pour leur faire mordre la poussière et tenter ainsi de les exclure du débat. J’avoue être parfois profondément choqué lorsque je suis interpellé pour m’inviter à lire des l’expressions de haine et de ressentiment., à fortiori lorsqu’elles sont habilement camouflées par un vernis de politesse Je suppose que je ne suis pas le seul à réagir ainsi.

  27. Augmentation de 5 fois des décès cardiaques soudains des joueurs de la FIFA en 2021 – Pas 24 athlètes, pas 30, ni 75 – Depuis décembre, 183 athlètes et entraîneurs professionnels se sont soudainement effondrés ! 108 d’entre eux sont morts !

  28. @GIUSEPPE MELFI , vous écrivez : “Car c’est un fait indiscutable que les vaccinés ne tombent pas malades (en tout cas dans une forme grave) que très rarement et les statistiques des hôpitaux sont là pour le confirmer” et pourtant… en Belgique :
    “64% de ceux qui ont dû entrer à l’hôpital entre le 21 octobre et le 3 novembre étaient complètement vaccinés, montrent les chiffres publiés vendredi par Sciensano.(*)
    C’est beaucoup, mais c’est moins que la proportion des vaccinés dans la population totale, qui est désormais de 74,4%. Des vaccinés qui se retrouvent encore en proportion plus faible aux soins intensifs, où ils représentent 54% des personnes admises ces 14 derniers jours.” (“L’Echo” est un journal belge sérieux..et (*)Sciensano est un centre de recherche et l’Institut national de santé publique en Belgique…..) 64% d’hospitalisés sont des vaccinés complet.. c-à-d 2 doses.. Jusqu’à quand faudra-t-il se faire vacciner tous les 6 mois ? Personnellement, je ne connais aucun vaccin digne de ce nom, qui soit d’une telle inefficacité.. Mais les laboratoires en ont tellement à vendre et à revendre… Je suis vaccinée, j’ai mon pass.. mais je suis de plus en plus sceptique sur les raisons – ( ou les pressions ?)qui animent nos politiques d’ici et d’ailleurs

  29. @Marie-France,

    Vouloir s’accrocher aux chiffres dans le contexte actuel est abscond, il n’y a pas une semaine nous étions inondés de 5% de malades vaccinés hospitalisés et soudain en 7 jours nous voilà à 64%, comment pouvoir tenir un discours clair dans ce brouhaha de mensonges, de non-dit et de dénis qui éludent systématiquement la moindre trace de vérité ?

    Je ne vais pas y aller par 36 chemins, nous sommes face à une multinationale multirécidiviste et cela sur le plan pénal, pfizer, a été d’inombrablement fois inculpé pénalement pour tromperies, publicité mensongère (sauf que dans le cas de médicaments, c’est pas la même chose que pour des aspirateurs), corruptions actives, vols de données, de meurtre par omission, vols de prestassions assurances maladies et j’en passe. Nous avons à faire à des véritables criminels condamnés de nombreuses fois par des instances pénales. La plus grosse amende ordonnée par la justice américaine, c’était à l’encontre de pfizer, plus de 2,3 milliards de dollars d’amende dans le cadre d’une unique procédure pour fraude.

    En Afrique également, pfizer est inculpé pour meurtre à grande échèle, ils assassinent, payent des amendes et recommencent à tricher, voler, frauder et tuer !

    Il faut, dans le cadre de ces affaires, comprendre que les principaux investisseurs du groupe pfizer sont les mêmes qui financent d’autres multinationales, cette fois opérants dans le secteur de la presse et des médias. (Altice)

    Deux anglicismes à ajouter à la liste :

    1). “Grass root”, signifiant (racine d’herbe) utilisé pour désigner des personnes qui, par le biais de médias-sociaux, de blogs ou d’autres supports virtuels, diffusent des informations volontairement cachées par la presse, des lanceurs d’alertes ou des diffuseurs d’alertes.

    2). “Astro-turf”, est le nom d’une marque américaine de gazon synthétique et ce terme est utiliser pour désigner des faux lanceurs d’alertes, évidement payés par les multinationales, en l’occurence, les big-pharmas pour polluer les débats au sein des communautés virtuelles, leurs réseaux sont ultra-performants et présents sur la plupart des plateformes. Ces pollueurs de la communication sont payés jusqu’à 1’000 dollars par commentaire posté, mais en moyenne reçoivent environ 200 à 500 dollars. Ils jouissent d’accès priorisés sur les plateformes google, you-tube, facebook, twitter, et dans la grande majorité des blogs appartenant à des groupes de presse, tandis que les “grass-root” sont écartés ou censurés. Voir dans certains pays, intimidés par les polices et des services gouvernementaux récemment mis en place dans le cadre des opérations “covid-19”. Pour info, la multinationale pfizer dispose de budgets très importants dans le cadre de cette opération de dés information dans les réseaux sociaux, notamment elle a fait appel à des méga-sociétés de consulting dans ce cas, McKinsey qui a signé un contrat avec pfizer de 730 millions de dollars rien que pour ses opérations sur le territoire US.

    1. Je vous remercie pour cette intervention. Elle éclaire la discussion d’un point de vue socio-économique. Ce qui présuppose l’accès à des informations dont, personnellement, mais aussi tant d’autres, ne disposent pas.

  30. Les mathématiciens sont des calculateurs professionnels. Il a profité de votre notoriété pour sortir de l’anonymat. Il n’était pas connu avant de vous mentionner dans ses écrits et à présent il est célèbre en mal, mais peu importe, l’important est de faire parler de soi (un concept du marketing) !

    1. Le professeur Melfi n’a nullement calculé pour profiter de la notoriété de Mme Sandoz dès lors que son article a été publié dans le journal “le temps” avant que la Professeure Sandoz s’en saisisse pour en faire une note de blog.

  31. Dans 20 minutes d’aujourd’hui

    UN EXEMPLE PARMI BIEN D’AUTRES

    En gros titre et en gras “Un test sérologique positif donne droit au pass
    Depuis mardi, il est possible d’obtenir un certificat Covid pour trois mois, sans vaccin ou test PCR.”

    Et à la fin de l’article cet épilogue

    …”Ce sont les fabricants qui déterminent ces seuils avec chacun de leurs tests et les laboratoires rendent leurs résultats en fonction. Toutefois, ceux-ci doivent être clairement positifs. A défaut, il faut réaliser un test PCR ou se faire vacciner pour obtenir le certificat Covid.”

    Dans la tête de n’importe quel individu équilibré, stable et encore doté d’une mémoire moyenne, ces lignes sont déroutantes.
    Il y a quelques mois, un peu avant les vacances d’été, on imposait aux voyageurs et aux visiteurs dans les hôpitaux et lieux publics, un test négatif, qu’il soit sérologique ou par RT PCR.
    Il y a là des propos contradictoires en moins de trois mois d’intervalle.
    Aujourd’hui, si vous êtes testé négatif (donc en bonne santé et sans symptômes) vous êtes inéligible au certificat ou alors, vous devez vous laisser injecter le sérum Covid. (bien sûr j’aurais employé le terme Vaccin, si celui-ci immunisait vraiment contre l’infection et la contagion).

    Dans la conclusion, on notera la liberté discrétionnaire accordée aux fabricants et aux laboratoires la liberté de définir les seuils (nombre de cycles) … (tacitement, les autorités sanitaires avalisent ces résultats issus de la liberté du procédé).
    Il y a au moins deux problèmes à soulever: 1 – d’injustice et d’inéquité pour le testé.
    2 – de données qui ne sont pas basées des critères uniques
    pour tous les fabricants et laboratoires. Ce qui ne pourra
    pas donner des résultats fiables ni le nombre fiable
    d’infectés qui servent à calculer les incidences par unité.
    Cela démontre la permissivité de la Task Force, qu’avec bienveillance, on peut l’assimiler à du dilettantisme ou à de l’incompétence, laquelle se confirme au fil des mois par les ajustements successifs de ses propos continuellement contradictoires et au mieux imprécis voire louvoyants.

    Mais ce qui ressort de ces acrobaties de longue halène, c’est LES VACCINS. Il faut les écouler coûte que coûte. Le non vacciné et montré du doigt comme non solidaire dans cette tâche. La problématique n’est pas la santé. On peut déduire que le virus est une opportunité ingénieusement construite.

    J’avais évoqué l’intégrité des données, à ce propos, nous n’en n’avions jamais eu depuis le début de ladite pandémie. Comment piloter correctement une gestion lorsque les données sont polluées par des approximations et des biais qui deviennent de plus en plus évidents?

    Ma réflexion est la suivante:
    Indépendamment de la question de la vaccination elle-même.
    Quand la quasi totalité de la population de l’Occident ou de la Planète subit cette participation à une expérimentation, celle-ci et, particulièrement la communauté mondiale des scientifiques et leurs académies (indépendamment de leurs conflits ou non d’intérêts avec leurs financeurs) , ont droit à des données fiables pour leur permettre d’ évaluer leurs propres travaux et définir les bonnes orientations dans leurs recherches.

    J’avoue ne pas comprendre ce monstrueux gaspillage des moyens et des vies.
    J’y ressens comme un attentat aux biens communs, matériels ET immatériels.
    Ce Conseil Fédéral me donne beaucoup d’amertume et de colère J’ai, néanmoins vu son vrai visage ainsi que celui de classe politique complètement lobotomisée.

        1. Bonjour Corto,
          Content de vous lire sous d’autres auspices. Mme Dupraz écrit :

          “”UN EXEMPLE PARMI BIEN D’AUTRES
          “En gros titre et en gras “Un test sérologique positif donne droit au pass
          “Depuis mardi, il est possible d’obtenir un certificat Covid pour trois mois, sans vaccin ou test PCR.
          Et à la fin de l’article cet épilogue
          …”Ce sont les fabricants qui déterminent ces seuils avec chacun de leurs tests et les laboratoires rendent leurs résultats en fonction. Toutefois, ceux-ci doivent être clairement positifs. A défaut, il faut réaliser un test PCR ou se faire vacciner pour obtenir le certificat Covid.” “”

          Cette ancienne députée s’exprime donc bien sur les sérologies et s’indigne du fait que ce soit les fabriquants qui fixent le seuil. Ce qui n’est pas tout à fait exact puisque les kit de test sont euro-homologués et fixent un seuil avec une sensibilité et une spécificité déterminée.

          Il reste au laboratoire qui effectue l’analyse à fixer un seuil de certitude suffisante au regard du droit fédéral compte tenu de ce qu’il doit être d’actualité pendant 3 mois. Les autrichiens ont fixé ce seuil à 15 BAU/ml. S’agissant de personnes immunodéficientes le seuil fixé par l’HCUG est de 300 UI Roche (ce qui est quasiment 300 BAU/ml). Une immunité maximale (pas de contamination) semble nécessiter 1’700 UI Roche/ml. Ce qui peut souvent être atteint par deux doses de Moderna mais rarement par deux doses de Pfizer ou, plus sûrement, par les malades guéris vaccinés une dose (se rapprochant souvent de 10’000 BAU/ml).

          Je n’ai aucune idée de ce que font les labo en Suisse depuis le début de la semaine. Les valeurs retenues par eux devraient être “homologuées” et publiées par l’OFSP. En cela je crois que nous pouvons tous être d’accord.

          Il est utile de savoir que le vaccin Coronavac (chinois), disponible plus à l’est. permet d’atteindre ce seuil.

    1. Merci pour ces informations et la réflexion qui en clarifie les enjeux, chère Marlène. Si nos journalistes pouvaient suivre votre exemple, l’on se sentirait un peu mieux défendu contre ce chaos qui vise à nous paralyser.

  32. @MARLÈNE DUPRAZ, il a été démontré que l’immunité naturelle au covid-19 est très supérieure à l’immunité produite par ce qu’ils appellent “vaccin” !

    Des études très sérieuses l’atteste, j’avais d’ailleurs déjà posté une vidéo d’un professeur sur ce sujet, les données sont claires, mais bien-sûr, cette vidéo a été censurée, en deux mots, il était expliqué, données officielles à l’appui que l’immunité naturelle est deux à trois fois plus efficace !

    Mais, ces marchands de poudre de perlimpinpin donnent 6 mois d’efficacité pour leur potion toxique et accordent, « grands seigneurs » 3 mois pour l’immunité naturelle qui pourtant est reconnue comme plus performante !

    Système truculant qui ne saurait cacher tous les symptôme de la malhonnêteté

    1. Mon épouse, spécialisée dans l’étude des médecines naturelles, corrobore cette expérience. Elle a chopé le Covid à mon contact, il y a une année environ. Elle ne s’est soignée qu’à l’aide de substances qui renforcent l’immunité naturelle. Alors qu’elle se meut dans des endroits à risque, elle se porte dix fois mieux que moi. Certes, un témoignage individuel n’a guère de poids dans un tel débat, mais le fait qu’il s’avère confirmé par un nombre croissant de personnes m’a quand même fait changer d’avis, car j’étais convaincu il y a quelques mois en arrière que le vaccin était la seule solution pour sortir du marasme. Ce que vous nous rapportez là, au fond, a de quoi rassurer. Merci encore

  33. Trop, c’est trop.

    Le Portugal, champion mondial de la vaccination toutes catégories voit les cas et les hospitalisations remonter de manière inquiétante. Des mesures sont prévues et seront annoncées.

    Après, l’Irlande qui figurait aussi sur le podium avec plus de 90 % de sa population vaccinée et qui a ré-instauré le télétravail ainsi qu’un couvre feu dans les bars et restaurants.

    La solution: renforcer encore l’usage du passeport sanitaire (très utile car presque toute la population le possède car vaccinée) et encore plus de vaccination. La Hollande ne fait pas mieux et instaure un couvre-feu tout en étendant l’usage du passeport sanitaire.

    Le reste de l’Europe, qui peut encore mettre la faute sur la population non vaccinée, prend des mesures totalement disproportionnées présageant de temps bien difficiles pour le vivre ensemble.

    Mais personne ne se risque à émettre le moindre doute sur la stratégie 100 % vaccin appliquée depuis le début de l’année pour enrayer l’épidémie.

    Si, par malheur, vous émettez ne serait-ce qu’un chuchotement appellant la population à se poser des questions alors il n’y plus aucun doute, vous êtes un dangereux complotiste OAnon. C’est à dire: un égoiste sans éducation, un inculte qui ne respecte pas la science avec un Q.I. de moins de 50. Car on se vaccine pour protéger les autres !

    En 60 ans, jamais je n’ai vu une telle propagande: des ficelles grosses comme le bras mais complétées par une communication menée par des professionnels très habiles. C’est diablement efficace. Tout les opposants à cette loi qu’ils soient franchement antivaccins ou qu’ils se posent simplement des questions sur la proportionalité de cet outil politique ont été mis dans un sac, on a ensuite ajouté l’étiquette “bande de malades violents qui portent des cloches” puis on on y a mis le jeu. Fin de l’histoire.

    Le peuple Suisse régurgite alors sa leçon matraquée pour se rassurer et s’apprête donc à voter l’impensable sans qu’aucune base scientifique ni sanitaire ne confirme une quelconque utilité pour résoudre le problème, tout en espérant le salut grâce aux laboratoires et leur 3ème dose miraculeuse. On vient d’inventer la dictocratie (attention c’est un chemin à sens unique).

    Depuis des mois, pas un seul article de fond, de contre-reportage ou d’enquête sérieuse. D’ailleurs, la plupart des rédacteurs qui signent dans les quotidiens de sont nommés eux-même “Story-Teller”, ce que l’on peut traduire par “bonimenteur”.

    Malgré la situation, pas une seule critique n’a été émise à l’encontre des laboratoires pharmaceutiques. Le vaccin n’a pas été adapté ? Pas un problème. Il y a des affets secondaires ? Très peu et ces gens étaient déjà malades d’autre chose. Le vaccin ne tient pas ? C’est le système imunitaire qui est mal fichu alors ils faut refaire la vaccination les 6 mois.

    Même la presse scientifique spécialisée et les rapports de recherche sont bien plus critiques notamment sur l’efficacité, les effets secondaires et la stragégie de lutte. Mais chaque fois qu’une information un peu gênante apparaît, soit on étouffe soit on caricature puis on y colle un timbre complotiste. Affaire réglée. On pourrait annoncer à peu n’importe sans que personne ne s’éveille.

    C’est effrayant. Le monde est devenu fou ! Alors, peu m’importe le résultat de ce vote, ce que cette campagne a révélé de l’humanité est assez déprimant.

    Je retourne donc dans mon congélateur et je réglerai le réveil pour 2050.

  34. Si d’aventure les seuils fixés s’inspiraient de ceux fixés en Autriche (15 BAU/ml pour donner une idée) pour admettre une personne à la dignité 3G, cela serait une dégradation de plus du certificat covid suisse qui, il est vrai, ne vaut rien comme pass sanitaire pour être une véritable passoire sanitaire. Ceux qui ne veulent pas être confrontés au virus seraient bien inspirés d’éviter les lieux prétenduement protégés par le 3G. Ceux qui admettent les vaccins chinois pourront obtenir le certificat suisse avec un vaccin chinois, voire une dose de vaccin chinois. Les viennois le savent.

    Les laboratoires qui, au vu des déclarations publiques, se focalisent sur les IgG anti-spike (anti-RBD) ne garantissent pas avec certitude qu’une personne a été infectée. Pour cela , il faudrait exiger la présence d’IgG anti-nucléocapsides. A s’en tenir aux anticorps anti-spike il est douteux que le droit fédéral soit respecté.

  35. Je ne vois pas où ces discussions sur l’efficacité des vaccins peut nous conduire, si l’on prend au sérieux la question que soulève la réflexion de ma collègue Suzette Sandoz. La discrimination opérée par un gouvernement, avec pour conséquence la privation de libertés essentielles, au nom de l’acceptation d’un vaccin ou d’une médication quelconque, est illégale et met en danger l’État de Droit. Point barre.
    Quant à l’objection qui consiste à dire que les non-vaccinés mettent en danger toute la population, y compris ceux qui ont eu la sagesse de se le faire injecter, elle ne tient pas la route une seconde. Les vaccinés sont-ils immunisés contre le Covid, oui ou non ? S’ils le sont, ainsi que le soutiennent les autorités, ils n’ont rien à craindre de ceux et celles qui ne le sont pas. Pourquoi accuser ces derniers d’irresponsabilité envers autrui, alors qu’ils ne mettent, éventuellement, en danger que leur propre santé ? La sophistique de la propagande n’a vraiment pas de limite

    1. Raphael, effectivement, ceci dit, il faut également prendre en compte que si une personne respecte farouchement les consignes d’éloignement et de port du masque tout en désinfectant ses mains après chaque contact, on peut imaginer que ces consignes devraient permettre à qui observe ces consigne, qu’il soit exempté de tout autre mesure. Dans mon cas et celui de ma compagne, nous n’avons pas contracté ce virus depuis bientôt 2 ans. J’ai fait un auto test sérologique et présence virus, je suis négatif.

      Donc, j’ai su comment, ne pas être contaminé et contaminer les autres !

      Les seules fois où j’ai risqué une contamination, c’est à dire, un lieu fermer dans lequel de nombreuses personnes étaient entassées, c’était dans des locaux publics, notamment pour y effectuer des démarches administratives. Je ne vais pas dans des restaurants, sauf sur des terrasses, je ne vais pas dans des locaux bondés, aux fêtes, aux manifestations publics etc….

      En deux mots, j’ai un comportement exemplaire.

      Pendant les épidémies de peste et peste noire, les juifs étaient accusés et massacrés car ils n’étaient pas contaminés, ce fut l’occasion de procéder à des massacres et des accusations que c’était les juifs qui contaminait les non-juifs et qu’ils ne risquaient rien car ils seraient envoyés par le diable pour tuer les gentils non-juifs. La réalité était que les juifs dans leurs ghettos ne mangeaient pas les chats et que ces chats chassaient les rats qui étaient porteur d’une puce, puce responsable de la contamination de la peste !

      Pareil pendant le nazisme, himmler avait également lancé des propagandes et accusé publiquement les juifs de transmettre le typhus afin que ces derniers soient signalés et dénoncés.

      Nous voyons notre société être gouvernée avec les mêmes procédés barbares pour rester modéré !

      1. Corto, mon épouse et moi sommes dans la même situation que vous. Nous respectons les consignes du départ (masque et lavage des mains), nous n’entrons dans aucun établissement public, et nous n’avons toujours pas contracté le virus. Quand on dénonce les “non-vaccinés qui encrassent l’espace public”, il faudrait savoir de qui l’on parle et ne pas tout miser sur la vaccination.
        Je suis bien sûr en accord avec vous sur l’essentiel et sur la nature de ce nouveau régime, qui laisse craindre les pires dérives, sur la base de fausses évidences de surcroît. Comme je l’ai confié à Suzette Sandoz, qui s’est montrée enthousiaste, il serait intéressant de convier à ce débat des médecins qui peuvent, tout en gardant leur neutralité, témoigner de leur expérience au niveau de cette infection. J’en connais quelques-uns qui seraient disposés à le faire. Encore faut-il qu’ils prennent le temps. Vous savez certainement à quoi ressemble un agenda de médecin. Merci pour votre intervention !

  36. Je suis heureux que vous ayez le courage d’appeler un chat un chat, en un mot de retourner aux faits, en place de toutes ces spéculations mathématiques qui n’ont pour effet que de nous enfoncer encore un peu plus dans le brouillard. Puisque la question de Madame Sandoz est avant tout juridique, il me semble pertinent de chercher les indices qui permettent d’identifier les sources de cette dérive par rapport aux règles de l’État de Droit. C’est ce que vous faites. C’est évidemment ce genre de piste qu’il faut suivre pour comprendre ce qui fait problème dans cette politique qui marche de guingois.

  37. Intervention intéressante au parlement européen d’une députée française à propos du pass…
    “Intelligence Artificielle et Transhumanisme”…..

    ttps://www.youtube.com/watch?v=aflVhuiNGUA

    1. Et si nous parlions plutôt de la c… artificielle ?

      Car dans ce domaine, il semblerait que d’énormes débouchés pourraient intéresser les gros investisseurs, pour preuve, ils ne cessent d’innover et là nous ne sommes plus uniquement face à du virtuel !

      Ce terme (IA) largement galvaudé par de pseudos petits génies emboités dans leurs startups subventionnées par la confédération et saupoudrés de croquemorts qui aspirent ces médiocres mannes sur les comptes bancaires pour laisser les inventeurs de fourneaux à raclette automatisés dans la misère de leurs échecs cuisants. Ces réseaux pseudos académiques de l’innovation assistée sont dans les oubliettes des systèmes financiers qui, eux, investissent en Chine ou dans d’autres dictatures.

      Pour rebondir dans ce débat autour de la recherche et de cette fabuleuse “intelligence”, étonnant que la même bande cotée en bourse débarque avec des “solutions” miraculeuses encore jamais expérimentées sur les humains et même sur les animaux, (ils avaient arrêtés les expérimentations de potions génétiquement modifiées sur les animaux, car ils mourraient systématiquement, y compris la dernière piquouse à la mode largement diffusée aux populations, qui lors des essais sur des rats, avaient tous rendus l’âme dans les 24 heures après injection, officiel). Toutes nos universités, écoles et instituts maintenus grâce à des budgets publics colossaux et non-dénués d’esprits féconds n’ont rien proposé lors de cette crise dite sanitaire ! On ne les interroge même pas, je ne parle pas de l’éventualité qu’ils nous aient trouver une solution d’urgence, je constate qu’ils ne sont simplement, à voir, pas concernés et encore moins présents sur les plateaux de télévision ou dans cette presse appartenant elle-même aux mêmes groupes qui financent pfizer, moderna, roche, novartis et l’ensemble des industries pharmaceutiques !

      Pourquoi nos académies sont-elles si peu consultées ????

      Demander aux directeurs de nos banques, eux, ils savent tout !

  38. Belle tirade.

    – “… est illégale et met en danger l’État de Droit. Point barre.” “POINT BARRE” voilà l’argumentation juridique. Légère. Venant d’un philosophe cela n’est pas même un argument d’autorité.

    – “Les vaccinés sont-ils immunisés contre le Covid, oui ou non ? ” “OUI OU NON”. Poser la question est bien. Y enfermer la réponse entre OUI ou NON relève, soit de l’ignorance, soit de la manipulation de l’auditoire.

    – Mettre en avant de manière la question du degré d’imunisation comme étant la seule question intéressant la santé publique est aussi une manière se voulant subtile d’éviter de poser celle du sort du non vacciné qui peut venir encrasser le système sanitaire et tuer, comme cela est à nouveau le cas à Salzbourg.

    Belle tirade sophistique.

    1. Je reformule ici, mes positions pour d’autres acteurs de ce blog que mon détracteur, lequel est pareil à ces personnages … qui, protégés par l’anonymat, minent de nombreux réseaux sociaux, et n’ont d’autre but que de distordre les propos des autres participants, pour les décourager ainsi d’encore intervenir

      Je préciserai seulement ceci :
      1) L’énoncé « La discrimination opérée par un gouvernement, avec pour conséquence la privation de libertés essentielles, au nom de l’acceptation d’un vaccin ou d’une médication quelconque, est illégale et met en danger l’État de Droit » n’est pas un argument d’autorité, mais le rappel d’une règle dont tous les citoyens de ce pays sont censés tenir compte dans une situation d’exception, telle que celle que nous vivons

      2) La question de savoir si les vaccinés sont immunisés contre le Covid est importante, même si elle n’est pas la seule qu’il convient de poser, bien évidemment. Si les vaccinés sont sérieusement (non pas totalement) immunisés, ils ne devraient logiquement pas développer une crainte phobique à l’égard des non-vaccinés et exiger des sanctions à leur égard. S’ils ne sont pas immunisés de façon convaincante, ils peuvent tout aussi bien transmettre le virus, ainsi que de nombreuses instances compétentes le reconnaissent.

      3) Je n’ignore pas les risques encourus par les non-vaccinés, ni ceux qu’ils font prendre à d’autres personnes, vaccinées y compris. Je me pose seulement la question de savoir si, dans un tel contexte d’incertitude, des mesures policières contraires aux libertés essentielles sont vraiment justifiées.

  39. Un peu d’humilité et de reconnaissance vis-à-vis de l’intelligence, ce terme venant de latin “intelligere” qui se traduit par : Faire des liens distants, c’est à dire, la capacité de lier des faits ou autres constats pouvant être distants les uns des autres, éventuellement séparés par des éléments intermédiaires. Egalement, trouver des raccourcis, établir des ressemblances et synthétiser au travers d’absctracts des sortes de covalences, terme prit de la physique et de la chimie. Ces réflexions sont applicables par le biais de miens parallèles et sériels, voir tridimensionnels.

    L’intelligence ne consiste pas à mémoriser, ça nous pouvons le faire en prenant des notes, ni ne consiste à obéir à ce qui nous est dicté ou ordonné, dans ce cas, nous pouvons en déduire qu’il s’agit au contraire, de faire abstraction de ce mécanisme appelé “intelligence”, de ne pas faire des liens de cause à effet, ou avaler des produits finis, sans chercher à comprendre, intégrer au niveau de la compréhension, ses mécanismes et ses ingrédients, avaler tout cru des “solutions” administrées par des tiers.

    Nous sommes en train de traverser un guerre contre la réflexion, une guerre contre la conscience !

    Le droit, avant de nous accorder la liberté d’expression devrait être un rempart contre l’annihilation de la conscience et de la pensée. Hors, c’est tout là que l’ingérence de nos représentants politiques tentent de s’immiscer illégalement par le truchement de règles intrusives contraire à l’ordre public. Notamment en créant des restriction subjectives interdisant des accès à certains et pas à d’autres, alors que nous savons que leur “solution” ne protège pas d’une contamination !

    C’est très grave !

  40. Une de mes amies m’a envoyé récemment le texte suivant :
    Témoignage d’un pharmacien voulant rester anonyme :
    « De tous les vaccins que j’ai connu dans ma vie (coqueluche, diphtérie, tétanos, variole, rougeole,
    rubéole, oreillons, hépatite, méningite et tuberculose), je n’ai jamais vu de vaccin qui oblige à
    porter un masque et à garder la distance sociale même lorsque l’on est complètement vacciné.
    Je n’ai jamais entendu parler d’un vaccin qui provoque la contraction ou la propagation du virus
    même après la vaccination.
    Avant cela, nous n’avions jamais entendu parler de récompenses, de rabais, d’incitations à se faire
    vacciner. Il n’y avait aucune discrimination pour ceux qui n’en faisaient pas. Si vous n’étiez pas
    vacciné, personne n’a jamais essayé de vous faire sentir comme une mauvaise personne.
    Je n’ai jamais vu un vaccin qui menace les relations entre la famille, les collègues et les amis. Je
    n’ai jamais vu un vaccin utilisé pour menacer les moyens de subsistance, le travail, l’école. Je n’ai
    jamais vu de vaccin qui permettrait à un enfant de 12 ans de remplacer le consentement de ses
    parents.
    Après tous les vaccins que j’ai énumérés ci-dessus, je n’ai jamais vu un vaccin comme celui-ci, qui
    discrimine, divise et juge une société comme aujourd’hui. Et alors que le tissu social se désagrège
    et que nous luttons les uns contre les autres….
    C’est un vaccin puissant ! Il fait toutes ces choses mentionnées et pourtant il ne fait pas ce pour
    quoi ils disent qu’il a été conçu… »
    Merci à vous, Suzette Sandoz, pour vos textes intéressants et argumentés depuis le début de toute cette affaire

      1. Quant à moi, j’ajouterais aussi cette citation de Mark Twain (écrivain américain) :
        ” Le droit à la stupidité est protégé par la constitution. Il appartient aux garanties du libre développement de la personnalité.

      2. Après avoir relu votre petite phrase, je me suis dit qu’au fond vous êtes un révolutionnaire, une sorte d’Alain Krivine qui s’est égaré dans les sanitaires de son parti. Car seuls les révolutionnaires, genre casseurs, se saisissent d’un sujet qui fait peur aux masses, comme c’est le cas pour la pandémie, pour exiger l’abolition des droits fondamentaux en vue de détruire l’ordre établi et de le remplacer par une forme de barbarie visant à dresser les gens. Ne seriez vous pas un soixante-huitard par hasard. Dire que je vous situais parmi les conservateurs. Quelle méprise!

        1. @Raphaël Celis: Excellente, votre analyse du 21.11. à 01:33 !!! Vous allez me manquer car j’adore votre sens de l’humour et de la répartie dévastatrice. Malheureusement, ce troll ne s’en découragera pas et continuera à hanter les divers blogs de Mme Sandoz. Pour ma part, je saute les “contributions” de cet individu car totalement inintéressantes. Essayez de faire de même et restez!

          1. Cher Monsieur,
            Vous avez raison, je ne vais pas me laisser décourager par ce faquin …. Comme je l’écrivais à l’une des intervenantes de ce blog,, le sujet dont ma collègue Suzette Sandoz nous propose de débattre, contient de tels enjeux que je ne cesserais quand même pas d’y penser en désertant notre plate-forme. Dès lors, cela me fait davantage de bien de continuer à échanger nos réflexions avec des participants, tels que vous, qui font montre à la fois d’intelligence et de courtoisie, jusqu’à m’interpeller par des paroles réconfortantes, plutôt que de ruminer ces questions brûlantes en solitaire. Je vous suis donc très reconnaissant, cher Monsieur, d’être intervenu pour me remonter le moral et je continuerai à vous confier modestement le fruit de mon enquête purement intellectuelle, à chaque fois qu’il me semblera valoir la peine de vous être rapporté. Merci également pour votre renvoi au site “Transfer” dont j’avais déjà entendu des éloge site qui, paraît-il, est l’une des rares sources d’informations auxquelles l’on puisse faire confiance. Cordialement.

  41. Après réflexion, je crois avoir dit l’essentiel de ce qui me semblait essentiel de rappeler dans ce débat passionnant. Merci à tous et à toutes pour vos contributions porteuses d’informations et de réflexions précieuses en ces temps où la voix de la raison, chargée de défendre un humanisme que d’autres sont empressés de liquider, se fait de plus en plus rare.
    Harcelé par une sorte de “Securitas” de l’opinion convenue, qui s’amuse à parodier mes propos pour les tourner en ridicule, j’avoue ne plus avoir le goût de me défendre lorsque l’espoir de se faire comprendre est perdu d’emblée.
    Merci encore à Suzette pour sa courageuse initiative sur ce terrain miné et pour s’être dévouée, comme elle a l’habitude de le faire, pour le bien de la collectivité et, en l’occurrence, pour celui de l’humanité.

    1. Certes, Madame la Professeur Suzette Sandoz a le mérite d’être courageuse, mais ce qui apparait encore plus que son courage certain, c’est son attachement au devoir que lui impose son savoir. Ne pas badiner avec le savoir est un état particulier qui empêche les personnes normalement constituée de ne pas tomber dans une forme de trahison de ce qu’ils ont hérités et compris.

      En matière de droit, sans en avoir étudié les fondements et encore moins les doctrines, très vaste sujet, j’ai toujours réussi à y trouver bon sens et une logique implacable, j’avais néanmoins assisté au travers des cours dispensés par HEC Lausanne aux cours magistraux de Monsieur le … professeur Rusconi, il ne s’agissait que de bases en matière de droit commercial, mais je l’écoutait avec une persistance qui fricotait avec une forme de communion et ses dispenses m’ont servit tout au long de ma vie professionnelle, un jour il m’avait glisser une phrase à titre personnel : “Lorsque vous recevez un document, vous devez tout lire, tout, absolument tout ce qui y est écrit, y compris les numéros de pages”. Ce fut fait !

      Et suite à cette bête recommandation, j’en ai tirer un tout aussi bête constat, les personnes perturbées par leurs diversions malhonnêtes, signent toujours leurs tromperies avec des erreurs dans le texte ou dans les intitulés. C’est leur marque de mauvaise fois, une personne destinée à commettre des forfaits signe toujours avec des erreurs ou des sortes de lapsus.

      Dans ce à quoi nous assistons et surtout au niveau du droit, laissons de coté les poisons que certains acceptent dans leurs corps, mais du point de vue légal, Madame Sandoz doit certainement faire des sauts et des grincements de colère. Au travers de ce que nous traversons, nous voyons nos institutions bafouer les droits les plus élémentaires et se vautrer dans l’inimaginable.

      Conclusion, certes Madame Sandoz est par nature, authentique et étrangère aux compromis malsains, Madame la Professeur Sandoz a porté à bout de bras et durant sa carrière les ferments fragiles qui cimentent notre société, sans le droit, c’est le chaos et c’est cet inlassable besoin de, sans cesse, rechercher des solutions légales que nous ne sombrons pas dans un gâchis ou plus simplement dans une dictature qui cesse de considérer les citoyens comme des individus à part entière.

      Le droit est le seul levier ultime permettant aux êtres de vivre librement, dignement et égaux !

      Madame la Professeur Suzette Sandoz connait les causes des souffrances infligées aux populations depuis la mise en place de ce complot international organisé et appliqué par nos gouvernants aveuglément. Bien sûr que Madame Sandoz se tient aux premières loges de par sa vision précise de ces désordres et je ne peux que soutenir sa révolte face à ces dysfonctions choquantes !

      1. Cher Corto,
        Je souscris à toutes tes paroles au sujet de ma collègue Suzette Sandoz et je vous remercie de prolonger mon trop court éloge par ces mots qui signent notre solidarité avec elle. Je l’ai aussi connue en tant que secrétaire du Sénat de mon université, instance supérieure au Rectorat à l’époque, et je fus impressionné par la qualité et la fermeté de ses interventions. Elle imposait le respect à toute une assemblée par sa droiture imperturbable, par son sens aigu de la justice et par sa faculté de mettre au jour les dysfonctionnements de l’institution. Son départ à la retraite fut une perte pour toute l’université, et je l’ai ressentie d’autant plus durement que j’aurais eu bien besoin de ses conseils durant le reste de ma carrière. Mais je l’ai retrouvée plus tard lorsque je dirigeais un centre d’éthique auquel elle avait accepté de contribuer. Je crois, cher Corto, qu’elle nous a aussi permis, grâce à son blog de découvrir nos valeurs communes et de partager avec elle notre indignation face à cette nouvelle version du totalitarisme qui se met en place. Je vais demander à Suzette de vous communiquer mes coordonnées,de sorte que si vous en avez le loisir et le temps, nous puissions nous rencontrer. Cela me ferait un immense plaisir. Cordialement. Raphaël

      2. Cher Corto,

        Ma réponse à votre précieux commentaire est en attente de validation, suite à une erreur d’information qui m’a échappée en cours de rédaction. Elle vous sera donc adressée bientôt.

  42. @ Raphael Célis,
    “Harcelé par une sorte de “Securitas” de l’opinion convenue, qui s’amuse à parodier mes propos pour les tourner en ridicule, j’avoue ne plus avoir le goût de me défendre lorsque l’espoir de se faire comprendre est perdu d’emblée.”

    Plusieurs blogs qui traitaient de cette thématique ont été supprimés depuis 2019.

    J’ai pensé au blog de Madame Sandoz, toutes ces dernières nuits .
    C’est encore un des rares blogs, logés sur une plateforme de grande audience, qui propose des sujets essentiels de société, nous donnant une occasion généreuse et altruiste de nous exprimer. Se rendent-ils compte les commentateurs, de la lourde responsabilité et du gros investissement en temps qu’il faut dégager pour gérer un tel blog?
    Je crois que oui. La plupart est respectueuse et reconnaissante, mais il suffit de peu, d’une petite légèreté due à de l’inconscience ou à un esprit malveillant pour saboter les plus nobles intentions, les plus précieux apports, et pour détruire ces liens qui, paradoxalement dans une situation de profonde déchirure, commencent à se créer – virtuellement certes – nous permettant à la fois de nous compter au milieu de cet océan de confusion et de nous recentrer sur l’essentiel, là où nous commençons à tenir le bout de la ficelle d’une pelote très emmêlée: voir clair dans ce qu’il faut voir.

    Finalement je vous comprends. Vous avez pris la décision à temps. Je pense qu’elle est sage et protectrice. Il m’étais arrivé de prendre momentanément congé dans mes contributions ou commentaires sur certains blogs pour une durée plus ou moins longue pour trois raisons: premièrement priver les malveillants des occasions de discréditer l’auteur du blog. Deuxièmement, fuir ceux qui veulent vous créer du tort en vous salissant gratuitement souvent avec aigreur et méchanceté. Troisièmement, pour respecter la charte de l’éthique “Primo No Nocere” – tout d’abord ne pas nuire au blog, (comme en médecine, ne pas nuire au consultant) parce que les blogs, avec un bon usage, sont comme les médicaments, ils améliorent et/ou ils soignent et ils ne contraignent personne à s’y rendre. Pour ceux qui ont compris que ces espaces de réflexion et d’échanges sont des espaces d’auto-éducation qui peuvent les aider à s’organiser pour des décisions qu’ils doivent prendre imminemment, vu l’escalade des menaces à travers les articles et les communiqués de presses, tous dans ce même prisme de coercition pour n’avoir pas à déclarer l’obligation – de céder aux injonctions d’exposer votre corps physique et votre santé à l’expérimentation ou de se voir confisquer vos moyens de subsistance.
    La disparition d’un blog de cette qualité afflige et rend la solitude encore plus insupportable. Quand on a la possibilité de collecter des informations fussent-elles contradictoires et un large spectre d’opinions, on se sent plus à l’aise pour se positionner.

    Je regrette que des avis autoritaires et binaires tentent de prendre toute la place du débat. On sent que ces présences n’ont qu’un but, celui de museler tout questionnement. C’est typique des convictions aveuglantes à leur propos – dans cette recherche de confort paresseux par des certitudes assénées par les officiels. Plus douteuses encore lorsque ces certitudes prennent le chemin de la surenchère propagandiste.

    En tout cas, Je vous remercie sincèrement d’avoir tenté de ré-hausser le niveau tant nécessaire de ce débat et il est franchement regrettable que nous nous voyons privés de votre participation et de sa qualité.

    Je réitère ici mes hommages à Madame Suzette Sandoz pour son courage, son humanisme et sa générosité.

    1. Bonjour Marlène DUPRAZ, très très beau commentaire. J’adhère complètement. MERCI. Écris avec grande sincérité sur une aire d’autoroute (pause obligée pour humaine en vadrouille) …. eab

    2. Chère Marlène,
      Vous m’avez surpris par la rigueur et la profonde humanité de vos paroles, au point que je ne sens personnellement interpellé. Vous traduisez l’indignation que je contiens face à ces turpitudes langagières, tout aussi violentes que des blessures corporelles, par une intervention salutaire. J’ai en effet honte de ma désertion, non parce que mon honneur est bafoué, mais parce que l’enjeu de ce forum, que l’initiatrice s’est risquée à ouvrir en une période où la peur et la soumission devant une menace anonyme, dont nous ne connaissons pas vraiment les responsables, mais dont nous pressentons l’effrayante finalité, est d’une importance à ce point vitale pour tous les êtres humains, et pour ceux de notre pays en priorité, qu’elle ne m’autorise pas à me défausser, à jeter l’éponge, et à quitter le navire en trahissant ceux et celles qui me font l’honneur de considérer comme des auxiliaires utiles, en dépit de leur fragilité. Défendre la liberté et avec elle, les droits de nos concitoyens qui n’ont pas les moyens de plaider leur cause autrement que par des appels de détresse, est de notre devoir, et ce devoir est d’autant plus vulnérable qu’il n’est rien de plus qu’un obstacle à éliminer pour ceux qu’il contrarie. Je vous remercie vivement d’avoir réagi si promptement avec une telle conviction, et j’espère surtout que votre voix sera entendue par toutes et par tous. Je vais donc reprendre la plume, en transposant ci-dessous le début d’une enquête que j’aimerais bien poursuivre au plus vite. Cordialement à vous,

  43. Durant ces derniers jours, j’ai consacré quelques heures de loisir à m’informer sur les corrélations observées entre le taux de vaccination complète dans de nombreux pays du monde et la hausse ou la diminution des cas d’infection par le Covid -19. Si les résultats de cette enquête ne sont pas spectaculaires, ils montrent en tous les cas que le doute concernant l’efficacité de ces vaccins est pour le moins légitime. Ils confirment ainsi la position de ceux et celles qui considèrent comme injustifiées et totalement arrogantes les mesures actuelles et potentielles qui font vaciller l’État de Droit en violant les normes fondamentales de la Constitution qui protègent les citoyens contre les abus de pouvoir.
    Ne pouvant faire ici le compte rendu de ces investigations, dont je suis encore en train de résumer les conclusions, je me permets de vous soumettre une synthèse d’une étude publiée par S. V. Subramanian et Akhil Kumar, dans la dernière édition du European Journal of Epidemiology, dont l’indépendance et le sérieux peuvent difficilement être contestés. Voici en gros ce que j’en ai retenu :

    Les vaccins constituent actuellement dans le monde la principale stratégie prétendument fiable pour lutter contre le COVID-19. Par exemple, la recrudescence de nouveaux cas d’infection aux États-Unis aurait pour origine, si l’on en croit les communiqués officiels, les zones à faible taux de vaccination. Des affirmations similaires ont été diffusées dans des pays comme l’Allemagne et le Royaume-Uni. Dans le même temps Israël, salué pour ses taux de vaccination rapides et élevés, a pourtant vécu une résurgence substantielle des cas de COVID-19.
    Ces observations ont motivé ces chercheurs d’étudier la relation entre le pourcentage de la population entièrement ou quasi entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 dans 68 pays ainsi que dans 2947 comtés aux États-Unis.
    Leurs résultats donnent à réfléchir. Au niveau des 68 pays, il ne semble pas y avoir de relation discernable entre le pourcentage de la population complètement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 au cours des 7 derniers jours. En fait, la tendance qui se manifeste avec le plus d’évidence suggère que, pour 1 million de personnes, les pays qui font état d’un pourcentage plus élevé de population entièrement vaccinée ont des cas de COVID-19 plus élevés. C’est notamment vérifié en Israël, dont plus de 60 % de sa population est entièrement vaccinée : c’est pourtant ce pays qui a enregistré les cas de COVID-19 les plus élevés au cours de ces deux dernières semaines.
    (Référence principale:ttps://link.springer.com/article/10.1007%2Fs10654-021-00808-7)
    L’absence d’association significative entre le pourcentage élevé de population vaccinée et la diminution des nouveaux cas de COVID-19 est encore illustrée si l’on prend pour exemples l’Islande et le Portugal. Ces deux pays ont plus de 75 % de leur population entièrement vaccinée ; ils enregistrent néanmoins plus de cas de COVID-19 pour 1 million d’habitants que des pays comme le Vietnam et l’Afrique du Sud qui n’ont environ que 10 % de leur population entièrement vaccinée.

    Tout ceci, ainsi que d’autres études analogues, montre clairement que les que la Constitution a raison de protéger les soi-disant « idiots » qui encrassent la société parce qu’ils s’abstiennent de se faire vacciner, avant d’être plus clairement et intelligiblement informés. Quant à ceux qui se permettent de mépriser la Constitution, sans prendre conscience de ce que ce mépris entraîne comme souffrances, comme dommages et comme préjudices de toute espèce, il serait souhaitable, puis qu’ils se disent experts sur toutes les dimensions de cette pandémie, qu’ils osent attentivement l’ouvrage du professeur Dietrich Murswiek intitulé « Freiheitseinschränkungen für Ungeimpfte
    Die Verfassungswidrigkeit des indirekten COVID-19-Impfzwangs »
    La lecture de cet ouvrage où philosophie et droit se complètent, permettra peut-être à ceux que les « professeurs de philosophie émérites » font bien rire, d’enfin entrevoir que la pensée qui se met au service du Droit et de la Justice ne coïncide pas nécessairement avec le savoir qui explique et justifie les états de fait à l’aide d’équations.

    1. @Raphaël Celis: Cher Professeur, puisque vous lisez bien l’anglais : un site britannique qui suit quotidiennement les statistiques dans divers pays (pas uniquement Angleterre et Écosse) est The Exposé auquel on peut s’inscrire via Telegram. Just in case… 🙂

    2. Bonjour Prof. Célis, merci infiniment de vos excellents commentaires.
      Le chapitre en allemand est téléchargé (111 pages !). Je pense que je vais retrouver des éléments du chapitre du Prof. Alessandro A. Negroni (Genova) dont j’avais déjà indiqué la référence précédemment.
      Des vaccinologues italiens (Médecine moléculaire, Uni Padova) ont aussi mis officiellement en doute l’efficacité des vaccins contre les nouveaux variants. Uni Padova c’est aussi un merveilleux souvenir privé.
      Je vais également me mettre en retrait quelque temps tout en continuant mes voyages trans-frontaliers et la compilation discrète d’avis “professoraux médicaux différents”, en-dehors des circuits habituels beaucoup trop voyants, trop échauffés, trop Pinocchio …… d’ailleurs existe-t-il des masques spécifiquement adaptés aux Pinocchios 2020-2021 et sous peu 2022 ?
      Mes bons messages.
      Une exemptée à tests chroniquement négatifs. eab

      1. Merci, Eliane, pour vos encouragements et pour votre assiduité dans vos recherches personnelles d’informations émanant de personnalités compétentes et fiables. J’espère que vous trouverez dans l’ouvrage du Dr Dietrich Murswiek des indications précieuses pour votre réflexion. Si vous êtes curieuse de savoir ce que pensent les intellectuels germanophones, n’hésitez pas à me contacter. Jusqu’à présent, je me suis abstenu de les citer pour éviter de devoir les traduire, car je sais que la langue de Goethe n’est pas aimée en Romandie. Mais si la lecture de textes écrits en allemand ne vous rebute pas, j’ai engrangé un certain nombre de liens fort éclairants. Merci encore pour votre solidarité.

        1. Bonsoir Prof. Célis, merci de votre message. Je suis aussi avec attention ce qui se passe chez nos voisins germanophones. Je n’en parle pratiquement pas car je rejoins votre avis par rapport aux « réticences romandes ». C’est dommage d’ailleurs.
          Alors si j’ose citer J.W. von Goethe, au sujet de la LIBERTÉ en ce moment SPOLIÉE: “… was mich erwartet, war wohl der Mühe wert, diese Berghöhen zu erklettern, diese Thäler zu durchirren und diesen Blauen Himmel zu sehen, zu sehen, dass es eine Natur giebt, die durch eine ewig stumme Notwendigkeit besteht, die unbedürftig, gefühllos und göttlich ist, indes wir in Flecken und Städten unser kümmerliches Bedürfniss zu sichern haben, und nebenher Alles einer verworrenen Willkür unterwerden, die wir FREIHEIT nennen …”
          La langue allemande ne me pose pas de problème particulier (notre mère était allemande puis française durant la 2ème guerre) …… ni l’anglais, ni l’italien par ailleurs. J’ai débuté sérieusement l’italien en 2013, très tard du point de vue « âge physique ».
          Au sujet de l’étude de l’allemand en Romandie, un détail amusant : comme j’ai été exemptée de tout effort physique (pour des motifs fallacieux, je n’y reviendrai pas ici, l’erreur médicale étant notifiée dans mes dossiers), il fallait bien caser Eliane AB quelque part pendant les courses d’école, les camps de ski, les manifestations sportives, la natation et certains cours de gymnastique, donc hop hop hop la survivante et trop bizarroïde élève a été « parquée » aux cours d’allemand.
          Et mon mari numéro 1 était par ailleurs étudiant à l’Université de Freiburg in Breisgau. Pas un germain mais un méridional complètement égaré dans la froidure de la forêt noire ….
          Alors, passer d’une langue à l’autre c’est tout simplement génial.
          Ah si j’avais eu le temps (et le courage) d’apprendre le japonais lors de mon trip au pays du Soleil levant ! Les langues et leurs subtiles nuances, c’est extrêmement important. Pour saisir l’essence d’un peuple, il faut s’embarquer dans la connaissance de sa langue et des expressions locales. Sinon nous ne pourrons pas percevoir ce peuple avec rectitude.
          J’espère que vous me pardonnerez cette courte digression.
          Au plaisir de vous lire (entre deux virées territoriales donc forcément linguistiques). eab
          Zur Abwehr von Angriffen: negative Tests

    3. Le nombre de cas n’a autre intérêt de montrer qu’il n’est pas possible d’être un free rider (passager clandestin). Même si la proportion de vacciné est élevée le virus circule et atteint aussi les non vaccinés. Il vaut d’ailleurs mieux pour un vacciné qu’il soit rapidement contaminé dès que sa vaccination est effective (sauf cas de grande fragilité). Cela aura pour effet de renforcer son immunité.

      1. Si je comprends bien. Ce vaccin est tellement efficace, qu’il vaudrait mieux être contaminé pour qu’il soit efficace.
        Ce type d’argumentation montrerait que seule l’immunité naturelle est intéressante à long terme.
        Il faudrait donc remercier toutes les personnes en bonnes santé non hypocondriaques qui ont développé leur immunité naturelle et qui protègent indirectement les autres.
        Quant aux vaccinés, ils ne semblent pas protéger d’une vague épidémique qui que ce soit.

        1. Sur le plan individuel, la vaccination-2doses est une béquille en vue de l’inévitable contamination naturelle. Elle est, plus ou moins nécessaire, selon l’importante des facteurs de risques connus.

          Sur le plan collectif, elle permet :
          – De ralentir l’expansion de la contagion et non de l’arrêter, je le répète depuis des mois, et, si nécessaire, de la contenir si elle est cumulées à d’autres moyens. Et au vu d’une contagiosité 3 fois supérieures à celle d’une année, tous les moyens sont utiles.

          – D’empêcher les soins intensifs de déborder et ainsi de ne pas renoncer à des interventions, renonciations qui tuent. Je me demande d’ailleurs porquoi on veut (voulait) donnerune telle priorité aux covidaires ? Leur vie vaut-elle plus que celle des autres ?

          1. Vos hypothèses sont intéressantes, mais je ne suis pas convaincu que dans 1 an, vous osiez les ressortir telle quelles.
            Pourquoi limiter la circulation du virus, si à la fin tous seront contaminés?
            Comme le montrent les pays du Nord – ttps://www.worldometers.info/coronavirus/country/denmark/ ou ttps://www.worldometers.info/coronavirus/country/norway/ ou ttps://www.worldometers.info/coronavirus/country/finland/ – le fait de ne pas avoir été touchés en 2020 se révèle un problème en 2021.
            Les vaccins (massifs) n’ont pas évité cette nouvelle vague, plus importante que celle de 2020 pour ces pays.
            Donc non, les soins intensifs ne déborderont pas en Suisse à cause des non-vaccinés.
            Le seul cas de figure qui pourrait faire déborder les soins intensifs, ce serait à cause des effets imprévus des vaccins à ARNm.
            Car la part de la population injectée est si élevée, que c’est devenu la plus grande inconnue à long terme.
            Les non-vaccinés ne sont absolument pas le plus grand risque à long terme, vu les vagues épidémiques qui ont DEJA frappé la Suisse.
            A partir de ces maigres constats, je ne permettrais pas d’affirmer que les vaccins aient une une vraie efficacité à long terme.
            Etre efficace pendant l’été contre un virus hivernal, ce n’est pas un vrai succès. Cela pourrait même se révéler un leurre à long terme.
            Egarés à relayer la publicité de Moderna et PFIZER, nous avons perdu un temps précieux pour améliorer les capacités hospitalières – et surtout la prévention des cas clinique des de covid-19.
            Et plus personne ne semble encourager la bonne santé générale des personnes.

          2. En Suisse, il n’existe aucune pathologie qui soit d’office exclue des soins intensifs en raison du nombre de personnes contaminées par le Covid-19. Affirmer le contraire, n’est qu’un procédé scandaleux pour culpabiliser ceux et celles qui ne sont pas vaccinés, y compris ceux parmi eux qui ne peuvent l’être en raison d’autres maladies.
            Les accuser d’être des tueurs relève du cynisme le plus abouti.

          3. Dans les cantons suisses on est fortement inspiré par les directives de l’ASSM (Académie suisse des sciences médicales) . Celles-ci, récemment modifiées, préconisent en cas de saturation de tenir compte aussi de la durée prévisible du séjour en soins intensifs. Or, les covidaires font de longs séjours en soins intensifs. Donc ils passent après les autres. Et si les autres sont nombreux, ils ne passent plus.

            Remarquez qu’il y a lieu de procéder à une appréciation globale selon tous les critères prévus par les directives et que, de plus, il est possible que le critère “long séjour prévisible” ne concerne pas tous les covidaires. Mais dans l’ensemble c’est ce qui doit se passer puisque, toutes les vies se valant, il faut en sauver le plus possible.

            Cela implique en tous les cas que l’on ne reporte PLUS des interventions chirurgicales parce qu’une personne à une probabilité de passer quelques jours en soins intensifs après son opération, si cela diminue les expectatives du patient. Il faut donc conserver des lits en soins intensifs pour ces patients et ne pas dégarnir les blocs d’opération de leur équipement et de leur personnel. Leur vie vaut celle d’un covidaire. Quant on a une chance sur 5 de passer 5 jours aux soins intensifs on passe avant un covidaire puiqu’on laisse rapidement de la place au suivant, contrairement au covidaire.

            Question : Durée de séjour des covidaires selon qu’ils sont vaccinés ou non ?

      2. Je crains que vous n’essayiez de m’embrouiller l’esprit. Si le vacciné n’est pas plus immunisé contre l’infection qu’un non-vacciné, comment voulez-vous que les gens s’y retrouvent et comprennent l’urgence de cette vaccination. ? J’avoue ne pas comprendre où vous voulez en venir.

        1. Prof. Célis, merci car c’est tout à fait cela. Embrouiller l’esprit ….. et cela se vérifie d’un blog à l’autre. Dommage je trouve.
          Hormis ce point, je viens de voir l’émission RTS Infrarouge et j’ai fort apprécié les propos de votre collègue UNIL Prof. Michael Esfeld. Il a raison sur toute la ligne évidemment.
          Enfin, oui enfin quelqu’un qui contrarie efficacement et publiquement Prof. Didier Pittet sur les virages catastrophiques que les décisions “politico-sanitaires” prennent.
          Ouf, l’humain revient un peu au centre des préoccupations. A suivre après les votations imminentes.
          Excellente soirée. Une exemptée ni pro-vax ni anti-vax et chroniquement testée “négative”, eab

          1. Effectivement, chère Eliane, je crains que cet individu ne soit une taupe dont le rôle se réduirait à faire cahoter la discussion, de sorte qu’il ne soit plus possible, au bout du compte, de dégager clairement les positions. Je constate que je passe plus de temps à contrer ses interpellations qu’a commenter des commentaires plus constructifs.
            Ceci dit, laissez-moi vous remercier encore une fois pour vos encouragements . Sans eux, j’avoue que je serais en manque de motivation. Prenez soin de vous !

          2. Esfeld clame “Droits humains”. Le droit à la vie est un droit de l’homme, l’article 2 Conv.EDH, entre autre, le consacre. L’Etat doit non seulement ne pas tuer mais agir pour la préserver.

            Esfeld expose que puique l’on invoque la saturation des soins intensifs aujourd’hui comme lors du 1er confinement, tout ce que l’on a fait, vaccin y compris, ne sert à rien. Par là, il perd de vue que nous avons à faire à un autre variant qui est trois fois plus contagieux et qui envoie trois fois plus en soins intensifs celui qui est atteint. Le vaccin a un pouvoir freinateur et diminue les risques de finir au soins intensifs ou dans un cercueil comme le montre le CFR (case fatality rate), qui est en nette baisse par rapport à l’année dernière.

            Que l’on soit contre la vacination pour des motifs d’innocuité, je le comprends parfaitement, que l’on soit contre à raison d’une efficacité imparfaite du vaccin c’est débile.

          3. Par rapport à votre première phrase, je relève un vrai problème de proportionnalité: vous avez raison, l’Etat n’a pas le droit de tuer volontairement une ou des personnes (peine de mort comprise). Mais quand il prend des mesures pour éviter la mort possible, mais éventuelle des uns il doit se demander si l’effet des mesures prises n’est pas à l’évidence plus mortel (moralement, physiquement, économiquement) pour beaucoup d’autres personnes .

            Quant à affirmer que le CFR (case fatality rate) est la preuve du pouvoir du vaccin, ce n’est possible que si l’on a prouvé que le virus muté plus contagieux est au moins aussi dangereux et létal, si ce n’est plus, que celui concerné directement par le vaccin.

          4. Excellente réponse, Suzette. La première partie de votre texte rejoint, quasi littéralement la réflexion que je viens de faire dans mon intervention (qui n’est pas une réponse à CEDH qui m’oblige à lui consacrer des heures entières) où je souligne que du point de vue éthique, il s’avère incohérent, que le gouvernement d’un État de Droit condamne une partie de sa population à déchoir socialement, à plonger dans la pauvreté, à pratiquer une ascèse disproportionnée, et à pâtir d’autres maux qui par ailleurs exigent l’intervention de la médecine. Les hôpitaux seraient-ils sur occupés si nos Conseillers faisaient l’épargne de ces mesures subtilement cruelles ? Les femmes séparées, ayant enfants à charge, et licenciées en raison de la fermeture des sociétés qui les employaient, seraient-elles condamnées à tirer le diable par la queue et de solliciter l’aide sociale et de dons privés ? Vous le savez mieux que moi, elles ne constituent qu’une petite partie des victimes.
            Donc la question se situe bien au niveau du pouvoir de contrainte de l’État, qui s’étend jusqu’aux confins de la vie et de la mort, ainsi que vous le mentionnez fort à propos. Robert Badinter avait d’ailleurs traité cette question dans”Une autre justice” et “Dans le rôle du juge dans la société moderne”. Ce sont des livres que l’on ne peut oublier en ces temps troublés.
            Quoi qu’il en soit, cela fait plaisir de vous entendre, Suzette, pour reconduire le débat vers son centre de gravité.

          5. Le prof. Esfeld ne dit pas que toutes les mesures ne servent à rien, le prof. Esfeld pose la question de la proportionnalité des mesures prises vis-à-vis des dégâts collatéraux qu’elles engendrent, dans la situation actuelle.
            Sa mise en perspective philosophique est tout à fait valable et intéressante.
            En ce sens, une mesure qui aurait une efficacité sanitaire médiocre, mais qui causerait de graves problème sociaux, doit être évaluée sérieusement avant d’être imposée à la population.
            D’autant plus, si elle touche aux droits fondamentaux, qui sont le socle intangible de nos sociétés.
            Comme tous les Allemands, il a en mémoire ce qui s’est passé en Allemagne au XXe siècle.

          6. Madame la Professeure,

            1. “Quant à affirmer que le CFR (case fatality rate) est la preuve du pouvoir du vaccin, ce n’est possible que si l’on a prouvé que le virus muté plus contagieux est au moins aussi dangereux et létal, si ce n’est plus, que celui concerné directement par le vaccin.”

            C’est le cas. Apparemment vous l’ignorez. Dès lors votre refus de vaccination n’est pas éclairé.
            ttps://www.futura-sciences.com/sante/actualites/variant-coronavirus-variant-delta-133-plus-mortel-coronavirus-originel-93313/

            2. Il est légitime que la société prennent les précautions utiles pour que vous ne soyez pas contaminée. Même si cela ne vous convient pas. En effet, contaminée vous faites courir le risque de nécessiter une hospitalisation et, par là, de contribuer à l’engorgement de l’hôpital et à empêcher que les soins nécessaires ne soient prodigués à d’autres patients, provoquant des pertes d’expectatives, pour être clair des morts. C’est donc bien la vie d’autrui que nous protégerions en exigeant que vous soyez vaccinée ou que vous soyez semi-confinée.

            Quant à prendre en compte votre âge, cela est proportionné puisqu’à votre âge on a plus de risque de faire un séjour aux soins intensifs qu’à l’âge de 20 ans. Par contre, confiner toute la population, y compris celle qui est à faible risque d’hospitalisation, est disproportionné. Cependant, si demain on en arrive là c’est à raison de votre position qui fait fi de la proportionnalité. Evidemment, faute de vous avoir confiné il ne nous reste plus qu’à être tous confinés à raison du triomphe de votre position.

            Je le maintiens donc, les 70+ (âge à ajusté selon la saturation des hôpitaux) doivent choisir : confinement ou vaccination. Et le Conseil fédéral doit décréter la vaccination de ce groupe de personnes fragiles qu’est celui des 70+ ans.

            Cela est sous réserve l’impact d’omicron.
            ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/hosp

          7. CEDH Bonsoir, Je reçois votre réponse sous « en réponse à Eliane AB », sauf qu’il y a quelques imprécisions :
            1. Je ne suis pas Professeure.
            2. Je suis exemptée pour 4 motifs médicaux très précis, particulièrement pointus et surtout indiscutables par des ânes non formés dans les spécialités qui me concernent. Dans les faits, je ne refuse rien qui pourrait m’être vraiment utile (subtile nuance), sans nuire à mon status médical fort complexe.
            3. Je ne suis pas contaminée et suis testée négative depuis 23 mois non-stop malgré ma « vadrouillite chronique». D’ailleurs ce fait troublant est vraiment en cours d’investigations.
            4. Je ne serai jamais plus hospitalisée en Helvétie (mon pays) bien que je cotise tous les mois pour vous cher CEDH ainsi que pour d’autres humains, peu importe d’ailleurs. Des documents tout à fait clairs permettent un transfert manu militari à l’extérieur de Suisse et très loin des extrêmement dangereux hôpitaux helvétiques (surtout vaudois) dans mon cas précis post erreurs médicales fortement documentées, le tout bien entendu intégralement à ma charge.
            5. Enfin par rapport à l’âge, vous n’êtes pas tombé juste ….. faute de frappe toute éventuelle ?
            Alors cher CEDH, à qui adressiez vous votre missive particulièrement menaçante ?
            Dans tous les cas, avec Eliane AB, vous êtes très mal tombé, ahimè.
            Portez-vous bien. eab une exemptée, chroniquement testée négative, qui repart en voyage (bagages fin prêts).

          8. Madame la Professeure,

            A titre de complément, on peut relever que l’alternative vacciné/confiné est adéquate à préserver l’ordre public (santé publique). Elle est nécessaire (quelle autre solution proposez_vous ? ) et proportionnée, stricto sensu, pour autant que les contours en soient raisonnablement dessinés. Au vu de ce que l’ordre public est en jeu, les libertés idéales peuvent être restreintes. Restreintes ne veut pas dire supprimées comme cela est prétendu avec emphase par le Prof. Esfeld.

            Votre collègue genevois, le Professeur Bernard, a fait publier un article dans lequel il arrive à la conclusion que la vaccination anti-covid obligatoire générale était possible si l’on adoptait une base légale, mais que les sanctions pour non respect de l’obligation doivent être légères. Son article retient, sans examen, que les vaccins anti-covid sont éprouvés. Ce qui est assurément erroné. Dès lors une obligation stricto sensu ne peut être imposée. Par contre, un confinement raisonnable peut-l’être. Cependant la proportionnalité exige que les correctement vaccinés en soient exonérés.

            ttps://archive-ouverte.unige.ch/unige:154188

          9. @ Eliane AB

            Chère Eliane,

            Je ne me suis nullement adressé à vous mais à la Professeure Sandoz. Jettez un coup d’oeil sur un écran d’ordinateur et vous comprendrez.

            Vous vous sentez menacée par l’idée d’un reconfinement ? Et bien adressez-vous à ceux qui, âgés, militent pour le droit d’occuper une place en soins intensifs. Il en est des nombreux sur ce blog, qui n’est pas un repère juvénile.

            Les moins de 40 ans vont faire les frais d’un reconfinement généralisé parce qu’on n’a pas le courage de prendre des mesures visant les personnes âgées non vaccinées, qui de toutes les manières se retrouveront confinées.

            Prennez-soin de vous. Que la chance, et, peut-être – qui sait au de votre rapport hémato ? – votre système immunitaire inné, continue à vous protéger.

            Bon Omicron.

          10. Bonjour ! Vous persistez dans l’erreur CEDH. J’ai bien reçu vos réponses « en réponse à Eliane AB et par deux fois » que ce soit sur le Terra Wortmann fixe versus le Terra Wortmann portable (mais n’ai pas pu contrôler sur le Terra Wortmann portable No 2). C’est votre problème dans le fond, mais c’est terriblement amusant, d’autant plus que les captures d’écrans sont imparables.
            En extrapolant, je pense que l’on devrait pouvoir vous décerner le titre particulier de « Professeur extraordinaire spécialisé en ZIZANIE » mais je me demande au sein de quelle Université ?!
            Un conclave de grands sages pourrait décider de l’utilité de cette exception dans le cadre « pandémique ». Et bien sûr sans que vous ayez besoin de prouver vos qualités « scientifiques » étalées 24 heures sur 24 heures via divers blogs (vous dormez peu ou prou, ne prenez jamais un grand bol d’air frais c’est évident et probablement que cet air frais vous effraye).
            Mais encore, vous me parlez d’hématologie alors qu’il s’agit d’immunologie très spécifique (et onéreuse). Nul besoin de banal bilan hématologique mais de bilan immunologique ciblé. La nuance est énormissime ……

            Alors fort justement, les extraits de votre prose, en piqués-collés nombreux, pourraient à eux-seuls suffire à prouver votre spécialité = semer la mésintelligence pour mieux imposer vos dictatoriaux points de vue. Aïe, vous feriez fureur dans un grand amphithéâtre. Et c’est peut-être là où bouillonnent vos grands regrets, ne pas briller intensément (ou même très modestement) comme certains vrais Professeurs ordinaires de ma connaissance côtoyés à titres “privé” et “professionnel”.
            Ceci écrit “vite fait-bien fait” sur un ton badin et léger, Grützi und vergessen Sie nicht, sehr geehrter Professor CEDH, extrem tief zu atmen !
            Eliane AB, avec titre innovant en « vadrouilles chroniques »
            William Shakespeare a dit « Le sang appelle le sang et le sang ne se lave qu’avec des larmes … » et certainement pas les miennes

          11. Votre réponse à l’intervention d’Éliane : Vous interdisez donc à certains participants de commenter vos posts, lorqu’ils ne sont pas directement adressés à la participante en question. En vertu de quelle règle. Vous voilà donc sur le point de faire la loi sur ce blog. Outre les compétences que vous n’avez pas, vous revendiquez également celle de juger impertinents les posts qui ne vous plaisent pas -ce que vous faites d’ailleurs depuis un bon moment, mais sans le dire explicitement comme dans cette interpellation. Ne serait-ce pas par hasard parce qu’elle a le malheur de se prononcer en ma faveur ?
            Et que vient faire cette nouvelle discrimination entre les âges ? Jusqu’où allez-vous pratiquer ce saucissonnage de la société afin d’en identifier les coupables. ? C’est tout simplement ignoble. Vous me faites penser à certains fonctionnaires des régimes totalitaires autrefois affectés à ce genre de tâches. …

          12. @ Eliane AB

            Chère Eliane,

            Nous avons juste atteint le degré maximun d’incrémentation permis par le sytème des blogs du journal “le temps”. Ainsi les diverses réponses des uns aux autres vous parviennent comme vous concernant plus particulièrement, ce qui n’est pas forcément le cas. Manifestement cela vous échappe de manière persistente.

            J’ai en effet utilisé le terme hématologique car je ne pense pas devoir m’apesentir sur ce que vous nous avez par le passé communiqué. Et je persiste.

            Apparemment vous ne partagez pas ma position quant à la nécessité de protéger le fonctionnement de l’hôpital en prenant des mesures diminuant le risque des personnes à risques (confinement et/ou vaccination, à choix). Libre à vous, mais souffrez que de ne pas être de votre avis cela n’est pas semer la zizanie.

          13. @ M. Celis

            Je n’ai nullement critiqué Eliane AB pour s’être exprimée, j’ai relevé que je ne m’étais pas adressé à elle contrairement à ce qu’elle croyait.

            Sur le fond, nous avons une loi, la loi fédérale sur les épidémies “ratifiée” en votation populaire, qui permet la vaccination obligatoire des groupes à risques. N’est donc pas possible la vaccination obligatoire des moins de 40 ans, mais celle des les plus de 70 ans.

            Cette solution est conforme à la constitution dès lors que les distinctions justifiées ne sont pas discriminatoires lorqu’elles sont objectivement fondées. Et l’écart des risques d’hospitalisation selon l’âge est tellement élevé que cette différence de traitement est fondée; bien plus que ne l’est la retraite obligatoire des juges ou des notaires pourtant jugée admissible par le Tribunal fédéral. C’est le contraire qui est inadmissible car conduisant à une restriction disproportionnée des libertés des plus jeunes et traitant ce qui est différent de manière semblable.

            Alors oui, le confinement général est inadmissible puisque celui des personnes à risque est suffisant. Et oui, le bataillon des personnes à risque est celui des personnes âgée non correctement vaccinées.

            Que vous le vouliez ou non cette maladie est, à ce jour, une maladie de personnes âgées.

            Evidemment il ne s’agit pas d’un confinement à la française mais à l’austro-suisse, puisqu’il doit respecter le principe de proportionnalité stricto sensu.

        2. Le correctement vacciné est nettement protégé contre la mort, les soins intensifs, l’hospitalisation et la maladie sérieuse et permet aux cancéreux et cardiaques d’être opérés en temps utiles.

          1. Affirmations péremptoires. Vous êtes pris la main dans le sac de l’ignorance.
            Pour exemple :ttps://www.cairn.info/revue-du-mauss-2013-1-page-53.htm

          2. Et oui, aussi imparfait qu’il soit, le vaccin correctement administré (et on a pris du retard avec le triste résultat que l’on sait) diminue le risque de séjour au soins intensifs et évite le rationnement des soins aux autres patients, rationnement parfaitement délètère et mortifère comme le souligne l’article par vous cité. Si vous ne voulez pas des vaccins actuels, ce que comprends sous l’angle de l’innocuité, il vous reste le semi-confinement intelligent qui à l’avantage d’être efficace contre tous les variants et vous est, comme retraité, aisément accessible.

          3. @CEDH : Ainsi que le dit le Professur Célis, vous continuez à nous servir les preuves de votre ignorance : “Cependant la proportionnalité exige que les correctement vaccinés en soient exonérés.”
            31,014 Deaths 2,890,600 Injuries Following COVID Shots in European Database of Adverse Reactions as Young, Previously Healthy People Continue to Die
            November 28, 2021 4:20 pm

            The European Union database of suspected drug reaction reports is EudraVigilance, and they are now reporting 31,014 fatalities, and 2,890,600 injuries, following COVID-19 injections through November 20, 2021. Vous pouvez vérifier vous-même le site de EudraVigilence ainsi que le site américain VAERS.
            “Le correctement vacciné est nettement protégé contre la mort”. Vous êtes sérieux ? Et que signifie le terme “correctement vacciné” ? Il y en a qui ne sont pas correctement vaccinés ? Ou faites-vous allusion à la nécessité d’avoir fait sa 3ème, 4ème etc. injection pour être “correctement vacciné” ?

          4. Je vous signale que le système VAERS ne relève aucune surmortalité dans la population des vaccinés par rapport à celle des non-vaccinés. Pas plus qu’il ne relève une surmortalité des vaccinés par rapport aux années précédentes. En bref, les vaccinés meurent car le vaccin n’est pas un vaccin contre la mort.

      3. . « Il vaut d’ailleurs mieux pour un vacciné qu’il soit rapidement contaminé dès que sa vaccination est effective (sauf cas de grande fragilité). Cela aura pour effet de renforcer son immunité. « 
        J’ai effectivement entendu quelque chose de semblable de la part d’un chirurgien qui venait de rafistoler la victime d’une agression: mieux vaudrait que cet imprudent se fasse aggresser au sortir de l’hôpital. Ça lui apprendra à mieux se défendre à l’avenir et à ne plus emmerder le corps médical. À pareils propos, on reconnaît immédiatement l’autorité d’un grand maître.

        1. Professeur Célis, Merci beaucoup pour cette mise au point (moi-même au début j’ai été piégée et je n’ai pas honte de le reconnaître). Tout comme notre rédactrice en chef, vous restez fort élégant dans vos propos, une grande qualité devenue rarissime.
          De mon côté, je suis nettement plus crue envers le corps médical helvétique et surtout vaudois …… car si vous lisiez ma compilation sur un demi-siècle de toutes les sales et systématiques remarques médico-chirurgicales envers les « cas humains différents et trop complexes », vous seriez « presque » déprimé.

          Alors non, STOP ! Nous n’allons pas du tout sombrer dans la déprime, car c’est exactement ce que les nouveaux dirigeants attendent pour encore mieux nous contrôler et nous avilir.

          Ceci écrit, on m’attend en Lombardie pour le souper ….. J’ai donc une belle « trotte » à faire par monts et par vaux. Portez-vous bien. eab

          1. Chère Éliane,

            Je vous remercie pour votre remarque. Je partage votre jugement concernant le milieu médical vaudois, à ceci près qu’à force de tomber gravement malade, la persévérance m’a permis de rencontrer d’excellents praticiens qui m’ont sauvé la vie. Je fais ici allusion à toute une équipe qui compte en son sein des spécialités diverses et peu représentées. Ceux et celles que j’ai eu la chance d’interroger ne m’ont d’ailleurs pas caché leur scepticisme à l’endroit de la politique appliquée en contradiction totale avec la Constitution et qui les prive également de la liberté de parole, lorsque celle-ci n’est pas conforme à la voix officielle. À mon sens, je ne vois qu’une solution : décharger les autorités politiques de la mission de gérer la pandémie – mission qui dépasse leurs compétences – et confier la recherche de moyens thérapeutiques adéquats à un comité de “Sages” qui réunirait, outre les meilleurs infectiologues du pays, des médecins expérimentés et indépendants à l’égard des entreprises pharmaceutiques. Ce serait bien entendu un projet à préciser, à compléter et à amender. Entretemps, attendons-nous à la curée des vautours, et particulièrement de son coryphée, qui ne manqueront pas de se gausser de ma réponse à votre commentaire par des procédés encore plus abjects que ceux dont ils nous ont déjà gratifiés.

          2. Prof. Célis, tout juste. Merci et bravo. Car il faut une sacrée persévérance pour trouver des excellents médecins qui nous parlent franchement et sans jamais nous raconter non-stop des bobards standardisés appris par cœur très tôt dans les cursus. Du style « mais prenez du paracétamol » et/ou « l’amoxicilline sera excellente » et/ou « l’amiodarone est indiquée » sans jamais un regard préalable dans les dossiers où figurent de magnifiques copies-couleurs des passeports d’allergies, des tables d’interactions sur cytochrome P450 mais encore les listes complètes et fort indigestes de pharmaco-génétique. Ce sont de bien modestes exemples extraits de l’historique familial, car je répertorie tout et systématiquement (la mémoire vive et écrite, c’est le défaut majeur des scribes).

            Donc je vous félicite car nous sommes vraiment trop peu nombreux(ses) les patient(e)s considéré(e)s comme « égal à égal » dans une discussion franche, parfois bien crue, concernant nos prises en charge et suivi souvent complexes, les perspectives et la mise en face de nos responsabilités, l’apprentissage de l’indépendance farouche face à des maladies-status chroniques, l’état d’esprit ZEN quoi qu’il arrive, l’autosurveillance du laboratoire, l’autodiscipline, le stockage d’ordonnances etc. etc. je ne vais pas épiloguer…
            C’est juste un sport cérébral passionnant qui permet de tout relativiser. Pour ma part depuis vraiment très longtemps j’ai retourné les « crêpes » en ma faveur et sans aucun coût pour la collectivité. Et pour ma propre sécurité disons « très hypothétiquement hospitalière » en Romandie et/ou Suisse allemande, nous avons préparé des documents particuliers avec des juristes. Autre chapitre car une troisième erreur serait le moyen idéal de me liquider en beauté et d’effacer définitivement les traces des crimes médicaux anciens.

            Le CONCLAVE de SAGES: tout à fait d’accord. URGENTISSIME. Idéalement composé de personnes avec expérience maximale (soins intensifs, éthique, démographie, virologie, pharmaco-toxicologie, droit, théologie, ethnographie, etc.) et peut-être déjà à la retraite afin d’éviter les éternels et quasi chroniques conflits d’intérêt qui contaminent toujours très efficacement l’ensemble du corps médico-scientifique encore « en fonction ». Il est aussi impératif que chacun(e) reste bien à sa place et dans sa spécialité première.
            Les débordements que nous avons supporté ces 2 dernières années sont absolument inadmissibles et doivent être d’emblée éliminés dans ce lot (cf. médecins je-sais-tout-mieux-sans-avoir-jamais-rien-étudié) y compris les médecins impliqués-englués jusqu’au cou dans des scandales non encore jugés. Les conséquences sont toujours à charge du pauvre peuple, hélas, et les falsificateurs de tous bords s’en tirent toujours sans trop de dégâts d’image.

            Je pense qu’il est aussi urgent de concocter une tout autre manière de soigner les êtres vivants qui doivent revenir vraiment au centre des préoccupations. Or ce n’est plus le cas depuis longtemps, les « tableaux de bord » étant par exemple beaucoup plus importants que les humains, cf. la publication transmise sur un sujet que je connaissais déjà par cœur dans les moindres détails.

            Les vautours ne me font pas peur. J’ai déjà dû affronter leurs becs destructeurs et leur attirance irrépressible pour de la chair humaine juvénile très facilement massacrable et dénaturable. Je les attends au contour !

            Si vous avez l’occasion de revoir une peinture de Georges de La Tour « Le tricheur à l’as de carreau » (Le Louvre), vous aurez une illustration parfaite de la fraude et de la falsification en médecine …. un sport pratiqué avec zèle.
            Une refonte complète et très sévère est donc indispensable-urgente pour le bien des générations futures.

            Je lirai par intermittence car je file sous peu à Berne prendre la température ambiante en papotant avec mes compatriotes suisses-allemands avant de rester une petite semaine coincée entre deux horribles chaînes montagneuses ouest-est …… vous voyez bien cette vallée à air sec qui appartient complètement à l’industrie chimique. Puis retour home avant de nouvelles aventures.

            Au plaisir de vous lire. eab

            ttps://www.nature.com/articles/419417a
            Science 2002 ; 298 :495
            ttps://www.science.org/doi/10.1126/science.298.5593.495?url_ver=Z39.88-2003&rfr_id=ori:rid:crossref.org&rfr_dat=cr_pub%20%200pubmed

          3. Intéressant. Celis milite pour un corps dictatorial de sages médicaux qui gérerait directement la pandémie alors qu’Esfeld s’élève contre l’importance démesurée, bien qu’indirecte, qu’on pris ces derniers, au point de s’ériger factuellement en législateur. Et vous, vous rejetez Esfeld pour Celis. Vous voulez donc supprimer ce qui est pour Esfeld des chambres d’enregistrement : le Conseil fédéral et les Chambres fédérales.

          4. Votre déformation des propos de mon collègue Esfeld:En ce qui concerne ce que vous dénoncez comme une opposition entre mon collègue Esfeld et moi-même, votre objection démontre que vous n’avez strictement rien compris ni à ses propos, ni au mien. Pour éviter de répéter ce qui vous a été répondu auparavant, je m’accorderais volontiers avec l’interprétation que propose Samy de l’intervention d’Esfeld le 25 novembre. Le professeur Esfeld est certainement plus qualifié que vous quand il s’agit de juger de la pertinence de l’application de l’informatique à des données d’autres disciplines. Il en connait aussi les limites.
            Force est de constater que vous tentez une fois de plus, sur la base d’estimations complètement erronées, voire tout simplement malveillantes, d’inventer une mésentente entre mon collègue et moi pour nous discréditer d’un seul coup. Vous faites dire, de surcroît, à mon collègue que celui-ci fait prévaloir une autorité supérieure à celle des autorités publiques. Ce qu’il ne dit à aucun moment. Vous fabulez à qui mieux mieux et empêchez, par …vos répliques faites au pas de charge, de faire la part des choses entre ce qui mérite d’être considéré comme pertinent, et ce qui, selon la raison commune, demande d’être amendé.

        2. Mieux vaut être contaminé un mois après la deuxième dose que six mois après. Il vaut mieux être contaminé lorsque celui-ci est le plus efficace. ….

          1. Je ne vois pas de quels sont les faits que je suis censé ignorer. Le virus ne cesse d’étendre ses ravages partout en Europe (ou presque La technique oratoire de Monsieur CEDH est toujours la même : se saisir d’un bout de phrase tiré hors de son contexte de sorte qu’il ne puisse plus rien vouloir dire. L’intention de ses déclarations s au moins le mérite d’être claire : discréditer l’interlocuteur tout en s’abstenant de la corriger par l’apport de la moindre réflexion qui fasse avancer la problématique.

        3. @Professeur Célis : Autres citations de notre génie des alpages “Le correctement vacciné est nettement protégé contre la mort” (24.11.21 à 23h42) et “les vaccinés meurent car le vaccin n’est pas un vaccin contre la mort” (30.11.à 0h39). Donc, si le vacciné est “correctement” vacciné (je n’ai toujours aucune idée comment on vaccine de manière incorrecte), il est “nettement” protégé contre la mort mais il meurt quand-même, car ce n’est pas un “vaccin contre la mort”. Plus tordu que ça, faut faire un sacré effort…

          1. Eh oui le vaccin n’est pas un vaccin contre la mort. Il ne protège pas des infarctus du myocarde, des cancers ou des accidents de voiture et oui, correctement administré, il protège largement contre la mort par covid-variant delta. Votre manipulation de citations n’y change rien.

          2. @Raphaël Célis : Je le sais, cher Professeur, mais le commentaire de notre génie des alpages (alias CEDH) ne portait pas de bouton “Répondre”. Sachant qu’il se jette goulument sur chacun de vos commentaires, je me suis permis de vous l’adresser. Pardonnez-moi cette prise de liberté et ce détour.
            Avec mes meilleurs messages
            ED

          3. Aucun souci, cher Monsieur, j’ai deviné après-coup qu’il devait s’agir d’une erreur technique.
            Portez-vous bien !

  44. Je recommande l’écoute de l’excellent professeur M. Esfeld sur la chaîne youtube Antithèse: ttps://www.youtube.com/watch?v=9JU3OwX-4xU.

    Les mathématiciens n’ont pas arrêté de se planter depuis 2 ans avec des prévisions outrancières, relevant de la lecture des auspices dans les entrailles d’ordinateurs pourris…

    Je recommande également de lire Anna Harendt sur les liens malheureusement vérifiés dans l’histoire entre totalitarisme et monde “scientifique” (on notera mes guillemets, tant il est avéré que revêtir une blouse blanche et un air docte ne garantit ni du charlatanisme, ni de la corruption).

  45. “Raphael Celis
    18 novembre 2021 à 10 h 30 min

    Mon épouse, spécialisée dans l’étude des médecines naturelles, corrobore cette expérience.
    Elle a chopé le Covid à mon contact, il y a une année environ.”

    “Raphael Celis
    18 novembre 2021 à 22 h 09 min

    Corto, mon épouse et moi sommes dans la même situation que vous. Nous respectons les consignes
    du départ (masque et lavage des mains), nous n’entrons dans aucun établissement public, et nous n’avons toujours pas contracté le virus.”

    1. Nous avons, mon épouse et moi, chopé le virus lors de mon séjour à la clinique ****, en février 2020. J’ai ensuite été hospitalisé au CHUV (soins intensifs), tandis que mon épouse a pu se soigner rapidement à la maison. Depuis lors, nous respectons les consignes – elles n’existaient pas encore lorsque je fus opéré de la colonne vertébrale au début du printemps 2020. Où est le problème ?

    2. Ma première réponse est d’ailleurs inutile. À la question QUI EST DONC LE MANIPULATEUR ? Par laquelle vous vous présentez, à la manière d’une énigme il n’existe qu’une seule piste de recherche : il se cache tout simplement derrière celui qui revendique le rôle exclusif de le chercher dans un forum où la question explicite est d’une autre nature et ne dégage pas des remugles de policiers supposés.

  46. Les propos de mon collègue Esfeld dans cette interview sont effectivement très pertinents et répondent à des questions simples que l’on n’ose parfois pas énoncer ouvertement. Je le recommande à mon tour et remercie Sabine d’en avoir fait mention dans ce forum

  47. Je connais plusieurs personnes qui ont contracté le Covid-19, bien que vaccinées deux fois. Il en existe évidemment des milliers d’autres dont la presse n’ose pas encore parler. De toute manière, ce ne sont que des victimes collatérales. Font cependant exception à la règle les grands de ce monde, dont l’état de santé devrait officiellement confirmer l’efficacité de nos précieux vaccins et, avec elle, le démantèlement de l’État de Droit. En conséquence, l’on apprend par plusieurs voies autorisées, que des premiers ministres, entièrement vaccinés eux aussi, tels Jean Castex, Hermann De Croo, et quelques membres de leurs équipes, ont commis la félonie de choper le fameux virus. A ces prestigieux personnages, vient s’ajouter un autre, haut en couleur, le médecin spécialiste en virologie et vaillant pro-vax, Michel Cymes, qui déclarait il y a peu à propos des médecins moins enthousiastes que lui : « Ce sont des tarés ! […] Leur chance à ces médecins antivax, ou qui font circuler de fausses informations, c’est que je ne sois pas président du conseil de l’Ordre ». Il n’aurait donc pas hésité à les priver de leurs titres de docteur, comme d’autres le feraient des porteurs de titres académiques analogues qu’ils prédisposent à leur sort en les gratifiant d’un rire bonhomme et chafouin.
    Ce ne sont donc pas seulement nos dirigeants qui hésitent à nous passer à la casserole, mais toute une série de bonnes gens, dont le casier judiciaire est encore vierge, et qui attendent leur heure pour nous vouer à l’ostracisme d’une manière quelconque. Nul besoin de théorie du complot pour faire un tel constat. C’est une constante dans l’histoire. En effet, les historiens se sont souvent demandé comment tant de gens « honnêtes » avaient pu souscrire aux programmes de tyrans sans scrupule. La réponse est simple : ces individus estiment plus sages de trahir la vérité et la justice plutôt que de risquer leur réputation, leur salut social et, au bout du compte, l’estime minimale qui conditionne leur existence.

    1. S’agissant du degré d’efficacité du vaccin contre la contagion, vous semblez découvrir ce que l’on sait depuis des mois et qui est de notoriété publique. Votre sagacité scientifique semble avoir ses limites puisqu’ils vous faut des cas illustratifs visibles et que vous en concluez à des milliers de cas d’infection de personnes vaccinées, ce qui est faux pour être une très large sous-estimation.

      1. Les cas que je mentionne ne sont pas seulement des illustrations. Elles n’ont d’intérêt que parce que ces mêmes personnes, qui ont reçu une troisième injection, déclaraient il y a peu que la vaccination mettait les personnes vaccinées à l’abri de toute contamination ; il en va particulièrement ainsi pour le docteur Cymes. Cela ne me semble pas difficile à comprendre. Pourquoi ces gens font-ils une publicité trompeuse, compte tenu de leurs responsabilités ?
        Quant à la sous-estimation des personnes vaccinées atteintes par le virus après coup, elle vise à solliciter à mon tour votre vigilance scientifique,.

        1. “Quant à la sous-estimation des personnes vaccinées atteintes par le virus après coup, elle vise à solliciter à mon tour votre vigilance scientifique,.”.
          J’adore. La justification de l’enseignant pris la main dans le sac de l’ignorance.

          Cymex. Castex. De Croo. A quelles dates et en quelles circonstances ont-ils fait les déclarations sur la transmissibilité que vous leur imputez ? Cela permettra d’apprécier avec exactitude l’étendue de leur ignorance.

          1. Je refuse de répondre à des interpellations d’une telle bassesse
            Le sac de l’ignorance. ? Mes informations sont parfaitement exactes, Il vous suffit, si vous avez des doutes, de les vérifier sur Google, en mentionnant le nom des personnages publics que j’ai cités ou de vous en référer à un journal belge ou français pour connaître l’état de santé de leurs premiers ministres. S’il me fallait donner tous les détails propres à chaque cas de contamination, il me faudrait remplir des pages.
            D’autre part, qui êtes-vous exactement pour évaluer mes compétences. J’ai passé toute ma carrière à recevoir l’aval de personnalités de haut niveau, …..
            Dorénavant, je ne répondrai plus à vos commentaires .. qui n’ont d’autre finalité que de torpiller le dialogue de ce forum par des propos … malveillants. Vous avez suffisamment profité de votre anonymat pour jouer la mouche du coche.
            Il faut bien que quelqu’un se dévoue, dans cette discussion, pour identifier ceux qui entravent son déroulement correct en jetant des peaux de banane sous les pieds des participants …: les académiques, en l’occurrence. Quelle magnifique revanche que la vôtre, n’est-ce pas Mr. le CEDH ?.

          2. Monsieur Célis a écrit :

            “Je connais plusieurs personnes qui ont contracté le Covid-19, bien que vaccinées deux fois. Il en existe évidemment des milliers d’autres dont la presse n’ose pas encore parler.”

            Cependant, le taux d’échec du vaccin est connu pour ressortir de nombreuses études et la presse s’en est fait l’échos. J’ai souvenir d’en avoir fait mention sur ces blogs des l’étude du Michigan, soit il y a des mois, en m’opposant à Rebecca et compagnie. Dès lors je m’étonne de cette mention de “milliers d’autres dont la presse n’ose pas encore parler”. En tous les cas, on est amené à douter des conclusions de M. Célis puiqu’il ignore les faits prévalant en ce bas monde.

            C’est exactement la même situation avec le Pr. en philosophie Esfeld. Il ignore dans son argumentation qu’à ce jour le virus est trois fois plus contagieux et envoie trois fois plus aux soins intensifs que le variant originel (ou presque puisqu’il existait déjà une mutation en position 614) de la première vague.

            Il semble que M. Célis est du genre à n’apprécier que la critique constructive de ses opinions.

            Non, critiquer une opinion de M. Celis ce n’est pas critiquer les “académique” ou les philosophes.

        2. Au demeurant, il me semble profitable que toute personne vaccinée se fasse contaminer par le variant delta. Cela réhaussera quantitativement et qualitativement son immunité. Mais pas avoir vérifié son immunité, pas si elle est très fragile et pas sans l’avis de son médecin traitant.

          1. Bizarre, bizarre, comme c’est étrange ! Vous êtes quasi le seul à me chercher des poux sans que personne y trouve le moindre bénéfice. De plus, vos arguments, si l’on peut nommer ainsi vos propos …, ne valent, en définitive, que comme diatribes ad hominem. Mon nom semble d’ailleurs hanter vos propos comme un leit-motiv obsessionnel. Je me demande honnêtement si le sentiment de votre importance ne vous joue pas des tours.

          2. Je tire cette considération de la supériorité de l’immunité hybride et de l’avis médical individualisé préalable. Cependant, au vu de la surcharge actuelle et de l’inconnue qu’est le variant omicron, il me semble sage d’y renoncer pour l’instant.

            Pour le surplus, il faut vous résoudre à la contradiction dès lors que vous êtes, sur ce blog, le hérault des thèses que vous soutenez.

          3. Votre avis sur les bienfaits de la contamination par le variant delta :
            Je serai curieux de connaître vos conclusions quand le moment sera venu.
            Au demeurant, vous évoquez des “thèses” dont je serais le “héraut”. Je ne soutiens pas de thèse au sens où vous l’entendez, si je m’en réfère aux commentaires géniaux dont vous me gratifiez. Je ne fais rien d’autre que défendre le respect de la constitution et réfuter tous les prétextes foireux qui justifieraient sa suspension, même partielle. Suspension dont, à mon sens, vous sous-estimez les conséquences à plus ou moins long terme.
            Si vous ne m’obligiez pas à me justifier comme il était recommandé de le faire dans les inoubliables “Kommandantur”, sans espoir d’être entendu par ailleurs, je serais prêt à revoir ma position et à prendre au sérieux ce que vous m’opposez. Mais c’est peine perdue, en apparence.

          4. Restreindre les libertés publiques n’est pas suspendre la constitution dès lors que cela est fait dans le respect de l’article 36 Cst.féd.. Lorsque vous viendrez avec une restriction précise qui soit discutable on pourra en reparler. Rien ne sert de sauter sur sa chaise en clamant “droits humains, droits humains”…

          5. N’étant pas juriste, je me réfère aux positions de professionnels du droit. Toutefois, je ne renonce pas à les soumettre à ma propre faculté de juger, pour savoir si les lois qu’ils défendent sont ou ne sont pas préjudiciables à des personnes innocentes ou à une parie de la population à laquelle appartiennent ces personnes. Vous interprétez l’article 32 dans le sens où le comprend le gouvernement. Si je suis en désaccord avec cette interprétation, c’est pour les motifs suivants: 1) Le Conseil fédéral sera habilité à fixer les critères et les repères pour les restrictions de la vie économique et sociale. Cela lui permettra de contrôler l’ensemble de la vie des gens. Cette extension du pouvoir du Conseil fédéral équivaut à autant de perte de pouvoir du Parlement et des citoyennes et citoyens. 2) L’exigence d’un certificat permet aussi de s’assurer qui doit être vacciné et à quelle fréquence il doit l’être. Les personnes non vaccinées ne pourront plus participer à la vie sociale sans être discriminées. 

            4
            3)La Confédération mettra en place « un traçage électronique des contacts qui soit complet et efficace. un système qui s’appelle « TTIQ » (Test, Tracing, Isolation, Quarantaine). Cela ne signifie rien d’autre qu’une surveillance électronique massive des citoyens, de leur vie et de leurs contacts sociaux, de leurs déplacements et de leurs voyages.Les personnes qui ne veulent ou ne peuvent pas se faire vacciner devront se soumettre à des règles de quarantaine strictes. D’autres réglementations, comme l’obligation de se faire dépister à ses frais pour les vols de retour de l’étranger, ne s’appliqueront qu’aux personnes non vaccinées. Toutefois, étant donné que les personnes vaccinées peuvent également être infectées et être contagieuses, cette inégalité de traitement n’est pas justifiée.
            Ces arguments sont accessibles au grand public.. Pour ceux et celles qui exigent un lecture plus technique de cet article, je renvoie à a synthèse qu’en propose le professeur de droit HJortelier de l’UNIGE, intitulé: « Démocratie, Etat de droit et droits fondamentaux face à la pandémie de Covid-19 »
            ttps://dice.univ-amu.fr/sites/dice.univ-amu.fr/files/public/m.hottelier-suisse.pdf

  48. Je viens de découvrir un article sur Bluewin (ttps://www.bluewin.ch/fr/infos/sciences-technique/l-anthroposophie-possible-frein-la-vaccination-dans-les-pays-germanophones-978705.html), évidemment non signé, qui s’intitule « Et si l’anthroposophie était un frein à la vaccination ? » et qui s’accompagne des lignes qui suivent : « Et si l’anthroposophie était un frein à la vaccination contre le Covid-19 en Allemagne, en Suisse et en Autriche ? Dans ce courant philosophico-ésotérique né il y a plus d’un siècle, qui entretient le réseau d’écoles Steiner-Waldorf, les théories « antivax » ont particulièrement infusé. ».
    Voilà que la prétendue théorie du complot change de camp et qu’elle est à présent attribuée aux disciples de Rudolf Steiner qui n’a jamais eu recours à d’autres instruments de prosélytisme que la publication de ses livres et la publication grand public de ses réflexions. Traiter la philosophie de Steiner d’ésotérisme n’est que diffamation facile. Ses spéculations sont en effet souvent invoquées par des devins, parapsychologues et occultistes de multiple provenance. Steiner s’en est toujours tenu à un minimum d’observation et de découvertes empiriques, sans que l’on puisse nier son attraction pour une philosophie de la nature qui se situe en deçà de la révolution copernicienne. Mais ceci ne fait pas encore de lui un charlatan dans la mesure où toute forme de savoir digne de crédit ne doit pas nécessairement faire preuve d’allégeance à la rationalité mathématique. Mais un jugement sérieux sur la fiabilité de ce savoir nous oblige nécessairement à dépasser les vues étroites du scientisme et à dénoncer les procès en sorcellerie auxquels ces vues peuvent nous conduire. A fortiori, lorsqu’il s’agit d’un savoir aussi hypothétique que le savoir propre aux sciences médicales. La propagande pour un type de médication devrait au moins faire montre d’une certaine humilité avant que de déclarer la guerre aux autres méthodes d’investigation, immédiatement rangées dans les rubriques du sectarisme.

    1. Lu dans – 24 Heures du 18 novembre 2021:

      “Des clusters de Covid dans les deux écoles Steiner du canton
      À Crissier et à Épendes, les écoles anthroposophes ont vu un prof sur quatre et un élève sur dix infectés par le Covid.”

      Remarquable méthode d’investigation, l’anthroposophie, en effet. Bien sûr, nul besoin de savoir faire une règle de trois – sauf à passer une nuit sur une inconnue sans parvenir à la résoudre – , pour être infecté(e).

      1. Certes, je ne prétends pas que l’anthroposophie, ni même toute autre philosophie, puisse résoudre le casse-tête de ce virus. De là à affirmer que sa méthode d’enseignement contribue à propager la pandémie, il y a une marge, me semble-t-il. Désigner à tour de bras des boucs émissaires ne nous conduira pas fort loin.

  49. Grâce à ma participation aux querelles qui précèdent, j’ai rencontré un personnage au profil mystérieux, qui nous a cependant laissé quelques vagues indices sur son identité « Juriste je le suis un peu, mathématicien un peu plus »… Et un peu chimiste aussi, un rien pharisien, bref pas beaucoup dans presque tout. C’est pourtant « ce pas beaucoup » qui lui a permis de faire prévaloir son propre style en sous-main, octroyant de bons points aux uns, de mauvais points aux autres, avec une préférence, quand il s’agit des deuxièmes, pour une attribution ad hominem. C’est ainsi que je devins la cible privilégiée de ce passe muraille qui n’eût de cesse d’exploiter les maigres éléments que lui offrait ma biographie pour les convertir en flétrissures ineffaçables. Dans ce dispositif, se trouve-t-il néanmoins une faille qui lui certifie, en effet, que je m’appelle réellement Célis ? Ce nom n’est peut-être qu’une fiction, et il se peut que je ne possède pas plus de réalité charnelle que la sienne et que je ne suis qu’un robot ? Et en pareil cas, notre agent double n’aura réussi à relever les bretelles qu’à l’un de ses congénères, et non à ce pauvre quidam appelé Célis. Mais pourquoi accorder tant d’importance aux altercations de deux fantômes, demanderez-vous ? Je m’explique :.
    Suzette Sandoz avait en effet convié ceux et celles qui ont la constitution helvétique à cœur à partager ses inquiétudes sur les mesures anticonstitutionnelles décrétées par la Confédération pour contrer la pandémie. Elle le fit, non par esprit procédurier, mais parce qu’elle s’inquiète de voir les libertés fondamentales des citoyens de ce pays fondre comme neige au soleil. Sans trop de risques de me tromper, elle perçoit fort bien les injustices et les souffrances que cette amputation des droits fondamentaux fait subir à un grand nombre d’entre eux, portant de surcroît préjudice à l’image que l’on se fait du système politique de cette nation, dans le monde entier.
    L’on a déjà maintes fois mentionné la dégradation de notre économie et l’endettement doublé, voire triplé, de la population ; l’on a mentionné aussi la fermeture dramatique de petites ou moyennes entreprises et la mise au chômage de leur personnel ; et l’on a mentionné certes un peu moins souvent l’accroissement de la pauvreté, la misère morale d’une multitude de jeunes gens privés d’avenir, le dysfonctionnement des hautes écoles, otages des mesures sanitaires de plus en plus drastique ; bref, je ne soulève ici qu’un e mince partie du voile, ce qui donne à penser qu’il y a bien une quantité suffisante de matière à brasser.

    Mais non ! L’on a sérieusement négligé les questions juridiques et éthiques soulevées par ces mesures sauvages, pour s’étendre sur les qualités et les défauts de ces vaccins dont la pertinence est de plus en plus révoquée en doute par des scientifiques et par des intellectuels de haut niveau.
    Dès lors, force est de constater que le problème de la justice, soulevé par ces mesures malsaines, ne fut guère abordé. À l’origine de cette désertion : de nébuleuses offensives reprochant aux réflexions inaugurales leur non-scientificité, des exposés bidon sur la composition chimique des vaccins dans un langage aussi ésotérique que celui d’alchimistes gâteux, des grommellements hargneux envers toute information renvoyant aux événements qui confirment les menaces pesant sur l’État de Droit, bref un brouhaha discordant qui n’a conduit à aucune conclusion prospective, à l’exception de quelques interventions, qu’il conviendrait de saluer pour leur persévérance et leur courage.
    Redressons la barre et demandons-nous sérieusement ce que la violation de notre constitution a et aura d’ici peu pour conséquence. Si elle est légitime ou non ? Et en vertu de quelle loi non écrite revêtue d’un caractère sacré.

  50. @Raphael Célis,
    … “Dans ce dispositif, se trouve-t-il néanmoins une faille qui lui certifie, en effet, que je m’appelle réellement Célis ? Ce nom n’est peut-être qu’une fiction, et il se peut que je ne possède pas plus de réalité charnelle que la sienne et que je ne suis qu’un robot ? Et en pareil cas, notre agent double n’aura réussi à relever les bretelles qu’à l’un de ses congénères, et non à ce pauvre quidam appelé Célis. ”

    Vous faites là une réponse très réaliste.
    Je crois que nous avons affaire avec un …. Son but. Flétrir quiconque ne flatte pas son apparente ou vraisemblable érudition. J’y ressens à son égard, comme une immense soif de savoir et de notoriété. Mais ne perdons pas de temps, laissons le temps travailler pour nous. Il nous donne déjà suffisamment d’indices pour identifier son profil, nul besoin d’y mettre un nom, il est reconnaissable à ses empreintes langagières, à ses rictus dans la dichotomie, à son style barbare des interrogatoires de commissariat “Un coup de te flatte, un coup je te claque”, “Un coup je t’enrobe de miel dégoulinant, un coup je te brûle ou je t’empoisonne”.
    Ces personnages qui frappent à visage caché ressemblent à notre équipe du CF qui oeuvre dans le secret de petits cénacles et qui utilise les proxies (les intermédiaires) pour arriver à ses fins.
    La méthode est à la fois vulgaire et mafieuse.

    Concernant la vérité dans les flacons de sérum injecté dans les bras des pauvres innocents – j’ai sincèrement tout autant de condescendance pour les pro-vaccins pour leur grande crédulité et pour leurs certitudes car il en ont vitalement besoin – voici en images ces analyses en laboratoire. Elles nous en disent bien plus que les interminables dissertations.
    ttps://agoratv.ch/alerte-sur-la-composition-des-vaccins-par-des-scientifiques-independants/

    Concernant l’article de Bluewin sur l’anthroposophie. C’est de la pure calomnie d’un amalgame mal ficelé. Un procès en sorcellerie! Situons Rudolph Steiner dans son époque il y a plus de deux siècles. Je trouve l’article calomnieux. Dans cet optique déformée par le temps et par le colportage, on devrait bannir tous nos philosophes, qu’ils aient traité de la mathématique, de la physique, de l’éthologie, de l’économie, du social ou de l’hygiène. Si nous ne sommes pas d’accord avec tous les concepts de Rudolf Steiner ou avec ceux de ses disciples qui s’en sont inspirés, nous ne pouvons pas nier ses mérites pour avoir ouvert, avec d’autres, bien des voies à l’émancipation de l’homme vers une société, dans l’ensemble, plus libre, plus indépendante donc plus autonome et plus consciente. Ils ont fait advenir l’individualité. Une construction qui n’aurait pas vu le jour si la fondation n’était pas posée.
    J’y reviendrai à l’occasion d’ un autre post plus approprié. En 1964, j’avais fait un stage dans une de ses écoles à Gattières (arrière pays de la Côte d’Azur) Ce sont les études en pédagogie de l’enseignement des sciences qui m’y avaient amenée, puis en 1970 à Genève, avec Jean Piaget sur la recherche du matériel et de la matérialité clinique pour le diagnostic en psycho-motricité. Ah! Si nous avions eu seulement de simples outils de bureautique et l’ordinateur… Le travail eût pu être un plaisir total.
    Bref. J’avais beaucoup appris.
    Avec le sourire je pose la question. Ont ils tous été des complotistes?

    1. Chère Marlène
      Votre réponse m’a fait un immense plaisir. Vous décrivez avec une verve humoristique sans pareille tout ce que je ressens chez cet individu. J’aurais aimé pouvoir emprunter vos dons d’écrivain pour lui faire tomber le masque. Mais vous avez raison : il ne sert à rien de ferrailler avec ce genre de canaille. C’est lui faire trop d’honneur, sans compter que nous avons mieux à faire. En relisant les cours de psychopathologie que j’ai suivis il y a très longtemps, j’ai décelé le portrait criard d’un pervers narcissique – ce que vous évoquez dans votre langage plus imagé et donc plus convaincant. Je me suis d’ailleurs promis de ne plus contribuer à ce blog que par des réflexions constructives, peut-être plus risquées, mais probablement moins stériles que ces querelles de palefrenier.
      J’ai regardé les images que vous m’avez proposé de trouver sur le net. Ce spectacle donne effectivement la chair de poule. On ne peut s’empêcher de songer à ces laboratoires de charlatans qui ont fait florès durant les années les plus noires de l’Europe.
      Je suis d’autant plus d’accord avec vous concernant l’anthroposophie que j’ai eu la chance de faire mes années primaires dans une école Steiner. J’ai bénéficié de cet enseignement, qui développe tout à la fois l’intelligence et l’imagination, ce qui m’a permis très rapidement d’entrer dans les diverses disciplines du secondaire comme si je vivais en personne dans les mondes propres à chacune : l’Antiquité, la Renaissance, les récits bibliques, les grandes inventions, les guerres napoléoniennes, etc. Traiter Steiner avec mépris est scandaleux pour quelqu’un qui se prétend homme de savoir, car Steiner était un authentique encyclopédiste et un pédagogue comme on n’en trouve plus aujourd’hui.
      Il me faut maintenant quitter mon clavier, car mes doigts ne m’obéissent plus.
      Cordiales salutations

      ,

      1. Or donc Raphael Celis encense une video recommandée par l’ancienne députée cantonale Marlène Dupraz où l’on nous ressort la thèse du graphène. Thèse … dont les ressorts ont été démontrés et les commanditaires, complotistes avérés, démasqués.

        1. @CEDH : Êtes-vous capable de lire autre chose que la doxa gouvernementale ? Si oui, cherchez un peu les études scientifiques qui analysent le contenu des fioles de vos vaxx chéris. Il y en a des espagnoles, allemandes, américaines et autrichienne. Zut j’oubliais, quiconque met en doute le narratif officiel, aussi prestigieux scientifique soit-il, est fatalement un complotiste avéré. Si vous n’étiez pas aussi borné…, vous pourriez apprendre des choses que vous préférez ignorer.

  51. “Critiquer une opinion de M. Celis ce n’est pas critiquer les “académique ou les philosophes”
    Bien entendu, puisque vos critiques ne sont pas des critiques, mais des ordures infectes, que vous n’oseriez jamais lancer à la tête d’un académique s’il devait vous faire face, ou se contenter de connaître votre auguste identité Et que ces ordures sont, de ce fait, toujours adressés ad hominem.
    Après avoir donné à lire vos réparties à un ami médecin, celui-ci me mit en garde par ces mots : “N’oubliez pas Célis que dans ces tribunes anonymes se glissent le plus souvent des pervers. Certes, vous leur adressez des perles PARFOIS fausses, mais les porcs, eux, sont TOUJOURS vrais”.
    Je vous prierai en conséquence, le plus sérieusement du monde, d’aller chercher noise ailleurs.

    1. “pervers” et “PORC”. Voilà l’argumentation ultime du philosophe, ,,,. La force argumentative de ces qualitatifs est telle que je ne peux que m’incliner. La raison du philosophe, … a triomphé.

      1. Correction ; je ne prétends pas substituer une commission de professionnels médicaux aux chambres que consulte le Conseil fédéral, mais j’y vois la possibilité de faire entendre une voix supplémentaire, qui ferait contre-poids à l’autorité politique. Je ne me désolidarise aucunement de la prise de position de Michael Esfeld. Dans mon post précédent, j’ai interverti nos propos sans m’en rendre compte suffisamment tôt.

  52. Ce n’est pas une argumentation, vous le savez bien, et ces mots, retirés de leur contexte, n’expriment rien d’autre qu’une déception et une exacerbation à l’égard de votre comportement dans ce blog – je veux dire votre façon d’intervenir sans argumenter vous-même et sans jamais vous impliquer autrement que par des insinuations … –
    1) je vous ai demandé de me laisser tranquille: or, j’ai reçu aujourd’hui pas moins de 9 commentaires désobligeants de votre part, qui n’ont pour objet que des formulations extirpées de la question développée .
    2) Vos critiques ne portent pas sur Célis, que vous ne connaissez pas, mais sur sa profession, sur son titre que vous avez été dénicher sur Internet, et que vous ne connaissez d’ailleurs pas davantage.
    3) Enfin, pour me limiter, puisque vous ne lisez pas les textes qui dépassent trois lignes, le ton de vos répliques est … sarcastique, arrogant, infatué, …
    4) A cela , il faut ajouter que vous avez une façon … de déformer les propos des interlocuteurs qui vous déplaisent, de leur faire dire le contraire ou tout autre chose que ce qu’ils disent explicitement, pour ainsi les faire passer pour des imbéciles, sans même remarquer que nombre de participants se demandent pourquoi vous passez votre temps à vous acharner sur les propos de quelqu’un que vous prenez manifestement pour un pauvre type.

      1. Bonjour cher CEDH, Pas de souci, nous avons bien compris que vous souhaitez toujours avoir le dernier mot. Je vous le laisse bien volontiers tout en gardant ma capture d’écran, preuve inaliénable. A noter que je me suis amusée à checker vos « posts » car vous sévissez sur de nombreux blogs (où je n’interviens pas ayant beaucoup d’autres choses à faire, dont vadrouiller). Je constate donc qu’il y a toujours de petites différences, si ténues qu’au premier abord il est difficile de les repérer mais, ensuite, nous savons que vos avis ne sont pas « scientifiquement » standardisés d’un blog à l’autre.
        En fait pour moi c’est un peu comme le cours du change Euros versus CHF versus Euros. Toujours de petites différences, pourtant significatives pour mon pouvoir d’achat.

        Cher CEDH, une microscopique suggestion pour vous aérer l’esprit: vous devriez tester les vadrouilles et les climats variés du pays. La descente Goppenstein (berceau du ruisseau Lonza) à plaine c’est absolument magique, la maîtrise de la trottinette dans les virages serrés c’est fabuleux, les flocons de neige apaisants ………. .
        Ah oui j’oubliais, entre deux “posts” si vous avez encore du temps, vous pouvez me dénoncer aux autorités. Voiture couleur meurons pas mûrs, plaques EXPT 007, vous voyez bien, c’est ce nouveau Canton tout récemment créé pour ces vilain(e)s Exempté(e)s, et vous qui savez tout sur tout êtes déjà au courant j’en suis certaine.
        Stop, on m’attend pour de nouvelles aventures valaisannes jusqu’à samedi.
        Prenez grand soin de vous cher CEDH. eab.

        1. Pour quel motif devrait-on vous dénoncer aux autorités ? Prenez tout de même garde à vous, le virus finira selon toute probabilité par vous rattraper et votre exemption, dont le réel motif est transparent pour ceux qui vous ont lue, motif qui m’attendrit, ne vous protège pas.

          1. Bonsoir CEDH, si j’ose une micro-suggestion sans aucune obligation: apprenez à lire entre les lignes et d’urgence l’ironie et la parodie. Cela aide énormément dans les situations critiques de la vie.
            Mon immunité naturelle fort particulière n’a pas de crainte particulière. Vous voyez bien, ces valeurs chroniquement hors-normes qui dérangent la médecine suisse tellement supérieure (en théorie) alors qu’elle n’arrive pas à y mettre une explication saine qui tienne la route, ni à les corréler avec le reste de mon status particulier …… Valeurs qui intéressent par contre en-dehors de nos étriquées frontières, bien qu’elles ne soient pas du tout rémunératrices (pour les Pharmas).

            Et souvenez-vous CEDH de ce que j’ai déjà mentionné …. petite gamine insignifiante et sauvageonne de la campagne vaudoise, j’ai déjà survécu à de gigantesques bourdes médicales (9 mois d’hospitalisation en lit strict, régimes déments et peu recommandés chez les minces-grands-par-nature, expérimentations très invasives et parfois “à côté de la plaque”, deux TTT prouvés erronée par de vrais spécialistes et comportant 10 effets secondaires indélébiles en tout, je passe les autres détails indigestes ….. car mon seul abstract médical est long).
            Alors en janvier 2022 je fêterai tout ce package (52 ans non-stop) et indigne de ce pays, dont je ne suis pas le seul cobaye survivant. Corollaire de l’enfer déjà vécu, si vous arrivez à comprendre: Aucune menace, vraiment aucune menace d’une quelconque origine ne peut m’effleurer ….. parce que j’ai déjà connu l’enfer le plus pur et le plus dégradant qui soit étant enfant, physiquement et psychiquement.
            Y compris dans le prix, sans jamais ni soldes, ni rabais consenti ou demande de pardon, les insultes incessantes, réitérées et vulgaires de mes congénères humains. Bonne continuation CEDH. eab

          2. @Eliane AB

            Pourriez-vous arrêter de tourner autour du pot et vous exprimer clairement, sans ironie.

            Votre ton est agaçant ! et vous êtes simplement incompréhensible. …

          3. @ Eliane AB

            Il n’y a aucune menace, juste la crainte que vous ne soyiez pas invulnérable face au covid. Dès lors je vous invite à prendre garde face au virus. C’est tout. Les écrits de M. Celis, si ce sont les siens, sont incompréhensibles.

            Je peux dire la même chose à Mme la Professeure Sandoz, qu’elle prenne soin d’elle car je crains plus pour elle que pour une jeune femme de 20ans.

            Et oui, j’ose dire que l’on doit procéder à un Lockdown (à l’autrichienne ou à la suisse), qui peut être le 2G à l’allemande. Cependant, le Lockdown-2G doit, au vu du principe de proportionnalité être appliqué aux seules personnes à risques, notamment les plus de 70 ans (à peu près). Il ne s’agit pas de les sauver, mais de sauver l’hôpital et ses patients, d’éviter des morts supplémentaires à raison de l’encombrement par des covidaires. Et si comme effet collatéral cela les sauve et bien je m’en réjouis.

            Cela vous déplait à tous et bien tant pis. Ce n’est pas une menace mais une proposition de modification de la législation dérivée, modification conforme à la Constitution fédérale, à condition de régler le Lockdown-2G correctement. Il n’y a pas de discrimination qui ne soit conforme à l’article 8 al. 2 Cst.féd. et les articles 5 et 8 al. 1 Cst. féd. exigent que les jeunes ne soient pas atteints par une telle mesure. Il est aussi un intérêt public à laisser la société d’apprentissage et de production de biens et services à fonctionner. L’effondrement de celles-ci serait s’ailleurs aussi nuisible au plus de 70 ans.

            Pour être simple, les fragiles se planquent et les autres bossent.

            Au passage, il semble que l’immunité naturelle acquise contre un “ancien” variant ne soit pas efficace contre le variant omicron. A bonne entendeur salut.

          4. @ Eliane AB

            Concernant votre immunité naturelle particulière et vu qu’il s’agit, entre autre, de CD4+ et de CD8+, vous devriez lire l’article, publié dans Cell, dont je vous donne la référence.

            ttps://doi.org/10.1016/j.xcrm.2021.100355

          5. Bonsoir CEDH et merci de votre peine après nos joutes “oratoires”.
            Je vais lire cela car l’éducation permanente des patient(e)s est vitale d’une part et, d’autre part, elle permet aussi d’éviter bien des dépenses inutiles. Avec mes spécialistes (surtout néphrologie hors Helvétie), nous avons déjà passablement discuté de ce ratio. D’autant plus qu’il reste bien accroché à nettement plus du double de la norme supérieure (normes 1-3), sans que cela ne me dérange le moins du monde et depuis vraiment très longtemps.
            Il y a des années, j’avais lu une intéressante thèse (Bordeaux) sur le sujet, néanmoins dans le monde médical routinier, l’intérêt se porte principalement sur un ratio en-dessous de 1 et pas à 6 ou plus …. vous savez pertinemment que le ratio en-dessous de 1 est extrêmement rémunérateur.
            ttps://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01223858/document
            Enfin, ne jamais perdre de vue que je vis avec un “package” d’autres valeurs hors-normes depuis extrêmement longtemps, paisiblement et sans dérangement majeur, hormis dans l’esprit très étriqué de certaines personnes. Sans souci, je reconnais que ce genre de status s’appréhende très difficilement en “médecine habituelle composée de standards, normes et routine”.
            A nouveau dans les bagages car à la neige annoncée je préfère clairement les brumes lombardes.
            Test négatif évidemment. Portez-vous bien ….. eab
            “Un fond de ressemblance comporte des différences infinies” – Bernard Le Bouyer de Fontenelle 1657-1757

          6. @ Eliane AB

            Vous devriez peut être explorer vos CD4/CD8 spécifiquement dirigés contre le sars-cov-2. Peut-être en avez-vous développés ? Il existe des tests de labo sur le marché. (elispot ou igra).

            Bonne route.

          7. Bonsoir et merci CEDH. Je pense que les spécialistes italiens savent ce qu’ils ont à faire et surtout à rechercher. Les suisses auraient pu s’y intéresser depuis bien longtemps – ce n’est pas le cas, donc pas du tout mon problème. Et si je transmets mon sang pour étude spécifique, en échange il y aura compensation, c’est mathématique ! Bon week-end. eab

    1. Très honoré Professeur Célis, merci beaucoup pour tous vos textes. Pour le cas… laissez couler. Nous perdons inutilement notre énergie positive tournée vers le futur et vers une tout autre approche des êtres humains.
      Dernièrement, j’ai procédé à un mini sondage sur une aire d’autoroute (Neuenkirch Ost, 6023 Rothenburg), Centre Coop Pronto avec à l’entrée un centre itinérant de vaccination … Donc, en buvant mon café à l’extérieur, j’interpelle gentiment une infirmière dudit centre itinérant et je lui demande très innocemment et en allemand quel type (spécialité) de médecins supervise ce centre. Elle me parle de titres académiques alors que je lui parle de spécialités. Sur ce, le médecin en charge arrive et l’infirmière fait le relais (le tout très calmement je le précise). Le médecin responsable de ce centre mobile de vaccination est un ORTHOPÉDISTE.
      Je vous laisse tirer les conclusions qui en découlent. Pour ma part je savais déjà que les autorités sanitaires de ce pays se moquent de nous depuis longtemps – c’est encore une fois confirmé.
      Une excellente journée. Au prochain épisode mes observations bernoises …… copies-conformes à mon précédent post ….. entre la théorie et la pratique, il y a donc un fossé impossible à combler.
      Portez-vous bien. eab

  53. Pardonnez moi Madame Sandoz pour m’être éloignée du thème. Grâce à vous, nous avons traversé cette campagne d’une manière enrichissante. Même si nous n’avons pas eu gain de cause dans ce combat, rien ne dit que nous avons tort. Nous n’avons fait que défendre le principe du droit à l’intégrité corporelle et le droit de l’en disposer exclusivement. Ce principe nous est refusé par le verdict populaire, mais j’espère que tôt ou tard, ce principe retrouvera suffisamment ses relais pour qu’il soit restauré.
    Merci à vous, Chère Madame, de nous avoir assuré de votre ouverture d’esprit et de votre grande humanité.
    Avec mes meilleurs voeux pour l’an qui arrive, je vous souhaite d’excellentes fêtes. et un joyeux Noël.

    Chère Eliane et Cher Raphael,
    Je reviens à mon clavier après avoir pris un peu repos. Depuis plus d’une semaine j’ai veillé nuit et jour une personne de ma famille, très malade (pas à cause du covid). Je ne sais pas si elle recouvrera un jour toutes ses facultés neuro-cérébrales. Pour l’instant c’est une inconnue très éprouvante, pourtant, notre famille devra s’en familiariser dans un climat du doute et d’espérance. Il faut devoir le vivre pour en connaître le poids.

    Je vous lis tous les deux, toujours, avec plaisir. Il y a un courant qui passe bien entre nous et je suis rassurée que vous teniez, fermes, le cap des débats sur les problèmes essentiels de société – C’est important de protéger sa sensibilité d’âme et son acuité de perception. Il est donc préférable d’éviter la tyrannie et le parasitage qui sont les moyens de coloniser une personne tout entière. C’est positif lorsqu’on peut identifier ces situations et qu’on leur ferme les vannes.

    Le plus malheureux, c’est que ces phénomènes toxiques sévissent partout, pas seulement sur de blogs, ils se produisent sur les lieux de travail, dans les écoles et les universités, dans le voisinage, dans les familles, dans les milieux de loisir, dans les associations et dans les formations politiques.
    Pour faire bref, nous avons à faire à des individus mentalement très souffrants. Ils ne peuvent avoir de sensibilité ni de compassion pour leurs prochains puisque leurs yeux sont tournés vers leur intérieur. Ils se cherchent dans une boucle fermée sur eux-même. Y-a-t-il eu quelque chose dans leur vie qui les a si bien verrouillés que leur cerveau refuse à leurs yeux de travailler de manière bi-directionnelle? Un choc psychologique? l’évolution d’une enfance dans l’indigence intellectuelle, dans une carence marquée d’affection et de tendresse? Une interdiction à la curiosité constructive?
    Ont-ils dû répondre à des attentes trop grandes, trop hautes? Avec des consignes abstraites?

    Tout cela peut mener ces individus à un état de déni général et de destruction. Ils sont La Victime numéro 1.
    Quelle thérapie pour ces êtres auto-destructeurs et quelle protection contre cette destruction inconsidérée pour les autres qui les environnent?
    Dans certains contextes et situations, les effets peuvent être mortels. Il n’est pas rare que les victimes choisies soient poussées au suicide. Il faut donc détecter ces prédateurs (conscients ou malgré eux) au plus vite et faire la part des choses. On ne peut surmonter leur cruauté que lorsqu’on sait identifier leur pathologie et trouver les bonnes mesures à prendre.

    Personnellement, j’ai eu à connaître et à soutenir des victimes de ce genre d’individus sur leur lieu respectif de travail. J’ai dû les mettre en garde: plus les victimes sont méthodiques et organisées dans leur résistance, plus la haine et la hargne du harceleur va croître, c’est pourquoi, un journal de vie quotidienne bien tenu et annoté est indispensable. Il sert à étudier le personnage et ses tactiques, ses contradictions (moyens de déstabilisation), ses scènes préférées (en général le public ou l’assemblée comme lieu d’exécution des victimes). Ce journal sert, et je le dis par expérience, à la justice pénale, lorsque la victime se décide (enfin prête) à porter plainte, il sert – et c’est très important – à ne pas sombrer dans le défaitisme, car c’est ce que le harceleur recherche. Il recherche l’anéantissement de sa victime. Lui-même, anéanti depuis longtemps, anéantir sa victime c’est comme l’empêcher de le découvrir et incidemment permettre à son assistance de le découvrir.

    Une observation: s’approprier le savoir des autres sans pouvoir l’utiliser (savoir cognitif) ni en façonner les outils est la pire des punitions. Ce que vit Don Juan en amour et en séduction, le harceleur le vit dans le monde des réalités quotidiennes.

    Si vous aimez la lecture, il existe deux rapport d’audit du Cabinet Technologia sur les affaires France Télécom et Renaud (entrer l’occurrence Technologia audit sur Google) suite à plusieurs vagues de suicides sur le lieu de travail dans les années 2005 – 2015. Jean-Claude Delgène, son fondateur est un homme qui a apporté des réponses très claires pointant les méfaits du fameux “New Management” Une gestion hautement toxique aux visées très libertariennes de l’économie financiarisée, celle-ci avait permis la promotion des petits et grands prédateurs qui se sustentaient du savoir et des compétences des autres (de leurs subalternes) tout en les poussants à se détruire ou à démissionner.
    J’ai eu l’occasion d’entendre le fondateur dans un colloque à l’Uni de Genève, au moment où je m’occupais de ces cas dont une petite partie avait abandonné sa défense faute de soutien de la part des proches, des syndicats et de la médecine du travail, des partis politiques, mais aussi parce qu’elle avait subi depuis de trop nombreuses années ce régime de négation. En effet, la négation persistante tue à petit feu.

    C’est bientôt 2022., j’aurais le plaisir de retrouver la Suisse, et, particulièrement Genève.
    Je vous souhaite à vous, à Eliane et à Raphael, de très bonnes fêtes de fin d’année et vous fais mes meilleurs vœux de réussite dans tout ce que vous entreprendrez.

    1. Bonsoir et merci infiniment Marlèle Dupraz pour votre magnifique commentaire, empreint d’une immense sensibilité. Ce soir je suis un peu “à la bourre” comme nous disons car je dois encore un peu vadrouiller pour assister à un spectacle de salsa ! C’est vraiment novateur et je me réjouis bien sûr. Plus tard, je vais consulter les liens que vous avez indiqués. A vous aussi une excellente fin d’année et un début 2022 avec surprises si possible apaisées, un retour à la saine raison et à la “relativité en toutes choses” pour la majorité de nos congénères Portez-vous bien. eab

    2. Voilà la preuve que des lecteurs sont morts ou vont mourir à cause de ce blog.

      Ce n’est pas un espace de discussion, mais un lieu où des personnes viennent renforcer leur délire antivax.

      Je demande au Temps de fermer ce blog.

    3. Chère Marlène,
      Ce que vous décrivez à propos de ces victimes du harcèlement systématique correspond à ce que l’on enseigne comme technique perverse dans certaines écoles de management et non des moindres;. les paroles à double sens;alternance de louanges et de remarques ironiques, la dénégation persistante des intentions sous-jacentes qui ne sont confirmées que dans le dénouement de l’intrigue; altération, voire le pur et simple renversement dans son contraire des énoncés de la victime, le mensonge audacieux au point que l’on hésite à le démentir, tout cela et bien d’autres stratagèmes qui font partie de l’arsenal du pervers narcissique, dont on trouve des exemplaires à tous les échelons de la hiérarchie des institutions. Je comprends d’autant mieux ce que vous avez subi que je l’ai vécu moi aussi. Je vous félicite d’en avoir redécouvert la résurgence qui mine les échanges authentiques dans ce blog et j’espère que votre voix sera entendue. Cordialement.

      1. Il est possible de demander à ce que le titre de “professeur honoraire” soit retiré ? Si oui, quelles en sont les conditions ? et à qui s’adresser ?

        Je profite de votre présence pour m’informer, rien de personnel contre quiconque ou iel.

        1. Je suppose que oui, mais je ne connais aucun cas de cette sorte. Quant aux conditions : il faut que le professeur incriminé soit coupable de fautes déontologiques graves, lesquelles sont en principe désignées par un avertissement. Mais pourquoi me posez-vous cette question ?

        2. J’ai d’ailleurs fait parvenir votre demande à la Rectrice : Ielle sera enchantée d’apprendre que vous vous intéressez aux affaires internes de son institution

  54. Pour faire suite à l’interview de mon collègue Esfeld, dont vous avez tous, je suppose, pris connaissance, j’aimerais vous soumettre une synthèse des informations que j’ai rassemblées à propos de la politique sanitaire de la Suède, et que j’ai tenté d’en condenser les grandes lignes, dans le but de faire ressortir les différences d’avec celles qui furent appliquées dans nos régions. Certes, la comparaison ne donne pas de réponse à toutes les questions, mais permet souvent d’esquisser des pistes de solutions significatives pour les problèmes qui nous concernent plus spécifiquement.
    En effet, alors que le nombre d’infections en Europe atteint de nouveaux sommets, le pays qui semble curieusement échapper à ce destin n’est autre que la Suède. Car c’est le pays qui a traversé la pandémie avec moins de restrictions que le reste de l’Europe.
    En l’automne 2020, le tableau n’était pourtant guère prometteur ; la deuxième vague s’était en effet développée de façon assez semblable avec l’Allemagne, la France et la Suisse. De plus, tandis que la courbe d’infection entamait sa décroissance début novembre en Suisse et les pays voisins, la courbe suédoise, au contraire grimpait fortement. Elle a culminé le 9 janvier, avec une incidence sur 7 jours de 515,8 %
    Or, depuis le début, la Suède avait adopté une méthode particulière dans la lutte contre le virus Corona. Elle fut encensée par certains et vivement critiquée par d’autres. Pas de confinement, pas de masque obligatoire, pas de fermeture d’école jusqu’à la 9e. En résumé, le gouvernement a émis peu de règlements et d’interdictions, laissant à une autorité sanitaire essentiellement constituée de médecins, de psychologues et de juristes éminents le soin d’émettre des recommandations et des conseils suivis. Le principe de gestion de la crise s’appelle d’ailleurs « la liberté dans la responsabilité ». Si ce principe a porté des fruits, c’est parce que les citoyens font confiance à l’État et ont adhéré à son point de vue. Pourquoi ? Parce qu’en place de signer des décrets qui sanctionnent d’emblée toute une partie de la population – restaurateurs, hôteliers, organisateurs d’exposition, commerces divers, sans compter les étudiants, les employés et toute une série de services qui ne peuvent survivre que grâce à un contact avec des personnes en chair et en os, le gouvernement suédois a pris en considération les besoins de ses citoyens, en s’abstenant de porter atteinte à leurs droits les plus élémentaires. En confiant à des médecins et des professionnels la tâche de les rassurer, de les orienter, de les conseiller, de les aider dans des services d’accueils et de soins dont l’hospitalité n’a rien de commun avec nos cerbères apeurés, et bardés de tabliers de bouchers plastifiés, qui vous testent ou vous piquent comme des poulets suspendus à la chaîne du froid, Avant le traitement « covidien », un contrôle complet est prévu à chaque fois ; et ce n’est qu’à la suite d’un consentement éclairé qu’il est recommandé au patient de choisir tel produit d’injection plutôt que tel autre. Dans nos contrées, il n’y a plus guère que les vendeurs d’articles de luxe qui exercent leurs services avec une prévenance comparable.
Cela ne signifie pas pour autant que les mesures prises étaient suffisantes : l’on sait par la presse que les résidents des maisons de retraite en particulier n’ont pas pu être protégés de manière adéquate. Beaucoup de journalistes suisses qui dépendent en grande partie de l’argent public ont d’ailleurs cité le nombre élevé de morts comme la preuve que la stratégie suédoise était un échec. La commission d’enquête mise en place par le gouvernement suédois, pour évaluer la manière dont la pandémie avait été traitée jusqu’à présent, a d’ailleurs prononcé un verdict sans complaisance dans son dernier rapport : le pays était insuffisamment préparé, le développement des capacités de test était beaucoup trop lent, et les premières mesures de protection avaient été insuffisantes.
    Ce n’est qu’au cours des deuxième et troisième vagues que le gouvernement et les autorités ont décidé de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre le virus. Entre autres, la recommandation de porter un masque dans les transports en commun locaux a été appliquée pour la première fois à partir du 7 janvier. Ne serait-ce qu’aux heures de pointe : deux heures le matin, deux heures le soir. Quant au principe du libre arbitre, il est resté intact.
    Le 29 septembre 2021, le gouvernement a levé presque toutes les restrictions restantes. Depuis lors, il n’est plus question de limiter le nombre de participants pour les événements sportifs ou culturels, et la recommandation de travailler à domicile plutôt qu’au bureau fut supprimée. Seules les personnes non vaccinées doivent garder leurs distances. Depuis lors, et contrairement à ce que l’on pourrait supposer, le taux de vaccination suédois n’est que légèrement supérieur à celui de la Suisse ; 69 % de la population a été complètement vaccinée jusqu’à présent
    Pour décembre, le gouvernement a décidé de fournir des certificats de vaccination pour les événements publics tels que les représentations théâtrales, les concerts et les événements sportifs qui ont lieu dans un espace intérieur occupé par plus de 100 personnes. Officiellement, toutes ces mesures ne poursuivent qu’un seul but : encourager plus de personnes à se vacciner, en leur épargnant l’exercice d’une contrainte, par ailleurs foncièrement improductive pour les citoyens conscients que la responsabilité n’a de sens que soi elle procède de la liberté.
    À supposer que la vaccination soit, provisoirement ou non, la meilleure mesure sanitaire pour faire échec à la contamination, la Suède s’écarte de la politique suivie en la matière dans le reste de l’Europe ; Par conséquent, elle et est en avance sur la cinquième vague pour la première fois et démontre que la démocratie qui se respecte peut s’avérer plus efficace pour faire face à une menace collective, qu’un despotisme camouflé qui n’est plus démocratique qu’en apparence.
    Montesquieu disait à ce propos, dans l’Esprit des Lois, qu’une démocratie privée d’Esprit (c’est-à-dire privée de la conscience de la nécessité de ses propres principes), ne peut que porter mensongèrement atteinte à ses membres.

    Quelques sites témoins :
    ttps://www.bmj.com/content/374/bmj.n1833/rr
    ttps://www.informationsverige.se/en/jag-har-fatt-uppehallstillstand/samhallsorientering/boken-om-sverige/att-paverka-i-sverige/det-demokratiska-systemet-i-sverige/
    ttps://www.politico.eu/article/sweden-anders-tegnell-health-coronavirus/
    https://www.businessinsider.com/sweden-anders-tegnell-mask-lockdown-vaccine-covid-strategy-2021-9

    1. Bonsoir Prof. Célis, merci infiniment. Parfaitement en accord pour la Suède.
      J’apprécie également Henri de Montesquieu. A la fin de mon indispensable abstract médical en anglais qui m’accompagne toujours partout pour ma sécurité, intitulé “Please read”, je le cite soit “Une injustice faite à un seul est une menace faite à tous”.
      A noter que mon organisation d’urgence a été pensée avec des médecins très compétents (dont un anesthésiste), ma descendance évidemment et d’autres partenaires indispensables. Rares sont les patient(e)s qui circulent avec ce type de compilation très complète mais compactée.
      Références enregistrées, merci, surtout le BMJ que je lis volontiers.
      Au plaisir de vous lire encore + excellente soirée, suis sur le départ ……. eab

      1. Tout de bon pour votre vOYAGE, ELIIANE ! Merci également pour vos interventions. Comme je n’en saisis pas toujours la teneur, ce serait gentil de me communiquer plus de renseignements à mon adresse mail. Comme elle ne peut apparaître sur ce blog, peut—être pouvez-vous la demander directement à Suzette Sandoz. Meilleures salutations

        1. Bonsoir Prof. Célis, merci de votre message. Je concède que parfois ce que j’écris n’est pas toujours facile à saisir ….de prime abord. Parfois je dois aussi contourner car je reste astreinte au “secret de fonction” sur certains sujets très sensibles et non-publics.
          De mon côté j’ai grand plaisir à vous lire et à découvrir vos suggestions et références.
          L’essence des êtres humains semble avoir disparu très rapidement durant ces 2 dernières années. J’en suis fort peinée. Portez-vous bien – vous le lirez, je suis à nouveau dans les bagages car contre la vadrouille chronique, il n’existera jamais aucun vaccin. eab exemptée ni pro-vax, ni anti-vax

  55. @ Mme Sandoz : Chère Madame, comment se fait-il que certains commentaires ne comportent pas le bouton “Répondre” ? Peut-être que votre informaticien pourrait y remédier ?
    Meilleurs messages
    ED

      1. C’est pour maintenir l’accessibilité/comptabilité des téléphones portables.

        Ce serait illisible sur téléphone avec une arboresence illimitée.

      2. Le système comporte cinq niveaux. Une réponse fait passer au niveau suivant. C’est dire qu’après quatre changements de niveau il n’est pas possible d’aller plus loin. De ce fait la fonction réponse n’existe plus.

  56. Je suis particulièrement outré par les déclarations faites par certains membres de ce blog et qui visent à rendre responsable les personnes âgées de la contamination actuelle par ce virus, sous prétexte qu’elles ne “bossent pas”. Nulle part, je ne lis que ces personnes sont davantage à l’origine de la propagation du Covid-19 que d’autres classes d’âge parmi les citoyens. A ‘inverse, il est souvent souligné qu’elles sont plus vulnérables, non en raison de l’âge, mais en raison des pathologies dont elles souffrent déjà. Ce qui montre que l’on ne peut juger de la nécessité de vacciner qu’au cas par cas, et en fonction de l’avis du médecin traitant. Je ferai remarquer que les personnes âgées ne sont pas particulièrement choyées dans nos sociétés et qu’elles doivent être protégées contre l’arbitraire de ces individus qui, faisant partie de leur entourage, s’estiment habilités à décider à leur place, en contradiction totale avec leurs droits. À ce propos, je renvoie au chapitre 1 de l’article des NATIONS Unies “L’impact du Covid-19 sur les personnes âgées”(ttps://www.un.org/sites/un2.un.org/files/old_persons_french_0.pdf). Cet article parle des risques encourus par ces personnes et non de l’urgence de les contraindre à se vacciner. Par ailleurs, il est pour le moins hasardeux de prétendre que ce sont elles qui sont la cause principale de la contamination persistante.

    1. Lockdown pour tous, voilà notre sort prévisible. Regardez donc l’Autriche, non pas Vienne mais Salzbourg.

      Pourquoi ? Parce que les hôpitaux sont embolisés.

      Par qui ? Non pas par la moitié la plus jeune de la population, mais par la moitié la plus âgée. Au sein de cette moitié plus l’âge augmente plus la probabilité d’être l’hospitalisé est grande, surtout si l’on est pas ou mal vacciné. Cet embolisation est de nature à tuer les covidaires, notamment les plus âgés qui seront mal soignés, ainsi que les autres patients. Il y a donc un intérêt public criant à mettre fin à cette situation. Il convient donc de protéger les anciens non ou mal vaccinés de la contamination. La première mesure à prendre est donc de type 2G limité aux personnes a partir d’un âge qui permet de désemboliser l’hôpital. Cela n’est pas discriminatoire tant l’âge est un facteur de risque énorme et ce indépendamment de toute morbidité. Mieux vaut avoir 25 ans et être obèse que 78 ans et être “fit”.

      Devant les jérémiades de certains, un Lockdown pour tous risque d’être instauré, ce qui revient à traiter la même chose ce qui doit être differemment traité et à restreindre de manière disprortionnées les libertés des jeunes. La constitution est donc violée par un confinement généralisé (8 al.1 Cst.féd et 5 Cst.féd).

      Si les mesures 2G doivent viser les plus âgés ce n’est pas à raison de ce qu’elle ne bossent pas mais à raison de l’énorme risque qu’elles encourrent et, par ricochet, font courrir. Le déni de cette réalité par certain est touchant et pathétique, surtout lorsqu’ils n’ont pas compris que le problème n’est pas la contagion, incontrôlable sauf à paralyser totalement la société et sa fonction productive (l’argent tombé du ciel ne produit rien, mis à par de l’inflation), mais l’hospitalisation.

      Et puis si l’effet collatéral est de sauver la vie de nos aînés, j’avoue que cela m’est plaisant.

  57. Je tiens, avant de quitter ce blog, vu la présence manifeste d’intervenants commandités par un organe de contrôle désormais détectable, et dont la mission n’est autre que la délation, rappeler l’un des principaux enjeux du débat tel qu’il fut conçu à l’origine : L’alternative pro-vax et anti-vax est égarante et ne se pose pas dans ces termes pour la plupart des citoyens. C’est l’obligatoriété du pass sanitaire qui pose question. En effet, il  y  a  un  risque  certain  d’accoutumance  à  de  tels  dispositifs de contrôle numérique, induits par ce passe port, un risque de banalisation des gestes attentatoires à la vie privée, de glissement, vers d’autres urgences prétendues à l’avenir, autrement dit pour d’autres considérations que la seule protection de la santé publique ici recherchée dans un contexte exceptionnel. Nous allons vers une société où de tels contrôles seront la norme et non l’exception »

    ttp://www.revuedlf.com/droit-administratif/billet-dhumeur-les-impasses-juridiques-du-pass-sanitaire/

    1. Extraits de la journée de hier…

      Celis:
      “présence manifeste d’intervenant commandités par un organe de contrôle désormais détectable”

      Eliane AB:
      “Parfois je dois aussi contourner car je reste astreinte au “secret de fonction” sur certains sujets très sensibles et non-publics.”

      Je suis tombé où ???
      Si vous en êtes à rédiger de telles inepties, je vous invite urgemment à vous ressaisir …

      1. En ce qui concerne AAB: les secrets de fonction existent bien dans quasi toutes les institutions et surtout chez les professionnels de la santé. Ils ne peuvent être rendus publics. De quelle ineptie parlez-vous, sinon de votre propre ignorance

        En ce qui me concerne, je présume en effet qu’une ou deux personnes ont pour mission de surveiller ce blog, comme c’est aussi le cas pour d’autres sites de ce genre. Ne faites pas l’innocent : vous n’êtes pas sans savoir que tous les propos à portée politique sur Internet sont électroniquement surveillées par le CDC et ses succursales. C’est un secret de polichinelle : nous sommes tous fichés. L’ineptie consiste à recouvrir cet état de fait en utilisant un mot qui veut dire tout et n’importe quoi, comme “complotiste par exemple” Ce qui m’exaspère, c’est d’avoir à tout moment la tâche de déjouer les pièges que tendent ces personnages aux personnes de bonne foi et à mes propres énoncés.

        1. Bonjour Prof. Célis,
          Merci de vos lignes et merci d’avoir pris ma défense, d’autant plus que nous connaissons bien mieux et de routine les tenants/aboutissants des accords de confidentialité et/ou du secret de fonction.
          Je confirme donc aussi un point tout à fait public mais que les nouvelles générations ont complètement oublié (car trop gâtés je pense):
          Le tri des patient(e)s aux soins intensifs s’effectue de routine depuis de très nombreuses décennies, sans qu’auparavant personne n’en fasse tout un plat via la presse. Je pourrai même décrire tous les détails des pièces de théâtre entre spécialités médicales (qui va bénéficier, qui va être écarté et relégué, qui va donc passer de vie à trépas, etc.).
          En ce moment, il est évident que les intensivistes prennent leur revanche sur le passé (et également sur le long parcours du combattant pour l’obtention de lits supplémentaires, dans la création du titre de spécialistes etc.etc.).
          Pour les sceptiques par rapport au tri, je recommande un petit surf via PubMed. Je ne cite pas les articles en ma possession sur le sujet et datant des années 70-80, certain(e)s lecteurs(trices) n’étaient peut-être pas encore né(e)s, exactement comme ma descendance, et ces lecteurs(trices) qui s’offusquent en ce moment de pratiques déjà connues pourraient d’emblée nier des faits avérés.
          Au plaisir de vous lire ….. Eliane AB

          1. Chère Éliane,

            Je partage pleinement vos soucis de personne travaillant sur le terrain et devant s’occuper des patients les plus affectés et exigeant le plus de prévenance. Je parlerais volontiers de ces soucis avec vous, parce que je les ai rencontrés de nombreuses fois comme patient, de manière régulière avec mes amis médecins et enfin, comme professeur invité en éthique médicale à la Faculté de médecine. Bien entendu, je n’ai pas votre formation, ni votre expérience, mais nous partageons vraisemblablement les mêmes valeurs et, malgré la différence de nos disciplines, les mêmes objectifs. C’est pourquoi, je vous ai proposé d’en parler plus ouvertement par courriel. Suzette m’a fourni les informations nécessaires pour vous contacter au début du prochain mois. Je pense que nous serions mieux armés pour argumenter sur ce genre de blog après nous être concertés., en associant nos compétences.
            Pour le reste, j’ignore si vous participerez aux discussions qui auront lieu sur le forum de Suzette consacré aux hôpitaux. J’ose imaginer que vous vous y sentirez mieux que sur celui consacré aux vaccins. Je vous y donne déjà rendez-vous à tout hasard. Cordialement. Raphaël

    2. En complément au post de départ ci-dessus : CDC a besoin d’un environnement informatique mis à jour
      et des processus informatiques efficaces qui prennent en charge les exigences de surveillance des données opportunes et précises pour les CDC : activités de santé publique aux États-Unis et dans le monde. Le SDP jette les bases d’un avenir dans lequel CDC et les scientifiques pourraient assembler des services pour créer de nouvelles capacités en temps quasi réel, permettant une réponse rapide aux urgences de santé publique.
      Les catégories de services comprennent :
      Services de base, comme la sécurité, le vocabulaire et le référentiel ;
      Services liés à la collecte de données, tels que les licences d’entreprise, le nettoyage des données personnelles et des identifiants,
      échange de données sécurisé et capture de données structurée ;
      les Services liés à la préparation, tels que le routage, le géocodage, la transformation, le test et la validation des messages ;
      les Services liés à l’analyse des données, comme les outils d’analyse et de visualisation des données, les mesures communes, les indicateurs
      et les données de référence ; et
      les Services liés au partage de données, comme un portail de métadonnées, un accès partenaire et public aux données.
      3. Quelle est la valeur proposée ? On s’attend à ce que le PSD améliore la santé et le bien-être de la population en offrant un
      plate-forme commune et services partagés pour le CDC et ses partenaires de santé publique, permettant à l’agence de tirer parti
      les opportunités et l’efficacité d’une plate-forme et de services partagés et communs. En développant une plate-forme sécurisée basée sur le cloud, CDC sera en mesure d’améliorer l’efficacité et la rapidité des programmes de surveillance.

      ttps://www.cdc.gov/sdp/docs/cdc_sdp_factsheet.pdf

    3. Ainsi M. Celis pense que je suis commandité par un organe de contrôle. Sans commentaire.

      Quant au certificat covid, il a été accepté par le peuple, qui en savait l’usage. La loi sur les épidémies a aussi été acceptée par le peuple.

      Respectons donc la démocratie.

      1. Je n’ai jamais fait mention de votre nom que je sache – et j’ignore votre identité que j’ai pourtant demandé de connaître à plusieurs reprises. Vous vous égarez cher Monsieur : une personne commanditée par un organe de contrôle, sans s’être annoncée, se doit de rester discrète, “dans l’intérêt général”, celui du peuple que vous affirmez précisément représenter

        Quant à la démocratie, elle n’exige pas d’approuver les décisions de la majorité sans réserves, sauf dans les démocraties populaires, dont vous me paraissez être un héritier. Ne vous ai-je pas dit que vos déclarations me faisaient songer à un soixante-huitard, camouflé sous un vernis d’érudition ? Il ne suffit pas, pour reprendre vos paroles, de sauter sur sa chaise en criant “démocratie… démocratie…

    4. “…un organe de contrôle désormais détectable…”

      Puisqu’il est détectable, pourquoi ne pas le nommer? Ou, comme d’autres sur ce blog, garderiez-vous votre information au nom d’un supposé “secret de fonction”? Si tel est le cas, alors pourquoi en parler?

  58. Notons qu’en Allemagne, les choses sont déjà en préparation, en coopération avec la Suisse Le journal britannique Watson annonce : Les membres du Bundestag demandent que les deux applications d’avertissement corona soient interconnectées – sans aucune base légale.

    Si les membres allemands du Bundestag s’accordent avec l’UE sur ce projet, les applications d’avertissement corona SwissCovid et leurs homologues RKI devraient être mises en réseau à l’avenir. Ceci est rapporté par le magazine Watson.
    Cette demande est explosive : car la Suisse n’est pas un État membre de l’UE et il n’y a pas non plus d’accord correspondant pour l’échange de données.

    La demande a été précédée d’une lettre d’hommes politiques allemands à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Dans ce document, ils ont exigé que « la Suisse soit incluse dans les plans de l’UE pour lier les applications nationales Corona », comme le rapporte Watson.

    1. Art. 62a de la loi fédérale sur les épidémies : Liaison du système TP avec des systèmes étrangers

      Le système TP visé à l’art. 60a peut être relié à des système étrangers correspondants, pour autant qu’un niveau adéquat de protection de la personnalité soit assuré dans l’État concerné par:
      a. la législation, ou
      b. des garanties suffisantes, notamment contractuelles.

      ttps://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2015/297/fr#art_62_a

  59. Une dernière tentative pour renouer avec les soucis des citoyens ordinaires

    À propos de quelques nuances, soulignées par le philosophe Richard David Precht (DIE ZEIT – N° 47, 17 novembre 2021.)

    1) Nous n’avons pas encore une très longue expérience avec ces nouveaux vaccins. Nous ne pouvons donc pas avoir une certitude absolue dans ce domaine et il doit donc être acceptable d’exprimer ses craintes, ce qui semble curieusement censuré dans ce blog par des jugements péremptoires fondés sur des observations scientifiques précaires. Certains prétendent qu’ils savent tout exactement sans remarquer qu’ils doivent ensuite relativiser certaines choses. Par exemple, nous avons constaté que nous n’allons pas nous débarrasser du virus aussi rapidement que les autorités l’espéraient et envisagent dès lors d’ajouter des enfants au cercle de ceux que nous vaccinons. Il en va de même pour les variants et pour le virus omicron qui obligeront probablement à réviser les formules mises au point actuellement.
    2) D’autre part, il existe différentes raisons pour lesquelles les gens choisissent de ne pas se faire vacciner. Tous ne sont pas des réfractaires dogmatiques, mais s’inquiètent davantage des conséquences possibles de ces vaccins que d’autres qui n’y réfléchissent guère. Vous pouvez vivre dans des milieux où l’on n’éprouve pas la même forme de souci de soi et des autres que dans la classe moyenne éduquée. Toutefois, il y a aussi des gens qui ont des raisons très particulières et peu médiatisées de se montrer sceptiques.
    3) Certains affirment que la lutte contre la pandémie aurait plus de succès si le doute était moins répandu dans le public, et que les sceptiques évoqués ci-dessus sont l’origine principale de la diffusion de la pandémie. À ce propos, il convient de rappeler que ce n’est pas la fonction de l’État et de ses déclarations télévisées d’exclure, voire de rendre impossible, le risque de maladie pour tout le monde. Il lui importe d’abord de neutraliser les émotions fortes et motivées par la peur et de permettre un débat accessible à la majorité. Sa première tâche, pour reprendre un mot de Churchill, est de favoriser « le désarmement émotionnel ».
    Il est certes du devoir de l’État de protéger la dignité humaine. Et la santé fait aussi partie de la dignité. Cependant, l’État n’est autorisé à contrarier l’autodétermination personnelle que dans une mesure très précise, desquelles l’intimidation ne fait aucunement partie.
    4) En résumé, C’est une évolution positive que nous vivions dans un pays où la longévité de ses membres a reculé le spectre de la mort. Malheureusement dans ce contexte hypersécurisé, la maladie et la mort ne sont plus perçues comme des épreuves qui appartiennent à l’essence de la vie. C’est pourquoi l’illusion d’une sécurité maximale ne peut être obtenue qu’au prix d’une restriction des libertés que la vie réclame d’elle-même, à moins de la réduire à un pur état biologique. Mais si l’on pratique cette réduction, pourquoi serions-nous enclins à nous lamenter lorsqu’on lui porte atteinte ?

    Voir : DIE ZEIT – N° 47, 17 novembre 2021.

  60. Bonne chance Boomer.
    Je vous souhaite sincèrement d’éviter une forme grave et d’éviter la maladie.

    Notre système médical est déjà en rupture, alors que la vague arrive à peine…

    ttps://www.blick.ch/fr/news/suisse/manque-de-personnel-aux-soins-intensifs-la-lutte-pour-chaque-lit-id17041963.html

  61. Le personnel des hôpitaux est-il corvéable à merci ? Non !

    “Stephan Jakob, médecin-chef de médecine intensive à l’Hôpital universitaire de Berne, en est déjà certain: «Le tri vacciné – non-vacciné va arriver».” A bon entendeur, salut !

    ttps://www.watson.ch/fr/suisse/covid-19/376602725-les-hopitaux-suisses-sont-surcharges-malgre-la-baisse-de-patients

  62. Apparemment notre Conseiller Fédéral à la Santé a le lesdership à l’OMS. C’est sans doute pour cette raison que le patron de l’OMS l’avait présenté à Billou comme le fer de lance de la Vaccination mondiale.
    Et si Pays d’Afrique ne veulent pas de ces vaccins? Certains dirigeants ont déjà exprimé qu’ils n’en voulaient pas parce que la population est méfiante et la marchandise a dû être jetée à la poubelle).
    Faudra-t-il militariser les campagnes de vaccination en Afrique?

    ttps://www.tdg.ch/alain-berset-nous-ne-pouvons-pas-echouer-232614932586

    Le dernier né. O’Micron! Salutaire variant qui fait éternuer et couler le nez. Sans plus! Et tu nous immunise tout en douceur contre les casques à pointes de tes ancêtres. Tu es le bienvenu!

    ttps://www.tdg.ch/letau-se-resserre-sur-les-non-vaccines-207592388332
    Et si on demandait une enquête sur les hôpitaux auprès de ces services saturés?
    On nous a dit hier que Omicron n’a causé aucun mort pour l’instant, Aurait il fait des ravage en une seule nuit???
    voudrait en avoir des détails. On se méfie des clairons alarmistes. On veut que ce soit prouvé sur la bête.

    Avec le compte rendu de la conférence de presse des gouvernements suisses, on fait monter encore d’un cran la pression et la menace. Pour les travailleurs en poste, c’est un léger coup de pouce au suicide compte tenu de la situation financière de certains, avec des charges sur le long cours de vie.
    Deux ans après, l’urgence a redoublé en intensité!
    Les décès toutes causes confondues ont-ils doublé?
    Vaccins, masques, distances, quarantaine, passport, jauge etc. n’ont eu aucun effet.
    Quelles autres armes encore en réserve?
    30% de la population en moins? Lesquels choisir? Comment trier?

    Le mieux serait de faire ce que le romancier Kundera décrivait: amener les indésirables sur un plateau interdit au public, les attacher aux arbres et leur faire tirer dessus par des tueurs professionnels. embusqués et invisibles. Aujourd’hui, cette opération mains propres est possible, les robots-tueurs résolvent la problématique d’un tel recrutement.

    Les Suisses: Elus de Dieu-Elite milliardaire.
    Les vaccins livrés à la Suisse ont ils été spécialement conçus pour ne produire aucun effet indésirable ou décès? Il faut croire que oui. Nous avons, jusque là, zéro plainte pour blessure ou mutilation ou décès. Nous sommes les champions. C’est le vaccin du bonheur! La Suisse. Un Modèle Mondial!

    Avec tout cet arsenal en route, je trouve que l’obligation est plus que superflue et qu’elle met à mal notre souveraineté corporelle, car s’il s’y trouve une fois un ou des lots contenant ces centaines d’ingrédients et de matériaux génétiques dans le sérum, tabler sur la chance n’est pas raisonnable.
    Il y a déjà des fabrication impropres. On peut raisonnablement penser qu’il peut y avoir des lots de sérums cibleurs.

    Ne trouvez vous pas, chers lecteurs, que le vaccin est un produit de droite? Il rapporte de gros sous.
    Les mesures et l’obsession dans l’obligation vaccinale est de gauche.? Dans tous les pays.!
    Curieux tandem tout de même. Curieuse collaboration.
    Que la droite des grandes banques et des multinationales défendent leurs plus-values et leurs profits de manière univoque, cela nous le savions depuis longtemps et avons fini par comprendre et admettre leur ADN. Mais que la gauche affiche son absence par son silence complice, ça c’est nouveau pour les petites gens. Ils vont finir par s’inquiéter, les mesures annoncées semblent vouloir durer au moins jusqu’en 2024. Le citron des indemnités sera sec avant 2022. On devine le désamour des victimes collatérales pour leurs gourous de gauche. Ils ne pourront plus promettre de miracles.
    J’ai trouvé, cette nuit une première piste d’explication sur la gauche vaccinale.
    ttps://www.europereloaded.com/why-is-the-left-so-enthusiastic-about-covid-restrictions-given-that-the-people-they-harm-the-most-are-the-poor-and-vulnerable/

    Je conclus finalement que si un jour, nous nous trouvons dans une véritable guerre bactériologique ou virologique – ce que je ne souhaite pas – nous n’auront aucune possibilité d’y échapper. Nous mourrons en masse sur nos jambes, là où nous nous tiendrons, dans nos maisons, sur le marché, sur les places de jeux, dans les terrains de foot, devant nos postes de travail, sur les chantiers etc. et aucune mesure ne pourra être prononcée à temps.
    Une guerre pandémique ne laisse aucune marge de manoeuvre, elle n’est jamais révélée encore moins annoncée, elle surprendra tout un chacun. Les soignant tomberont comme des mouches, l’armée sera clouée dans ses casernes, les forces de l’ordre dans leurs uniformes, les magistrats pétrifiés devant leur prétoire.
    On manquera de gens valides pour ramasser les corps.
    Quand cela arrivera, personne n’y croira. Désabusé par les simulacres à répétition.

    1. Paraît que la Russie masse des milliers de soldats à sa frontière avec l’Ukraine…

      ttps://www.washingtonpost.com/national-security/russia-ukraine-invasion/2021/12/03/98a3760e-546b-11ec-8769-2f4ecdf7a2ad_story.html

  63. Je sais que ce blog fait l’objet d’une cybersurveillance comme tous les sites internet où se débattent des sujets publics. J’en ai été averti de source sûre. Je ne connais ni les noms des agents commandités pour exécuter ce travail, ni le nom des participants susceptibles d’en faire partie. Cependant, certains vont jusqu’à prétendre mensongèrement que je les ai identifiés comme étant chargés de cette surveillance. La présence de ces individus au sein de ce blog, triturant à qui mieux mieux les interventions qui leur déplaisent, en place de contre-argumenter honnêtement, avec un minimum de respect pour leurs interlocuteurs, me donne à penser qu’ils ont protégés par une instance extra-juridique les autorisant à commettre tous les débordements dont ils sont la cause.
    Ce n’est pas seulement en raison de ces avertissements, qui en soi pourraient suffire, que je me suis retiré de ce blog et que je ne répondrai plus à aucune des interpellations perverses des petits-maîtres qui s’y dissimulent sous le couvert d’une compétence scientifique auto.proclamée. Après réflexion, d’autres critères sont entrés en jeu

    Premier motif :
    La thématique de ce blog était explicitement centrée :
    1) sur le danger que font courir sur l’État de Droit les pressions visant à imposer l’obligatoriété des décrets relatifs à la vaccination Covid-19
    2) sur les dommages collatéraux occasionnés par ces décrets sur la vie économique du pays ainsi que sur le bien-être des citoyens, envisagé sur le plan de la santé générale, sur le plan psychique et, last but not least, sur le standard minimum des ressources financières des familles et des personnes individuelles – avec un accroissement de la pauvreté à la clef dans notre pays.
    Cette thématique n’est guère discutée par les multiples intervenants
    2e motif :
    Les atteintes à la liberté d’expression : –
    – Déformation systématique des propos faisant l’objet d’un désaccord
    – Attaques ad hominem répétées des intervenants via leurs titres, via leurs professions, via leur incompétence présumée en matière de mathématiques et d’informatique, qui n’ont pas de rapport direct avec le problème éthique et politique de départ.
    – Ces attaques, souvent sournoises, tirent avantage de l’anonymat de leurs auteurs. Un touriste s’est notamment permis de me demander comment s’sy prendre pour retirer à un enseignant universitaire le titre de professeur honoraire. . Surréaliste !

    La lecture a posteriori fait apparaître l’incohérence immanente à la succession de ses énoncés, à tout moment émaillés de sarcasmes, d’arguments tordus, de déclarations péremptoires et sans appel, de provocations hors sujet qui conduisent les interlocuteurs à utiliser les mêmes procédés. Dont acte.

    En conséquence, je remercie vivement ceux et celles qui ont tenté d’instaurer un véritable dialogue dans ce blog, j’exprime ma gratitude et ma sincère admiration à ma collègue Suzette Sandoz qui fit preuve à la fois de courage et de dévouement à la collectivité en ouvrant cet espace destiné à éclairer une problématique difficile. Et je ne cache pas le découragement que le comportement de certains m’a infligé durant ces derniers mois.

    1. @ CEDH

      Il t’a démasqué 😅🤣🤣🤣🤣🤣🤣

      🥷🤵‍♀️
      Agente de la cybersurveillance des blogs où se discutent des sujets publics. 😋😛😛🤣🤣🤣😂😂

    2. “Un touriste s’est notamment permis de me demander comment s’y prendre pour retirer à un enseignant universitaire le titre de professeur honoraire. . Surréaliste !”

      Quoi? Un touriste ?
      … Je pensais même pas à vous (mais à un médecin antivax sur facebook, ancien professeur) et je l’ai dûment précisé ! Et j’avais trouvé sympa que vous me répondiez (enfin, vos deux premières réponses. La 3e était étrange).

      Il est interdit de poser une question à une personne susceptible de connaître la réponse ? Pourquoi vous sentir visé ?

      Je crois que vous ne maîtrisez pas les codes des réseaux sociaux, où un professeur à la retraite est l’égal du boucher au chômage en voie de réinsertion. Faut surtout pas vous inscrire sur tiktok ! Les gamins de 12 ans sont encore plus impertinents qu’ici…

      Et le pseudonymat est un droit de l’homme. Vous devriez vous battre pour sa préservation.

      1. “boucher au chômage en voie de réinsertion.” Vous aussi vous m’avez découvert. Damned. Je ne vais pas pouvoir achever ma période probatoire d’agent de surveillance et propagande sous la surveillance de Rebecca.

      2. Cher Monsieur,
        Je ne conteste pas l’usage de votre pseudonyme, et je suis au courant des codes qui régissent les réseaux sociaux. De plus je ne me sens pas plus visé qu’un autre collègue. Je suis seulement surpris par votre question. En effet, le titre de professeur honoraire équivaut plus ou moins à l’anglais « active retired professor ». C’est dire qu’il reste donc activement attaché à l’université qui l’a nommé à ce poste, même s’il n’occupe plus aucune chaire officielle, et n’y enseigne que de façon occasionnelle. Son statut de retraité est donc égal à celui de tout autre professionnel. En ce sens vous avez raison de dire que, devant la loi, il n’est pas considéré comme supérieur à un boucher ou à un autre citoyen. Dès lors, si le professeur auquel vous pensez a commis une infraction quelconque, il doit rendre des comptes à la justice, non aux autorités universitaires qui lui ont accordé l’honorariat. Si vous reprochez à un professeur honoraire d’avoir enfreint une règle déontologique propre au monde académique, votre demande a du sens. S’il s’agit d’un délit d’opinion (ce que j’ai supposé peut-être à tort – toutes mes excuses dans ce cas), c’est à la justice d’intervenir, laquelle n’est pas concernée par le grade professionnel du prévenu, lequel ne joue en principe ni en sa faveur ni en sa défaveur. En conclusion, vouloir retirer un de ses titres à un membre de la communauté académique suppose que vous en fassiez vous-même partie. Voilà pourquoi je vous ai renvoyé à la rectrice, avec un brin d’ironie, je l’avoue. Pour le reste, vous vous êtes trompé sur mes intentions ; de même, si vous souhaitez que le professeur que vous estimez être en tort envers vous ou envers d’autres personnes soit sanctionné, votre plainte doit s’inscrire dans une procédure judiciaire.

    3. Merci à vous Prof. Célis d’avoir mis de l’humanité et de la délicatesse dans vos posts.
      J’aimerais également préciser ceci:
      La déformation systématique des propos ou « manipulation » est un grand classique dans les réunions « au sommet » où sont toujours présents les sujets les plus performants dans la pratique de ce procédé. Donc du moment que nous le connaissons à force de l’avoir observé, il est facile de le contourner de routine (un peu comme je contourne les bouchons sur les chemins de mes virées en connaissant parfaitement les territoires visités, de mémoire donc sans navigateur).

      De fil en aiguille, je me rends compte que les leçons du passé n’ont servi à rien du tout. Les humains reproduisent exactement les mêmes erreurs, systématiquement, en oubliant des évènements et des pratiques pas si lointains.

      Et juste pour aérer l’atmosphère, je confirme qu’en Lombardie le nouveau système Super-Green-Pass est une Super-Transparente-Passoire. Comme je suis exclue de « café » chez moi, je me rattrape plus au Sud tous les 3-4 jours et fais le tour de mes bars préférés entre autres activités utiles. Et:
      a) mes tests réitérés restent négatifs (malgré mon status médical très particulier et surtout très ancien);
      b) il n’y a aucun contrôle particulier aux frontières …… et sur ce thème mon expérience du terrain est imbattable;
      c) je dois avoir au moins 5 kilos d’EU-PFL-euple.eu et tests dans ma très discrète voiture (les douaniers préfèrent les modèles ostentatoires remplis de quadragénaires propres en ordre);
      d) et lorsque je boycotte une enseigne devenue flicarde, c’est pour toujours, n’ayant aucun d’état d’âme par rapport aux déménagements/modifications domiciliaires – bail du domicile provisoire déjà résilié.

      Ne vous découragez surtout pas, ne prenez pas sur vous certaines réflexions (c’est contre-productif), gardez intacte votre liberté d’expression, éludez les ignorant(e)s avec superbe, et surtout prenez grand soin de vous et de votre famille. eab
      “Aequam memento servare mentem”

  64. Le Lockdown pour les plus de 70 ans, non correctement vaccinés (2d ou 3d, selon) ne croche pas politiquement. Par contre, la vaccination obligatoire cela croche. Mais il n’y a pas de bases légales et le peuple n’en n’a pas voulu. Cependant, il existe une base légale, que le peuple à voulu, qui permet au Conseil fédéral de rendre la vaccination obligatoire pour les personnes fragiles. Cela tombe bien puisque cela permet de respecter les articles 8 al.1, 8 al.2 et 5 de la Constitution fédérale. Dès lors, il faut rendre la vaccination obligatoire pour les plus de 70 ans, avec pour seule conséquence pour eux que non vaccinés ils seront soumis à un Lockdown (à la suisse ou à l’autrichienne, pas à la française). Et comme on a que trop tardé, dans un premier temps un Lockdown pour tous est nécessaire. Subito.

    1. La loi habilite les cantons, pas le CF, à déclarer la vaccination obligatoire.

      ttps://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2015/297/fr#art_22

      Pour le CF (art. 6 al. 2), il faudrait que soient réunies à nouveau les conditions d’une situation particulière. Ce qui n’est actuellement pas le cas (grâce aux vaccins).

      ttps://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2015/297/fr#art_6

      1. Nous sommes toujours en situation particulière au sens de la loi fédérale sur les épidémies (Lep) dès lors que les organes ordinaires de la santé publique (cantons) ne peuvent pas faire face à l’afflux de patients covidaires et bientôt à l’afflux des décédés covidaires (6 al. 1 litt a Lep)*. Nous le sommes aussi au vu de l’internationalisation de la situation (6 al.1 litt b Lep). Dès lors le Conseil fédéral peut ordonner la vaccination obligatoire.

        A vous suivre, il faudrait abroger tout ce qui repose sur l’article 6 al.2 de la Loi sur les épidémies !

        ttps://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/krankheiten/ausbrueche-epidemien-pandemien/aktuelle-ausbrueche-epidemien/novel-cov/massnahmen-des-bundes.html#-834045337t

        Ce qui mettrait fin à l’usage en Suisse et aux frontières suisses du certicat covid. Le certificat covid dont l’existence est consacré par la loi covid pouvant être utilisé à l’étranger.

        * Les cantons n’arrivent pas à injecter les 3ème doses suffisament vite.

    2. @CEDH : Totalement d’accord avec vous, donc montrez l’exemple, enfermez-vous chez vous à double tour et jetez la clé dans les toilettes, si possible avec votre Natel. Merci de vous occupez de vous-même et de laisser les vieillards vivre leur vie.

      1. Il n’est pas question de laisser qui que ce soit saturer les soins intensifs au mépris de la vie des patients non covid. Pourquoi ne pas faire passer les patients covid qui atterrissent au soins intensifs, en ayant pris le risque de s’exposer alors qu’ils sont à risque manifeste, après les autres, les patients ordinaires ? Par exemple, les personnes âgées ou bien les plus de 50 ans manifestement obèses.

        Et bien on ne va pas le faire. Dès lors pour sauver les patients non covid, un Lockdown des non vaccinées/non guéris à risque est nécessaire. Pas longtemps d’ailleurs au vu d’omicron. Au surplus, personne n’est empêché de sortir mais seulement de rentrer ou de s’agglutiner.

        La vaccination obligatoire ne fait plus guère de sens au vu d’omicron.

  65. A CEDH qui sait tout mieux sur tous les sujets sans exception: Un grand bonjour de Lombardie où je teste les carences du Super-Green-Pass ….. SVP CEDH décrivez-moi de mémoire un membre « genevois mais pas tant que cela » fondateur le la SGI-SSMI, mais aussi un autre membre « genevois mais pas tant que cela » qui a énormément œuvré pour le titre FMH en médecine intensive, vous voyez bien ces éminents médecins (discrets, performants et immensément respectables) à la base de …..
    Et SVP, cher CEDH, SANS faire un bête PIQUÉ-COLLÉ depuis le site samw.ch ou ssmi.ch.
    Mais encore SVP citez-moi de mémoire une publication sur le tri des patient(e)s en médecine intensive, tri déjà en vogue il y a vraiment oui vraiment fort longtemps ……
    Attention, je ne saurai admettre la moindre erreur en la matière ! D’ores et déjà je sais que vous aurez réponse à tout et, qui sait, vous êtes peut-être un de ces intensivistes à la retraite versus reconverti à d’autres tâches. Il y en a quelques-uns dont je me souviens trop bien, sachant toujours tout mieux sur tout, et tout particulièrement dans cette ville sise sur les bords du milieu du lac Léman, vous voyez bien je pense.
    Allora, piuttosto che « subito », una risposta “di colpo” Carissimo CEDH.

    1. “…vous êtes peut-être un de ces intensivistes à la retraite versus reconverti à d’autres tâches.”

      A la retraite à l’âge de vingt-cinq ans (CEDH dixit), même si les jeunes sont de plus en plus “speed”, c’est faire preuve de dons hyperprécoces, non?

      1. Bonjour Lorem Ipsum, sans faire du “remplissage”, je dirais que CEDH est totalement accro à “Adulator propriis commodis tantum suadet”. Mais encore “barba non facit philosophum” puisqu’il n’a pas répondu du tac-au-tac à mes très basiques questions, ne nécessitant de facto aucune recherche (internet ou autre) lorsqu’on connaît les réponses. Écrit en vitesse sur les bords du lac de Côme ….. eab

Répondre à A Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *