S’il vous plaît, pitié pour eux!

Les nouvelles directives fédérales en matière de pass covid sont extrêmement démoralisantes pour tous, mais spécialement  pour les moins de 30 ans. On leur avait fait miroiter par exemple, une reprise des cours en présence et pan, l’EPFL, les Universités exigent le pass covid sans cela, c’est le renvoi dans sa chambre devant son petit écran.

Des menaces pèsent sur leur formation professionnelle, éventuellement sur leur contrat de travail, tous les moyens sont bons pour les obliger à se faire vacciner « en toute liberté », après qu’on leur avait répété, pendant des mois, que ce n’était pas eux qui étaient vraiment menacés par le virus, mais qu’ils devaient faire attention à cause des personnes âgées.

La nouvelle, hier soir 12 septembre, que la question se posait d’exiger le pass covid pour les stations de ski, voire les remontées mécaniques, a surpris vu la bonne expérience faite l’hiver dernier en Suisse. Pourquoi saper le moral des jeunes en esquissant une menace quatre mois à l’avance alors que les choses peuvent changer si vite en mieux comme en pire, on vient de le vivre dans les deux sens ?

Le pire à ce sujet, je le lis dans le Temps de ce 13 septembre (p. 8 en bas à droite) : un communiqué de l’ATS concernant les stations de ski comporte une citation (traduite de l’allemand sans doute) du président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé plaidant pour l’extension du certificat covid aux stations de ski et disant : « Le ski et les vacances d’hiver sont une activité volontaire, pour le plaisir ». Conclusion résumée dans le communiqué de l’ATS  « un certificat sanitaire obligatoire pour les remontées mécaniques et les stations de ski serait judicieux pour tout le monde »

A-t-on mesuré l’effet destructeur de tels propos ? Au moment où ils doivent revivre une sorte d’enfermement pour leurs études, leur formation ou le début de leur vie active, avec d’éventuelles craintes pour leur contrat de travail, les jeunes se voient déjà menacés d’être privés de sport cet hiver, parce que c’est une « activité de plaisir, volontaire ». L’exigence du certificat sanitaire serait-il donc en fait une punition des activités de plaisir ? Ne vous réjouissez de rien, jeunes gens, car si vous espérez avoir du plaisir, vous n’aurez qu’un choix : être vaccinés ou privés d’air pur et de sport.

Comment être moins humain ? Comment jeter plus d’huile sur le feu de la révolte ? Comment mieux saper la joie de vivre des jeunes ? La joie de vivre, c’est une part importante de la santé, or elle est aussi conditionnée par le plaisir. Puissent les directeurs cantonaux de la santé ne pas la sacrifier sur l’autel de la surcharge des hôpitaux.

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

148 réponses à “S’il vous plaît, pitié pour eux!

  1. Et bien soit ces jeunes sans défense dont vous vous faites le héraut se font vacciner, pour ceux qui ne le sont pas encore, soit ils se font tester… C’est aussi simple que ça.

      1. J’aurais tendance à être d’accord, ils gèrent leurs risques. Se pose tout de même le problème du risque pour la société, certes très faible, d’hospitalisation ainsi que celui largement supérieur de leurs transmissions involontaires.

        1. Ils n’encombrent pas plus les hôpitaux que les morgues. Quant à la transmission il faut compter sur la vaccination des personnes vulnérables dont la loi permet la vaccination obligatoire. Que cela plaise ou non c’est la loi ratifiée en votation par le peuple. Au demeurant si les vaccins ralentissent la transmission, l’un d’entre eux, Pfizer/2 doses, ne peut pas arrêter à lui seul la transmission au sein d’une population Pfizer-vaccinée.

      2. Mais beaucoup plus téméraire: le vaccin est une “inoculation sous contrôle”, alors qu’une vraie infection est un départ pour une aventure où tout peut mal tourner, peu importe qui on est, l’âge qu’on a et la santé qu’on a. Il faut aimer jouer à la roulette russe…

        1. Zéro mort de non vulnérables dans cette classe d’âge. Effet du vaccin inconnu à terme. Qu’est-ce qui est fou, la contamination sans béquille ou l’injection des béquilles ?

        2. Le gouvernement gère la pandémie dans sa globalité pour que la société continue à fonctionner.

          Si le risque que la population jeune et en bonne santé engorge les soins intensifs est infime et que les populations à risque sont vaccinées donc protégées, cela doit rester un choix individuel.

          Les laboratoires ont admis que l’efficacité du vaccin est tombée à moins de 40 % (étude en Israël). Beaucoup de personnes vaccinées développent la maladie avec des symptômes (j’en sais quelque chose).

          Donc, un jeune qui, dans 99 % des cas, faisait une forme légère voire asymptomatique doit se faire vacciner pour … avoir une chance sur deux de faire une forme légère voire asymptomatique.

          Le gouvernement doit protéger la collectivité. Là, ce qui n’est pas cohérent, c’est la suppression des autres mesures sanitaires (masque, distance, nombre de personnes et aération dans les lieux clos). De plus, vu que les vaccinés-asymptomatiques ne sont plus testés (même s’ils sont contagieux), il est devenu impossible de connaître le taux d’incidence. Cela va même plus loin car si vous êtes cas-contact vacciné, aucune précaution n’est requise (j’en sais aussi quelque choses, c’est comme ça que je l’ai attrapé même étant vacciné). C’est assez grave alors que nous n’en sommes qu’en phase d’apprentissage avec ces vaccins: plus de 50 % de la population n’est quasiment plus testée car elle vaccinée. Dès lors, la majorité des cas positifs rapportés sont évidement le fait de la population non-vaccinée. Pas très scientifique tout cela, bonjour les biais dans les statistiques.

          En résumé, un jeune non vacciné en contact de personnes à risque: c’est mal et il faut prendre des précautions. Un jeune vacciné peut se rendre sans problème dans un EMS ou à son école même avec des symptômes.

          Je suis perdu.

          1. La suppression des mesures de protection dès lors qu’est fait usage du certificat covid démontre bien qu’il ne s’agit pas d’une mesure sanitaire mais d’une mesure de contrainte vaccinale contournant en toute inconstitutionnalité (art.5; bonne foi) la loi fédérale sur les épidémies qui ne permet pas de rendre obligatoire la vaccination sauf pour les personnes le plus vulnérables. On est en présence d’actes constitutifs de contrainte illiicte au sens de l’article 181 CP. On peut aussi relever que la justification sanitaire, outre que d’être inexistante au vu de l’abandon des mesures de protection afin de promettre un retour à la vie d’avant au vacciné, n’existe pas puisque le nombre de nouvelles hospitalisations était déjà en baisse deux semaines avant l’introduction du certificat covid.

            Mais quels sont donc les auteurs de ce délit ?

          2. Merci à CEDH pour cet excellent commentaire qui ouvre sur des questions politiques:
            Si donc les autorités ont complètement lâché la boussole que devrait constituer la constitution, s’ils ont perdu le sens commun en “oubliant” qu’il n’y a pas de bénéfice pour les jeunes en bonne santé à se faire vacciner (mais il y a un vrai problème pour les étudiants d’être exclus des travaux pratiques), peut-on leur laisser créer une nouvelle réalité à partir d’un discours falsifié dans un processus qui n’a rien de démocratique? Ils sont tellement prudes, fidèles à leurs promesses et efficaces.
            Souvenez-vous l’Irak (même si cela n’arrive qu’aux autres)…

    1. Pourquoi ils devraient le faire? Vous n’avez pas l’air de savoir que même l’OFSP a admis que le vaccin n’empêche pas la propagation. Vous vivez dans le passé, c’est ça ? Ou dans l’illusion de la pharmaco-pseudo-solidarité qui a détérioré la vie des vieux aussi ? J’ai pas vu beaucoup de gens sauter de joie quand cette solidarité était appliquée, même pas les concernés qu’on voulait protéger. Mensonges et illusions.

          1. La valeur exacte n’est pas quantifiable actuellement, mais que la proposition reste vraie selon les faisceaux d’indices. D’où l’usage d’un terme qualitatif. J’imagine que je ne vous apprends rien.

          2. Je vais donc en donner une idée. Il est indubitable qu’au sein d’une population de double-vaccinnés par Pfizer âgés de plus de 50 ans le virus circule et que la circulation y prend de l’ampleur. La même chose pour la circulation au sein d’une population de tout âge double-vaccinés à coup de Pfizer il y a plus de 4 mois. Autant dire que ce vaccin est une passoire à virus.

          3. Le site de la Confédération permet de voire clairement une circulation en augmentation dans toutes les tranches d’âges sur les semaines précédentes. L’augmentation relative des tranches d’âges supérieurs est cependant inférieure à l’augmentation relative de ces mêmes tranches d’âge supérieures durant la précédentes poussée aux environs d’avril. Je maintiens donc, que même diminué, l’effet protecteur du double vaccin Moderna, et même Pfizer reste parfaitement clair.

        1. En fait même ça c’est un mythe, une étude récente a montré que les vaccinés contaminés au variant delta ont une charge virale 251 fois plus élevée que les non-vaccinés. Et 20% d’entre eux sont asymptomatiques. Voici l’analyse du Dr. Bernard Jordan: ttps://radiolibre.ch/podcast/vaccine-et-variant-delta-une-creation-dune-bombe-biologique/

          1. Faux. Vous avez mal lu l’article.
            D’abord une précision importante : cet article n’a pas été “validé par les pairs”.
            Ensuite, il est écrit 251x plus que les infectés entre mars et avril 2020. Donc au début de la pandémie, lorsque le variant qui circulait était nettement moins contagieux que le variant Delta.
            L’article compare donc “des oranges blondes bio avec des oranges sanguines.” Juste pour faire le buzz.

          2. Je me fie plus volontiers au site du CDC (ttps://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/variants/delta-variant.html) qu’à un podcast d’un médecin hors de son domaine de compétence sur une obscure plateforme crée le 4 mars 2021 et dont la page contact est encore le “lorem ipsum” du template WordPress

    2. Pour un héraut de la lutte contre les discriminations, c’est cocasse d’appeler à la discrimination!
      Oui, c’est aussi simple que cela. Et c’est avec ce type de discours simple qu’on aboutit à de graves catastrophes.

      1. La discrimination n’est absolument pas un problème, c’est les critères qui peuvent poser problème. Un joueur de 27 ans ne peut pas jouer en M18. Une riche paient (normalement…) plus d’impôt qu’une pauvre. Un automobiliste qui roule à 65 devant un radar dans une zone 50 sera flashé, alors que celui qui roule à 48 ne le sera pas, et personne ne s’oppose à ces discriminations.

        1. La discrimination est un grave problème, source de violence dans la société.
          Les exemples que vous donnez ne sont pas comparables.
          Le code de la route est un ensemble de règles qui s’applique pour ceux qui ont le privilège de posséder un véhicule.
          Il s’agit de privilèges.
          Et pour le reste, rien ne vous empêche de jouer au foot entre personnes de différents âges. Les règles que vous citez s’appliquent à ceux qui sont membres de l’ASF. Personne ne vous empêche de jouer au foot en dehors de l’ASF, qui est une association privée.
          Accéder à l’éducation est un droit inscrit dans la Constitution.

          1. Discrimination, nom féminin, (latin discriminatio, -onis, séparation, avec l’influence de l’anglais discrimination)

            1. Action de séparer, de distinguer deux ou plusieurs êtres ou choses à partir de certains critères ou caractères distinctifs ; distinction : Opérer la discrimination entre l’indispensable et le souhaitable.

            Synonyme :

            distinction

            Contraires :

            assimilation – confusion

          2. Toute distinction n’est pas une discrimination. Il est cependant des critères considérés comme sensibles qui font qu’une distinction basée sur un tel critère est difficilement admissible, mais elle peut tout de même l’être. L’âge est un critère sensible (8 alinéa 2. Cst.féd). Pourtant le Tribunal fédéral admet un âge maximun comme critère d’accès à la fonction de notaire ou de juge.

            Distinguer selon que l’on est vacciné ou non c’est distinguer selon un critère sensible. Pourquoi sensible ? Parce que s’il est aisément possible de se faire vacciner, il n’est pas possible de se faire dévacciner. Par contre distinguer selon que l’on est testé ou non n’est pas se fonder sur un critère sensible. Dès lors le passe sanitaire n’est pas discriminatoire si les tests sont effectivement accessibles.

            Quant à l’argument financier des vaccinés il tombe à faux puiqu’il ne s’agit pas de tests de confort mais bien des tests compensatoires permettant qu’une mesure, le passe sanitaire, demeure constitutionnelle.

            Dans la mesure où le test devient illusoire et le passe pérenne, la constitution est violée et ceux qui adoptent ces mesures contraignent à la vaccination en violation de la loi. Les conseillers fédéraux UDC ont soutenu la fin de la gratuité mais se sont opposés au passe. Ils sont donc innocents. Quid des autres Conseiller fédéraux ?

    3. Ah, Je viens de retomber sur Le Temps du 8 janvier 2022, je vous le cite:
      “Les personnes vaccinées début 2021 sont conviées depuis mi-décembre à une troisième injection. Ces injections contiennent un mix des vaccins de première génération, et une mise à jour ciblant plus efficacement les mutations observées sur les variantes dominantes fin 2021. Au niveau de la vaccination des plus jeunes, après l’ouverture de la vaccination aux 5-12 ans fin novembre, les études concluent à l’efficacité et à l’innocuité des vaccins à posologie adaptée pour les 6 mois – 5 ans. La vaccination devrait leur être ouverte dans les semaines à venir.
      Avec un taux de vaccination de la population approchant les 77% et 85% de la population possédant les anti-corps, la situation sanitaire globale permet d’entrevoir sereinement 2022. Cependant, le port du masque reste obligatoire dans les zone à forte densité comme les transports en commun, et l’exigence extensive du passe sanitaire reste d’actualité, afin de permettre au système de santé une certaine récupération après 2 ans sous très forte charge. Il est à noter que les unités de soins intensifs sont toujours occupées à hauteur de 15 à 20% par des patients covid, dont 92% ne sont pas vaccinés. Comme en 2021, les gestes barrières et l’hygiène permettent de réduire les cas de grippes saisonnière à leur portion congrue”

      Voilà, comme ça vous avez toutes les informations pour écrire vos billets, et poser vos question de manière proactive.

  2. Les déclarations concernant le ski sont vraiment incompréhensibles ! Ce sport se pratique en plein air ce qui ne favorise pas la propagation du virus. Les personnes qui vont skier sont en bonne santé, car celles ayant le Covid n’iront probablement pas skier. En ville, dans les transports publics il n’est pas nécessaire d’avoir un passe sanitaire et sur les terrasses des restaurants non plus … Alors pourquoi le passe sanitaire devindrait-il indispensable à la montagne ?
    Tout est entrepris pour démoraliser la population ! J’espère que toutes ces personnes s’en souviendront lors de la votation du 28 novembre prochain et voteront NON à la loi Covid d’urgence, car les décisions des autorité sont incompréhensibles et disproportionnées. Cela correpond de plus en plus à une dictature …

    1. Le ski se pratique en plein air, oui. Après une montée en télécabine.
      On ne demandera pas de passe sanitaire à ceux qui montent en peaux de phoques.

      1. Détrompez-vous. L’autorité sanitaire intercantonale a préconisé d’exiger l’Ausweiss (Impfaussweis de préférence) pour entrer dans les stations de sport d’hiver. L’étape suivant sera sans doute l’Impfausweiss pour sortir de chez soi et aller dans la rue avant de s’attaquer aux campagnards.

  3. Bonsoir Madame,
    …Et ils en remettent une couche 🙁 Pauvre jeunesse , pauvres citoyens de tous âges à qui on a fait des promesses sans aucune intention de les tenir … après ça on dira que c’est les anti-vax qui sont agressifs . Je termine ce commentaire en souhaitant courage à celles et ceux qui doivent se plier , contre leur gré , à toutes ces mesures .
    Bonne soirée .

    1. Les antivax sont des gens qui ont de toute évidence un trouble de l’opposition. Avez-vous vu leurs manifs? Partout dans le monde, ces manifestations de gueulards bornés font honte à la population normale.

      Les gens qui se vaccinent ne manifestent pas. En plus, ils tolèrent les antivax agressifs au delà du raisonnable, paient pour leurs pots cassés, et continuent paisiblement de vaquer à leurs occupations.

      1. « des gens qui ont de toute évidence un trouble de l’opposition »

        … comme d’autres ont un goût marqué pour la soumission et le suivisme.
        Car comment peut-on raisonnablement penser que la m…de ne soit pas bonne ? Des millions de mouches ne peuvent pas avoir tort.

        Mais je vous rassure : dans le futur vous pourrez vaquer paisiblement à vos occupations sans être dérangé par tous les gueulards, les déviants et autre parasites qui vous empêchent de vivre sereinement, en bon citoyen respectueux des règles que vous semblez être.

        tps://www.youtube.com/watch?v=ymuC8St-TFs
        (Source France2 – Envoyé spécial)

        tps://www.youtube.com/watch?v=TM0J6318ink
        (Source Arte)

        1. @ Olivier Caillet . merci pour ces vidéos dont la réalité fait froid dans le dos. Lorsqu’Orwell publia son livre fiction en 1949 , “1984” (Big Brother vous regarde), pensait-il vraiment qu’un jour , ce qu’il écrivait deviendrait réalité ? Il avait simplement quelques décennies d’avance….Le Covid est venu à point pour mettre en place ce système de surveillance .. La preuve est dans le livre de Klaus Schwab , “l’illuminé” fondateur du forum de Davos, “COVID-19: La Grande Réinitialisation” publié il y a juste une année.. Son mot de la fin : “Je ne possède plus rien, je n’ai plus de vie privée et jamais la vie n’a été aussi belle!” Quelle perspective enthousiasmante !

  4. Merci à Suzette Sandoz de garder les pieds sur terre, de prendre un peu de recul pour voir un peu plus large. Nos autorités ont clairement oublié que la santé n’est pas qu’un corps qui n’a pas de virus, que les plus grands maux ne sont pas ceux qui font souffrir le corps physiologique. Une détresse mentale est plus longue à soigner qu’une vilaine fièvre, comment peut-on l’ignorer?

    1. Plus le taux de vaccination augmente, plus le risque de confinement ou de perte d’un être cher diminue. La santé mentale d’une grande majorité ne s’en trouvera qu’améliorée.

      1. Ce n’est malheureusement que partiellement exact (source OMS, études Israël et USA). Les populations à risque vaccinées avec Pfizer en janvier ne sont quasiment plus protégées (réappartion des formes graves des hospitalisation et des décès). Les plus jeunes qui ont eu accès au Moderna le sont probablement encore pour un certain temps. Sont-ils contagieux ? Oui, mais probablement un peu moins mais le virus, lui, l’est plus.

        Le vaccin devrait aider en atténuer la 4ème vague mais on manque encore pas mal de recul pour savoir si cela sera suffisant pour sortir de cette pandémie
        et accéder à la normalité (qui semble importante pour votre santé mentale).

        Pour ma part, je me suis préparé à vivre autrement pour un certain nombre d’années. Certaines choses redeviendront possibles, d’autres pas et il faudra s’adapter.

        1. Elles sont toujours bien plus protégées que sans vaccination. Une troisième dose de vaccin sera certainement nécessaire, c’est ce que font d’ailleurs Israël et les USA. En Suisse, on commence par dire non, puis peut-être, et finalement oui.

          Je suis d’accord avec le fait de devoir envisager une vie différente “d’avant”. C’est vrai pour la situation sanitaire, pour le climat… et mon petit doigt me dit que l’économie ou plutôt la finance nous réserve un septembre aux relents de 2008.

          1. Votre petit doigt?
            Pas besoin d’être devin pour prédire que les mesures anti-Covid vont provoquer un cataclysme économique mondial, avec une explosion de l’inflation et un appauvrissement général de la population.
            C’est le résultat très, très prévisible de la politique folle que vous soutenez depuis des mois par vos commentaires.

          2. Les tuyaux de mon petit doigt:
            1) Les leviers de hedge funds ou des family offices (CS: au final, avec Bill c’était 5x ou 8x?)
            2) Réhypothécation des collatéraux et réserves fractionnaires ridicules
            3) Naked short selling rampant (CS: toujours pas fermés ces derniers 3% d’Archegos?)
            4) (C)MBS pourris (UBS: comment vont loyers new-yorkais?)
            5) L’overnight reverse repo qui dépasse quotidiennement les 1’300’000’000’000 USD (oui oui, 1’300 milliards)
            6) De la dette chinoise qui commence à déborder de partout (UBS, CS, Pictet, Vontobel: EVERRE vous souhaite une bonne journée)
            7) Un marché des dérivés 10x plus grand que celui des valeurs nominales.
            8) La planche à billets tourne vite et bien depuis longtemps,
            8 bis) Son accélération, partiellement due à la covid, évidement n’aide pas, mais c’est presque un détail.

            Vous m’apprenez que je soutiens une politique folle. J’imagine que vous pensez aux quelques semaines de couvre-feu très partiel que nous avons vécu en Suisse et aux quelques limitations liées à ceux qui n’ont pas le passe… on ne doit même pas approcher l’épaisseur du trait par rapport aux éléments 1 à 8 ci-dessus.

            Attribuer une potentielle catastrophe économique mondiale au covid serait absolument malhonnête, mais effectivement, ça sera tenté pour éviter de trop discuter des vraies causes.

          3. Personne ne dit que c’est le Covid.
            C’est les mesures folles de 2020 et 2021 – qui vont faire couler l’ancien monde.
            Oui, ces mesures vont couler l’économie et ruiner une bonne partie de la population mondiale.
            ttps://www.insee.fr/fr/statistiques/2830286#tableau-figure1
            Le tableau vous montre qu’en une année l’Espagne a pris 25% de PIB d’endettement en plus.
            L’Italie 20%. La France un peu moins.
            La Suède elle n’a pris que 4% (encore le fameux contre-modèle que vous détestez…).
            La folie d’endettement volontaire des Etats va faire exploser l’inflation et frapper de plein fouet la population et les petits commerçants.
            Que l’économie n’allait pas bien en 2019 est un fait.
            Mais les mesures anti-Covid sont visiblement plébiscitées par beaucoup de monde – pour effectuer un redémarrage jugé nécessaire et imposé par les puissants – qui ont besoin de l’Etat d’urgence sanitaire pour leurs tours de passe-passe.
            Tout cela est organisé et n’a rien d’un accident.
            Donc, soit vous soutenez cela cyniquement (Pourquoi?), soit vous ne comprenez pas le chaos qui découlera des mesures en question – qui sont loin d’être anodines, car elles vont provoquer un krach gravissime (économique et social) et atteindre directement les personnes les plus vulnérables.
            En cas de surendettement (et c’était effectivement le cas avant la crise), un tel krach sera cataclysmique. Et on dirait que cela vous réjouit.
            Souhaitez-vous une révolution mondiale?
            Il faut être fou pour souhaiter le pire en pensant que cela amènera du meilleur.

          4. Dans votre billet précédent:
            “Pas besoin d’être devin pour prédire que les mesures anti-Covid vont provoquer un cataclysme économique mondial…”

            Et maintenant, vous dites:
            “Personne ne dit que c’est le Covid”
            Puis vous comparez les dettes nationales de certains pays en associant leur augmentation à la crise covid justement. J’avoue m’y perdre. En aparté, si vous voulez faire une comparaison avec la Suède, prenez ses pays limitrophes. L’économie et l’assise financière de l’Espagne, suite à la crise de PIGS et de l’Euro, n’est pas comparable à celle de la Suède.

            La crise systémique qui menace n’a absolument pas besoin de celle de la covid. Mes prises de positions ont toujours été dans le sens de limiter l’impact de la covid et la contrôler. Posez-vous la question de ce qui est plus disruptif: un système de santé saturé et effondré, des morts par milliers chaque jour durant des mois, une économie et un système effondrés, ou alors faut-il mieux contrôler cette pandémie et accepter quelques contradicteurs secouant des cloches. Ceci afin de pouvoir adresser _séquentiellement_ les problèmes majeurs comme le système financier en bout de course, les problèmes liés au changements climatiques rapides ou la montée des populismes et éviter que tout n’explose dans une quantité de souffrances inouïe.
            Si vous croyez toujours que je me réjouis de l’arrivée de ces crises ou souhaite leur venue pour permettre une catharsis expiatoire anarchique ou de permettre une domination des “Elites” par un nouvel ordre, relisez ce paragraphe.

            J’ai l’impression de commencer à comprendre votre raisonnement. Nos points de vue ne sont pas si éloignés sur la visée. J’ai l’outrecuidance de penser que dans votre analyse, vous ne prenez pas assez de hauteur. Si vous voyez la vaccination, le certificat ou les lock-downs comme un des axes de travail de soumission du peuple, j’y vois des solutions temporaires raisonnables pour faire baisser la pression sur le système sanitaire et l’économie, évitant de déclencher une crise encore plus grave.

  5. Il n’y a pas que de jeunes écervelés sur les pistes : on coupe les ailes également aux jeunes moniteurs de ski Jeunesse et Sports en pleine santé, parfois futurs enseignants éducateurs, physiothérapeutes ou médecins, non vaccinés en connaissance de cause. Encore des professions, comme celle d’infirmier(ère) – également davantage récalcitrantes à la vaccination par rapport à la moyenne de la population – dont on dégrade les conditions. Et l’on s’étonne ensuite que le personnel fasse défection.

    1. Ces jeunes moniteurs de ski ont encore 1 mois pour se faire injecter la première dose et enseigner durant les vacances de Noël. Ils ont aussi le choix de se faire dépister… Avec ce qu’ils dépensent en après-ski, ça paie largement les tests, et sera bénéfique à leur foie.
      Les professionnels de la santé sont largement plus vaccinés que la moyenne: 84% du personnel en contact vacciné au 07.07. ww.reiso.org/actualites/fil-de-l-actu/7674-lausanne-haut-taux-de-vaccination-du-personnel-soignant

    2. Comme Samy vous le rappelle, le personnel de la santé est dans sa grande majorité (84%) vacciné – en effet plus que la moyenne de la population. Et plus le niveau de formation est élevé, plus le nombre de vacciné(e)s augmente. A l’inverse, plus le niveau baisse, plus le taux de défections augmente. …

      Le malade ou le ski? That’s the question.

  6. Cette fois-ci je suis d’accord avec vous (bien que non concerné).
    Comme l’a fait remarqué M. Anouch Seydtaghia, les écoles (l’éducation) étaient dans la zone “verte” concernant le certificat sanitaire. Ce qui me choque le plus n’est pas tant cette décision (démoralisante), mais la manière dont elle est prise (pas d’anticipation) et la mauvaise communication. La même chose me désole concernant l’extension du passe sanitaire : la France p.ex. a mieux anticipée et préparée la population, en posant une date lointaine et en ayant une période de rodage.

    “Comment jeter plus d’huile sur le feu de la révolte ?”
    C’est vrai.
    Mais c’est vrai aussi que vous remuez le couteau dans la plaie. Non ? 🙂

    Et si nous nous dépêchions de suivre l’exemple du Danemark ?
    Je pense que personne n’a envie de revivre l’automne et l’hiver de l’année passée.

    Ceci dit, je serais curieux de connaître la proportion des étudiants déjà vaccinés. Je l’imagine proche de la moyenne suisse. Peut-être même supérieure ?

  7. Merci pour votre clairvoyance.
    Nous vivons des heures sombres actuellement. Cela remet en cause les notions fondamentales de notre société, en bout de course et qui va dans le mur.
    Il y a au moins un avantage à cela : les prédateurs sont sortis de leur trou et s’exposent au grand jour.
    Sont-ils convaincus de leur toute puissance ou sont-ils acculés pour agir de la sorte ?
    J’ai profondément confiance en l’humanité, qui saura bâtir un monde plus juste après cela, lorsque les derniers lobotomisés de la propagande auront reconnu qu’ils étaient atteint du syndrome de Stockholm; qu’ils ont mal pensé, mal agi. On saura leur pardonner.
    La question est : combien en restera-t-il après que leur système immunitaire se soit emballé ?
    La majorité silencieuse sort aussi de son trou, pour équilibrer les forces. C’est dans la nature !
    En tant que parent, je me fais un devoir de lutter contre cette folie, afin de donner un cap sain à ma progéniture.

  8. Pour une fois que les élites de gauche de demain auraient pu montrer un peu de solidarité pour leurs aîné.e.s. …

    Ça va être drôle leur discours de demain. Quand j’étais étudiant, je ne voulais pas me faire vacciner pour le bien commun, mais maintenant que je suis politicien, je vous demande de payer plus d’impôts pour les assurances sociales.

    Nous assistons à la fin de l’état d’esprit des boomers. Ils ont marché pour sauver la Terre, mais ne sont pas prêts à se vacciner pour sauver leur voisin.

    Qu’ils dégagent des auditoires.

    Pas vaccinés, pas de chocolat.

    1. Je serais intéressé à savoir si la cause antivax est proportionnellement plus importante à gauche ou à droite, et de même sur l’axe libéral-conservateur. Je _pense_ qu’on a ici un sujet qui n’est pas politiquement clivant.

        1. Je pense qu’il ne serait pas difficile d’obtenir un échantillon significatif, même en excluant ceux qui comme vous s’opposent cette vaccination de manière spécifique.

    2. Merci pour ce commentaire plein de bienveillance. Même si je n’ai pas tout compris, on sent bien que vous avez l’amour de votre prochain chevillé au corps.

  9. Madame Sandoz, vous êtes trop pressée de plaindre les étudiants de l’Uni et l’EPFL. S’ils sont vraiment mécontents, ils ne se gêneront pas de manifester, comme déjà fait en d’autres occasions. Mon pronostic est qu’en ces lieux où les esprits formulent des hypothèses, analysent et raisonnent avec un QI souvent plus élevé que le moniteur de ski ou autres professionnels de la joie de vivre avec ses muscles, il n’y aura pas de Sufferer Parade comme à Genève où le pont du Mont-Blanc a risqué de craquer, mais peut-être quand même une dizaine d’attristés qui perturberont la circulation au parking. Alors j’espère que si mes avis sur les sages et intelligents étudiants se confirment, vous ne classerez pas trop vite votre présent article dans les archives de l’oubli, afin de lui donner une suite. Je crois cela possible, parce que vous n’êtes pas une journaliste professionnelle encouragée par un directeur des publications comme celui que j’ai entendu par un pur hasard, en collant l’oreille à la porte lors d’une invitation à visiter les coulisses du journal : « Donnez des é-mo-tions à nos lecteurs, ils ont besoin d’actualité rafraîchissante en cette chaude saison où nous peinons à respirer. Je veux que votre prochain article soit un grand verre de limonade limpide, avec un titre qui pétille, et vous ajouterez une tranche de citron frais pour donner du zeste !.. Au travail ! »

  10. Je viens de terminer la lecture de votre texte, et ce qui me frappe, c’est que vous n’y énumérez aucune raison de refuser le vaccin. Vous ne faites que victimiser les gens (en particulier les étudiants et les enfants) chez qui “on sape la joie de vivre”. Je crois en effet qu’on ne fait pas mieux pour polariser un débat qui est, faut-il le rappeler, sanitaire et rien d’autre.

    Après 18 mois de pandémie et des milliers de vies écourtées, les gens ont normalement compris la situation. Ceux qui se feront vacciner retrouveront une vie normale avec la passe sanitaire. Les autres mourront d’ennui (ou mourront éventuellement tout court s’ils attrapent la Covid et développent des complications). Chacun est libre de ses choix; chacun est le seul responsable des choix qu’il fait.

    1. « un débat qui est, faut-il le rappeler, sanitaire et rien d’autre »

      Je n’y crois pas un instant. Ça l’a peut-être été au début de la pandémie et des première campagnes de vaccination des personnes à risque. Mais depuis l’introduction du pass sanitaire on est passé à autre chose : un affrontement idéologique entre deux visions irréconciliables de la société qui existait déjà bien avant la pandémie.

      A travers ce pass, c’est clairement un projet de société, que je qualifierais de « progressisme autoritaire », qui tente de s’imposer par la force à l’ensemble de la population. Le message sous-jacent est « on va vous rendre solidaires bande d’égoïstes, que vous le vouliez ou non. Et si vous n’êtes pas d’accord, alors dégagez, on ne veut pas vous ! »

      Je crois que c’est MOJIX dans son commentaire qui résume le mieux cet esprit :

      « Nous assistons à la fin de l’état d’esprit des boomers. Ils ont marché pour sauver la Terre, mais ne sont pas prêts à se vacciner pour sauver leur voisin.
      Qu’ils dégagent des auditoires. Pas vaccinés, pas de chocolat. »

      1. que je qualifierais de « progressisme autoritaire »

        En apparence seulement selon moi. Ce débat ressemble à celui de la fumée de cigarette: si fumer en public est un acte égoïste qui met en péril la santé des autres, son interdiction est bel et bien un enjeu de santé publique, même si certains fumeurs, aveuglés par leur addiction, s’en émeuvent et font une cabale contre ce progressisme qu’ils qualifient d’autoritaire.

      2. Les boomers sont les plus vaccinés; ils ont compris depuis longtemps. Ils ne s’opposent pas au progrès scientifique comme les millénariaux et les Y, qui croient que la vie est facile parce que les générations précédentes ont tout fait avant eux.

    2. Trois. Je le répète TROIS personnes âgées de 20 à 29 ans sont décédées du covid depuis le surgissement de l’épidémie. Trois alors que près de 1’000 personnes de cet catégorie d’âge trépassaient pendant la même période.

      ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/death?time=total&rel=abs

      1. Quand bien même il y en ait qu’une seule, ce serait une mort de trop puisque c’est une mort évitable.

        De toutes façons, les antivax oublient qu’on vit en démocratie, et qu’en démocratie, c’est la loi du plus grand nombre qui s’applique à tous. Les antivax, minoritaire dans leur idéologie, refusent de s’y plier, puis c’est eux qui nous font la leçon?

        1. Dans une démocratie on respecte la loi votée par le parlement et ratifiée par le peuple, en l’occurence la loi fédérale sur les épidémies qui ne prévoit pas la possibilité d’ordonner la vaccination obligatoire pour tous.

          Dans une démocratie on respecte aussi la Constitution fédérale adoptée par le peuple et les cantons, notamment son article 5 qui ne permet pas à l’Etat de ne pas se comporter de bonne foi, ce qu’il fait en contraignant de manière tordue à la vaccination.

          1. Mais je respecte complètement le choix démocratique de ne pas rendre la vaccination obligatoire et donc, ce n’est pas contre ça que je m’indigne!

            Je m’indigne contre les arguments des antivax! Je m’indigne contre leur négation du fait scientifique!

          2. Mais vous niez le fait que la classe d’âge des étudiants n’est pas atteinte par une horrible épidémie de mort, ne remplit pas les installations funéraires, ne sature pas les hôpitaux.

            Mais vous niez que l’on n’est en matière vaccinale nullement à l’abris de mauvaises surprises comme le montre l’exemple de la décennie précédente : Dengvaxia.

        2. Combien de vulnérables parmi les trois morts ? Sans doute tous. Que préconisez vous pour abolir la mort dans cette classe d’âge ? Je pense aux centaines de morts survenus dans cette classe d’âge depuis que le covid-19 a surgi. Il faudra vous y faire le covid-19 est un problème de vieux.

          1. Plus maintenant, vu que les vieux sont vaccinés à +80%. L’âge moyen des admissions covid en hospitalisation est maintenant autour de 54 ans et il diminue.

          2. Quand on a 20 ans, 54 ans c’est vieux. Quant à moi j’ai toujours fait référence aux moins de 40 ans et l’article de Mme Sandoz concerne les moins de 30 ans.

      2. je dirais même plus :
        19 morts dans la classe d’age 0 à 39 ans … (depuis le début de l’épidémie à aujourd’hui)
        ttps://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/death?time=total&rel=abs

        Allé hop les jeunes ont ce sacrifie vite pour le confort de consommation des vieux

        le mur ce rapproche , ont va bien finir par se le prendre… ( ou bien? )

      3. Bonjour CEDH,
        Si vous sous-entendez qu’il y a plein d’autres efforts importants à faire en prévention et santé publique pour réduire la mortalité de ces 1000 jeunes personnes, alors nous sommes entièrement d’accord.

        Encouragé le vaccin n’est-il cependant pas complémentaire selon vous dans cet objectif ? (sans obligation même indirecte)
        3 morts du covid en Suisse entre 20 et 29 ans. Combien de mort causé par le vaccin entre 20 et 29 ans ? Zéro ?

        1. Zéro mort du covid chez les non vulnérables âgés de 20 à 29 ans. Mais quels sont les effets à longs termes de la vaccination ? Rappelez-vous de Dengvaxia. Rappelez-vous des anticorps anti-organes sous l’influence de la vaccination dont on ne sait rien bien que Swissmedic y ait vu un intérêt certain. Inutile d’imposer un pari à cette classe d’âge.

          1. Et quelles sont les séquelles possibles à long terme d’une infection à la Covid? On connaît déjà le risque d’AVC accru, les problèmes neurologiques, les douleurs, la fatigue chronique. Quelles sont les autres? Certaines personne n’ont pas toujours pas retrouvé le goût et l’odorat après un an de guérison… Le coronavirus infecte le système nerveux central, cela vous tente?

    3. Voici une raison: se vacciner est inutile parce que les personnes vulnérables étant vaccinées, elles ne peuvent pas mourir du COVID. Parce que les personnes non vulnérables ne peuvent pas non plus mourir du Covid. Et parce que le vaccin ne bloque la transmission qu’à 50%.

  11. Merci Madame,
    Effectivement en tant que mère d’un jeune qui doit commencer l’Epfl, je ne peux qu’adhérer complètement à vos écrits. J’ai constaté la désespérance et la révolte de ces jeunes finalement “pris au piège” une semaine, oui une semaine!!! , avant leur rentrée universitaire. Nous parents nous sommes également excessivement très très mécontents et indignés du procédé.
    Nos jeunes qui devaient se réjouir de commencer une formation et de s’accomplir en tant que jeunes adultes se retrouvent du jour au lendemain privés de
    Culture, de loisirs, de restaurant universitaire, de formation équitable pour tous,

    il n’est pas certain que toutes les écoles proposent des cours en ligne de qualité pour remplacer les cours en présentiel
    et dans une certaine mesure ils sont privés de religion au-delà de fêtes à plus de 50 personnes.
    Oui, tout cela est bien perçu comme une violente agression, et ne soulève même pas la question de la vaccination ou pas, mais la question de ne pas être respectés ni estimés. De plus, établir un pass sanitaire alors que les étudiants n’ont pas la possibilité matérielle de l’obtenir!!! … il faut au moins 4 semaines pour ceux qui voudraient, ou qui pourraient, se faire vacciner s’ils n’ont rien à perdre au niveau santé. Donc, avec la fin de la gratuité des tests cela revient entre 100 et 150 frs par semaine pour assister aux cours. Et encore, cela suppose de pouvoir trouver des rendez-vous pour pouvoir se faire tester de façon à couvrir tout l’emploi du temps.

    Quand on décide un pass, on s’assure de la faisabilité pratique!

    Et du respect de chacun. Finalement les plus pauvres et ceux qui ont déjà des restrictions de santé sont les 1ers à souffrir. Il y a l’épidémie, la crainte de perdre des êtres chers et maintenant ça!
    Quelle image atroce du pays pour nos jeunes! Même la France n’a pas osé le pass dans les universités ! Quel avenir leur propose t-on?
    Ils sont traités comme s’ils étaient idiots et irresponsables et qu’il ne faille plus qu’utiliser des mesures de coercition indirecte avec eux.
    Et leur demander en collaboration positive et leur créativité pour gérer la crise ce n’était pas possible?

    Je suis aussi très inquiète de la fracture de la société ainsi provoquée.

    Voilà comment aujourd’hui je vois les choses en tant que mère et Docteur en Psychologie ayant enseigné à l’université à Paris et à Genève

    1. L’esprit critique, l’évaluation des risques, la capacité à lire des documents techniques, y compris en anglais, la débrouillardise, l’évaluation de ratio coût/bénéfice font partie du bagage nécessaire à posséder ou à acquérir pour réussir à l’EPFL. C’est donc un excellent exercice qui lui est proposé.

      1. Toutes qualités qui semblent subitement vous faire défaut, ce qui ne peut que nous étonner de votre part. Il s’agit là d’une population, d’êtres humains, victimes d’un revirement étatique faisant passer de vert à rouge ce qui devait rester vert selon les promesses des politicards élus : l’éducation. Dois-je écrire violation du principe de bonne foi ou parole de pute ?

        Quant au fond voilà une population guère affectée par la covid-19 puisque comptant trois décès en tout et pour tout, dècès du covid-19 s’entend puisque pendant ce temps près de 1’000 personnes de cet âge décédaient. Trois personnes manifestant des signes de vulnérabilité bien évidemment. Il vaut mieux avoir 25 ans et ne pas être vacciné que 65 ans et être vacciné. La gérontocratie dirigeante est passée par là.

        Tests ? Encore faut-il qu’existe une capacité de test suffisante et que l’on puisse les payer. Reste évidemment le statut de guéri mais pour cela il faut être malade. Va-t’on vers des covid party ?

        1. Même vous, vous vous lancez dans l’ad personam…

          Ces futurs ingénieurs doivent apprendre à prendre en compte l’environnement dans lequel ils vont exercer et exécuter leurs plans. Si les règles sont “A” à un moment donné, mais qu’elles pourraient être “B” lors de l’exécution, alors vous devez prévoir d’exécuter dans les deux conditions. Voici maintenant 18 mois que nous vivons avec la covid. La majorité a appris que le contexte est très changeant d’un point de vue politique, médical et scientifique. Ces futurs ingénieurs devraient avoir en eux cette capacité à se projeter, ou du moins… c’est le moment de l’apprendre.

          Cette population n’a certes que peu de chance d’avoir besoin d’être hospitalisée pour cause de covid, mais lorsque les hôpitaux seront pleins ou que le personnel médical fera défaut, comment vivront-ils le fait de ne pouvoir être traités suite à un accident? Cette population est de plus mobile, et reste un maillon important de transmission.

          1. Ainsi doivent-il se projeter dans 18 mois quand on en saura un peu plus sur les effets secondaires délétères des vaccins à ARNm. A ce sujet je suis frappé de l’impossibilité pour Swissmedic d’obtenir des importateurs une étude sur les anticorps anti-organes en suite de la vaccination. Avez-vous connaissance d’une publication à ce sujet ?

            P.S.: Désolé pour le ad personam. Il était tout de même pas si méchant et était même flatteur.

          2. 12 mois pour le Moderna il me semble, et non, je n’ai pas connaissance de cet aléa.

            C’est toujours de la gestion de risques. La technologie de ces vaccins a plus d’une dizaine d’années. Avec les centaines de millions de doses administrées depuis des mois sous haute surveillance, rien ne sors sur de potentiels effets à long terme, alors que des problèmes courts/moyens termes de l’ordre du PPM ont été captés. Et prenant le problème dans l’autre sens, en admettant un hypothétique problème à long terme et à moyenne ou large échelle, l’incitatif d’y trouver une remédiation sera immense.

        2. Covid parties ? Pouquoi pas ! Clairement, ceux qui ne veulent pas se faire vacciner craignent plus le vaccin que la maladie. Donc il n’auront pas de crainte à se faire infecter (et à se faire tester positifs sinon pas de passe, c’est gratuit avec symptômes).
          C’est vrai en revanche que c’est regrettable de n’avoir pas averti pour que les étudiants négligents ou mals organisés puissent avoir leur vaccination complète avant le début des cours. Les quatres jeunes que j’ai autour de moi au quotidien n’ont pas attendu et vivent joyeusement avec le passe sur leur téléphone.

    2. Madame, je partage votre point de vue et votre indignation. Prenez un avocat, regroupez-vous avec d’autres parents pour augmenter l’impact et diminuer les coûts. Les mesures prises par les Hautes Ecoles sont scandaleuses !! Meilleures salutations et courage

  12. Chère Madame, la situation pandémique due à ce virus Sars Cov2 n’a rien à voir avec la démocratie, les lois, la politique, les frontières, les droits etc. C’est une situation biologique !

    1. OUI, mais cette situation biologique concerne des humains et doit être “maîtrisée” par la politique qui est l’art de diriger des humains, en l’occurrence en démocratie, et non pas exclusivement des virus.

      1. La menace d’une nouvelle surcharge des hôpitaux reste encore une réalité, la virulence et la létalité du SarsCov2 n’est pas encore maîtrisée car des mutations sont toujours encore possibles. Les universités et les EPF ont pris une bonne décision préventive, élémentaire. Aux étudiants, et aux politiques, de s’adapter.

  13. « Comme tous les bigots, ces combattants des justes causes ont un problème avec le plaisir, comme si le plaisir était volé à la morale. Comme si le plaisir empêchait cette mortification qui permet d’identifier le Bien. Se régaler, déguster, marivauder, rire de bon cœur … plaisirs coupables de dominants, au mieux inconscients de l’oppression qu’ils imposent. C’est bien pourquoi la méthode pour combattre un mal est toujours d’ordre punitif. Il ne s’agit pas tant de lutter contre ce mal que de lutter contre la nature humaine si prompte à basculer.

    Jamais il n’est fait appel à l’intelligence humaine, à l’élévation par le savoir, qui permettent à chacun de choisir en conscience. On est aux antipodes de cette philosophie humaniste héritée de la Renaissance, qui veut que le savoir émancipe et nous rende plus humains. On est aux antipodes des Lumières et de cette idée que l’Homme libéré de l’obscurantisme saura trancher dans le sens du bien commun. Bref, on est aux antipodes de ce qui fonde notre démocratie. »

    Extrait de « Délivrez-nous du Bien ! » de Natacha Polony et Jean-Michel Quatrepoint (Editions de l’Observatoire – 2018)

    1. Détrompez-vous, vous répond-je, un verre à la main et dégustant avec plaisir un bon repas au restaurant, passeport vaccinal en poche, pendant que vous êtes bloqués dehors, à gueuler en manif avec les antivax.
      Les vaccinés aiment la vie et les hédonistes que nous sommes veulent continuer à vivre comme avant. Restos, concerts, voyages… On déteste risquer de tomber malade inutilement, devoir aller à l’hosto; on n’aime pas souffrir, on n’est pas prêts, comme vous, à mourir pour une idéologie, en l’occurrence antivax plus ou moins complotiste que personne ne comprends véritablement (et qu’aucun antivax ne parvient à expliquer clairement jusqu’ici).

      1. Vous n’êtes effectivement pas prêt à souffrir, du tout. Vous êtes prêt à tout sacrifier pour votre confort: le contrôle social étatique très poussé qui arrive ne vous fait pas peur car vous n’en voyez pas les inconvénients: une société totalitaire peut avoir du bon pour vous, pourvu que vous soyez du bon côté et, surtout, que vous gardiez votre confort.

        1. On se calme! On vit en démocratie; on ne va pas subitement devenir la Chine parce qu’on invite les gens à admettre le fait scientifique et à se faire vacciner!
          Sacrés antivax, tout chez vous n’est qu’exagération …

          1. Et que l’on instaure un système de contrôle et de suivi pour assurer la pérénité d’une gérontocratie tremblante et avide.

          2. Je force le trait, c’est sûr… On ne va pas subitement devenir la Chine, mais on y va à petits pas et vous n’y voyez que du feu, c’est navrant.

            Quant au “fait scientifique”… Je me marre ^^. Si vous croyez qu’il existe un fait scientifique, c’est que vous n’avez rien compris à la science. La science est un processus, une somme d’expérimentations. Ce qui est “vrai” aujourd’hui peut ne plus l’être demain. Rajoutez à cela l’évidence que la science est aujourd’hui dans les mains de multinationales omnipotentes et sans scrupules et vous aurez le tableau complet. Vous trouvez sans doute que, une fois de plus, j’exagère. Mais c’est parce que je n’ai pas une mémoire de poisson rouge et que je ne vais pas un jour visionner un docu qui étale au grand jour la corruption par l’industrie et le jour suivant croire béatement que cette même industrie me veut du bien. Libre à vous d’être ce genre de personne.

          3. “Inviter les gens” à se faire vacciner…
            Bel euphémisme !
            Surtout quand on entend un politicien neuchâtelois dire dans Forum de ce 16 septembre “qu’il faut un peu tordre le bras” des récalcitrants !
            Plus on voudra leur “tordre le bras”, moins les sceptiques se feront vacciner.
            C’est aussi une question d’honneur !

          4. @ CEDH
            Vous serez vieux aussi un jour (bien que vous vous mettiez à risque en ne vous faisant pas vacciner). Au fait, selon vos dires, le système de santé au complet n’est qu’un système visant à “assurer la pérénité d’une gérontocratie tremblante et avide.”, et donc serait à mettre à terre?

            @ ERWAN

            Absolument: la science arrive à des faits, qui peuvent subséquemment être confirmés ou infirmés par des développements scientifiques suivants. C’est la démarche scientifique. Certains fait scientifiques demeurent depuis des millénaires (par exemple le théorème de Pythagore), d’autre sont infirmés après quelques années (par exemple, le café n’est plus classé cancérogène). En attendant d’être éventuellement infirmé, un fait demeure la position rationnelle à privilégier.
            …. Est-ce que les multinationales sont toutes des entités malhonnêtes qui en veulent à votre petite personne et complotent contre vous? Avez-vous essayé d’imaginer un monde dans lequel on aurait éliminé toutes les contributions des multinationale? Oui, il y a des gens malhonnêtes partout: ce peut être un dirigeant de multinationale comme ce peut être le petit commerçant au coin de la rue, et contre ça, il existe un système de justice et de police.

          5. @MP

            “Certains fait scientifiques demeurent depuis des millénaires (par exemple le théorème de Pythagore), d’autre sont infirmés après quelques années (par exemple, le café n’est plus classé cancérogène).”

            Comparer les sciences formelles, comme les mathématiques, où il existe des proofs et les autres sciences où il n’existe que des evidences est étrange au point de constituer une distorsion de type.

            Si on prend vos vues du café, des restaurants et de leurs exploitants, on comprend bien pourquoi vous voulez tout le monde doublepiquer : pour votre prospérité.

            Au passage qu’est-ce qui vous fait penser que je ne suis pas vieux ?

          6. @MP

            “un fait demeure la position rationnelle à privilégier”: pas si ce fait a été établi par des chercheurs corrompus ou sous influence, en exculant arbitrairement certaines études ou en en arrêtant d’autres sans explications.

            “Est-ce que les multinationales sont toutes des entités malhonnêtes qui en veulent à votre petite personne et complotent contre vous?” : heureusement pour moi, je ne suis pas égocentrique à ce point. Mais les multinationales sont amorales et recherche le profit uniquement, sans égards pour la vie humaine en général. A ce titre, on ne peut pas comparer la malhonnêteté des multinationales, qui disposent de services juridiques et savent toujours s’en tirer, avec le pekin moyen ou une petite entreprise: les conséquences sont sans comparaison aucune. Avez-vous connaissance d’une multinationale qui aurait fait de la prison ?

            “Avez-vous essayé d’imaginer un monde dans lequel on aurait éliminé toutes les contributions des multinationale?” : de quel type de contributions parlez-vous ? Des peanuts qu’elles paient en tant qu’impôt ou des merveilleux produits toujours très sains qu’elles ont la bonté d’offrir généreusement à l’humanité ?

          7. @Erwan :
            Connaissez-vous des complotistes ou même simple diffuseur anonyme de désinformation qui ont fait de la prison ?
            Même s’ils ne sont peut-être pas assez nombreux, il y a plusieurs cas, surtout dans l’histoire récente, où des dirigeants / responsables de multinationales ont été jugés et condamnés à des peines de prisons et pécuniaires.
            Il y a aussi parfois des peines pécuniaires contre les entreprises elle-même. Malheureusement, cette dernière mesure n’est pas assez efficace / dissuasive.

            Je vous mets au défi, demain, de ne faire absolument rien qui ne soit en lien avec une multinationale. 2 exemples : vous ne pourrez pas commenter sur ce blog, et vous devrez quitter votre logement, probablement nu comme un ver, sans marcher sur le sol. Bonne chance. 🙂

          8. @Thierry
            “Connaissez-vous des complotistes ou même simple diffuseur anonyme de désinformation qui ont fait de la prison ?” Quel est le rapport ? La liberté d’expression, vous connaissez ?

            Pour ce qui est des multinationales, je ne dis pas qu’il m’est possible dans l’état du monde actuel de me passer de leurs produits ou services. Je dis qu’elles sont complètement amorales et omnipotentes car elles échappent à la justice car elles intègrent à leur business model les sanctions financières dérisoires et prévisibles. Et que contrairement au personnes physiques et aux PME, il n’est pas possible d’agir efficacement contre leurs agissements.

        1. L’économie ne peut attendre plus longtemps, ça compte aussi. Les restaurateurs, les artisans du milieu culturel, les commerçants, etc., tout ce monde doit bien travailler. Eux aussi ont souffert, plus que les autres même. C’est aussi pour eux qu’on se vaccine.
          Vous étiez en télétravail, …?

      2. Je me suis fait vacciner pour les mêmes raisons. Comme vous, j’aime les restos, les sorties, les voyages, les réunions entre amis et faire la fête.

        A l’époque, on annonçait fièrement une efficacité de 95 % même contre certains variants. Donc très peu de risques de développer la maladie de manière symptomatique et quasiment aucune de terminer à l’hosto.

        La protection est tombée ensuite à 80 % contre le Delta puis à 60 %. C’est là que j’ai constaté que pas mal de gens de mon entourage (collègues et amis) sont tombés malades (et vraiment malades, pas d’un simple refroidissement). On en est maintenant à moins de 40 % (étude Israël).

        Le communication s’est alors reportée sur la protection contre les formes graves qui a été successivement définie comme: “pas de Covid long/peu de séquelles” puis par “pas d’hospitalisation” puis “pas de séjour aux soins intensifs”.

        En parallèle, le vaccin qui devait être l’arme fatale pour éviter la contagion (et donc nous rendre la liberté grâce à l’immunité collective) a démontré une longévité assez discutable. Au vu de la situation en Israël, Pfizer est revenu à la charge pour proposer un rappel à 6 mois. Le délai recommandé est maintenant descendu à 5 mois.

        De formation scientifique, j’aime m’en tenir aux faits et les observer. Je ne peux donc malheureusement plus profiter (et je le regrette) comme vous de l’insouciance d’une vie “comme avant”. Alors qu’il est avéré qu’une personne vaccinée depuis 5 mois a une chance non négligeable de développer une forme symptômatique et de la transmettre à son entourage, j’applique à la lettre les fameuses mesures barrière en attendant mieux. Ce n’est pas un discours complotiste mais celui de l’OMS et des laboratoires eux-mêmes.

        Les nombreux autres vaccins que j’ai faits dans le passé m’ont bien protégé. Dans le cas Covid, la seule proposition des laboratoires est de proposer une 3ème dose à 5 mois. A quand la 4ème voire la 5ème dose du même produit ?

        Il est peut être temps de les secouer pour disposer d’une version actualisée dans des délais plus compatibles avec la capacité de mutation du virus. Et, si ce n’est pas possible, il faudra alors changer de type de vaccin. Rappelez-vous, on nous a vendu une nouvelle génération de vaccins qui s’adaptent en 3-4 semaines. Le Delta est apparu il y a bientôt un an ! Cherchez l’erreur.

        Je passe sur le monitoring des effets secondaires pour éviter d’ouvrir la boite de Pandore. Là aussi, il y aurait pas mal de choses à améliorer car nous sommes toujours en phase de test.

        Je demande donc simplement qu’on nous livre ce qui a été promis: un vaccin vraiment efficace et sûr. Et, si ce n’est pas possible, il faut le dire et ne plus baser la stratégie de lutte contre la pandémie en rendant la vaccination obligatoire de manière déguisée. Si cela me classe dans les anti-vax, alors attendez vous à une vague d’anti-vax d’ici 6 mois (vous en ferez d’ailleurs certainement partie).

        Profitez bien de votre terrasse mais, petit conseil, allez acheter des masques: ils sont actuellement en promotion mais ça pourrait ne pas durer…

        1. @ALBERT G
          Tout comme vous, je suis vaccinée mais malheureusement pas du tout rassurée. On le voit en effet, la durée de protection de ces vaccins dure de moins en moins longtemps. A quand en effet, la 3ème, 4ème et 5ème dose ? De plus, pour nous persuader d’avoir fait le bon choix, on nous informe que si nous arrivons à une couverture vaccinale de 80 % environ, le virus circulera de moins en moins dans notre pays. Peut-être – mais c’est oublier un peu vite que dans de nombreuses régions du monde la couverture vaccinale est largement inférieure à 10 %. Dans un monde globalisé, je ne vois pas très bien comment pourrions-nous nous en sortir en ne comptant que sur la vaccination. Je me demande quand les médias traditionnels feront une petite enquête sur ce sujet ?

    2. Merci pour ce texte très intéressant, et de donner les indications du livre d’où il est extrait.

      Je conçois moi aussi que le combat pour imposer le Pass peut être le fait de personnes ne se sentant pas à l’aise dans leur rapport avec le plaisir, et qui ont trouvé une voie leur permettant d’y accéder tout en compliquant tristement la vie à ceux qu’ils veulent convertir. Je pense cependant que ce profil ne constitue qu’une faible part de la population approuvant la généralisation du Pass à tous les lieux de concentration humaine en milieu fermé. Et les « bigots » opposés au port du masque et au vaccin, existent-ils ? Oui, ceux qui sont persuadés qu’il est vain de s’opposer à la volonté de Dieu, et que seul les mauvais seront punis. J’ai un ami prêtre qui est, dans ce sens, soit pur soit courageux. Dès la fermeture de l’église où il prêchait chaque dimanche, il a aménagé une petite chapelle dans une chambre de son appartement où se réunissent sans protection aucune ses fidèles serrés les uns contre les autres. Sa déclaration pour justifier cette discrète désobéissance à l’Etat : « Ils en ont tant besoin !.. »

      Ainsi, « le mal » en soi et dans l’air, géré par l’amour que Dieu nous porte, décide de nos malheurs dans la vie. Quand j’ai demandé au prêtre, qui m’offrait le fort souffle de ses paroles en plein visage, si une personne pure peut transmettre le virus sans en souffrir elle-même, il m’a répondu : « Mais… nous nous connaissons ! Et tu es quand même un peu croyant… » (À interpréter en rapport du pouvoir des personnes qui croient solidement en elles-mêmes, avec ou sans l’aide de Dieu).

  14. Un énième chantage à la miraculeuse vaccination…
    Et pourtant : « Il faudrait que tout le monde ait attrapé le Covid-19, surtout après vaccination ».
    Commentaire de R. Destuve, sur In-nocence, 12 septembre 2021.
    – Un certain Martin Blachier, ci-devant « épidémiologiste », répond à une interviou dans le journal La dépêche d’aujourd’hui. En voici un extrait dont on peine à deviner ce qu’il révèle :
    Martin B : (bla bla bla) Début 2022 on pourrait parler d’un retour à la normale.
    Le journaliste : Grâce à la vaccination ?
    Martin B : Grâce à l’immunité naturelle. Le virus aura assez circulé pour l’atteindre. Il faudrait que tout le monde ait attrapé le Covid-19, surtout après vaccination, pour développer cette immunité. (C’est moi qui souligne) –

    1. Et bien oui chacun devra être contaminé par chacun des variants de ce 5ème coronavirus endémique. Pour les plus vulnérables une béquille est sans doute bienvenue mais tous n’en n’ont pas besoin.

  15. Le véritable fléau qui divise notre société dans cette crise est le manichéisme avec lequel les faits sont orientés, quand ils ne sont pas purement et simplement travestis. Notre hôte a le mérite de poser des questions qui dérangent et celui de s’indigner, ce qui reste son droit le plus strict.

    Prenons un exemple : on lit régulièrement l’assertion que 90% des personnes atteintes du Covid qui encombrent les soins intensifs (SI) sont des non-vaccinés. C’est faux. Il s’agit bien d’une proportion de 90% mais elle compte l’ENSEMBLE DES HOSPITALISATIONS des personnes NON-ENCORE COMPLÈTEMENT VACCINÉES, pas seulement la situation des SI donc. (ttps://sciencetaskforce.ch/fr/evaluation-de-la-situation/ – Tableau 1).

    Au dernier compte, il y avait 2019 personnes hospitalisées (dont 189 complètement vaccinées, soient les 10 autres %) pour cause de Covid en Suisse – 3.6% de la capacité hospitalière globale – loin du débordement de cette dernière donc, desquelles 280 se retrouvent aux soins intensifs – 33.6% de la capacité SI – ce qui peut devenir problématique, mais…

    Combien d’entre ces 280 personnes ont reçu la 1ère dose et peuvent donc être exonérées d’être de méchants antivax égoïstes ? Combien font partie de 189 complètement vaccinées ? Combien d’entre elles sont des personnes ne pouvant recevoir le vaccin (immunodéprimés, femmes enceintes et allaitantes, cas de maladies sévères empêchant la vaccination) ? Combien sont des enfants de 0 à 12 ans auxquels le vaccin n’est pas recommandé par les autorités elles-mêmes ? Combien sont atteintes d’autres maux incurables ou sont en fin de vie et se seraient retrouvées aux SI avec ou sans Covid ?

    Pourquoi la presse nous matraque ce chiffre de 90% sans mise en perspective de ce qu’il représente ? Est-ce acceptable, déontologique ?

    Car 90% de personnes non-encore COMPLÈTEMENT vaccinées représentant moins de 4% du total des hospitalisations n’équivaut pas à 90% de non-vaccinés encombrant les soins intensifs. Et par là-même ne justifie pas la mise en oeuvre du passe sanitaire (proportionnalité).

    Alors, combien de non-vaccinés par choix (choix qui reste protégé constitutionnellement et autorisé par la LFsE de 2016) aux soins intensifs ?

    Selon qu’on intègre objectivement les données qui précèdent, il se pourrait que le narratif change, ou pas. Mais il serait intéressant de savoir. Car autant l’exercice de la liberté que celui de la contrainte exigent une information éclairante et pas ce brouet de chiffres auxquels d’aucuns font dire ce qu’ils ne sont peut-être pas.

    Contraindre la jeunesse à plus encore de sacrifices qu’elle n’en a déjà consenti sur des préceptes qui pourraient être erronés vaut bien qu’on aille au bout du raisonnement et que celui-ci se fasse en toute lumière. Parole de vacciné.

    1. En admettant que la première dose de vaccin n’a aucun effet (hypothèse pessimiste), alors, en prenant les chiffres du jours, on pourrait admettre que le nombre de primo-vaccinés hospitalisés est de 280 * (7.64/(100-53.03)) = 46. Il faut aussi penser qu’une personne doublement vaccinée n’est considérée comme immunisée qu’après deux semaines (de tête). Avec cette hypothèse, le nombre de doublement vaccinés hospitalisé est donc biaisé vers le… haut! Toutes ces informations, calculs et hypothèses deviennent donc très vite indigestes. Je pense donc que ce chiffre n’est pas parfait, mais il n’est pas fondamentalement faux, ni guidé par la malice.

      C’est justement à cause du fait que certains ne peuvent pas ou pas encore être vaccinés qu’il est important que ceux qui peuvent l’être le soit, et le plus rapidement possible.

      Les jeunes (qu’entend-on par jeune? -20?, -30?, -40?) ont en effet beaucoup de gros défis devant eux entre employabilité, dette, climat, montée des populismes… mais aller faire 2 vaccins… D’ailleurs, plus de la moitié des 20-40 ont reçu au moins une dose.

  16. Depuis deux semaines la baisse des nouvelles hospitalisations est flagrante et cela ne résulte PAS du passe sanitaire ou de la vaccination contrainte.

    Quant à Berset et son accident de bus entraînant 7 décès chaque jour, il est indécent. De quoi trépassent les 180 personnes qui chaque jour décèdent en Suisse ?

    Berset, combien de morts à raison d’une de politique de la santé durable ?

  17. Ces mesures prétendument sanitaires sont prévues jusqu’au 24 janvier. Mais en les annonçant, le Conseil fédéral s’est empressé de préciser qu’elles “pourront être levées plus tôt, si la situation s’améliore.”
    Parions que ces mesures seront effectivement levées avant la votation du 28 novembre sur la loi COVID. Alors on sera censé dire merci et voter OUI…
    Et ils se croient malins!

  18. Laissez-les durcir autant qu’ils veulent, ça aidera pour leur faire exploser le pass de la honte dans le visage en votation dans 10 semaines. Mais, à la veille de la votation ils vont alléger les mesures pour accomplir leur mépris à l’égard de ce peuple fier, devenu moutonnier en si peu de temps.

  19. Perso j’ai 33 ans et je n’irai pas me faire injecter cette merde. Je n’irai pas non plus me faire curer le nez pour satisfaire les lubies d’une bande de débiles psychosés! Je boycotte désormais tous les lieux qui exigent ce pass nazitaire et j’emmerde profondément ce gouvernement de tarés et tous ces kapos pro-vax!

    1. Lorsque vous serez malade de la covid (ce n’est qu’une question de temps), il ne vous restera plus qu’à refuser le respirateur si complication il y a, ce que je doute hélas que vous fassiez… On se croit fort jusqu’à temps que les poumons se rôtissent par l’inflammation…

      1. Même pas peur. Il suffit de voir le nombre de contaminés et le nombre de personnes en soins intensifs, qui plus est pour cette classe d’âge.

        A 200 francs la vaccination (y compris le bastringue administratif), le coût de 500 vaccinations est le même que le coût d’un séjour en soins intensifs. Puisqu’il est évident qu’il y a beaucoup moins de chance de finir en soins intensifs que 1/500 (0.2 %), il faut en déduire que Marble Dominance ne gaspille pas les deniers publics en pillant les soins intensifs.

        Et puis dans 18 mois qu’est-ce que le vaccin aura fait à Marble dominance ?

        1. Et le coût humain d’un séjours en soins intensifs, vous le calculez? Il vaut combien?

          Vous n’avez peut-être pas peur pour vous, mais peut-être devriez vous avoir peur pour votre entourage? Personne n’est à l’abri.

          Ceci dit, vos chiffres ne tiennent pas la route: le coût d’une dose de vaccin n’est que quelques francs, et celui d’un séjours aux SI, autour de 100 000 Fr:
          ttps://www.blick.ch/fr/news/suisse/le-co-t-dun-patient-covid-plus-de-100-000-francs-pour-un-passage-aux-soins-intensifs-id16814369.html

          1. Tout d’abord je me suis focalisé sur l’analyse du coût du vaccin v. coût des soins intensifs comme vous l’avez fait par ailleurs pour démontrer que votre analyse sommaire ne tenait pas la route.

            Coût des soins intensifs : 100’000 francs, c’est ce que j’ai retenu. La vaccination coûte beaucoup plus que quelques francs. Il y a le prix d’achat du vaccin (40 francs). Les coûts de sécurisation, transports, dispatching. Les coûts d’injection. Les coûts de surveillance (tout le bastringue informatique). Les coûts de propagande. Désolé cela fait 200 francs. 500 vaccinations cela fait 100’000 francs. Avec 500 vaccinations vous êtes loin dans cette classe d’âge d’éviter un seul séjour en soins intensifs. Prenez un coût de 100 francs cela ne change rien au résultat.

            Illustration du fait que ceux qui finissent aux soins intensifs sont peu nombreux, qui plus est parmi les 20-30 ans sans facteur de vulnérabilité. Mais au fait quelle est la probabilité de finir aux soins intensifs lorque l’on contracte la maladie dans cette classe d’âge ? Et si on a pas l’un des facteurs de vulnérabilité reconnus ? Et si de plus on a pas de problème de régulation glycémique ?

      2. … La maladie est aléatoire, involontaire, non-systématique, évitable à moitié en prenant quelques mesures. Il y a plusieurs mois déjà, il a été établi que 67% de la population genevoise et vaudoise a gagné l’immunité naturelle, plus personne n’en parle. Israël qui a vacciné le plus et qui a une population aussi nombreuse que la Suisse a affiché le 14 écoulé 14 mille nouvelles infections. En Suisse autour de 2300 par jour après un pic excédent 3000. On peut souffrir à la fois des effets secondaires du vaccin et être infecté par la suite, le vaccin ne sert absolument à rien. L’histoire que le vaccin atténue la gravité est un mensonge continental. La GB, Israël et l’Islande racontent une histoire différente.

        1. – 67 % c’est immunité naturelle + vaccination au mois de juin à Genève.
          – La vaccination atténue la gravité de la maladie tant qu’elle est efficace, soit pendant quelques mois (sans doute 3 mois de plus pour Moderna que pour Pfizer).
          – La vaccination (en tous les cas Pfizer et AstraZeneca) n’empêche pas la circulation ni même la croissance de la circulation du virus tout en atténuant la croissance de la circulation.
          – Les effets secondaires à quelques mois sont moindre que ceux de la maladie.
          – Il est une inconnue : les effets délétères à terme du vaccin.
          – Il est un fait établi : certaines personnes, dites vulnérables, ne peuvent “encaisser” le virus. Les facteurs de vulnérabilité sont bien connus, sauf un, le dysfonctionnement de la gestion de la glycémie qui peut être parfaitement asymptômatique.

          1. 67% immunité sans le vaccin. Le vaccin ne donne pas de l’immunité, seulement les soucis et parfois la mort !

          2. Non, 67 % à Genève en juin 2021 c’est l’immunité résultant de la vaccination + l’immunité résultant de l’infection + celle résultant des deux causes.

            ttps://www.lemanbleu.ch/fr/News/Covid-19-67-de-la-population-genevoise-est-immunisee.html

          3. @ FARIDA MINE

            Le vaccin informe le système immunitaire de la “fiche signalétique” du virus, de façon à ce qu’il puisse l’anéantir avant même qu’il puisse terminer sa phase d’incubation. Ça fonctionne très bien pour à peu près tout le monde.

            L’immunité sans vaccin… Ça marche pour environ 80% des infectés. Pour les autres, c’est les soucis de l’hospitalisation, et très souvent la mort. Sans compter qu’on pourra aussi trouver des séquelles à long terme, rien n’est impossible… Recrudescence d’Alzeihmer, Parkinson dans 10 ans? On est dans le plus pur inconnu.

  20. Chère Madame,
    Je lis souvent vos articles et apprécie énormément votre lucidité, votre perspicacité et, surtout, votre respect de l’autre. Vous constatez à juste titre que la politique s’est approprié la santé et décide, sans y être qualifiée, de mesures totalitaires et libertaires. Ce qui me navre le plus c’est de lire dans la plupart des commentaires qui vous sont adressés l’évidence d’une bien pensance relevant de l’endoctrinement, ceci dit pour ne pas être accusé de complotisme !

    1. Est-ce que vous ne seriez pas en train de dénier aux personnes qui ne sont pas anti-vax la liberté de penser par eux-mêmes et d’arriver à la conclusion que le vaccin esr une bonne chose ? Laissez-moi ma liberté de penser, merci !
      Par ailleurs si “la politique” s’est approprié la santé, c’est vrai pour les pro et les anti. Mme Sandoz souligne justement que la politique DOIT s’en préoccuper. En ce qui concerne notre gouvernement, je crois savoir qu’il s’appuie justement sur des spécialistes de la santé et la la virologie

      1. @François Wildi : “En ce qui concerne notre gouvernement, je crois savoir qu’il s’appuie justement sur des spécialistes de la santé et la la virologie”.. On pourrait dire sur “certains” spécialistes.. Mais je crois surtout, que notre gouvernement fait du suivisme macronien…. ne pas se distinguer de notre voisin français..

      2. Oui, et heureusement, ils ont aussi les précieux conseils des laboratoires pharmaceutiques notamment en siégeant dans les conseils d’administration.

      3. Ok, à chacun son optique, le tout est de l’adapter.
        Mais cher ami, permets-moi de te faire observer que lorsque l’on va se fraiser sur l’autoroute avec sa copine en chevauchant une bécane hors d’âge, on perd un peu de crédibilité comme expert de la prise de risque. Par contre, pour ce qui est des mesures à la hussarde…

  21. Merci Mme Sandoz pour votre prise de position face aux nouvelles restrictions “décernées”
    par le Conseil fédéral qui clouent au pilori une frange non négligeable de la population !

    Le nombre de cas diminue, ce que les journalistes se gardent bien de souligner …

  22. Chère Madame,
    merci pour vos mots, si vous pouviez prendre contact avec les étudiants dont je suis qui cherchent des soutiens juridiques pour valider les courriers qu’ils ont préparés, pour convaincre des avocats d’être à nos côté cela nous donnerait du courage. ci joint un lien télégram pour nous rejoindre, nos groupes se veulent apolitiques, tous partis confondus, nos revendications sont l’annulation du pass sanitaire et que les tests soient obligatoires pour tous puisque le vaccin n’empêche pas d’être malade hélas, soit pour personne, le rôle de la faculté n’étant pas de faire des tests, on ne nous a par ailleurs jamais rien demandé sur notre statut vaccinal autre ( tuberculose, hépatite B, tétanos…) en vous remerciant
    ttps://t.me/LES_ETUDIANTS_RESISTENT
    Gabrielle

    1. Bravo les étudiant-e-s!
      Votre message me redonne de l’espoir.
      Ne cédez jamais à la contrainte et à l’arbitraire de l’Etat. Votre vie a bien plus de valeur qu’un semestre de plus ou de moins dans une haute école!!!

  23. Le chantage moral à la vaccination va maintenant s’en prendre aux femmes enceintes dès la douzième semaine ainsi qu’aux femmes allaitantes…
    La soif de pouvoir de l’OFSP et de ses affidés devient vraiment sans limites et tend à une sorte d’hybris !

  24. Ces discutions face à un problème “facile à résoudre” me font craindre le pire quand il faudra mettre en place des mesures drastiques pour sauver notre planète vu notre incapacité à nous coordonner et à nous unifier face à une problème. J’ai 48 ans, un fils de 18 et franchement, si dans 10 ans (et je suis optimiste) on en est toujours là point de vue mentalité, autant tout laisser brûler

  25. “Marble Dominance
    14 septembre 2021 à 16 h 57 min

    Perso j’ai 33 ans et je n’irai pas me faire injecter cette m…. Je boycotte désormais tous les lieux qui exigent ce pass nazitaire et j’emm… profondément ce gouvernement … et tous ces … pro-vax!”

    N’est-il pas cocasse de constater que Madame Sandoz, qui dit rejeter la censure, ne se prive pourtant pas de caviarder dans certains commentaires des mots et des fragments de phrases bien plus anodins que ceux-ci, qu’elle laisser passer à ciel ouvert?

  26. Pourquoi assimiler les deux vaccins à ARNm s’agissant de leur efficacité ? L’un a démontré sa plus grande efficacité dans le temps, il s’agir de Moderna, que cela soit dans la collation statistique du CDC ou dans l’étude du Michigan. Cette différence se comprend biologiquement pour qui se réfère à l’étude dont je donne le lien.

    Les plus vulnérables, vaccinés en premier, qui ont été vacciné au Pfizer il y a de nombreux mois sont confrontés à la baisse d’efficacité du vaccin de Pfizer et ils sont de plus en plus susceptible de passer l’arme à gauche. De plus, un vacciné Pfizer est nettement plus comtaminé et contaminant qu’un vacciné Moderna.

    Alors pourquoi avoir retardé la livraison à la Suisse de 500’000 doses de Moderna ?

  27. Le bénéfice pour une personne de cette catégorie d’âge est très faible alors que le risque d’effet secondaire rare grave ou inattendu ne peut pas être totalement exclu à l’heure actuelle.

    1. “…. le risque d’effet secondaire rare grave ou inattendu ne peut pas être totalement exclu à l’heure actuelle.”, selon l’OFSP dans la feuille d’information destinés au candidat à la vaccination.

      Celui qui n’a pas reçu cette information a-t’il donné un consentement éclairé ? La structure qui porte le centre de vaccination qui n’informe pas sur ce point pour ne pas informer du tout agit en violation des prescriptions de l’OFSP qui pourtant mettent en avant les exigences d’une bonne pratique médicale. Dès lors n’engage-t’elle pas sa responsabilité ? Quid de celle du médecin responsable et du piqueur ? Lésion corporelle faute de consentement éclairé ? Nombre de personne ont crû Berset qui proclame urbi et orbi le fait que l’innocuité des deux vaccins est définitivement établie. Ce qui est faux. Ceux qui ont cru Berset ont été berné faute d’avoir lu le “fine printing” de son administration.

  28. Rarement un blog n’a eu autant de commentaires passionnés voire virulent qui montrent à quel point les mesures adoptées divisent la société en deux groupes irréconciliables. Quelle lamentations, quel magnifique résultat pour nos autorités! En lisant la presse, on parle de manifestations violentes (je crois que sur une image, j’ai vu un manifestant qui touchait la barrière devant le palais fédéral avant de se faire repousser à coup de canon à eau). Condamnation unanime, Ueli Maurer comparé à Donald Trump… n’en jetez plus.
    J’ai tout de même une pensée pour les boomers qui ont peur de crever de cette petite épidémie (par comparaison aux autres infections mortelles) et rêvent de revenir au monde d’avant à grand coup de piqûres magiques que ces “sales petits c… de jeunes” n’ont qu’à accepter, non pas parce qu’ils en ont besoin, mais pour se soumettre à l’autorité qui l’a décidé et pour faire plaisir aux vieux qui exigent ce sacrifice pour le retour au monde d’avant. Le monde d’avant… lorsque le virus n’était pas encore sorti de sa boîte ou de son pangolin où, bien sûr, on va l’y remettre.
    Lorsque Macron imposait le passe sanitaire dans un délai de 3 à 7 semaines, cela semblait surréaliste. Lorsque le CF l’impose dans un délai de quatre jours, y compris dans les entreprises, c’est une pure provocation.
    Ce virus est devenu le symbole de cette génération qui ne veut pas mourir avec son fantasme d’une prospérité sans fin où l’Occident aurait résolu tous ses problèmes. C’est le monde d’avant le monde d’avant qui revient comme le premier caillou qui s’éboule de la tour des mondialisations.

  29. Votre texte est un point de vue intéressant.

    Les gouvernements semblent vouloir tout miser sur la vaccination pour sortir de cette pandémie.

    Cette stratégie est probablement la bonne. Bien que totalement béotien dans ce domaine, il me semble avoir retenu de mes diverses lectures 3 conditions pour que cela fonctionne: 1) le système immunitaire produit des anticorps en quantité suffisante et durable pour prévenir une réinfection; 2) le virus ne mute que très lentement; 3) les effets secondaires graves à moyen et long terme des vaccins restent très rares.

    Or, les spécialistes ont affirmé publiquement que 1) le fait d’avoir eu la maladie ne protège que temporairement (3-6 mois ?). Notre corps ne semble donc pas classer ce virus dans la catégorie de ceux dont il faut se souvenir à long terme; 2) un nombre impressionant de variants sont apparu avec des mutation “préoccupantes” par rapport à la couverture vaccinale. L’OMS à indiqué qu’il était probablement déjà trop tard pour qu’un vaccin puisse résoudre le problème à lui seul; 3) les effets à court terme sont connus et des contre-indications ont été identifiées. Les effets à moyen/long terme ne le sont pas, nous ne sommes encore qu’en phase III. Le système qui consigne ces effets étant ce qu’il est, il faudra probablement “un certain temps” pour être fixés.

    Dans ce contexte, je m’interroge sur les risques de cette stratégie alors que nous sommes encore dans une phase expérimentale donc d’apprentissage.

    Les déclarations de certains politiciens qui clament haut et fort qu'”on ne sortira de cette crise avec les vaccins et pas avec des tests” me semblent donc peu prudentes (pour ne pas dire limite arrogantes).

    1. Sortir de la pandémie… Qu’est-ce à dire? Il semble que la normalité consiste aujourd’hui à limiter les dépenses aux soins intensifs. C’est un objectif atteignable, même sans pass sanitaire.
      Encore une fois, l’énorme pression exercée sur les étudiants pour les obliger à une vaccination que la constitution interdit d’imposer, n’a pas de justification.

      1. Effectivement, la constitution fédérale s’oppose à l’obligation vaccinale générale des étudiants (et même plus largement des personnes assez jeunes) dès lors qu’il n’existe pas de base légale formelle permettant de l’ordonner. Les moyens tordus utilisés par le Conseil fédéral sont inadmissibles.

        Cela étant je relève qu’un certificat covid n’est pas un papier ou un fichier électronique, il s’agit d’un acte juridique dont l’auteur est la Confédération. Le papier ou le fichier sont des moyens de preuves. S’il faut présenter pattes blanches pour rentrer en un lieu “protégé” par le certificat covid, rien n’oblige de conserver le moyen de preuve une fois entré dans les lieux. En effet, la seule obligation légale est d’être au bénéfice d’un certificat covid et non d’en avoir la preuve. Il me semble aussi (sauf particularité cantonale) que l’on peut aussi se débarasser de sa pièce d’identité une fois dans les lieux.

  30. Madame la professeure,

    C’est habituel que l’assemblée fédérale élise une juge de nationalité allemande (pas binationale) au Tribunal fédéral ?

    ttps://www.parlament.ch/centers/kb/Documents/2021/Rapport_de_la_commission_CJ-V_21.201_2021-09-16.pdf

    C’est la nouvelle définition des juges étrangers ?

    1. Quelle est la juge de nationalité allemande ? J’ai cherché sur Internet la biographie de ces 3 personnes et n’ai rien trouvé.. Mais par contre j’ai trouvé ceci :
      ://www.parlament.ch/fr/%C3%BCber-das-parlament/portrait-du-parlement/attributions-assemblee-federale/elections/election-juges-federaux

      “Peuvent être élus au poste de juge fédéral tous les citoyens suisses bénéficiant des droits politiques en matière fédérale, autrement dit tous les Suisses et toutes les Suissesses ayant 18 ans révolus qui ne sont pas protégés, en raison d’une incapacité durable de discernement, par une curatelle de portée générale ou par un mandat pour cause d’inaptitude (art. 143 Cst. ; art. 5, al. 2, LTAF ; art. 42, al. 2, LOAP ; art. 9, al. 2, LTFB ; art. 136 Cst. ; art. 2 LDP).”

  31. Mme Sandoz, j’adore vos articles emprunt de finesse et d’intelligence. Avec le mutisme de nos politiciens, lire vos articles me rassure de ne pas encore être en dictature. Ma proposition, pourriez-vous svpl vous cloner et reprendre du service au niveau politique. Merci et meilleure santé à vous.

    1. Ahahaha.
      Je doute fort que Mme Sandoz soit favorable au clônage de quelqu’être vivant que ce soit (je ne le suis pas non plus).
      À qui la faute que nos politiciens ne communiquent pas assez (bien) ?
      À chaque fois qu’ils essaient ils s’en prennent plein les dents, peu importe leur parti, peu importe s’ils tentent de trouver des compromis et de nuancer.
      Ils pourraient tous nous envoyer nous faire f*tre, démissionner et vivre en paix sans problème. Mais ils ne le font pas.
      Cela va choquer beaucoup de gens, mais, oui, malgré tous les reproches que je leur fait aussi, ils méritent eux aussi nos applaudissements (certains plus que d’autres selon nos affinités ;-). Et pourtant dieu sait que je déteste la politique.

      1. @Thierry
        Il est vrai que la tâche de nos politiciens n’est pas facile, surtout en ce moment et personne ne souhaiterait être à leur place. Toutefois, il faut admettre une chose, les gens doutent de la qualité de leur travail d’une part parce qu’ils ne communiquent pas bien et d’autre part parce que certaines décisions ne sont jamais expliquées clairement. Je vous soumets deux problématiques mais pas des moindres. L’un des journalistes du Journal “Bon pour la tête” mentionne dans son article que l’on supprime des lits dans certains hôpitaux au profit d’autres dépenses, admettez que c’est c’est curieux ! La 2ème interrogation qui tourmente beaucoup de gens est la suivante : Qu’aurions-nous fait en cas de catastrophe naturelle et a-t-on appris quelque chose pendant cette pandémie afin de prendre les mesures nécessaires en cas de très gros problèmes ?

Répondre à D. Larend Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *