La grande bataille des boucs émissaires?

Confronté à des catastrophes, l’être humain a besoin, pour se rassurer, de désigner un ou des boucs émissaires qu’il déclarera cause des malédictions ; il pense alors qu’il lui suffira d’éradiquer les boucs émissaires (par différents moyens, selon la malédiction à éviter, ou peut-être selon la civilisation du moment) pour anéantir le mal. La pandémie qui ronge notre monde n’échappe pas à la règle. Depuis quelque temps, à l’évidence, les boucs émissaires sont les personnes non-vaccinées ou n’ayant pas (encore) fait vacciner leurs enfants.

Le problème c’est que, dans un pays démocratique, les boucs émissaires risquent de se révolter et – qui sait ? – de chercher d’autres boucs émissaires, ce qui débouche sur des batailles d’anathèmes. Le Temps de ce 28 juillet en donne un magnifique exemple en page Débats (p. 5), grâce à l’article de monsieur Grégoire Gonin, article intitulé « Pour un << non>> écologiste à une vaccination systématique ». On y lit entre autres :

« C’est la double empreinte millénaire de la matrice chrétienne de la domination de l’humain sur la nature et séculaire de capitalisme prédateur, de foi suicidaire dans le <<progrès>> technique et scientifique qu’il faut revisiter. Et rompre avec l’anthropocentrisme au profit d’un biocentrisme… »

Enfin on a trouvé deux boucs émissaires : le christianisme et le capitalisme, et on pourrait remplacer une religion « l’anthropocentrisme » par une nouvelle, le « biocentrisme ».

L’auteur a partiellement raison quand il écrit que « la pandémie a révélé … l’origine sociétale plus qu’individuelle des comorbidités » ainsi que « la foi suicidaire dans le progrès technique et scientifique » et lorsqu’il relève que la vaccination de masse profite aux pharmas et que la médecine est à la solde de ces dernières, mais il tombe dans le piège de la bataille des boucs émissaires.

Quand les autorités ne sont pas sûres du bien-fondé de leur décision et cèdent peut-être à la pression de très gros intérêts peu humanistes, elles cherchent à rassurer la société civile en lui désignant un bouc émissaire. Elles infantilisent alors la population par un lavage de cerveau avec menace de sanction et promesses de récompense. Si la réaction à cette infantilisation est forte, elle favorise la recherche d’autres boucs émissaires et la pandémie se double d’une scission sociale grave aux conséquences dommageables durables.

 

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

65 réponses à “La grande bataille des boucs émissaires?

  1. Chapeau Madame Sandoz, ce n’est pas un grain de sable c’est un caillou.
    Si les personnes qui prétendent gouverner n’avaient pas abandonné tout bon sens et tout courage elles pourraient prendre des décisions compréhensibles par chacun. Malheureusement, à quelques exceptions près, elles donnent dans la pensée unique et elles ne se rendent pas compte qu’elles ne gouvernent plus rien remplacées qu’elles sont par des individus aux fortunes colossales.

  2. Mmm diviser pour mieux régner ?
    A-t-on seulement changé la façon de gouverner depuis le temps des romains ?
    La “crise sanitaire” n’est qu’une porte d’entrée et un accélérateur vers une société de surveillance de type autoritaire marchande. Comme par hasard, les pays intéressés par le système de crédit social (appliqué dans certaines régions de Chine) sont ceux qui viennent d’adopter le pass sanitaire.
    Mais ce système ne pourra fonctionner qu’avec la participation de tous, vous, moi etc
    Si chacun se réveille maintenant, refuse de se faire tester à tout les coins de rue, refuse de décliner son identité lorsque cela n’est pas nécessaire, refuse de faire la police à la place de ceux qui sont payés pour (avec nos impôts), refuse d’utiliser un téléphone pour autre chose que ce pour quoi il est fait (attention ce n’est déjà plus possible avec les smartphones), refuse de dénoncer son prochain, refuse de céder au lavage de cerveau “sécuritaire” (l’oppium du peuple) etc etc
    Peut-être, peut-être, SI …
    Et à ceux qui crient qu’ils n’ont rien à cacher ni à se reprocher, je questionne:
    Croyez-vous vraiment que toutes les personnes en état de mort sociale, emprisonnées, tuées ou décédées sous la torture dans ce monde avaient quelque chose à cacher ou à se reprocher ?
    – Ah mais on en est pas là !
    – vous avez raison, continuons de dormir tranquille, acceptons tout et attendons d’y être ….

    1. Bien résumé. Ce qui fait peur c’est qu’une partie de la population est totalement abrutie par la propagande officielle. Ces gens ne se posent plus aucune question, ne réfléchissent plus une seconde de manière indépendante mais répètent les idioties générales tels des perroquets robotisés et cela avec une arrogance, une certitude et une inhumanité qui démontrent tout leur manque de lucidité et d’éveil. Triste époque, vraiment. Et on veut maintenant vacciner des enfants, adolescents et jeunes adultes avec quelque chose de totalement expérimental pour soi-disant sauver des aînés, et des gens y croient ! Par contre l’alcool à gogo, la malbouffe, et un mode de vie totalement contraire à tout ce qui est beau et naturel n’est jamais discuté – le système immunitaire ? Connaissent pas… Ces gens pensent que notre organisme est déficient en médicaments et vaccins, et que la seule solution et d’en prendre à volonté.

      Et ne comptez pas discuter, sinon vous êtes forcément “complotiste”, “égoïste”, et j’en passe…

      Franchement, il n’y a plus qu’à prier qu’il y ait encore suffisamment de gens non lobotomisés pour résister à l’assaut fasciste basé sur la fraude et la peur… et que la roue tourne rapidement !

      Amen.

      1. Merci à Christian R. de son commentaire plein de bon sens, que je partage entièrement, sous une seule réserve: l’étiquette de “fasciste” que vous appliquez aux comportements que vous dénoncez avec tant de pertinence, me paraît inapplicable, un peu “passe-partout”, et ayant perdu tout son sens à force d’être appliquée, à l’origine d’abord par les Soviets, à tout ce qui était anti-communiste. Les dérives sémantiques ont suivi, et nous arrivons au résultat: votre commentaire, par ailleurs excellent et pertinent, se trouve juste dévalorisé par cette étiquette déplacée. Qui sont, où sont, en 2021, les fascistes ?

        1. Aujourd’hui pas encore, demain peut-être, si les sauveurs du monde assis sur le pont Bessière avec leur grand-papa Jacques Dubochet parviennent à entraîner suffisamment d’émules.

      2. Bonjour Christian R, mon premier commentaire ayant disparu, je le re-rédige ci-après :
        Vos lignes sont très pertinentes. Merci. Voici une petite partie de mon analyse de CAS. Car vous l’aurez remarqué, depuis 18 mois, les humains ne sont plus rien d’autre qu’une épidémie de CAS, des CAS par ci, des CAS par-là, des courbes de CAS encore et encore, des tendances parmi les CAS, des pourcentages de CAS, des statistiques de CAS.

        Même les journalistes (toutes tendances confondues) qui nous abreuvent d’informations souvent partielles n’ont que ce mot sur les lèvres et dans leurs textes … Les CAS … Les CAS du jour, de la semaine, du mois, du trimestre, du semestre, l’évolution des CAS.
        Alors que les diverses langues à disposition sont riches en alternatives moins « impersonnelles » et « robotisées ».
        Les humains de chair, d’os et d’esprit ont été subtilement remplacés par des CAS.

        Depuis fort longtemps, nous savions que les médecins et le personnel soignant ont la sale mais tenace habitude de systématiquement nous déshumaniser et de parler de nous dans les couloirs comme des CAS, sans nom, sans prénom. Le CAS répondant, le CAS non répondant, le CAS réfractaire, le CAS de la chambre 105, le CAS préoccupant etc.
        Le choix de CAS est immense, quasi sans limites et je vous laisse le florilège des autres adjectifs possibles.
        Après 18 mois préoccupant, c’est presque devenu un accessoire de mode. Les CAS tous formats confondus. Les CAS sont un MUST.
        Même l’éthique médicale qui avait réalisé de très grands progrès a fortement régressé.
        Les éthiciens ont été complètement contaminés et parlent maintenant aussi de nous pauvres ères comme des CAS.

        Il est fort dommage qu’une grande masse d’humains ait perdu son libre arbitre et donc ne se rende plus compte avoir été réduite à des CAS. Humains drogués au gaz hilarant nommé « CAS », et rendus incapables de réfléchir ? Urgemment, nous devons nous poser la question.

        Alors que les Pharmas ont tout soigneusement programmé pour
        a) engranger des milliards dans leurs cavernes bancaires et boursières d’un côté et, d’un autre côté,
        b) être complètement exemptés de leurs responsabilités en cas d’effets secondaires indélébiles voire mortels suite à la vaccination de masse précipitée des CAS humains.
        Les gouvernements ont donc perdu leurs aptitudes à moduler et à peser le pour et le contre.
        Eux-mêmes sont aussi devenus des CAS problématiques face à la puissance mondiale des Pharmas !

        Conclusions: celles et ceux qui parlent de divers complots se fourvoient puisqu’il n’y a que des CAS sur toute la planète. Et comme vous l’avez relevé, il y a FRAUDE. En temps normal, la fraude est aussi un CAS passible de gigantesques amendes entre autres sanctions possibles et/ou imaginables. Mais comme vous le savez aussi, les Pharmas ont d’emblée été exemptées de toute RESPONSABILITÉ en CAS d’effets secondaires mortels de leurs très-trop nouveaux vaccins.

        En sus, nous les potentiels CAS dispersés sur Terre attendons toujours (avec grande impatience) les dernières publications scientifiques qui nous ont été moult fois promises, mais qui tardent à être rendues publiques. Ah nous voici face à un autre CAS, mais pas un CAS de conscience de la part des Pharmas, médecins et divers gouvernements. Un CAS lié à l’absence de transparence ou, en d’autres termes, un CAS lié à la délivrance de la vérité que nous ne devrions pas connaître de sitôt. Bref, un CAS désespéré.

        Portez-vous bien Christian R. Nous sommes au moins deux lecteurs à refuser de devenir des CAS ! Sans oublier bien entendu notre Rédactrice-en-cheffe.

        1. Eliane AB
          Merci Madame, votre observation est excellente.
          J’en suis profondément indignée, triste et inquiète pour moi, pour nos enfants et pour toute l’humanité.
          Vous avez raison, nous ne sommes plus que des cas, des numéros, des cobayes. Nous sommes quantités négligeables, utilisables, jetables, de peu de prix: Monsieur éthique vous dira que vous valez 20 ou 40 et au plus 60 francs. Ou une part de gâteau. Pas plus!

          Cependant, continuons de nous documenter et continuons d’apprendre. Voici des nouvelles fraiches sur la vaccination de masse, la vaccination des adolescents et bientôt des enfants et des nourrissons et des récapitulatifs provisoires des effets indésirables ainsi que des décès.
          Je veux bien croire que la Suisse est exceptionnellement épargnée. Pour l’instant, j’ai du mal à m’en convaincre, puisqu’il n’y a pas de chiffres et que les décès qui ont fait du bruits ne sont pas attribuables aux vaccins.

          ttps://childrenshealthdefense.org/defender/health-officials-mainstream-media-coercion-unvaccinated/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=ec72bad2-118e-4ddc-b4de-c5824130eac2

          Et la qualité du matériel injecté? qui le contrôle jusqu’à présent?
          De même pour les kits de tests?
          Avec le virus, on fait d’autres moissons d’agents pathogènes graves.

          Quasiment obligatoire pour pouvoir conserver son gagne-pain, , ledit vaccin va devenir aussi familier que les autres produits de consommation courante, on s’attendait à ce que les ONGs de défense des consommateurs comme “J’achète mieux” “Bon à savoir” ou bien l’institut d’hygiène, s’en mêlent. C’est bien décevant. Tout ce qui semblait être des garde- fous à la malfaçon, à la fraude et à la négligence dans la fabrication, semble disparaitre aussi radicalement comme sous l’effet d’un herbicide puissant.
          .
          ttps://www.unite4truth.com/post/cnn-advocates-denying-access-to-food-w-out-covid-19-vaccination-next-pandemic-threat-announced

  3. Entre les techniques de combat que vous décrivez ci-dessus, et les vôtres destinées à rompre la confiance en semant systématiquement le doute, vous êtes supérieure en finesse sous le couvert de fournir des éclaircissements par votre esprit critique. Il est possible cependant de se dégager de ce flou artistique sans procéder à de grandes analyses. Les jeunes de 15 à 25 ans veulent se vacciner, comme quoi les esprits encore souples et fraîchement instruits ne se préoccupent pas des importantes questions que vous posez. Leur choix, même s’il vise en premier lieu à vivre libre en bonne santé, est en sens contraire du comportement irresponsable et égoïste que vous tenez à honorer.

    1. Merveilleux….vous avez la science infuse….vous êtes dieux pour savoir aussi bien que tous les jeunes de 15 a 25 ans veulent se faire vacciner.

      Dans mon entourage la plus grande majorité des jeunes ne sont pas vaccinés et ceux l’ayant fait est uniquement pour éviter des restrictions de vie trop pénalisante….pas grand chose à voir avec une peur de maladie

      1. C’est un fait constaté par les chiffres qu’à ce jour la tranche d’âge des 15 à 25 ans décide de se vacciner, pendant que le taux de vaccinations chez les plus âgés est en baisse. Les personnes qui fournissent des résultats sérieux ne se contentent évidemment pas de jeter un coup d’oeil sur leur entourage en prenant des notes sur leur pense-bête. Vos observations ne sont donc pas à prendre en compte, dans son grand ensemble les jeunes sont instruits, capables de raisonner et prendre leurs décisions dans la vie sans se faufiler entre les interdictions. Et puis il y a les autres dont on essaye de s’occuper avec peine…

    2. Bonjour Dominic, merci de votre commentaire. Néanmoins, je ne sais qui sont les jeunes que vous connaissez. Celles et ceux avec qui j’ai papoté ces derniers jours (hors Suisse romande “propre en ordre”) ne veulent pas entendre parler des vaccins, ont déjà compris que le gouvernement helvétique possède un nez à la Pinocchio et que ce même gouvernement accompagné de ses antennes cantonales a été acheté au rabais par quelques Pharmas impératrices du monde ……. Ces jeunes sont très éduqués, pour certains encore en classe “masters et compagnie”, avec esprits combatifs, sportifs et donc aux analyses multi-lingues fort souples. Et en aucun cas égoïstes comme nous pouvions l’être alors jeunes étudiant(e)s dans un monde beaucoup moins “perturbé” qu’aujourd’hui. J’ai même été étonnée par leur très virulente analyse des “nouveaux” vaccins et surtout des processus entourant lesdits vaccins (en d’autres termes les petits papiers cadeaux empoisonnés concoctés par l’état pour faire passer la pilule) …… Nous ne fréquentons pas les mêmes jeunes générations, c’est certain. D’ailleurs, ces mêmes jeunes ne s’embarrassent pas de vocabulaire tant leurs préoccupations sont grandes ! Prof. S. Sandoz a donc tout à fait raison, ces jeunes là ne vont pas se laisser laver la cervelle si facilement. Je vous souhaite un beau mois d’août orageux, mois durant lequel je rencontrerai encore d’autre jeunes, encore ailleurs d’autant plus que la Suisse francophone étouffe sous la mauvaise humeur généralisée, une affection particulièrement contagieuse. eab

      1. Merci Eliane pour vos réponses. Le climat actuel n’est pas favorable pour que les jeunes puissent bien se développer, les effets directs du virus sont peut-être moins nocifs pour eux que l’exploitation du sujet menée tous azimuts, et cela est le fait de personnes d’âge mûr. Il y a à mon avis autre chose à soigner aussi, et cela me semble encore plus compliqué que la mise au point d’un vaccin. Je ne parle pas des Pharmas ni des guignols de la politique, mais des nouvelles notions de liberté qui maintenant s’inculquent dès la classe enfantine. Les experts du bien vivre concoctent leur propagande dans leur laboratoire d’amateurs, pour être en bonne santé il faudra d’abord devenir un imbécile ou le rester. Ce n’est pas la jeunesse qui mène le monde, elle est formée à le construire par une génération qui jette tout ce qui lui a permis de bien grandir. Ma génération, quand j’avais entre 15 et 25 ans, ne vivait pas dans « un monde moins perturbé », c’est elle qui le perturbait, et notre vocabulaire jugé rude était le moyen de désigner les choses comme nous les vivions sincèrement. Aujourd’hui pareil, rien de grave, sauf que ce n’est pas leur liberté que les jeunes défendent, mais celle qu’on leur vend, et ce n’est pas ma génération qui s’en remplit les poches. Emmener mes bonnes-amies au bord du lac était gratuit. L’industrie pornographique, déjà biologique, s’adressait au « vieux ». L’alcool qui me faisait rire le vendredi soir était le même qu’en 2021. Les jeunes avec qui je parle parfois sont différents de ceux que vous rencontrez ? Après avoir parlé chacun de nos souvenirs d’enfance, du présent que nous vivons, eux avec leur regard et moi le mien, je ne pourrais pas souhaiter mieux quand ils me disent : « Dans le fond, vous étiez comme nous… » Oui, je voulais être heureux, et j’en avais plus les moyens : cette époque sur laquelle maintenant on crache dessus, avant d’aller se faire les muscles à vélo sur les trottoirs.

        1. Bonjour Dominic et merci de votre texte dont le contenu est très intéressant. J’ai apprécié votre piquante phrase de fin « aller se faire les muscles à vélo sur les trottoirs ». Je comprends votre ironie, d’autant plus que je bénéficie d’une exemption quasi-totale d’efforts physiques inutiles depuis l’âge tendre de ma dernière trottinette.
          Au plaisir de vous lire encore afin de toujours élargir mon horizon grâce à d’autres opinions. Tous les opinions sans exception sont dignes d’intérêt, dans n’importe quel débat.
          Et l’élégance des propos compte beaucoup pour faire (parfois) pencher la balance …..
          Portez-vous bien.

  4. Oui mais quand on a des énergumènes comme ce Monsieur … en Valais dont la parole porte sur les réseaux sociaux où il sait que des jeunes en plein dans la formation professionnelle entendent ses imbécilités on se demande s’il ne faut pas qu’on prenne des mesures abruptes contre ces personnes qui disent être des boucs émissaires mais n’ont que le bonnet d’âne du monde animal.
    Du bouc à l’âne il n’y a pas beaucoup de différence.
    Quand on vocifère des billevesées (pour ne pas dire de gros mots) sur des fonctionnaires qui ont pris des décisions courageuses et ne se sont pas contentés tout au long de leur carrière d’être un pousse-mégot pour maintenir ses avancements salariaux on essaye de se la coincer sur le sujet du COVID surtout comme représentant de l’état du Valais dans ses fonctions ! Ce personnage n’a aussi pas été dans un service d’urgence COVID ou des enfants et des personnes plus âgées souffrent !!!!!!! Révoltant de ne pas prendre conscience et de ne pas protéger les autres par des comportements irresponsables ! Il faut se faire vacciner si vous voulez vivre dans la société ! N’est ce pas Madame Sandoz?

  5. Une personne vaccinée est-elle immunisée contre le virus du Covid ? Non. Elle peut devenir inconsciemment porteuse du virus en étant asymptomatique. Les personnes vaccinées ont la conviction, erronée, qu’elles peuvent se regrouper sans prendre de précaution pour de grands événements sociaux en abandonnant les gestes barrières. Le résultat est là. La propagation du virus est mathématiquement plus probable et la cause est à rechercher entre personnes vaccinées plutôt que que par le biais des personnes non-vaccinées. Il suffit de voir l’évolution géographique en relation avec les différents événements que ces lieux ont hébergés (Euro, concerts, etc.). Les non-vaccinés, qui ne sont pas suicidaires, ni complotistes, n’en déplaise à certains politiciens obtus, sont certainement plus conscients des risques de contamination et logiquement prennent leurs précautions.
    Mais la logique et la politique ne font pas nécessairement bon ménage.

    1. En plus de ce que vous mentionnez sur le sujet qui peut etre plus proteuse du virus il y a eu un nouvel etude du CDC qui va dans ce sence la, qui a d’abord fuite et rapporte par WashingtonPost et New York Times et ensuite force d’etre publie par le CDC. Cela cree la choque dans la Maison Blanche dont la porte parole pour la Covid etait furieux que cela a devenu public. D’apres cette etude scientifique avec des vrais donnee il n’y a pas de difference entre les vaccines et les non-vaccine concernant d’attrape le virus, etre symptomatique, la transmissibilite, la charge viral, l’hospitalisation, le deces maintenant quand le variant delta est devenu dominant. L’etude a ete fait dans une commune ou 70% des personnes sont vaccinnes, tres touristique surtout pour les fetes du 4 juillet, et donc l’etude a dure 3 semaines entre le 3 juillet et le 26 juillet. Apres cette etude le CDC a mandate le masque pour les gens vaccinnes egalement.
      Les references:
      ttps://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7031e2.htm?s_cid=mm7031e2_w
      ttps://www.washingtonpost.com/health/2021/07/30/provincetown-covid-outbreak-vaccinated/
      ttps://www.nytimes.com/2021/07/29/health/cdc-masks-vaccinated-transmission.html

  6. Je m’éloigne légèrement du sujet mais depuis longtemps, je voulais mentionner un roman de M. Jean-Christophe Rufin, médecin et aussi ambassadeur. Ce roman s’intitule “Globalia” et il a été édité en 2004. Je recommande vraiment sa lecture qui n’est pas facile. De nombreux auteurs ont tenté de décrire un futur plus ou moins éloigné mais là c’est littéralement saisissant de réalisme. Honnêtement nous nous dirigeons de plus en plus dans l’univers effrayant décrit par Rufin et je ne suis même pas sûre que le Covid y ait joué un rôle majeur. Peut-être a-t-il accéléré les choses. C’est un roman qui s’interroge sur le danger de la mondialisation. Cette histoire décrit un monde où vivraient en parallèle des habitants vivant sous cloche, se croyant libres, mais ne se déplaçant qu’avec un laisser-passer (une sorte de carte de crédit) et ceux que l’on considère comme vivant dans la zone, les marginaux qu’il ne faut pas fréquenter. Les héros de cette histoire, un jeune couple voudraient s’en évader mais qu’adviendra-t-il d’eux ? Je pense que c’est le moment de réfléchir très sérieusement à ces questions. Chantal

  7. Bonsoir, vous avez raison d’invoquer le bouc émissaire à ce propos. La vaccination actuelle relève d’une autorité qui se veut incontestable, tout comme Abraham fut un matin persuadé qu’il fallait sacrifier son fils pour apaiser l’Eternel. L’Ange lève le couteau et lui dit de s’en prendre plutôt à un bélier… Dieu ne t’a rien demandé. Voir les deux tableaux de Caravage (1596 et vers 1601) analysés par Jacques Lacan in Des noms-du-père, Seuil, 2005. Tout se passe aujourd’hui comme si un impossible dialogue à propos du virus commençait ainsi: Nous – Nous aimerions connaître et comprendre. Eux (les Scientifiques) – Or nous savons. Dialogue de sourds… En été 1973, le choléra se déclare à Naples et environs. Je séjourne en Italie depuis plusieurs mois et suis invitée à me faire vacciner. Je n’étais pas moins sceptique que ce soir. La grande distinction, c’est qu’on m’a écrit un mot et qu’un médecin a pris 5 minutes pour m’expliquer de quoi il retournait. Bien sûr le choléra et le Corona ne se ressemblent pas. Bien sûr les Marines USA ont vacciné au pistolet en Campagnie (sauf erreur 1mio de vaccins en un mois). Voir les photographies du fonds Archivio Pizzi). Je dis peut-être une bêtise, mais c’était tellement plus humain…!

  8. Les vaccins, n’est-ce pas un peu comme l’excès de graisse? Quand on en a trop, on rêve d’en perdre, quand on en manque, on ne pense qu’à en prendre. N’est-il pas choquant de constater qu’une frange non négligeable de la population peut s’offrir le luxe de refuser de se faire vacciner alors qu’elle a la possibilité de le faire sans obligation ni frais quand, dans les pays dits “émergents”, des foules entières attendent en vain de l’être?

    Qui met alors en danger sa propre vie et celle d’autrui – les vaccinés ou les non-vaccinés? Ceux-ci, sachant leur cause perdue d’avance, font ce que font tous les perdants: ils se font passer pour les victimes et jouent aux boucs émissaires… en accusant sans preuve, en vrac, pouvoirs publics, “High Tech”, pharmas et médecins qui leur seraient inféodés de collusion au nom du profit et, comme en France, de la “dictature sanitaire”. Qui donc désigne les boucs émissaires?

    Alors qu’un peu partout ailleurs (France, Etats-Unis, etc.) la vaccination obligatoire augmente,
    Il faut n’avoir jamais connu la dictature pour dénoncer comme telle la plus vaste action de santé publique jamais entreprise à ce jour.

    1. “Il faut n’avoir jamais connu la dictature (…)” Hélas, au cours de l’Histoire, c’est le plus souvent après coup qu’on a découvert le nom du régime sous lequel on a vécu. Voir la photographie postée ce jour par le journal Le Temps qui chapeaute l’article “Le variant Delta se propage en Chine”: *STR/AFP 28 juillet 2021, Labo temporaire “Fire Eye”. Vous pouvez aussi regarder en libre accès sur la Toile le film de Joseph Losey, 1976, Monsieur Klein. L’arbitraire et la répression se dissimulent d’autant mieux que la répétition change de forme…

    2. “Qui met alors en danger sa propre vie et celle d’autrui – les vaccinés ou les non-vaccinés?”
      Je suis vaccinée ,sans quelque appréhension ; mais l’on me dit que je dois continuer à porter le masque parce que je peux quand même être porteur du virus et donc le transmettre.. C’est la première fois que j’entends cela d’un vaccin.. Un vaccin, en principe, est fait pour éviter au vacciné d’attraper le virus et d’en être porteur et donc contaminateur.. ce vaccin n’est donc pas au point.. On a donc le droit d’être sceptique, voire même inquiet.. Personnellement, bien que personne du 3è âge, je suis en très bonne santé et je serais furax si je commençais à avoir des problèmes de santé à cause du vaccin…

      1. Votre compréhension du fonctionnement d’un vaccin, c’est que si on le possède nous ne pouvons être porteurs du virus. C’est en partie vrai et en partie faux. On est d’abord porteur, ce n’est pas en un clin d’œil que les agents infectieux sont détruits (ils peuvent même subsister à une concentration faible sans parvenir à prendre le dessus). Dès la mise au point des vaccins à ARN-m, les chercheurs ne savaient encore répondre à la question de la transmission du virus par un vacciné, cela n’ôtait pas l’avantage de protéger déjà la personne en amont. Actuellement la probabilité du vacciné de transmettre le virus, s’il l’a contracté, est annoncée à 0,4 %. Ce n’est pas le 0 % que vous souhaiteriez pour considérer que ce vaccin en est bien un. Un remède doit être considéré pour ce qu’il apporte même s’il n’est pas total. Il n’y a que le baiser de la maman sur la tête de son enfant après une chute qui garantisse un effet à 100 % et sans aucun effet secondaire.

        1. S’agissant de la transmissibilité, Israël et le US-CDC vous donnent tort. Elle est bien plus élevée que ce que vous prétendez. Un vacciné en boîte est bien plus apte à transmettre qu’un non-vacciné chez lui.

    3. Merci pour votre commentaire.
      Je serais curieuse d’avoir votre définition de la “santé” ainsi que celle de “publique” ?
      Pour ma part, je me sens proche de celle-là
      ” La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité”
      Extrait de la Constitution de l’Organisation Mondiale de la Santé
      Heum comment vous dire, n’avez-vous pas l’impression qu’on en a jamais été autant éloigné qu’à l’heure actuelle ?
      Maintenant en ce qui concerne le “public”, qu’elle autre signification a-t-il aujourd’hui à part récupérer les pertes et les faillites “du privé” qui bien entendu se garde toujours et encore les bénéfices ?
      Mais voilà, à force de tondre toujours les même au nom du “bien commun” tout en s’appliquant, par ailleurs, à le détruire de façon systématique – le système du “tout marchandise” touche à sa fin “naturelle”….
      En effet, une société ne peut survivre sans la notion de “bien commun”.
      Or, à écouter un discours de M. Macron je crois déjà en mai 2020:
      que la pandémie ne remettait absolument pas en cause les politiques de restructuration dans le domaine de la santé, tout est dit !
      des lits, du personnel, des moyens ont continué à être supprimés ! et oui oui en pleine pandémie !
      Puis un autre discours peu de mois après qui disait en résumé ceci:
      il faudra reconsidérer la prise en charge par la sécurité sociale de maladies qui seraient causées par des comportements individuels tels que le cancer du poumon des fumeurs, etc etc
      la boîte de Pandore est ouverte et pas qu’en France malheureusement. En Suisse, la question est “déjà réglée” nous n’avons jamais eu de sécurité sociale (bien commun).
      Cette “pandémie” (là aussi il est très instructif de voir les changements apportés à la définition il y a plusieurs années déjà) a été instrumentalisée dès le départ à des fin politiques et économiques.
      Effectivement, vous n’avez apparemment jamais vécu une “dictature” pour ne pas en déceler les prémisses et certainement toujours vécu dans l’aisance et le confort.
      Tous ne partagent pas votre chance.

      1. Vous avez raison, je vis dans l’aisance et le confort, en pantouflard ronflotant sur son canapé huit heures par jour. Je me lève rarement avant midi et m’habille à dix-sept heures, puis je m’assieds dans mon fauteuil et me mets à réfléchir. A quoi? A ce à quoi je dois réfléchir.

        Je n’ai pas quitté ma chambre depuis douze ans et ne voyage que dans ma tête, avec mes quatre murs pour tout horizon, mon lit pour navire et ma robe de chambre pour voiles. Mon emploi du temps consiste à boire, manger et dormir, dormir, manger et boire. Je ne sors jamais en ville et laisse la ville venir vers moi: le facteur, les créanciers, les filous, ma mégère.

        Si ça, ce n”est pas de la dictature… Croyez-moi, celle du confort est peut-être la pire de toutes. Mon médecin m’a d’ailleurs mis en garde: si je ne bouge pas plus, je cours toit droit à l’infractus du mésoscaphe.

        Surtout, ne suivez pas mon exemple.

        Cordialement,

        RN

    4. Bonjour René Nildar, comme beaucoup de Pro-Vax, vous avez complètement mis de côté celles et ceux qui ne peuvent PAS être vacciné(e)s pour des raisons médicales XYZ ne regardant personne. Si c’est interdit (décision médicale), c’est interdit. Et ni Pro-Vax, ni Anti-Vax, nous ne mettons jamais en danger quiconque car nous sommes par nature très prudent(e)s, vigilant(e)s et responsables.
      Et surtout, nous n’avons ni excès de graisse, ni manque en graisse. Ou autre matière qui vous conviendra dans votre illustration très minimaliste des humains.
      Nous avons même des silhouettes à faire pâlir d’envie (malgré l’âge) quelques jeunes “à problèmes divers”.
      Il serait temps que vous élargissiez votre horizon des infinies possibilités humaines au-delà du très classique “gras” ! C’est vous qui tentez d’imposer un avis dictatorial. Pas nous qui vivons “différent(e)s” de vous qui vous croyez supérieur en toute chose. Ceci écrit, portez-vous bien……

  9. Bonjour,
    Un très grand merci de partager vos questionnements, analyses, commentaires à toutes et à tous.
    De développer, de succiter, d’inciter aux débats.
    Mes meilleures salutations.
    L. Favre

  10. Il y a plusieurs mois Pfizer et Moderna ont commercialement clamé les bons résultats de leur vaccin après 6 mois de phase III en annonçant une publication scientifique revue par les pairs. Depuis lors aucune publication.

    Les publications après 3 mois de phase III avaient été publiées un mois après que Pfizer et Moderna avaient proclamé leurs résultats.

    1. @REBECCA @DOMINIC

      A propos de références sérieuses, où se trouvent donc ces publications triomphalement annoncées par les laboratoires ?

      1. Vous ne les trouverez pas dans votre magazine “Spécial Vacances” où vous étudiez les mots croisés tête renversée sur votre pouf gonflable.

      2. A CEDH et à En vacances

        Une personne a pris la peine d’expliquer très clairement pourquoi les vaccins ARN ne peuvent pas entraîner des effets à longs termes. C’est ici:

        ttps://mobile.twitter.com/Mac_Picsou/status/1419594410275262467

    2. L’annonce remonte au 8 juillet, non ?

      cdn.pfizer.com/pfizercom/2021-07/Delta_Variant_Study_Press_Statement_Final_7.8.21.pdf

      Laisse leur au moins 1 mois pour l’écrire. Y a pas urgence 🙂

      En attendant, tu peux lire:

      nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2108891

      medrxiv.org/content/10.1101/2021.07.28.21261159v1

      1. @ Rebecca

        -” L’annonce remonte au 8 juillet, non.”
        Non. L’annonce du résultat intermédiaire de l’étude phase III en cours date du premier avril 2021 et le 29 juillet 2021 est parue une version non revue pas les pairs de cette étude.

        – “En attendant, tu peux lire:”
        nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2108891
        medrxiv.org/content/10.1101/2021.07.28.21261159v1

        La première des deux publications n’est pas liée à la phase III en cours. La deuxième est le preprint du 29 juillet 2021 qui montre une dérive claire : perte d’efficacité avec le temps clairement établie dès le 4ème mois. Avec la deuxième dérive, à savoir l’échappement face au nouveaux variants, cela commence à faire beaucoup. Voilà ce qui explique sans doute la réaction israelienne.

        Pour revenir à l’annonce du 8 juillet, elle concerne l’injection d’une troisième dose de ce vaccin modèle 2019. A voir l’efficacité de cette troisième dose 6 mois après la deuxième, on peut se demander si une demie dose n’est pas suffisante.

  11. Qualifier de « boucs émissaires » les opposants à la vaccination anti-COVID me paraît un abus de langage regrettable. Par définition, un bouc émissaire est une victime qui n’a aucun moyen d’échapper à ce statut. Les Juifs ont été les boucs émissaires du régime nazi; il leur était impossible de se soustraire à une persécution qui visait leur identité même. Pendant la Grande peste de 1348, on a massacré les lépreux, accusés d’empoisonner les puits. Comment échapper à la condition de lépreux ? Au contraire, les opposants à la vaccination ont le choix. Ils sont libres de refuser celle-ci, ou d’accomplir un acte raisonnable et solidaire en se faisant vacciner. On ne saurait donc les qualifier de boucs émissaires.
    En outre, s’ils venaient ( ce qu’à Dieu ne plaise) à décéder du Covid en conséquence de leur refus, ils se verraient sans doute attribuer la palme du martyre, qui leur vaudrait les félicités éternelles…

  12. Le Covid , une aubaine pour “une gouvernance mondiale”! Et l’on nous dit qu’il n’y a pas de complot. Comme je ne suis que Mme Toulemonde et donc que mon opinion, mes arguments ne valent pas pipette, je me permets de suggérer la lecture de “The Great Reset” de Klaus Schwab “l’illuminé de Davos”, traduit en français sous le titre “Covid-19: la Grande Réinitialisation” .” En juin 2020 la publication de ce livre a été l’occasion d’une vidéo-conférence de presse mondiale”. Lors de cette vidéo-conférence , Schwab a tenu des propos que l’on retrouve dans son livre : ” Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. Pour faire court, la réponse est :jamais”(…) La pandémie représente une fenêtre d’opportunité rare mais étroite pour réfléchir, réimaginer et réinitialiser le monde (…)Nous nous trouvons à un moment de l’histoire qui ne doit pas être perdu. Il s’agit d’un moment qui peut permettre de changer les règles du jeu.(…) Toute expérience numérique dont nous disposons peut être transformée en un “produit” destiné à surveiller et anticiper nos comportements” … En 2016 lors d’une table ronde au Forum de Davos “il se réjouit que nous assistions bientôt à l’avènement de bébés conçus selon des caractéristiques souhaitées “!!!!
    Grace au numérique qui se fait déjà les dents grâce au Covid, , s’installe déjà une “surveillance mondiale” Ces propos ne sont qu’un avant-goût de ce que nous préparent les “mondialistes” qui se servent du Covid- s’ils ne l’ont pas créé!?- pour nous préparer “le meilleur des mondes” glaçant !
    Pour en savoir plus sur ce bouquin, on peut aller sur amazon , voir le résumé et surtout les commentaires des personnes qui l’ont lu ,ou encore lire “Le jour d’apprès” de Ph. de Villiers où l’on peut trouver une montagne d’info, réf. à l’appui !!

  13. Je m’interroge… les antivax se cachaient dans une grotte jusqu’à présent? je ne les lisais pas sur les forums puis ils sont apparus en masse ici.

    Qui vous a dit de venir ici ? et pour quels motifs?

    Pourquoi cherchez-vous à entraver une campagne de vaccination qui sauve des vies ? Comment peut-on se lever le matin et se dire je vais passer des heures sur internet pour dissuader des personnes vulnérables de se faire vacciner ?

    Vous trouvez du réconfort à tuer des personnes à risque ? Et vous affichez les avis de décès des personnes que vous avez convaincues de ne pas se vacciner sur votre frigo ?

      1. On peut juger les opinions ou les critiquer, mais on ne peut nier ou ignorer les faits. Or, aujourd’hui ce journal annonce à sa “Une”: “Les personnes non vaccinées contre le Covid-19 représentent environ 85% des malades hospitalisés en France, y compris en réanimation, et 78% des décès dus au virus, selon une étude publiée vendredi.”

        “Nier les faits est la défense la plus commune”, disait Cicéron. Sa (re)lecture ne vaut-elle pas celle de l'”Illuminé” de Davos?

    1. Votre commentaire est simple, clair, il dit l’essentiel, je le trouve ainsi très positif. Je souhaiterais que vos messages puissent avoir une portée, fassent réfléchir en toute honnêteté : la qualité première que vous manifestez ici.

      Les réponses que vous pourriez recevoir des antivax sortis de leur grotte, ils les donnent déjà dans leurs commentaires, ils répondent à l’appel, et vous pouvez deviner qui est à la fenêtre pour les inviter à venir s’exprimer. C’est pour cela qu’ils sont ici, quant aux motifs il suffit de parcourir les titres des nombreux blogs de Madame Sandoz sur le sujet pour comprendre comment de petites graines peuvent devenir de hauts haricots.

      Honnêteté, ai-je dit, et il faudrait ajouter « prise de conscience, capacité de s’informer aux sources sérieuses, remise en question de ses idées toutes faites, et surtout empathie… » Cette dernière qualité sur laquelle s’orientent vos questions fait défaut. Nul besoin d’avoir une longue vie remplie d’expériences derrière soi pour l’éprouver, au contraire on la trouve plutôt chez les haricots encore verts, puis elle s’assombrit quand la plante se fortifie, le goût n’est plus le même. Ces grands haricots sauront vous expliquer en langage perfectionné de quoi est faite leur empathie en vous faisant entendre de solides raisonnements : elle n’a rien de vivant.

      J’ignore votre âge, je pense cependant que vous êtes un haricot encore clair et plein de forces qui grandit. Ne perdez pas votre couleur, gardez votre sensibilité, moi je suis en train de dessécher et continue à faire des efforts malgré les déceptions dans l’ambiance actuelle.

      1. Mais non Dominic, ne flétrissez pas, ce serait trop dommage. Nous n’aurions plus l’occasion de vous lire. Ce serait embêtant car il faut toujours deux poids deux mesures …..
        Un haricot extra-fin, sans fil, très vert, mais d’un certain âge pour ne pas dire d’un âge certain.
        Et je le précise encore et encore pour les extrémistes: Haricot ni pro-vax ni anti-vax mais très soucieux de garder intacts sa finesse et son croquant ….. eab

      2. “…moi je suis en train de dessécher…”

        J’adore les haricots secs. Ne durent-ils pas plus longtemps?

        Pas comme les extra-fin, sans fil, très vert mais en boîte, juste bons à vous donner le scorbut.

        1. Eh non Al Dente, les haricots verts extra-fins sont toujours frais ….. surtout ceux cultivés dans la région de Bologne – je recommande pour votre palais. D’ailleurs les haricots “jaunes” ont toujours des vilains fils et c’est tellement difficiles à avaler, comme tout ce qui provient d’un certain pays d’Extrême-Orient, dont les virus.
          Bien sûr, jamais ni conserves, ni surgelés, c’est très mauvais pour la santé mais surtout n’a plus aucune saveur ….. Et grâce aux vrais citrons siciliens diffusés chez Tigros ou Esselunga à coûts moindres, le scorbut n’a plus lieu d’être en 2021. Revenez d’urgence à la bonne époque Al Dente.

        2. Les plaisirs de la table au salon des discussions

          J’hésite à poursuivre par un commentaire qui sera encore hors sujet de l’article de Madame Sandoz. Mais créer de multiples petites rivières destinées à détourner le cours de l’action sanitaire pour nous sortir de cette pandémie, son actuel cheval de bataille, n’est-ce pas une folle liberté qui s’échappe du premier sujet très sérieux : notre destinée de haricot qui se met en boîte et s’imbibe de conservants pour sauver son espèce. Maintenant, concernant votre commentaire que je prends au sérieux, n’oublions pas que nous ne sommes pas vraiment des haricots, c’est une image que j’ai donnée de la jeunesse et la vieillesse. Vous aimez les haricots secs qui durent longtemps. Oui… Ils ne perdent pas de leur parfum quand vous les sortez du cornet. Mais revenons à la réalité, les humains… Auriez-vous l’idée de sortir de sa tombe une momie séchée pour converser avec elle de l’époque que nous vivons ? Nos malheurs et nos chances ? Admettez que non !

          1. “Auriez-vous l’idée de sortir de sa tombe une momie séchée pour converser avec elle de l’époque que nous vivons ? Nos malheurs et nos chances ? Admettez que non !”

            Vous me croirez ou pas, mais ma réponse est: oui. En effet, comme égyptologue (entre autres), il m’arrive de converser plus avec les momies qu’avec les vivants, au point de confondre parfois les deux. Pendant toute la période du confinement, nos échanges (par téléportation) ont même été ma principale, sinon ma seule vie sociale.

            Ceci dit, je n’apprécie pas moins les haricots frais (pour rassurer Eliane AB, véritable Gault et Millau en la matière) et votre image entre le genre frais et le sec pour illustrer l’éternel duo jeunesse-vieillesse est tout à fait parlante, sans sortir du cadre de ce blog pour autant.

            Avec les cordiales salutations d’un haricot de la classe sèche, dans l’attente d’être mis en sachet-sarcophage.

          2. Message à Dominic et A.D. dont les textes sont tellement plaisants et pleins de bons sens. Merci beaucoup car j’apprécie très sincèrement.
            Hors de nos cuisines « gourmets » assez différentes, revenons légèrement au sujet qui préoccupe notre verte planète, enfin disons plutôt humide planète en ce moment.

            Je viens de recevoir le .pdf d’une étude rétrospective anglo-américano-canadienne relevant bien que le MDRD (ou Cockroft) des patients néphrologiques (de longue durée, genre GNCM-CMGN) peut passer du rouge (tout juste encore acceptable = le mien et je l’aime ainsi puisque je vis confortablement sur les frontières depuis plus de 50 ans) au noir foncé (= zone dialyse et/ou transplantation) APRÈS la fameuse vaccination. Une dose suffit pour virer notre cuti en NOIR absolu. Sympathique perspective !

            Donc, pour nous patient(e)s vivant tranquillement, sans gêner quiconque, sans rien coûter à la société, avec appétit pour les bons petits plats et en zone CKD-MDRD rouge, parfois orange, sans médicament toxique depuis des plombes, ces nouveaux vaccins représentent un VRAI DANGER pour notre SURVIE, à moins évidemment qu’une personne soit complètement suicidaire pour apprécier l’idée de débuter les dialyses car en général depuis le noir, on ne remonte pas en rouge, ou en rouge foncé, quoique le bordeaux procure un joli teint ….

            Il est même indiqué dans les conclusions que, je cite: « alternate vaccination platforms and strategies should be considered ». Nul besoin de traduction je pense ….. ou alors juste préciser qu’il ne faut jamais mettre tous les œufs dans le même panier et surtout pas les patient(e)s néphrologiques chroniques.

            ttp://www.nephjc.com/news/covid-vaccine
            Carr EJ, et al. Kidney Int Rep 2021 ; accepted June 21, 2021 (= pile poil pour mon anniversaire le 22).
            ttps://doi.org/10.1016/j.ekir.2021.06.027

            J’ai reçu d’autres articles tout frais éclos. Je vous en ferai part si intérêt et les stocke au congélateur en attendant. Bizarre, pour ne pas écrire étrange, ils contrarient à mille pourcents la toute nouvelle stratégie vaudoise du jour, vue sur RTS en différé et intitulée « On a posé vos questions sur le vaccin contre le Covid aux spécialistes ».

            Alors, pour le dessert bien mérité après ma prose, je relève très brièvement que lesdits spécialistes vaudois ne comptabilisent pas le vingtième des titres universitaires dont bénéficient mes superviseurs médicaux (autres Cantons + autre pays).
            Goût de piment Carolina Reaper cette nouvelle stratégie romande ?
            Une excellente soirée arrosée (dans tous les cas où je vis) et tous mes respects.

    2. Il y a toujours eu dans la société environ 2/3 de gens au comportement panurgique. C’est, certes, une simplification extrême. Ce chiffre de ressort pas d’une étude contrôlée et randomisée et n’est qu’une simple estimation observationnelle.

      Fort de ce constat, je ne m’étonne pas que la majorité de la population pensent que l’unique solution à notre récent problème consiste à vacciner toute la population, enfants compris, avec un produit issu des laboratoires de sociétés condamnées à de multiples reprises pour fraudes. Puisqu’ils disent à la télé, que c’est comme ça, c’est donc que c’est comme ça.

      Avez-vous vu le dessin animé de Disney “l’apprenti sorcier” ? C’est fou ce que ce court-métrage qui date de bientôt 80 ans peut révéler sur notre période actuelle. Je vous conseille vivement son re-visionnage. La version de 1999 est bien aussi. Peut-être, qui sait, … que vous deviendriez un peu plus “aware”.

  14. Bonjour Madame Sandoz,

    j’ai quelques questions qui ne sont peut-être pas tout à fait en réponse avec votre blog…mais je les écris ici car je n’ai pas votre adresse e-mail. En tant que juriste je pense que vous pouvez facilement répondre.
    Avec le certificat COVID il y a ou il peut y avoir des contrôles un peu partout (Stade, Cinéma, Discothèque,…). Qui a le droit de m’obliger à montrer ma carte d’identité? (A part la police et les douaniers bien sûr). Un agent de sécurité qui le fait, est-il personnellement agréé? Ou seulement son entreprise? Ai-je le droit de lui demander de voir cette autorisation? De lui demander son nom?
    Je me suis fait vacciné mais je n’ai pas pris le certificat COVID, par contre j’ai le (vieux) certificat international de vaccination (que j’avais dû faire contre la fièvre jaune) dans lequel la vaccination anti-COVID est inscrite: je peux donc prouver que je suis vacciné. A-t-on quand même le droit de m’interdire l’accès? Si oui cela voudrait dire que le certificat (qui est aussi pour les non-vaccinés) est plus important que le fait d’être vacciné! On pourrait penser qu’on donne plus d’importance à la surveillance qu’à la santé publique…

    1. Je comprends votre question mais il faut admettre qu’il s’agit pour les autorités d’un pur problème pratique. Les personnes agréées officiellement pour vérifier l’existence d’une vaccination ont reçu, pour des motifs pratiques, l’ordre de vérifier une catégorie de moyen de preuve afin de limiter les possibilités éventuelles de “faux”. Ce problème-là peut se présenter dans toutes sortes de situations où l’existence d’une certaine qualité doit pouvoir être prouvée facilement sans exiger d’investigation particulière de la part de la personne autorisée à opérer la vérification. Mais je serais vous, je poserais la question à la task force – ou à Mme Hurst qui en fait partie – pour savoir si le certificat international suffit (et la réponse ne signifierait pas que cela serait suffisant aux yeux d’autres pays au cas où vous voudriez voyager).

    2. “Qui a le droit de m’obliger à montrer ma carte d’identité? ”

      personne, pas même la police.

      Pour Genève, cf. art. 17 de la loi sur la police

      ttps://www.ge.ch/document/loi-police-lpol

      La police (et forces de sécurité assimilées) a en revanche le droit de vérifier votre identité (par tout moyen, abonnement cff, permis de conduire, …) et de s’assurer qu’elle corresponde au passe sanitaire.

      Si une personne falsifie un passe sanitaire, ce sera une infraction fédérale, donc Bellinzone en cas d’opposition à l’ordonnance.

      Qui a le droit de vous demander un passe sanitaire?
      toute personne dans son domicile privé. On a une jurisprudence abondante en raison des interdictions d’entrée délivrées par les commerces pour vol/mendicité/…

      Libre à vous de refuser et de repartir si elle vous demande de prouver que l’identité mentionnée sur le passe est la vôtre. Si vous passez en force, vous commettrez entre autre une violation de domicile.

      Après, pour certains lieux (pseudo)publics, il faut une base légale pour éviter l’arbitraire.

  15. Cinéma. L’exploitant propriétaire peut subordonner l’accès à sa salle à la présention des documents qu’il juge adéquats. Et il peut demander à qui il veut de procéder aux vérifications. Libre à chacun d’accepter ces conditions ou de ne pas les accepter et de renoncer à aller au cinéma. Par contre, le tricheur pourrait fort bien se voire poursuivi du chef de violation de domicile.

    Suisse. Quels documents vaccinaux sont exigés de la part d’extra-européens débarquants en Suisse ?

    Dominic. La force probante de votre certificat est faible. Plus encore sans pièce d’identité. Faire un faux certificat OMS est très mal mais très facile. Vous nous dites être vacciné, en avez vous la preuve ? Oui. Une preuve convainquante ? Non.

  16. Bonjour Madame Sandoz,
    J’ai essaye de m’abonner sur votre blog car je lis depuis des années votre blog avec intérêt, il n’y pas beaucoup de forum ou la reflection critique est encore possible. Cependant, aussitôt que je me suis inscrite, une confirmation est venu et ce n’était pas de vous, mais de l’hebergeur de votre blog, WorldPress.
    J’ai regarde un peu ce que c’était et il s’avere que c’est une entité américaine et pas suisse. Puisque je ne veux pas que mon adresse e-mail ou mes commentaires baladent dans le monde entier j’ai tout de suite annule mon abonnement a votre blog, mais je n’ai pas l’impression que mon adresse e-mail a ete annule dans leur base de données en meme temps. Comment faire?
    Je me demande si c’est Le temps qui vous impose cette hébergement américaine et si c’est possible de trouver un hébergeur suisse a la place.
    J’ai aussi une autre question a vous poser: les commentaires a votre blog sont valides par vous ou par WorldPress?

    1. Chère Madame,
      Incapable de répondre au sujet du sort de votre adresse e-mail, je vais essayer d’interpeller le spécialiste technique du Temps et tâcherai de vous transmettre une réponse.
      En ce qui concerne l’hébergement, c’est évidemment le Temps qui le choisit puisqu’il met un espace à ma disposition, mais je vais aussi transmettre votre remarque – qui sera d’ailleurs lue par Le Temps sur mon blog.
      Quant à la validation des commentaires concernant mon blog, elle dépend strictement de moi – et je m’en charge aussi rapidement que possible.
      Avec mes meilleurs messages.

    2. WordPress (et non WorldPress) est un système de gestion de contenu (et non un hébergeur de sites) qui gère près de 40 % des sites Web. Le Temps l’a choisi, semble-t-il, pour gérer l’espace consacré aux blogs. En principe, votre adresse e-mail est donc protégée par les pare-feux du Temps, qui connaît votre adresse IP, et par ceux de son fournisseur d’accès Internet (FAI).

      En revanche, il est étrange que WordPress vous demande une confirmation d’inscription, comme il le fait pour tout nouvel inscrit sur l’un de ses propres sites. Seul Le Temps ou Madame Sandoz devrait pouvoir vous demander une telle confirmation et sont à même de vous renseigner à ce sujet.

      Quant aux commentaires, comme tous les gestionnaires de blogs, Madame Sandoz est seule “maîtresse à bord” du sien et donc, comme elle vous l’a confirmé, seule habilitée à les accepter ou les refuser. WordPress n’a aucun moyen d’agir sur eux.

      1. Je ne comprend pas completement votre reponse. Je voudrais savoir pourquoi WordPress a mon adresse e-mail dans leurs fichier des donnees, et je ne sais toujours pas comment leur demander de l’enlever. J’ai aussi realise qu’un autre blog a quoi je m’etais inscrit il y a plus d’une annee etait aussi inscrit sur WordPress, et je l’ai egalement annule sur leur site. Mais je n’ai vu aucun endroit ou je pouvais leur demander d’enlever mon e-mail adresse de leurs banques de donnees. Mon autre question est si j’ai ecrit une commentaire sur un blog de LeTemps sans m’abonner sur le blog meme, mon adresse e-mail entre dans la banque de donnees de WordPress egalement ou pas. Aussi les commentaires sont ils stockes dans les banques de donnees de WordPress. Ma question pourquoi ce n’est pas une entreprise Suisse qui hebergent les blogs de LeTemps ou gere le contenu n’a pas ete repondu. Pensez-vous que LeTemps devrait etre plus transparente sur cette question? Je ne pense pas que je serais seule d’etre tout de meme choquee de cette manque de transparence. Le Temps est le seul journal a quoi je paie une souscription depuis des annees, car la neutralite de la Suisse et de sa gouvernance de compromis laisse encore de la place a une jounalisme objectif sans que cela soit la porte parole d’un parti. C’est rare dans le monde. Par contre les entreprises americaines sont devenu tellement partisans et les fact-checkers devenu omnipresent l’objectivite n’existe plus la-bas. En choisisant une entreprise non-Suisse pour gerer le contenu questionne la neutralite du Le Temps a mes yeux.

        1. Chère AB,

          tentative de réponse.

          “Je voudrais savoir pourquoi WordPress a mon adresse e-mail dans leurs fichier des donnees”

          LeTemps utilise pour l’hébergement de ses blogs une solution clef en main. L’hébergement n’est pas chez wordpress, mais les blogs sont propulsés grâce à ce CMS. Pour des infos, voir:

          ttps://fr.m.wikipedia.org/wiki/Système_de_gestion_de_contenu

          “et je ne sais toujours pas comment leur demander de l’enlever.”

          Cela ne sert à rien. La loi américaine vous donne le droit de ne pas recevoir des emails non sollicités, pas de retirer votre adresse email de leurs bases de données. Ce qui est aspiré est définitif.

          Ils vous donnent cependant la promesse de ne rien en faire 🙂

          “Mon autre question est si j’ai ecrit une commentaire sur un blog de LeTemps sans m’abonner sur le blog meme, mon adresse e-mail entre dans la banque de donnees de WordPress egalement ou pas. ”

          Oui; celles du Temps et celles de WordPress.

          “Aussi les commentaires sont ils stockes dans les banques de donnees de WordPress.”

          Non. Celles du Temps + tous les aspirateurs du net.
          archive.org, plus tous les autres.

          “Ma question pourquoi ce n’est pas une entreprise Suisse qui heberge les blogs de LeTemps”

          C’est le cas.

          “ou gère le contenu”

          Trop cher pour des blogs gratuits.

          “Pensez-vous que Le Temps devrait être plus transparent sur cette question?”

          Non.
          Le problème est votre manque de compréhension de l’internet. Tout ce que vous écrivez est répliqué des millions de fois et circule à travers le monde (sauf protocoles de sécurité qui ne sont pas activés sur les blogs du Temps). Tout ce qui est mis sur internet est ineffaçable. Peu importe le lieu de votre interlocuteur ou la nationalité de l’hébergeur.

          “… et les fact-checkers devenu omnipresent l’objectivite n’existe plus la-bas.”

          Les fact-checkers sont objectifs. Votre mauvaise compréhension de l’internet vous a cependant exposée à une idéologie qui obscurcit votre jugement.

  17. Presse et pouvoirs politiques scindent la population en deux camps: les gentils qui se vaccinent, montrant par là qu’ils sont responsables, intelligents et solidaires, les vilains qui ne se vaccinent pas parce qu’ils sont égoïstes, stupides et complotistes.

    La fin justifie les moyens, et le Graal d’une immunité collective explique qu’on pousse les non-vaccinés à la conversion par tous les moyens possibles: culpabilisation, récompenses, punitions – la palette possible est large, de la mise à l’écart de la vie sociale au refus de soins médicaux, en passant par les pressions financières.

    Mais cette fameuse immunité collective n’est qu’une hypothèse! Une hypothèse ésavouée par les faits, à maintes reprises, dans l’histoire des vaccinations. Dans le cas du Covid, compte tenu des caractéristiques du virus, de l’épidémie et des habitudes modernes, on peut d’ores et déjà oublier ce beau rêve.

    La seule raison qui doit pousser une personne à se faire vacciner doit donc être de se protéger elle-même. En connaissance de cause, après avoir pesé les pour et les contre dans son cas particulier.

    On ne peut à la fois penser que le vaccin est efficace et qu’il ne l’est pas. Si on pense qu’il est efficace et approprié dans notre cas, on se fait vacciner, on est protégé et on ne se soucie pas de ce que font les autres. Si l’on n’est tout de même pas protégé, c’est que le vaccin n’est pas efficace, et il est tout aussi aberrant de demander aux autres de se faire vacciner.

    1. Il est établi que le vaccin limite aussi la contagieusité des patients infectés et semble prémunir des covid longs (en plus de sauver les vies).

      Le bénéfice-risque est toujours en faveur du vaccin; sauf très rares contre-indications médicales avérées. Ce n’est donc pas une question philosophique, mais uniquement médicale.

      C’est comme attacher la ceinture de sécurité en conduisant ou porter de la crème solaire. Il faut suivre les recommandations officielles, pas faire des caprices d’enfants.

      1. Le bénéfice-risque est en faveur du vaccin pour les gens vulnérables (personnes âgées etc.). Pas pour les jeunes, d’autant qu’on ne peut exclure des conséquences à moyen et long terme. Il est dès lors irresponsable de les obliger à se faire vacciner, sous le seul prétexte d’une immunité collective qui restera une utopie.

Répondre à Marlène Dupraz Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *