La Suisse favoriserait la création par la Chine du prochain cimetière de la liberté

L’article fort intéressant de M. François Nordmann (LT du 16 mars, p. 2) intitulé « Les paramètre de la nouvelle stratégie envers la Chine » se termine par cette injonction totalement fondée : « La nouvelle stratégie du Conseil fédéral devra indiquer quelle position la Suisse entend prendre dans le combat pour la liberté, la démocratie et les droits de l’homme qui oppose les démocraties occidentales à la Chine autoritaire, qui est l’atelier et, de plus en plus, le laboratoire mais parfois aussi le goulag du monde en devenir ».

Qui a poussé un cri, pendant la pandémie, devant le massacre de la liberté à Hong Kong ?

A part M. Frédéric Koller, journaliste, dans un magnifique article du Temps du 25 janvier dernier (p. 4) sous le titre ironique « Bienvenue dans le nouveau Hong Kong », qui a poussé un cri devant le massacre de toute liberté à Hong Kong par la Chine ? Les mesures sanitaires dictées par le corona avaient permis de stopper à Hong Kong toute velléité de manifestation anti régime de Pékin. On apprenait, par M. Koller, que « l’opposition politique étant laminée, restait la conquête des esprits. Elle passe par la culture et l’éducation. Depuis l’été dernier, on fait le tri dans les bibliothèques, on revoit les manuels, on censure ce qu’il reste de presse libre. Et grâce à un parlement purifié, on s’assurera bientôt que les enseignants ne dévient plus du dogme patriotique dicté par Pékin. Par caméra interposée ». Perfection du goulag !

Le rouleau compresseur chinois anti liberté est au point. Prochain cimetière de la liberté, Taiwan.

L’article de M. Nordmann nous apprend que dans un protocole d’accord de 2007 qui « jette les bases du dialogue et de la coopération entre le Conseil fédéral et le gouvernement de la Chine », « la Suisse réaffirme le principe d’une seule Chine et déclare s’opposer à tout mouvement d’indépendance de Taiwan ». On croit faire un cauchemar ! Nous violons notre principe de neutralité, bénissons par anticipation toute violation des droits de l’homme par la Chine ! Si l’on ajoute à cette lâcheté le fameux traité autorisant les fonctionnaires de police chinois à enquêter sur notre sol, nous comprenons pourquoi la Chine a raison de nous mépriser profondément.

Réveillon-nous, que diable, nous sommes en train de favoriser l’extension des cimetières de la liberté. N’est-ce vraiment que de la bêtise ? Que font nos parlementaires ? Le Corona n’est pas une excuse.

 

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

35 réponses à “La Suisse favoriserait la création par la Chine du prochain cimetière de la liberté

  1. Que voulez-vous, Madame Sandoz, les affaires sont les affaires…
    On s’aplatit déjà devant l’UE, qu’est-ce que ça va être avec la Chine ?

  2. Merci Mme Sandoz pour votre article !
    Peu de gens ont votre courage.
    L’histoire malheureusement se répète, les états européens (y compris la Suisse) semblent, depuis une année, bien plus pressés de pondre des lois liberticides que de régler la crise sanitaire.
    Ah la Chine, quel merveilleux partenaire commercial, quel merveilleux modèle avec sa population vertueuse et disciplinée …

  3. Je ne suis pas d’accord avec vous sur certains sujets, mais là, je ne peux qu’approuver votre article.
    Pour moi Taïwan restera un pays à part entière. Je m’étonne d’ailleurs que les représentants d’un parti dit “patriote” ne soutiennent pas cette île qui tient tête à cet état totalitaire qu’est la République Populaire de Chine. Ont-ils oubliés que les premiers Suisses ont résisté face aux Habsbourg?

  4. Bravo Suzette! … en effet, pourquoi tant de lâcheté dans notre pays? Où sont tous nos éthiciens, philosophes, juristes, sociologues et autres gardiens de l’humanité ? Se taire n’est-il pas approuver?

    1. Hélas, ni l’éthique, ni la philosophie, ni le droit, ni même la sociologie ne sont cotées en bourse. Voilà pourquoi.

  5. un grand merci pour vos articles et en particulier celui-ci, vous avez l’art de secouer le cocotier, ou plutôt le sapin et pointer là où beaucoup d’autres détournent le regard.

  6. Lorsque j’étais parlementaire fédéral, j’ai osé émettre un très profond scepticisme en séance de commission de l’économie face à l’enthousiasme bêlant généralisé en faveur d’un accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine. S’il est bon d’avoir des échanges entre pays partenaires et semblables, nous sommes dans le cas particulier comparables à David et à Goliath. Nous faisons certes quelques affaires supplémentaires, mais nous dépendons chaque jour davantage d’un pays qui cherche à piloter notre technologie, à nous oppresser et à dominer le monde. Des preuves ? Hong Kong, Tibet, Ouïgours, Taïwan, Falun Gong, prélèvement d’organes, etc. Terrifiant!
    La Suisse officielle est pour le moins discrète. Tout commentaire supplémentaire est superflu.

    1. En juillet 1974, à bord d’un vol de la Japan Air Lines (JAL) de Hong-Kong à Tokyo, un steward est venu vers moi, l’un des rares passagers de ce vol, avec une carte géographique en mains et m’a expliqué avec un sourire crispé que pour des raisons imprévues, nous devions faire un détour par le sud, au-dessus de L’archipel de Luzon, et éviter de survoler Taïwan, parcours habituel pour un vol direct sur cette ligne.

      Ce n’est qu’à notre arrivée à Tokyo que j’en ai appris la raison: la JAL avait ouvert la veille une ligne directe avec Pékin et Tchang Kaï-chek, alors chef de l’état taïwanais, avait menacé la compagnie nippone de faire décoller ses “Super Sabre” américains avec pour mission d’abattre tout appareil de la JAL qui survolerait son territoire.

      Un modèle de démocratie, Taïwan, vraiment. Même si nous ne sommes plus en 1974, la nostalgie du temps du “lider maximo”, version taïwanaise, est loin d’avoir disparu.

    2. Monsieur de Buman,
      Puis-je vous recommander la lecture de “La guerre des métaux rares” de Guillaume Pitron. Vous verrez que la Chine est entrain de réussir à dominer le monde. Côté positif de cette hégémonie: c’est la seule qui puisse nous préserver de la domination islamique. La question: des deux maux lequel est le pire?

      1. Les 2 mon capitaine. N’avons-nous aucune alliance avec l’Europe et les Etats-Unis débarrassés de Trump pour au moins tenter de tenir à distance ces fléaux?

  7. Business First, Ethics Later.

    Voilà le moto de notre chère Suisse “libérale”. La neutralité ? ça dépend si c’est profitable.
    Au final, les dégâts et les coûts en terme de réputation seront bien au delà des profits à courts termes.

    Mais bon, les responsables seront pantouflés d’ici à ce que ça soit un problème.

    Je suis souvent en désaccord avec vos billets, mais celui-ci est dans le mille.

  8. Je suis également souvent en désaccord avec vos articles, mais là je dois admettre que je vous soutiens à 100%. Le fait que la Suisse ne reconnaît pas Taïwan, et même pire, qu’elle « déclare s’opposer à tout mouvement d’indépendance de Taiwan » me fait honte d’être Suisse…
    Merci donc pour cet article!

  9. Après Hon Kong, le prochain cimetière de la liberté sera-t-il Taïwan ? La menace militaire chinoise se renforçant, c’est malheureusement probable d’ici peu d’années.
    Un autre cimetière de la liberté est en devenir, cette fois en Birmanie, avec la Chine derrière le coup d’État, s’assurant ainsi l’accès au golfe du Bengale et à l’océan Indien.
    Et notre soumission habituelle devant le Veau d’or chinois, fera que, toute honte bue, nos autorités se cachant derrière le faux nez de la neutralité, ne s’autoriseront que de timides platitudes diplomatiques…
    Surtout si l’on se souvient que la Suisse a reconnu précipitamment la Chine communiste de Mao le 17 janvier 1950, avant tous les autres pays, puis a fermé pudiquement les yeux lors de l’annexion du Tibet le 23 mai 1951, suite à un traité bidon imposé par les Chinois !

  10. Bravo Madame Sandoz ! et je rejoins Mme Hélène sur notre lâcheté dans notre pays… je suis inquiète et j’espère que nos financiers et nos politiques se réveilleront assez tôt pour « redresser le bateau » avant que celui-ci coule à pic…

  11. Merci à Mme Sandoz de son cri d’alerte courageux. La Suisse est en train de se coucher lâchement devant l’UE, puis ce sera la Chine, alors que notre neutralité nous enlève théoriquement tout droit de commenter (en approuvant ou non) ce que risque de subir Taïwan.

  12. Cette rubrique est pour le moins glaçante. Elle rappelle le cri du Pasteur Allemand Martin Niemöller (1892-1984) qui en 1955 dénonçait la lâcheté des intellectuels allemands lors de la grimpée du nazisme, des déportations, des purges. Il avait écrit un “poème”, court mais percutant:

    « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
    Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »
    Attendrons-nous l’engourdissement total de tous les cerveaux pour réagir à retardement ou sommes nous tous frappés par la fièvre jaune?

    1. Les mots du pasteur Niemöller rappellent ceux de ce paysan soviétique en réponse aux questions des commissaires du peuple venus lui rappeler la doxa en cours:

      Les commissaires:
      – Tu sais que tout ce que tu possèdes ne t’appartient, mais est propriété de l’Etat.
      Le paysan:
      – Oui, bien sûr.
      – Si tu as une vache, elle n’est pas la tienne, mais celle de l’Etat.
      -Mais oui.
      -Si tu as un cheval, il appartient aussi à l’Etat.
      – C’est bien vrai.
      -Si tu as des moutons, ils ne sont pas ton bien, mais celui de l’Etat.
      – Affirmatif.
      -Et si tu as un cochon, il est aussi propriété de l’Etat.
      – Ah, alors ça non. Je n’ai ni vache, ni cheval, ni moutons. Mais j’ai un cochon, et j’y tiens!

  13. Tout est relatif et rien ne nous empêche de ne plus acheter des produits trop chinois dans leur composition pour soutenir les Ouighours etdes gens de Hong Kong. La lacheté certes, mais déjà vis à vis des crimes et abus made in USA, elle est déjà bien présente en Europe.
    Et je ne balaye pas d’un effet de manche la justification chinoise vis à vis des “droits de l’homme” qui est de mettre en avant la priorité de la lutte contre la pauvreté. Il me semble qu’un ventre plein à satiété vaut tout autant qu’une liberté de parole sans limite.
    Bref, j’aime et je pratique le doute.

    1. Bonjour Monsieur,
      Vos lignes ont retenu toute mon attention. Relativiser peut-être, acheter moins chinois également,
      par contre pour “les droits de l’homme”, je pense qu’il n’y a pas deux poids deux mesures. Pour voir voyager en Chine dans des contrées défavorisées, je porte à votre connaissance que j’a ai rencontré des ventres vides, des personnes handicapées sans aide sociale de leur gouvernement, et nous subissions sans cesse la surveillance des guides payés par le gouvernement… les distances étaient délimitées lors des visites, se balader dans des rues non programmées nous étaient parfaitement interdit. Dans ces conditions, je préfère une liberté de parole sans limite…

  14. De la matière à penser :

    1) « Avec la globalisation, les grandes entreprises sont profondément impliquées avec la Chine et il n’y a pas de frontière, d’idéologie ou d’argument. Il n’y a que des profits.
    Stratégiquement, la Chine est gagnante. »

    Ai Wei Wei

    ww.swissinfo.ch/fre/gen%C3%A8ve-montre-le-film-dont-p%C3%A9kin-voulait-que-personne-ne-le-voie/46442890

    Cf. aussi => ww.franceculture.fr/emissions/affaire-en-cours/le-regard-glacant-dai-wei-wei-sur-la-chine-du-coronavirus-0

    2) “Ainsi, la Chine se moque tellement des réactions qu’elle a tenu ce procès au moment même où elle mettait la dernière main à un traité d’investissement avec l’Union européenne (…). Les intérêts économiques ou stratégiques ont plus de poids que les aspirations de deux jeunes femmes à la justice. On ne feindra pas d’être surpris”

    ww.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-29-decembre-2020

    3) “Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien.”
    Edmund Burke

    4) “J’ai la conviction que les citoyens restent les remparts ultimes de la liberté quand elle se trouve menacée.”
    Nicolas Baverez (ww.nicolasbaverez.com)

    5) “Remettre les démocraties à l’offensive. (…) Jusqu’à il y a peu, la démocratie libérale triomphait. Quoi qu’il en fût de ses imperfections, la plus grande partie des citoyens semblait profondément attachée à cette forme de gouvernement”. Oui, mais voilà : la “déconsolidation” démocratique est enclenchée, “l’érosion du respect pour les normes démocratiques” s’aggrave chaque année, et, désormais, tant en Amérique du Nord qu’en Europe, le modèle autoritaire-populiste baptisé “illibéral” attaque avec une virulence corrosive voire cancéreuse l’écosystème politique des démocraties. ”

    ww.lexpress.fr/actualite/politique/remettre-les-democraties-a-l-offensive_2031704.html

    6) « Le secret du bonheur, c’est la liberté. Et le secret de la liberté, c’est le courage. »
    Thucydide

    7) « Sans la liberté, il n’y a rien dans le monde. »
    Chateaubriand

      1. Bonjour Madame,

        Non, aucune surprise. A la demande de Mme Sandoz – qui veut éviter d’avoir une toile d’araignée de liens sur son blog – les liens url sont désactivés (notamment en enlevant un w à www, il suffit donc de le rajouter)

        Bonne journée, CC

      2. Il faut compléter ces liens : Vous faites un copier-coller du lien en ajoutant un w au début puisqu’il en manque un ..

  15. Merci pour votre excellent article et pour soulever les points qui fâchent.

    Je note: “Il restait la conquête des esprits. Elle passe par la culture et l’éducation. Depuis l’été dernier, on fait le tri dans les bibliothèques, on revoit les manuels, on censure ce qu’il reste de presse libre.”

    Tiens ce programme s’implante en Suisse avec les mouvements sur les genres, LGBT, la cancel culture, le féminisme vert de gauche. On dirait que les pratiques de pensée unique chinoises sont déjà chez nous!

  16. Bravo. Mme Sandoz ! On peut constater que la Suisse n’est plus neutre depuis plusieurs décennies déjà … Nous acceptons sur notre sol des espions américains, nous contribuons à des sociétés comme Crypto des services secrets allemand et américain, on laisse faire une police secrète chinoise en Suisse, bref notre parlement et nos hauts fonctionnaires connaissent tout de ces histoires mais ne font rien ou plutôt continuent de tremper dans ces affaires. Jamais personnes ni aucune commission n’a jamais pu inculper un responsable !!!! Personne n’a été puni pour ces agissements ….
    C’est un desastre pour notre soit disant neutralité!
    Nous ne sommes plus neutre, plus libre car le Chinois et l’américain nous surveillent, il ne nous restera bientôt plus rien que nos montagnes…

  17. @Mme Sandoz : Excusez-moi mais en période de dictature sanitaire, de censure de ceux qui ne sont pas en phase avec le dogme des experts autoproclamés, de limitation de nos libertés prétendument constitutionnellement garanties, de radiation de l’ordre des médecins qui osent prescrire autre chose qu’une expérimentation génique aux conséquences incertaines sur la vie et la santé, cela doit faire du bien à beaucoup de monde de se sentir moralement supérieur à ces Chinois qui nous vendent tout et n’importe quoi. “Fais comme je te dis, ne fais pas comme je fais.” Comme si souvent, il y a d’excellents donneurs de leçon.

  18. Article tarte à la crème mais qui ne fera pas avancer la cause , d’autant que le parti politique PLR de Mme Sandoz se satisfait de la situation présente pour gérer les affaires ! Elle ne le critique à aucun moment et n’a pas le courage de montrer ses contradictions !

    1. Merci de m’indiquer quel est mon parti politique, puisque vous le connaissez mais ignorez sans doute que j’ai refusé la fusion PL-PR.

  19. Certainement éclairant, dans l’édition du 18 mars 2021, du magazine Le Point:
    QUAND LA CHINE COMMANDERA
    ttps://journal.lepoint.fr/sommaire-2535

    Cf. aussi: “QUAND LA CHINE VIEILLIRA, LE MONDE TREMBLERA”
    ww.lepoint.fr/invites-du-point/patrick-artus/artus-quand-la-chine-vieillira-le-monde-tremblera-03-10-2020-2394673_1448.php

    Egalement: “LE PROBLÈME, CE N’EST PAS LA CHINE, C’EST NOUS-MÊMES, la perméabilité de l’Europe à la stratégie de propagande chinoise souligne ses propres faiblesses”
    ww.lecho.be/dossiers/coronavirus/le-probleme-n-est-pas-la-chine-c-est-nous-memes/10218514.html

  20. Et toujours à partager, pour déciller les yeux:

    1) “Il existe de fait une menace chinoise sur le monde depuis l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir en 2012.
    (…) Leur objectif affiché est d’évincer les Etats-Unis, de remplacer le système occidental, fondé sur l’Etat de droit, par leur propre modèle d’hégémonie totalitaire.
    (…) Un pays où l’on compte des centaines de milliers si ce n’est des millions de prisonniers politiques, ça dépasse l’entendement.”
    Romain Franklin, Le monde selon Xi Jinping
    ww.nouvelobs.com/monde/20181218.OBS7346/le-monde-selon-xi-jinping-on-est-bien-au-dela-d-orwell.html

    2) «La Chine ne fera aucun compromis sur des sujets concernant sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts», a affirmé devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian.

    ww.bluewin.ch/fr/infos/international/p-kin-promet-de-ne-faire-aucun-compromis-avant-une-rencontre-avec-631788.html

  21. Petite question en direction de votre parti et des autres: pourquoi une coalition d’états avec la Suisse n’imposeraient pas une compensation des centaines de milliards que nos économies ont perdus à cause du virus Chinois puisque nous sommes certains qu’il provient de ce pays?
    Deuxième question: pourquoi aucun de nos dirigeants, politiciens, fonctionnaires ne sont poursuivis pour leur incompétence pour avoir voulu privilégier l’ouverture à tout prix des stations de skis, des écoles, des lieux publics, etc…. sans mettre en avant plutôt la protection sanitaire de nos citoyens puisqu’ils savaient et avaient été au courant par Taïwan qu’il se préparait une pandémie déjà en fin 2019 ?
    Ils n’ont donc aucune responsabilité pour ces manquements ou carences de l’état?
    En Autriche Italie Allemagne plusieurs class actions sont ouvertes contre les dirigeants pour les rendre responsable de leurs actes.
    voir émissions Temps Présents TSR

  22. Bonjour Madame Ce n’est pas un commentaire pour répondre à votre article sur la Chine mais par contre plutôt une question urgente concernant la dernière intervention du conseil fédéral ce vendredi.
    Pourriez-vous me dire pourquoi Israël qui a une population proche de la nôtre est vacciné contre la maladie de la Covid à 59.5% et nous les suisses 8.7%
    Serait-ce dû à l’incompétence de nos autorités je m’interroge Mercier Madame si vous arrivez à me fournir une réponse,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *