Quand on manque de morts, comment faire peur?

Excusez ce titre, mais j’avoue ne plus supporter l’hystérie collective de la peur dans laquelle nous sommes maintenus depuis la fin du confinement.

La nouvelle manière de faire peur, en ce moment où les cas de maladie du corona virus semblent augmenter mais être – on s’en réjouit ! – peu graves, c’est de brandir la menace de séquelles lourdes, encore peu connues. Dernière séquelle trouvée : des accès de très grande fatigue.

Là j’ai une question naïve : quand on respire ses propres microbes et son propre CO2 rejetés dans un masque, pendant des heures – est-ce que l’on s’oxygène sainement pour se « refaire une santé » ? Quand on n’est pas sorti de chez soi pendant deux semaines ou dix jours parce que l’on a été en quarantaine stricte avec menace pénale en cas de « désobéissance », est-ce que qu’on s’est bien oxygéné pour se « refaire une santé » ? Un stress constant dû à la peur ou à des complications innombrables de la vie de tous les jours ne pourrait-il pas aussi être la cause de coups de grande fatigue ? Alors les séquelles du virus sous forme de grosse fatigue durable ne serait-ce pas plutôt les séquelles de l’hystérie entretenue ?

Il faut dire que, lorsqu’on assiste au débat relatif à la « fermeture » des frontières avec la France sous la forme de quarantaine obligatoire, mais à l’exception quand même des frontaliers dont on ne peut se passer, on se demande si le virus est vraiment si terrible ou s’il y aurait peut-être un virus « léger » pour frontaliers et un virus « grave » pour non frontaliers. Notez qu’on ne peut que se réjouir que les autorités politiques prennent en considération des préoccupations autres que strictement médicales.

On rêve que les amis et connaissances médecins ou pharmaciens qui, en privé, disent qu’on assiste à une sorte de « dictature des virologues » et déplorent une information catastrophique osent clamer publiquement leurs doutes et leurs critiques scientifiques, aussi scientifiques à tout le moins que les certitudes opposées officiellement transmises dans les grands médias et assenées aux décideurs politiques.

On rêve que, 46 ans après le scandale du Watergate, quelques journalistes dont les moyens d’investigation sont souvent étonnants, mettent à jour, par exemple, un éventuel « pharmagate ».

 

 

.

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

262 réponses à “Quand on manque de morts, comment faire peur?

    1. Bon, ce que vous voulez, mais il faudra bien qu’un jour “Le Temps” assume ses responsabilites.
      C’est un peu facile de laisser n’importe quel cretin insulter sous de multiples pseudo, sur vos blogs,
      sous pretexte de liberte d’expression, non?

    2. P.S. Mais remarquez, “Le Temps”, votre abonnement numerique ne vaut pas 29.-, mais a peine dix francs suisses.
      Seuls les UDCIstes sous multi-pseudo, s’expriment gratis sur vos blogs, dont acte. Suerte
      🙂

    3. Quand ça arrange de se désolidariser… Ne vous déplaise, une majorité de personnes pensent comme madame Sandoz et il est triste qu’un journal de votre acabit n’investigue pas plus sur les incohérences, plus que flagrantes, qui sont mises en pâtures aux crédules que nous devrions tous être dans le monde parfait de la pensée unique… Et, la question qui me vient naturellement à l’esprit est : combien le montant de la subvention étatique pour votre journal ?

      1. @JETSUNAPEMA
        Non, je ne crois pas que la majorité pense comme Mme Sandoz; visiblement c’est assez partagé et c’est justement ce qui est intéressant. Si tout le monde pensait comme Mme Sandoz, c’est cela qui deviendrait la pensée unique !!! N’est-ce pas ?
        En ce qui concerne la subvention étatique, elle n’est attribuée qu’à la SSR. Est-ce un bien ou mal ?

  1. Chère Madame, comparer le Watergate et le “pharmagate”, il fallait oser. Vous l’avez fait, vous voici dans la charte des complotistes du Covi-19 !

    1. J’ai invité Mme Sandoz à lire une de mes réponses sur un autre blog, manifestement elle ne l’a pas fait. Voici de quoi réfléchir économiquement parlant à un éventuel pharmagate.

      “Le coût d’un vaccin contre la grippe est d’environ 2.- CHF. Le PIB mondial était de 85’000 milliards de US$ en 2018. Il se contractera de 5% en 2020 à cause de la pandémie, soit environ 4’000 milliards. Les 16 milliards que coûteront probablement le vaccin ne représentent donc que 0.4% de la _contraction_. Arrêtez avec cet argument économique”

      et

      “Si l’industrie pharma mondiale complotait afin de tirer partie de cette épidémie, elle devrait capturer au moins le montant de la contraction du PIB mondiale, car les propriétaires de ces entreprises sont aussi les propriétaires du reste de l’économie qui elle souffre, à raison de peut-être 4’000 milliards par année (là c’est 2), follow the money). Je reconnaîtrai donc volontiers le complot lorsque les entreprises pharmas tireront 4’000 milliards par année de la crise du COVID-19.”

      La très forte suspicion de cas de 2è contamination ces derniers jours est un élément plus récent que mon texte. Je pense (n’étant pas de ce domaine, j’insiste sur le fait que ce n’est qu’un avis!) que les vaccins devront être répétés, et que le coût des vaccins sera plus important que le 16 milliards mentionnés. Même multiplié par 10, le coût de la vaccination ne change pas la conclusion.

      1. Bonjour Samuel,

        Il y a hélas, d’autres intérêts à nous faire subir cette “Mask’arade” ; que le profit pharmaceutique immédiat… Disons que pour le moment BigPharma y trouvera son compte… d’autant que les profits pharmaceutiques sont en chute libre depuis ces deux dernières décennies…
        Et pour faire court : que pensez vous de la toute dernière trouvaille législative visant à limiter les responsabilités en cas d’effets indésirables notoires causés par les nouveaux vaccins mis sur le marché ??
        (Notez avec quelle hâte ils vont être utilisés sur les populations après des tests visiblement trop rapide)

        1. Bonjour,

          Je viens de regarder les chiffres depuis 2005 sur macrotrends.net pour Pfizer, Eli Lily, Novartis, GSK et Takeda et leur profits ne révèlent en rien un chute, encore moins libre.

          Concernant “la trouvaille législative” que vous mentionnez, je n’en suis pas au courant, donc m’abstiendrai de commenter. Si vous vouliez bien m’indiquer plus d’information (juridiction, date, article de journal…) j’y jetterai volontiers un oeil.

          Cordialement

      2. Et si à un certain degré la question n’était plus l’argent, mais le contrôle des populations par l’etat de guerre imposé par nos gouvernements pour gérer la crise ! Ceci avec l’avénement des nouvelles technologies et le fichage de masse : voir 7 milliards de suspects de ART

        youtu.be/y6axbBtXgLk (pardon, mais je ne mets jamais de lien actif sur mon blog: S. Sandoz)

        Bonne écoute

        1. Ouh là, une vidéo de Mme Krusi. Vous sortez l’artillerie lourde! Pour répondre à votre billet, je me la suis infligée en entier. C’était dur.

          1) L’application de traçage. Elle n’est pas obligatoire. Elle est largement moins intrusive que les applications utilisées pour propager ces âneries (Facebook, Twitter, Instagram, Youtube). Elle permet de mettre en évidence des cas avant qu’ils ne soient contagieux, symptomatiques ou non. Elle n’est pas idéale, mais c’est un outil peu cher et peu intrusif qui contribue à maintenir la courbe d’occupation hospitalière en dessous de la saturation.

          2) Il n’y a plus de cas. Faux. la moyenne glissante sur 7 jours en ce 31 août est de 300 cas par jours

          3) Il n’y a pas de ravage à endiguer. Faux. Rappelez-vous avril dernier: 60 morts par jours! Ce chiffre est descendu parce que justement, des mesures ont été prises et ont toujours cours. Peut-être que l’analogie de la bagnole vous parlera mieux. Ne pensez-vous pas que le nombre de morts sur les routes exploserait si on supprimait les limitations de vitesse, l’obligation de la ceinture et le taux maximum d’alcoolémie?

          4) Sébastien Fanti… et les données. Oui sur le fond, mais… Personnellement (oui, moi, ma petite personne, avec MA liberté de choix) je préfère sacrifier un petit peu de donnée pour limiter cette pandémie dans son impact, sa durée et la souffrance qu’elle engendre. De manière plus générale, je suis suis prêt à parier 100 balles que la majorité de ceux qui anonent contre le vol de données par l’état n’ont pas les compétences suffisantes en informatique pour comprendre ce qu’ils partagent comme informations via leur smartphone, feature phone ou ordinateur, et les applications qui y sont déjà installées.

          5) Le traçage… cf le point précédent. Plutôt que des reportages pas forcément faux mais putaclic de ARTE, lisez 1984. Pour les Ouïghours, ne vous inquiétez pas, il n’y a pas besoin de haute technologie ou de traçage. Un simple patronyme suffit.

          6) Les vaccins mutent! Quelle nouvelle incroyable, 30 ans de post-doc en micro-biologique avec module immunologie pour en arriver là. Oui les vaccins mutent. La bonne nouvelle c’est que le SRAS-CoV-2 mute peu, la mauvaise, c’est qu’il y a des risques que ce vaccin soit à répéter.

          7) Les vaccins sont testés selon des protocoles établis, sur des volontaires. Les vaccins ne sont pas exempts de risques. Les maladies ne sont pas exemptes de risques. On fait une gestion du risque, avec l’évaluation du risque d’impact, coût d’impact et coût de la mitigation pour les vaccins et les maladies. News flash, les vaccins sont très souvent la bonne solution.

          8) Mme Krusi dit “Je vais faire une petite formation et je vais vous vacciner moi”. Parfait, excellente idée, ça lui permettra d’avoir une formation à ce niveau qui lui ouvrira peut être les yeux. Je n’ai aucun problème à ce qu’elle me vaccine le moment venu si elle suit le protocole défini.

          9) Les masques… j’invite ceux qui s’offusquent de leur obligation en certaines circonstances à se poser la question s’ils iraient rendre visite à l’hôpital à des patients atteints du Covid sans masque. J’invite ceux qui s’offusquent de leur obligation en société à se poser la question s’ils étaient malades du Covid s’ils iraient manger avec leurs grands parents sans masque.

          Le contrôle des populations par un état de guerre dites-vous?
          Comparer les tracas de l’imposition des masques, de la distanciation sociale, de l’interdiction de grands rassemblement et d’une crise économique à un état de guerre est fort de café. Peut-être que quelqu’un qui a vécu une vraie guerre, avec des vraies destructions et des snipers en embuscade pourrait étayer mon propos…
          Je retombe sur l’argument économique. Si le gouvernement mondiale, les francs maçons, Bill Gates ou je ne sais qui voulaient imposer un nouvelle ordre, le faire avec des masques en imposant une crise important à l’économie me paraît extrêmement peu efficient.

          1. Pauvre Monsieur Samuel, complètement sous le joug de la pensée “bien-pensante”. Reprenez point par point toute votre analyse en y incluant les avis documentés des soi-disant complotistes…
            Depuis le début de cette soi-disant pandémie, je lis, je cherche les chiffres, je calcule et j’écoute les spécialistes qui ne sont pas “sponsorisés” par les laboratoires et, avec un peu d’esprit critique, je constate que Mme Sandoz a raison.

          2. Pauvre Anita, ne pas comprendre la différence entre énoncer et démontrer vous rend sensible au manipulations en tout genre. Exposez vos chiffres et vos faits! Exposez les erreurs dans mes postulats et mes liens logiques. Je me ferai un plaisir de revoir mon avis et d’admettre mon erreur. Comme dit précédemment, si vous arrivez à me démontrer que les pharmas vont se faire quelques 4’000 milliards de US$ dans la bataille, alors oui, oui et oui, je serai d’accord et dénoncerai un “pharmagate”.

      3. Êtes-vous bien sûr de votre postulat de départ ? Le coût d’un vaccin contre la grippe n’a rien à voir avec celui qui sera fixé pour lutter contre ce virus qui terrasse l’économie mondiale.

        1. Bonne question. Je vais me fact checker, en tenant compte des informations parues depuis que j’avais fait ce postulat.

          Le site Heidi.news propose une analyse du vaccin de Moderna, qui est actuellement parmi les plus avancés en termes de mise au point et de technologie. Il y est dit que Moderna indique un prix de 32.- à 37.- CHF. Ce prix catalogue est certainement plus haut que le prix effectif (l’exemple classique est le prix catalogue des avions). Il bénéficie de la prime à la nouveauté (peu de concurrence pour le moment), et tient compte, je pense, du fait qu’on vend plus cher les choses en Suisse. De plus, il faudra probablement deux doses.

          En première approximation, il s’agirait donc plus de 70.- CHF que de 2.- comme indiqué.
          Mon avis est que ce coût moyen, au niveau mondial sera rapidement diminué d’un ordre de grandeur (pression de la concurrence, pressions gouvernementales, pressions sociales, industrialisation).

          Quoi qu’il en soit, je reste sur ma conclusion initiale. Même multiplié d’un très hypothétique facteur 35, la vaccination ne représente qu’un neuvième de la contraction.

          1. GSK et Sanofi ont annoncé un vaccin en commun à moins de 10.- €, alors qu’AstraZeneca a annoncé le sien à moins de 3.- CHF. Les contrats annoncés portant sur les licences et le nombre de livraisons corroborent ces coûts. Il reste l’inconnu du nombre de doses nécessaires par personne et éventuellement par personne par année.

            Ces infos sont disponibles dans les press releases des groupes mentionnés.

            Au final, je réitère que les vaccins ne représenteront qu’une grosse paille en termes de coûts et de gains pour les pharmas en regard des coûts globaux de la pandémie.

          2. C’est en effet bien connu que les pharmas mettent généralement peu d’énergie sur le développement de vaccins, ça le leur a déjà été reproché. La raison: Lorsque les gens sont malades ils sont prêt à mettre bien davantage d’argent que lorsqu’ils sont en bonne santé. 100 fois plus ou 1000 fois plus ? Les malades sont donc au moins 100 fois plus rentables… Sachant que, en l’absence de vaccin, 60% vont être malades, le calcul est simple: les malades rapporteraient au moins 60 fois plus que les vaccins. Malheureusement certaines firmes cherchent un vaccin, il faut donc aussi s’y mettre ! Et 8 milliard de dose, c’est tout de même intéressant !
            Merci Samuel pour toutes vos informations.

          3. @GuyMC

            Les malades coûtent, en effet, bien plus cher. J’ai en tête entre 500.- et 1500.- CHF par jour d’hospitalisation en Suisse en fonction de la lourdeur des soins. Les coûts des médicaments, même les plus chers, qui ruissellent vers les pharmas n’en représente qu’une petite fraction. Le reste des coûts va aux hôpitaux, au personnel soignant, au personnel des hôpitaux, aux caisses maladies, au fabricant de matériel d’hôpital… Il m’est donc très difficile de croire qu’une collusion aussi large d’entités transnationales, étatiques et privées, si diverses est la source d’un complot mondial.

      4. Votre argument économique ne tient pas la route une seule minute.
        Les propriétaires et sociétés sont investis en bourse. Il ne vous aura pas échappé que la bourse US n’a fait qu’exploser les compteurs. Et les bourses Européennes un peu plus moribondes ont à minima ratrappé leur niveau pré-covid.

        La baisse de PIB est compensée par de la dette qui sera remboursée par les impôts.
        La situation actuelle fait tomber les plus fragiles et les plus petits. Donc si vous êtes un grand groupe ou avez des participations dans des grands groupes c’est tout bénef.

        1. Sur les 3 indices US principaux, le NASDAQ est celui qui s’en sort le mieux, 9’800 points au pic avant la chute due au Covid-19, 10800 points actuellement soit environ +10%. pour le DJIA, on passe de 29’300 à 27’600 soit -6%, et le S&P 500 est grosso modo stable.

          Concernant les conditions cadres:
          – Les taux d’intérêt sont à 0% mais étaient déjà bas et la Fed avait annoncé son intention d’arrêter la hausse avant la pandémie
          – L’environnement de dérégulation
          – Des tax breaks autant pour les entités physiques que morales.

          Sur ces dix dernières années, le DJIA avait progressé de 11% en moyenne par année. La performance depuis le pic pré-pandémique ou même depuis le début de l’année qui avait fort bien commencée est donc très mauvaise!

          Concernant le Nasdaq, il regroupe les entreprises technologiques du numérique et du pharma qui sont idéalement positionnées par rapport à cette crise sont en haut du classement, alors que les aériennes et hospitality et voyage occupent les dernières places, avec une pondération minime de 2-3 %

          Concernant les européennes, le tableau est comme vous l’indiquez… pire, même en débiaisant des conditions cadres moins favorables en Europe.

          Donc l’entier de l’économie, même la grande économie, souffre si ce n’est de pertes, de non-gains. Au besoin, faites l’analogie avec l’inflation plus haute que les taux d’intérêt.

          “La baisse de PIB est compensée par de la dette”, peut-être en partie, il faudra voire les chiffres.
          La Suisse a mis en place les crédits Covid pour soutenir les petits. 77.5% des fonds ont été attribués à des structures des moins de 50 ETP. Certaines feront quand même faillite, mais c’est le lot d’une économie capitaliste. “Destruction créatrice” qu’ils appellent ça.
          Quand au remboursement par les impôts, je doute que les stimuli Covid, mais aussi avant eux ceux liés à la crise et l’Euro et avant encore des subprimes seront remboursés un jour. C’est un autre problème et il concerne autant nos 2è piliers que les grands groupes et les PME.

          Au final, je maintiens que l’économie souffre dans son ensemble. Certains en profitent plus que d’autres évidement, comme dans toutes crises. Je maintiens aussi que si vous arrivez à me démontrer des flux financiers suffisamment denses, focalisés et importants (de l’ordre des 4’000’000’000’000 US$), alors je voudrai bien examiner le complot potentiel avancé dans le billet original.

          1. Normalement, avec une crise de cette ampleur, les bourses auraient dû complètement dévisser. Surtout avec les niveaux atteints par le Nasdaq et le Dow Jones (sans même aucun événement significatif, tout le monde s’attend à ce que les bourses finissent pas dévisser). Si cela ne dévisse pas, c’est que personne n’a peur.

            Les Ultra riches n’ont rien à faire de la destruction partielle de l’économie. Cela ne changera qu’à la marge pour eux. Ils perdent d’un côté, ils gagnent de l’autre.

            Je me fous complètement que vous examiniez un complot ou non. Peut-être n’êtes vous d’ailleurs là que pour occuper le terrain.
            Une personne cohérente qui analyse l’ensemble des informations et des mesures mises en oeuvre relèvera nécessairement l’incohérence de la situation et des mesures à l’échelle internationale. Car au final, quelles que soient les situations de mortalité ou de cas, sont appliquées les mêmes manoeuvres dans différents pays (ce qui rend la situation encore plus ridicule) .

            On ne met pas une économie à genou pour 25 morts comme en NZ ou avec 1720 morts comme en Suisse. Je ne vais pas vous faire l’injure de penser que vous avez la naïveté de croire que nos gouvernements sont devenus à ce point sensibles et empathiques qu’ils seraient prêt à mettre à l’arrêt complet un pays pour un nombre de morts inférieur aux mauvaises années de grippe.

            L’élément économique n’est pas le seul élément révélateur de cette situation. Bref j’ai déjà suffisamment développé dans d’autres posts …

          2. 29’350 le 19 février, 18’600 le 23 mars pour le DJIA, si -30% en un mois n’est pas une dévissée. (Notez que l’analyse des positions “short” pourrait être intéressante!)

            La suspicion du complot était un des objets du billet initial, et la raison de mon argument. On se demande qui occupe le terrain.

            L’argument d’autorité qu’une personne cohérente analyse l’ensemble des informations serait plus pertinent s’il était étayé. L’économie NZ ou CH souffre oui, mais n’est pas à genou (en NZ 4.0% en juin 2019 et 4.0% en juin 2020, en CH 2.1% en août 2019 et 3.3% en août 2020). Vous n’allez pas me faire l’injure de penser que si aucune mesure n’avait été prise, nous n’en serions qu’à 1770 morts?

    2. Alors quoi ? Aucun complot n’a jamais existé ? Les gens ne complotent pas ? Et depuis quand le fait de douter est-il devenu un crime ? C’est parce que des personnes doutent que des affaires tel que le Watergate sont révélées. Avec votre raisonnement, les corrompus et autres malveillants peuvent dormir tranquillement.

    3. La théorie du complot, si adaptée au caractère du dictateur, a toujours été une arme essentielle dans les systèmes absolutistes.
      Alaa El Aswany

    4. Bonjour,
      Nous ne pouvons que saluer ces propos pleine de clarté…
      Le “complotisme” n’est hélas, pas là où il est montré du doigt…
      Ce qui est sidérant c’est que devant l’évidence de toute cette “Mask’arade” orchestrer pour “servir” des intérêts scandaleux du BigFarma et certainement à terme, “servir” quelques noirs desseins destinés à sceller l’avenir de la population mondiale (Nouvel ordre mondial…)

    5. On voit d’une grande partie de ces commentaires, qui reproche à Madame Sandoz d’être une complotiste, d’être des endormis, des gens qui ne veulent sortir de leur comfort pour voir la réalité, exactement cette réalité que Madame Sandoz si bien décrit.
      Nous devrions tous nous opposer à cette dictature de l’état, des états, de 193 états dans le monde (membres des Nations Unies) – qui ont trouvé tout par hazard ensemble que ce phénomène “covid-19” touche le monde entier au même temps, une absurdité complète…
      Qu’il y ait une autre agenda derrière ce covid c’est claire à chaqu’un et achaqu’une qui ose ouvrir les yieux.

      En Allemagne – il y a un mouvement des gens qui voient la réalité – des gens et demos que les autorité cherchent à condamner avec l’extrème droite… ce qui est un mensonge absolut.

      Les médias achetés, y compris bcp de scientistes qui savent mieux, comme l’indique Madame Sandoz, sont également ou acheté ou ils ont peur de perdre leur “grandiose répuatation, ou même leur job” s’ils disent la vérité
      pk

    6. Cher Monsieur,

      Peut-on questionner ou douter sans être traité de complotiste ? N’est-ce pas vous le complotiste qui en voit partout ?

      Cordialement

  2. Bonjour, merci pour cet article dont le contenu me parle tellement. Effectivement, nous sommes maintenus sous pression et stress constant par des menaces de pic et autres. Et puis, il y a tous ces lieux qui veulent être les premiers de classe et qui vous imposent le masque hors des obligations fédérales ou cantonales. A quand le retour du bon sens et de la liberté de vivre et respirer simplement ?

  3. Vos propos sont presque insultants pour les malades.

    Il faut, certes, se poser des questions et faire fonctionner son esprit critique au vu de la politisation extrême de cette crise (le cas d’une potentielle quarantaine à sens unique avec la France est un bon exemple). On peut aussi s’attaquer aux statistiques pour relativiser le problème.

    Par contre, la gravité de la maladie, notamment dans sa forme sévère, est connue des patients ainsi que du personnel médical fortement mobilisé. Les temps de récupération et de rééducation peuvent être longs avec des conséquences importantes à court, moyen voire long terme. C’est une souffrance pour les personnes concernées.

    C’est un fait et il est grand temps de vous renseigner. On évite de trop parler de cela précisément pour éviter une hystérie de la peur.

    La non-reconnaissance de ce fait et la propagation de fausses informations est un manque de respect. Il faut stopper ces discours sur la peur et la conspiration. Cela n’aide en rien et ne fait qu’entretenir cette situation de stress.

    1. “Par contre, la gravité de la maladie, notamment dans sa forme sévère (…)”

      Et qu’en est-il de sa forme “pas sévère” ? Oui, les cas graves sont graves (quel surprise!) mais leur nombre est, fort heureusement, très bas. Le seul facteur qui compte, lorsque qu’on parle de cette maladie et de savoir si cette dernière tue. Or, le taux de mortalité du covid se situe entre 0,4% et 1%. Une mauvaise grippe donc (sauf pour les personnes à risques). Bref, rien de nouveau sous le soleil.

      Bonne journée

    2. Mais pourquoi on ne nous dit pas qui sont les personnes hospitalisées et de quoi elles décèdent malheureusement ? Pourquoi, on ne nous dit pas leur âge, leur maladie déjà présente, leur fragilité s’il y en a bien entendu… pourquoi on met plus de 5000 personnes en quarantaine, pourquoi on nous dit le nombre de personne testée positive et pourquoi on ne nous dit pas comment elles vont ces personnes ? Pourquoi on ne nous dit pas comment se sentent les dizaines de personnes hospitalisées en Suisse actuellement ? Pourquoi, un infectiologue sur la rts dit qu’enfin les gens y croient au virus et se réjouis de vaccin de Moderna qui est facile à produire… comme une clé usb…(forum 12.8.20) c’était monstrueux à écouter et moi qui ne suis pas conspirationniste j’avoue qu’après ça j’ai cessé d’écouter les infos. Pourquoi c’est si mal de vouloir discuter sans nier la maladie et la souffrance des gens et en faisant le max pour ne pas les discriminer biensûr. Voilà, vous qui êtes professionnelle vous pouvez m’éclairer ?

      1. Les chiffres sont publiés partout, en accès libre et très détaillés:

        rts.ch/info/suisse/11137312-le-coronavirus-en-chiffres-et-en-cartes.html

        A rajouter le www, vu que Mme Sandoz est allergique aux liens. Pourquoi d’ailleurs ??

        1. Je ne veux pas mettre de lien actif car mon blog ne doit pas devenir le centre d’une toile d’araignée immaîtrisable. Je ne peux pas vérifier tous les liens et il m’arrive de tomber sur une page fausse.Il va de soi dès lors que je ne peux pas prendre le risque de supprimer certains liens et pas d’autres. J’essaie d’éviter toute subjectivité.

    3. La grippe saisonnière aussi tue, le cancer aussi, les accidents de la route, domestiques et du travail aussi…. faut arrêter avec cette paranoia

    4. @Infirmière

      Vous oubliez de dire qu’il existe un médicament qui, s’il est prescrit à un stade précoce permet de stopper l’évolution de la maladie. Il s’agit de l’hydroxychloroquine qui est recommandée par le plus important Institut de recherche sur les maladies infectieuses au monde : l’IHU de Marseille du célèbre professeur Raoult. Malheureusement, ce médicament qui aurait pu éviter des dizaines de milliers de morts inutiles en France est boycotté par tous les décideurs qui ont des conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique.

      A part ça, je doute un peu que vous soyez vraiment infirmière et en contact avec les malades dans les hôpitaux. Sinon vous sauriez qu’il n’y a quasiment plus de cas comme ceux dont vous parlez. Ceci a été confirmé au téléjournal de dimanche soir par l’expert M. Pugin (au micro de Jennifer Covo). Il a dit qu’il n’y a plus qu’une demie douzaine de cas au CHUV et à peine plus aux HUG.

      L’épidémie est finie. F I fi, N I ni e !

      Il n’y a plus qu’une action politique des autorités pour imposer une dictature, pour habituer les gens à l’obéissance aveugle, en commençant par humilier les citoyens en les bâillonnant avec des masques qui ne savent à rien sauf à créer un bouillon de culture très dangereux avec des staphylocoques dus au fait que c’est très malsain de respirer des heures durant avec un masque.

          1. Mmmh, non. Je souhaite en effet que cette histoire soit derrière et pouvoir fêter le 1er août 2021 en toute sérénité, mais je crains vraiment qu’on traîne cette cochonnerie au delà d’août prochain malheureusement.

      1. Non l’épidémie n’est pas finie. Regardez l’Espagne, le taux de mortalité dû au covid est passé à 1.2 (sur 100’000 sur 14 jours). Au vu de la moyenne temporelle de cet indicateur et du fait qu’il y a trois jours le taux était à 0.8, je vous laisse calculer le taux des trois derniers jours ! Forte accélération de la mortalité. A Madrid cela est pire. Nous fairons pas mieux que l’Espagne et Madrid.

        @ Mme Sandoz

        Les morts arrivent. Gouverner c’est prévoir.

        1. Espagne sur 14 jours et par 100’000 : 2.3
          Madrid : 5 ou plus
          France : 0.9
          Suisse pas loin de 0.4. Inflexion mi-juillet, puis début septembre, puis je le crains mi- septembre, cela s’appelle croissance exponentielle des décès. On devrait à ce jour être sur la base de 0.7. Cela fait combien pour Genève, Vaud et Fribourg ?
          Suède 0.2
          Autres pays scandinaves et Finlande : 0.1

          @ Mme Sandoz

          Les morts sont là. Et ils arrivent encore plus nombreux. Je vous avais en haute estime et cela n’a pas changé, mais vous me décevez pour avoir favorisé le non respect de mesures faiblement restrictives, favorisant ainsi l’alternative mortalité élevée-mesures lourdes. Et dans tous les cas une déstabilisation sociale. Erreur tragique.

    5. Vous êtes infirmière, très certainement française, et je vous en félicite.

      En revanche, Je ne m’avancerais pas à tenter d’apprendre la lecture et l’analyse à Suzette Sandoz. Car vous lisez manifestement moins bien qu’elle. Ce que vous dites sur les cas graves était vrai lors de la première vague, mais de l’est plus. Le nombre de positifs augmente mais les réanimations et les décès restent Inlassablement proches de zéro.

      Les faits sont têtus. Comme les sots.

    6. Et alors, le présence de cas graves et de souffrances ne justifie pas en soit des mesures extrêmes, surtout si leur efficacité n’est pas prouvée. Il faut toujours peser le pour et le contre. Chaque semaine les accidents de la route génèrent de la souffrance et des cas graves. Pourtant on n’a pas interdit la voiture que je sache et à peu près personne n’y songe.

  4. Chère Mme Sandoz, encore une fois vous avez parfaitement raison. Merci de contribuer à l’ouverure des yeux de ceux qui n’ont toujours pas compris.
    Kirsti de Mestral

    1. Mme Sandoz, que j’apprécie par ailleurs, m’a fait ouvrir les yeux sur la lâcheté des politiciens d’active qui ne veulent pas indiquer l’objectif visé. En premier lieu, le nombre maximal de morts directes admissibles. C’est un choix politique que l’on peut espérer guidé par nos principes constitutionnels, ce n’est pas un choix technocratique. Déterminons le but et après on pourra discuter des moyens.

  5. bonjour Madame; saine colère que la vôtre; avec toute ma modestie, je me permets de vous féliciter ! Le Pr Raoult, à Marseille exprime une position non suivie par les politiques en France, c’est consternant ! la charge virale de notre petit ami est devenue si faible qu’on ne tombe plus “malade”; il n’y a quasiment plus de décès; et Mr de La Palice découvre que lorsqu’on fait plus de tests on trouve plus de porteur du virus ! où va t’on ?

  6. Chère Madame,
    S’il suffisait de prendre l’air pour guérir des séquelles d’une maladie COVID, je connais quelques patient-es qui …respireraient enfin, si j’ose dire. Malheureusement, je constate en réalité que vous manquez de respect à ces malades en supposant qu’ils/elles “n’ont rien”.
    Je suis désolé, vraiment, qu’une sorte de rage vous fasse perdre la tête, fasse disparaître ce sens des responsabilités civiques qui, au-delà de divergences d’opinions évidentes, alimentait mon plaisir à vous lire. Depuis quelques temps, vous écrivez en vous moquant comme de colin-tampon des contingences d’une société organisée, et de l’état de la science; c’est bien dommage.
    Et puis, pour couronner votre dérapage actuel, au-delà de vos élucubrations sur le masque, voici encore une conspiration, un “pharmagate” …si cela continue, vous allez bientôt nous servir Bill Gates et ses puces, ou la 5G. Quelle misère!

    1. Vous avez tout à fait raison cher Monsieur !
      – Bill Gates ne finance pas l’OMS tout en faisant en parallèle la promotion de vaccins représentant des millions de dollars.
      – Le taux de mortalité du covid-19 est supérieur à 0,4%.
      – Nos politiques prennent des décisions on ne peut plus rationnelles et sont libres de tout conflit d’intérêt. – Les pharmas n’ont aucun pouvoir politique.
      – Porter un masque nous rend plus libre.

      Heureusement qu’il reste des gens comme vous afin de nous préserver des dangers du complotismes !
      Belle journée à vous, cher Monsieur, et merci.

    2. Cher Monsieur,
      De quels malades parlez-vous ? De ceux qui ont attrapé l’hiver dernier la grippe saisonnière habituelle que l’on a décidé d’appeler pandémie et dont la courbe évoque à s’y méprendre celles des décennies antérieures ? Je n’en vois pas d’autres puisque nos hôpitaux sont vides depuis 3 mois et que le nombre de décès se compte sur les doigts des mains pour une population de près de 8 millions d’habitants.
      De quel état de la science parlez-vous ? Feindriez-vous d’ignorer que des personnalités dont la compétence n’est guère à mettre en doute tel que le Prof. Beda M. Stadler directeur de l’institut d’immunologie médicale de l’Université de Berne et bien d’autres mettent sérieusement en doute les mesures qui sont imposées à la population, opinion qui vaut bien celle de médecins cantonaux ou d’experts rétribués par nos décideurs.
      Permettez-moi enfin de vous dire qu’il est très facile et assez peu glorieux d’emballer les arguments qui ne vous conviennent pas sous l’étiquette méprisante de “complotiste” pour les balayer avec mépris afin de ne pas avoir à y répondre loyalement. A se demander où est la misère !

    3. Moi je trouve que le docteur de Haller se moque du monde comme de Colin Tampon.

      Pourquoi nie-t-il le fait que l’épidémie est terminée et s’est transformée en une petite grippe qui ne fait aucun mort?

      Il parle de manque de respect. C’est lui qui manque de respect à l’ensemble de la population en lui imposant des brimades et des chicanes qui rendent la vie impossible et mettent en danger les emplois, alors que ces mesures sont totalement injustifiées.

      Et pourquoi ne s’intéresse-t-il pas aux effets secondaires du port du masque, qui est très dangereux pour la santé?

      Et pourquoi ne recommande-t-il pas llhydroxychloroquine?

      Au lieu d’insulter les gens, le docteur de Haller peut-il nous assurer qu’il n’a aucun conflit d’intérêt avec Big Pharma?

    4. Pourquoi faut-il donc toujours que les pauvres en arguments se rabattent sur des critiques ad hominem, à la limite de l’injure. En quoi réfléchir, et pourquoi pas résister, serait une forme de manque de respect pour qui que ce soit ? De votre part, en revanche…

    5. @JACQUES DE HALLER

      Vous parlez de dérapage pour parler de l’article de Mme Sandoz. Un dérapage, ça signifie qu’il y a une voie obligatoire dans ce qu’il est permis de dire et de penser. Si quelqu’un ose contester la doxa des bonzes du système…, c’est donc un dérapage.

      Par conséquent le mot “dérapage” fait partie du vocabulaire de la censure politiquement correcte. Ca ne passe plus. Les gens ne l’acceptent plus. Qui définit jusqu’où va la pensée autorisée et à partir d’où la pensée est interdite?

      Vous datez, cher Dr de Haller. A l’avenir pour être dans le coup, il faudra vous abstenir de ce genre l’expression typiques de la pensée unique, ou alors vous serez out.

      Mettez vous à la page.

  7. Toutes les courbes d’extrapolations mathématiques comportent des marges d’erreur, l’arbitrage politique peut s’en ressentir. Alors c’est là qu’il est primordial de se souvenir que la peur est une très mauvaise conseillère. Pas simple.

  8. Enfin une voix qui s’élève au dessus du brouhaha des affoleurs en tous genres.
    Merci d’exprimer publiquement tous les intérêts occultes qui sont en jeu dans ce moment de folie mondiale entretenu par des manipulateurs obscurs.

  9. Arrêtons de faire les moutons devant ces contraintes d’asservissement permanent à la peur. L’éducation veut qu’on se savonne les mains régulièrement, qu’on garde une distance respectueuse face à autrui sans lui postillonner à la figure en lui parlant, le respect de base, simplement ! Le risque zéro n’existe pas, et la désinformation anxiogène assénée en permanence par le 99 % des médias fait bien plus de dégâts. Je suis révoltée par cette dictature.

  10. Hier, il y a eu 1014 morts dans le monde, surtout aux Etats-Unis et au Brésil où Trump et Bolsonaro nient l’existence de l’épidémie. Hier Trump a prétendu qu’avant la fin de l’année, il y aura un vaccin, ce qui est manifestement mensonger. Les pays qui n’ont pas pris ou tardivement de mesures ont effectivement été frappés plus que les autres. Si la Suisse n’a pas enregistré de mort hier, c’est parce que des mesures ont été prises. Avant qu’elles le soient nous en avons eu 2004, ce qui est énorme comparé à certains pays d’Asie de l’Est. Cela ne vous suffit-il pas? Faut-il qu’il y ait de nouvelles morts pour admettre le port du masque, la désinfection des mains, l’interdiction des réunions. Vous reprochez en somme à la Suisse d’éviter ou de réduire les morts. N’est-ce pas le devoir le plus strict des pouvoirs publics?

    1. Le droit à la vie est constitutionnellement consacré et les personnes âgées en bénéficient également car, et il est déplorable de devoir le rappeler, les personnes âgées sont des êtres humains.

      Aux USA le nombre de décès (version NYT) est en baisse régulière (moyenne de 7 jours). Le nombre de morts aux USA sera beaucoup plus bas lorsque le temps de l’élection sera venu. Il est probable que les USA, ne connaitrons pas de deuxième vague, tout comme la Suède.

      Comment faire comprendre ce qu’est une croissance exponentielle ?

    2. Petite analyse très sensée :
      Je viens de voir les chiffres officiels de la “pandémie” en Suisse. C’est toujours intéressant à analyser…
      En Suisse, le Covid “a tué” 1723 personnes sur +- 9 millions d’habitants…
      Sur ces 1723 décès, 97% avaient déjà des pathologies +- graves (cancer, diabète,…)
      1533 sur 1723 avaient +de 70 ans (89%)…
      1182 (62%) avaient + de 80 ans…
      Seuls 12 décès concernent des personnes de moins de 50 ans (0.7%)
      Durant le dernier mois, il y a eu 16 morts (sur 9 millions je le rappelle)…
      Les hôpitaux sont vides.
      La Suisse est en sous-mortalité par rapport aux 8 années précédentes sur le 1er semestre de l’année 2020…
      C’est ça votre pandémie? Vraiment?
      C’est pour ça qu’il y a eu un semi-confinement, le port du masque obligatoire dans les magasins, une application de traçage, des quarantaines, la collecte de données dans les restaurants,…?
      La Suisse vient de commander 4,5 millions de doses d’un vaccin pour ça?
      Et si t’oses émettre un doute sur la dangerosité de ce virus, t’es directement transféré dans la case “complotiste” alors qu’il y a toutes les raisons d’en douter…
      Pour le citoyen de base, si ça ne passe pas à la télé, c’est forcément faux. Télé qui, en France, vient de recevoir 500 millions d’aide du gouvernement…
      Je terminerai avec une citation de Chomsky : “la propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature.”

      1. Bravo Monsieur, vous avez tout dit, rien de plus à ajouter….! Malheureusement lorsque des personnes ne veulent pas voir, ne veulent pas comprendre ne veulent pas entendre… Bornées dans leurs certitudes, aveuglées par l’information que les médias leur servent tout cuit dans leurs assiettes à l’heure pile de leurs repas quotidiens. Ils nourrissent leur cerveau avec de la « mal bouffe »…! Que faire..? Les laisser en faire une indigestion…!??

  11. Bonjour Mme Sandoz,

    Merci pour votre « billet d’humeur », puis – je s’il vous, ajouter quelques mots.

    Le titre est sans doute à dessin provocateur, et c’est réussi. Sur le fond, on remarque donc qu’il y a peu de décès. Se pose la question du pourquoi, et on peut en conclure que le Virus est moins dangereux.

    – Il est toutefois utile de se souvenir que les complications graves sont présentes surtout chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli. Ce qui est souvent le fait de personnes âgées.

    – La moyenne d’age des nouveaux infectés indique qu’ils sont plutôt jeunes. On peut postuler qu’ils sont, en général, en bien meilleur santé que leurs .. très aînés.

    – Si ces « jeunes » continuent à prendre des précautions lors de leurs rapports avec les plus âgés et que ces dernières prennent des précautions certaines on continuera à « manquer de morts ». Et c’est une excellente chose.

    Cela nous permettra de la pertinence en cas de maladie de se faire conseiller par un pharmacien plutôt que par un médecin. De même par un médecin plutôt que par un épidémiologiste en cas d’épidémie ou dans mon cas, par le professeur de math de ma fille plutôt que par un ingénieur pour bâtir l’immeuble en construction juste à côté de chez moi.

    Portez – vous bien, et merci pour vos billets.

  12. Bonjour. Je réagis à votre phrase :”j’ai une question naïve : quand on respire ses propres microbes et son propre CO2 rejetés dans un masque, pendant des heures”.

    Je pense qu’il faut relativiser et réfléchir 5 minutes. Si le monde médical qui porte des masques à longueur de journée avait de problème de santé que les autres branches ça se saurait. Les éminents chirurgien aurait déjà trouvé une solution à ce problème ou n’opererait plus que derrière des visières ou en scaphandre.

    Quand au CO2, il compose 0.03 % de l’air aspiré et d’environ 3%. Est ce que votre masque gonfle tel un ballon à chaque expiration ? Non, le CO2 est expulsé avec les autres gaz !

    Je respecte tous les avis, mais ne mettez pas en avant des arguments non contrôlé et non contrôlable ou mettez vous sources.

    1. Une amie infirmières d’une connaissance a mesuré sa saturation en oxygène après avoir porté le masque pendant une heure. Sa saturation avant de mettre le masque était de 98% et après une heure de port du masque a chuté à 86%!
      Je pense que bcp de gens aurait besoin de retourner sur les bancs d’école pour réviser les principes de base d’anatomie et de physiologie et le rôle de l’oxygène dans l’organisme. Que, privé d’oxygène, les pathologies chroniques se voient aggravées n’est pas une découverte !!!

      1. Votre amie devrait faire un check-up médical.
        1) Soit elle a un problème de vue, et elle à lue 86 ou lieu de 96%
        2) Soit elle a un problème respiratoire aigu et devrait se faire soigner très rapidement
        3) Soit le masque à réellement fait chuter sa sat à ce niveau, auquel cas je pense qu’une étude va très vite paraître dans la littérature médicale mondiale de premier ordre

        Pour rappel, voici un extrait du site de la ligue pulmonaire suisse:
        “Saturation en oxygène du sang:
        La saturation en oxygène chez un sujet en bonne santé se situe entre 92 et 100%. Si elle tombe en-dessous de 88%, cela évoque une bronchiolite sévère.”

      2. N’oubliez pas qu’un chirurgien qui porte un masque (stérile) pour opérer le fait dans une salle stérile avec une arrivée d’air frais à température constante.
        Porter un masque (non-stérile – c’est marqué sur les boîtes) dans un transport surchargé dont la climatisation ne marche pas, en plein été, c’est très différent.

  13. Quelle conspiration ? Qui ? Pourquoi répandre la peur et forcer de porter des masques ? Quels intérêts occultes ? Quel gouvernement, en Europe, aurait intérêt à se faire détester sans raison impérieuse ?

    Précisez le “on”: les GAFAM ? Les Chinois ? Les vieux ? Les caisses de pension ? Les écolos ? Une secte ? Bill Gates ? … Pharmagate ? …heu, le patron de Novartis ? Décidément votre prose est bien brumeuse…

    Concernant vos commentaires, quelques infos utiles:

    “Forme bénigne

    Concernant la fatigue, elle est comparable à celle que l’on a lors d’une mononucléose. Les patients sont véritablement invalidés (arrêts de travail prolongés). Les symptômes peuvent perdurer au-delà d’une quinzaine de jours (souvent les jeunes). Le système immunitaire est fortement sollicité pour détruire le virus entraînant une grande fatigue.

    Formes graves

    Le coronavirus attaque tous les organes: cœur, vaisseaux, poumons, cerveau, etc. Exemples:
    – séquelles pulmonaires: dégâts à long terme sur les poumons (fibrose) – insuffisance respiratoire.
    – séquelles cardiovasculaires: antécédents cardiovasculaires ou pas, la maladie peut soit induire de nouvelles pathologies cardiaques ou exacerber des pathologies cardiovasculaires sous-jacentes
    – séquelles neurologiques: états de confusion, douleurs neuropathiques et musculo-squelettiques, crises convulsives, syndromes de Guillain-Barré, parfois des AVC.”
    Au dicton “la peur est mauvaise conseillère”, je préfère “un homme avertit en vaut deux”…

    Il faut continuer à vivre le plus normalement possible tout en prenant un minimum de précautions pour éviter de s’exposer inutilement. Ce n’est pas de la peur mais du bon sens…

  14. Vos propos sont une insulte aux patients atteints de la Covid.

    En ce qui me concerne, je l’ai contractée en Mars sans gravité sur le moment. Les problèmes sont apparus un mois plus tard. Deux jours sur cinq je suis terrassé par une fatigue insurmontable. Et pourtant, les autres jours, je prends l’air puisque dans mon village le port du masque n’est obligatoire que dans les lieux publics clos. Je fais mes courses à vélo sans problème.

    Pour le reste, je suis d’accord avec vous. De longue date et sous la pression du pouvoir, les média entretiennent la peur de nombreux ennemis la plupart du temps imaginaires afin de reporter sur d’autres coupables l’incompétence de ceux qui nous dirigent.

    1. N’oubliez pas que des séquelles peuvent arriver avec n’importe quelle infection virale.
      De la même façon que la jeune fille de 20 ans, sans antécédent, morte de la grippe en février à St-Gall dans l’indifférence médiatique totale: ce n’est pas parce que les médias n’en parlent pas que cela n’existait pas avant.

  15. Madame,

    mesdames et messieurs les commentateurs,

    Je ne vous lis que rarement, car je ne suis en général pas d’accord avec vos arguments. Ici, j’ai été étonné de votre appel à ces médecins qui sont dans le doute comme je le suis ( je ne suis pas médecin) et j’adhère totalement à votre démarche.

    Je constate que deux commentaires très critiques vous sont adressés venant du milieu médical.

    Sur le sujet, je n’ai pas de peine à trouver autant d’arguments sceptiques vis à vis des thèses en conflit (en conflit… hélas … pour ma part je regrette qu’elles ne puissent rester plus modestement en débat).

    Dans l’affaire, la plupart des gens gardent la tête dans le guidon, ce qui n’aide pas à considérer les choses avec plus de raison. Comme vous, je pense que la situation actuelle ne justifie plus que l’on reste crispés la tête baissée.

    Si donc je considère les choses avec un peu plus de hauteur, je retrouve ceci que la crise de notre conception de la santé publique actuelle met clairement en évidence.

    Primo : en Suisse, de fort longue date, on a tendance à confondre prévenir et se prémunir. Exemples: les abris anti-anatomiques. Ainsi avec le COVID bien des EMS semblent s’être transformés en autant d’abris anti-COVID (et j’en suis scandalisé).

    Autre exemple, le système d’assurances maladie qui nous livrent pieds et poings liés à l’inflation des frais médicaux que rien ne semble pouvoir prévenir.

    Secundo, plus en rapport avec votre propos : la peur … (et celle de la mort évoquée dans le titre de votre propos).

    Pour moi le problème est bien plus que de circonstance (COVID-19). Il est au lien qui est fait entre la peur (voire l’angoisse) et le couple savoir/ignorance

    Un lien que je qualifierais volontiers de « névrotique » (et qui se retrouve dans la question du réchauffement climatique).

    Deux des commentaires s’en prennent à votre ignorance (et à celle de beaucoup d’entre nous), celle de l’état dans lequel cette maladie a mis certaines personnes.

    Que vos commentateurs le veuillent ou non, ce qu’ils évoquent ou rapportent a de quoi de faire peur. Et, qu’ils le veillent ou non, leur propos revient à justifier leur propre peur. Certes, mais justifier n’est pas pour autant légitimer. Et bien sûr la peur se prête tout autant que les maladies à se diffuser de manière pernicieuse. Ne négligeons donc pas cet aspect des choses.

    Ce à quoi je m’en prends ici est donc que, fort d’un certain savoir, d’une certaine expérience avec ces malades graves de COVID, on informe les ignorants (dont je fais partie) de ce qui les menace… et que de facto cette peur se trouve liée à leur ignorance. Nous devrions avoir d’autant plus peur que nous sommes ignorants. Certes, les sachant ont peur, eux aussi, mais pas au point de ne pas pouvoir nous parler du danger. Comme si le savoir nous permettant de pouvoir en parler avait la vertu dd désamorcer quelque peu la peur, alors que ce pourrait aussi bien être tout le contraire (comme lorsqu’on peint le diable sur la muraille). Et tout le monde connaît la fable de celui qui criait au loup. Vu qu’il suffit d’écrire au loup pour provoquer la peur (par ce que l’on sait/ignore du loup, qui lui est bien réel) qui pourra me dire que cela n’est pas ce qui nous arrive ?

    Or, le fait est que le savoir médical et sociologique sur ce qui arrive à nos sociétés est très limité, très focalisé sur le microscopique, et très ignorant de tout ce qui relève de phénomènes anthropologiques, etc. On ignore beaucoup de la peur comme phénomène social et des mécanismes de sa diffusion, qui accompagnent toute épidémie. Rappelons une bonne fois pour toute qu’une épidémie n’est pas un phénomène biologique.

    Or de cette ignorance, tout le monde en est conscient (certes bien peu de « spécialistes » en conviennent explicitement), même et peut-être aussi surtout tous nos experts (les romains les appelaient haruspices et disaient d’eux qu’ils ne pouvaient se regarder sans rire).

    Non seulement, savoir, avoir conscience de…, ne pourra jamais calmer nos peurs et nos angoisses, parfois c’est tout le contraire et ce n’est pas la gens médicale qui pourra me contredire sur ce point. Mais encore, le savoir et la conscience de certains dangers que cela porte aux sachants, tournent à la perversion lorsqu’ils sont utilisés comme signaux de dangers adressés aux ignorants (que ce genre de message et d’information ne rendent pas pour autant un iota plus savants. Bien au contraire, cela ne peut que les maintenir la tête dans l’ignorance).

    Il ne suffira jamais d’informer les gens pour les rendre plus savants.

    Le savoir est d’autant plus pervers qu’on connaît le phénomène anthropologique des prédictions auto-réalisatrices (la prédiction provocant la réalisation qu’elle tenait à éviter).

    De ce point de vue, on doit bien admettre que parfois – et sans doute bien plus doivent qu’on ne le croit – nos ignorances nous auront déjà préservé de bien des malheurs – et nous en préserverons de bien d’autres encore.

    Cessons donc avec cette vision manichéenne qui réduit les couples des savoirs et des ignorances à n’être que des manifestations de celui du Bien et du Mal.

    F. Conne.

  16. Malédiction ! Captain Suzette a déjoué notre complot ! Avant d’envahir la Terre, il fallait éradiquer les humains en leur faisant respirer toute la journée leur propres microbes à travers des masques. Nos laboratoires avaient aussi observé qu’il leur était impossible de se reproduire en portant un masque et à 2 m de distance. Le virus n’était qu’un stratagème !

    Tout est raté ! Le commandant Meuske va être rappelé sur la planète Beurk: plus la peine de construire des navettes pour vous envahir !

  17. Permettez-moi de relever que limiter la circulation du virus est, per se, un but d’intérêt public consacré par la loi fédérale sur les épidémie.

    Evidemment, ce but est stupide. Personne n’envisage de confiner pour lutter contre la propagation du rhume commun, ce qui serait d’ailleurs une imbécilité sanitaire.

    Il convient donc de fixer le nombre de malades bénins, malades, malade graves, malades intubé et morts directes que l’on est prêt à supporter. A partir de là, on pourra régler les restrictions de liberté nécessaires, s’il en est en est, pour atteindre le but visé.

    Se poser la question de la proportionnalité d’une restriction en vu d’un but qui n’est pas fixé n’a aucun sens. Pourtant c’est bien là dedans que nous sommes embourbés, que nos autorités tournent en rond.

    Que vos lecteurs indiquent combien de morts directes (maximun) il convient de viser ?
    Le moins possible n’est pas une réponse. Zéro est impossible. Si cela leur fait peur alors qu’ils indiquent ce nombre par 100’000 habitants et par quatorzaine.

    Pour mémoire l’Espagne en est à 0.9 et la france à 0.3 selon eurocdc, chiffres qui vont sans conteste être dépassés, tant une moyenne de 14 jours tient compte d’un passé d’ores et déjé révolu.

    Pour aide, la grippe en saisons ordinaires est à l’origine, en Suisse, de 400 à 2’500 morts.

    1. Bonsoir,

      Nous disions donc 400 à 2500 morts .. Entre le premier chiffre et le second il y a une incertitude de 2400

      Puis-je poliment poser la question suivante :
      Savez-vous dans quel état sont ces 2400 personnes dans « l’incertitudes ».
      En effet, sont -elles mortes, vivantes, mort-vivantes ou vivante-mortes ?

      Parce que selon le cas cela fait une fameuse différence.

      Pour les chiffres Covid le décompte a l’air d’être plus certaine en Suisse.

      Pas de mort-vivants inclus.

      1. Le nombre de morts dues à la grippe saisonnière en Suisse n’est pas le même toutes les années.
        Ce nombre varie, selon les années, entre 400 et 2’500.
        Je n’ai rien écrit d’autre.

    2. La question de la proportionnalité se poserait encore s’il y avait encore des morts. S’il y avait, disons, 100 morts par mois on pourrait se poser cette question.

      Mais il y a zéro mort. Donc la question ne se pose plus. Comment calculer une proportion de zéro?

      L’épidémie est finie. Circulez (sans masque), il n’y a rien à voir!

      1. 100 morts par mois en Suisse, on y est. A vrai dire, il y aura plus `!de 100 morts de plus dans les 30 jours à venir.

        Les mesures sont mal respectées à Genève et cela repart à la hausse. La Poggiesque police est pleinement responsable. Elle ferme les yeux sur nombres de dérapages.

        Et la pathétique Rebecca Ruiz nous informe que le canton de Vaud baisse la garde parce la situation s’est trop aggravée pour que le canton puisse suivre. Pire c’est, moins on en fait ! Mais cette élue est pleinement responsable d’avoir laisser le canton de Vaud s’engager dans cette dangereuse voie

  18. Bonjour ,

    S’il est légitime de s’interroger en permanence sur la pertinences des mesures prises par les gouvernements sur la pandémie, je pense qu’en l’état actuel des connaissance, quelques mois seulement après l’apparition de ce virus, il n’est pas très heureux de sous-entendre que nos politiciens pourraient être corrompus par la pharma ou d’autres groupes d’intérêts. Venant d’une radicale, c’est savoureux.

    Je pense qu’on oublie un peu tôt que dans certaines régions du monde, les hôpitaux débordés ont dû opérer des tris sur qui vivra et qui mourra.

    1. Malheureusement les mesures actuelles sont disproportionnées et sont en train de produire des effets bien pires à long terme : l’obésité, qui est une autre pandémie, devient galopante. Le port du masque engendre une peur panique chez un grand nombre de personnes, ce qui est très dommageable pour le système immunitaire et va les rendre plus sensibles au virus. Ce sentiment d’impuissance face à ses mesures qui s’accentuent régulièrement et qui ne semblent pas avoir de fin augmente dans la population et lui font perdre confiance dans nos gouvernents. Tout cela alors que les hôpitaux sont quasi vides…

      1. Bonjour,

        Peut-être bien que le « remède » aura des effets collatéraux désagréables. D’un autre côté, les conséquences que vous citez ne remplissent pas les hôpitaux au point de devoir choisir trier ceux qui seront soignée et autres, comme cela a été le cas en Italie.

        D’ailleurs si nos hôpitaux sont vides, c’est bien parce que des mesures ont été prises.

        Sinon je suis comme tout le monde, j’aimerais reprendre mes habitudes comme avant. Mais j’accepte de rester dans l’incertitude le temps qu’on y voie plus clair.

  19. Merci Madame Sandoz ! Merci pour votre analyse lucide, cela fait plaisir de constater que tout le monde n’a pas perdu la boule dans ce qui apparaît comme une volonté d’entretenir une psychose sans fondement dont le seul but plausible est très vraisemblablement de conduire le troupeau des crédules à se précipiter sur un vaccin dont on a déjà absous le producteur de toute responsabilité sur ses dommages potentiels. Cynisme insupportable ou manque d’intelligence des instances responsables, that is the (only) question !

  20. Depuis juin on a 15 fois plus de cas et le même nombre de morts, à savoir un par jour en moyenne. J’aimerais bien qu’on m’explique cette divergence afin de la comparer à la mienne!

  21. Il est temps d’eriger le titre de “Prof covidemerite”, ou encore “GAFAMM free” (avec ou sans masque 🙂 ).

    P.S. Le second M est du au genie de notre ami Elon Musk qui implante… des implants sous le cerveau bobotrumpien.

    P.S.2. Blague a part, on ne peut que souhaiter a Madame Sandoz, qui arrive dans la zone a risque, de ne pas contracter la covid (non feminin, car tous les malheurs viennent des femmes, selon la french connexion academy).
    Elle nous manquerait sur ces blogs, non? Elle est si verte, non au sens CO2, mais dans le sens unique.

  22. Je suggère aux détracteurs de Mme Sandoz d’écouter en replay , sur Cnews -émission du 28/8/20- Jean-François Toussaint, professeur de physiologie de l’Université Paris-Descartes et directeur de l’IRMES, Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport à l’INSEP.
    Evidemment, ces mêmes détracteurs me diront que le Pr Toussaint est du même acabit que le Pr Raoult ou encore le Pr Perronne…
    Il y a un “rebond” de cas positifs parce qu’il y a plus de tests .. (Le Temps) mais peu d’hospitalisation, encore moins de décès..
    Mais si vous allez lire le cite de l’OMS , la peur est au rendez-vous… ben faut bien , parce que si l’on n’a pas peur et qu’un labo découvre le vaccin , plus personne n’en voudra !

    Et si… et si.. les responsables politiques de nos Etats européens avaient trouvé là, dans le Covid19 , un prétexte pour reprendre chacun “leurs billes” , lutter contre la mondialisation et l’ouverture tous azimuts ,sans vouloir l’avouer évidement puisque ce sont eux-mêmes qui ont travaillé à instaurer cette ouverture, s’étant rendus compte que ladite ouverture avait fait et continue de faire de gros dégâts dans le monde du travail, ( principalement en France où l’on a vu se fermer et délocaliser les plus beaux fleurons de son industrie )
    Fermer les frontières pour obliger ses propres citoyens à rester et dépenser chez soi.. ce fut certainement pour les mêmes responsables, chantres de la mondialisation,une sacrée couleuvre à avaler… Le Covid19 leur aura permis de ne pas perdre la face..

    1. En effet, M. Toussaint n’a pas vraiment la crédibilité souhaitée lorsqu’il s’agit de donner un avis pertinent sur une épidémie inconnue. Si j’étais méchant je dirais qu’il tient plus de l’ostéo que de l’épidémiologiste.

      J’ai de la peine à comprendre cette contradiction chez les complotistes : on se méfie de sources largement documentées émanant de personnes souvent neutres, mais on fait une confiance aveugle à certains excentriques infoutus de présenter un semblant de contenu derrière leurs « études » ou « constats personnels ». Mais c’est peut-être l’effet « cheveux gras / sourcils broussailleux » qui opère…

      1. Vous écrivez :” chez les complotistes : on se méfie de sources largement documentées émanant de personnes souvent neutres, mais on fait une confiance aveugle à certains excentriques infoutus de présenter un semblant de contenu derrière leurs « études » ou « constats personnels »

        Les “excentriques ” dont vous parlez sont des médecins des Professeurs qui “travaillent” sur le terrain !
        Quant aux “sources largement documentées souvent neutres , selon vous, vous passez sous silence le scandale de la revue “THe Lancet” qui publia une étude qui démolissait l’utilisation de la chloroquine ,et en même temps le Pr Raoult, revue qui quelques jours plus tard dû retirer son article avec des excuses !
        Vous devriez lire le livre du Pr Perronne (chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches. Pendant quinze ans, il a été l’un des principaux conseillers en matière de santé publique de plusieurs gouvernements. Il est l’auteur de La vérité sur la maladie de Lyme.) :
        “Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise?: Covid-19 : l’union sacrée de l’incompétence et l’arrogance ” chez Albin Michel
        Bonne lecture qui vous permettra peut être de ne pas suivre comme un mouton tout ce que les “officiels” et autres “mandarins” de la médecine peuvent débiter ,sous “l’influence” de l’industrie pharmaceutique…

        1. Bonjour,

          Je schématise lorsque le parle d’excentriques. Il est vrai que des gens tout à fait recommandables et compétents peuvent avoir un avis divergent. Néanmoins, comme vous le dites, je suis un mouton : S’il y a 90 spécialistes du même avis, contre 10 d’un avis contraire, j’ai tendance à prendre en considération ce que dit la majorité. ça ne veut pas dire qu’ils ont raison, juste qu’il y a plus de chances qu’ils aient raison. Je n’ai pas la prétention d’être plus malin que les uns ou les autres et je ne suis pas borné dans mes certitudes.

          Je maintiens par contre que les complotistes ont la fâcheuse tendance à faire confiance à des excentriques qui avancent des arguments sans réel fondement. M. Raoult, qui a tort ou raison sur la chloroquine, n’est pas … de présenter une étude valable et admet lui-même qu’il a écarté certains cas qui auraient pu mettre en doute ses conclusions.

    2. Spécialiste en épidémiologie de la performance sportive, comme d’autres le sont en épidémiologie de l’obésité, comme cela sied à un professeur de physiologie humaine. Il n’est pas épidemiologiste des maladies transmissibles, ni infectiologue, ni clinicien, aucune qualification. Une figure médiatique qui fait augmenter l’audimat.

      L’interview date du 18 août 2020 et non du 28, à l’échelle de l’évolution de la contamination en France, c’est il y a longtemps. Il précise bien que la constatation qu’au 18 août il n’y a pas de seconde vague, mais un rebond, n’est pas une prévision du futur (8mn et 25sec). Comme Raoult qui, après avoir prédit l’inexistence d’une première vague, il ne prédit rien.

      Fermer les fontières pour imposer de dépenser chez soi. Dans l’alimentaire, oui. Pour le reste, l’augmentation de la VPC s’est fait au bénéfice des enseignes étrangères.

    3. ce virus ne pourra pas servir de prétexte à relocaliser les industries . En Suisse, nous avons depuis belle lurette abandonner la production automobile et bien d’autres produits . Je ne vois pas comment inverser ce processus en quelques années …

  23. Encore une fois, quelle satisfaction de vous lire. Bien peu de nos politiciens émettent leur avis sur toutes ces contradictions.
    Je constate aussi que les personnes qui se permettent de douter son immédiatement classées dans les “complotistes”. Ce terme “fourre-tout” est utilisé à tout propos. Plusieurs milliers de ces personnes ont manifesté leur désappointement à Zurich aujourd’hui et nos médias officiels (la RTS) en a largement minimisé le nombre et la couverture du sujet a revêtu une importance moindre qu’une manifestation aux USA ! Je pense que c’est voulu afin de donner plus de poids aux informations que le gouvernement veux nous asséner à longueur de journée. C’est attristant de constater une telle partialité et nous pouvons raisonnablement nous poser la question du pourquoi de ceci. Où est la finalité, quel chemin veut-on faire prendre au citoyens sans les consulter. C’est très grave dans un pays qui se vante d’être démocratique. Tout ceci est révoltant !

    1. Les manifestants “pro-démocratie” en Biélorussie (dont excusez-moi mais on se fout un peu), ils en parlent tout le temps.
      Les manifestants “pro-démocratie” en Suisse ou en Allemagne, ce sont des fascistes.

  24. Deux professionnels de la santé – une infirmière et l’ancien président de la Fédération suisses des médecins, monsieur Jacques de Haller -, ainsi que monsieur Jacques Neirynck et d’autres lecteurs ont déjà répondu à vos propos sur une hypothétique conspiration de la peur. Inutile donc d’y revenir, sinon pour relever que comparer un fantasmagorique “pharmagate” au Watergate est pour le moins absurde.

    En effet, le scandale du Watergate, en 1972, était une affaire d’espionnage politique sous la présidence du républicain Richard Nixon, avec pour cible le siège du parti démocrate à Washington, D. C. Les deux enquêteurs du Washington Post, Carl Bernstein, un reporter chevronné, et Bob Woodward, qui ont réussi à remonter la filière des cambrioleurs du siège du parti démocrate jusqu’à Nixon avaient leur informateur, et non des moindres, au FBI. Surnommé “Deep Throat” (gorge profonde), de son vrai nom William Mark Felt, cet avocat de formation et lanceur d’alerte était un agent du FBI, devenu numéro deux de cette agence à la fin des années 1960. Sans cette “taupe”, les deux journalistes n’auraient jamais réussi à démontrer, faits à l’appui, la responsabilité de la Maison-Blanche dans l’affaire du Watergate. Il reste à démontrer celle des autorités dans un prétendu “pharmagate”. Encore faudrait-il trouver la bonne taupe, non?

    1. En tous cas cher Phil. M. une enquête pénale s’impose pour déterminer qu’elles sont les personnes, au sein de l’OFSP et des organismes médicaux officiels, qui se sont rendus coupables de conspiration mettant en danger la vie et la santé du public, en interdisant aux médecins de prescrire le médicament dont l’efficacité est prouvée.

      Il n’y aura peut-être pas de “gorge profonde” qui fera des révélations permettant à l’enquête d’aboutir, car tout le monde est à la solde de Big Pharma. Donc ils se protégeront mutuellement et l’enquête ne donnera rien. Mais il faut que des plaintes soient déposées et qu’une enquête ait lieu car ces faits tombent sous le coup de la loi pénale (art 128 code pénal suisse: mise en danger de la vie et de santé d’autrui).

      1. Jusqu’à preuve du contraire, tant l’OFSP que les autorités ont permis de casser la courbe de la pandémie et de réduire le nombre de morts et d’infections presque à zéro. Et même si ce nombre remonte et inquiète, à la suite d’un déconfinement trop hâtif, il n’est en rien comparable aux pics atteints en mars-avril derniers. Si c’est sur ce grief que vous comptez porter plainte pénale contre eux, bonne chance… Une chose est sûre: vous vous trompez de cible.

        Ce ne sont pas les seuls qui ont su agir à temps, même avec les couacs inévitables de mesures prises dans un contexte d’imprévisibilité et d’urgence totales, qu’il faut accabler mais bien toutes celles et ceux qui, volontairement ou non, ont contribué et contribuent toujours à propager le virus. Car, comme l’a dit le docteur Didier Pittet, des Hôpitaux Universitaires Genevois (HUG), ce n’est pas le virus qui circule, ce sont les gens.

        Pour ma part, je ne suis pas sorti de mon immeuble depuis plus de six mois, n’ai pas croisé plus d’une quarantaine – on est en quarantaine ou on ne l’est pas – de personnes pendant ce temps et s’il le faut, je suis prêt à rester cloîtré (comme ancien élève des curés, j’ai quelque entraînement) six autres mois encore, s’il le faut. Ce sont les inconscients et irresponsables qui crient, sans aucune preuve, au complot qu’il faut traîner en justice pour haute trahison et mise en danger de la vie d’autrui, et vite – article 128 du Code pénal à l’appui ou pas.

        Si non è vero è ben trovato, non?

        1. Si pour vous vivre jusqu’à la fin de vos jours cloîtré chez vous, libre à vous. Mais comprenez que n’est pas la vision qu’ont de la vie beaucoup de personnes. Dont moi qui trouve absurde d’arrêter de vivre par peur de mourir.

          1. Que voulez-vous, j’ai toujours eu un faible pour les maisons closes.

            Qu’entendez-vous par vivre? Vivre, n’est-ce pas apprendre à mourir? Ou auriez-vous oublié la leçon de Montaigne? Si tel est le cas, voici alors un petit rappel:

            “C’est ce qu’on dit, que le sage vit tant qu’il doit, non pas tant qu’il peut; et que le présent que nature nous ait faict le plus favorable, et qui nous oste tout moyen de nous plaindre de nostre condition, c’est de nous avoir laissé la clef des champs. Elle n’a ordonné qu’une entrée à la vie, et cent mille yssuës.”

            Michel de Montaigne, Les Essais, Livre II, Chap. III

            “La vraie vie, c’est la littérature”, disait, pour sa part, Marcel Proust.

            Rien de tel qu’un confinement, de temps à autre – un peu comme un cours de répète en somme -, pour nous faire redécouvrir Marcel, comme l’air enfin redevenu respirable, non? Bien sûr, chacun est libre de lui préférer du temps perdu à la recherche.

            Ou peut-être préfère-t-on “Arbeit macht Frei”?

  25. Il est intéressant de remarquer que les polémiques autour du port du masque rappellent celles qui ont accompagné l’obligation de boucler sa ceinture de sécurité (liberticide elle aussi). La ceinture, qui protège son utilisateur, a finalement été adoptée. Le masque, qui protège autrui, sera-t-il rejeté par égoïsme ? L’avenir nous le dira.
    En fait, les actions prises pour éviter des malades/morts par virus sont moralement de même nature que celles prises pour éviter des blessés/morts sur la route. Et Juridiquement parlant, qu’en pensez-vous Madame Sandoz ?

  26. Quand l’épidémie est arrivée en Suisse, des mesures sévères ont été prises et on peut le comprendre autant sur le plan sanitaire que politique. Après avoir assisté à l’affolement de la Chine, suivi les hôpitaux totalement débordés de Lombardie, on peut certes critiquer les mesures (des masques auraient-ils été aussi efficaces que le confinement ? – sauf que nous n’avions pas de masques) regretter l’impréparation, etc. mais enfin je ne serai pas celui qui jette la première pierre. Tant pis, c’est fait, cela ne sert à rien d’y revenir.
    Actuellement la situation est différente pour de nombreuses raisons.
    Nous constatons que les prédictions des épidémiologistes sont aussi imprécises que celles d’autres sciences similaires – par exemple la climatologie ou l’économie – simplement parce qu’il y a trop d’imprécision dans la récolte des données (par exemple les morts « du » et les morts « avec » le Covid sont agrégés ; les « tempêtes de cytokines » comptent dans les morts du Covid, mais peuvent avoir bien d’autres causes, etc.) ; parce qu’il y a trop d’inconnues et d’incertitudes (qui est testé ? cela n’est pas systématique ; et les tests sont apparemment très imparfaits avec 38% de faux positifs, d’après l’opinion du Dr Estoppay du 25 août dans ce même journal) ; et enfin parce que des événements ou des phénomènes dont on ne tenait pas compte, ou qui étaient imprévisibles, peuvent faire basculer les modèles (par exemple l’obésité au Brésil et aux USA qui modifie complètement les profils de mortalité – personne n’en avait réellement tenu compte avant).
    Les médias se sont fait l’écho d’épidémiologistes aux prévisions plus apocalyptiques les unes que les autres. Pour ne prendre qu’un exemple entre mille dans la presse, Le Temps a ainsi publié, le 4 mai dernier, « Quatre scénarios pour une seconde vague » où on nous annonçait que le mathématicien lausannois David-Olivier Jaquet-Chiffelle, l’infectiologue biennois Daniel Genné, et l’EPFL nous laissaient deux mois (soit d’ici au 4 juillet) pour assister à un « rebond spectaculaire » de l’épidémie sans mesures contraignantes. Ils élaborent différents scénarios ; seul le troisième correspond à la situation réelle actuelle: celui de mesures graduellement assouplies. Et pourtant, dit l’article – même s’il souligne qu’il ne s’agit « que d’estimations » : dès l’été ou septembre au plus tard, « A chaque fois, le système hospitalier serait submergé. »
    Vraiment ? Or nous sommes le 30 août, et d’après les publications du BAG sur Twitter les morts « du et avec » le Covid sont au nombre de 19 depuis 4 semaines, tandis que les hospitalisations sont d’environ 150 – sans que l’on sache lesquels sont aux soins intensifs.
    Il est réellement regrettable qu’un journal sérieux comme Le Temps ne se soit pas donné la peine de faire le moindre suivi de ces prédictions. On ne retrouve ni David-Olivier Jaquet-Chiffelle, ni Daniel Guenné dans aucun article subséquent : une fois la terreur semée, ils sont retournés dans leurs officines sans que personne ne leur demande de justifier ou de rectifier leurs prédictions.
    C’est là un exemple clair d’un média qui ne joue pas son rôle de 4ème pouvoir – celui de fournir aux citoyens des analyses distinctes de celles de pouvoirs publics, de surveiller le fonctionnement des institutions, de creuser toutes les questions qui fâchent. Au lieu de cela, sensationnalisme et terrorisme moutonnier. Ce type de « journalisme » fait le lit des extrémistes et des complotistes, qui seront évidemment immédiatement conspués par le même journal (Le Temps, « Les rebelles du Covid », 29 août 2020)– mais il creuse surtout un fossé entre les gens de bonne volonté qui ne cherchent finalement qu’à comprendre, et qui ont hélas le sentiment qu’on se moque d’eux.
    Comme le relève Duc-Quang Nguyen dans un article du 24 heures du 15 août, (« Impact du coronavirus : la Suisse n’a connu aucune surmortalité jusqu’à présent ») la Suisse n’a connu aucune surmortalité à cause du coronavirus : les 1700 décès liés à la maladie entre janvier et juillet ont été compensés par tout autant de « non-morts », et en fait il y a eu à peu près 500 morts de moins que l’année précédente. Cela ne veut pas dire qu’il aurait fallu ne prendre aucune mesure – je ne vois pas que l’on puisse reprocher cela aux autorités. Mais cela jette un éclairage cru sur le fait que l’on peut, si l’on veut, « sauver des vies » à n’importe quel prix. Après tout, les mesures anti-Covid ont « sauvé » (durant ces quelques mois) 1700 autres vies (pour combien de temps ?).
    M. Nguyen a, dans ce même article, interviewé Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale à l’Université de Genève, un des spécialistes que Le Temps cite souvent. Dans Le Temps, le 16 juin, M. Flahault explique les dépistages génèrent un « effet de loupe » sur les nouveaux foyers épidémiques ; ils auraient toutefois un « effet préventif » – il est apparemment souhaitable de faire peur. Et M. Flahault était cité le 4 mars en expliquant « que l’épidémie de Covid-19 est incommensurablement plus grave que celle de grippe saisonnière ».
    Comment donc comprendre que le même M. Flahault, cité dans le 24 heures du 15 août, soit étonné par l’absence de surmortalité ? N’était-il donc pas au courant ? Il suppute que « ces 1700 décès ont été compensés par une sous-mortalité quelque part ». Certes ! Mais ne pourrait-on pas attendre du directeur de l’Institut de santé globale à l’Université de Genève qu’il ait une vision précisément « globale » de la santé – c’est après tout le nom de l’Institut qu’il dirige ? A-t-il à ce point le nez dans le guidon qu’il ne voit plus que le Covid, et rien d’autre ?
    Malgré les cris d’orfraie dès que les tests augmentent, il reste que les hospitalisations et les décès sont actuellement aussi bas que sans le Covid. La recette infaillible pour avoir moins de tests positifs est de tester moins ou de ne tester que les symptomatiques – différents pays adoptent différentes stratégies sur ce point.
    On ne peut donc que rejoindre Dr Estoppey, « on ne soigne pas des tests, mais des personnes malades » (Le Temps, 25 août 2020). Définir des stratégies sanitaires sur la base de tests semble actuellement irrationnel. Il parait logique que si l’on multipliait les tests par dix ou par cent que l’on trouverait en proportion bien plus de personnes infectées, puisque le Covid – tout au contraire de la grippe espagnole, par exemple – est si fréquemment asymptomatique pour les personnes en santé normale. Forger des stratégies de gestion épidémique sur une telle base ne peut pas trouver un consensus politique.
    Si nous, les citoyens, devons accepter encore des « mesures sanitaires » qui mettent à mal la communication entre humains, qui nous endettent à l’égard de nos enfants, et qui détruisent le tissus économique, il faudra nous présenter un plan cohérent, logique et rationnel, pesant le pour et le contre de chaque mesure.
    Je renvoie ici à la « prise de position » de l’initiative 1-19 en Allemagne, (//1bis19.de/positionen/) une association qui défend les droits fondamentaux et qui interpelle le gouvernement allemand en exigeant qu’il justifie démocratiquement les décisions sanitaires.
    L’exécutif ne peut pas faire l’impasse du parlement, et les points à clarifier pour tous les citoyens sont les suivants.
    Nous avons besoin d’une information claire, non biaisée et non-anxiogène. En l’occurrence, il serait sage d’arrêter de mettre en avant les tests, mais bien plutôt de se concentrer sur la réalité médicale, soit les malades et les morts éventuels.
    Nous avons besoin de savoir où nous allons. Quel est l’objectif ? De sauver des vies à tout prix ? Comme le disait le maire de New York : « life is priceless » ? Mais dans ce cas, on peut prolonger les mesures ad vitam aeternam. Cela n’est pas réaliste, et personne ne peut soutenir cela. Il faut donc expliquer les objectifs poursuivis :
    Pour préserver les personnes à risque, quelles sont les mesures proposées ? (Par exemple, des chiens spécialement formés pour détecter le Covid pourraient être utilisés à l’entrée dans les EMS (24 Heures, « les chiens détectent les Malades du Covid à leur odeur », 15 août 2020). Les personnes âgées concernées sont nombreuses, apparemment, à préférer vivre ce qu’il leur reste avec le risque du Covid et une vie sociale normale, plutôt qu’enfermées pendant des semaines seules dans leur chambre. Ont-elles été consultées?
    Pour les personnes ordinaires, comment les mesures sanitaires se justifient-elles? Quel est leur objectif ?
    S’il s’agit de freiner la diffusion du virus dans la population ordinaire, comment justifier les mesures prises ou à prendre, en comparaison avec toutes les autres maladies (grippe, etc.), et toutes les autres activités à risque (montagne, etc.) ? Comment le coût des mesures anti-Covid se compare-t-il, et se justifie-t-il, par rapport à d’autres mesures capables de sauver des années de vie ? Est-il possible de fournir les calculs et les choix ?
    Et tout simplement : comment justifie-t-on – maintenant – cette débauche de moyens contre une seule des innombrables maladies qui finira par abréger nos jours ? Ces millions ou ces milliards ne seraient-ils pas bien mieux investis ailleurs, pour sauver la vie d’enfants dans le tiers monde par exemple, et pas celle de malades ou de vieillards occidentaux ? Pour sauver l’environnement pour nos enfants sur toute la planète ?
    Quels sont les critères qui ont valu à la lutte contre le Covid de se trouver dotée de ressources aussi ahurissantes? Comme le souligne André Comte-Sponville (Le Temps, « Laissez-nous mourir comme nous le voulons », 17 avril 2020), ces choix ne sont-ils pas profondément opportunistes et égoïstes ?
    Il n’est pas normal que ces débats n’aient pas lieu ; il n’est pas normal que les médias ne trouvent rien de mieux à dire contre ceux qui protestent qu’ils sont malades de complotisme.
    Pour que notre démocratie reste saine et pour éviter les dérives et les divisions, il faut que nos représentants élus reprennent la main et remettent le problème du Covid dans un perspective réellement politique et démocratique : celle de la gestion cohérente, compréhensible et négociée de l’avenir de notre société.
    Il n’est pas acceptable que des épidémiologistes et des virologues que personne n’a élu et qui n’ont de comptes à rendre à personne puissent peser d’un tel poids dans des décisions qui dépassent complètement leur étroite spécialité. De les entendre tempêter parce que l’épidémie reprend – et ce, alors que des millions de gens ont actuellement perdu toutes leurs ressources économiques et sont réduits à dépendre d’aides ou de mourir – démontre cruellement leur myopie à l’égard de l’humaine réalité.
    Il serait éminemment souhaitable que les médias jouent correctement leur rôle, et qu’au lieu de ne jouer qu’à la caisse de résonance de messages inquiétants, obéissants et vendeurs, qu’ils veuillent bien faire leur job et assurer le suivi des déclarations fracassantes. S’ils font leur « une » avec des annonces effrayantes, qu’ils en assument la responsabilité et informent aussi leurs lecteurs, les citoyens qui comptent sur eux, dès lors que ces annonces se révèlent fausses ou imparfaites.

  27. Professeur,

    Au mois d’août le covid a fait environ plus du double de mort que l’on en compte en un mois sur les routes. Dès lors n’êtes vous pas excédée par les limites que l’on impose aux automobilistes et aux trottineteuses ? Les trotinettes électriques et les deux roues ne doivent-ils pas pouvoir circuler sur les trottoirs (ce d’autant plus que les victimes sont souvent des vieux à l’espérance de vie limitée, pour mettre en avant un argument, qui n’est pas le vôtre, mais que l’on entend souvent) ?

    Garder raison c’est ne pas seulement se garder de pencher excessivement d’un côté, mais aussi éviter de pencher excessivement de l’autre.

    S’agissant des morts, c’est malheureux à dire, mais ils arrivent. Sans stabiliser rapidement le taux de contamination à un niveau correspondant à notre tolérance à la mort, il y aura un overshoot du taux de mortalité admissible, la population (j’avais envie d’utiliser un autre nom) grondera (là aussi, mais je reste courtois) et de graves atteintes à la liberté -qui nous fairons regretter le port du masque – pour abaisser en toute hâte les taux de contamination et de mortalité.

    Nous avons, certes, une situation différente de celle prévalant ce printemps car la population a été confrontée assez récemment au virus (plus dans les quartiers populaires de l’arc lémanique et ce plus que ce que les études sérologiques le mettent en évidence), ce qui est une ralentisseur naturel de la croissance de la contamination. Toutefois, ce ralentissement est insuffisant pour en arrêter la croissance, comme le montre la croissance actuelle. Dès lors, si aucune mesure artificielle n’est prise (lesquelles et une autre question), la Suisse finir avec nettement plus de morts qu’à ce jour. Il ne me semble pas que comportement naturel des suisses (surtout de l’arc lémanique) soit plus antiépidemique que celui des suédois.

    Quoiqu’il en soit le pilote de l’avion suisse est stupide. Il tire trop sur le manche, puis corrige en poussant trop le manche et fini par cracher l’avion (essayez donc sur un simulateur de col). Si le pilote avait lu les instruments avancés, tous les instruments avancés, pas un seul chiffre, et avait été à même de les comprendre et pu agir en conséquence, il aurait évité le crash.

    Ah oui, j’y pense, question politique, combien de morts directs au maximun ?

    Et enfin, il faut essayer de comprendre ce qu’est une croissance exponentielle et non linéaire. Au début l’accélération est plus lente qu’une droite inclinée (linéaire) et puis progressivent cela s’accélère et la pente de croissance se rapproche de la verticale, laissant sur place toute croissance linéaire.

    Le doublement du nombre de cas d’abord lent fini par s’accéler. L’intervalle de temps pour chaque doublement devient de plus en plus court. Au fur et à mesure on part de plus haut (par exemple de 300 au lieu de 30) ET l’on passe de 300 à 600 plus vite que de 30 à 60 ! Le principe est indépendant du taux de croissance (Re).

    Le racourcissement du temps de doublement est dangereux. En effet, vous ne pouvez vous dire qu’il y a lieu de ne prendre aucune mesure tant qu’il n’y a pas trop d’hospitalisations ou de morts. Car lorsque vous arriverez à cette conclusion, il sera trop tard pour réagir efficacement. Si le doublement est de 15 jours -et on va y arriver assez vite- vous avez déjà dans le couloir de la mort le double du nombre de morts que vous constatez comme étant la limite admissible.

    Il faut donc laisser filer le taux de personnes contaminées avec discernement, c’est-à-dire suffisamment lentement pour en appréhender le résultat, qui est largement imprévisible puisque dépendant, entre autre, du comportement de la population qui l’hiver se rapprochant va changer.

    A dans 15 jours.

  28. Mme Sandoz a sans doute négligé d’aérer sa villa et le taux excessif de CO2 lui est monté à la tête ! Elle ne connait pas bien le processus de la respiration …
    Elle a aussi oublié qu’en tant que parlementaire elle a contribué à établir la législation qui sert de base pour les décisions gouvernementales !
    Plus sérieusement, les autorités préfèrent prendre des mesures excessives plutôt que se voir reprocher de provoquer des décès inutiles . En Suède, des gens protestent contre le gouvernement leur reprochant d’avoir tué des citoyens par leur laxisme .
    Ces deux postures opposées montrent le contraire d’un complot international …

    1. Des décès inutiles ? Bientôt ceux des “gagne-petit” ayant perdu leur maigre revenu et ceux des dépressifs et désespérés passant à l’acte dans ce climat anxiogène imposé.

  29. Evidemment qu’il y a un complot de plus en plus visible ou “matérialisé” et trois types de personnes: ceux et celles qui sont réveillés depuis un certain temps et “observent”, celles et ceux qui se réveillent actuellement et commencent à comprendre l’ampleur du mensonge et “agissent” et celles et ceux qui sont toujours endormis et ne réfléchissent pas par paresse ou plutôt par peur de voir la vérité en face.

    Ce qui est flagrant est que de plus en plus de monde se réveille et le processus étant entamé, il n’y aura aucun retour en arrière possible. Le clivage entre “complotistes” (gens qui réfléchissent ou commencent à réfléchir par eux-mêmes) et les endormis va s’accroître pendant un moment avant un cataclysme absolument certain (ceux qui sont aux pouvoir ne vont pas laisser tomber et comme dernière arme, une fois la propagande et censure épuisées, n’auront plus que le chaos complet, par exemple en supprimant complètement toute information, “bug” internet global et/ou guerre ou ce type de choses).

    Il est d’un côté réjouissant que les masses se réveillent et il est inquiétant de voir que le “système” actuellement en place est poussé dans ses derniers retranchements (censure etc.) et qu’on arrive gentiment au bout du tout & au chaos (avant rétablissement définitif de l’ordre et de la justice réels).

    Pour ceux qui veulent des noms il suffit de vous ouvrir un petit peu et penser par vous-même et vous trouverez facilement (piste pour commencer: Rotschilds, Rockefeller, familles royales, Bilderberg, etc.).

    PS: Les gens qui sont encore endormis avec ce qui se passe actuellement sont à mon humble avis des cas “perdus” et seule une situation finale et drastique type dictature généralisée peut éventuellement les faire changer d’avis – la technique de l’autruche étant fortement ancrée dans le mental humain. Pour ceux qui “agissent”, continuez de le faire mais ne perdez plus de temps à essayer de réveiller tout le monde – concentrez-vous sur ceux qui sont en cours d’éveil – pour les autres la vie va s’en charger.

    Ce journal étant devenu ce qu’il est (type moderne de propagande stalinienne), je ne peux qu’encourager les quelques bloggeurs éveillés ou en cours d’éveil de continuer leur travail d’information car la tâche n’est pas facile et le temps presse. Et ce n’est pas parce que les endormis font plus de bruit qu’il n’y a pas un retournement de situation exponentiel entrain de s’opérer. La majorité silencieuse est là, elle lis, pèse et sous-pèse, et gentiment mais sûrement se réveille.

    Une seule chose est certaine: la décennie qui va suivre va être extrêmement intéressante.

    1. Alors que de nombreuses roues tournent actuellement dans le vide ou cherchent un sens à leur rotation, en voici une qui fait parfaitement le tour de la question, droit sur son axe. Merci, je souscris !

  30. Le titre de ce blog m’a beaucoup plu.
    Français aimant la Suisse je trouve :
    – Que l’utilisation statistique qui est faite par les politiques des résultats issus de la multiplication de tests inexistants en mars-avril est absurde et en tous cas indigne de ceux qui la répande parfois mécaniquement;
    -Que seuls les critères de surmortalité voire d’hospitalisation liée au covid devraient rentrer en compte pour les politiques avant de décider de la généralisation du port du masque notamment en milieu ouvert;
    -Que la capitalisation boursière des “pharmas” interroge au moins autant que la situation officiellement assainie à Wuhan, “berceau” du “fameux” labo franco-chinois ou plutôt chino-français…

    1. Monsieur.

      En présence d’un processus à croissance exponentielle il faut être prudent et laisser monte l’incidence de la maladie progressivement en observant ce qui se passe en ville, dans les hôpitaux et à la morgue (paramètres décisifs). Il faut donc prendre des mesures en cas d’augmentation trop rapide de l’incidence pour permettre, compte tenu du décalage temporel entre contamination et éventuel décès, une observation des paramètres décisifs. Cette lenteur s’impose d’autant plus que le laps de temps nécessaire au doublement de l’incidence diminue.

      Il faut donc laisser monter l’incidence aussi lentement que nécessaire, mais aussi vite que possible.

      Mais c’est au pouvoir politique qu’il incombe de fixer les paramètres décisifs, notamment la mortalité directe admissible. Ce qu’il ne veut pas faire. La population non plus d’ailleurs.

        1. Non. 28 décès attribués au coronavirus en Suisse au mois d’août 2020. A peu près le nombre de décès survenus entre le 1er juin et le 31 juillet (2 mois).

          1. Et l’incidence Vaudoise augmente de manière trop rapide. Perte de contrôle qui ne peut que conduire au confinement (localisé).

          2. 28 décès en août à comparer aux plus de 4620 morts du mois d’août toutes causes confondues!
            Combien y a-t-il de morts chaque année en Suisse?
            En 2015, environ 2200 décés ont été attribué à la grippe saisonnière.
            Combien pour le Covid cette année?
            Vite, il faut enfermer tout le monde, imposer le masque partout, confiner, vacciner…
            Au fait, ils font comment les Suédois qui viennent même de lever les restrictions de visites aux personnes agées, sans masques et sans rien.

            On voit d’ailleurs bien que tout cela est une farce (de mauvais goût j’en conviens). Les Britanniques interdisent les réunions à plus de 6 (wouaaa, c’est quasi walking dead dans le pays) et en même temps les Suédois suppriment leur avertissement concernant les déplacement en UK et presque tous les pays d’Europe d’ailleurs …

  31. Extrait sur le site de l’OFSP:
    “L’infection au nouveau coronavirus peut être dangereuse pour certaines personnes, car elles peuvent développer une forme sévère de la maladie. Sont vulnérables :
    – les personnes de plus de 65 ans (environ 25% de la population)
    – les femmes enceintes (environ 1.5% de la population)
    les adultes atteints d’une des maladies suivantes :
    – hypertension artérielle et maladies cardio-vasculaires (environ 7% de la population)
    – diabète (environ 8% de la population)
    – maladies chroniques des voies respiratoires (environ 1% de la population)
    – cancer (environ 6% de la population fait annuellement l’objet d’un diagnostic nouvellement établi)
    – une faiblesse immunitaire due à une maladie ou à un traitement (environ 2%)
    – obésité de classe III (comorbide, IMC ≥ 40 kg/m2) (environ 10 à 15% de la population selon les régions / pays..)”.

    Certaines personnes cumulent plusieurs catégories (p. ex. obésité + diabète + hypertension artérielle), donc on ne peut pas simplement faire la somme de ces chiffres pour déterminer statistiquement la proportion de population à risque dans nos sociétés. Cependant, on peut estimer que ce groupe à risque représenterait entre 35% et 40% de la population qui ne sont certes pas touts égaux devant le virus. Pour ce groupe à risque, le taux de léthalité au Covid-19 varie entre 2% (essentiellement personnes âgées, mais ne souffrant pas spécifiquement d’une forme sévère de maladie) à >50% pour les malades souffrant, par ex. de faiblesse immunitaire due à une maladie ou à un traitement, en passant par un taux de léthalité de 20% pour les diabétiques qui seraient contaminés.
    Ceci dit, la question philosophique qui se pose, c’est le choix de doctrine que l’on veut adopter dans nos sociétés.

    Choix 1. Puisque environ 60% de la population n’est pas spécifiquement à risque (léthalité bien inférieure à 1%, bien que les effets secondaires constatés sur la plupart des malades du virus dans cette catérogie de pop. soient loin d’être négligeables..), on pourrait laisser librement circuler cette catégorie de personnes, le nombre de contaminés probables nécessitant une hospitalisation ne représentant vraisemblablement pas une valeur critique qui mettrait notre système de santé dans une situation ingérable, du moins en Suisse. En contrepartie de cette liberté totale retrouvée pour 60% de la population, les 40% du groupe de personnes à risque devraient être strictement confinées, l’environnement extérieur dans ces conditions quasi libertaires représentant un danger extrême pour elles.

    Choix 2. On impose des mesures (si possibles efficaces et intelligentes à tous (ceci est un autre débat au vu de certaines décisions récentes dans certains pays comme le port du masque obligatoire là où le risque de contamination est virtuellement nul, pour autant que les distanciations soient respectées..!) afin que l’ensemble de la population – les personnes à risque comme les personnes à risque restreint – puissent vivre dans un cadre de normalité le plus élevé possible et que les activités connexes (économie, commerces, loisirs, arts etc..) soient le moins impactées possible.

    Les récentes manifestations anti-masque rassemblent un très large spectre de participants, regroupant ceux qui aspirent simplement à ce que des mesures plus cohérentes et transparentes soient appliquées, jusqu’aux mouvements libertaires, les groupes conspirationnistes et autres complotistes qui nient l’existence même du virus assorti d’une vision paranoïaque de la situation, sans parler des mouvements extrêmes et nauséeux dont la vision eugénique s’apparente à un nettoyage de la population par l’élimination naturelle des plus faibles.

    Dans cette crise, je regrette également la confusion alimentée par les milieux scientifiques, dont la course à une éphémère notoriété pousse à publier des études parfois orientées, souvent contradictoires si ce n’est bancales et qui ne font qu’alimenter l’insécurité de la population dont une partie se réfugie alors dans la facilité de thèses absurdes et même dangereuses, au simple fait que ces dernières peuvent conforter leur sentiment d’insécurité.

    Et à quand un vrai travail sérieux de journalisme neutre et indépendant sur la question, avec des dossiers étayés de faits et de vrais débats contradictoires qui confrontent les points de vue de manière structurée ? Les propos alarmistes sans aucun recul ni analyse, même sommaire, simplement illustrés de micros-trottoirs indigents et sans aucun intérêt doivent maintenant cesser !

    1. Les critères mis en avant demandent à être précisés. Asthme, hypertension et diabète bien corrigés ne sont pas vraiment des facteurs de risque.

      Ils ne représentent en fait que les facteurs de risque que s’il y a disfonctionnement préalable du système immunitaire. A mon sens, celui-ci peut être partiellement diagnostiqué. Faut-il tenir compte d’un certificat de bonne santé immunitaire ? Le coût est sans doute plus de mille francs. Qui paye ?

      Le syndrôme de tempête cytokinique, qui conduit aux graves complications, notamment pulmonaire comporte un facteur héréditaire. Environ 10 % de la population y serait génétiquement prédisposé.

      Le sexe aussi est un facteur de risque, presque deux hommes pour une femme.

      Discrimination fondée sur l’âge, le sexe et le patrimoine génétique. Cela devrait amener à relire l’article 8 de la Constitution fédérale.

      1. Que dire de notre magnifique pyramide démographique ?
        Un futur où les plus de 60 ans, à risque pour un tas de choses, et de moins en moins parents d’enfants, seront les votants majoritaires, à quoi cela ressemblera-t-il ?
        Je pense qu’on va vers une désolidarisation générationnelle (pour rester pudique) majeure.

  32. Chère Madame Sandoz, Vos propos me choquent profondément. Que sait-on sur ce virus? pas grand chose. Que sait-on sur les séquelles qu’il laissera peut-être chez les personnes qui l’ont contracté, même si celles-ci sont restées peu voire asymptomatiques? pas grand chose non plus. Nous sommes tous (vous aussi) embarqués malgré nous dans cette galère et le port d’un masque ne me semble pas relever du surhumain si c’est pour contribuer, tous ensemble, à ce que le virus se propage moins en attendant d’en savoir plus.

    1. C’est étonnant que vous affirmiez ne pas savoir grand-chose, alors qu’on en sait déjà beaucoup à propos de ce virus et qu’il y a rarement eu autant d’informations en aussi peu de temps au sujet d’un virus… Lisez par exemple, pour commencer, l’article du Pr. Beda Stadler, de l’université de Berne (son titre en anglais « Why everyone was wrong »).

    2. C’est curieux: nous avons tous encore dans l’oreille les propos de monsieur le Conseiller fédéral Berset affirmant que le masque ne sert à rien.

    3. Vous poussez le risque 0 à l’extrême. C’est intéressant, car un complotiste peut utilisez exactement les mêmes arguments. Par exemple: que sais-t-on sur les dommages à la santé que le vaccin laissera peut-être sur les personnes qui se sont fait vacciner, peut-être dans 10 ans ? Ou êtes-vous prêt à dédommager de votre poche les personnes victimes d’éventuelles conséquences négatives dues au port du masque ? Ou encore que sais-t-on sur les séquelles que la 5G provoquera peut-être chez les gens ?

      Les complotistes raisonnent exactement comme vous…

  33. Moi je me demande qui essaye de faire peur?
    Les masque servent à rien on est entrain de mourir. Les pays asiatique on l’habitude d’avoir le masque la journée avant le covid-19 et ils sont pas morts.
    Ils veulent nous forcer à un vaccin qui va nous tuer. Donc vous savez déjà quel vaccin va être utilisé et comment il est fait. Vous le gardez pour vous?
    L’état nous manipule mais pour quelle intérêt ? Il paye les entreprises pour éviter les faillites et les licenciement. Je suis pas dans la finance ni dans le médical mais ce que L’état nous demande de faire n’est pas d’avoir peur ni de gagner des sous. Il essaye des choses des fois pas très logique mais en attendant j’ai pas peur de L’état et de se qu’il nous demande mais plus par des gens comme vous qui on peur et crée une peur ou il y a pas à avoir.
    Courage madame et monsieur les créateurs de peur perso j’ai pas peur de vous ni des autres je vis ma vie avec plaisir en faisant attention à ma santé et à celle des autres.

  34. Merci Madame Sandoz pour votre éclairage critique. Les articles lus dernièrement dans les journaux suisses (dont Le Temps) et internationaux, me semblent en manquer cruellement.
    Je ne comprends pas cette acceptation passive de l’autorité devenue arbitraire.
    Quelle étrange époque dans laquelle nous vivons…

    1. “L’autorité” devenue arbitraire… Dites vous.

      Quelle autorité voyez-vous? Il n’y a plus d’autorité. Ou alors cette autorité est décriée. Elle n’est plus crédible.

      Je rappelle les déclarations du Conseiller fédéral Berset sur les masque qui ne servent à rien. Un menteur pareil, qui peut encore le croire? Il n’y a plus d’autorité.

      Seules des personnes comme madame Sandoz, qui n’ont pas menti, ont encore une autorité.

  35. Merci beaucoup Madame Sandoz pour votre texte !
    Je ne suis pas forcément un de vos admirateurs, mais le bon sens ayant quitté la majorité des “décideurs”, il est bon de parler vrai.
    Aujourd’hui avoir un avis différent signifie être un complotiste, voir un nazi si on est allemand (cf grosse manif d’hier à Berlin avec un discours édifiant du neveu de JF Kennedy !, 60 ans après “LE” discours).
    Comparé à mars-avril, nos hôpitaux sont vides, mais les seuls chiffres enumérés, où presque, sont ceux des cas positif, qui sont presque toujours sans conséquences.
    Oui la big pharma et les médias nous vendent de la peur, pourquoi? Pas besoin de faire de grandes études pour avoir la réponse.
    Les Pays Bas n imposent pas le masque, étonnant ! En France la répression et la peur est omniprésente. En Suisse le bon sens n’est plus autant présent.
    Quelles seront les conséquences de la peur? Hôpitaux psychiatriques débordés, dépressions, isolements encore plus présent, evidemment je ne parle pas du chômage ! Comment est-ce que les bébés vont faire pour vivre avec un entourage de personnes masquées??
    A part ça, environ 99.8% des Suisses ont survécu au Covid-19: parlons-en !

  36. Chère Madame Sandoz,
    Merci pour votre dernier message du 29.08. Travaillant dans un service de traumatologie, je puis vous affirmer que ce climat anxiogène propag(and)é par les autorités et la presse provoque de plus en plus de tentamens chez les jeunes, qu’il faudra aussi comptabiliser dans la pesée des intérêts de cette hystérie du risque zéro.

    1. @NICOLE VERDAN

      Je pense que vous devriez préciser qu’un ‘tentamen’ signifie une tentative de suicide. Ca n’est pas évident pour tout le monde, même moi qui ai fait du latin.

      Donc nous sommes bien d’accord: le climat de peur que nos autorités incompétentes entretiennent pour faire plaisir aux intérêts pharmaceutiques, provoque des quantités de tentatives de suicide.

      Il y a de quoi se révolter. Où et quand a lieu la prochaine manif anti-masques?

      1. …..
        Effectivement, j’ai intentionnellement omis de définir le mot ou d’utiliser le terme de “tentative de suicide” pour ne pas rajouter une couche à la morbidité ambiante. Mais aujourd’hui encore une collègue infirmière dont la fille est psychologue m’a dit que les cabinets de psychiatres et psychologues regorgeaient de patients actuellement.

        La prochaine manif anti-masques a lieu le 12.09 à Genève dès 14h, et je compte bien m’y rendre. La presse a minimisé le nombre des manifestants de la semaine dernière à Berlin, et probablement l’a-t-elle également fait pour celle de Zürich samedi dernier.

    2. Bonjour,

      En effet, il convient de peser toutes les conséquences d’une décision avant de la prendre. Cependant, à cette échelle, les incidences sont telles qu’il faudrait être omniscient pour toutes les connaître. Qui vous dit qu’il y a plus de victime de ce climat anxiogène que si aucune mesure particulière n’avait été prise ? Sûrement pas les italiens ou les brésiliens.

      Je ne pense pas que l’obligation de porter le masque soit une « hystérie du risque zéro », il ne faut pas exagérer.

  37. Pour mettre les pendules a l’heure, la dernière interview du professeur Péronne, qui connaît mieux le sujet que le Jacques de Haller & Cie.

    m.youtube.com/watch?feature=emb_logo&v=IBFT9CTIEjk

  38. Petite sujet de réflexion pour tous: Qui a intérêt à la suppression des masques ?
    Indice: La reconnaissance faciale doit être fortement perturbée par ceux-ci !
    Réponse: ???

    1. La reconnaissance faciale sera pour les vaccinés qui n’auront plus l’obligation de porter un masque. Les autres seront suspects d’office et n’auront de toute façon pas l’autorisation de se déplacer dans des aéroports ou autres grands lieux de consommation, cf. Apocalypse 13, verset 17. Tenons-nous les coudes !

  39. Quand une réflexion collective n’est plus possible c’est la démocratie qui se fragilise. On tombe dans des positions manichéennes inquiétantes: les anti ou les pro hydroxychloroquine, masque ou pas masque. Merci Madame Sandoz pour votre réflexion et cette possibilité que vous offrez de pouvoir penser plus posément notre réalité sociale. A part ça, un peu déçu des journalistes du Temps qui par rapport aux statistiques et aux discours clivés ont de la difficulté à prendre du recul: voir les derniers articles autour de l’hydroxychloroquine.

    1. Je vous conseille la lecture de l’article intitulé:
      “On va s’occuper de vous !” Des chercheurs harcelés suite à leur étude concluant à l’inefficacité de l’hydroxychloroquine
      Sur RTBF (Belgique).

      1. Bonjour,
        Etant Docteur en biologie cellulaire et moléculaire et cadre scientifique de profession, j’ai eu la curiosité de lire cet article scientifique. Deux points principaux m’interpellent:
        – Je suis premièrement surpris que sur plus de 800 études sur le sujet, uniquement 29 études ont été considérées comme intéressantes et rentrant dans les critères d’acceptations de leur méta-analyse, cela est vraiment peu! Je me pose donc des questions sur la méthodologie utilisée.
        – Deuxièmement, l’un des principaux auteurs est inscrit comme rattaché à l’hôpital Bichat. Il est intéressant de voir que dans la rubrique “conflit d’intérêt personnel et institutionnel” il n’est pas mentionné que ce même auteur fait en fait partie de “Imperial college London”, université Britannique mondialement connue mais qui malheureusement est financée par la Fondation Bill et Melinda Gates. Dernier versement en mars de cette année pour la modique somme de 79.000.000 de Dollars.
        Bonne journée.

        1. Bonjour,
          Lorsque l’on voit le nombre d’études non randomisées publiées, on comprend bien que seules quelques-unes respectent les critères scientifiques admis. Et remarquez aussi que le prof. Raoult est loin de n’avoir aucun intérêt dans ces débats !
          Je vous renvoie aussi à la tribune “halte à la fraude scientifique” signée par plus de 1400 personnes, dont la plupart sont des scientifiques.
          A choisir, préférons la dexaméthasone assez efficace et peu contestée !!!

  40. Bonjour Madame Sandoz, vos articles sont toujours aussi pertinents et au nom de l’Association Santé Suisse nous vous en remercions. Dr. med. Christian Zürcher a été interviewé cet après midi pendant une heure de temps à ce sujet pour qu’il en ressorte malheureusement qu’une minute de reportage au 19:30. Pour ceux qui se demandent encore ce qu’ils peuvent faire contre toute cette hypocrisie de notre gouvernement, faites un tour sur notre site stop-covid-19-law.ass-vgs.ch/3e-lettre-ouverte-au-parlement pour consulter la lettre du Dr. Zürcher adressée au Parlement avec mise en garde des dérives et explications de faits importants qui ont été soit ignorés, soit mal interprétés. Sur la page des liens vous trouverez aussi une liste de toutes les initiatives de citoyens, de groupes, d’associations qui comme nous et comme vous Mme Sandoz sont contre le port du masque en permanence.

    1. Bonjour Madame Seydoux. Le cas du dr Zürcher me semble intéressant: dans ce que j’ai lu (pas encore tout), il mélange habillement remarques de bon sens et contre-vérités scientifiques. En particulier, il invente des CoronaVirus15, 16, 17,… pour dire qu’ils étaient sans dangers et en déduire, sans aucune raison, que le 19 n’est pas dangereux ! Dans son cabinet, ou plutôt sa société Medic Integral sàrl, Il doit probablement faire de même et mélanger homéopathie et traitements scientifiques.
      Santé Suisse émane, me semble-t-il, des assureurs maladie. Auraient-ils intérêt à ce que les EMS, qui leur coûtent horriblement cher, se vident un peu ? En ce cas le port du masque irait contre leur intérêt ! Mais, je vous l’accorde, personne ne veut de masque en permanence.

      1. Je soutiens fortement votre initiative de fact checker ASS-VGS et d’analyser leurs visées. J’avais commencé à construire une réponse mais ne l’ai pas envoyée, du moins pour le moment, par manque de temps. Le moins que l’ont puisse dire c’est qu’il y avait à redire.

  41. A ceux qui cherchent ce à quoi va correspondre un vaccin , on trouve sur youtube l’interview de la Dr. Carrie Madej qui nous parle de l’entreprise Moderna. Ces dires se recoupent avec les prévisions que
    nous pouvons trouver sur le site du WEF de Davos , sous l’onglet Covid le futur qu’on nous prédit ou peut-être est-ce déjà organisé!
    On y parle de “Big reset” c’est intéressant.

  42. Madame le professeur honoraire,

    Votre note de blog date du 29 août 2020 et vous vous demandez où sont les morts ?

    J’ai déjà relevé qu’il y avait eu 28 morts en août 2020 et estimé que le nombre de morts dépasserait 50 en septembre. En ce 11 septembre 2020 voilà qui est garanti quelque soient les mesures adoptées. Au vu de l’insuffisance des mesures (VD) ou de leur non respect (GE), ce chiffre sera largement dépassé.

    Ces insuffisances sont lamentables sous l’angle des libertés publiques. Faute d’admettre des restrictions modérées l’on se dirige vers des mesures lourdes ou de nombreux morts. Que préférez vous ? Je pense que les vieilles et les vieux, en EMS ou non, ainsi que les fragiles ont droit à la vie. Notre constitution fédérale le proclame et proclame une égalité renforcée en matière d’âge ?

    Votre credo libéral n’est-il qu’économique ou votre capacité d’anticipation inexistante ?

    Ma question est rude. C’est certains. Mais les morts évitables c’est un échec de notre civilisation.

    Si l’un des vôtres est en EMS faites tout ce qui est possible pour l’en sortir !

    1. “Les vieilles et les vieux, en EMS ou non, ainsi que les fragiles”, comme vous l’écrivez si poétiquement, ont le droit de choisir s’ils veulent vivre séquestrés ou non.

      1. Bien entendu, pour autant qu’ils ne compromettent pas la vie des autres, notamment en saturant les hôpitaux. Le droit à la vie des uns peut justifier des restrictions de liberté imposées aux autres. Je ne tiens pas à revivre la situation de cet été où les laboratoires de pathologie tournent à plein régime pour examiner des extirpations tardives, souvent cancéreuses.

        C’est pour cela qu’il faut limiter la circulation du virus dans la population générale. Autrement, la situation pour les vieux, vieilles et fragiles est inquiétante car si trop de fragiles arrivent dans les hôpitaux on finira pas les consigner à domicile.

        Alors non, que l’on ne nous emmerde pas avec les “Y’a a pas (assez) de morts” (désolé Madame mais votre contribution n’est vraiment pas à votre hauteur) et les clostro du masque.

        Quant à l’expression “vieux et vieilles”, je la maintiens, elle est plus affecteuse que “personnes âgées” ou “personnes ayant atteint l’age ouvrant droit à la rente AVS.”

        Enfin, il faudrait mettre à disposition des susdites personnes des masques quasi-FFP2, simples d’emploi, qu’ils soient suisses ou importés (et vérifiés, comme l’Autriche le fait pour chaque série d’importation). Ainsi elles pourraient s’auto-protéger.

    2. Il vous reste à définir le terme de “mort évitable”. Car vous oubliez qu’éviter des mort a généralement un coût, qui n’est pas seulement économique, mais aussi en terme de liberté et de qualité de vie.

      Aborder cette question est mal vu et il est beaucoup plus simple de se draper dans une position morale facile qui postule que la “vie n’a pas de prix et toute mort doit être éviter”. Or cette position est parfaitement hypocrite, car cela ne correspond pas à la réalité. Tous d’après ce que nous faisons ou ne faisons pas, par nos décisions sommes plus ou moins responsables (collectivement ou individuellement) de la mort d’autres personnes ou susceptible de causer cette mort.

      Quant à l’insuffisance des mesures, je vous laisse expliquer en quoi les mesures sur Vaud sont si différentes SUR DES POINTS ESSENTIELS des mesures prises dans les autres cantons. On voit aussi le résultat des mesures beaucoup plus strictes prises en France ou en Espagne. Ca ne semble pas très brillant.

        1. Mais… ramené au nombre d’habitants, Vaud fait mieux que Genève mais moins bien que Zürich (cf les statistiques très développées de w3 corona-data .ch)

          1. Quelles données de corona-data.ch ? Les incidences les plus actualisées sont (source euro.who.int, rubrique subnational):

            VD (en hausse dès lors que 2 fois 109.87 >186.82)
            14-day incidence 186.82
            7-day incidence 109.87

            GE (en baisse dès lors que 2 fois 58.86 <127.53)
            14-day incidence 127.53
            7-day incidence 58.86

            ZH (stationnaire)
            14-day incidence 61.61
            7-day incidence 30.90

            Ainsi Genève a pris des mesures qui ont porté et ZH a été bien plus efficace.

            Au vu de la percolation entre les strates (stratification par âge) et de l'inertie qui ralentit fortement l'effet de toute mesure, il faut s'attendre à une forte augmentation du nombre d'hospitalisation et de décès dans le canton de VD.

          2. Je crois utile de rajouter que les chiffres OFSP sont en matière d’incidence sur les 14 derniers jours

            Suisse+FL : 58.5
            Zurich : 60.9
            Genève : 126.3
            Vaud : 191

    3. J’accepte 20’000 morts.
      A 200000 morts, je trouverai qu’on pourra commencer à faire quelque chose.
      A 2 millions, je serai d’accord avec un confinement et des mesures de police.

      Mais à 2000 morts ??? C’est peanuts !

      1. On a pourtant une norme de fait : le nombre de morts sur les routes. On fait tout ce que l’on peut pour diminuer leur nombre qui est d’environ 190 par année. C’est 10 fois moins que peanuts !

        1. Malheureusement pour vous, je crois que penser qu’il suffit de mettre en place quelques contraintes pour pouvoir vivre plus ou moins normalement et garder le virus sous contrôle est quelque peu naïf. On a déjà essayé, ce qui a permis de ralentir fortement le virus, mais on voit que ça ne marche pas, car le virus revient et qu’on va se retrouver au même point qu’avant.

      2. Intéressant ! Confiner lorsqu’un quart de la population est décimée…
        pas besoin d’avions de combat avec vous ! Plus d’armée par manque d’effectifs !
        Cela dit, je comprends votre point de vue qui permettrait d’atteindre les objectifs carbone ? Ou alors on remplace les morts par une politique d’immigration plus souple. Vous allez peut-être finir par me convaincre avec vos idées de gauche…
        Allez, pas de confinement avant 5 mio de morts ! Qui dit mieux ?

  43. – Nombre de morts par année sur la route: env. 500
    – Nombre d’homicides en moyenne par année: env. 50 + 150 tentatives.
    – Nombre de morts dans des conflits armés sur le territoire: 0
    – Nombre de morts dans des attentats sur le territoire: 0

    …et pourtant combien de lois liberticides (le port de la ceinture, les visites pérodiques, les contrôles, les radars, etc), intrusives et de surveillance dans ces domaines ! Suggerez vous que l’armée, la gendarmerie et la police devraient être être supprimés ? (“2000 morts, c’est peanuts”). Ah non sinon les accidents, les crimes et les attentats augmenteraient rapidement.

    On pourrait aussi booster le pouvoir d’achat en allégeant les normes: règles sanitaires alimentaires (une chance sur 10’000 de décès lors d’un repas ?), des voitures avec des freins moins efficaces (une chance sur 100’000 ?), des avions moins sûrs (une chance sur 1000), des médecins moins formés (une chance sur 100 de décès), des médicaments et vaccins non testés (une chance sur 1000 ?), etc

    Franchement, pourquoi ces rappels de produits défecteux qui auraient pû eventuellement faire quelques morts par année ? Quel gâchis !

    Nous vivons dans une société qui a placé la barre assez haut en matière de sécurité car il n’est effectivement pas acceptable qu’un nourrisson décède en avalant une petite pièce de son jouet. Est-il plus acceptable que quelqu’un décède du Covid en allant travailler car ses semblables ont manqué de respect aux règles sanitaires de base ?

    Supprimez ces mesures et vous allez avoir le plaisir de retrouver les morts qui semblent vous manquer.

    La proportionalité ?… eh bien si l’on appliquait les mêmes ratios d’aversion au risque que dans les domaines cités plus haut: nous serions confinés en permanence !

    Le port du masque dans les situation à risque et le respect de quelques règles sanitaires, ce n’est pas cher payer pour pouvoir continuer à vivre le plus librement possible sans infecter ses semblables.

    Nous avons la mémoire courte: pour reprendre le contrôle au printemps, nous avons perdu notre liberté, des vies et, certains, leurs emplois. C’était un avertissement. Le nombre de cas et les hospitalisation reprennent. La mortalité commence à suivre. Nous avons deux options: 1) maintenir le virus sous contrôle et trouver un équilibre pour vivre le plus normalement possible au prix de quelques contraintes; 2) Laisser la situation dégénérer et revivre une perte totale de liberté dans quelques mois.

    Nous saurons prochainement si nous méritons notre appellation d’Homo Sapiens.

    1. Nous avons deux options:
      1) maintenir le virus sous contrôle et trouver un équilibre pour vivre le plus normalement possible au prix de quelques contraintes;
      2) Laisser la situation dégénérer et revivre une perte totale de liberté dans quelques mois.

      Ou bien laisser les plus faibles (ce qui comporte la prise en compte de données physiologiques mais aussi des moyens financiers) mourir. Lorsque l’on voit des jeunes policiers ne rien faire face à des comportements dangereux, illégaux et pénalement réprimés, on peut se demander si ce n’est pas à ce quoi on va arriver. Eugénisme, sélection naturelle ? Certains ne sont pas contre.

    2. Vous raisonnez comme si les deux options proposées étaient les seules possibles. Or ce n’est pas le cas. On peut penser ce que l’on veut du modèle suivi par la Suède, mais on a un exemple clair que d’autres options sont possibles.

  44. Le nombre d’hospitalisations est en hausse constante. La saturation des hôpitaux n’est qu’une question de temps. D’autres pathologies ou un accident deviendront alors mortels par manque de place.

    Après le déni et la colère, il faudra trouver un équilibre et cohabiter avec ce virus. On en connaît maintenant un peu plus pour pouvoir éviter des mesures extrêmes comme au printemps. Difficile toutefois de placer le curseur au bon endroit pour permettre à la société de fonctionner le mieux possible: préserver nos libertés sans retomber dans le chaos.

    Mais il reste encore beaucoup d’inconnues: durée de l’immunité, efficacité d’un vaccin (durée et niveau de protection), effets des mutations du virus à moyen et long terme etc. Il est probable que l’immunité ne devrait pas dépasser un an et que le virus est plus actif pendant l’hiver (comme une grippe saisonnière). Tout cela devra être confirmé dans l’année à venir.

    Difficile donc de faire des prédictions: le virus peut disparaître à terme ou devenir plus dangereux. Est-ce que la solution sera une vaccination chaque année pour la population à risque ? Quelle en sera l’efficacité ? Est-ce qu’un autre traitement sera disponible ?

    Ce qui semble certain, c’est que la société va être marquée durablement. Certaines activités vont être difficiles voire impossibles, il faudra s’adapter.

    Plus qu’une théorie du complot, je n’aimerai pas être à la place de nos autorités. Quoi qu’elles fassent, elle seront critiquées augmentant ainsi le danger qu’une formation politique autoritaire n’en profite pour prendre le pouvoir. Le virus aurait alors sonné le glas de notre démocratie !

    1. Qu’entendez-vous par immunité ? La présence d’anticorps que l’on qualifie de neutralisants ou bien une mémoire cellulaire permettant une réaction immunologique rapide ? Permettez-moi de mettre en avant le fait que la simple réaction immunologique rapide diminue la transmission du virus par la personne ré-infectée et la transmissibilité moyenne générale du virus.

      C’est ce qui peut donner bon espoir à ceux qui ont connu une vague importante et, peut être, expliquer ce qui semble être le phénomène actuel suédois. Cela devrait aussi conduire à penser que celui qui a été infecté devrait se laisser réinfecter, sauf à supputer un phénomène du genre Dengue.

      En tout les cas il faut serrer la vis. Vaud s’y met tardivement. Espérons que cela soit mieux appliqué qu’à Genève.

      Une question se pose : Faut-il dénoncer les tricheurs à l’autorité ? Après tout on ne va pas leur couper la tête et ils méprisent la vie de leur prochain.

      1. @CEDH
        L’épidémie est terminée. Le virus a perdu sa virulence. Il faut çesser toutes les restrictions liberticides et qui détruisent l’économie, brisant des existences.

        Ce que vous appelez des tricheurs n’en sont pas. Vous appelez à la répression des victimes et non des coupables.

        Les criminels sont ceux qui ont refusé de soigner les patients par le seul médicament ayant fait ses preuves. Ceux qui doivent impérativement être poursuivis pénalement sont ceux qui se sont opposés à la prescription d’hydroxychloroquine. Ils se sont rendus coupables de mise en danger de la vie et de la santé d’autrui ce qui est puni par l’article 128 CPS.

        On pouvait et on peut encore éviter l’engorgement des hôpitaux, le confinement et les conséquences économiques tragiques qui en découlent en soignant immédiatement les patients symptomatiques par l’hydroxychloroquine et l’azythromycine. L’efficacité de ce traitement est prouvée depuis le début, mais elle a été contestée par des études frauduleuses commanditées par Big Pharma. Désormais le doute n’est plus permis. Le protocole Raoult a démontré son efficacité.

        Il est temps que la justice passe. Ces délits sont poursuivis d’office.

        1. Le virus a perdu de sa virulence ? Que nenni. Il se propage et il tue. Ce mois ci cela sera en Suisse le triple ou le quadruple des morts du mois passé. Quant à votre miraculeux traitement, il est promu par un individu qui a commencé par dire qu’il n’y aurait pas de première vague puis, s’étant planté, qu’il n’y aurait pas de deuxième vague. Mais vous avez raisons quand les fragiles auront été décimés et les autres immunisés, le virus disparaîtra. Quant aux mesures actuelles elles devront peut-être être renforcées. Le canton de Vaud a trop longtemps joué avec le feu et Genève fait preuve de laxisme avec les tricheurs.

          Maintenant si cela vous chante de prendre de l’hydoxychloroquine, pourquoi pas ? Un placebo est toujours bienvenu. Mais alors, de grâce, respectez le protocole du marseillais. Trois ECG. Un avant la première dose, un deuxième peu après et un troisième à J+2.

          1. Ce ramassis de mensonges est insupportable.

            Il n’y a pas un mot de vrai. La vérité c’est qu’on veut nous mettre au pas, politiquement, et nous réduire à l’état de zombies par la vaccination obligatoire.

            On ne discute pas avec les complices d’un tel projet.

          2. C’est Robert Kenney Jr qui a défini de la maniere la plus précise le projet dont vous vous faites le complice. RObert Kennedy Jr est médecin. Voici son message à ses patients:

            À tous mes patients,

            Je voudrais attirer votre attention de toute urgence sur des questions importantes liées à la prochaine vaccination contre le Covid-19.

            Pour la première fois dans l’histoire de la vaccination, les vaccins dits ARNm de dernière génération interviennent directement dans le matériel génétique du patient et, par conséquent, altèrent le matériel génétique individuel, qui représente une manipulation génétique, ce qui a été interdit et jusque-là considéré comme criminel. Cette intervention peut être comparée à celle des aliments génétiquement modifiés, qui est également très controversée.

            Même si les médias et les politiciens banalisent désormais le problème et appellent même bêtement au retour à la normale d’un nouveau type de vaccin, cette vaccination est problématique en termes de santé, de morale et d’éthique, mais aussi en termes de dommages génétiques qui, contrairement aux dommages causés par les vaccins précédents, ils seront irréversibles et irréparables.

            Chers patients, après un vaccin ARNm sans précédent, vous ne pourrez plus traiter les symptômes du vaccin de manière complémentaire. Vous devrez vivre avec les conséquences, car on ne pourra plus être guéris simplement en éliminant les toxines du corps humain, tout comme vous ne pouvez pas guérir une personne avec un défaut génétique comme le syndrome de Down, le syndrome de Klinefelter, le syndrome de Turner, l’arrêt cardiaque génétique, hémophilie, fibrose kystique, syndrome de Rett, etc.), car le défaut génétique est éternel !

            Cela signifie clairement : si un symptôme de vaccination se développe après une vaccination par ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne pourrons vous aider, car les dommages causés par la vaccination seront génétiquement irréversibles.

            À mon avis, ces nouveaux vaccins représentent un crime contre l’humanité qui n’a jamais été commis à une telle échelle dans l’histoire. Comme le disait le Dr Wolfgang Wodarg, un médecin expérimenté :

            « En fait, ce vaccin prometteur pour la grande majorité des gens devrait être INTERDIT, car il s’agit d’une manipulation génétique ! »

            Le vaccin, développé et approuvé par Anthony Fauci et financé par Bill Gates, utilise la technologie expérimentale de l’ARNm. Trois des quinze sujets humains (20 %) ont connu un « événement indésirable grave ». …

            Remarque : l’ARN messager ou l’ARNm est l’acide ribonucléique qui transfère le code génétique de l’ADN du noyau cellulaire à un ribosome dans le cytoplasme, c’est-à-dire celui qui détermine l’ordre dans lequel les acides aminés d’une protéine se lient et agissent comme un modèle ou standard pour la synthèse de ladite protéine.

            Robert Kennedy Jr

          3. Et sur le fond de l’affaire, voici la vérité, telle qu’exposée très clairement et de maniere parfaitement convaincante scientifiquement par Robert Kennedy Jr.

            Sera-t-il assassiné comme son oncle pour avoir dit la vérité?

            Explication pour que la population ne soit plus trompée : y a-t-il, ou pas, coronavirus ?

            Éclaircissement

            – 1. LE VIRUS EXISTE-T-IL ? Oui, comme beaucoup d’autres virus.

            – 2. SE SOIGNE-T-IL ? Oui, si vous utilisez les bons médicaments et ne laissez pas votre santé entre les mains de systèmes de santé corrompus et commerciaux.

            – 3. Y A-T-IL DE BONS MÉDECINS ? Oui et beaucoup, certains agissent discrètement en donnant des traitements appropriés, d’autres ont été plus courageux et il existe de nombreuses vidéos sur les réseaux qui parlent de ces traitements, et beaucoup ont déjà été menacés, déclassifiés ou réduits au silence.

            – 4. LES SCIENTIFIQUES ENQUÊTENT-ILS ? Oui, et il y a un syndicat mondial appelé et appelant plus de médecins et de scientifiques appelés Médecins et Scientifiques pour la Vérité, à dénoncer la fausseté du traitement qu’ils ont donné à la question du virus.

            – 5. EST-CE UNE PANDÉMIE ? Non. L’OMS a changé le terme faisant référence à la pandémie, avant que le bogue ne soit diffusé afin de mettre fin à la pandémie.

            – 6. EST-CE CONTAGIEUX ? Oui, comme toute grippe.

            – 7. SI J’ATTRAPE LE VIRUS, EST-CE QUE CELA SIGNIFIE QUE JE VAIS MOURIR ? Non. Si vous avez des symptômes, prenez simplement le médicament approprié dès le premier jour (renforcez votre système immunitaire, prenez des anti-inflammatoires et anti-grippaux) et soignez à la maison.

            – 8. PEUT-IL ÊTRE ÉVITÉ ? Oui, être aussi propre que vous devriez toujours l’être et maintenir un système immunitaire élevé. Et vous avez aussi : thérapie à l’ozone, dioxyde de chlore avec le protocole préventif.

            – 9. LE NOMBRE DE CONTAMINÉS ET DE MORTS DU VIRUS EST-IL CORRECT ? Non. Aux États-Unis, on a découvert que toutes les données représenteraient en fait 10 % de ce nombre, parce que les causes de décès étaient d’autres maladies, et les tests ne sont pas fiables, ils donnent des faux positifs.

            – 10. LES ASYMPTOMATIQUES SONT-ILS DE RÉELS CAS POSITIFS ? L’être humain a de nombreux micro-organismes et virus dans le corps et cela ne signifie pas que vous êtes une personne malade ou infectée, ou que vous ayez le virus, cependant, les virus qui sont censés être « si agressifs » présentent des symptômes chez les patients car le corps déclenche des alarmes d’un corps intrus (fièvre, maux de tête, vomissements, etc.) et selon la théorie de Koch, la réponse est NON.

            – 11. LE VIRUS A-T-IL ÉTÉ CRÉÉ ? Oui, dans un laboratoire.

            – 12. DANS QUEL BUT ? Être l’excuse pour restreindre les libertés, pour changer le système économique actuel en une obéissance du troupeau plus oppressive / asservissante, effrayante et aveugle.

            – 13. BEAUCOUP DE PAYS FONT PARTIE DE CE PLAN MALVEILLANT ? Oui.

            – 14. ALLONS-NOUS NOUS EN SORTIR ? Oui, et tous ceux qui ont contribué aux décès et au plan tomberont et paieront pour ce qu’ils ont fait.

            – 15. DOIS-JE AVOIR PEUR ? Non. La peur abaisse votre système immunitaire et vous rend mentalement contrôlable.

            – 16. LES MÉDIAS FONT-ILS PARTIE DU PLAN ? Oui, les propriétaires de médias sont complices. C’est ce qu’on appelle le contrôle mental.

            – 17. QUE DOIS-JE FAIRE ? Vous vous protégez, et si vous tombez malade vous savez déjà comment vous soigner à la maison, ou avec votre médecin de confiance qui ne s’engage pas dans le protocole d’abandon.

            – 18. DOIS-JE ÊTRE VACCINÉ ? Non. Vous n’êtes pas obligé, si vous restez en bonne santé, les vaccins apportent des produits chimiques, des métaux lourds et une série « d’animaux de compagnie » qui n’affecteront que davantage votre santé à moyen et long terme, à la fois physiquement et mentalement. C’est votre corps, et c’est votre droit d’en décider, ainsi que votre santé physique et mentale. Feriez-vous confiance à un vaccin après la création d’un virus pour anéantir l’humanité ?

            – 19. EST-CE UNE GUERRE ? Oui ! Et nous serons victorieux ! Nous devons être ensemble et réveiller les autres, en leur donnant beaucoup d’informations. « Obligé de porter un masque, mais pas de se taire. »

            Robert Kennedy Jr

          4. On attend vos cheffes sur la mortalité CEDH.
            @CEDH

            Bien sûr qu’il y a quelques morts. Très peu mais il y en a quelques uns comme chaque année lors de la grippe saisonnière. La grippe tue aussi. Mais on ne suspend pas les libertés individuelles à cause de la grippe.

            Si vous vous réclamez des droits de l’homme, ne vous faites pas l’avocat de la dictature.

  45. Madame le Professeur honoraire,

    Les morts, les voilà. Plus de 25 morts attribués au covid-19 en cette mi-septembre, soit le nombre de morts survenus en août. Autant dans le couloir de la mort, qui périront avant la fin du mois et tout ceux qui périront, faute de mesures adéquates, serrées et respectées prises en temps utiles. Nous nous acheminons vers un nombre de morts supérieurs à celui survenu lors de la première vague et la populace voudra lyncher ses dirigeants.

    Pour revenir sur une observation, les personnes fragiles ont bien sûr le droit de périr du covid-19, on a le droit de se suicider. Par contre ces personnes qui agissent sciemment ne doivent pas être accueulies dans les établissements de soin si ceux-ci sont surchargés et il n’est pas question de transformer une fois de plus nos hôpitaux en hôpitaux covid. Quand on tente de se suicider on assume que cela puisse être un suicide.

    S’agissant des EMS la gestion est difficile. Certes, une pensionnaire à le libre choix de sa vie, mais elle n’a pas le libre choix de tuer celles qui ne le veulent pas. Faut-il ségréger les pensionnaires ou les EMS ? Trop tard pour y penser. Cela sera dramatique.

    1. Et ne faudrait-t-il pas aussi interdire les véhicules à moteur aux conducteurs suicidaires et potentiellement criminels, qui tuent davantage que le COVID ? Et leur refuser l’accès aux hôpitaux ?

      1. Non Madame, le covid-19 tue beaucoup plus que la route. Au mois d’août le covid a tué un peu moins du double que la route (en Suisse). Je vous laisse faire l’estimation pour le mois de septembre.

      2. 1765 morts du Covid en 6,5 mois. 200 morts sur la route en 2019. Le Covid tue env. 16 fois plus que la route en Suisse. Si on s’aligne sur les sanctions du code de la route, le non respect des gestes sanitaires devrait être puni plus lourdement.
        En cas de saturation des hôpitaux, il faudrait peut-être interdire l’accès aux hôpitaux aux personnes qui auraient contracté la Covid-19 par négligeance et occuperaient ainsi un lit aux soins intensifs entrainant ainsi la mort de quelqu’un d’autre qui n’aura pas pu être soigné ?

        1. A Genève la poggiesque maréchaussée couvre nombre de tricheur du covid et poursuit sans cesse les auteurs d’infractions à la LCR, brigade spécialisée à l’appui, y compris les dépassements des temps de stationnement, brigade spécialisée à l’appui.
          C’est ce que l’on appelle avoir le sens des priorités.
          Comme cela Genève va rattraper Vaud et l’on va tous finir madrilène.
          Autant dire que le programme de John L. : “Morgue et confinement” sera atteint.

          Est-on légitime à dénoncer les auteurs d’infractions dans le domaine du covid ? Je rappelle que l’article 301 al. 1 CPP donne le droit de dénoncer toute infraction et l’article 301 al. 2 CPP le droit d’être informé, sur demande, sur la suite donnée à une dénonciation. Cela concerne directement les infractions fédérales, mais par renvoi et à titre supplétif, aussi les infractions au droit cantonal. Demander à être informé, c’est mettre la pression pour empêcher l’entrave à l’action pénale et, cas échéant, de pouvoir dénoncer ceux qui entravent l’action pénale (302 CPP; 305 CP).

          Bien évidemment toute personne accusée peur exiger d’être jugée par un tribunal devant lequel elle pourra faire valoir ses moyens constitutionnels ou conventionnels.

    2. 28 décès en août à comparer aux plus de 4620 morts du mois d’août toutes causes confondues!
      Combien y a-t-il de morts chaque année en Suisse? Plus de 36000!!!

      En 2015, environ 2200 décés ont été attribué à la grippe saisonnière. On a confiné?

      Les Suédois viennent de lever les restrictions de visistes aux personnes âgées alors que la population ne porte pas de masque. Diriez-vous que les Suédois sont des monstres sanguinaires? N’ont-ils aucun scientifique de valeur chez eux? Comment font-ils pour ne plus avoir de morts, pas de masque pour la population, pas de masque à l’école.

      C’est tellement ridicule que je ne peux pas imagine que vous puissiez être sérieux!!

  46. Le canton de Vaud a perdu le contrôle. Une intervention fédérale renforcée ne se justifie-t’elle pas ?

    L’autriche avait isolé le Tyrol. Faut-il isoler le canton de Vaud du reste de la Suisse, Vaud canton qui a entamé des déprogrammations d’interventions dites électives ?

    1. @CEDH

      On attend toujours que vous nous prouviez que cette mini recrudescence de cas à pour resultat un nombre de morts supérieur à la statistiques des morts de la grippe dans les dernières années?

      D’après ce qu’on me dit, en réalité les chiffres de mortalité pour des infections respiratoires sont plus bas aujourd’hui qu’à la même date en 2919.

      Autrement dit le Covid tue moins que la grippe.

      Est-ce qu’on suspend les libertés individuelles pour la grippe?

      Monsieur CEDH, si vous avez choisi ce pseudo c’est que vous croyez aux droits de l’homme. Alors il faut nous expliquer pourquoi vous prônez la suppression des libertés individuelles, c’est à dire la dictature. Pour une maladie qui tue moins que la grippe!

      Il faut vous justifier là dessus.

      1. CEDH n’a rien à répondre. Là il est pris au piège de sa position intenable.

        Comment justifier une politique liberticide pour une une maladie qui tue moins que la grippe?

        Ca me convainc encore un peu plus de la faiblesse de la position du pouvoir profond et du mondialisme, qui veut une dictature sanitaire mondiale.

        Ils ont déjà perdu, en réalité.

        A part ça, Mme Rebecca Ruiz est remontée dans mon estime grâce à CEDH qui lui reproche d’être “laxiste”. Si CEDH la trouve laxiste, alors ça signifie qu’elle est intelligente et comprend que cette petite augmentation des cas n’est pas dangereuse.

        Comme disait l’excellent Leuba, on s’en sort avec une prise de Dafalgan, ou plutôt avec de Plaquenil.

        La seule chose que je reprocherais à Rebecca Ruiz, en l’occurrence, c’est d’avoir fermé les bars et boîtes de nuit. Les gens qui ont envie de sortir en boîte n’ont qu’à le faire à leurs risques et périls. Ils risquent d’y attraper le virus comme ils attraperaient la grippe. Ils n’ont qu’à rentrer chez eux et se soigner. On n’en meurt pas.

        Il faut laisser circuler ce virus comme on fait avec la grippe.

        1. Sauf erreur, votre “citation” de M. Leuba date du 5 mars 2020 donc une semaine avant le semi-confinement et la première vague. Pas très visionnaire ce personnage ! Je propose que Mme Sandoz lui demande son opinion aujourd’hui et publie sa réponse sur ce blog.

          Trève de sarcasmes. Votre commentaire est insultant pour les malades et les proches des victimes: la Covid19 tue (bien plus que la grippe saisonnière) et il n’existe actuellement pas d’autre moyen que les mesures sanitaires pour la contrôler.

          Il est possible que l’analyse de donneés et la lecture ne soient pas vos points forts (un autre commentateur semble indiquer que vous avez confondu les catégories de l’OFS).

          Chacun est libre de penser ce qu’il veut et de s’exprimer. Cette liberté nous est toutefois accordée dans la limite du respect des autres et de notre responsabilité d’évaluer l’influence négative de nos propos sur autrui.

          Je vous laisse à votre examen de conscience.

          1. Tout ce que je dis c’est qu’on meurt aussi de la grippe. Pourtant on ne suspend pas les libertés individuelles, on ne proclame pas l’état d’urgence, on ne trace pas les allées et venues de chacun pour la grippe

        2. Le suisse allemand : Le taux d’hospitalisation a doublé en 10 jours dans le canton de Vaud et cela va encore être le cas dans les 10 jours à venir.

          Vaud : C’est pas grave, les hôpitaux ont des plans de déprogrammation.

          Commentaire : On l’a déjà fait de printemps. On a extirpé tardivement des tumeurs pendant cet été. Espérance de vie réduite. Si cela arrivait à un de mes proches, je pense que …

      2. Si l’on se réfère à l’Office Fédéral de la Statistique, la mortalité causée par la grippe saisonnière se chiffre en centaines de morts et varie chaque année en fonction de divers facteurs. A noter qu’un vaccin est disponible en particulier pour les personnes à risques ce qui permet de ralentir la progression et d’éviter l’engorgement des hôpitaux.

        Les décès dûs aux maladies respiratoires sont de l’ordre de 4500 morts par ans. Cela inclus de nombreuses pathologies (bronchites, pneumonies, asthme aigü, BPCO, emphysème, etc). A noter que la plupart ne sont heureusement pas contagieuses comme la grippe…

        La mortalité engendrée par la CoVid19 a été d’environ de 2000 morts en 7 mois malgré un confinement durant deux mois. Au pic de de la pandémie, les conséquences d’une gestion sans aucune mesure sanitaires étaient d’environ 60 morts par jours durant 2 semaines. Heureusement, ce chiffre est retombé rapidement grâce aus mesures prises.

        Par extrapolation, on pourait cependant en déduire que, sans aucune action, la mortalité aurait pu atteindre 21900 morts sur un an. A titre de comparaison, la mortalité toutes causes confondues est de l’ordre de 65000 morts par an.

        Le gestion de la crise a permis d’éviter le pire.

        Malgré la récente reprise du nombre de cas, les outils et les connaissances médicales (nombre de test, contrôle des chaînes de contamination, etc) permettent de garder la mortalité sous contrôle.

        Toutefois, vu la nature exponentielle du phénomène et l’inertie due à la durée d’incubation, des tests et du reporting des résultats, il est important de surveiller ces données. C’est un peu comme si le volant de votre voiture réagissait avec quelques secondes de retard.

        Or, depuis quelques semaines, la progression de la mortalité, même si elle reste faible en valeur absolue, n’est plus linéaire mais exponentielle. Cela mérite donc notre peut-être attention.

        1. Toutes les modélisations autour du Covid se sont avérées fausses. On prévoyait plus de 200000 morts rien que pour la France. Et on parle de spécialistes de la modélisation mathématique.

          Permettez moi donc de douter de vos extrapolations de coin de table. Déjà, on pourrait largement critiquer la prise en charge au plus fort de la crise mais même en étant très mauvais, un système immunitaire non déprimé s’adapte et réagit. Le virus mute et souvent s’affaiblit. Donc les projections linéaires sont encore moins crédibles que le modèles mathématiques qui ont montré le peu de crédit qu’on pouvait leur accorder.

          Plus simple. Confrontez donc votre extrapolation aux chiffres de la suède qui n’a pas confiné:
          * Population légèrement supérieure à la Suisse.
          * 5865 morts (on est très loin des 21900).
          Aujourd’hui, ils ne portent pas de masques, ils vivent normalement et ont une mortalité quotidienne qui oscille entre 0 et 1 mort.

          Votre confiance aveugle dans les tests est tout à fait suspicieuse. Suffisamment de scientifiques (dont l’inventeur du test) se sont exprimés sur le sujet pour que l’on puisse à minima être prudent.
          A l’IHU, 40% des testés positifs se sont révélés négatifs.

          Quant à l’augmentation des cas et de la mortalité à l’arrivée de l’automne, cela mérite évidemment l’attention des médecins comme tous les ans avec la grippe, les pneumonies, etc …
          Vous pourriez faire le même cinéma avec la grippe tous les ans. Enfin, quand celle-ci réapparaîtra … N’est-ce pas?

          1. Vous confondez spécificité, sensibilité, VPP et VPN.

            Il est certain que la spécificité n’étant pas de 100 %, contrairement à ce qu’allègue certains vendeurs de tests, la VPP n’est pas très bonne si la valeur a priori est basse comme elle l’était au mois de juin sur un individu dont rien ne laissait supposer qu’il puisse être porteur du virus.

            Cela étant passer de 0.5 % à 60 % de chance d’être atteint, n’est pas une information médicalement inutile.

          2. La suède c’est 0 morts le 13, 1 mort le 14, 0 morts le 15, 16 et 17 septembre.
            Et je ne vois aucune progression des cas depuis Juin.
            Vous avez une autre source?

            Expliquez nous grand génie pourquoi ils ont aussi peu de cas (et une courbe stable) alors que tous les pays qui imposent le masque semblent voir le nombre de cas exploser?

          3. L’objectif de mon commentaire était de démentir l’affirmation grave et erronée que la Covid19 ne tue pas et qu’il ne tue pas plus que la grippe. Il suffit pas d’attendre quelques jours que ça passe en prenant du paracetamol: c’est faux !

            Malgré le semi-confinement, nous avons perdu plus de 2000 personnes. Je vous invite à consulter les statistiques de certaines villes du Nord de l’Italie et vous verrez alors que mes projections ne sont malheureusement pas fantaisistes. Nous avons évité le pire grâce aux mesures qui ont été prises.

            Les comparaisons avec la Suède font l’objet de polémiques pour justifier le fait de ne rien faire. La réalité est que la mortalité due à la Covid19 a été environ 2.5 fois supérieure par rapport au nombre d’habitants. On parle tout de même de 5865 morts en 6 mois.

            D’autre part, comparer la Suisse et la Suède est difficile: la position géographique de la Suisse et la densité était plutôt défavorable. Si l’on compare la Suède aux pays proches (Norvège, Finlande), la mortalité aurait dû être bien inférieure: la Suède a compté 11 fois plus de morts que la Norvège par rapport aux nombre d’habitants.

            Là où je suis d’accord avec vous, c’est dans le fait que la situation actuelle ne peut être comparée à ce printemps: le passé n’est pas le futur. Comparer le nombre de cas n’est pas une bonne indication.

            Il est aussi possible, en effet, que les mutations du virus le rende moins dangereux: ça serait alors une vraie bonne nouvelle. Mais c’est un peu trop tôt pour l’affirmer.

            Le nombre d’hospitalisation et de cas aux soins intensifs ainsi que la mortalité sont de meilleurs indicateurs de la reprise de la pandémie et ils sont malheureusement en hausse. On parle déjà de reporter des interventions non urgentes…

            Dans ce contexte, le principe de proportionalité est respecté. Les mesures de semi-confinement ont été levées. Le respect des règles sanitaires et le port du masque lorsque cela est préconisé sont un moindre mal.

          4. @GREGORY
            A ce jour, le Coronavirus ne tue pas beaucoup en Suisse. Désolé mais 2 000 morts à comparer aux plus de 66 000 morts annuels, ce n’est pas particulièrement impressionnant.
            Comme indiqué précédemment, en 2015 2200 morts sont attribués à la grippe alors qu’il existe une politique vaccinale. Je ne suis donc pas particulièrement impressionné par 2000 morts sans aucun vaccin.

            Je ne vois pas pourquoi les chiffres de certaines villes du nord de l’Italie pourraient vous servir à faire des extrapolations sur la Suisse. Je ne vois pas la logique d’autant qu’elles ont confiné. En plus je n’ai pas vraiment l’impression que le caractère des Suisses soit si proche de celui des Italiens … ou bien?

            La Suède fait effectivement polémique car elle a joué les trouble-fêtes. J’avoue d’ailleurs être assez intrigué par la démarche considérant les pressions subies par de très nombreux pays. Comment est-il possible que les instances Suédoise aient pu se désolidariser de tous les baltringues et résister aux pressions extérieures aussi bien qu’intérieures liées à la corruption du milieu médical? Ce serait le seul pays ou Big Pharma ne déverse pas des millions ? Lié à la tradition de contrôle des politiques par les journalistes? J’avoue rester encore dubitatif mais dans les faits c’est ainsi et cela permet d’avoir un angle différent.
            Oui, je sais que l’on vient généralement comparer la Suède à ses voisins pour tenter de discréditer sa démarche. On peut néanmoins constater que plus de 20% des Suédois vivent à Stockholm et autour. La densité habituelle n’est donc pas ce qu’elle pourrait sembler avec des chiffres moyens sur l’ensemble du territoire.
            Il est intéressant de constater que personne ne vienne critiquer la France alors que ses voisins la Suisse et l’Allemange font beaucoup mieux avec un confinement beaucoup moins sévère. Où est la logique?
            Dans tous les cas, quelles que soient les critiques faites à la Suède, elle a eu moins de mort par habitant que l’Espagne, la belgique, UK, l’Italie et maintenant, ils vivent sans masque, sans restriction, ont peu de cas et n’ont quasiment pas de morts.

            Je reste sur ma position. Les confinements durs y compris dans les Etats américains (qui ont des politiques différentes) ont donné généralement de plus mauvais résultats que les confinement légers ou pas de confinement. Donc vos projections sont de pures hypothèses que les faits ne vérifient pas.

            Je suis allé chercher les chiffres de la mortalité sur l’Office Fédéral de la statistiques et pour les 36 premières semaines, j’obtiens en 2020 46395 morts et en 2019 46315 morts.
            Je suis allé également récupérer les chiffres de la France sur le site de l’INSEE je n’ai que 4% d’augmentation entre 2020 à comparer à 2019.

            Décréter l’état d’urgence sanitaire qui donne des pouvoirs spécifiques et, au train où vont les choses, prolonger cet état d’urgence sanitaire pour 2000 morts relève du pur hold-up démocratique.
            Mon petit doigt me dit que la Suisse n’a pas fini de vivre l’Etat d’Urgence Sanitaire. Je pensais le système politique Suisse capable de se prémunir de tels abus mais il n’en n’est rien au final.
            C’est là que l’on voit que la Suède est bien mieux dotée contre les possibles abus du pouvoir et bien plus respectueuse de ses citoyens. Jusqu’à quand?

            Quant on sait que deux tiers des substances chimiques produites dans l’UE sont dangereuses pour la santé et que selon l’OMS plus d’1.5 million de vies ont été perdues en 2016 en raison de l’exposition à certains produits chimiques (et si l’OMS le dit vous pouvez multiplier ces chiffres). Et que en ce moment ce joue une bataille avant que l’Europe ne s’apprête à publier ses propositions sur l’utilisation des produits chimiques en face de lobbyings qui soudainement sont beaucoup moins préoccupés du de la santé des citoyens.
            Quand on sait que la France vient de ré-autoriser l’utilisation d’insecticides néonicotinoïdes dans les champs de betterave on ne peut que constater la duplicité des gouvernements qui d’un côté, la main sur le cœur, sont prêts à fermer le pays et bailloner les citoyens pour leur bien (on ne rigole pas). Mais qui croit encore ce genre de balivernes? Sincèrement. Et je ne parle pas des baltringues qui sont payés par les sociétés de gestion de réputation pour contredire à tout va sur le net.

            Je n’ai aucun plaisir à dépeindre la situation actuelle et n’ai pas de livre à vendre. Je ne peux pas imaginer qu’un esprit sain doté d’une intelligence normale ne soit pas à même de décoder l’arnaque actuelle, s’il prend le temps nécessaire à analyser un maximum d’éléments.
            Comment ne pouvez-vous pas être interpellé par le fait que la grippe a disparu? Non cela ne vous pose aucun problème intellectuel? Vous l’écartez d’un revers de main et vous vous dites on verra cela dans 2 ans?

            Bref … je crois que l’on s’est à peu près tout dit.?

      3. On a pris des mesures pour diminuer la mortalité. Elles ont porté. Et maintenant vous venez nous dire que la mortalité n’est pas si élevée pour qu’il ait été utile de prendre ces mesures. Cher “on nous prend pour des cons”, puisqu’il s’agit de votre projectif pseudo, vous nous prenez vraiment pour des buses.

        Quant aux libertés individuelles, elles ne sont actuellement guère restreintes et ces restrictions ne sont pas le fruit d’une dictature. Elle ne sont d’ailleurs pas même appliquées, ce qui ne peut que conduire à une forte augmentation de la mortalité (elle est en cours) qui pourrait déboucher sur des mesures restreignant sérieusement les libertés publiques, lesquelles restrictions pourraient “achever” l’économie et donc tuer, et faire l’objet d’un refus d’une f(r)ange de la population conduisant à un chaos.

        D’ailleurs, je ne comprends pas que vous n’ayez pas encore récolté 100’000 signatures à l’appui d’une initiative intitulée : “Que ceux qui doivent mourir, meurent et vite”.

        1. Inutile de répliquer. Vous êtes démasqué. C’est le cas de dire.

          Vous voyez bien que les internautes ne prennent pas au sérieux vos bobards.

        2. Il est amusant de constater que le manque de rigueur scientifique va toujours dans un seul sens.

          Vous n’avez aucune preuve que le confinement ait une quelconque efficacité. Vous n’avez aucune étude sérieuse avec groupe de contrôle.

          D’ailleurs les chiffres vous donnent tord. En grande majorité, les pays avec un confinement dur ont des résultats bien plus mauvais que les pays avec un confinement soft ou pas de confinement. La palme d’or revient au Pérou (confinement dur et masque obligatoire partout): les plus mauvais résultats de la planète.
          Des personnes ont compilé ces informations, vous pourrez facilement les trouver.

          Cela dit, cela semble assez logique. Quand on enferme tout le monde dont des gens qui ont certainement le virus, sans les tester, sans les soigner, en leur demandant de ne venir que s’ils présentent des problèmes respiratoires et bien vous vous assurer que toute la famille est infectée et vous récupérez des pneumopathies sévères qui auraient pu être évitées.
          Au fait, en France, toutes les cliniques privées se plaignent de ne pas avoir vu un seul malade alors que les services hospitaliers étaient débordés et qu’ils étaient prêts à recevoir des patients.

          Donc non, vous n’avez pas pris des mesures pour diminuer la mortalité. Aucun argument sérieux ne permet de le confirmer, plutôt le contraire.

          Quand aux libertés individuelles, ce n’est pas à vous d’en décider. La liberté citoyenne est en effet restreinte en déclarant un état d’urgence pour un virus qui ne fait pas plus de morts que la grippe. L’état d’urgence n’a aucune raison d’exister sur la base d’une hypothèse. Les citoyens Suisses sont responsables et peuvent tout à fait suivre des mesures de bon sens et dont la validité est étayée par la science, pas celle qui a fleuri récemment à coup d’études et qui étrangement voudrait nous faire croire qu’avant 2020 on se savait rien en matière de maladies respiratoires et de coronavirus.

          1. La Suède (sans confinement obligatoire) c’est trois fois plus de morts que la Suisse (et son semi-confinement obligatoire).

          2. Si donc la Suède sans confinement obligatoire c’est 3 fois plus de morts que la Suisse (soit 5800..), qu’est-ce qui vous permet d’extrapoler que la Suisse sans confinement aurait fait 21900 morts?
            Je ne suis pas votre raisonnement.

          3. L’utilité des données, chiffres et des indicateurs n’est pas de confirmer une idée préconçue ni d’arbitrer qui a tord ou raison mais d’en apprendre plus pour progresser. Ce sont des indices mais on n’apprend strictement rien avec un esprit fermé. J’ai essayé de vous donner quelques pistes dans ce sens, sans succès. Vous parlez beaucoup sur ce blog mais semblez peu écouter.

            Avec le temps, on finit par mieux comprendre, par exemple en Suède, où la population prends bien plus de précautions que dans certains pays où les règles de bases ne sont pas respectées. On peut alors en tirer alors des leçons. Cela ne signifie par que le virus est moins dangereux.

            En Italie, nous en avons appris plus sur la léthalité du virus en absence de toute mesures. Les choses deviennent rapidement hors de contrôle et dramatiques.

            Nous savons maintenant que le virus circulait déjà en Europe en décembre 2019 mais nous n’avions pas de mesures des tests. Le nord de l’Europe semble avoir été touché plus tard. Ce qui pourrait expliquer que les pays Scandinaves, à l’exception de la Suède, ont déploré très peu de décès. Le Belgique est aussi un cas intéressant.

            La Suisse s’est située au milieu et, grâce au semi-confinement, à pu limiter la mortalité (inférieure au Nord de l’Italie mais supérieure à d’autres.

            La culture joue un rôle, la densité, le type d’ubanisation (Paris n’est pas Los Angeles ni Bombay), le mode de vie, le climat, le système de santé. Le nombre de paramètres est infini et complexe.

            Donc le même virus, bien que son mode opératoire soit le même, les conséquences sont bien différentes en fonction du contexte.

            Difficile aussi de ne pas se tromper en comparant les statistiques: sur-mortalité, nombre de décès et léthalité.

            Les USA, où chacun et chaque état fait en fonction de ses croyances, le nombre de morts a dépassé les 201’000 morts. Rapellons que les terribles attentats sur New-York ont conduit à trois guerres ainsi que l’adoption du Patriot Act. En comparaison, les mesures concernant la CovID19 sont assez molles… et démontre que la mortalité de disparaît pas toute seule (env. 900/jour ces 2 dernières semaines après 6 mois de pandémie).

            Dans ce contexte, j’envie vos certitudes et votre ton si confiant qui semble démontrer une compréhension digne des plus grands épidémiologues et docteurs en virologie.

            Plus on avance, plus je doute et me pose des questions. A la veille d’un reconfinement général possible en Europe, je trouve que la Suisse a une réponse assez mesurée.

          4. @GREGORY
            Honnêtement, je ne comprends pas grand chose à ce que vous voulez me dire.
            – C’est vous qui extrapoliez initialement sur 21900 morts sans confinement.
            – Je vous montre quand même qu’un pays qui n’a pas confiné à seulement 5800 morts et que par ailleurs l’efficacité d’un confinement en matière d’épidémie n’est pas prouvé.
            – Ensuite, vous venez me dire que c’était quand même pour dire que le Covid tue.
            – Ce à quoi je répond que les chiffres ne m’impressionnent pas car ils ne sont objectivement pas impressionnants en comparaison de ce que nous connaissons.
            – Et maintenant, vous me dites que l’utilité des chiffres n’est pas de confirmer une idée préconçue et que vous avez essayé de me donner quelques pistes.

            Pour le coup, c’est vous qui insistez désespérément pour faire dire aux chiffres ce qu’ils ne disent pas.

            Vous dites qu’en Suède la population prends bien plus de précautions que dans certains pays:
            – c’est mesuré? Quelqu’un à fait une analyse et une extrapolation chiffrée? Jusqu’à preuve du contraire il semble difficile de mesurer l’impact potentiel. Quand on plus considère que la volonté était l’immunité collective je ne suis pas certain qu’il eut été très productif de ne jamais se toucher.
            – mais dans tous les cas, vous avez l’impression que les Suisses ne sont pas des gens qui font attention et sont respectueux d’une manière générale (avec 70% de suisses allemands que je salue?)

            >Vous dites : “En Italie, nous en avons appris plus sur la létalité (un peu plus loin vous dites également qu’on en sait pas grand chose mais bref) du virus en absence de toute mesure. les choses deviennent hors de contrôle et dramatique”

            L’italie a mise en place un confinement dur. Et l’Italie n’est pas la Suisse. L’Espagne, l’Italie, la Belgique et la France … confinement dur, très mauvais chiffres. Je ne comprends toujours pas ce que vous pouvez conclure.

            Encore une fois, dire que la Suisse à pu limiter la mortalité grâce au semi-confinement est une simple hypothèse sans preuves. Une intuition.

            Je passe la suite de votre message ou vous vous perdez en considération sur la complexité des choses et des situations. En effet, et donc?

            Et au final, vous enviez mes certitudes. Alors que c’est vous qui répétez en boucle votre certitude que le confinement a permis de limiter le nombre de morts.

            Il y a des incertitudes, des hypothèses, des faits et des chiffres. Les chiffres de la mortalité sont connues. Il ne sont pas plus importants en 2020 qu’en 2019. Sur la base de l’hypothèse sans preuves que le confinement a peut-être permis de limiter le nombre de morts, vous êtes prêt à donner tous les pouvoirs au gouvernement sans aucun contrôle parlementaire, et de prolonger encore cette situation pour quelques morts par jour alors qu’il meurt plus de 160 personnes par jour toutes causes confondues?

            Je trouve cela quand même curieux que rien ne vous choque dans la proportionnalité des mesures confrontées à la réalité des chiffres. Non? Vraiment rien?

    2. Quiconque avec un minimum de bon sens qui analyse l’ensemble des données et des événement se rend facilement compte qu’il s’agit d’une action concertée.

      Il suffit de regarder la Nouvelle Zélande avec 25 morts (alors qu’ils sont en hiver) qui re-confine pour 14 nouveaux cas et dont le pays est en quasi dictature !!!! La NZ a plus de 30000 morts tous les ans et pour 25 morts, on détruit l’économie et les libertés?

      En France, comme dans beaucoup de pays, les vieux ont été parqués dans les EHPAD sans aucun traitement (ni HCQ, ni même antibiotiques alors même que l’on ne faisais pas de tests et qu’il pouvait s’agir de pneumonies… ) et maintenant des baltringues viennent nous dire la main sur le coeur que l’on doit renoncer aux libertés individuelles pour sauver quelques octogénaire avec comorbidités à qui on refusait des traitements quelques mois plus tôt.

      Aucune différence de mortalité en Suisse entre 2020 et 2019 jusqu’à maintenant. Au regard des chiffres, il y aura moins de décés Covid que de décés grippes en 2015.
      En France, seulement 4% de différence de mortalité entre 2019 et 2020 (période janvier-juillet) ce qui ne constitue pas une anomalie car il y avait eu une augmentation de 9% entre 2014 et 2015.

      Les tests ne sont pas fiables. Différents scientifiques (dont l’inventeur de ce type de tests) le répètent tous les jours mais étrangement cela n’interpelle jamais les politiques. Normalement, ils devraient enquêter, faire une investigation complètement indépendante. Non, on continue d’enfiler les chiffres comme si de rien n’était. Il existe d’ailleurs une vidéo du cofondateur d’une société qui a participé à la procédure de validation de différents tests et qui était complètement déconcerté que les plus mauvais tests aient été retenus.

      La grippe semble avoir complètement disparue dans tous ces pays. Cela n’intéresse non plus personne.

      La Suède ne confine pas, ne fait pas porter le masque et ils n’ont plus de morts et peu de cas. Cela n’interpelle personne bien évidemment. La Suède est certainement un pays arriéré et non démocratique qui ne vaut pas la peine d’être étudié.

      Pour justifier le masque on nous sort de nouvelles pseudo études complètement ridicules. Et on vient nous expliquer que la science évolue. Tous ces pseudo scientifiques voudraient nous faire croire qu’avant 2020 notre compétence en matière de protection contre les virus via un masque était complètement erronée. Franchement, quelle farce!!! Il suffit d’aller sur le site de la CDC et même WHO pour lire que le masque ainsi généralisé n’a aucun sens.
      Ah oui, et comment font-ils en Asie nous dit-on. C’est simple, le masque est porté par la personne malade. Il ne protège pas plus des virus. Par contre il permet clairement d’indiquer que la personne est malade et que tout le monde doit adopter une distanciation sociale raisonnable avec cette personne. Donc oui, si vous êtes malade ou avez des symptômes (qui ne sont peut-être qu’un rhume) il est tout à fait intéressant de porter un masque qui sert d’avertisseur visuel explicite.

      Je note également que personne ne semble s’étonner de la quasi disparition du virus en Chine. Les échanges on repris. On peut s’y déplacer, etc … juste quelques cas, pas de morts. Soit ils mentents et on devrait leur demander des comptes, soit ils ne mentent pas et il serait bon de comprendre?

      Concernant l’HCQ, comment expliquer que très tôt au début de la pandémie un professeur de renommée mondiale, quoi que l’on puisse penser de lui, a reçu des menaces de mort (appels passés depuis l’hopital de Nantes). Comment expliquer qu’une étude frauduleuse (on parle bien de frauduleuse et pas simplement erronée) soit publiée dans la revue médicale la plus prestigieuse.
      Quelqu’un peut m’expliquer qui ferait cela pour discréditer une molécule qui ne fonctionne pas?
      De deux choses l’une, soit elle fonctionne (en tout cas suffisamment pour inquiéter certains), soit ceux qui ont tenté cette démarche sont des incompétents à qui on ne peut en aucun cas accorder un quelconque crédit.

      Et enfin, sans vouloir faire de mauvais esprit, depuis quand les gouvernements sont prêts à détruire l’économie sur l’autel de la sauvegarde de la vie de quelques personnes agées, le plus souvent en comorbidité?? Dans quel monde imaginaire ? Et que l’on ne vienne pas me resservir les accidents de la route. La politique en la matière ne nécessite aucune destruction économique. Au contraire, elle rapporte de l’argent.
      D’habitude, la norme est plutôt de passer sous silence ou de minimiser d’éventuelles pollutions. Les entreprises se défendent à coup de procès et lobbying jusqu’à la dernière limite.
      Et là, pour 1700 morts, il faut abandonner toutes vos libertés individuelles. C’est pour le bien commun on vous dit..
      Les cancers et maladies cardio vasculaires représentent plus de 40 000 morts par an en Suisse. N’y a-t-il pas matière à mieux faire? Et en particulier an matière de prévention plutôt que simplement de guérison? Que peuvent nous apprendre tous ces savants sur la croissance exponentielle du nombre de cancers? Ne devrait-on pas remuer ciel et terre ????

      Le bien commun, ce n’est pas aux politiques ni aux experts d’en décider. Les sachant disent ce qu’ils savent et les citoyens décident. Les politiques ne doivent être que l’expression de la volonté des citoyens. Il est dommage que le système politique Suisse qui me semblait un exemple de démocratie participative soit ainsi dévoyé et détourné. Il y a des leçons à tirer de tout cela.

      Donc au final … pourquoi ? Il est évident que dans tous ces pays, on sent une propagande toujours plus soutenue autour du vaccin. Pourquoi cette volonté presque hystérique de vouloir vacciner tout le monde, y compris dans un pays comme la nouvelle Zélande qui ne comptabilise que 25 morts?
      Juste pour faire de l’argent?? La question est ouverte …

  47. L’idée de vacciner en nouvelle Zélande, cela échappe à John, parce qu’il n’y a eu que, dit-il, 25 morts en Nouvelle Zélande.
    Confiner (de manière limitée) pour 14 nouveaux cas en Nouvelle Zélande , dit-il, cela lui échappe aussi.

    La stratégie de la Nouvelle Zélande est celle du zéro cas. Elle y est presque arrivée avec 25 morts seulement. Puis ont surgis des cas importés (14 cas), des mesures ont donc été prises pour tuer la résurgence épidémique dans l’oeuf. Ces mesures limitées ont garanti le fonctionnement de la stratégie, et le peu de mortalité. Elles ont permis de ne pas réduire à néant l’effort du confinement originel.
    Leur stratégie zéro cas fonctionne, donc il y a peu de morts.
    Il y a peu de morts donc aucune mesure n’était nécessaire, vient nous dire John !
    La prévention marche, donc la prévention était inutile. On connaît la ritournelle.

    La stratégie de la Nouvelle Zélande est d’attendre un vaccin. Il en est de moins hasardeux que celui qui doit être produit en suisse. Il s’agit là à nouveau de tuer l’épidémie dans l’oeuf en évitant la propagation du virus. Ouvrir les frontières ou même ne pas surveiller la situation de près, conduirait au sein d’une population virologiquement naïve à de nombreux morts. D’où la nécessité d’un vaccin.

    La Nouvelle Zéalande n’est pas une dictature, des élections générales ont lieu tous les trois ans, la prochaine se tiendra, dans le cadre constitutionnel, le 17 octobre 2020.
    Il appartient au néo-zélandais de décider. Pas à nous.

    Pour la Suède, afin de respecter les êtres humains qui y décèdent encore du covid-19, il serait plus convenable de parler de peu de morts que de pas de mort.

    1. Donc la Nouvelle Zélande est à la merci de Big Pharma, comme la Suisse.

      Quelle misère!

      Quand je pense que le Mali, un pays de presque 20 millions d’habitants n’a eu que 128 morts exactement, simplement parce qu’ils se sont soignés à l’hydroxychloroquine.

      Le Mali est un pays pauvre. Il n’a pas d’industrie Pharma qui interdit aux médecins de soigner les patients, dans une totale absence de scrupules, pour pouvoir vendre des médicaments très chers, ou un vaccin. En France, le Dr Perrone a prouvé que 25´000 personnes sont mortes inutilement a cause du refus de soigner par la chloroquine. En Suisse sans doute plus de 1’000 personnes sont mortes pour rien.

      Le grand pays pauvre, le Mali, s’en sort mieux que le petit pays riche, la Suisse. On a envie de paraphraser la chanson de Claude François en disant: “pauvre petit pays riche!”

      1. Vous avez déjà sorti ces arguments sur le hcq un autre billet, je vous rappelle donc que le Brésil et l’Inde qui utilisent le hcq sont des pays très fortement impactés par le Covid-19.

        Je vous avais aussi demandé si vous préféreriez échanger votre richesse globale suisse pour une meilleure gestion à la malienne, mais n’avait pas eu de réponse.

        1. L’inde n’est qu’en 77ème position en matière de ratio morts sur population (la 1ère position est la moins bonne). Quant on considère la pauvreté dans certaines régions et couches de la population, c’est plutôt encourageant. En tout cas rien qui ne permette de discréditer l’HCQ.

          Le cas du Brésil est très différent. C’est un pays fédéral où chaque état peut avoir une politique spécifique et où les luttes d’influence et la corruption sont très importants (il y d’ailleurs un procès en cours pour utilisation de doses exagérément élevées dans le cadre d’une étude). Les Etats qui ont promu l’HCQ ont de bien meilleurs résultats que ceux qui l’ont interdit.

          Dans tous les cas, le meilleur argument de l’HCQ me semble plutôt le suivant:

          Qui serait assez idiot pour menacer de mort un professeur de réputation internationale Officier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’ordre national du Mérite, grand prix de l’Inserm, prix Eloi Collery, prix d’excellence de la Société européenne de microbiologie, etc … afin qu’il ne parle pas de l’HCQ?
          Qui serait assez idiot pour publier une étude frauduleuse dans la revue scientifique la plus prestigieuse?
          Tout cela pour une molécule qui ne fonctionne pas?
          Quelqu’un peut avaler ce genre de couleuvre??

          1. L’âge médian indien classe le pays au alentours de la 90 position des pays les plus jeune. La richesse moyenne n’étant pas forcément un avantage car elle pourrait favoriser un système immunitaire moins efficace. Nous pouvons ergoter longtemps avec nos demis arguments. C’est pour ça que la recherche mène des études construites et protocolées visant à débiaiser et orthogonaliser, et jusque-là ces études ne sont pas favorables à l’HCQ.

            Des menaces de morts envers ces personnes sont profondément tristes et imbéciles. Sur ce point nous sommes d’accord.
            L’utiliser comme argument pour étayer un fait scientifique n’est cependant pas recevable. Si vous considérez tout de même l’existence de menaces comme arguments, alors sachez que, les extrêmes se rejoignant dans la bêtise, les scientifiques publiant des résultats opposés se retrouvent aussi menacés.
            Des fraudes scientifiques sont largement documentées ( en.wikipedia.org/wiki/List_of_scientific_misconduct_incidents ). Avant même d’en appeler à la fraude, je pense qu’il y a une très grande place pour l’erreur.

          2. lol … Je laisse toujours le bénéfice du doute à mon interlocuteur mais …
            Mettre au même plan des menaces de mort (vérifiées par enquête judiciaire) en début de pandémie, alors que la polémique n’est pas encore sur la place publique, sur la personne mentionnée et d’éventuelles réactions haineuses en réaction justement aux interdictions iniques de l’utilisation de l’HCQ. Mettre sur le même plan les éventuels “biais” ou “erreurs” de certaines études avec la publication d’une étude frauduleuse dans la revue scientifique la plus prestigieuse.
            Les données ont été fournies par une société de 5 personnes (Surgisphère) dont une actrice de films pour adultes et un écrivain de science fiction. Seulement quelques heures après publication, sur les réseaux US de très nombreuses personnes ont montré qu’il était tout simplement impossible que ces données puissent être réalistes (autant de fumeurs en asie, qu’en papouasie ou en Europe, obésité quasi similaire partout (lol), des renseignements sur la race pour des pays pour lesquels c’est parfaitement illégal, etc …
            Nous sommes là face à une pure fraude qui a fait que de nombreux pays ont arrêté tous les essais ou démarches concernant l’HCQ suivent les recommandations de l’OMS (repris timidement ensuite – sauf en France où à l’évidence il existe un noyau dur).
            En pleine pandémie, avec de telles implications sur les politiques internationales. Les personnes impliquées dans cette étude devraient être en prison … Il devrait y avoir une enquête! Un procès retentissant!!! Beh non. L’étude a été retirée et tout le monde est content…

            Vous noterez par ailleurs, que l’HCQ, ce médicament très dangereux qui en 60 ans d’utilisation n’a causé aucun incident, était en vente libre (sans prescription) en France jusqu’au 15 janvier 2020.
            Que le lendemain de la publication de l’étude (on n’a jamais vu une décision aussi rapide dans ce pays), le ministre de la santé FR, ajoutait de nouvelles restrictions aux restrictions existantes sur l’HCQ. Et que suite à la rétractation, il n’est pas revenu sur les restrictions complémentaires.

            …. Nous avons je pense dans tous les cas exposé nos points de vue sans qu’il soit nécessaire de blablater ad libitum …

      2. La Nouvelle Zélande a fait le choix du vaccin. Et il y a multitude de vaccins potentiels. Certains (trop ?) novateurs, d’autres plus standards. C’est leur choix. Je crois même savoir qu’ils font usage de médicaments en cas d’opération chirurgicale et de médicaments en cas d’infections. Quelle dépendance ! Quelle horreur.

        Vaut-il mieux être à la merci des pompes funèbres et des fabriquants de respirateurs artificiels, comme vous le prônez ?

        Le Mali, quant à lui, est loin d’avoir recensé tous ses morts du covid-19, faute de moyens diagnostics suffisants et d’intérêt thérapeutique de poser le diagnostic. Il est cependant vrai que la létalité du covid-19 y est beaucoup plus faible qu’en Suisse.

        L’explication est simple : la pyramide des âges : peu de personnes âgées, peu de morts.

        Faites donc l’exercice d’appliquer au Mali les taux de létalité suisse par classe d’âge en tenant compte de la pyramide malienne des âges.

        Sans compter qu’au fil des années les habitants ont été exposé à divers agents pathogènes, sans soins spécifiques, et que dès lors ceux qui auraient eu un système immunitaire défaillant sont déjà morts. La sélection naturelle, que vous appelez de vos voeux pour la Suisse, y a déjà eu lieu, ce qui fait que même les vieux (il y en a quand même) sont plus solides.

        Autant dire qu’il n’est point besoin d’hydroxychloroquine comme explication. Par contre ce qui précède explique que l’hydroxychloroquine ne les tue pas.

        Rappel pour prise d’hydroxychloroquine : ECG avant la première prise, ECG après la première prise, ECG à J+2. Durée et quantité raisonnable. C’est le Marseillais, votre gourou, qui le dit.

    2. Mais il n’y a pas que la nouvelle Zélande. l’Australie aussi est en quasi dictature et le gvt veut également le vaccin pour tout le monde. Dans ce beau pays, on vient chercher les gens chez pour l’expression d’un désaccord sur Facebook.

      En NZ, il y a plus de 34000 morts par an et entre 400 et 500 morts de la grippe.

      Confiner une ville ou un pays pour 14 nouveaux cas lorsque l’on a 25 morts est non seulement ridicule pour tout esprit sain mais, en plus, ne devrait pas être autorisé sans un référendum ou une votation. Comment considérer normal (à part dans un esprit dérangé) d’appliquer des mesures aussi impactantes pour la vie des citoyens sur la base de chiffres aussi ridicules.
      Comme pour la Suisse, les dirigeants et instances sanitaires de ce pays seraient bienvenus de consacrer leur énergie pour la prévention des cancers où des maladies cardio vasculaire qui constituent l’essentiel de la mortalité.

      Il est d’ailleurs étonnant qu’avec une telle politique du zéro mort, ils ne cessent pas toute activité industrielle, n’interdisent pas la voiture et l’avion.

      Quant à vos arguments sur la stratégie. Est-ce que vous vous relisez? Pas la peine de faire 22 phrases inutiles. Cela relève du sophisme de comptoir.
      Ils ont confiné. Oui la belle histoire. Et la c’était génial. Dans d’autres pays, ils ont confiné mais il y a eu plein de morts.
      Et donc? Vos relations de cause à effet n’ont aucun intérêt car vous avez autant de situations différentes que de pays et vous ne pouvez tirer aucune conclusion.

      Quant au vaccin, laissez moi rire. Pourquoi vacciner lorsque il y a moins de morts que la grippe alors même qu’il existe un vaccin pour la grippe supposé diminuer la mortalité.

      Suisse, 2015, alors qu’il existe une démarche vaccinale pour la grippe, c’est 2200 morts. Covid, sans vaccin, c’est 1700 morts (et non le confinement n’a pas aidé, ou sortez moi l’étude avec groupe contrôle).

      NZ 400 à 500 morts de la grippe avec politique vaccinale.
      Donc rien ne justifie de faire porter à la population le poids économique de la recherche d’un vaccin et encore moins le coût d’une démarche de vaccination généralisée.
      Et encore moins d’imposer de se faire vacciner … les faits sont les faits.

      Au fait, faites nous savoir quand vous retrouverez la grippe qui semble avoir complètement disparu de la planète…

      1. – “Confiner une ville ou un pays pour 14 nouveaux cas lorsque l’on a 25 morts est non seulement ridicule”.
        Non pas, puisque la rapidité d’intervention permet d’éviter un vrai confinement durable et l’explosion du nombre de morts.

        “pour tout esprit sain mais,”
        Donc les néozélandais ont, selon votre jugement, un esprit moins sain que le vôtre.

        “en plus, ne devrait pas être autorisé sans un référendum ou une votation”
        Comme cela on est sûr que propagation du virus rendra les petites mesures utiles et que le nombre de morts explosera. On verra bien le résultat des prochaines élections générales néozélandaises.

      2. Bonjour John,
        Ce petit mot pour vous dire le plaisir que j’ai à vous lire dans ce débat où les arguments émotionnels, spéculatifs et arbitraires foisonnent et vous remercier de vous donner la peine de le faire aussi sereinement et de manière aussi objective, rationnelle et documentée.
        Le sentiment que j’éprouve suite aux échanges nourris provoqués par le titre provocateur de Madame Sandoz est assez bien rendu par cette citation :
        “La faculté que nous avons de nous manipuler nous-mêmes pour que ne vacille point le socle de nos croyances est un phénomène fascinant.” Muriel Barbery

  48. John L. écrit :

    “Les tests ne sont pas fiables. Différents scientifiques (dont l’inventeur de ce type de tests) le répètent tous les jours mais étrangement cela n’interpelle jamais les politiques.”

    Sait-il seulement ce que veut dire fiabilité ? Si c’est le cas qu’il nous explique ce que c’est !

    1. C’est là toute votre argumentation???
      Il n’est même pas utile que je vous réponde sur la fiabilité. Tout le monde peut accéder à toute l’information nécessaire sur le sujet de la fiabilité des tests.
      Et surtout faites nous signe quand on retrouvera la grippe !! 🙂

      1. La question n’est pas celle de la fiabilité des tests dans le domaine du coronavirus. La question est celle de la définition de la fiabilité.
        Qu’est-ce donc que la fiabilité d’un test pour vous ? Comment la définissez-vous ? Répondre en une ligne vous dépasse? Vous semblez ignorant en ce domaine. Dès lors comment vous prendre au sérieux lorsque vous gloser sur la fiabilité des tests ? Ou sur l’efficacité d’une mesure interventionnelle non médicale ?

    2. Voilà 24 heures que l’on attend que vous nous exposiez votre science, alors qu’entre temps vous nous avez abreuvé de nombreuses lignes.

      Un petit effort john L., je vous ai soufflé la moitié de la réponse, qui tient en une ligne.

      Evidemment, je ne serais pas juge de votre réponse, les juges seront tous les lecteurs du blog.

      1. Si vous pouviez éviter les ‘john’ par ci et ‘john’ par là. Je ne suis pas votre élève et n’ai aucun goût pour votre paternalisme.
        Je n’ai rien contre un peu d’ironie de temps en temps, mais nous n’avons pas élevé les cochons ensembles. Si vous pouviez vous en tenir aux arguments pour l’essentiel, cela ne serait pas plus mal.
        La science sur l’efficacité des tests est déjà exposée de long en large. Aussi bien sur la qualité des tests qui ont été retenus dans certains pays (vidéo sur youtube), les aléas d’une telle méthodologie (inventeur du test), que les faux positifs et la difficulté de corréler les positifs et les malades…
        Une pandémie ne se mesure pas au nombre de cas (enfin dans l’ancien monde).

        Quant à votre remarque sur le jugement des lecteurs du Blog, cela m’a beaucoup fait rire.

        1. John,
          J’utilise “John” non pas pour vous irriter mais parce que les contributions sont nombreuses et imbriquées sur plusieurs niveaux. Il est d’ailleurs possible que ce commentaire ne suive pas directement le vôtre mais soit précédé de celui de Tartempion auquel cas sans précision on pourrait croire que je m’adresse à Tartempion. Je rappelle que les commentaires sont modérés “en différé”.

          – “La science sur l’efficacité des tests est déjà exposée de long en large.”
          “Efficacité” ? Dans votre prose il était jusqu’à maintenant question de “fiabilité”. Vous ne nous avez toujours pas exposé ce qu’était la fiabilité. J’ose donc vous le redemander (vous exposez les choses beaucoup mieux que moi) et aussi de nous préciser ce que vous entendez par efficacité (aucune idée sur le sens précis que ce mot à dans le contexte qui nous concerne).

          – “Aussi bien sur la qualité des tests qui ont été retenus dans certains pays (vidéo sur youtube)”.
          Quels pays ? Quels tests ? Quels videos sur youtube ?

          – “les aléas d’une telle méthodologie (inventeur du test)”
          Quel test ? Quel méthodologie ? Quel inventeur ?

          Vous allez finir par nous faire croire que vous êtes un beau parleur dénué des connaissances élémentaires dans le domaine dans lequel vous vous exprimez.

          1. @CEDH

            Pour distinguer la personne à qui vous vous adressez, il existe une approche assez simple. Vous faites précéder le texte par ‘@NomDuPseudo’.

            Vous ne savez pas quels types de tests sont réalisés ou quoi? Quel est l’intérêt de me poser une question que je peux de toutes les façons recopier, même si je n’en savais rien? …

            Sur la fiabilité des tests: faites une recherche youtube : Tests Covid-19 – David Mendels (cela concerne la France mais je ne doute pas que la politique soit similaire dans les autres pays liberticides).
            Sur le fait que les tests PCR ne disent rien sur la quantité de virus présent vous êtes assez grand pour rechercher? Il existe même une étude Harvard sur le sujet.
            Cherchez Pr Perronne sur l’inutilité des tests PCR.
            Et enfin, seul un idiot, ne s’étonnera pas de la dispariiton de la grippe au profit du seul Coronavirus?
            Pendant qu’on y est, cherchez Dr Bellier – médecin pneumologue sur les diagnostics mort covid.

            Vous: “Vous allez finir par nous faire croire que vous êtes un beau parleur …”
            Qui c’est “Nous”? Vous êtes plusieurs à utiliser ce pseudo? Ou vous voulez parler pour vos employeurs?
            S’exprimer correctement en Français serait passible d’ironie ou encore de suspicion dans le nouveau monde? Il fut une époque ou science, bon sens et raisonnement se mariaient parfaitement avec Histoire, philosophie et maîtrise de l’expression écrite et orale.
            ……
            Bon, je pense que l’on s’est à peu près tout dit également? On ne me paye pas pour répondre à votre propagande … je m’en vais donc retourner à des activités normales.

    3. “dont l’inventeur de ce type de test”.
      De qui parlez-vous ? De quel type de test parlez-vous ?
      Un nom et une ligne pourraient nous éclairer. Je ne connais pas la réponse à ces questions. Nous attendons vos éclairées précisions.

      1. Merci pour vos interventions qui me rassurent. D’accord avec vous la plupart du temps

        Permettez-moi, pour vous remercier, de partager un dicton (Chinois, je crois ?): “n’argumentez jamais avec quelqu’un qui ne connait pas un sujet, la plupart des gens pourraient ne pas faire la différence”.

        PS: j’ai dû modifier un petit peu le texte pour respecter les règles du BLOG.

  49. Martin, cite un Kennedy junior, qui préconise la prise d’anti-inflammatoires en cas d’atteinte par le coronavirus.
    NON. JAMAIS. Cela va diminuer votre immunité. Seulement si votre cas s’aggrave direction tempête cytokinique et alors sous contrôle médical.

  50. @ Tous

    En conclusion, john L. ne sait pas ce que peut signifier la “fiabilité” d’un test, paramètre technique d’un test, qui est défini, mais n’a pas d’utilité autre que de mettre en évidence l’ignorance de ceux qui le manipulent dans leurs écrits vulgarisateurs. Dès lors personne ne saurait le prendre au sérieux dans ses arguments relatifs aux tests, à la démonstration de la valeur (ou non) d’un médicament ou à ses interprétations de résultats statistiques.

    Bien entendu on peut croire ses conclusions vraies et avoir une argumentation qui tienne la route.

    Cela étant, je lui souhaite bon vent, remercie Madame le professeur Sandoz de son hospitalité, et me retire de cette discussion.

  51. @Tous

    Il est à noter que 2 de mes précédent messages ont été censurés de manière assez singulière.
    Que l’on refuse mon message parce qu’il ne respecterait éventuellement pas la charte de publication est une chose mais qu’on le publie en supprimant des passages entiers, dénaturant ainsi la portée et, en partie, le sens me semble assez inquiétant pour un journal d’un pays “démocratique”.

    Je pense qu’il va être temps (sans jeu de mot) de réviser significativement les classements largement trop élogieux de la Suisse en matière de perception de la corruption et de liberté de la presse. La cohabitation de la Suisse en haut de classement avec les pays scandinaves ne me semble plus/pas se justifier (surtout si l’on ajoute les lois – soi disant anti-terroristes – en préparation et qui, si elles sont votées – vont donner des pouvoirs politiques particulièrement inquiétants hors de tout contrôle démocratique – sans même nécessiter d’état d’urgence).

    Quant à CEDH, qui n’a pu hélas goûter à mon sarcasme pour cause de censure, il semble être incapable d’effectuer une recherche selon les modalités que je lui ai indiquées (je rappelle que les liens ne sont pas autorisés). Ces liens expliquant de manière très claire pourquoi les tests ne sont pas fiables dans de nombreux pays et, même quand ils ne relèvent pas du faux positif, ont un intérêt limité car le virus a muté et que pour l’essentiel les personnes positives sont des personnes en bonne santé et pas contagieuses.
    Il n’y a aucun intérêt à ce que je joue au singe savant en écrivant ce qui est clairement expliqué par un professeur de renom. Maintenant, s’il n’était pas d’accord avec les arguments exposés par ce professeur (et bien d’autres d’ailleurs), cela fait longtemps que CEDH aurait pu nous expliquer les termes de son désaccord.

    Mais bon je pense que les méthodes de CEDH (et d’autres qui officient avec assiduité en ce moment sur les réseaux sociaux) relèvent du cherry-picking (et j’espère ne pas être à nouveau censuré – j’ai quand même le droit de dire ce que je pense de la stratégie utilisée par un contradicteur). Alors que j’ai fourni une argumentation relativement détaillée sur toutes les problématiques et incohérences de la situation et du déroulement des événements, il se contente d’essayer de trouver tant bien que mal, une faille, un élément un peu moins solide et de le présenter, avec des phrases inutiles, de telle sorte qu’il irait de soi que cela discréditerait l’ensemble.

    Dans tous les cas, quand avec un seul mort du Covid à Marseille (la veille), on annonce des mesures telles que la fermeture des salles de sport, la fermeture des bars et restaurants à 22h00, etc … tout le monde (enfin de plus en plus, heureusement) comprend bien que l’on n’a plus à faire à une problématique de politique sanitaire, ce qui rejoint le sens du message initial de Mme Sandoz.

    Bonjour chez vous.

      1. Au temps pour moi. Je trouve la démarche curieuse mais si vous en étiez l’instigatrice, je ne peux qu’imaginer que cela partait d’un bon sentiment.

        Ceci étant, dit, cela ne change pas fondamentalement mon avis concernant aussi bien la presse qui a montré une démarche particulièrement inquiétante en arbitrant souvent un débat scientifique de manière particulièrement orienté. En censurant un certain nombre de positions émanant de scientifiques reconnus.
        Et cela ne change pas mon opinion non plus sur les dérives actuelles des politiques suisses.

  52. Vous y allez fort. Dans de nombreux pays (et pas toujours ceux qu’on croit), vos commentaires seraient simplement censurés et, plus probablement, le blog de Mme Sandoz dans son intégralité. Nous jouissons, en Suisse, d’une liberté d’expression extraordinaire. Cette liberté ne permet pas le non respect de son prochain et ni l’incitation à la violence. Propager de fausses infomations pouvant entraîner la mort d’autrui non plus. C’est la loi ! Certains commentaires donnant des conseils médicaux dangereux sont déjà “border line” et devraient faire l’objet d’un complément d’information.

    Bien que ne n’approuve pas les propos de Mme Sandoz et que je les trouve parfois dangereux dans le contexte actuel, je lui fais confiance dans sa capacité à faire le tri surtout lorsqu’un blog tourne à l’affrontement entre deux commentateurs.
    Je constate d’ailleurs, qu’un des protagonistes a finalement jeté l’éponge tant il est impossible de dialoguer avec vous et que vous occupez cet espace de manière parfois envahissante. Bonne introspection !

    1. @Julie
      Cet argumentaire est un classique du genre: si vous n’êtes pas content, allez donc vivre en Corée du Nord. Désolé mais non seulement je n’irai pas vivre en Corée du Nord mais en plus j’insiste pour exprimer mon mécontentent. Ils sont pénibles ces citoyens!
      Vous confondez la possibilité de pouvoir vous exprimer à votre aise et l’exercice de la démocratie comme expression de la volonté citoyenne qui suppose également un contrôle par les citoyens.
      Vous remarquerez d’ailleurs que la possibilité de parler librement est souvent proportionnelle à votre pouvoir d’influence (ou de nuisance si l’on se place de l’autre côté). Ceux qui ont un peu de notoriété ont en général beaucoup moins le loisir d’exprimer des idées qui déplaisent sans être aussitôt pris à parti, mis au ban, etc …

      Vous faites des phrases qui sont tellement peu spécifiques qu’elles ont peu d’intérêt dans le cadre de cette discussion. La liberté d’expression est un droit fondamental même s’il est de manière récurrente remis en question. Il existe des limites légales mais certainement pas celles que vous espérez… fort heureusement.
      Regardez par exemple, une des réponses apportées à Mme Sandoz:
      “Chère Madame, comparer le Watergate et le “pharmagate”, il fallait oser. Vous l’avez fait, vous voici dans la charte des complotistes du Covi-19 !”
      C’est symptomatique de l’argumentation “Nouveau monde”. C’est à dire zéro argumentation … étiquette complotiste, circulez, il n’y a plus rien à voir et à discuter. C’est vrai ce n’est pas comme si les scandales liés au monde médical n’étaient pas régulièrement dénoncés. Ce n’est pas comme s’ils n’avaient pas déjà payés des milliards d’amendes. Ce n’est pas comme si les reportages à priori considérés comme sérieux n’avaient pas dénoncé les problèmes à maintes reprises (reportage récent intéressant sur Arte). Ce n’est pas comme si en 2015 les députés britanniques (certainement complotistes) n’avaient pas dénoncé l’influence de BigPharma infiltrée dans tous les rouages de la vie politiques et économique. Ce n’est pas comme si les éditeurs des revues prestigieuses eux-mêmes n’avaient pas dénoncé le fait que la moitié des études n’étaient plus que des documents marketings sans contrôle, …
      Ce n’est pas à ce monsieur ou madame “@SCHINDLER” de décider ce que l’on peut oser dire et ce n’est également pas à vous de fixer les limites de la bienséance même si évidemment vous pouvez manifester votre désaccord.

      Quels sont ces commentaires donnant des conseils médicaux dangereux qui sont “border line”? Vous devriez nous éclairer car il ne vous aura pas échappé que de très nombreux pays et scientifiques de renom semblent en désaccord complet sur la méthode et sur les traitements à utiliser. Je soupçonne que vous avez déjà pris parti et que si mon parti n’est pas le vôtre, je pourrais tout autant considérer “border-line”, les conseils de ceux que vous supportez.

      je trouve assez mesquin (le terme est peut-être marqué mais ce n’est pas une insulte … ou alors le remplacer par “limite” ou “ridicule” si vraiment vous trouvez cela trop agressif) de venir apporter son approbation concernant l’épisode des messages censurés. Ce n’est pas comme si nous avions eu une longue discussion houleuse avec Mme Sandoz sur le sujet. Je ne savais d’ailleurs pas que c’était elle qui modérait les messages. Et avant de commenter en la matière peut-être eût-il était plus judicieux de lire avant mon contre-point. Si vous me permettez cette ironie, cela fait un peu, je n’aime pas les propos de Mme Sandoz mais comme je vous trouve encore pire, je suis quand même avec elle pour vous censurer. Dans les dents de John.

      Il est normal que sur des sujets aussi importants (confinement des 3/4 de la planète, désaccords scientifiques profonds, by-pass des contrôles démocratiques habituels par l’instauration de lois d’urgence sanitaire, …) que les désaccords soient profonds. Malgré les tensions actuelles très palpables les échanges parfois très vigoureux sont restés dans des limites tout à fait raisonnables.

      Vous constatez assez mal. Je ne vois pas ce qui vous permet de conclure que le protagoniste a jeté l’éponge sur le principe qu’il serait impossible de dialoguer avec moi:
      1. je concluais mon précédent message en indiquant que l’on s’était certainement tout dit. Qu’il décide donc ensuite d’en finir avec la conversation semble une suite relativement logique.
      2. Avant d’en finir avec la conversation, il n’a pu néanmoins s’empêcher à se laisser aller à un dernier petit exercice de sophistique sur la fiabilité des tests alors que je lui ai fourni toutes les informations nécessaires pour qu’ils puissent accéder aux documents et vidéos qui expliquent ma position.
      3. Et j’en profite pour fournir quelques éléments complémentaires:

      * Mike Yeadon, ex-directeur scientifique de Pfizer dit: « il n’y a aucune science qui suggère qu’une deuxième vague devrait se produire », et “la moitié, voire « presque tous » les tests COVID sont des faux positifs. “. et également “We are finding traces of an ‘old’ virus which can’t possibly make people sick.”
      Je laisse les personnes intéressées faire des recherches complémentaires pour trouver l’interview de ce monsieur.

      * Beda M Stadler (ancien directeur de l’institut d’immunologie de l’Université de Berne): “Le test PCR avec son extrême sensibilité était au départ parfait pour découvrir où pouvait se trouver le virus. Mais ce test ne permet pas d’identifier si le virus est toujours vivant, c’est-à-dire toujours infectieux.”.
      Je conseille de rechercher un article complet et très intéressant sur le sujet (Coronavirus: Why everyone was wrong).

      Je ne comprends pas ce que veut dire occuper l’espace de manière envahissante dans la section commentaire d’un blog. Dans un débat présentiel avec un temps limité, cette critique aurait tout son sens si je prenais la parole de manière déraisonnable. Mais en l’espèce, cela semble difficilement s’appliquer.

      Vous l’aurez compris, vous ne m’avez pas encore tout à fait convaincu de m’adonner à l’introspection.

    1. Je vous approuve Madame, mais je crains que, par principe, Madame Sandoz ne fasse aucun tri (sauf grossièretés). Je dois dire que depuis un moment les effluves de certains commentaires m’incommodent. La malhonnêteté intellectuelle n’est malheureusement pas condamnable; mais, volontaire, elle n’est pas non plus excusable.
      Bon vents !

      1. @GUYMC
        Vous portez un jugement de valeur sans aucune argumentation. Il faudrait vous croire sur parole? Vous auriez quelques preuves de votre honnêteté intellectuelle à faire valoir autre qu’une simple affirmation?

        Il est plus facile de juger de manière péremptoire que de fournir des explications qui ne heurtent pas le bon sens quant aux incohérences et la suspicion légitime qui entourent les actions politiques autour du Coronavirus.

        Les faits sont les faits et les chiffres sont les chiffres. Vos atermoiements n’y changeront rien.

        La supercherie devient tellement évidente que non seulement les personnes qui n’y croient plus sont toujours plus nombreuses mais, plus encore, elles réalisent que cela ne peut pas être de la pure incompétence (si merveilleusement synchronisée dans de nombreux pays).

        La contestation s’organise et se fait entendre toujours plus en France.
        270 scientifiques ont écrit une tribune qui devait être publiée sur le Journal du Dimanche et qui a été censuré au dernier moment mais a été au final publié dans différents journaux.
        Vous pouvez la lire sur le site Covidinfo.net. Ce sont certainement de vilains complotistes qui prennent un malin plaisir à mettre leur carrière en jeu parce qu’ils sont joueurs.

        27 décès COVID dans toute la France Dimanche 27 septembre!!!!
        Et en Suisse 0 le 20, 0 le 2, 5 le 22, 3 le 23, 0 le 24, 4 le 25. Est-ce le genre de mortalité qui impose de donner tous les pouvoirs au gouvernement? Est-ce le genre de mortalité qui impose aux lycéens de porter le masque toute la journée alors que nous savons très bien qu’ils sont inutiles et au contraire nocifs (raison pour laquelle le ministère de la santé Suédois à décidé de ne pas l’imposer)?

        Ce sont les commentaires tels que le votre qui ne sont pas excusables? Ils viennent faire diversion en affichant une posture sur la forme qui n’est défendue par aucun argument sur le fond.

        Au vent mauvais.

        1. 52 morts aujourd’hui, soit la mortalité journalière la plus élevée lors de la phase 1. …. et ce n’est que le début d’une 2ème vague que l’on sait déjà bien plus grave que la 1ère. Difficile de trouver des mots pour qualifier ce blog et les commentaires qu’on y lit… nauséabond, stupide, que sais-je encore ?

          C’est révoltant.

          Je suis contre la censure mais la parole libre sans aucune forme de modération est bien dangereuse dans un contexte sanitaire grave.

          1. 107 morts aujourd’hui… avoir des opinions, c’est bien mais la propagation de fausses informations dans un contexte de pandémie, ce n’est pas acceptable.

          2. Nombre de scientifiques l’avaient bien dit: une épidémie obéit à une loi exponentielle (sauf si…). Mais, comme le disait très justement une journaliste de Heidi.news à infrarouge hier soir: comprendre ce qu’est une exponentielle n’est pas donné à tout le monde. Le Club de Rome l’avait déjà dit il y a plus de 50 ans.
            C’est la fameuse histoire du nénuphar qui double chaque jour: en 4 semaines il a couvert un quart de l’étang; dans combien de temps aura-t-il couvert tout l’étang ?

          3. @Julie et les autres…
            Non mais franchement, il est assez décevant de voir que vous me prenez pour un idiot et que vous pensiez que je puisse être impressionné par vos arguments.
            Pensez-vous que je ne sois pas capable d’analyser les chiffres? De comprendre ce qui se passe?

            Fondamentalement, dans l’ensemble de l’Europe, il n’y a pas eu d’excés de mortalité et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé avec même la volonté d’interdire les antibiotiques généralement utilisés dans le cadre d’infections respiratoires (Zitho & Azy) sur simple suspiscion de COVID sur la base que la science n’aurait pas établie leur utilité dans le cadre du Covid (sans même savoir en réalité s’il s’agissait de COVID).
            Bien entendu, on passera sur cette rage hystérique visant à tenter d’interdire l’HCQ qui pour rappel était vendu sans prescription en France avant la mi-janvier 2020 (quelle coincidence!!!) et qui avait déjà été mentionné pour ses propriétés contre les Coronavirus (quelle coincidence!!).

            Vos morts COVID sont simplement des morts labélisés COVID. Ce sont des gens qui seraient morts dans tous les cas cette année pour la plupart. Par ailleurs, de plus en plus de personnes dénonces la fraude des déclarations de morts COVID car elles bénéficient de primes substantielles pour les hopitaux.

            Vous avez évalué l’impact économique et psychologique de toutes ces restrictions? Le nombre de suicides, l’augmentation du nombre de cancers non soignable du fait des non depistages, toutes les opérations repoussées, les dépressions, etc … Vous pouvez me prouver que la balance est en faveur de la politique actuelle?

            Vous pouvez nous indiquer comment il se fait qu’il n’existe aucune correlation entre les confinements et le port du maques et la diffusion/mortalité.
            Par exemple le Pérou, 100 jours de confinement et masque obligatoire partout a la plus forte mortalité?
            Par exemple Suède, qui sans confinement ni masque, s’en sort particulièrement bien (oui je sais vous allez faire du cherry picking en me disant qu’en ce moment bla bla bla … beh oui c’est l’hiver qui arrive et ils n’auront pas plus de morts cette année que les autres au final)

            Pouvez-vous nous expliquer comment il se fait qu’il n’y ait plus rien en Chine alors même que les échanges internationaux ont repris, et je suis bien placé pour le savoir?

            Pourriez-vous nous expliquer comment il se fait que toutes les études pré-covid relatives au masque montrent que ceux-ci n’ont pas d’efficacité contre les virus, et encore moins en extérieur et que soudain en 2020 on redécouvre complètement la science des masques et des virus?

            Pourriez-vous nous expliquer combien de cycles sont utilisés pour les test PCR en Suisse et dans les autres pays d’Europe? Parce qui vous ne le pouvez pas, les comparaisons n’ont aucun sens et juger de la légitimité de ces tests est impossible? Etrangement, en France, c’est une information impossible à obtenir.

            Inutile de me servir votre propagande. Je ne suis pas le bon client. Je sais que vous faites votre job mais honnêtement sur ces forums, la plupart des gens ont suffisamment fait de recherches pour ne plus avaler vos couleuvres. Vous devriez essayer les marchés le dimanche matin, il doit y avoir encore des gens à convaincre.

            Cette volonté … d’imposer un vaccin dans un pays qui n’a pas d’obligation vaccinale et pour un virus qui a souvent déjà muté lorsque le vaccin est terminé est tellement ridicule et hors de proportion que cela devrait suffire à comprendre que les enjeux n’ont rien à voir avec la santé des gens.

            Fort heureusement, de moins en moins de gens ne croient à vos mensonges (même les borgnes finissent par s’en rendre compte et demain les aveugles). C’est vous et vos amis qui sont nauséabonds et non ce Blog. Vous êtes des imposteurs qui occupez le terrain en jouant sur tous les tableaux: la peur, la culpabilisation, la menace, etc, sans arguments en vérité. Battez-vous sur le terrain de l’argumentaire plutôt que de venir déverser votre haine contre la liberté d’expression.

            Maintenant qui va gagner? L’avenir nous le dira. Mais mieux vaut se battre que de vivre l’avenir de zombies dans lequel vous aimeriez nous plonger.

        2. @JOHN

          Suggérez-vous que les hôpitaux sont peuplés de faux patients Covid ? Et que les pompes funèbres ont truqués leurs comptes en doublant le nombre de cérémonies ?

          J’aimerais vous aider mais la contamination causée par les médias conspirationnistes me semble maintenant irréversible. On est passé de l’opinion à la croyance: nier l’évidence.

          Chaque disciple de la secte continue à plasmodier sa litanie en régurgitant le dogme: “le masque est diabolique et ne sert à rien”, “l’hydroxychlorochine fait des miracles”, “pas plus de morts qu’une grippette”, “ceux qui meurent étaient de toute façon condamnés à brève échéance”, “la Suède n’a quasiment pas de morts grâce à l’immunité collective”, “le vaccin contient une puce pour contrôler vos pensées”, “le virus a été créé par l’institut Pasteur”, “la pandémie a été planifiée par les GAFAM et la Big Pharma”, “il y a eu plus de suicides que de morts Covid”, “Les chiffres de mortalité Covid sont truqués”, “les tests PCR sont trops sensibles et la plupart des cas sont des faux positifs”, etc

          On pouvait encore pardonner ce type de propos cet été par empathie face au ras-le-bol provoqué par des mesures contraignantes alors que la pandémie semblait sous contrôle.

          Ce pardon n’est plus mérité aujourd’hui: on est passé du questionnement légitime d’une partie de la population à une récupération par certains mouvements nauséabonds qui persistent dans la propagation de fausses informations en exploitant le désarroi d’une partie de la population. Le dégoût succède alors à la compréhension car on est passé de l’erreur à l’intention.

          Nous subissons tous les conséquences de cette attitude irresponsable qui, en semant la confusion dans une population parfois crédule ou fatiguée par la durée de la pandémie, n’a fait qu’aggraver la situation en encourageant un relâchement de l’application de mesures simples:

          – 142 morts Covid aujourd’hui alors que la mortalité toutes causes confondues est d’environ 180 personnes/jour soit une surmortalité de 80 %. 950 morts en 2 semaines… et encore 300 hospitalisations aujourd’hui. Tu parles d’une gripettte…

          – La réintroduction de mesures très dures pour la population ainsi que pour les petites commerces, le sport, les loisirs et la culture pour contenir une progression exponentielle qui menait le système de santé à la catastrophe.

          Genève a payé cher son corona-sceptiscisme. La suède a fait machine arrière devant le désastre. L’Autriche vient re reconfiner dans l’urgence après avoir trop tardé sous la pression de certains milieux.

          Heureusement, ces mesures commencent à produire leurs effets et nous devrions éviter le chaos.

          Il est par contre maintenant clair que vos propos font partie du problème et non pas de la solution. Nous allons encore vivre des mois difficiles qu’il sera plus facile de supporter en étant solidaires et en nous entre-aidant.

          …..

          1. On ne vous dit pas que les malades et les décès du COVID n’existent pas, mais on cherche à vous faire comprendre qu’il y a une pesée d’intérêts : à qu’à quoi bon vivre finalement si c’est pour être muselé et assigné à résidence sans contacts avec ses proches, l’alternative étant de se faire vacciner avec du matériel transgénique faisant de l’humain un robot zombie.

          2. @Julie,
            Vous espérez convaincre qui exactement?

            Pas un soupçon d’argumentation aux questions légitimes que j’ai posées dans mon e-mail précédent.
            Votre texte n’est, comme à l’habitude, qu’une compilation d’éléments de langage …:

            – Tourner en dérision les questions et questionnements sans y répondre…
            – Jouer le couplet sentimental, en faisant mine de comprendre de légitimes questionnements (qui ne méritent aucune réponse bien entendu)
            – La fameuse influence de groupuscules plus horribles les uns que les autres … Si vous n’êtes pas d’accord vous êtes soit un complotiste, soit d’extrême droite ou d’ailleurs, soit un fou … pas d’alternative possible!!!
            – la menace : “pardon pas mérité” … vos propos” font partie du problème” (terminologie très fréquente chez tous vos compagnons qui essaiment sur les rs) …
            – affirmations péremptoires ne laissant aucune place au doute alors qu’elles relèvent au mieux du doigt mouillé : “Nous allons encore vivre des mois difficiles”

            Je suis et ai toujours été quelqu’un de rationnel et logique à la limite de l’ennui pour les autres. Je ne fais partie d’aucun groupe nauséabond et suis difficilement influençable.
            Cela explique peut-être que je n’avale pas vos couleuvre et suis insensible à vos éléments de langage.

            Les faits sont les faits. Et je suis loin d’être le seul à les rapporter. Et ceux qui les rapportent sont loin d’être considérés comme des idiots farfelus influençables. Vous voulez que je vous fasse la liste de tous les scientifiques et intellectuels à travers le monde qui dénoncent vos chiffres, votre démarche, etc.

            Si vous avez des arguments, donnez les et acceptez la contradiction. Si c’est pour nous servir votre mélange de faux sentiments matinés de pseudo informations où vous écartez toute contradiction d’un revers de main, essayez donc les marchés comme je vous l’ai suggéré.

            Quant aux chiffres de mortalité:

            Année 2020:
            Semaine 42 0-64ans: 137 +65: 1130
            Semaine 43 0-64ans: 184 +65: 1304
            Semaine 44 0-64ans: 147 +65: 1506
            Semaine 45 0-64ans: 176 +65: 1702

            Année 2019:
            Semaine 42 0-64ans: 174 +65: 1108
            Semaine 43 0-64ans: 160 +65: 1133
            Semaine 44 0-64ans: 152 +65: 1060
            Semaine 45 0-64ans: 130 +65: 1118

            Pour le doublement du nombre de cérémonies vous repasserez mais c’est tout à fait symptomatique de la démarche générale qui consiste à faire peur avec rien.
            Chez les moins de 65 ans, il n’y a pas de surmortalité. Combien de morts COVID chez lez moins de 65 ans ces 4 dernières semaines ?

            On ne peut nier une différence marquée chez les personnes de +65 ans mais à cet âge là quand on est soigné au Doliprane pour une grippe, une pneumonie, une insuffisance respiratoire ou un coronavirus on ne fait pas de vieux os.
            Même si l’HCQ ne marchait pas, pourquoi ne pas l’utiliser pour les vieux puisqu’ils tombent comme des mouches et que vous n’avez rien d’autre à proposer??
            Et pourquoi ne pas protéger spécifiquement les personnes agées plutôt que d’enfermer tout un pays avec les conséquences désastreuses que l’on est déjà en train de mesurer dans toutes l’Europe.
            C’est la démarche que devraient suggérer ces chiffres pour toute personne dotée d’un minimum de bon sens. Non?
            Réduisez la mortalité chez les vieux et au final vous n’avez plus du tout de surmortalité !!!
            Expliquez-nous donc votre démarche et votre logique car cela ne fait aucun sens pour toute personne dotée d’une intelligence raisonnable.

            Vos propos sont l’expression du “problème” auquel nous devons faire face pour ne pas faire partie de “votre solution”.

          3. Merci Julie pour votre prise de position étayée. J’ai bien apprécié votre liste de slogans du marketing viral des corona-sceptiques !

            @ John: Dans votre argumentaire de 82 lignes (sur mon écran), vous ne vous justifiez qu’avec deux chiffres: 2020 et 100; mais ils ne concerne que des dates, pas des faits ! En réalité, les chiffres ne vous intéressent pas. Leur importance est pourtant à la base de la compréhension de l’univers et le propre de l’Homme.

          4. @John:
            D’où tenez vous ces chiffres par semaine, je n’arrive pas à les trouver. Ne sont-ce pas les chiffres AVANT décompte des cas covid ?

          5. @Nicole Verdan, ce que vous peinez à comprendre, c’est la nature exponentielle du phénomène.

            Juillet: 3381 cas, 87 hospitalisation et 20 morts en un MOIS. HIer: 6114 cas, 261 hospitalisations et 85 morts en un JOUR (185’000 cas, 4900 hospitalisations et 1504 morts en un MOIS).

            Votre pesée d’intérêts doit se faire par rapport à la situation. Les mesures doivent donc être mises en regard d’une situation que nous n’avons heureusement jamais connue; à savoir un débordement des systèmes de santé et un chaos généralisé touchant toutes les tranches de la population. Dans un tel scénario, l’économie serait à genoux.

            Nous avons testé les limites avec la 2ème vague et appris (une mortalité importante et un personnel de santé au bord de la rupture). Ne pas agir engendre des mesures plus contraignantes et plus longues. Une révolte de la population dans le déni n’y changerait rien: nous ne sortirions tout simplement pas de la 2ème vague avant 6 mois et un bilan humain et économique désastreux…

            Face à un grave accident, on pense que tout est foutu et que l’on ne pourra plus jamais vivre comme avant. Puis on s’adapte et on sort finalement renforcé. Profitez du semi-confinement pour relire certains philosophes. Aucune pandémie n’est éternelle, il faut se mettre à l’abri un certain temps.

            Pour survivre, il faut savoir s’adapter.

          6. @John

            Il n’était pas dans mon intention de répondre avec un argumentaire sur chaque point (comme l’utilité du masque). Des personnes plus qualifiées l’ont fait et ont classé définitivement une partie de vos affirmation dans les “fake news”.

            Ce que j’observe dans la chronologie de vos posts depuis quelques mois, c’est qu’à chaque fois qu’une de vos affirmations est démentie par l’actualité, le discours évolue et s’adapte. Ainsi votre discours n’a pas évolué d’un iota avec 50 cas par jours cet été et 10’000 il y a 2 semaines… de toute façon les tests ne sont pas fiables, n’est ce pas ? A chaque fois, une explication justifie le déni.

            Le fond de mon message concernait l’éthique. En tant que citoyen, vu les circonstances, je me suis toujours rangé du côté de la tolérance vis à vis de mes semblables face à ces mesures déconcertantes. Aider, tolérer, dialoguer plutôt que de juger.

            J’ai pris conscience récemment que ces théories conspirationnistes ne sont pas le fruit de saines réflexions mais d’un plan de communication structuré et déployé par un ensemble d’individus au pédigré douteux avec un agenda qui n’est pas forcément bénéfique pour la communauté.

            Mon envie de partager et de débattre avec ces individus s’est alors envolée et je poursuivrai donc mes réflexions dans un autre cadre.

          7. @GUYMC

            Il est quand même incroyable que vous ne sachiez pas que ces chiffres sont disponibles sur le site de l’Office fédéral de la Statistique. Vous êtes Suisse au moins?
            Cela montre en tout cas le sérieux de vos analyses. Car enfin c’est la première chose à faire avant de dire et raconter n’importe quoi.

            Et d’ailleurs poursuivons l’analyse:

            Nombre total de morts de la semaine 1 à 45 incluse:
            2019 0-64 ans: 7367 +65: 50192
            2020 0-64 ans: 7419 +65: 51707

            Waouuu … Donc avec ces chiffres, on doit détruire l’économie, les commerçants, la culture, rester enfermé chez soi, reporter les opérations, laisser les dépressions et suicide augmenter en flèche, faire porter un masque plein de bactéries et autres miasmes au bout d’une heure à tout le monde, y compris les enfants.
            Et surtout on doit donner tous les pouvoirs aux politiciens qui ont vraiment l’absolu nécessité de pouvoir agir très vite.

            Prendre à ce point les gens pour des idiots est tout simplement surréaliste.

            @RICHARD
            ….. Honnêtement votre argumentaire n’est fait que d’affirmations péremptoires qui ne s’appuient sur juste rien.

            On dirait Kaa en train d’essayer d’hypnotiser Mowgli:
            – phénomèèèènnee exponentieelllll
            – deuxièèèèèèmmeee vagggueeee
            – au bord de la ruptuuuuureeeeee
            – resteeeeezzzzz cheeeezzzzz vouusssssss … pas d’amisss, pas de sourrriiires…
            – ce ne sera jamais pluuussss commmmeee avvaaaaannnnnttt ….
            – et n’oubliez pas le vaccccinnnnnnnnnn…. surtout!!!!!!

            Je vous renvoie à l’Office fédéral de la statistique. Il faut en profiter avant que vous n’ayez même réussi à corrompre les chiffres qui émanent des organismes fédéraux.
            – par de surmortalité pour les moins de 65 ans cette année, y compris ces dernières semaines …
            – Permettez moi de vous rappeler (car ce n’est certainement pas indiqué sur vos fiches) qu’en 2017 il y a déjà eu des chiffres de mortalité très similaires à ces dernières semaines chez les plus de 65 ans. Eh oui. Et il n’y a pas eu le moindre soupçon d’urgence sanitaire avec confinement, masques and all that jazz…Et il faut rappeler qu’à l’époque on avait un vaccin (dont on sait nécessairement les résultats aléatoires pour ce type de virus) et on soignait les vieux avec des antibio adaptés pour les infections pulmonaires.
            – 65 ans est l’indicateur utilisé par l’Office Fédéral de la statistique mais en réalité, concernant les morts du Covid, l’age moyen des morts COVID, c’est plutôt 84 ans: soit au dessus de l’espérance de vie!!!! En voilà une bonne raison pour enfermer tout le monde.

            Je vous rappelle également que l’engorgement des hopitaux n’est pas un phénomène nouveau. Il existe une vidéo sur youtube qui fait une compilation des journaux télévisés depuis 2015 qui montraient les hopitaux Français saturés chaque année. Et comble de l’ironie et de la corruption, on retrouve dans ces journaux télévisés certains médecins qui nous jouent aujourd’hui la partition de la peur comme si cela relevait d’une situation exceptionnelle.

            @Richard, peut-être pourriez-vous:
            – nous expliquer comment sont soignés les gens qui sont atteints de COVID aujourd’hui? Et en particulier les vieux?
            – nous indiquer combien de cycles sont utilisés pour les tests PCR? Et le même nombre de cycles est-il utilisé dans toute la Suisse?
            – nous expliquer sur quelle base on n’utiliserait pas l’HCQ sachant qu’une étude frauduleuse a été à l’origine de l’arrêt de son utilisation et qu’il existe actuellement plus de 150 études qui semblent montrer les effets positifs?
            – nous expliquer d’où vous tenez pour certain que le confinement a un effet positif considérant que nous n’avons aucune expérience préalable (et donc nécessairement pas d’étude) et que l’expérience actuelle de nombreux pays montre tout et son contraire?

            @GUYMC, @JULIE, @RICHARD etc… :
            Pouvez-vous également nous expliquer, par quel miracle, par quelle espèce de combinaison chimique ou même quelle drogue, les milieux affairistes plutôt proches des politiques dans tous les pays occidentaux, ont opéré une telle transformation qui fait qu’ils sont tous d’accord pour détruire l’économie sur l’autel de la vie de quelques personnes qui ont souvent dépassé l’age de l’espérance de vie????? D’ailleurs dans certains de ces pays, parler de quelques morts n’est même pas une exagération!!!
            D’habitude, les citoyens doivent se battre pour que la santé prime sur des considérations économiques. Combien de scandales sanitaires, liés à des médicaments ou substances utilisées à l’échelle industrielle ont montré le difficile combat des citoyens contre les milieux d’affaire? Honnêtement, c’est tellement incroyable et cela heurte tellement le bon sens qu’il serait utile de proposer une explication.

            Enfin bref, je vous laisse consulter vos fiches, collègues, supérieurs, spécialistes en réthorique et langue de bois pour essayer de m’expliquer en novlangue que j’ai tort, ne comprends rien, le tout en évitant tout argument sur le fond. Faites moi donc le couplet du aille aille aille … ouille ouillle ouille…bla bla bla … un peu de beurre par là … de la confiture ici…
            Le pire, c’est que vous allez le faire: lol. Ce sont vos instructions. Et peu importe si vous avez l’air ridicule. L’important c’est d’occuper le terrain, de ne rien lâcher. L’ingénierie sociale ne s’articule pas autour du bon sens.

          8. Décidément, il y en a qui “pètent un cable” sur ce blog, ça fait un peu peur…
            @Julie, merci pour vos commentaires. Ne vous laissez pas impressionner et continuez à vous exprimer.

          9. @John. Vos opinions concernant la situation ne concernent que vous et m’importent peu. Votre manque de respect pour le personnel médical, qui paie lui le prix fort, est par contre …. inacceptable.

          10. @Julie,

            Nous seulement vous êtes prise en flagrant délit de mensonge par l’Office fédéral de la statistique mais vous persistez. Je me doute que vous n’allez répondre à quasiement aucune de mes questions, soit parce que vous navez pas les réponses, soit parce que y répondre reviendrait à débattre ce qui n’est à l’évidence pas votre objectif.

            Vous dites que des personnes plus qualifiées ont classé “DEFINITIVEMENT” une partie de mes affirmations comme des “Fake News”. Il y a plus de questions non répondues que d’affirmations dans mes posts mais passons sur ce détail. On ne sait également pas quelles sont ces “Certaines” affirmations mais vous mentionnez “l’utilité des masques”. Analysons un peu cette affirmation.

            Avant 2020, les études et le consensus scientifique considéraient le masque comme inutile pour lutter contre les virus. D’ailleurs on peut trouver encore cette information sur de nombreux sites dont celui de la CDC. C’est ce qui a permis à tous les hommes politiques de presque tous les pays occidentaux de ne pas recommander le masque et même le contraire (on se rappellera O. Veran critiquant les gens qu’ils voyaient porter un masque depuis la fenêtre de son ministère – vidéo facile à trouver).
            Toutes ces études qui sont facilement disponibles (on ne peut pas mettre de lien sur ce blog sinon je me ferais un plaisir de les fournir) ont été réalisées par des personnes qualifiées et, qui plus est, dont on ne peut soupçonner d’arrières pensées dans le contexte de l’époque.
            Pourquoi donc ces études qui ne vous plaient plus n’auraient pas un caractère “DEFINITIF”?
            Vous allez me dire que la science évolue (je connais l’argument classique). Donc si cette science peut évoluer, comment pourriez-vous considérer que des personnes qualifiées puissent aujourd’hui classer “DEFINITIVEMENT” la question ?
            Doit-on en conclure que vous n’avez ni bon sens, ni intelligence raisonnable et auquel cas considérer que vos propos ne sont eux-mêmes par raisonnables?

            Non seulement cela, mais en réalité, il n’y a pas du tout consensus dans la communauté scientifique concernant les masques:
            – Ecoutez le Dr Lee Merritt (qui n’a rien d’une conspirationniste) qui a travaillé sur les masques et les armes chimiques et qui explique au congrès que jamais personne dans le milieu n’a considéré que le masque pourrait être utiles contre les virus. A part une combinaison de type 4, il n’y a pas grand chose d’efficace (vidéo yt dispo).
            – Recherchez la vidéo “un chirurgien explique son point de vue”. Il vous emmène dans un bloc opératoire et vous explique les conditions d’utilisation d’un masque. Les précautions pour le mettre. Le fait qu’il y a des extracteurs d’air et des diffuseurs d’air frais. Il explique également que le masque ne protège pas des virus ni même des bactéries mais essentiellement des projections pendant l’opération.
            Ce ne sont que quelques exemples parmi une multitude de scientifiques et chirurgiens qui ont exprimé leur désaccord avec cette nouvelle science du masque.
            Et au delà des scientifiques qui s’expriment individuellement, il y des études récentes qui contredisent les études pro-masques.

            Que quelqu’un vous raconte qu’il a étudié ce qui se dit sur le sujet et que malgrè le manque de consensus, il préfère porter un masque, que cela le rassure, etc … c’est compréhensible. Mon avis sur le sujet a d’ailleurs évolué. Mais quand quelqu’un vient vous raconter que le sujet a été tranché “DEFINITIVEMENT” et qu’il n’y a pas matière à discussion, vous auriez tout à fait intérêt à être suspicieux. Cette personne ne vous veut peut-être pas que du bien…

            Je ne vois pas quelles sont mes affirmations qui sont démenties par l’actualité? Pourquoi est-ce que vous parlez en l’air. Moi aussi je peux raconter n’importe quoi à propos de ce que vous auriez dit mais sans le dire tout en l’insinuant mais pas trop quand même. Soyez explicite et je vous répondrai.
            Pour l’instant, ce sont vos affirmations qui sont démenties par les faits et les chiffres.

            De quel déni parlez-vous?
            – 2020: 59126 morts
            – 2019: 57559 morts
            C’est factuel. Ce n’est pas une vue de l’esprit.
            Rassurez-moi, les hommes et femmes politiques réfléchissent et ont accès à l’information? Tout citoyen devrait s’assurer que les mesures prises sont proportionnelles avec une situation donnée sinon on glisse dans l’abus de pouvoir et d’autorité. J’attends la justification la proportionalité de toutes les mesures actuelles sur cette base. A minima, car j’aimerais également que l’on réponde à d’autres questions tout aussi légitimes.
            Rassurez-moi, le pays n’est pas une Entreprise Privée dont les patrons sont les hommes politiques? Ces derniers sont bien aux commandes du pays dans le but d’assurer une gestion conforme aux attentes à minima de la majorité des citoyens.
            Avec une surmortalité très raisonnable, il me semble qu’il n’y ait aucune raison de faire paniquer et qu’il serait tout à fait légitime d’organiser des votations sur tous les ces sujets. Dans le cas contraire, cela s’appelle un détournement de souveraineté.

            Vous dites :
            – “Le fond de mon message concernait l’éthique. En tant que citoyen, vu les circonstances, je me suis toujours rangé du côté de la tolérance vis à vis de mes semblables face à ces mesures déconcertantes. Aider, tolérer, dialoguer plutôt que de juger.”
            Alors là, j’ai faille m’étouffer et, je dois l’admettre, n’ai pu m’empêcher de rire (et inutile de de dire que vraiment, la période ne s’y prête pas, bla bla … si il faut continuer à rire, c’est très bon pour le système immunitaire – riez vous rendrez service aux hopitaux).

            – Ethique : bel exemple d’éthique en parlant de doublement du nombre de cérémonies.
            – Tolérance : vous n’arrêtez pas d’appeler à censurer les messages sur ce Blog.
            – Aider, tolérer, dialoguer plutôt que de juger : ahahahah … honnêtement quelle farce. Vous jugez tout le monde, y compris Mme Sandoz qui est à l’évidence très (trop?) mesurée. et qui s’assure, indépendamment de ce qu’elle peut penser (non, non je ne la connais pas), de garder un cadre raisonnable à cette discussion.

            Vous avez pris conscience que “ces théories conspirationnistes” … bla bla ? Quelles théories ? Celles de l’Office fédéral de la statistique ? Le bon sens et la logique relève de la conspiration ?
            Mais expliquez-nous donc le cheminement qui vous a fait prendre conscience récemment de ces théories. Donnez-nous les éléments, les faits. Argumentez plutôt que de faire des affirmations en l’air.
            Je trouve cela tout à fait intéressant mais vous comprendrez que “un plan de communication structuré et déployé par un ensemble d’individus douteux …etc …”, ça fait quand même un peu scénario X-Files.
            Je veux bien étudier la possible existence de vos extra-terrestres mais il faut donner de la matière.

            Vous dites : “Mon envie de partager et de débattre avec ces individus s’est alors envolée…”
            Je ne vous ai jamais vu débattre. Juste des affirmations péremptoires. Vous servez le discours officiel en niant toute la communauté scientifique nationale et internationale qui est en désaccord.
            Vous avez raison, envolez-vous.

            @Raymond,
            Et sinon, des arguments ?
            Des réponses aux questions que j’ai posées ?
            Une mise en perspective de la situation qui serait compabible avec le bon sens ?
            Chiche?

            @Didier,
            Il est tout à fait acceptable que mes opinions ne vous importent pas. Aucun problème avec cela.
            Par contre considérer qu’elles ne concernent que moi relève déjà d’une intolérance et un manque de respect qui s’accorde mal avec la suite de votre message.
            Qui représentez-vous à part vous même pour juger que mes propos manqueraient de respect au personnel médical ?
            Qu’est-ce qui dans mes propos sous-entendrait que je ne respecte pas le personnel médical ?
            Pour information, en France, le personnel médical a demandé que l’on ne les applaudisse pas à 20 heures mais plutôt que l’on se batte pour qu’ils obtiennent plus de moyens. Les lits d’hôpitaux continuent à être supprimés en France. On injecte des milliards à fonds perdus dans le chômage partiel mais rien n’a été fait pour l’hopital depuis Mars.
            Pour le manque de restpect au personnel médical allez donc frapper à la porte de ceux qui pourraient agir pour améliorer la situation depuis des années plutôt que d’avoir laissé se dégrader les conditions d’excercice de la profession.

            Quant au lourd tribu, il serait temps de calmer les exagérations permanentes. En tout cas, jusqu’a ce que l’Office Fédéral de la statistique soit rattaché au futur Office de la propagande.

            Et pendant que vous y êtes, puisque vous semblez avoir un avis sur les choses, n’hésitez pas à répondre à mes questions et à nous dresser un tableau de la situation et de la proportionnalité des mesures qui ne heurte pas le bon sens. C’est la meilleure chose à faire pour éviter le doute et la suspiscion plutôt que les cris d’orfraies.

  53. Pendant que certains passent leur temps à écrire des blogs douteux de 30 pages, la Chine a réglé le problème: w.24heures.ch/pourquoi-la-chine-a-vaincu-le-virus-et-pas-nous-592180937186 tout comme Taiwan, la Corée du Sud et bien d’autres encore.
    Un des points relevé est notamment qu’au lieu de discuter sans fin, la population a adopté le port du masque très rapidement et semble savoir le porter efficacement…

    1. @Lisa

      ….. si vous lisez mes propos, les motivations pour organiser un tel cinéma devraient vous apparaître évidentes.
      Vous pouvez bien évidemment ne pas du tout y souscrire et c’est votre droit le plus strict mais la question en tant que telle ne fait pas vraiment sens.

      Vous pouvez toujours contacter l’Office fédéral de la statistique pour toute réclamation.

  54. @Pierre

    “Post douteux”:
    Affirmation complètement péremptoire ne reposant sur rien mais on a l’habitude.
    N’hésitez pas à critiquer le fond. Je n’ai aucun problème avec cela.

    Ceci étant dit, quand on en est à utiliser un article paru dans un journal Polonais qui relève l’utilisation du port du masque en Chine pendant la crise, c’est certainement que l’on n’a pas beaucoup d’arguments à présenter.
    Etes-vous en train de nous dire qu’un article d’un journal Polonais a plus de valeur que les recherche du Dr Lee Merritt sur les armes bio-chimiques? Plus de valeur que les propos de tous les scientifiques et chirurgiens qui dénoncent cette “mascarade” du masque? Plus de valeur que toutes les études pré-2020 mais également les nouvelles études qui dénoncent l’utilité du masque et du confinement?
    Le mensonge devient tellement évident que vous ne prenez même plus la peine d’être crédible.

    Mon avis, est que tous ces pseudos: @Pierre, @Raymond, @Didier, @Richard, @Julie, @Guymc ne sont certainement que des comptes créés pour diffuser la propagande officielle.
    Je ne crois pas une minute que des personnes raisonnablement intelligentes, éduquées, à peu près logiques et qui ont nécessairement accès à l’ensemble des informations contradictoires sur le sujet (sinon elles ne seraient pas là) puissent nous affliger de leurs affirmations sans strictement aucune nuance (si ce n’est les quelques figures de rhétoriques que j’ai déjà relevé par ailleurs).

    Si vous désirez une confirmation, il suffit en général de poser quelques questions pour apprendre que:
    * Ils sont contre l’HCQ. Bien entendu ils trouvent cela très vilain qu’une étude frauduleuse ait été publiée dans The Lancet mais cela ne change rien… Pas d’étude randomisée en double aveugle.
    * Ils sont pour le confinement. Là ils n’ont pas besoin d’une étude, et encore moins en double aveugle. Pas besoin de science sur le sujet. Dire que cela a permis de diminuer le nombre potentiel de morts est suffisant…Que les chiffres montrent la non corrélation complète entre confinement et cas/morts ne les intéresse pas.
    * Ils sont pour les masques. Que l’essentiel des gouvernements nous aient indiqué en boucle que le masque ne servait à rien, que toute la connaissance scientifique jusqu’à 2020 ne montrait aucune efficacité du masque pour lutter contre les virus, etc ne soulève aucun doute chez eux.
    * Ils sont toujours à dire et penser que c’est de notre faute. Si on avait mieux respecté les règles nous n’en serions pas là, bla bla bla (vous connaissez j’imagine). En même temps si vous leur montrez que la mortalité est très similaire à l’année passée, ils vous diront que c’est grâce aux masques et au confinement. A ce moment là, si vous leur indiquez votre incompréhension sur le fait que des règles non respectées soient néanmoins si efficaces alors vous devez un poseur de questions de bon sens, autrement dit un “complotiste” qui comme le terme ne l’indique pas n’est pas une personne qui participe à un complot mais une personne qui pense qu’il existe un complot ou une action concertée (et tout le monde sait que cela n’existe pas – brûlez les livres d’histoire et vite!!!!)
    * Ils sont pour les vaccins. La mise sur le marché d’un vaccin en un an (contre 10 ans en général) ne leur pose pas le moindre problème. Le rendre obligatoire dans un pays où il n’y a pas d’obligation vaccinale ne leur semble pas incohérent. Injecter un produit (fait rapidement sans les garanties nécessaires) à 8 millions d’individus pour potentiellement sauver la vie à 500 (peut-être moins) personnes ne leur semble pas farfelu. Par contre, utiliser de l’Hydroxychloroquine… surtout pas!!! Cela peut-être dangereux!!
    Bien évidemment, on pourrait imaginer (même si ce n’est pas vraiment facile) qu’une personne normale, qui existe en vrai, défende en effet tous les points énoncés ci-dessus. Mais dans le cas des comptes de propagande, il n’y a juste pas quasiment aucune nuance. Il y a bien quelques effets stylistiques en général très rapidement démasqués mais pour l’essentiel, c’est sans nuance. Vous obtiendrez en général une liste (certainement toute prête) d’éléments visant à appuyer chacun des points ci-dessus énoncés.

    Je tiens également à rappeler que je n’ai rien à vendre et ne cherche aucune notoriété.
    Surtout, ne me croyez pas sur parole. Recherchez, lisez, analysez, critiquez. Fondez votre opinion sur la base du raisonnement et du bon sens.
    Assumez de faire évoluer votre opinion à l’aune de nouvelles informations ou connaissances.
    Comme les informations qui contredisent la propagande officielle ne sont pas disponibles via les canaux d’information habituels, je vous conseille le fil Twitter de Corinne Reverbel. Vous aurez une compilation de l’actualité (disons alternative) autour du Covid.
    Il y a également covidinfos.net et plein d’autres également.

    Et au final, contrairement aux “propagandistes”, il m’importe peu que quelqu’un:
    * veuille se faire vacciner
    * veuille prendre du Remdesivir au petit déjeuner
    * veuille porter un masque et rester confiné jusqu’à la fin de ses jours

    Cela me semblerait stupide mais tant que cette stupidité n’empiète pas sur mes libertés, je peux vivre avec.

      1. @Guymc,

        Plutôt que de vaguement essayer de nous faire croire être sur la même longueur d’onde en matière de libertés individuelles, vous devriez consacrer votre énergie à l’étude des chiffres de l’Office fédéral de la Statistique, maintenant que vous en connaissez l’existence !!

        1. @ John. Merci, mais ça fait depuis mars que je sors chaque jour une statistique comparative entre pays basée sur les chiffres de la bien connue Johns Hopkings University (JHU). Ceux que vous citez mélangent tout (morts naturelles, accidents, meurtres, terrorisme,…). On ne peut pas faire de statistiques sérieuses avec seulement ces grandeurs globales. Et, qui plus est, vous avez choisi de mentionner ceux qui ne montrent rien, justement !

Répondre à leonis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *