“Peopelisation” du terrorisme

« Démocratisation du terrorisme », tels sont les mots que Le Temps du 28 juillet met dans la bouche du Directeur adjoint du Geneva Center for Security Policy. Le rapprochement des deux termes fait hurler. Comment peut-on parler d’un « terrorisme démocratique », dans une culture européenne ou occidentale où les mots de la famille de démocratie sont toujours porteurs d’une valeur positive ? La preuve : personne ne parle jamais d’une démocratisation de la politique internationale par les initiatives UDC. Or on devrait et pourrait parfaitement le dire si on prenait le mot dans le sens où l’entend sans doute le directeur adjoint du Centre de Genève cité plus haut, à savoir « accessibilité à tout un chacun ».  C’est bien là le sens basique du terme de « démocratisation », mais le gros problème c’est que, dans notre conscience occidentale, cela ne peut concerner qu’un résultat positif. Ex. : démocratisation des études (malheureusement très mal appliquée chez nous !), démocratisation de la culture, de l’art, de la vie sociale et politique, du fonctionnement de l’Union européenne, etc… Mais démocratisation du terrorisme, mille fois NON. Alors, que fallait-il dire ?

« Peopelisation » des moyens et buts terroristes, tel est sans doute le nouveau visage qu’offrent  les derniers actes atroces de massacre et tuerie. C’est bien ce que l’on comprend du texte de l’interview du Temps cité plus haut quand il y est précisé : « tout un chacun peut entrer en action, poignarder des gens dans un train puis poster une vidéo ou brandir un drapeau et se revendiquer de l’EI ». Ce n’est pas de la démocratisation, c’est du populisme au sens propre du terme, ni de gauche ni de droite, mais fou, parce que rien n’est plus contagieux que la folie et celle des terroristes n’a pas de limite.

Mais par pitié, un peu de bon sens, ne parlons pas de « démocratisation du terrorisme ». C’est une aberration dangereuse.

 

Le 28 juillet 2016

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

3 réponses à ““Peopelisation” du terrorisme

  1. Très souvent je ne suis pas d’accord avec vos prises de position.
    Concernant ce sujet cependant, j’ai eu exactement la même pensée que vous.
    Merci.

  2. Message de paix

    Je m’adresse à vous les religieux
    Vous qui êtes sensé passe le message de Dieu
    Reprenez en main ces jeunes qui dérivent
    Expliquer leur que la religion n’est pas faite de promesse qui enivre
    Allez dans ces cités prêchez ensemble la bonne parole
    Quelques soient vos convictions prêcher la à l’unisson
    Et Oublier vos différences de religion
    Prêchez le bon discours celui de l’amour
    Expliquez à ces jeunes manipulés
    Que le paradis n’est pas ouvert au meurtriers
    Que la propagande religieuse
    N’est ni louable ni pieuse
    Mais que le seul message religieux
    Celui de Dieu
    Quelque soit le nom qu’on lui donne
    C’est le respect de tout Homme
    Je vous en supplie Homme de Dieu
    C’est à vous de ramener la paix en ces lieux
    Que çe ne soit pas les armes de destruction
    Qui passe le pas à la religion
    Mais les bons discours ceux de l’Amour
    Martial

Répondre à Cadas Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *