L’université remplace le cirque Knie

Sans doute vous souvenez-vous de l’époque où le cirque Knie avait encore la permission d’avoir des numéros avec des fauves. La piste devait être entourée de barrières métalliques et les fauves entraient par un tunnel métallique lui aussi.

Pour l’instant, le tunnel manque encore, mais l’UNIL comme l’UNIGE ont déjà installé les barrières métalliques autour des cafeterias afin sans doute de protéger les étudiants avec pass des fauves non vaccinés qui pourraient les attaquer.

On a d’ailleurs également dressé des barrières métalliques devant le Palais fédéral.

Mon Pays, deviens-tu fou ?

Crainte fondée et vice de la volonté

La vaccination n’est pas obligatoire. Si elle n’est pas obligatoire, cela signifie qu’elle est librement volontaire. Or que vaut la volonté si elle est conditionnée par une crainte fondée ? En droit suisse, rien.

La menace qui pèse sur les étudiants en relation avec leur accès à l’enseignement, menace liée à l’exigence du pass covid et aux complications des tests – éventuellement payants, c’est encore en suspens – ainsi qu’aux conditions parfois aggravées posées par certains professeurs, correspond à la contrainte née d’une crainte fondée.

Arrêtez le chantage au vaccin auprès des jeunes

Le vaccin peut – c’est officiellement reconnu – induire un problème cardiaque chez des jeunes. Certes, la proportion est faible et ce n’est pas immédiatement mortel, mais on ignore les conséquences à long terme. On peut comprendre la crainte de la vaccination chez des jeunes en bonne santé, crainte d’autant plus fondée que les informations données publiquement et officiellement au sujet des suites réelles, déjà constatées, du vaccin sont à peu près inexistantes, ce qui mine toute confiance.

Une campagne publicitaire désastreuse

La campagne en faveur de la vaccination est absolument désastreuse. Tout est mis en œuvre pour contraindre à la vaccination (en particulier l’intimidation de certains médecins, les menaces concernant le personnel soignant, voire certains employés du secteur public, etc…), en traitant les citoyens comme des délinquants, en ostracisant les personnes non vaccinées, alors que les personnes vaccinées peuvent aussi être porteuses des virus et d’autant plus « dangereuses » qu’elles renoncent à toute mesure de sécurité suivant les cas.

Disons-le clairement, la vaccination est en fait devenue obligatoire sous la contrainte et la menace.

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

124 réponses à “L’université remplace le cirque Knie

  1. Merci pour ce triste constat. Mais nous pourrons torpiller la base legale de cet infâme pass en votant NON ce 28 novembre.
    Qu’on se le dise:nos droits ne s’usent que si l’on ne s’ en sert pas….

    1. Le gouvernement et les universités ont été bien maladroits.
      J’invite cette courte lecture à celles et ceux qui veulent savoir ce que signifie “la proportion [d’un problème cardiaque chez les jeunes] est faible et ce n’est pas immédiatement mortel (sic), mais on ignore les conséquences à long terme (sic)” :
      Le texte est en français malgré les apparences.
      ttps://www.swissmedic.ch/swissmedic/fr/home/news/coronavirus-covid-19/untersuchung-berichten-ueber-myokarditiden-zusammenhang-mrna-impfstoffe.html

  2. Que les étudiants qui ne veulent pas du vaccin ou faire les tests prennent une année sabbatique, ou deux.
    Le risque de problème cardiaque dû au vaccin est plus faible que le risque de problème cardiaque dû à la Covid. ww.nytimes.com/2021/08/25/health/covid-myocarditis-vaccine.html

    1. Merci de votre franchise. Vous méprisez la loi démocratiquement adoptée. Vous méprisez la loi sur les épidémies qui ne permet pas la vaccination obligatoire des plus jeunes dans leur ensemble. Vous méprisez la démocratie en soutenant les procédés tordus adoptés par le Conseil fédéral. Il ne faut pas vous étonner de la réaction violente de certains. Ni de la destruction profonde de la société, notamment intergénérationnelle, que vous soutenez.

        1. Vous soutenez le fait que le Conseil fédéral manoeuvre afin d’imposer la vaccination par des mesures visant à contourner l’impossibilité, au terme de la loi fédérale sur les épidémies, de la rendre obligatoire. C’est dire que vous soutenez une violation de l’article 5 de notre constitution qui ne permet pas de tels procédés. Faut-il vous rappeler que le Conseil fédéral doit respecter lois et constitution ? De plus, vaccination obligatoire (lorsqu’elle est possible) ne veut pas dire physiquement forcée. Vous devez assumer votre position.

          1. Vous me prêtez des paroles ou des pensées qui ne sont pas les miennes.
            J’ai pas mal réfléchi et tenté de me mettre dans les chaussures de ceux qui sont actuellement courroucés par la situation. Je comprends la frustration, notamment due à la politique des petits pas (non, peut-être qu’il faudra, oui) et à la défiance du monde politique et médiatique sur un panel de sujets de plus en plus large, mais je reste absolument sur ma position, les gens ont le choix de se faire vacciner, ou non. Je pense que nos opinions sont irréconciliables.

    2. Ben voyons. Et que les gens qui tiennent votre raisonnement aillent vivre en Chine. Merci pour votre belle compréhension du Droit, des Droits et de cette liberté dont vous méprisez le fondement et la qualité intrinsèque de votre argumentation.

      1. “Liberté” et “Moi, je” sont semblerait-il librement interchangeables maintenant. La première phrase, celle sur laquelle vous tiquez, n’est pas une argumentation, mais juste une opinion.

    3. Prendre une année sabbatique peut être souvent positif, c’est du temps de gagné sur ce qu’on peut moins facilement prendre après, la période dans la vie pour se sentir jeune et libre est précieuse, elle donne des souvenirs qui plus tard allègent le poids de la vieillesse, et même parfois sur son lit de mort pour s’en aller avec moins de regrets.

      Que répondraient les défenseurs de la liberté à cette proposition de prise de liberté qui peut faire “d’une pierre deux coups ?..” Madame Sandoz êtes-vous là ? Est-ce que faire miroiter cette heureuse liberté serait une insupportable contrainte déguisée de la dictature sanitaire ?

      Votre deuxième paragraphe :
      « On ne réfléchit bien qu’avec le cœur » disent certains, ils ne parlent pas du même cœur, et c’est vrai que cet autre cœur réagit mal au vaccin.

    4. Prendre une année sabbatique, forcée, après avoir tout donné en 1ère année d’UNIL, une année déjà compliquée avec les contraintes non-fondées, de télétravail; pas facile la vie de jeune universitaire, comment rester motivé. J’aime bien choisir moi, lorsque je veux prendre une année sabbatique.
      Merci Mme Sandoz pour ce bel article. Le papa d’une jeune universitaire

    5. Peut-être bien. Mais il faut aussi connaître et accepter les risques avant de se vacciner, pour le faire de façon libre et éclairée. Selon les statistiques tirées de VAERS (site du gouvernement américain qui comptabilise les incidents vaccinaux aux USA), le taux de mortalité des vaccins contre le COVID représente 1,4% des réactions signalées, contre généralement 0,4% pour l’ensemble des vaccins (hors COVID).

      Ceci dit, votre commentaire n’est pas en rapport avec celui de Madame Sandoz qui dénonce à juste titre l’immoralité d’une prime de recommandation, comme s’il s’agissait du marketing d’un fournisseur d’accès à internet.

      1. Et encore une personne venue de nulle part qui affirme un pourcentage sans source directe et sans mise en perspective.

        Je suis fatiguée de ces donneurs de leçon antivaax.

        A tous, sans lien avec ce donneur de leçon: vous pouvez vraiment dormir le soir en sachant que vous vous amusez à décourager des personnes vulnérables de se vacciner ? Pour vous endormir, vous comptez les morts? ou les personnes hospitalisées ?

        A méditer:
        Art. 231 du Code pénal

        Celui qui, par bassesse de caractère, aura propagé une maladie de l’homme dangereuse et trans­missible sera puni d’une peine privative de liberté d’un an au moins et de cinq ans au plus.

        1. Vous vous trompez de destinataire. Madame Sandoz n’est pas un personne qui vient de nulle part. Renseignez vous sur Wikipedia. De plus elle n’est pas antivax, elle critique seulement les discriminations faites à l’Université pour des motifs sans fondement. Quant aux sanctions que vous préconisez, soi disant au nom de la loi, elles sont tout simplement odieuses et empreintes d’une bêtise crasse.

          1. Bonjour Raphaël Célis, merci infiniment de votre commentaire, plus que nécessaire. La personne qui attaque férocement les autres humains via ce blog passionnant et d’autres blogs devrait être d’urgence vaccinée contre la RAGE.

            Prof. S. Sandoz a plusieurs longueurs d’avance sur bien des sujets, avec un courage certain et une grande élégance dans son écriture. Excellentes questions toujours à point nommé.
            Certains scientifiques perdus dans leurs tours d’ivoire devraient en prendre de la graine, et urgemment, afin de rétablir le contact avec la base si cela est encore réalisable (j’émets des doutes à ce stade).
            eab, une exemptée ni pro-vax, ni anti-vax

          2. Chère Éliane,

            Merci beaucoup pour votre aimable message. Fort heureusement, il existe des gens comme vous qui savent encore placer leur confiance en ceux et celles qui le méritent. Et Suzette Sandoz fait incontestablement partie de celles-là. Vos interventions énergiques sont d’autant plus souhaitables que le bloc de Suzette est également la cible de malotrus qui, à mon humble avis, représentent une partie importante de la population. Je songe bien entendu à ce « Johnny ». que l’on croirait issu des bas-fonds de la société, et qui se répand en propos abjects qui, par ailleurs, ne concernent en rien le sujet discuté.
            Je suis aussi très affligé de constater que la plupart des intervenants se confrontent à coups de chiffres et de statistiques, sans cesse changeantes, et qui ne touchent au problème posé par la pandémie que de manière superficielle. En effet, tous ces calculs ne font qu’embrouiller l’esprit en place de viser l’essentiel du phénomène en question.
            Permettez-moi de nous prendre, ma femme et moi en exemples. Mon épouse souffre d’un souffle au cœur depuis son enfance et est contrainte de se montrer très prudente lorsqu’une nouvelle médication lui est prescrite. Elle se montre dès lors très méfiante à l’égard des vaccins. De plus, et cela n’arrange rien, les informations officielles sont truffées de contradictions, de confusions et de non-dits. Conclusion, elle s’abstient provisoirement de se faire vacciner et s’expose ainsi aux sanctions prévues par les décrets de la Confédération. Quant à moi, je sors de quatre opérations de la colonne vertébrale, et je suis conduit à faire preuve d’une prudence analogue. Si je me suis cependant fait vacciner, c’est uniquement pour des raisons pragmatiques – parmi lesquelles la mobilité joue le premier rôle. et non pour des raisons sanitaires envers lesquelles je ne trouve aucun argument décisif susceptible de les adopter. Voilà donc une situation dont la complexité se retrouve dans bien d’autres cas et que la contrainte et l’intimidation ne font qu’accroître le sentiment qu’il se passe quelque chose d’anormal.
            Pourquoi est-ce donc anormal ? Parce que nombre de médecins que j’ai la chance de rencontrer se montrent tout aussi méfiants à l’égard de ces manœuvres, dont le caractère à la fois déloyal et socialement nuisible tombe sous le sens. En voici les ressorts :
            1. La multiplication des vaccins, dont l’absence de dangers est loin d’être prouvée, et qui présentent des risques à chaque fois différents, sans qu’ils ne soient clairement exposés à la population, invitée à se soumettre au traitement que les cantons ont choisi pour elle.
            2. L’empressement dont témoignent les autorités politiques à étouffer les mises en garde des praticiens au profit de mesures de plus en plus douteuses qui stigmatisent les citoyens hésitants, perplexes ou tout simplement heurtés par la brutalité avec laquelle on les traite.
            3. La dissolution de tout consensus fondé sur le bon sens provoqué par ces campagnes politiques et institutionnelles avec pour effet une atomisation du corps social et/ou son clivage en deux partis condamnés à s’affronter jusqu’au finish.
            4. La multiplication des arguties tordues pour justifier des positions qui ne font que démontrer la confusion et le malaise de ceux et celles qui les énoncent.
            5. Enfin, cet effondrement de l’éthique la plus élémentaire au niveau des élites se répercute inévitablement dans le comportement des individus parmi lesquels les « Johnny » s’expriment et agissent en toute impunité, favorisant ainsi l’avènement d’un régime sans scrupule où la liberté de décider de soi, de son corps et de sa santé, sera vidée de son contenu. Le système politique de l’Allemagne nazie nous a montré que ce sont précisément les citoyens les plus malfaisants qui confisquent la parole et qui envoient dans des camps (aujourd’hui prudemment appelés EMS) ceux et celles qui ont encore l’audace de réfléchir cinq secondes.
            Croyez bien, chère Éliane, que je ne tiens pas à peindre le diable sur le mur. Ce que je veux signifier, c’est que l’attitude de nos autorités contribue, nolens volens, à la propagation d’un climat favorable à cet autoritarisme dont au fond personne ne veut, pas même les inconscients qui font tout pour qu’il advienne. Espérons donc que la résistance pacifique de personnes de haut niveau, telles Suzette Sandoz, porte finalement ses fruits et qu’elle serve d’exemples aux générations qui la suivent.
            Cordialement à vous.

          3. Bonjour Raphaël Célis et surtout merci de vos commentaires (sur les 2 titres récents du blog de Prof. S. Sandoz). Vous démontrez un grand esprit d’analyse mêlé à une grande sagesse. Cela fait un bien fou de vous lire.
            Pour votre épouse, je comprends trop bien, étant moi-même l’une de ces patientes chroniques sur la vie entière …. (pas du côté noble (le cœur) mais du côté de la station d’épuration des liquides).
            Pour vous-même, ces opérations sont réputées affreusement douloureuses et c’est un vrai parcours du combattant. Chapeau !

            La méfiance est hélas devenue la base en Helvétie, à force de mensonges réitérés sur de très longues décennies. Il semble devenu difficile de savoir vers qui nous pouvons nous tourner pour obtenir de vraies informations, non tordues et non axées sur le profit systématique. Comme vous l’aurez peut-être lu via les divers titres du blog, il m’a fallu beaucoup de ténacité et de patience pour obtenir les ¾ des réponses médicales appropriées (genre « no-one knows »), avant l’exemption vaccinale ferme et définitive accompagnée arguments non discutables ad hoc.

            Pour les autorités, je suis complètement en accord avec vous. De mal en pis. École enfantine sans punition. Et personne ne semble arriver à « neutraliser » les excès de tous bords. « Fraus latet in generalibus ».
            Au passage, je reconfirme que les diverses frontières terrestres (et je m’y connais en passages transfrontaliers) sont exemptées de surveillance douanière. Le discours officiel est donc archi faux sur le terrain, ce qui renforce l’absence de confiance envers les autorités XYZ.

            Pour l’éthique médicale, certains professeurs / chefs de service ayant beaucoup œuvré par le passé pour développer ce thème en Suisse (aux soins intensifs par exemple) doivent forcément ressentir une immense déception. Je me souviens très bien des développements (et des textes préliminaires) y relatifs depuis 1980 environ.
            Ce sujet vital progressait lentement mais sûrement et, d’un coup de virus, avance à reculons ……. et à pas de géants puisque les éthiciens du moment s’occupent, par exemple, de vaccinologie, au lieu de rester spécialistes de leur spécialité. Aïe !

            Donc, comme mère je me fais du souci pour ma descendance et surtout pour mes futurs petits-enfants – dans quel type de société vont-ils grandir et pouvoir s’épanouir ? Une société exclusivement faite d’interdits, de diktats dès quelques semaines d’âge ? Une société qui éliminera d’emblée les nés de travers, avec défauts d’origine ? Un peu comme on transporte de routine une voiture pas assez « classe » à la casse…. ? Une société de clones parfaits, muselés, dirigés par une élite fort probablement mentalement défectueuse ? etc. le thème est vaste.
            (cf. Ces malades qui nous gouvernent – P. Accoce & P. Rentschnick ).

            J’ai aussi foi en une résistance pacifique et efficace (axée sur l’assertivité si possible). Il faudra du temps pour tout stabiliser et enfin remettre les humains sur une voie ascendante.
            Au plaisir de vous lire entre deux voyages trans-frontaliers. eab

    6. 1) prendre une année sabbatique ou deux n’est accessible qu’à une très faible partie des étudiants. Prendre du retard sur leurs études est également loin d’être évident. Vous devriez vous renseigner auprès d’eux en place de les considérer comme des ploucs, ce que vous faites par ailleurs avec d’autres participants de ce forum
      2) Le problème cardiaque, subséquent à l’injection du vaccin en question, est loin d’être le seul risque de ce traitement

  3. Peut-être serait-il temps de comprendre, chère Madame, que le “pass Covid” n’est nécessaire que parce qu’il n’y a pas encore assez de personnes vaccinées en Suisse (voir le cas du Danemark)…
    C’est donc de par leur propre fait qu’il est encore existant; c’est le comble qu’ils s’en plaignent!

    1. Vous semblez oublier que pendant des mois, on a vacciné les personnes à risque dont celles de plus de 65 ans, ce qui fait déjà pas mal de personnes, puis le personnel hospitalier, puis les personnes de plus de 30 ans et fait comprendre aux jeunes que le vaccin n’était en tous les cas pas d’abord pour eux. Les recteurs des universités ont même proclamé que la rentrée se ferait en présentiel et n’ont pas parlé de pass covid et puis tout à coup, à 10 jours de la rentrée, changement de cap à 180 degrés. Même les allers et retours de vacances n’exigeaient que le test de l’aller et celui du retour. Je comprends le désarroi et la révolte des étudiants, tout en condamnant toujours toute violence et insulte.

      1. Chère Madame,
        Les gens que vous citez ne représentent que 66.3% des personnes de plus de 12 ans en Suisse (06.09.21, Euronews).
        Le Danemark a atteint un taux de 87.1% (06.09.21, Euronews) et n’utilise plus le “pass Covid”.
        CQFD.

        Avec un petit effort de la part de ceux qui n’ont pas encore reçu les petites piqûres et qui se plaignent de cette situation, ne pourrions nous pas faire de même et supprimer ces barrières et ces restrictions discriminatoires (parfois difficiles à comprendre) dont vous parlez?

        1. Les restrictions sont la conséquence de l’esprit malsain de cette vaccination.
          Plus il y a de vaccinés, plus les restrictions seront agressives sur les non-vaccinés. Il n’y aura aucun retour à la normalité.
          C’est la logique du tout ou rien, qui vise à éliminer le groupe contrôle de la vie publique.
          Non seulement, cela créera un apartheid de facto – ce qui est une abomination, mais rien ne dit que l’épidémie s’arrêtera avec la vaccination.
          L’épidémie existe encore au Danemark comme ailleurs.

      2. Comme je le disais plus tôt dans un post, cette crise COVID a révélé les “petits dictateurs donneurs de leçons”. Et ils sont légion, non seulement dans le sérail politique, mais aussi disséminés dans la population.

    2. On peut aussi dire que c’est le fait des plus âgés qui ont omis de se faire vacciner alors qu’ils sont prioritaires car c’est eux qui décèdent de la covid, pas les plus jeunes.

    3. Demander aux jeunes de se faire vacciner, c’est comme de demander aux gens qui ne font pas de vélo de porter un casque. La limitation de la contamination est trop faible pour atteindre l’immunité collective, et les personnes à risque étant vaccinées, plus personne ne meurt du Covid. Ceux qui meurent ne sont pas les jeunes: ce sont des personnes qui ont choisi librement de prendre un risque. Pourquoi forcer des gens à se protéger s´ils ne le veulent pas ?

      1. Ceux qui meurent sont en effet les personnes plus âgées qui font du “vélo sans casque”.
        Mais ceux qui sont hospitalisés peuvent être beaucoup plus jeunes.

        Je vous propose de dire aux parents des 10 enfants (0-9 ans) qui ont été hospitalisés dans la semaine du 6 au 12.09.21 pour des complications dues au Covid, que les jeunes, au nom de leur liberté, peuvent faire circuler librement le virus parce qu’ils ne veulent pas, soit se vacciner, soit limiter leur contagiosité par des contraintes (barrières, certificats etc.)…
        J’aimerais entendre vos arguments à ces familles…

        1. C’est faux. Le taux de personnes doublement vaccinées parmi les personnes décédées du covid en Suisse est en constante augmentation. Pour la dernière quinzaine, 36% des morts portaient un casque.

    4. Il serait peut-être aussi temps de comprendre, cher Monsieur, que ceux et celles qui hésitent à se faire vacciner le font pour des raisons qui ne sont pas comptabilisées dans vos statistiques (par ailleurs aussi mouvantes qu’une attraction de Luna Park). La politique menée par nos politiciens, le recours à l’intimidation et aux sanctions voilées n’ont pas le même effet sur nombre de gens que celui qu’ils exercent sur vous, en apparence. Parmi ceux dont la méfiance ne cesse d’augmenter, vaccinés ou non, je rencontre un grand nombre de médecins (membres comme moi du Comité de rédaction du Médecin vaudois) qui ont pu constater, sur le terrain, les dégâts provoqués par ce remède forcé. Ce ne sont pas vos calculatrices qui permettent de comprendre ce qui se passe dans nos sociétés, mais des témoins impartiaux qui, avant d’opter pour un parti-pris asséné comme une évidence, cherchent à y voir clair en fonction de ce qu’ils constatent de leurs propres yeux.

        1. Effectivement, je suis membre de la SVM et non plus de son comité de rédaction. Cela ne change en rien le fait qu’il m’arrive souvent de rencontrer les membres de ce Comité, et même, à l’occasion de publier quelque fois des articles dans leur bulletin. Je viens justement de leur soumettre une réflexion sur les vaccins qui devrait sortir au début de l’année 2022.

  4. Madame Sandoz, vous êtes l’essence de ce qu’il manque aux politiques de notre Helvétie.

    Si seulement les Berset et Cie étaient moins volages et patriotes..

  5. Vu de France :
    Entre les risques éventuels encourus par les étudiants non vaccinés dans les cours à l’Université et l’absence totale de cours laissant les jeunes abandonnés à eux-mêmes dans leurs chambres quel est le risque majeur en termes de risques psychosociaux ?

  6. Bravo pour votre article. Pas de parti pris. Vous ne donnez pas de leçon, pas de remarque désobligeante ni manque de respect envers quiconque. Votre article est un vrai travail de journaliste qui analyse la situation et en donne un exposé des faits. Libre au lecteur de faire sa propre idée. D’accord pas d’accord merci de ne pas nous imposer une pensée unique.

  7. Ce passeport sanitaire intérieur n’a aucune vocation sanitaire dès lors que le contrôle de police sanitaire passé il n’existe plus aucune mesure de protection. Plus de jauge. Plus de distanciation. Plus de masque. Pas d’aération. Pas de filtration. Le personnel sans passeport sanitaire (y compris les professeurs). Les moins de 16 ans sans passeports sanitaires (ils sont largement contaminés et contaminants).

    Coup tordu destiné à contourner la loi fédérale sur les épidémies. Interprétation insoutenable de la loi covid par le Conseil fédéral. Il faut y mettre fin. Les chambres fédérales, qui doivent proroger le certificat covid qui dans la loi covid prend fin le 31 décembre 2021 puisque le Conseil fédéral a délicatement fixé une durée du certificat covid au 24 janvier 2022 doivent assumer leur responsabilité et préciser et limiter l’usage de cet instrument de police sanitaire pour qu’il ne serve que pour des motifs sanitaires autorisés, comme les voyages en pays étrangers. Cela est possible, n’en déplaise à Berset qui n’est que la pointe émergée du Conseil fédéral.

  8. Madame,
    Merci d’avoir décrit cette obligation de moins en moins déguisée de manière aussi précise et factuelle, sans l’agressivité ni l’arrogance qui sont devenues si communes dans les déclarations autour de la vaccination.

    1. Merci à vous, de nous permettre d avoir le plaisir de lire votre article si magnifique. Que devient le libre choix de chacun actuellement; bonne chance à tous ces jeunes étudiants en tous les cas!

  9. Un seul avantage avec ces tests massifs des jeunes; Zéro infection !!! et là ils ne peuvent pas tricher. Ils ont rempli les hôpitaux à moitié par des infectés à l’étranger et ils ont mis la faute sur le dos des non-vaccinées! Chaque fois qu’une vérité est sur le point d’être révélée, la Task force l’endosse comme si elle venait d’elle. La dernière de Mme Samia Hurst: l’infection protège mieux et plus longtemps que le supposé vaccin, alors qu’il y a quelques mois elle prônait exactement le contraire. Hier à Genève 2 heures de perte de temps pour se faire tester alors que sur un autre site de l’Université zéro attente mais pas d’élèves à tester. Vivement le 28 novembre !

  10. Tellement ça votre comparaison avec les précautions du cirque Knie lors du passage des fauves sous chapiteau, qui fait penser aussi au parcours fléché du CHUV pour nous conduire vers l’entonnoir vaccinal! Que ferions nous sans votre humour qui tombe toujours à pic !

  11. L’abus d’un passeport sanitaire “passoirisé” pour des raisons de propagande vacciale (“la vie comme avant” en échange d’une vaccination) ne doit pas être confondu avec l’usage d’un passeport sanitaire dans un but sanitaire. Ce dernier usage est amissible s’il est nécessaire. Depuis plus de 30 jours aucun décès à Genève, notamment en soins intensifs. Certes la population admise est plus jeune, mais n’oublions pas qu’il s’agit aussi d’une prouesse de l’équipe du Professeur Pugin et de toute son équipe hyperspécialisée et hypercompétente alors que s’il advenait que l’on doive étendre les soins intensifs la qualité des soins diminuerait. En amont de cette équipe il en est d’autres, du bâtiment E aux soins continus en passant par les soins aigüs, qui font un travail remarquable. Et bien sûr au CHUV et ailleurs. Bref, être contre la contrainte vaccinale ce n’est pas être contre les mesures sanitaires nécessaires.

  12. merci de votre commentaire les images des barrières métalliques autour des cafeterias étudiantes sont choquantes , mais cette fois ci les fauves à l’intérieur sont les détenteurs de pass sanitaire ! les fauves seraient donc les vaccinés !!!!
    certains médecins osent dire qu’il s’agit d’une incitation à la vaccination. les systèmes politiques qui s’allient au monde médical pour imposer une coercition sont capables de dérives génocidaires comme le décrit parfaitement Vera Shav a écouter sur
    ttps://rumble.com/vmet83-lholocauste-sest-produit-car-les-gens-ont-dtourn-le-regard-vra-sharav.html

  13. Il est instructif de comparer les chiffres de l’Office fédéral de la statistique, OFS, très à jour, communiquant le nombre des naissances et des morts en 2020, aux déclarations indésirables suite aux vaccins Covid publiées sur le site Swissmedic. On observe que le nombre des naissances a été supérieur au nombre de décès et que le nombre de décès supérieur enregistré à cause du Covid certes est à déplorer mais reste relativement faible. Bien sûr tout décès “extraordinaire” est en soi inacceptable. Mais comment relativiser, après lecture du rapport Swissmedic établi le 3 septembre 2021, le chiffre de plus de 2’000 (deux mille) cas graves liés à la vaccination? Près de 7’000 cas indésirables; pour un âge moyen des EIV qui baisse régulièrement depuis le début de la vaccination, moins de 60 ans de moyenne? J’espère avoir lu et rapporté correctement ces indications. On relève que la balance risques-bénéfices reste positive. Jusqu’où? En effet, les barrières qui séparent, qui divisent, qui coûtent chaque fois que des réfugiés, des sans-papiers, des malades, des opposants, des pauvres, des exclus… et de ceux qui attendent pour se faire tester! sont autant de signes de la honte et d’un régime politique qui ferait bien de s’analyser avant que les fauves ne bondissent et s’en prennent aux dompteurs.

  14. Le virus SarsCov2, dont la variant Delta est devenu largement prédominant, est aussi plus dangereux que les félins auxquels vous faites allusion. Ces derniers, comme d’ailleurs les singes, sont aussi sensibles à ce coronavirus. J’ai bien compris la démarche « sanitaire » des universités, EPF et grandes Écoles, que j’approuve, mais reste surpris par l’usage des barrières métalliques.

  15. “On a d’ailleurs également dressé des barrières métalliques devant le Palais fédéral”, vous critiquez cette mesure de précaution? Au vu de ce qui s’est passé l’autre jour, vous préféreriez que l’on assiste à une version helvétique de l’attaque du Capitole (référence que certains des apprentis-émeutiers revendiquaient ouvertement d’ailleurs)? On a assez vilipendé les autorités de Washington pour ne pas avoir su prévenir les événements du 6 janvier. Il est alors très mal venu de venir maintenant reprocher aux autorités de la ville de Berne d’avoir préféré prévenir que guérir! Pour certains, la critique de toute mesure quelle qu’elle soit prise par une autorité est devenue un véritable réflexe pavlovien, mais on attend toujours LEURS propositions concrètes et efficaces pour sortir des crises auxquelles notre société est confrontée.

    1. 1. Washington et Berne, deux mondes, deux cultures, deux histoires, deux peuples, cela ne vaut pas la peine de s’y référer. 2. Je pense que notre gouvernement a déjà donné assez de preuve que ‘prévenir’ et ‘guérir’ est son dernier souci ! 3. Qui – à part vous Ceilteach – attend encore ‘LEURS propositions concrètes et efficaces pour sortir des crises auxquelles notre société est confrontée’, levez les mains ! Je ne vous connais pas, je ne connais pas vos convictions et vos opinions, je devine seulement qu’elles sont de côté de l’ignorance de ce qui se passe réellement, je dis bien – ce qui se passe réellement !

      1. Non, je pense au contraire qu’il est nécessaire de s’y référer car les sources de désinformation sont partagées. QAnon & Cie ne sont plus seulement une problématique américaine. La montée de l’alt-right conduisant aux événements du 6 janvier aux US est le parfait exemple du terminus auquel le train dans lequel sont monté certains de nos concitoyens peut mener.

        On peut observer qu’un certain parti suisse suit exactement la trajectoire rhétorique du parti républicain américain avec quelques années de retard. Le type de polarisation extrême que l’on est en train d’observer autour du Covid et des vaccins est extrêmement inquiétant car reflétant d’un divorce complet de certaines opinions avec la réalité. Dans un système politique basé sur la concordance et le compromis, un tel détachement est une dérive potentiellement fatale.

        Personnellement je trouve que 1) Le pass est justifié dans la plupart des cas, et préférable à une situation de triage hospitalier et/ou re-fermeture d’une économie déjà bien mal en point. 2) Les étudiants se sont retrouvés dans une situation que je trouve détestable du fait du manque de préavis sur la décision. 3) Pousser autant le vaccin chez les jeunes est plus que discutables, mais je comprend le CF qui est désespéré de grappiller des % de couverture vaccinale ou il peut.

        Ne pas se faire vacciner est un choix libre, mais demander que la communauté en supporte les externalités est égoïste. Demander une liberté totale aux frais de la collectivité est le type de comportement que certains pompiers pyromanes politiques aiment désigner comme “parasite”.

        1. Sans le passe sanitaire, nous n’aurions pas de surcharge des hôpitaux et de tri des patients pour plusieurs raisons : premièrement, avant le passe sanitaire, la quasi-totalité des personnes vulnérables étaient vaccinées. Les personnes pouvant aller à l’hôpital pour cette cause ne pouvant plus y aller, il n’y aurait jamais eu de surcharge. Le passe sanitaire qui impacte seulement les jeunes (qui ne sont pas hospitalisés pour cela) ne changerait pas la situation dans les hôpitaux,

          Deuxièmement, les cliniques sont vides ! Si un hôpital, on le transfère dans la clinique la plus proche et c’est tout. Ce que vous dites là sont des sophismes plutôt malsains.

          1. A ma connaissance, l’OFSP a refusé net l’aide proposée par les cliniques privées et donc, depuis 18 mois, les capacités hospitalières des cliniques privés n’ont jamais été comptées nulle part.

            Quand on ajoute à cela le fait que le nombre d’unités de soins intensifs des hôpitaux publics augmentent et baissent de façon inexpliquée, et que les hôpitaux militaires n’ont jamais été mis à contribution, on est en droit de se poser des questions. Surtout quand on nous a vendu la surcharge des hôpitaux comme la variable ultime qui justifie tout.

        2. Vos deux premiers paragraphes montrent que vous adhérez sans réserve à cette nouvelle idéologie qui part de l’hypothèse navrante et infantile qu’une partie des citoyens sont c… et qu’il faut les rééduquer.

          Personne n’a jamais prouvé cette hypothèse. C’est donc une idéologie basée sur du vent et complètement anti-scientifique (n’en déplaise aux nombreux “chercheurs” qui ont produit de la littérature tordue sur le sujet). Ce qui est quelque part assez cocasse venant de personnes qui se disent en général cartésiennes.

          Mais plutôt que d’essayer de comprendre vraiment la situation, il est plus facile de produire une telle hypothèse simpliste qui représente à mes yeux le naufrage de la pensée. C’est jeter à la poubelle l’ensemble de la philosophie et l’esprit des Lumières avec.

      2. @J. Ferrand: Notre gouvernement prend les (difficiles) mesures qu’il estime efficaces et nécessaires (ou est-ce que vous croyez les thèses complotistes d’un gouvernement qui serait aux ordres de “big pharma”?), que vous êtes libre comme Madame Sandoz de critiquer, mais qui existent bel et bien, sinon, comment pourrait-on les critiquer?! Par contre, Madame Sandoz a été plusieurs fois interpellées ici sur ce qu’ELLE préconisait concrètement pour sortir de cette crise Covid et je ne me souviens pas d’avoir lu une seule proposition de ce genre de sa part. La critique systématique est facile quand on n’est pas aux responsabilités et qu’on ne propose rien à la place.
        Mais je sais bien que je ne vous convaincrai pas, et l’inverse est tout aussi vrai. J’ai dit ce que j’avais à dire et j’en resterai là pour ma part.

        1. Dès que gouvernement accuse les opposants de complot, c’est qu’il est en train de mettre en place une dictature. C’en est le signe flagrant et indélébile.

      3. Et vous? Quelle est votre proposition concrète? Qu’est-ce qui se passe réellement et que vous sachez et que nous ignorons? Mettez-nous donc dans la confidence?

        1. 1) les remèdes alternatifs au Covid-19 existent. Mais ils ne bénéficient pas de l’énorme publicité accordée aux vaccins, que ce soit par les autorités publiques ou les media
          2) Comparer le Palais fédéral au Capitole est le genre de sophisme auquel on a recours quand on est en manque d’arguments. Tentez autre chose et ne faites pas comme si le comportement des citoyens helvétiques était identique à celui des citoyens d’un autre continent, aux prises avec un autre type de gouvernement, et victime d’un contexte encore plus alarmant.

  16. Ne nous effondrons pas, ne nous apitoyons pas sur nous-même, ne crions pas dans le vide, agissons ! Résistant à cette pression totalitaire et sans mesure, chacun à sa manière, chacun comme il peut, là où il est ! Soyons solidaires.

  17. Merci madame de présenter de manière si succincte cette “obligation de se vacciner”, déguisée et présentée comme l’unique solution à un problème grave actuel. Et tout ça pour se retrouver entassés les uns sur les autres sans protection lors d’une soirée, d’un évènement, avec quand même un petit risque de contamination que l’on croit inexistant. Cette pensée unique et la culpabilisation des personnes qui ne sont pas vaccinées, quelle qu’en soit la raison n’est pas digne d’un état démocratique. Cette division au sein de la société devient dangereuse pour sa cohésion.

    1. La grossièreté du propos du nommé Johny le disqualifie tant sur le fond que sur la forme. Et en acceptant de le publier, Mme Sandoz le remet élégamment à sa place.

  18. “Depuis ce lundi 20 septembre, les conditions d’entrée en Suisse se sont durcies. Le Conseil Fédéral a décidé l’obligation de la présentation d’un formulaire et d’un test négatif au Covid pour toutes les personnes non vaccinées entrant sur son territoire. Les tranfrontaliers ne sont pas concernés”
    “Les transfrontaliers ne sont pas concernés”.. n’y a-t-il pas là une aberration , voire même une injustice ? Les transfrontaliers ne seraient donc pas des humains comme les autres ? A l’abri d’une contamination? ni porteurs , ni transmetteurs ??? Et parmi eux n’y a-t-il pas du personnel soignant ?
    Je lis sur un site français ( région Rhône/Alpes) :”Le Conseil fédéral tient ainsi compte des échanges économiques, sociaux et culturels étroits qui caractérisent les régions frontalières”.

    1. Test ou pas, personnellement, je ne crois pas très important, je connais une douane que j’ai traversée qui ne contrôle ni l’entrée, ni la sortie, et ceci des deux côtés de la frontière… je sais, je l’ai traversée à plusieurs reprises et j’ai ainsi appris que cela c’est passé tout l’été… donc, mesures ou pas… ?

      1. Bonjour Lise Susanne Conod, merci pour vos lignes – je confirme à mille pourcents. Spécialiste des petites douanes des côtés Sud et Est de la Suisse, encore ce matin j’ai traversé tout tranquillement et n’ai pas vu « fauve » qui vive. De routine j’entre par une douane X et reviens par une douane Y. Juste une question de maîtrise du territoire – c’est obligatoire vu que la Suisse est très étriquée et en ce moment aussi étouffante qu’un seul masque.
        Peut-être que les douaniers ont été avalés par le cirque médiatique ?
        Peut-être que les couleuvres fédérales sont trop difficiles à avaler ?
        Les barrières ont donc clairement migré à l’intérieur du pays.
        Les barrières au sein des universités sont une honte.
        Les barrières aux frontières sont un mythe.
        Tout ce cirque fédéral médiatisé et destiné « à faire peur » semble vraiment rester une pure fiction du côté des passages transfrontaliers. Même si un membre du gouvernement tessinois (et de la Lega) aurait vraiment adoré enfermer à nouveau le pays dans sa bulle.
        Au plaisir de vous lire et portez-vous bien !

        PS aux détracteurs habituels : mes tests sont en permanence négatifs malgré la chronicité de mes déplacements et PERSONNE ne peut contester une exemption vaccinale médicale, ni sur mon territoire, ni sur les autres territoires très régulièrement visités. Les « épreuves » de présentation de tels documents sont parfaitement réussies avec mention « excellent sésame ».

  19. « Le cirque Knie, les barrières métalliques et les fauves » :
    Ou comment exciter les chats pour les faire mordre comme des tigres.

    « Les fauves non vaccinés qui pourraient les attaquer (les fauves vaccinés) » :
    Je n’ai pas vu de manifestations comptant des milliers de vaccinés sans masque exhaler leur dangereux vaccin.

    Qui voulez-vous rendre fou ? Après les avoir encouragés à exercer leur droit fondamental de contracter et transmettre le virus ?

    Les craintes fondées sont le premier pas vers le remède, les infondées celles que vous créez dans vos articles pour aider à faire demi-tour.

    Le personnel infirmier qui refuse le vaccin n’est pas menacé, ce sont ces personnes irresponsables qui menacent la santé des patients(es) déjà affaiblis(es) qu’elles devraient au contraire protéger.

    « Les personnes vaccinées peuvent être porteuses du virus… » :
    Beaucoup moins que les non vaccinés. Pourquoi voulez-vous régulièrement persuader vos lecteurs qu’ils marcheront mieux s’ils mettent leurs chaussures à l’envers ?

    «…et d’autant plus « dangereuses » qu’elles renoncent à toute mesure de sécurité suivant les cas » :
    Pourquoi « dangereuses » est-il mis entre guillemets ? Pour donner plus de poids aux « libertés » qui, si elles sont restreintes, rendent bien plus malade que le virus peu dangereux ?
    Ces personnes qui ignorent le « danger » qu’elles représentent en renonçant à « toute mesure de sécurité suivant les cas ». Entre le danger à ne pas prendre su sérieux, et « les cas » de personnes qui peuvent être « d’autant plus dangereuses » en ignorant des mesures que vous estimez inutiles, vous me donnez le tournis, ou serait-ce un effet secondaire de mes deux vaccins ?..

  20. Mme Sandoz s’est transformée en fauve pour se livrer une fois de plus à des commentaires stériles … c’est elle qu’on devrait enfermer …

    1. La technique d’enfermement de ceux qui ont un avis différent du gouvernement au sujet du Covid a été pratiquée dans un pays voisin, mais pas en Suisse, du moins jusqu’ici. Si M. Berset ne démissionne pas bientôt il pourra songer à l’introduire, mais il va démissionner, car il ne pourra plus être crédible pour défendre l’Establishment du Palais fédéral dans la votation du 28 novembre.

  21. Le pire, il semble qu’à Genève les profs, assistants de laboratoire, personnel administratif n’aient aucunes obligations, ni de tests ni de vaccins, j’ai un peu de peine à comprendre.

    1. Bonjour,
      c’est tout à fait faux, si vous faites référence à l’enseignement supérieur. Une directive est arrivée aux enseignants des HES (dont la filière de Genève). Le certificat (et ce qui va avec) est demandé – obligatoire donc – à l’ensemble du corps enseignant, dont je fais partie.
      Voilà comment on laisse gentiment se distiller des “vérités alternatives” dans ce blog et ailleurs.

      1. Permettez-moi de vous faire remarquer que si je censurais toute information dont je ne suis pas certaine, vous n’auriez pas eu l’occasion de remettre les pendules à l’heure, ce dont je vous remercie, car il se peut bien que votre précisions soit très utile.

        1. L’Uni de Genève n’a que hier imposé le pass aux enseignants, par conséquent l’information de M. Adam Leben n’est pas à 100% juste.

  22. Dans l’article précédent j’écrivais , à propos de notre politique sanitaire que “notre gouvernement fait du suivisme macronien…. ne pas se distinguer de notre voisin français..” Je ne peux pas résister à l’envie de dire ce que je viens d’entendre une confirmation de mes dires sur la chaine TV française LCI , de la bouche de l’animateur d’une émission politique, David Pujadas, que ” La Suisse suit la politique sanitaire de la France, preuve que la France fait juste” !!!!!

  23. Merci beaucoup Mme Sandoz pour votre jeunesse, votre force et votre regard sur l’actualité.
    Les propos de bons sens deviennent rares et vous rendent précieuse.
    Gardez le cap dans la tempête qui vient – bon courage à tous !
    Il va falloir lutter pour les valeurs humaines, au quotidien dans vos familles, dans vos métiers, dans la rue … au plus près de votre conscience, de votre coeur … aider quelqu’un à se relever est un excellent exercice pour le coeur par exemple !
    Si nous sommes tous responsables de ce qui nous arrive maintenant mais que la majorité ne désire pas – nous avons les moyens de le défaire.
    La Peur est mauvaise conseillère surtout en politique, l’histoire se répète malheureusement.
    Voir l’expérience de Milgram

  24. Quand on entend sur Forum de ce jour, un professeur, président de la commission d’éthique du canton de Genève, traiter les réfractaires aux vaccins de “trop paresseux, trop persécutés ou trop bêtes”, on comprend que ces jeunes résistent à ceux qui veulent leur tordre le bras, même en les achetant avec une prime aux vaccins.
    Le chantage, voire les menaces, et maintenant des cadeaux corrupteurs…
    Ces dérives des dompteurs de la vaccination sont de plus en plus indignes de notre pays.
    La démocratie est en danger !

  25. On imagine combien les étudiant(e)s doivent apprécier, surtout venant d’un ancien professeur d’université, de se voir comparé(e)s à des fauves en cage et leur lieu de travail à un cirque, fût-il le Knie. A lire Madame Sandoz, on ne sait à vrai dire où sont les fauves – dans, hors ou des deux côtés de la cage?

    Madame Sandoz ne confondrait-elle pas la cage aux fauves avec la cage aux folles?

  26. Pour moi, c’est simple: on est en pandémie, un virus nouveau envahit la planète et peut tuer n’importe qui en quelques jours et/ou laisser des séquelles à long terme – séquelles encore mal connues. Donc, ici comme ailleurs, on prend les mesures qui s’imposent.
    L’OMS, les pharmas, les hôpitaux, les universités et toutes les agences de santé publique au monde prennent les mesures qui s’imposent pour essayer de combattre le virus. A vous lire, on dirait qu’il y a quelque chose que vous savez mais eux pas?

    1. Vous regardez trop de films MP 😉 !

      2020: env 4 millions de personnes décédées du Covid en près de 2 ans dans le monde – on n’est pas dans “Contagion” ! Ce qui semble décevoir nos gouvernements…
      Alors que plus de 2 millions de personnes sont décédées en 2021 des suites de leurs conditions de travail dans le monde !

      2011: regardez plutôt “Perfect Senses” , un excellent film devenu aujourd’hui prémonitoire ….
      Une ode A la Vie avant la mort !

  27. Je me pose la question de savoir si nous pourrions enfin parler d’autre chose. Avoir un avis sur cette question et en faire part devient existentiel semble-t-il. Je n’ai vu personne manifester contre les tests obligatoires pour aller se murger à Ibiza, et pourtant, les clubs étaient pleins et n’ont eux pas connu la crise.
    Arrêtons de remettre sur le tapis les mêmes questions si l’on connaît déjà les réponses de chacun.
    Prenez soin de vous.

  28. Mon pays deviens-tu fou , Dites vous ,chère Madame ,avec raison !
    Je crois que tous nous sommes ,nous citoyens ,d’accord pour dire que nous ne voudrions pas être à la place des gouvernants !
    Cependant,si la première phase , a été menée de main de maître !
    La seconde ,actuelle,semble être complètement anarchique !
    Pourtant,les membres du Conseil Fédéral sont toujours les mêmes !
    Qu’est il arrivé ?
    Je n’ai, malheureusement ,pas la réponse !
    Mais je constate,comme beaucoup,la longue liste des incohérences ,trop longue pour être énumérée ,ici !
    Je vais me contenter d’en décrire deux au hasard :
    La charge virale d’une personne vaccinée est aussi grande que pour une personne non-vaccinée,mais « on » ne le dit pas ! Pourtant, Mr.Berset nous dit que le masque n’est plus obligatoire dans les restaurants ! (??) Cette idiotie déclarée aurait-elle fonction de petite récompense ,pour pousser à la vaccination ?
    L’immunité naturelle existe et aujourd’hui,il serait facile d’en déterminer le pourcentage,dans la population afin de délivrer un pass d’immunité l
    Avec surprise,on apprend que l’OFSP ,répond que ce n’est pas nécessaire !
    Comment peut-on affirmer des inepties pareilles ?

    Si j’étais un brin complotiste,je penserais à une obligation déguisée de plus ,afin de pousser les citoyens vers l’injection magique ! Complotiste ou réaliste ?

  29. Tellement d’accord avec vous! Vos propos pleins d’humour permettent de relativiser quelque peu la situation dramatique que nous vivons! Merci!

  30. Bonjour Professeure, j’ai beaucoup apprécié votre texte. Merci beaucoup.
    Voici l’histoire d’un autre cirque tout à fait réel, les terrasses MANOR. Normalement, selon les directives fédérales valides, les client(e)s des terrasses sont exempté(e)s de PASS.
    Or il se trouve que MANOR a décidé de procéder autrement. Le PASS est également exigé sur les terrasses de ses divers restaurants/cafés. Des tests ont été effectués ….. Puis une justification écrite a été demandée. MANOR persiste et signe en refusant de se conformer aux directives fédérales.
    Le chapiteau MANOR a donc décidé d’écarter (ségréger) une importante catégorie d’humains.
    C’est donc le début de toutes les dérives possibles et imaginables – qui l’eût cru de la part de cette enseigne ? Et que fera le gouvernement fédéral pour remettre MANOR à l’ordre ? Absolument rien du tout, bien évidemment. Boycotter MANOR reste par contre un jeu d’enfants.
    Au plaisir de vous lire encore. eab

    1. C’est légal. Vous vous énervez pour rien et feriez mieux de lire la loi et ses ordonnances d’application.

      Art. 12 al. 1 let. b

      ttps://www.newsd.admin.ch/newsd/message/attachments/68151.pdf

      1. Qui êtes-vous Terrasse pour me donner des ordres ? Un nouveau dictateur, tyran des blogs ? Je relate uniquement des faits. Point barre. Et nous pouvons aussi dépenser nos deniers auprès d’enseignes nettement plus courtoises et accueillantes (sans aucun certificat) …. par exemple là où nous étions encore hier tout tranquillement et très paisiblement ….. ne vous en déplaise. Il y a toujours des solutions pour contourner les problèmes de comportement et l’hérésie extrême. Boycott y compris.

  31. Mme Sandoz me paraît un peu exaltée dans ses propos.
    Pour l’instant la vaccination n’est pas obligatoire!
    Le Covid n’est pas une maladie inoffensive chez les “jeunes” et les cas d’insuffisance respiratoire massive existent aussi chez des gens en bonne santé préalable et ne présentant pas de facteurs de risques majeurs.
    Plutôt que de polémiquer, je préférerais que Mme Sandoz aille voir ce qu’est un séjour en soins intensifs de plusieurs semaines, suivi, en cas de survie, d’une longue rééducation en hospitalier.
    Alors, peut-être, la vaccination semblera plus inoffensive que la maladie!!

    1. Les skieurs aussi devraient dans ce cas rendre visite aux accidentés du ski avant d’apprendre ce sport, les conducteurs….. ceux des accidents de voitures avant d’obtenir le permis, et les ouvriers ceux qui tombent d’un échafaudage avant d’embrasser ce métier. Selon votre logique on reste enfermés chez soi devant Netflix de préférence !

  32. Mais à y bien réfléchir, a-t-on vraiment besoin d’un certificat COVID puisque les personnes vaccinées infectées sont aussi contagieuses que les personnes non-vaccinées ? Source: CDC, puis l’OFSP tout au début du mois d’août. Le vaccin protège certes la personne adulte vaccinée – et il n’y a aucun doute là-dessus, en tous les cas pas pour moi – mais pas celles que la personne vaccinée infectieuse va rencontrer, en particulier les personnes non-vaccinées testées négatives au bénéfice d’un certificat COVID. C’est là que le bât blesse.
    Dans un article paru début septembre, l’Institut Pasteur estime que les adultes vaccinés devraient représenter une part beaucoup plus importante que prévu des contaminations. “Avec le variant Delta, les personnes vaccinées sont moins bien protégées contre l’infection, même si la protection reste très élevée contre les formes graves”, écrivent les chercheurs, qui s’attendent à ce qu’à peu près la moitié des infections aient lieu chez des personnes vaccinées, qui représentent plus de 70% de la population. “Les adultes de 18 à 59 ans ayant terminé leur cycle vaccinal, soit un peu plus de quatre habitants sur 10, pourraient représenter plus d’une personne infectée sur trois. C’est deux fois plus que ce qui était attendu fin juin. Et ils pourraient être à l’origine d’une contamination sur quatre, quasiment trois fois plus qu’initialement anticipé”, précise de son côté Le Parisien, qui a eu les chiffres en avance.
    Dans ces conditions, le certificat COVID a-t-il encore un sens ou son vrai but n’est-il pas plutôt de forcer les personnes réticentes à se faire vacciner ?

  33. En fait j’aurais dû écrire dans mon courriel précédent:
    Mais à y bien réfléchir, a-t-on vraiment besoin d’un certificat COVID puisque les personnes vaccinées infectées ont la même charge virale que les personnes non-vaccinées infectées?

    1. C’est encore et toujours le même biais! Oui la charge pourrait être similaire, mais la contagiosité est aussi liée la durée durant laquelle la personne est contagieuse (plus courte pour une personne vaccinée) et au simple fait que la personne tombe effectivement malade (risque fortement réduit par le vaccin).

  34. Madame Sandoz,
    Merci pour vos chroniques qui sont une leur d’espoir dans ce monde qui est devenu tout soudain obscurantiste et totalitaire. Même dans mes pires cauchemars, je n’aurais jamais pu imaginer que nous en arriverions à ce stade, en Suisse aujourd’hui. Si le conseil fédéral tout puissant persiste avec ses mesures liberticides et l’ostracisation des non-vaccinés, je crains le pire. J’attend le 28 novembre avec impatience. Allons-nous nous réveiller, ou continuer à ressembler de plus en plus à la Chine, certes en version miniature?
    Encore merci.

    1. Il m’arrive de faire autre chose que de consulter mon ordinateur: participer à une séance de travail en soirée, puis dormir quelques heures avant de partir faire mes courses et celles d’une amie invalide.

      1. Je ne savais pas que l’administration du blog vous incombait. Je comprends très bien et je vous souhaite une bonne fin de semaine.

        Si vous avez le Temps, des commentaires à mes remarques me feraient grand plaisir.

  35. Mais quel est l’objectif ou quels sont les objectifs du certificat COVID ? Je n’ai rien trouvé dans la documentation de l’OFSP.

    Voici ce que je lis dans le presse française: Le passe sanitaire “peut permettre à la population une forme de retour à la vie normale en minimisant les risques de contamination par le virus Sars-CoV-2”, estime … le Conseil scientifique qui avait été saisi sur cette question. “Il va nous permettre de retrouver une vie normale de manière progressive et sécurisée”, avait déjà indiqué Cédric O, secrétaire d’État chargé du numérique, invité d’Europe 1 vendredi matin.

    Si les vaccinés nouvellement infectés restent contagieux, alors l’objectif visé n’est plus réalisable, ou me trompé-je ?

    1. En tant que piéton, lorsqu’il vous faut traverser une rue à circulation dense, vous pouvez en général (dans les villes de Suisse) presser un bouton, qui fera changer les feux de circulation.
      Avec votre argument sur les vaccinés contagieux, j’en déduis que vous êtes de la catégorie des piétons qui se disent “à quoi bon m’ennuyer à appuyer et attendre, puisque de toute manière, rien ne garantit que toutes les voitures s’arrêteront” !

      Effectivement, rien ne vous empêche de le penser, et vous avez même le droit de le revendiquer.

      1. Les personnes vaccinées infectées sont aussi contagieuses que les personnes non vaccinées infectées. Ce n’est pas moi qui le dis. C’est un fait bien établi. Les personnes testées négatives et celles dites “guéries” ont également accès au certificat, pour une période limitée, il est vrai. Correct ? Alors si le but du certificat est de permettre un retour à la vie normale en minimisant les contaminations, alors ce but n’est pas rempli. Pour limiter les contaminations, il faut avant tout rétablir les mesures barrières, en particulier le port du masque, et promouvoir la vaccination. Le certificat de fait ne sert à pas grand chose, si ce n’est à discriminer. Hier soir au restaurant j’ai dû montrer mon certificat et une pièce d’identité. Le restaurateur était plutôt embarrassé, et je le comprends. A priori tous les possesseurs de certificat sont donc considérés comme des fraudeurs potentiels puisque l’on ne peut pas leur faire confiance. Résultat: je vais espacer mes visites au restaurant.

  36. Merci chère Madame, vos billets sont du baume dans cette période où nous semblons avoir perdu toute gouvernance, décence, réflexion et sens de la réflexion dans les propos et décisions.

    Bien à vous,
    Michel Vernaz

  37. Si en ce moment on est étudiant en médecine et qu’on est en train d’effectuer un stage, il y a un autre cirque, plus discret celui là, qui apprend à l’apprenti sorcier bien des numéros extra-médicaux.
    Je ne sais pas si nous sommes comme les Américains (le gouvernement et ses instances – pourtant des institutions nées du peuple), mais je pense que s’il y a un mode d’emploi, il doit certainement circuler dans l’intimité de la profession. Le futur bon médecin, conforme et conformiste, bien standardisé, devra oublier les serments d’Hippocrate (c’est vieux et caduc) et devra prendre le bâton du pèlerin et parcourir le monde pour répandre sa foi en la propagande. On attend de lui que tout le monde soit converti aux nouveaux vaccins, considérés comme des mines d’or dont on serait stupide de laisser dormir. Ce que Pfizer ne démentira pas.

    Mode d’emploi ci-dessous.

    ttps://www.globalresearch.ca/american-medical-association-instructs-doctors-deceive/5756610

  38. @DDD
    Je crois bien que les plus vaccinés sont les plus contagieux mais aussi les plus vulnérables. Il a été démontré par Israël qui a le plus vacciné sa population, c’est elle qui compte, aujourd’hui, le plus grand nombre d’hospitalisés vaccinés et le plus de décès vaccinés. Il semble qu’elle continue de vouloir soigner le mal par le mal et elle prévoit déjà la quatrième dose pour l’automne et, dit-elle, autant de fois et le temps qu’il faudra (que Pfizer le voudra).
    On croit faire un mauvais rêve.

    ttps://hannenabintuherland.com/currentaffairs/israel-is-pfizer-greatest-vaccine-experiment/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=herland-report-independent-cultural-analysis-week-46-2019_70

    Mais quel cirque mènent les états avec leur bétail?
    Et ils ont voulu, après les médecins du civil, que les pompes funèbres participent à la propagande.
    Après avoir entendu cette interview, l’estomac ne vous monte-t-il pas jusqu’à la glotte?

    ttps://reseauinternational.net/un-temoignage-capital/

    Ma conclusion d’après mon constat: ledit, le prétendu vaccin contre Covid-19 tue encore mieux les jeunes personnes. Nous pouvons nous attendre à ce que des enfants et des adolescents tombent sous le coup des injections si cette hystérie vaccinale de nos autorités n’est pas arrêtée par un quelconque bras.
    Je crois qu’elles sont conscientes qu’elles sont en train de commettre le crime du siècle contre l’humanité. Ne me dites pas qu’il sont plus ignorants que le simple péquin de la rue, ni qu’elles sont acculées par l’urgence. Cela fera bientôt deux ans. L’urgence, dans ce cas, peut attendre.

  39. Madame Sandoz le décrit très bien. Tous les moyens de pression possibles sont activés afin de rendre la vaccination obligatoire. Pour ma part, quelque chose m’a vraiment interpelée en début de semaine. La RTS nous a informés que près de 1 million de personnes (ce chiffre est énorme) dans notre pays seraient d’accord de recevoir un vaccin conventionnel, par exemple “Astrazeneca”. Ces personnes à tort ou à raison redoutent les effets néfastes à moyen ou long terme des vaccins Pfizer ou Moderna. Force est de constater que nos amis anglais n’enregistrent pas plus d’effets secondaires suite à leur vaccination que nous. Alors je pose la question aux spécialistes, pourquoi n’autorise-t-on pas chez nous ce type de vaccin ? Si c’est une question de gros sous, le peuple devrait en être informé.

  40. La situation évolue constamment. Je fais donc confiance à nos autorités sanitaires et politiques concernant le COVID.
    On est toujours plus malin quand on n’est pas aux commandes.
    Quelles sont vos solutions?
    Attendre que cela passe et parfois que cela trépasse? ABonvin

    1. J’aimerais simplement comprendre, par ex., pourquoi on nous répète, depuis le début de la pandémie, qu’il faut tout faire pour que les hôpitaux ne soient pas surchargés et pourquoi, aux HUG, “depuis le mois de juin, les autorités politiques se sont entendues avec la direction de l’hôpital pour n’attribuer qu’un socle de dix lits à la pandémie, s’agissant des soins intensifs” (LT, samedi 25.9.21, p. 8: article intitulé “Aux HUG, les soins intensifs saturés par douze patients covid”). C’est notamment par manque de personnel, paraît-il, et parce que les séjours covid sont beaucoup plus longs que les autres. Mais n’y a-t-il vraiment aucune autre solution que la diminution du nombre de lits?

      1. Les autorités politiques ? Elles ont un visage : Poggia. Il n’y a pas beaucoup d’entrées covid en soins intensifs, mais les patients y restent longtemps et meurent rarement grâce à la qualité des soins prodigués par le Professeur Pugin et son équipe. S’ils y restaient la même durée que les autres, il y aurait 2 ou 3 patients, pas 12 ou 15 patients.

        Le socle de 10 est donc très bas. Il y a là volonté de menacer la population de ne pas être soignée en cas de covid, mais aussi l’incapacité à gérer l’hôpital dont les soins intensifs étaient déjà avant la pandémie sous-dotés en personnel au vu de l’augmentation des possibilités de soins liés aux progrès médicaux. Depuis le personnel n’a guère fait l’objet de bienveillance.

        La contrainte vaccinale a rejoint une gestion calamiteuse.

        1. Bonjour/Bonsoir CEDH, merci de vos différents commentaires (sur divers blogs), dont j’ai pris connaissance tardivement étant à nouveau dans les bagages.
          Complètement en accord avec vous au sujet des “menaces à peine déguisées envers la population générale”.
          Si j’ose une digression (que vous me pardonnerez j’espère): Plus je vous lis, plus je me demande si – de facto – vous ne connaitriez pas dans les moindres détails le milieu des soins intensifs, son fonctionnement très particulier, la création du titre FMH etc.. D’une autre manière que moi-même certes mais tout de même cela m’interpelle.
          Finalement, l’histoire des SI genevois et du déménagement en OPERA est très jeune, si nous la comparons avec l’histoire d’autres spécialités médicales beaucoup plus anciennes et nettement plus arrogantes du point de vue répartition des ressources allouées (donc aussi des indispensables lits d’hospitalisation).
          Alors pour la gestion, ma foi je ne peux que vous donner raison à mille pourcents.
          Vous osez écrire noir sur blanc ce que beaucoup pensent et protocolent tout bas depuis très longtemps.

          Le manque de personnel en soins intensifs est une “maladie chronique incurable” pour divers motifs que je n’aborderai pas ici.
          Pénurie dont les conséquences se font hélas très cruellement sentir et dont ne devraient jamais pâtir les habitant(e)s.
          Les décideurs budgétaires portent une énorme responsabilité qu’ils ne souhaitent néanmoins pas assumer dans le cadre pandémique.
          Rejeter la culpabilité sur les simples humains, c’est tellement plus aisé et facile, en plus cela semble passer “comme une lettre à la poste”.
          Au plaisir de vous lire.

    2. Attendre et laisser trépasser dans les EMS et sans doute déjà en dehors des EMS les 80+. C’est cela la gouvernance. Sérologie ordonnée par le médecin et remboursée par l’AOS. Si trop basse (cf. directives de l’HUG) proposer un rappel au patient. Hors étiquette ? Mais cela est déjà fait pour les immunodéprimés et quelques médecins traitants qui ne sont pas tentés par l’homicide par omission et négligence. A leur décharge Berset leur met les bâtons dans les roues.

  41. On contraint à la vaccination les jeunes par des moyens d’un certificat pseudo-sanitaire que l’on veut rendre payant pour mieux contraindre. En ce faisant le Conseil fédéral élude la loi fédérale sur les épidémies qui ne prévoit pas la vaccination obligatoire généralisée, ce que proscrit le principe de bonne foi consacré par la constitution fédérale. Pendant ce temps, à raison d’une gouvernance dépassée, la Suisse laisse honteusement, une fois de plus, périr nos anciens, les premier pfizer-vaccinés, dans les ems (rien n’interdit des prescriptions hors étiquette).

    ttps://www.lematin.ch/story/les-deces-de-retraites-vaccines-sont-en-hausse-dans-certains-ems-suisses-723768745460

    Cela me fait souffrir. Et vous ?

    Gouvernance c’est un mot trop politiquement correct car celle-ci à une tête : Berset (et là ce n’est pas le Conseil fédéral, c’est Berset).

    En attendant qui, ayant l’obligation juridique de veiller sur nos anciens, les expose et les laisse mourir ? Quels sont les auteurs de ces homicides ? Quels sont les hauts fonctionnaires qui mènent une fois de plus Berset en bateau ? Qui ? La lumière devra être faite. Berset n’est pas l’homme de la situation.

    1. Des retraités vaccinés 2 fois sont décédés… Ce serait le vaccin qui aurait perdu de son efficacité, il faudrait donc vacciner une 3è fois les personnes âgées… Personne ne se pose la question à savoir si ce ne sont pas des effets secondaires de la vaccination qui ont provoqué ces décès .. non si c’est le cas, on ne l’avouera jamais. Je ne comprends pas pourquoi on interdit certains médicaments qui sont sur le marché depuis des décennies et n’ont jamais tué personne alors que l’on oblige à nous injecter un produit dont on ignore les effets secondaires .. c’est quelque chose qui me dépasse…

      1. Ainsi donc selon vous le vaccin Pfizer-deux doses tue à lui seul et spontanément les anciens, premier vaccinés au Pfizer, dès le 8ème mois. Vous perdez de vue que les personnes malheureusement décédées ont, au cours du 8ème mois, été infectées par le sars-cov-2 et été sérieusement malades de la covid. Non les octogénaires ne meurent pas spontanément des suites de la pfizer-vaccinations 8 mois après celle-ci.

        Y-aurait-il un phénomène de facilitation qui irait au delà de la perte de l’immunité acquise dont les corrélats biologiques sont établis ? Aucun élément allant en ce sens ne m’est connu. Avez vous de sérieuses informations à ce sujet ? De toutes les manières pour ces personnes la juste réponse aurait toujours été la même : 3ème dose. Quant aux médicaments qui “marchent” depuis des décennies contre la covid c’est un peu bizarre que vous sachiez qu’ils “marchent” depuis des décennies contre un virus émergé il y a deux ans. Vous décrédibilisez toute critique raisonnée et roulez pour la contrainte vaccinale sans discernement.

        1. Bonjour CEDH,
          Effectivement le vaccin ne tue pas les plus de 80 ans. Ils meurent de vieillesse ou du Covid dans l’indifférence et la solitude complète depuis 2 ans.
          En revanche, beaucoup de jeunes personnes souffrent de troubles divers avec la vaccination – parfois bénins, parfois inquiétants. Et c’est triste. Je ne comprends toujours pas l’avantage à la vaccination des personnes saines.
          Résultat de nos politiques toujours plus technocratiques:
          Les personnes âgées sont toujours plus seules, les jeunes sont envoyées au casse-pipe.
          Notre société n’aurait-elle pu offrir une autre réponse, un autre visage dans ce moment difficile?
          Telle est la question.
          Je trouve décourageante la déshumanisation constatée en quelques semestres.
          Jusqu’où irons-nous?

          1. Je vous donne raison Samy. Professeur à la retraite, j’ai découvert au fil du temps que les réponses que l’on est capable de donner aux questions les plus vitales dépendent en grande partie de l’amour que les anciennes générations sont en mesure d’offrir aux générations montantes.. En définitive, ce sont toujours ces dernières qui payent le tribu le plus lourd engendré par les erreurs, voire les mensonges issus de l’incompétence et de l’arrogance de certains de leurs aînés.

        2. Lisez mieux: elle ne dit pas que ces médicaments marchent depuis des décennies contre la covid, elle dit que ces médicaments sont sur le marché depuis des décennies.

          Par ailleurs, selon l’avis de virologues et infectiologues dépourvus de conflits d’intérêt, ces médicaments fonctionnent contre la covid avec le même taux d’efficacité que contre les autres maladies d’infections respiratoires, soit environ 75%.

          Vous remarquerez que pendant que ces médicaments quasi-ancestraux sont diabolisés et qu’il n’y a pas un mois sans qu’une étude-fake rappelle que leur efficacité n’est pas prouvée et qu’ils sont interdits de prescription, d’autres médicaments, comme le remdesivir, dont l’efficacité n’a jamais été prouvée (et dont la nocivité est maintenant établie) continuent d’être librement prescriptibles.

          On nous vend le covid comme quelque chose de tout nouveau, alors que la famille de virus dont il est issu est connue depuis longtemps. Mais enfin, il faut ce qu’il faut pour booster les bénéfices de la pharma et introduire le système de contrôle social à la chinoise. Double bidouche, comme dirait l’autre.

        3. “À cause d’une réaction au vaccin contre le Covid, Jérémy Chardy (tennisman français ) est handicapé physiquement et contraint de suspendre sa saison.”
          ttps://www.lequipe.fr/Tennis/Actualites/Jeremy-chardy-suspend-sa-saison/1287521

          “Le triathlète saintais* Antoine Méchin met un terme à sa saison et « ne se referait pas vacciner si c’était à refaire »(*Saintes, Charente maritime) Il affirme que son embolie pulmonaire est liée au vaccin Moderna qu’il a pris contre le Covid”
          ttps://www.sudouest.fr/sport/course-pedestre/triathlon/le-triathlete-saintais-antoine-mechin-met-un-terme-a-sa-saison-et-ne-se-referait-pas-vacciner-si-c-etait-a-refaire-6234 J’imagine que vous pensez que ces deux sportifs racontent des salades. ( je signale que je suis vaccinée malgré mes craintes, plus par nécessité pour pouvoir rendre visite à des membres de ma famille qui résident en France que par conviction )

  42. Merci Mme. Sandoz pour ce très nécessaire et lucide constat. En tant qu’étudiant dans l’une des HES de Fribourg, je ne peux que vous remercier d’avoir exposé le problème clairement : la pression sociale est une obligation vaccinale déguisée.

    Seriez-vous disponible pour une interview? https : //education-sans-certificat. ch/temoignages (sans espaces).

  43. Scène de maltraitance ordinaire. Suis allée manger aujourd’hui même, un plat du jour dans un petit restaurant de la région de Nyon. A la table voisine, un monsieur très âgé accompagné de son fils. Ce pauvre monsieur âgé s’est fait incendier par son fils tout au long du repas parce que d’une part, il ne trouvait pas son certificat Covid dans la seconde et le précieux sésame était quelque peu froissé empêchant la serveuse de le scanner en bonne et due forme. Et comble de la négligence, le pauvre bougre ne trouvait plus sa carte d’identité.
    Puisse-t-il la prochaine fois prendre son repas tranquillement dans l’EMS où il séjourne en espérant qu’il ne doive pas tous les jours prouver son identité et sa bonne santé.

  44. Chère Suzette,
    Votre information sur notre Université ne me fait pas seulement sourire, elle me rend triste. Elle me confirme dans une impression qui h’habite depuis un moment: c’est que nos autorités (administratives avant tout, précisons le) n’ont plus un brin de jugement: faut-il protéger les étudiants vaccinés par une barrière supplémentaire pour les tenir à l’écart de ces pestiférés qui n’ont pas encore obtempéré à l’ordre de vaccination? S’agit-il d’un vaccin ou d’un placebo.? Par delà le côté moralement misérable de cette mesure, l’on devrait avant tout s’inquiéter des compétences intellectuelles de ceux et celles qui la mettent en oeuvre. Si l’université n’est plus capable de bon sens, elle à qui l’on crédite l’indépendance, l’objectivité et l’honnêteté, à qui faire confiance désormais?
    Nombre de nos collègues sont certainement de notre avis. Dommage, chère Suzette qu’ils n’aient pas le courage de défendre davantage une institution à laquelle appartient une partie d’eux-mêmes.

  45. S’agissant de cirque le Conseil fédéral persiste et signe : prime de 50 francs à la conversion. Celui qui s’autoconvertit peut-il toucher la prime pour s’être converti lui-même ? A quand l’émincé de veau zürichoise ou la raclette pour le converti ? Si au moins, cela éviterait les chasseurs de prime créés par le Conseil fédéral. C’est aussi une injure faite aux plus défavorisés de ce pays.

    1. Ces gens-là ont tellement intégré que toute personne est achetable avec de l’argent qu’ils ne réalisent pas que ce n’est pas le cas pour toute la population.

      Leur déconnexion avec les valeurs autre que le fric est totale. Et c’est ça qui nous gouverne !? On n’est pas dans la m… (mais on commençait déjà à s’en douter, n’est-ce pas)

    2. @CEDH
      En tous les cas cela cette dernière idée de M. Berset ne va pas favoriser l’harmonie au sein des familles ou entre amis. Mais peut-être que ça va marcher, qui sait ?
      Chantal

    3. CEDH Bonsoir, vous lire est toujours un plaisir …… je n’ai pu m’empêcher de rire de vos tournures ! Ouf je ne serai pas là pour subir les attaques de mes voisins parfaitement inconnus mais très loin dans un environnement nettement plus ensoleillé, humide et doux, parmi une population restée imperturbablement irréductible et très paisible à bien des points de vue.

      De toutes les façons, de routine je suis organisée de manière à ce que mon nom ne figure ni sur la boîte à lettres, ni sur l’interphone, ni sur la porte d’entrée. L’invisibilité programmée dès l’inscription dans une commune est très utile – aucun embêtement, aucune immiscion, aucune sonnerie indésirable et juste le strict minimum essentiel.

      J’ai procédé à mon énième test magique pour les frontières. Négatif évidemment comme toute la masse d’autres compilés dans power-point (une masse négative qui devrait logiquement interpeller les médecins mais …). Cette fois-ci je suis tombée sur un infirmier libanais – le hasard fait bien les choses car cela nous a permis de zapper le sujet à la mode et de parler de son pays que je connais ainsi que de tous les lieux visités dans toutes les zones disons « religieusement différentes ».

      Oui quel bonheur de parler d’autre chose, le thème et les questions invasives induites par le cirque fédéral « pourquoi ne vous faites-vous pas V ?» ayant disparu comme par enchantement.
      Les moments d’échanges paisibles sont devenus très rares, ils sont donc d’autant plus précieux, surtout au sein de ce milieu “médical / paramédical” complètement détraqué par la rage vaccinale.

      Portez-vous bien. eab

Répondre à Alessandra Lukinovich Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *