Au-delà des limites de l’amoralité

« Le vaccin dope les échanges commerciaux. Les exportations helvétiques affichent un niveau historique à 60 milliards de francs au deuxième trimestre. Cette forte progression serait en grande partie attribuable à la participation du groupe Lonza dans la fabrication du vaccin de Moderna, selon un expert » (LT, 21.07, Economie & Finance) ; « Le covid-19 et ses variants, une aubaine pour la pharma. Pfizer et Moderna, les deux géants américains dont les vaccins sont les plus administrés en Europe et aux Etats-Unis obtiennent une augmentation de prix… Se pose tout de même la question de la transparence des prix des médicaments … Selon l’OFSP, l’opacité lui donne les coudées franches pour mieux négocier les prix » (LT 3.08. p. 11 Economie). « Le vaccin anti-covid mute en machine à cash. Les vaccins à ARN messager se transforment en blockbusters et leurs tarifs sont relevés » (24H, 3.08, p. 13 économie).  « Ruée sur les troisièmes doses… Plusieurs pays préparent des campagnes de rappel vaccinal dès la rentrée, malgré l’absence de preuves scientifiques formelles. … Les scientifiques peu convaincus… l’efficacité de la démarche n’est pas clairement prouvée »… l’OMS « demande un moratoire, pour que les flacons partent vers le sud » (LT, 5.08.).

Ne soyons pas irréalistes : il est normal que la recherche pharmaceutique et les résultats auxquels elle aboutit soient honorés financièrement ; tout travail mérite salaire.

 Mais gardons une once de sens moral

Au moment où le monde sanitaire et politique répète à tout venant que la vaccination est le seul moyen d’enrayer la pandémie (« La vaccination, c’est l’unique remède », LT 3,08. P.1), et où les statistiques montrent le faible pourcentage de vaccination dans les pays à petits moyens financiers, donc autres avant tout qu’Israël, les Emirats, la majorité des Etats européens, les Etats-Unis, cocoricoter sur les gains considérables liés à la fabrication et à la vente de vaccins (certains encore en phase d’essai III jusqu’en 2023), augmenter les prix ou se jeter sur une troisième dose dont l’utilité semble n’être pas encore prouvée dépasse les limites de l’amoralité.

 

 

 

 

 

 

 

Suzette Sandoz

Suzette Sandoz est née en 1942, elle est professeur honoraire de droit de la famille et des successions, ancienne députée au Grand Conseil vaudois, ancienne conseillère nationale.

131 réponses à “Au-delà des limites de l’amoralité

  1. On aura bu la coupe jusqu’à la lie. Injecter à des millions de personnes des thérapies géniques jamais testées sur l’homme, dont les AMM sont conditionnelles, et faire porter toute la responsabilité au receveur, c’est fort. Et en même temps qu’on annonce un rappel nécessaire tous les 6 mois, on annonce une augmentation de prix sans que personne ne se révolte.
    La seule chose dont un gouvernement a besoin pour transformer les gens en esclaves est la peur. Si vous trouvez quelque chose pour les effrayer, vous pouvez leur faire faire tout ce que vous voulez. Hermann Goering

    1. A M.Hirschi: bien vu. Il y a bientôt 2 ans que je me tue à expliquer, statistiques officielles en main, que le taux de guérison est en moyenne mondiale de 97 %, et en moyenne suisse 99,5%. Mais les gens adorent avoir peur, car ils n’ont aucun autre intérêt intelligent dans l’existence. Qu’ils (re)lisent Montaigne (Livre I: Que philosopher c’est apprendre à mourir) . Il ne s’agit pas d’une épidémie, mais d’une épizootie, puisque la maladie atteint un troupeau mondial de moutons effrayés et manipulables à merci. Il ne faut pas se lasser de tenter de rassurer les gens, et de les secouer. J’ai rencontré plusieurs personne du même avis que moi, donc tout n’est pas perdu. Mais comme disait Schiller: ” Mit der Dummheit, kämpfen Götter selbst vergebens”.

      1. Et tu en tires quoi de ton 3% ?

        que cela fait: 7.8 milliards x 3% = 234 millions de morts ? ça fait beaucoup, non ? mieux vaut alors se vacciner…

        Je vous invite par ailleurs à regarder les complotistes suisses se ridiculiser…

        ttps://mobile.twitter.com/MMeBlackSheep/status/1423548951043657729

        par exemple ce médecin affirmer que le vaccin rend stérile et, pire encore, que cette stérilité se transmet à notre descendance.

        Il vient de nous inventer la stérilité héréditaire, un génie!

        1. La base de données officielle de l’union européenne EudraVigilance compte plus de 20’000 morts des suites du vaccin rien qu’en UE. Avec de telles performances n’importe quel autre vaccin sous AMM conditionnelle aurait été immédiatement retiré du marché.
          Il m’étonnerait fort que cette base de données soit alimentée par des complotistes.
          Pour la stérilité héréditaire vous avez raison, c’est une absurdité.

          1. Ce que vous dites est faux et n’est qu’un argument d’antivax irréfléchi propre à conduire au triomphe des forcénés de la vaccination. Pour s’en convaincre il suffit de comparer la mortalité des vaccinés et celle des non vaccinés (à âge et comorbidités égales).

          2. Cher M. Hirschi, avez-vous, vous-même, constaté ces prétendues 200’000 morts des suite du vaccin covid dans eudravigilience ?
            Ou ne faites-vous que relayer des “news” lues ça et là sur les réseaux dit “sociaux” ?
            Quoi qu’il en soit, rassurez-vous, l’essentiel des médecins du pays s’étant fait vacciner (comme pour les pays voisins), en dépit du risque incroyable dont vous nous avertissez, vous aurez prochainement l’occasion de distiller vos diagnostics et ordonnances, quand, dans nos hôpitaux, il faudra dans l’urgence pallier tout ces médecins morts de s’être injecté ce poison.

          3. Non ce n’est pas le cas, vous ne pouvez pas prendre le nombre de signalement d’événements médicaux (18’000 événements et non pas 20’000 morts, ce chiffre ne se retrouve dans aucune source vérifiable), quels qu’ils soient, intervenus après une vaccination contre le covid et en déduire que ces événements sont CAUSÉS par la vaccination. Cette base de données est alimentée par des médecins et des particuliers qui y décrivent des symptômes ou événements indésirables apparus après une vaccination, non pas causés par une vaccination. J’ai reçu mon injection hier et j’ai vomi mes tripes toute la nuit. Autre info, j’ai aussi mangé des huîtres hier soir. Quelle est la cause de mon état ?

        2. Non pas 99.5 % mais 99.65 %. Létalité 0.35 %. Mais bien évidemment cela ne concerne pas les moins de 40 ans sans facteur de risque (17 décès depuis le début y compris ceux qui avaient un facteur de risque). Ceux là même pour lesquels la loi sur les épidémies ne permet pas la vaccination obligatoire et que les forcenés de la vaccination veulent vacciner.

        3. La létalité au niveau mondiale est estimée à 0.23 % et non pas à 3 % .

          ttps://www.who.int/bulletin/online_first/BLT.20.265892.pdf

          On survit donc à cette maladie dans 99.77 % des cas et en décède dans 0.23 % des cas. 0.23 % de la population mondiale, cela fait 18 millions de morts. Il meurt près de 60 millions de personnes chaque année.

          Les personnes susceptibles de décéder sont en premier lieu âgées. En Suisse, 90 % des victimes avaient plus de 70 ans alors que 17 personnes de moins de 40 ans sont décédées de la covid. Sur ces 17 personnes nombres avaient des facteurs de comorbidité.

          ttps://www.rts.ch/info/suisse/11137312-le-coronavirus-en-chiffres-et-en-cartes.html

          Très souvent il s’agit de l’obésité et de ses conséquences. La prévalence de l’obésité et l’existence d’une population plus âgée que la moyenne mondiale explique la létalité un peu plus élevée en Suisse que dans le monde.

          Cela dit il est stupide de vacciner toute la population. La seule population qu’il convient de vacciner est la population à risque.

          C’est d’ailleurs ce qu’a décidé le peuple suisse en adoptant la loi fédérale sur les épidémies lors d’un refendum puisque cette loi prévoit un seul groupe général au sujet duquel ont peut décréter la vaccination obligatoire : les personnes à risque.

      1. Peu importe la phrase précise, la pensée qu’avec la peur ont pourrait manipuler les gens pour leur faire faire la guerre est bien la sienne.
        Et le principe de la guerre, c’est le sacrifice humain.

        1. Bonjour Samy, à l’Amoralité très bien décrite, j’ajouterai sans hésitation Débauche et Perversion.
          Cela fait des décennies que les Pharmas se sucrent massivement sur le prix de médicaments et/ou vaccins. Tout le monde est parfaitement au courant pourtant personne ne réagit vraiment et de manière concrètement visible (pour notre porte-monnaie).
          Car cela fait de longues décennies que je fais des comparatifs de prix pour exactement les mêmes molécules vendues à des prix multipliés par trois en Helvétie par rapport à l’Italie ou l’Allemagne par exemple.
          Récemment, j’ai donc augmenté mon stock à + 3 ans d’indépendance (+ dates limites d’utilisation supérieures à 4 ans).
          Nous devons rester d’autant plus prospectifs en regard de l’époque troublée et des délires tous azimuts s’accentuant au fil des jours.
          Car les Pharmas ne vont donc pas s’arrêter en bon chemin, les mesures incitatives au profit étant plus efficaces que les mesures incitatives à un rééquilibrage des forces.
          Les gouvernements laissent courir tranquillement (en nous faisant croire à un contrôle et/ou une surveillance) puisque nous voyons bien, actuellement, à quel point les gouvernements ont été acquis à moindres coûts par les Pharmas !
          Néanmoins attention, trop de gâteries sucrées pourraient induire de sales maladies. Nul doute que les parades sont toute prêtes, soit d’autres médicaments et produits (presque) en marché libre de tout contrôle « financier ».

          Ne pas oublier de prendre connaissance des très mauvais chiffres (de couverture vaccinale) cités dans la très sérieuse étude du Prof. Paul Elliott dont je cite un extrait : « However, in round 13, 44 % of infections occurred in fully vaccinated individuals, reflecting imperfect vaccine effectiveness against infection despite high overall levels of vaccination ». Il est très facile de télécharger le texte complet en .pdf.

          En d’autres termes, une débauche de moyens déployés pour un résultat plus que médiocre. Bravo les Pharmas. La Suisse semble vouloir – comme d’habitude et de routine – ignorer des évidences analysées dans d’autres pays tout proches de chez nous.

          Exactement comme les évidences liées aux prix surfaits.

          Salutations de Lombardie avec ambiance relax et agréable !

          1. Chère Eliane,
            Le problème de cette pandémie, c’est le sous-marin qui avance, alors que tout le monde débat pour savoir si le vaccin est plus ou moins efficace et à plus ou moins d’effets indésirables. Et maintenant, si le prix est juste.
            Mais au fond, ce qui m’inquiète le plus, c’est le recul incroyable des démocraties, vers des systèmes de gestion de type militaro-technique.
            Ainsi, je vous conseille la lecture de cet article d’A.Vrou:
            ttps://voxeurop.eu/fr/covid-carte-didentite-biometrique-et-passeport-sanitaire-la-securite-au-depend-des-libertes-individuelles/
            En ce sens, ne pas se vacciner devient un acte civique. Alors que cela devrait être uniquement un acte médical. Et je le déplore.

          2. Bonjour Samy, merci de votre commentaire et pour le lien.
            J’apprécie beaucoup l’image du « sous-marin ».
            Voici mon « reportage » en Lombardie. Cette fois-ci la différence d’appréciation se sent entre les possibilités « debout » et « assises » des bars et restaurants. Le secteur « debout » recueille sans contexte la majorité. Il faut dire que les « zones assises » sont entourées sommairement de ces rubalises de diverses couleurs avec autres accessoires de marquage, un peu comme sont délimitées les scènes de crime.
            Autant dire que le nouveau décret Mario Draghi (avec nouvelles privations des libertés) n’a pas convaincu la population générale. Il y a un fossé de comportement entre ces deux zones « de crime ». Je présume que les restaurateurs et bars italiens pensent dorénavant prioritairement à leur survie. Pour la France, je n’ai vu que les reportages sur RTS en différé, donc aucune vraie expérience de terrain.

            Dans certains supermarchés, nous avons observé des dames de mon âge ôter le masque. Personne n’a manifesté ni invectivé. Un sain ras-le-bol.

            Ce que nous vivons bon an mal an m’a aussi fait penser à la série « Le prisonnier » (1967) avec Patrick Mc Goohan, prisonnier du « Village » et devenu exclusivement un Numéro (le 6). Une série “précurseur” avec message politique d’une violence inouïe. En 2020-21, les humains sont devenus des numéros dans un Village qui est la Planète entière. Avec QR-codes. Le numéro 1 du “Village” reste inconnu du début à la fin … En 2021, nous savons qui est le numéro 2 = les Pharmas. Le numéro 4 pourrait représenter les gouvernements. Le numéro 3 pourrait représenter la clique des milliardaires. Mais qui est le numéro 1 ?

            Sous peu, je vais aller tester l’ambiance en Valais, puis à Zurich (en passant par Berne). Nul doute que ce sera fort intéressant. Au plaisir de vous lire.

          3. Réponse subsidiaire à Samy et CEDH (dont j’apprécie les commentaires): sur l’autre blog, j’ai répondu à Rebecca qui – systématiquement – agresse tous les internautes via un ton anormalement agressif, donc totalement injustifié. Ma réponse a été écartée. Dans ma vie, jJe n’apprécie pas trop le style « ayatollah » mais il semble que ce soit interdit de l’écrire sur certains blogs. Par contre Rebecca bénéficie du droit d’agression gratuite. Donc vous ne me retrouverez plus sur l’autre blog à modération plus que partiale……
            A ce sujet, extrait du serment d’Hippocrate “Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leur convictions”.
            Portez-vous bien.

          4. @ Eliane AB

            Je vous demande avec insistance de ne pas me mêler à vos commentaires. J’ai posté quoi? deux messages sur ce blog…

    2. La technique de L’ARN messager n’est PAS une thérapie Génique pour que cela soit le cas il faut pénétrer dans le noyau de la cellule qui contient le génome ce que ne fait pas l’ARN messager.
      A tout ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, j’aimerai connaitre vos propositions pour se débarrasser du virus? A part critiquer à tout va je ne vois rien venir de la part de ces personnes.

      1. L’humanité n’a pas attendu les vaccins pour survivre aux attaques virales. Sa recette s’appelle défenses naturelles et les moyens de les renforcer existent lorsqu’elles sont affaiblies par l’âge, la malbouffe et/ou la sédentarité.

      2. Nous n’avons pas forcément besoin de nous débarrasser de ce virus : s’ il est inoffensif on peut le laisser circuler. Il est inoffensif pour tout le monde sauf pour les personnes vulnérables. Si on vaccine les personnes vulnérables elles ne développeront pas de formes graves et le virus sera inoffensif pour tout le monde (c’est actuellement déjà le cas). Le virus pourra donc circuler sans qu’on s’inquiète plus de lui que le rhume. Et pour les personnes vulnérables qui ne se font pas vacciner, elle ont pris un risque en toute connaissance de cause. On ne peut pas les forcer à se protéger. Même chose pour les personnes pas vulnérables et pas vaccinées. Elles choisissent le risque qu’elles prennent.

      3. Il y aurait une alternative avec la thérapie.. oui, il existe des médoc que les Big Brother de la Pharma ont osé déclarés non seulement inutiles mais dangereux alors qu’ils sont sur le marché depuis des décennies et ont fait leurs preuves ,et en plus sont bon marché… On est en droit de se demander ce qu’il y a derrière cette volonté de ne pas soigner pour pouvoir imposer le vaccin qui n’en est même pas un puisqu on nous dit qu’il n’empêche pas la contamination mais juste qu’il protège des formes graves…Un vaccin est fait pour éradiquer de la planète une maladie mortelle.. Le plus bel exemple est la variole… Là , avec ce covid on a la désagréable impression qu’on nous mène en bateau ( je signale que j’ai eu le Covid à l’automne dernier et que je suis quand même vaccinée) Mais je me donne le droit d’avoir des doutes , des soupçons sur ce que l’on est en train de mettre en place . ( voir : ” Covid 19 : La Grande réinitialisation” de Klaus Schwab, le créateur du Forum de Davos) J’en ai déjà parlé, avec quelques extraits, dans un article précédent de Mme Sandoz ; je me répète mais il semblerait que ce genre de propos que l’on peut lire dans ce livre, n’intéressent guère les autruches qui préfère garder la tête dans le sable pour se montrer “ouverts” à ce qu’ils croient être un progrès..

      4. A Walter : Les gens ne sont pas forcément anti ou pro-vaccins. C’est un peu plus compliqué que cela. Les propos de la Professeure Sandoz sont entre autres de poser la question sur la transparence du prix des médicaments et de l’efficacité de recevoir une 3ème dose du vaccin. Ce sont en effet des questions très pertinentes car je ne vous apprends rien en vous rappelant qu’un grand pourcentage des êtres humains sur cette planète n’ont même pas encore reçu une 1ère dose. Le pourcentage de gens vaccinés sont très très faibles dans de nombreux pays. De plus, on nous brandit jour après jour le spectre de nouveaux variants qui risquent de ne plus répondre favorablement à la vaccination. On peut bien imaginer ce qui pourrait se passer dans un monde globalisé. Si ces vaccins sont si efficaces, alors il faut que toutes les personnes à risque puissent en bénéficier et ceci dans tous les pays du monde sinon ça ne fait aucun sens.

  2. Le transhumanisme c’est faire croire que l’homme est imparfait mais qu’il peut être amélioré par la technologie (il a un système immunitaire défaillant face à des méchants virus) et que la biotechnologie (injections géniques miracles) est la seule solution pour notre survie collective. Dans ce paradigme, nous devons déclarer la guerre aux méchants virus en développant de plus en plus notre arsenal militaire…
    Je doute que la vie se résume à une vision aussi manichéenne et bas de plafond (mais comme c’est très profitable pour Big pharma et ses actionnaires ce sera difficile de faire changer ce système idéologique…).
    Louis Pasteur aurait dit sur son lit de mort : Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout. Il y a là une alternative à ne pas négliger, mais nous n’en sommes pas encore là.

  3. Dans le monde financier suisse l’amoralité existe depuis des lustres, avec sa soeur la corruption. La crise sanitaire a juste un peu mis en lumière cela, mais l’opacité est encore tenace et bienvenue.

  4. Avez vous deja regarde de pres ce qui est derriere ces fact-checking?
    Ce n’est pas du journalisme d’investigation, c’est au plus du copier-colle et verdict rapide souvant sans comprendre le sujet, surtout si c’est scientifique.
    Celui du L’AFP est en contrat avec Facebook, et celui du Reuters est finance par Facebook egalement.
    ttps://factuel.afp.com/fact-checking-comment-nous-travaillons
    “Facebook a signé un contrat rémunéré avec l’AFP pour utiliser ses vérifications dans son fil d’actualités. Fin 2019, le contrat est en vigueur pour l’AFP dans une trentaine de bureaux dans le monde, couvrant plus de 70 pays.”
    ttps://www.reuters.com/fact-check/about
    “The fact-checking unit at Reuters has joined Facebook’s third-party fact-checking program. Through this program, Facebook will provide funding to the Reuters fact-checking unit, in exchange for assessments of the authenticity of content on its platform.”
    Depuis fevrier 2020, Zuckerberg a sous-contracte nombres de fact-ckeckers et il a admit qu’il a censure toutes articles mentionnant la possibilite de l’origine accidental du virus, ce qu’il a arrete que recemment.
    Si vous verifiez, ces fact-checkers sont des journalistes sans experience scientifiques et ils emettent des “verdict” souvant faux et absurde sur les questions scientifiques. Ensuite ces verdicts s’utilisent comme fait et censure par les medias et social media. Ainsi ces fact-checkers contribuent largement au censure illimite de nos jours de la science en detruisant tout debat scientifique.
    ttps://support.google.com/youtube/answer/9891785?hl=en
    YouTube censure récemment les docteurs, chercheurs et prix Nobel Japonais s’ils discutent etre eux de leurs experiences et recherches sur des therapies possible pour le Covid. Peut-etre l’autorisation d’urgence des vaccins ne saurait etre valid s’il y a une thérapie? C’est aussi le cas s’ils discutent sur les effets segondaires des vaccins. Ce n’est pas étonnant donc que cette nouvelle businesss lucrative est finance par des milliardaires et que c’est probablement la plus grande machine infernal de censure de l’histoire. L’inquisition n’avait pas la technologie de nos jours pour obtenir cette efficacité. Et le pire est que ces journalistes pensent qu’ils sont les sauveurs de la population en eliminant les misinformations. Leur arrogances d’ecrire sur les sujets qu’ils ne comprennent pas et sans vrai investigation de leur part, sans le vouloir mais c’est eux qui creent la misinformation qu’ils veulent eliminer. “Et si on nous disait la verite” la question de Mme Sandoz attend encore la reponse.

  5. Est-ce que l’a-moralité connaît des limites? À l’évidence non, si on admet que la moralité se situe, légitimement, du côté de la démocratie, régime le moins amoral possible. Ce qui a l’air de se mettre en scène, c’est l’assomption d’un imaginaire totalitaire – disons “inclusif” pour lire des textes partout en vogue – qui veut “tout en souhaitant incarner le bien, laisser organiser l’horreur” et exclure (Yves Chalas. L’Imaginaire totalitaire. Actes Sud, 1985). Le vaccin, même risqué au plan de la santé, reste un besoin légitime et une solution possible. Son administration, en revanche, me paraît à la fois chaotique et prévisible; ce trait paradoxal pourrait-il en faire un instrument d’enfermement et de coercition? Merci de vos prises de position qui nous rendent attentifs.

  6. Un gros business des pharmas, des médias, … Jamais vu un vaccin si vite fait ! Pas de recul. Avec de la manipulation génétique (ARN Messager) parfois ! Et maintenant du jamais vu aussi : 1-2-3 vaccins par année ! Et on essaye d’entraver notre liberté par des tests et restrictions en plus (la France d’abord !) Les masques, distances, lavages des mains, … Sont inutiles ? Business

    1. “Et maintenant du jamais vu aussi : 1-2-3 vaccins par année ! ”

      L’hépatite B c’est trois injections. Une première, puis une deuxième un mois après et une troisième 6 mois plus tard. Vous ne voyez pas grand chose.

  7. Professeure Sandoz, merci de votre texte qui remet en action nos petites cellules grises.
    Amoralité + Incurie ? Petite histoire véridique avec preuves formelles: via son iPhone, une connaissance reçoit le résultat négatif d’un test qu’elle n’a PAS effectué. Cette personne a été sensiblement rajeunie de presque 20 ans puisque la date de naissance affichée sur l’iPhone est complètement erronée.
    C’est fort sympathique comme cure de jouvence gratuite …… sauf que …..
    Si les autorités des divers cantons composant notre chère contrée font leur travail n’importe comment et mélangent d’emblée les numéros de téléphone des citoyen(ne)s sans contrôle strict et/ou peut-être aussi les dates de naissance et/ou les identifiants et/ou les tests reçus, comme on mélange les ingrédients d’une banale sauce à salade, sous peu nous allons avoir une pandémie de faux tests, de faux résultats, faussement distribués, de faux positifs versus faux négatifs, et dont seules les autorités devront porter l’entière responsabilité. Comme « fake-news », on a rarement fait mieux.
    Corollaire immédiat du mic-mac: nous ne pouvons plus avoir la certitude absolue que le travail normalement fort sérieux lié aux tests a été effectué correctement.
    En extrapolant, nous pourrions aussi imaginer que – hypothétiquement – le gouvernement décide que tous les tests doivent revenir positifs (donc y compris les négatifs) pour vraiment emprisonner toute la population.
    Qui sait ? Tout est possible en cette époque frénétiquement troublée. Sincères salutations.

  8. La spéculation sur les vaccins est certainement un bon exemple de cynisme, mais je constate que le débat s’éparpille immédiatement dans l’échange de certitudes pro- ou antivaccinales. Hélas, les certitudes ne manquent jamais de laisser place aux invectives. Je respecte la confiance et le doute s’ils sont raisonnables. Ce sont hélas des denrées périssables.
    La spéculation est un crime si elle consiste à prélever une plus-value illégitime sur le travail d’autrui ou sur la cotisation de nécessité. Mais parmi les acteurs de la criminalité collective qui ronge nos institutions, qui agit par orgueil, par naïveté, par cupidité, par ignorance ou mépris du résultat ?
    Vaccin ou pas, merci d’en appeler à la décence dans la glorification du profit.

    1. Il s’agit de commandes de l’Etat, avec des logiques de type monopolistiques. Tout cela est par les impôts.
      Quel principe libéral y voyez-vous?
      Cela correspond plutôt à un marché aussi fermé que d’acheter des avions de chasse, avec toutes les implications géopolitiques liées. Ou de commander de nouveaux logiciels pour l’administration.

      1. J’ai de la peine à suivre votre logique. Parce que c’est un état (libéral s’il en est) qui passe commande, sur un marché libre, et qu’il paie avec d’une part le fruit de l’impôt, et d’autre part des levées de fonds sur le marché (pas vraiment libre mais très libéral) des banques privées, alors il n’y a plus de principe libéral ?
        La pharma dans son ensemble fonctionnerait-elle hors du système d’économie libérale ?!?
        Ou suggereriez-vous que l’on (CH) se menotte, pour des questions uniquement politique, à ces deux fabriquants, au lieu de faire jouer la concurrence, et de commander AZ, Spoutnik, l’un des multiples Chinois.. ? (et je ne serais pas plus près à l’admettre).

        1. Je n’ai pas parlé de la pharma dans son ensemble, mais des vaccins Covid.
          Il s’agit de commandes d’Etat (peut importe l’orientation politique), avec des monopoles et des pressions géopolitiques.
          Le marché n’est pas libre, le client n’est pas libre, le tarif est réglementé. En plus, la vaccination est recommandée par l’Etat, avec une publicité étatique.
          Donc, ce n’est pas vraiment l’expression du libéralisme. Plutôt à rapprocher des secteurs de l’armement (où les grands Etats géopolitiques sont toujours derrière les principales firmes productrices).

          1. Cher Samy, ni vous ni moi ne devons acheter les vaccins Covid. Ce sont nos États qui le font pour nous, en étant libres de le faire, de négocier les prix, et de choisir les fournisseurs. Du moins c’est le cas dans les pays Européens. En face, les vendeurs sont tout aussi libres de contracter – et comme il s’agit précisément d’un système libéralisé, et pas administré, aux prix qu’ils souhaitent. Comme il y a bien plus d acheteurs que de vendeurs (notamment avec des vaccins à performances “élevées”), ces derniers tiennent le couteau par le manche, et peuvent gonfler leur trésorerie à volonté.
            Notez bien que je le déplore, mais je n’y vois que le résultat d’avoir placé sous le jeu du libéralisme de très larges pans du système de santé.
            AZ a choisi (dès le début, avant même que leur vaccin soit moins ‘accepté’) de ne pas entrer dans ce jeu, et de vendre à prix coûtant. Accessoirement, ils n’ont pas vraiment été libres de choisir les partenaires avec qui développer leur vaccin, me semble-t-il.

          2. @ Fdidoux
            “Cher Samy, ni vous ni moi ne devons acheter les vaccins Covid.” Nous ne le pouvons pas. Nous n’avons aucune liberté à intervenir dans ces marchés qui sont verrouillés.
            En Russie ou en Chine, c’est la même logique, mais avec leurs vaccins nationaux (à voir si c’est mieux?).
            Donc vos remarques sur le libéralisme ne sont pas pertinentes. Monopoles d’Etat ou monopoles de multinationales, le résultat est similaire. Ces monopoles fonctionnent en cercle clos – sous la direction de l’Etat, qui s’est octroyé les pleins pouvoirs et qui choisit simplement un fournisseur qui obtient de fait un contrat sur mesure.
            Je ne constate pas vraiment que le fournisseur fasse du chantage. Je constate plutôt que l’Etat fait plutôt du chantage sur ses citoyens pour qu’ils donnent leur consentement (à coup de saucisse offerte ici, loterie là-bas, accès aux loisirs, retrait du masque, etc).
            Et en cas de “problème d’effet indésirable”, l’Etat sera soulagé de pouvoir se défausser sur une multinationale à la réputation très négative.
            Donc, le fournisseur est bien payé, mais il accepte un risque bien plus grand (raison pour laquelle les contrats ont toute sorte de clauses pour réduire un peu ce risque, qui est réel).
            Personnellement, je n’aime pas ces logiques et les trouve très dangereuses pour la société. Mais comme dit plus haut, il n’existe aucune moyen pour intervenir, sinon le boycott.

  9. Face à l’amoralité, il n’y a qu’une seule attitude à opposer: le refus en masse dans le pacifisme total.
    Puisqu’on nous maltraite en masse, c’est en masse qu’il faut réagir. Le moralisme et le chantage ne peuvent pas remplacer l’intimité de la conscience et le respect des semblables dans leurs intimes convictions et doutes.

    Ceux qui ont foi en cette thérapie génique qu’ils ne s’en privent pas, mais qu’ils reconnaissent aux autres leur droit au doute et à l’interrogation. Leur reconnaître le droit de soupeser leur situation dans la sérénité.

    Voici un exemple de résistance et de refus de se soumettre à la destruction des individus et de la société. Ce gouverneur protège vraiment ses administrés et ses employés!
    Cela risque de ne jamais arriver en Suisse. Chez nous aussi, les intellectuels, les médias, les politico-scientistes, haut placés, ont pris l’habitude de recourir aux distorsions, subversions, omissions, travestissements, aux ruses et aux astuces, pour ne jamais être épinglés en flagrant délit d’agir dans l’illicéité, dans l’illégalité ou dans l’illégitimité en contournant la constitution et en mentant comme ils respirent.

    ttps://www.globalresearch.ca/sen-rand-paul-mask-mandates-lockdowns-petty-tyrants-no-not-again-choose-freedom/5752149

    @M-
    “Et si on admet que la moralité se situe, légitimement, du côté de la démocratie, régime le moins amoral possible.”
    On peut aussi faire dire à la morale ce qu’on veut. Voir les conclusions de la justice fribourgeoise.
    A quoi bon de légiférer pour la protection des mineurs, qu’il s’agisse de mœurs ou de responsabilité ou de l’autonomie économique. A ce train là, demain, on déclarera l’enfant de 12 ans complètement autonome jouissant de tous les droits dans la cité mais aussi redevables pleinement comme les adultes, de se soumettre à tous les devoirs, y compris devant l’autorité fiscale. puisqu’on les reconnait de pleine capacité de discernement, de désirs et de décisions.

    Les tribunaux vont-ils céder à la logique marchande du marketing?
    ttps://www.bluewin.ch/fr/infos/suisse/les-12-15-ans-peuvent-se-passer-daccord-parental-pour-se-faire-vacciner-830464.html

  10. Cela me surprend à quel point les prises de positions liées à cette pandémie sont polarisées. Pour certains c’est la maladie qu’il ne faut surtout pas attraper et pour les autres c’est celle qu’on peut attraper. Il y a les anti et les pros-masques, vaccins, confinements…. et chacun est convaincu de détenir LA vérité en faisant preuve de peu d’ humilité.
    J’ai des questions à poser aux deux camps.
    – aux pros-vaccins. Pourquoi ne pas mettre autant d’énergie et d’argent dans la lutte contre d’autres maladies, tel que le diabète, les maladies cardiovasculaires, les problèmes d’obésité, les maladies liées à la pollution ( 800000 décès par ans en Europe)……
    – aux anti-vaccins, dont la plupart sont vaccinés contre la varicelle, oreillons… Pourquoi êtes-vous d’accord d’attraper le covid et non pas la varicelle ou les oreillons?
    Une solution qui est souvent proposée à la place des vaccins et celle d’augmenter nos défenses immunitaires et d’améliorer notre hygiène de vie. Très bien, mais pourquoi cette réponse est-elle donnée que pour le Covid? Et non pas pour toutes les autres maladies?

    Ma réponse à ces questions, si on voulait vraiment diminuer le diabète, les maladies cardiovasculaires, celles liées à l’obésité ou à la pollution….il faudrait changer notre façon de vivre en profondeur, et la ça devient compliqué, ça dérange et il faut du courage. C’est beaucoup plus simple de rester braqué sur un vaccin ( pour ou contre ) que de remettre en cause notre façon de vivre, alimentation, stress, pression sociale, consommation, pesticides, perturbateurs endocriniens, déplacements, pollution….. qui est malheureusement la cause de beaucoup de nos maladies.

    1. Anja, sauf votre respect, il y a un autre camp, celui des EXEMPTÉ(E)S ….. donc ni Pro-VAX, ni Anti-VAX car le choix vaccinal sera impérativement effectué en fonction de leurs profils médicaux (en général complexe). Certains vaccins sont acceptables, certains vaccins sont à abolir. Point final. Décisions médicales professorales. Double point final.
      Nous ne nous situons dans aucun des camps en ce moment en guerre totale (relire L’art de la guerre de Sun Tzu ä ce sujet). Par ailleurs, nous n’avons aucun des problèmes dits de civilisation (= tabac, excès de sucres et/ou de graisses, HTA, COPD, troubles cardiaques, pour ne citer que les principaux maux de notre époque) mais d’autres soucis tout à fait différents (et parfois même inscrits sur nos gènes).
      En conséquence nous avons aussi notre mot à dire et n’allons pas si facilement nous laisser entraîner dans la guerre stérile entre Pro-VAX et Anti-VAX.
      Quoique …. une certaine Rebecca a déjà déclaré la guerre nucléaire totale à tout ce qui est foncièrement différent des PRO-VAX. Elle n’est sûrement pas la seule à avoir sombré dans l’obscurantisme absolu !
      Portez-vous bien (et éventuellement révisez les classiques). Pour ma part, je repars respirer un bol d’air sympathique ailleurs, tant l’air “romand” est devenu toxique et frénétiquement malveillant.

    2. Personnellement, j’ai attrapé le Covid pas plus tard que ce fameux 16 juillet 2021, après avoir passé toute une journée et un dîner avec des amis qui venaient de se faire vacciner. Je savais que je pouvais être contaminée. Je ne sais pas que dire sinon que je ne tenais pas à changer mes habitudes et mes relations avec mes cercles d’amis et de proches. Mais aussi, j’avais confiance en mon système immunitaire, je le sentais capable de me protéger efficacement. Et pendant ces trois semaines où j’étais très mal physiquement, je n’avais eu à aucun moment le sentiment d’un naufrage ou de trépasser.
      Il faut dire que mon hygiène de vie et mon équilibre alimentaire, comme le prône Anja, me permet d’envisager ces éventualités – qui ne sont pas les premières, et certainement pas les dernières – avec beaucoup de sérénité.
      Depuis le début de ladite pandémie, je laissais mon intuition me guider dans les différentes circonstances où j’étais exposée au Covid entre autres infections possibles, et ce, de manière homéopathique, c’est-à-dire, pas davantage que les nécessités habituelles avec des contacts inévitables.

      A propos des traitements, C’est vraiment la première fois en 75 ans que je suis tombée malade avec fièvre, douleurs, dissenterie, nausée et affaiblissement qui faisait diminuer mes déplacements même à la maison. Je n’ai pris aucun médicament en pharmacopée, Juste de la colle ou bouillie de riz légèrement salée pour désenflammer les intestins et de l’anis étoilé dans une infusion – attention au dosage. L’anis a fait baisser la fièvre. Surtout éviter d’irriter davantage intestins, œsophage et estomac avec des aliments à base de blé (préférence pour la bouillie d’avoine très peu sucrée). J’ai évité le sucre pendant les 8 premiers jours de la maladie). Compléments alimentaires et vitamines. En ce moment je suis relativement bien remise sur pieds.
      j’ai profité de ce mauvais temps pluvieux pour réorganiser ma bibliothèque et recenser toutes les partitions de musique à la place du jardinage ou de la sculpture. En faisant cela, je réactive des inspirations qui redynamisent mon activité intellectuelle ou créatrice, ce qui participe aussi à la construction et au maintien de mon immunisation aux évènements… Pas seulement à ceux biologiques. Un bon équilibre psychologique et l’absence de stress y sont deux facteurs non négligeables. La cohabitation avec des gens positifs et qui aiment la vie est un atout supplémentaire.

      Pour un bon équilibre alimentaire, il faut en avoir les moyens: de bonnes conditions de travail; le temps de la relaxation à la pause du déjeuner à midi, le dîner dans un climat de rupture avec le travail, la possibilité d’avoir des soirées détendues avant le coucherl et privilégier des rêves, les yeux ouverts avant de s’endormir au lieu des soucis de toutes natures.
      Tout cela est facile à dire, la réalité, hélas, est tout contraire. C’est une question civilisationnelle et de société. Tant que l’humain est soumis comme un outil de rentabilité, et en plus, mal utilisé ou utilisé au mauvais endroit et à mauvais escient, cet humain restera fragile et vulnérable parce qu’il se sentira nié et rejeté toute sa vie. C’est pourquoi je participe aux luttes contre les précarités de la vie professionnelle et civile, contre le harcèlement psychologique et la gestion toxique des RH en entreprises ou des administrations publiques.

      Encore une fois, je mets la responsabilité sur le dos de nos autorités politiques et sanitaires pour sa gestion insensée de l’épidémie qui a créé beaucoup de stresses et de troubles dans toutes les communautés de notre société. On sait que le harcèlement est un générateur de toxine. Son omniprésence dans les médias et sur les écrans, depuis deux ans, à jouer avec le bâton et la carotte, avec les menaces et les récompenses, avec le forcing à l’incertitude de ce qu’elles feront dans le court, long et moyen terme…
      Ce comportement me fait penser à des gesticulations articulations de pantins maniés à distance.
      Il est une réaction naturelle et saine chez les gens normaux. Avec des pantins, on ne peut rien envisager. Par contre, on sait que ces pantins ont permis la destruction de l’économie de proximité, ils transmettent un message non explicité dont ils ne sont pas les auteurs.

      Mais revenons sur le cœur du débat que nous propose Madame S. Sandoz. Il s’agit de la limite de l’amoralité, le fait d’insister sur la vaccination des adolescents sans le consentement des parents (ce qui ne veut pas dire que le gouvernement n’ira pas plus loin en proposant les tout jeunes enfants à la vaccination dans une prochaine étape). Là où c’est amoral, pour moi, c’est de décréter que les parents ne sont plus la référence éducationnelle où l’on exempte de leurs responsabilités pour cette unique question. Ainsi on décrète qu’à douze ans, le jeune est doué de toutes les capacités pour répondre de lui-même de ses propres désirs et du désir d’autrui, on prétend qu’il est entièrement conscient et informé… Mais par qui donc? et que son consentement est implicitement éclairé, alors que des adultes, toujours plus nombreux, réclament en vain des informations, de la transparence et des débats contradictoires grand public avec la communauté scientifique – pas seulement subir le sermon desdits scientifiques que le gouvernement a officialisés. En tant qu’adultes, une bonne moitié de la population attend encore une réponse à leurs quêtes légitimes pour pouvoir se prononcer sur un choix.
      Comment prétendre que le jeune est informé et qu’il donne son consentement éclairé?

      Si nous devons nous contenter de la justice qu’elle décrète ce que nous sommes, ce dont nous sommes capables, ce que nous devons faire, quel standard moral suivre etc.
      Dans une telle figuration, il suffira de venir à domicile pour nous embarquer manu militari vers des centres de vaccination, et de maitriser les plus résistants avec de l’anesthésiant pour les endormir., comme on endort des animaux en fugue. L’obligation vaccinale ne sera jamais formulée. Le CF est prudent. Le pass le fera pour lui. Les conditions y conduiront de toute façon. On y retrouve toutes les stratégies et toutes les tactiques qu’un parti politique utilise habituellement pour faire gagner ses listes: l’adhésion des masses à la vaccination plutôt qu’un décret gouvernemental qui traduit trop limpidement la dictature.

      1. Sur le blog de Mme Herzog, de mémoire, vous aviez indiqué une date début juillet et précisé que deux de vos amis étaient, eux, hospitalisés ? …

        Au fait, avez-vous fait un pcr? parce que vous décrivez plus une gastro, qui sévit actuellement à Genève, que la covid. 🙃😅

    3. La varicelle est au moins aussi contagieuse que le variant delta et sa létalité est, pour les 20 à 40 ans, plus élevée que la covid. Elle est dangereuse pour les enfants de moins d’un an. Je m’étonne que les forcenés de la vaccination n’aient pas encore décidé d’un passe sanitaire varicelle.

    4. Bonjour Anja,

      Je ne suis pas vacciné et pourtant pas un anti vaccin

      Concernant votre question au vacciné, cette dernière est totalement juste mais peut s’appliquer à tous…en fait, actuellement juste un débat sur le Covid alors que le débat devrait être sur la santé en général qui à mon sens est un problème récurrent et bien plus mortel que le Covid.
      Dommage que trop peu de monde s’intéresse a ce vrai sujet

      Concernent votre question au non vacciné….En toute franchise j’ai eu durant mon enfant oreillon et varicelle (devait pas être obligatoire à l’époque) et je n’en suis pas mort ! Exemple de vaccin que je prend est celui du Tetanos mais ceci uniquement si je me blesse avec un risque, je ne fais donc pas un rappel en permanence.
      Pour le vaccin contre le Covid je ne l’ai pas effectué…….En toute franchise, j’aimerais être convaincu par ce dernier…je ne demande pas un risque d’effet secondaire ou autres de zéro mais simplement depuis le début de cette crise je trouve bien peu d’argument convaincant ou plutôt jamais ne me suis senti aussi mal à l’aise et en désaccord avec la diatribe actuel que ce soit sur la gravité du problème Covid, les informations aussi peu détaillée, un si grand manque de débat etc…

      Au final en total accord avec la fin de votre commentaire…..et ceci sans verser dans le déni et bénéfices de la science….toutefois cette dernière devrait venir après ce que vous soulignez et il y aurait fort à parier qu’il y aurait beaucoup moins de malades à traiter

  11. Je me suis posé la question de la probabilité que j’avais au cours des 18 mois écoulé de décéder du covid mais aussi de décéder d’autres choses. Devrais-je craindre la mort que je solliciterais un vaccin non contre le covid mais contre les autres causes de mortalité, et de loin.

  12. En effet Madame Sandoz, la limite est bien franchie! Mais c’est l’absence de réactions politiques et l’interdiction de fait des possibles traitements qui est le plus inquiétante.

    Car il y a tout de même une contradiction incroyable dans cette interdiction/contrainte vaccinale de fait:
    1) De très nombreux remèdes sont admis et même remboursés sans que leur efficacité soit “prouvée” par la sacro-sainte “evidence based medicine”. Homéopathie, phytothérapie, etc.. C’est très bien ainsi, le médecin et le patient choisissent librement même s’il y a des effets secondaires parfois méchants (diclofenac ou benzodiazépines p. ex.) mais on en accepte le risque.

    2) Au moins certains variants du Covid sont dangereux, surtout si l’on soigne tard. Fin juillet 21, un tiers de la population genevoise avait eu les anticorps SANS le vaccin, donc ce covid n’est pas toujours dangereux comme Ebola.

    3) L’IHU de Marseille a prouvé sur plus de 10’000 patients infectés venus consulter que leur traitement a fortement réduit les hospitalisations et la mortalité si on l’administre précocement. Certes pas 100% efficace, mais une réduction sensible quand même. Il existe probablement d’autres protocoles de soins.

    4)Une personne prévoyante devrait avoir chez soi ce traitement marseillais en réserve, notamment en cas d’indisponibilité de son médecin (3j sur 7…), avec toutes les instructions nécessaires de celui-ci. Le coût est inférieur au vaccin et la probabilité de charger les hôpitaux diminue. Pourtant chez nous et la plupart de nos voisins, ces traitements sont de facto et lâchement interdits.

    Alors, pourquoi tout ce battage pour un vaccin? Fecit cui prodest:

    Le développement des vaccins s’est largement fait sur des fonds publics, mais le bénéfice est énorme et… 100% privé. La confidentialité des prix en est un fort indice.

    Pour mémoire voici les prix par dose payés par l’UE révélés par la ministre belge en décembre 2020, reportés dans le Guardian:

    Oxford/AstraZeneca: €1.78.
    Johnson & Johnson: $8.50.
    Sanofi/GSK: €7.56.
    Pfizer/BioNTech: €12.
    CureVac: €10.
    Moderna: $18.

    Les coûts de production (R&D privée comprise), à l’échelle de centaines de millions de doses, ne doivent pas être bien supérieurs à ceux du vaccin le moins cher, donc de l’ordre de 4€ la dose (sortie d’usine, logistique non comprise mais payée par l’Etat).
    Soit une marge d’au moins 60% (suffisante pour franchir la limite d’amoralité?)

    Petit calcul pour les vaccins homologués chez nous: 8 mio de doses x 10.- de bénéf par dose = 80 mio de bénéfice privé encaissé. Une paille en comparaison de ce que rapportent d’autres médicaments encore sous brevets.
    Mais à l’échelle UE cela devient très intéressant d’orchestrer la peur chez les politiques en les persuadant que le seul salut résidera dans le vaccin que les pharmas étaient encore en train de développer, provoquant une belle surenchère sur les premières productions. Quelques études frauduleuses discréditant tout traitement peuvent aider.

    Et maintenant que la production roule, on nous présente une logique d’abonnement avec des piqûres de rappel et un alphabet grec encore long… Un vaccin oral définitif style polio est encore dans les limbes et y restera probablement.

    Pour moi,tout cela a le fumet puant d’un énorme plan marketing.
    Auquel je ne veux pas collaborer.

    1. Salut Pierre,

      quelques précisions:

      ” Fin juillet 21, un tiers de la population genevoise avait eu les anticorps SANS le vaccin, donc ce covid n’est pas toujours dangereux comme Ebola.”

      Les tests sérologiques ne permettent pas de déterminer si un individu est immunisé contre le COVID-19. Autrement dit, les tests sérologiques actuels ne permettent, ni de juger de l’immunité protectrice contre la maladie, ni d’exclure la contagiosité d’une personne.

      Personne ne compare la covid à ebola, sauf vous.

      “3) L’IHU de Marseille a prouvé sur plus de 10’000 patients infectés venus consulter que leur traitement a fortement réduit les hospitalisations et la mortalité si on l’administre précocement.”

      C’est faux.
      Et il faut rappeler que le prof Raoult ne soigne pas les cas graves.

      Je cite:”Mais pour le professeur Louis Fouché, il y a tout de même la preuve qu’ils “font quelque-chose un peu différemment qui a l’air de fonctionner”. Ce que fait “un peu différemment” cet établissement est assez simple. Il n’a tout simplement pas de service de réanimation. (…) L’IHU n’a donc jamais pris en charge un patient dans un état grave. Idem pour les patients pris en charge dans le cadre des recherches du professeur Didier Raoult. Leur âgé médian n’était que de 52 ans. Les seules personnes décédées sont donc des “patients très âgés ou grabataires, dont le passage en réanimation ne servait à rien”.

      ttps://www.lci.fr/amp/sante/coronavirus-l-ihu-de-didier-raoult-a-marseille-a-t-il-une-letalite-quatre-fois-moindre-que-celle-de-l-ensemble-de-la-france-comme-l-assure-le-dr-fouche-2174771.html

      “4)Une personne prévoyante devrait avoir chez soi ce traitement marseillais en réserve”

      L’automédication tue.
      Et vous faites comment pour les deux électrocardiogrammes préconisés dans le protocole afin de prévenir un problème cardiaque ?

      “Le coût est inférieur au vaccin”

      C’est faux.
      Le protocole Raoult est facturé 1264 euros.

      ttps://actu.fr/provence-alpes-cote-d-azur/marseille_13055/marseille-facture-salee-pour-les-patients-traites-contre-le-covid-19-a-l-institut-de-didier-raoult_41240540.html

      “Le développement des vaccins s’est largement fait sur des fonds publics”

      C’est partiellement faux.
      Pfizer a refusé l’argent public.
      Les autres ont accepté (d’où la différence de prix).

      ttps://fr.m.wikipedia.org/wiki/Opération_Warp_Speed

      sous: Entreprises ne recevant pas de financement de recherche

        1. pourtant, c’est vrai:

          “L’IHU ne dispose pas de lits de réanimation, ni de lits de soins critiques. Il n’y a pas non plus de médecins réanimateurs ni de personnel formé à la réanimation”, explique le docteur Jean-Marie Forel, médecin intensiviste réanimateur à l’hôpital Nord de l’AP-HM. “Il n’y a pas de scanner et de matériel de radiographie, tout est fait l’AP-HM”, ajoute-t-il. 

          L’IHU faisant partie intégrante de l’AP-HM, les patients de l’institut d’infectiologie atteints d’une forme grave de Covid-19 sont transférés dans l’un des services de l’AP-HM équipé pour faire de la réanimation. Un anesthésiste explique que des réanimateurs “passent tous les jours à l’AP-HM pour déterminer avec les médecins de l’IHU quel patient doit aller en réanimation”. Et si un patient se présente aux urgences dans un état grave, “il ne va pas être hospitalisé à l’IHU, mais directement en réanimation”. “Lorsqu’un patient se dégrade à l’IHU, il est transféré à l’AP-HM. Et si cela tourne mal, son décès est comptabilisé à l’AP-HM”, ajoute-t-il. 

          Ce fonctionnement explique pourquoi le taux de mortalité lié au Covid-19 à l’IHU Méditerranée entre janvier et juin était quatre fois plus faible que dans le reste de l’AP-HM, souligne Le Figaro (0,6% contre 2,4%). Un chiffre encore plus élevé dans les services de réanimation, où le taux de décès liés au Covid-19 oscille entre 16 et 20%. ”

          ttps://actu.orange.fr/france/marseille-l-ihu-de-didier-raoult-ne-dispose-pas-de-lits-de-reanimation-pour-les-patients-atteints-d-une-forme-grave-du-covid-19-magic-CNT000001tUzB0.html

          ttps://www.lefigaro.fr/sciences/n-y-a-t-il-vraiment-aucun-lit-de-reanimation-a-l-ihu-de-didier-raoult-nbsp-20201006

          1. “Timone : un bâtiment high tech centré sur l’urgence
            “Le plus important chantier hospitalier de France s’est terminé en 2013 à la Timone. Timone 2, le nouveau bâtiment médico-technique, adossé à l’hôpital de la Timone est centrée sur l’urgence, avec des équipes d’excellence et des équipements de dernière génération au service de la santé des Provençaux.
            Timone 2 regroupe dans des espaces agréables et fonctionnels, des équipements de haute technologie : urgences, réanimation, blocs opératoires, imagerie, anatomopathologie, hospitalisation, hélistation…”
            La Timone n’est pas l’hôpital Nord ! L’IHU est une extension de La Timone où a été créée la Faculté de Médecine et Pharmacie dans les années 50…
            ttp://fr.ap-hm.fr/service/reanimation-et-surveillance-continue-hopital-timone

  13. Mme Sandoz , qui n’a jamais caché ses tendances politiques libérales, est bien mal placée pour nous assommer avec sa morale de faux-cul !!!
    Elle ne connait rien à la science , mais se permet de critiquer du haut de son ignorance crasse les avancées spectaculaires de la médecine qui ont permis de réduire la mortalité et les souffrances et dans le cas présent , les statistiques montrent encore que la mortalité est réduite chez les personnes vaccinées !
    Et comme disait Coluche, quand on en sait pas plus, on a juste le droit de fermer sa gueule …

    1. A Hubert Giot: La forme grossière et injurieuse de votre commentaire le met à sa juste place. Mme Sandoz, en acceptant de le publier, montre l’abîme qui sépare la classe et l’intelligence, de la vulgarité et de la mauvaise foi.

    2. Madame Sandoz ne connaît peut-être rien à la science – ce que vous êtes seul à affirmer -, mais elle a au moins celle, élémentaire, du savoir-vivre, notion qui vous est est à l’évidence inconnue.

      N’êtes-vous pas encore fatigué de vous ridiculiser en déversant votre bile amère … sur toutes celles et ceux qui vous dépassent, et même de plusieurs encablures, par leurs compétences et leur personnalité – qu’on partage leurs vues ou non?

  14. Comme dit il y a plus d’un an sur ce blog… le coût des vaccins en regard du coût de la pandémie (arrêts de l’économie, décès prématurés, coûts des soins… ) ne représente qu’une paille, augmentation de prix ou pas. Il y a une forte demande pour un produit, et son prix augmente. C’est un principe assez connu en économie appelé le principe de l’offre et de la demande. il n’y a rien d’amoral là-dedans, surtout dans un système de capitaliste tardif comme le notre.

      1. Je n’arrive pas à capter si vous faites de l’humour jouant sur le fait que les mesures seraient dispensables ou si vous ne saisissez pas la différence entre coût et prix 🙂

        Dans le premier cas, ceux qui en ont souffert apprécieront, dans le deuxième cas, googlez “coût vs prix” .

        1. Disons que chaque pays a choisi des mesures différentes.
          Je ne crois pas qu’on puisse dire que toutes les mesures prises concernaient la pandémie sur un plan médical. Beaucoup de mesures sont et étaient des choix politiques.
          Bien évidemment, les pays s’imitent aussi, par peur de choisir une voie solitaire (les politiciens ne sont pas très courageux dans les faits, plus dans les postures).
          A ce titre la stratégie suédoise devrait être analysée comparativement. Combien de personnes en Suède sont décédées à cause de leur stratégie de non-fermeture des secteurs économiques? A ce titre, il serait intéressant de comparer leur nombre de morts en dehors des patients en EMS avec notre nombre de mort en dehors des EMS.
          Nous pourrions déjà voir ce que cela donne. Mais il n’y a aucune volonté de comparer objectivement les choix d’un pays à l’autre, car ce serait politiquement explosif.
          Sinon, X millions pour les médias? Est-ce une mesure médicale?
          Que est le lien, les médias n’ayant pas été fermés? Ce que je vois, c’est un arrosage généreux, afin de s’assurer une certaine bienveillance dans la population. Mais le prix de ce type de politique est élevé. Avec 20 milliards de francs, on pourrait choisir d’améliorer les hôpitaux et d’augmenter le nombre de lits disponibles, etc. Ce sont des choix.
          Au niveau médical, on a préféré mettre le paquet sur les vaccins et le pass sanitaire. C’est notre seule prévention. Très pauvre à mes yeux.
          On verra ce que cela donnera cet hiver.
          En cas d’échec, qu’adviendra-t-il?
          A dire la vérité, je ne vois pas comment cela pourrait fonctionner, vu les signaux qui proviennent d’Israël et des autres pays qui ont vacciné très rapidement en hiver (UK, USA).
          Cela n’est pas rassurant. Est-on prêt en cas d’échec? Je n’ai pas l’impression. On ne parle que du pass sanitaire et du vaccin, comme si l’on récitait une prière.

          1. Ah, la stratégie suédoise est de retour… Comme expliqué il y a environ un an sur ce même blog, la stratégie suédoise n’a rien de remarquable. Repassez donc sur les anciens billets.

  15. Il est inutile de vacciner tout le monde. Les arrêts et coûts ne concernent pas les 20 à 40 ans. Ne perdons pas de vue que l’on compte 17 morts du covid dans cette catégorie d’âge (et encore la plupart avaient des facteurs de risque aisément détectables) alors que l’on compte environ 2’000 morts dans cette classe d’âge depuis le surgissement de cette épidémie. Ce qu’il faut c’est vacciner les personnes à risque.

    D’ailleurs, il est, aux termes de la loi fédérales sur les épidémies, illégal de prononcer la vaccination obligatoire généralisée pour cette classe d’âge et, souvent, illégal de procéder par contraintes indirectes. Plus souvent pour l’Etat que pour les privés, lesquels n’ont toutefois pas une marge de manoeuvre illimitée (art. 28 et ss. CC).

    Au demeurant, la campagne de vaccination dans laquelle nous sommes engagés est dangereuse car nous allons rester bloqués dans la situation épidémiologique la plus favorable au surgissement de variants.
    ttps://doi.org/10.1038/s41598-021-95025-3
    ttps://www.futura-sciences.com/sante/actualites/vaccin-anti-covid-taux-vaccination-eleve-peut-paradoxalement-favoriser-emergence-variants-resistants-92812/

    Il est vrai qu’en ce domaine le pire n’est pas certain et qu’un variant plus contagieux n’est pas nécessairement plus létal.

    Cette vaccination de masse est une erreur stratégique sanitaire, une erreur morale et une impasse politique et légale.

  16. Et c’est parti pour le certificat covid-19 all inclusive. Traçage garanti. En direct comme dans le canton de Berne, sans doute. Avec extension un peu partout pour un maximun de contrainte vaccinale. Et pour mieux contraindre : sus aux pauvres.

    Me voilà amplement convaincu de mettre politiquement fin au certificat covid-19 intérieur en refusant la loi covid No 3 au mois de novembre 2021.

  17. Les enfants sont poussés à se faire vacciner, y compris sans accord parental. Ce sont bien les cantons sous supervision de la Confédération qui organisent l’acheminement des doses de vaccin, les injections et les certifications. Mais la Confédération ne la recommande pas.
    ttps://www.blick.ch/fr/news/suisse/immunite-avant-la-rentree-scolaire-le-gouvernement-federal-hesite-a-vacciner-les-ecoliers-id16736304.html

    Ainsi la Confédération pousserait à la vaccination sans la recommander. Cela est grave car faute d’obligation ou de recommandation, la responsabilité ne saurait être engagée en cas de problème. ttps://www.fedlex.admin.ch/eli/cc/2015/297/fr#art_64

    Les enfants et leur parents sont-ils bien informés de cet élément essentiel ?

  18. Madame la Professeure,

    Voyez-vous un confinement à venir ? Comment voyez-vous le confinement à venir ? Quelles mesures seront prises ? Le certificat covid avec traçage automatisé ? Pour tous ? Ne faut-il pas octroyer un tel certificat à tous ceux qui ne sont pas à risque, les moins de 40 ans entre autre ?

    Pourquoi les moins de quarante ans ? Parce qu’ils n’ont connus que 17 dècès dus au covid alors que 2’000 d’entre eux sont décédés depuis le début de l’épidémie.

    Est-ce que cette idée vous choque ?

    1. Personnellement, je ne pense pas qu’il y aura un nouveau confinement. Il suffirait peut-être qu’on nous traite en adultes en nous disant la vérité. Une tendance se dessinerait-elle puisque Mme Masserey aurait déclaré, dans une interview selon 20 Minutes, que le vaccin ne protège pas contre la transmission du virus delta, si bien que les personnes vaccinées doivent prendre les mêmes précautions que les personnes non vaccinées si elles sont infectées.

      1. La phrase de Mme Masserey est sortie de son contexte.

        “Par un inéluctable processus de simplification dans les esprits, l’affirmation est devenue, chez de nombreuses personnes «les vaccinés transmettent autant que les non-vaccinés», en éludant le fait que les personnes vaccinées sont largement moins susceptibles d’être infectées au départ, et donc infectieuses, comme le montraient cette semaine encore des données publiées par le Canton de Vaud, qui indiquent que les non-vaccinés ont 80 fois plus de risques d’attraper le Covid.

        Il n’empêche qu’il reste une part d’incertitude. Le médecin cantonal bâlois indique qu’il est «très peu probable que les personnes vaccinées soient aussi infectieuses que les personnes non-vaccinées», notamment car le vaccin empêche dans la très grande majorité des cas une infection, et que lorsque le virus parvient néanmoins à gagner la bataille, le corps se défend et la personne sera contagieuse moins longtemps.

        Pas un fait établi

        Interrogé, l’OFSP dit également que la phrase prononcée par Virginie Masserey a été mal comprise. Elle n’a pas établi l’assertion comme un fait établi, mais comme étant issue de données qui «semblent indiquer» l’équivalence du niveau d’infectiosité des vaccinés et non-vaccinés, et ce seulement s’ils sont infectés.”

        ttps://www.20min.ch/fr/story/des-vaccines-qui-peuvent-infecter-un-refrain-qui-manque-de-nuance-556456430437

        1. L’étude Duperrex, honnête fonctionnaire d’Unisanté (VD), dont la longue carrière n’a pas été jalonnée de publications sérieuses (cf. pubmed), n’a pas été publiée dans une revue sérieuse. Méthodologiquement elle est, comme déjà expliqué ailleurs, erronée. De plus, ses résultats sont doublement incohérents.

          Incohérence interne lorsqu’il y est proclamé une efficacité-RRR (Réduction du risque relatif) de 95 % de la survenance de la maladie puisque cela correspond à une division par 20, et non 80, du risque. A 80 correspond une efficacité-RRR de 98.75 %.

          Incohérence externe aussi. En décembre 2020 ce vaccin divisait par 20 le risque de survenance de la maladie. Selon la deuxième étude en preprint Pfizer on passe à une division par 8 du risque de maladie entre le quatrième et le sixième mois. Et en Israël, face au variant delta la protection est d’un facteur 7 contre le risque d’hospitalisation chez les plus de 60 ans.

          Enfin, le virus circule très largement en Islande bien que la population y soit très largement vaccinée.

          L’Office fédéral de la santé publique et une fonctionnaire peuvent penser ce qu’ils veulent, les faits sont têtus et s’imposeront à eux. Tout comme la nécessité de sérieuses mesures s’imposeront à Berset et au Conseil fédéral, tardivement comme d’habitude.

      2. Effectivement on est dans le flou. On peut seulement dire que les vaccinés sont contagieux mais moins contagieux sans pouvoir quantifier dans quelle mesure cela est le cas. Cela veut donc dire qu’un certificat covid intégrant la vaccination ne serait pas aussi efficace qu’espéré. Comme il n’est pas possible de tester tous le monde sans cesse (en plus de la vaccination), le certificat covid pourrait être insuffisant au vu d’une vaccination insuffisante des personnes à risque qui sont susceptibles de remplir les hôpitaux. C’est dire que je ne suis pas optimiste quant à l’absence de confinement.

        A moins que le Conseil fédéral décide de la vaccination obligatoire des personnes à risque comme la loi fédérale sur les épidémies lui permet de faire. Avec pour conséquence, non pas la vaccination forcée de ces personnes (bienheureusement), ni des sanctions pénales contre les personnes à risque non vaccinées (bienheureusement), mais avec des obligations de type confinement (intégrant les tests, pourquoi pas) sous peine d’amende. C’est bien cela l’obligation à la Suisse. Ce qui permet en se fondant sur une loi fédérale (et donc de laisser les constitutionnaliste disserter pour le plaisir) d’adopter une solution transitoire de confinement différencié.

        Ce n’est pas satisfaisant, notamment à l’égard de personnes à risque très précautionneuses et consciente de leur fragilité, mais d’autre part je ne conçois pas de continuer à vacciner des personnes qui n’en on pas grand chose à craindre de la covid-19.

  19. Bonjour,
    Je viens de créer une nouvelle pétition réclamant que les mesures sanitaires liées au Covid soient supprimées en Suisse pour toute la population.
    En effet, à ce jour toutes les personnes qui désiraient se faire vacciner ont eu le temps de le faire et cela concerne en particulier les personnes à risques.
    Les autorités ont donc décidé de leur fournir un pass sanitaire, ce qui montre qu’elles sont protégées.
    Les personnes non vaccinées ne sont donc plus des dangers pour les personnes vaccinées.
    De plus, il existe maintenant des traitements précoces qui permettent de soigner les malades du Covid, ce qui permet d’éviter les contaminations et les hospitalisations.
    Des solutions ayant été trouvées, il est temps maintenant de supprimer toutes les mesures sanitaires liées au Covid.

    Cordiales salutations.
    Michèle Herzog

    1. @ Mme Herzog

      Quels traitements précoces ? Vos références s’il vous plait ?…

      Pour les mesures non médicales la question n’est pas si simple que cela. Vous en êtes la démonstration même. A 75 ans vous voulez renoncer à toute mesure vous “contraignant” alors qu’il est certain que vous êtres une personne à risque de finir à l’hôpital. Vous avez de sérieuses chances de finir à l’hôpital malgré la bonne santé que vous pensez avoir pour ne jamais avoir consulté de médecin depuis votre accouchement. Quant à votre renoncement à être hospitalisé il n’a aucune valeur juridique (vous pourrez changer d’avis) et il est hautement probable que vous changiez d’avis si la question se posait.

      C’est bien à cause de vous et de vos semblables (risque +inconscience) que les moins de 40 ans, entre autre, subissent les mesures en question. Il faudra sans doute prendre à nouveau des mesures à cause de vous et de vos semblables.

      Le passe doit être introduit automatiquement pour les moins de 40 ans (où d’un âge supérieur, à discuter). Une age-ID, photo et âge suffirait d’ailleurs.

      Le Conseil fédéral doit-il décider la vaccination obligatoire des personnes à risque ? La question se pose. Surtout pour celles et ceux qui se croient invincibles.

      1. Bonjour CEDH. Merci pour vos divers commentaires toujours intéressants et documentés. En fait dans la réalité du terrain, ce n’est pas tout blanc ou tout noir. Même Achille l’invincible avait une petite faille. Avec des documents juridiques préalablement rédigés et sécurisés, vous pouvez très bien décider de renoncer à une hospitalisation ici ou là. Et payer de votre poche un transfert ailleurs. Vous pouvez aussi retirer (manu militari) votre dossier opératoire, lorsqu’il est trop évident que vos antécédents ne sont pas respectés comme ils devraient l’être. J’ai déjà procédé ainsi par le passé. Personne ne peut discuter ni remettre en question nos volontés. Et si je souhaite être transférée en-dehors de la Suisse (meilleure sécurité néphrologique), c’est mon droit le plus strict. Famille incluse dans le procédé cela va sans dire.
        Et je le précise encore, rien du tout à la charge du contribuable. Organisation privée de but en blanc. Avec connaissance des risques et conscience très profonde. Donc pas de laissez-aller ou de “on verra bien” ou encore d'”après moi le déluge” en matière médicale…… Bien au contraire. Portez-vous bien.

      2. A CEDH: Vous ne voulez pas comprendre qu’il existe des traitements précoces tels que l’ivermectine par exemple. A 71 ans …, je préfère prendre le risque de contracter le Covid et de me soigner en premier lieu avec les vitamines C et D, du zinc et d’autres produits que je connais bien. Et si nécessaire je me soignerai avec de l’ivermectine, qui est un médicament dont on connaît très bien les effets secondaires peu importants.
        Cedh, merci de comprendre que certaines personnes ne veulent pas être les cobayes des laboratoires pharmaceutiques.
        De plus, sachez aussi que dans mon entourage de nombreuses personnes de plus de 70 ans ont été malades 3 jours en contractant le Covid. Sans prendre d’ivermectine.

        1. @ Mme Herzog

          L’efficacité de l’Ivermectine n’est nullement démontrée. S’il advenait que cet antiparasitaire ait une quelconque efficacité, elle serait faible.

          Et, que vous le vouliez ou non, vous faites partie de la population la plus à risque. Faute de vaccination et en cas de recrudescence, il faut pouvoir vous semi-confiner. Vos dénégations en sont la preuve. Vos 2.5 % ne sont pas en droit de paralyser les 50 % les moins à risque et, par là, toute la société. Pour pouvoir, si besoin était, vous semi-confiner, il est nécessaire de rendre la vaccination obligatoire pour les plus de 70 ans.

          Libre à vous de ne pas être vaccinée mais il pourrait y avoir des conséquences. Pas pour vous contraindre, je ne suis pas micronien, mais temporairement pour protéger la société. D’ailleurs à choisir entre semi-confinement et vaccination, je choisirais semi-confinement.

    2. C’est sympa pour ceux qui ne peuvent recevoir le vaccin, le voudraient-ils (ou elles, comme de toute évidence une intervenante fréquente de ce blog).

    3. Merci de nous prévenir. Quand votre pétition tombera dans ma boîte aux lettres, ça m’évitera ainsi de la lire et, plutôt, de la faire suivre sans autre vers sa seule destination logique: la poubelle.

      Avec mes sincères condoléances.

  20. Ils sont quand même bien conseillés, ces intouchables de la haute, pour vous tordre le bras et vous faire céder.

    ttps://lilianeheldkhawam.com/2021/08/09/jusquou-va-linfluence-de-la-firme-mckinsey-en-france-dans-la-promotion-du-vaccin-et-de-la-mise-en-place-du-pass/

    “TIENS BON, ON LES AURA CES CONNARDS: SMS TRES CASH DE MACRON A VERAN”

  21. Le Michigan, la Floride et le Nebraska ont le même taux de vaccination. La Floride compte dix fois plus d’hospitalisation et de dècès (pour 100’000 habitants). Pourquoi ?

    1. Une piste: la densité de population. FL = 116 hab/km2, MI = 40, NE = 9.6.
      Une autre, l’âge médian. FL = 42.5 ans (Vous savez certainement que la FL est l’ETAT des retraités), MI = 39.9, NE = 36.8
      Une dernière pour la route: la position vis-à-vis du masque du gouverneur. DeSantis en Floride est à nouveau en train de gesticuler pour limiter le port du masque, alors que Whitmer dans le Michigan a, au contraire, fortement encouragé ou imposé les mesures et gestes barrière.
      D’autres pistes me viennent à l’esprit comme le niveau d’éducation, la répartition ethnique, le comportement social (Miami Beach est largement plus festif… qu’Omaha Beach :P)

        1. Pas grand chose de ce côté là je pense. Je n’ai pas cherché pour le Janssen. Tiré de data.cdc.gov (les données ont deux mois):
          FL: 5.65M/6.75P = 0.84
          MI: 2.67M/3.19P = 0.84
          NE:0.50M/0.61P = 0.82

  22. “Obtenir l’immunité collective par la vaccination générale est hors d’atteinte.

    L’épidémiologiste en chef islandais, Þórólfur Guðnason, n’y a pas été par quatre chemins, dimanche soir, pour tirer les conséquences de la spectaculaire flambée d’infections Delta dans son pays , qui figure parmi les plus vaccinés au monde : 93 % des habitants de plus de 16 ans y sont entièrement vaccinés.
    En juillet, le flux quotidien d’infections représentait presque 0,1 % de la population, un des taux les plus élevés de la planète. Þórólfur Guðnason estime que la capacité des vaccins à empêcher une réinfection des personnes inoculées est bien trop faible et qu’il faudrait laisser les gens les gens se contaminer naturellement afin d’obtenir à terme une immunité collective. ” (source : lesechos).
    Notons que l’épidémiologiste souligne le facteur protecteur des vaccins.

    Démonstration in vivo de ce que je répète depuis quelque temps, à savoir que sans mesures de protection sérieuses le variant delta est apte à circuler au sein d’une population de vaccinés. Plus encore au sein d’une population dont les enfants ne sont pas vaccinés. Les futurs variants dominants circuleront encore mieux, ce d’autant que Pfizer veut continuer à refiler son vaccin modèle 2019. Rapellons qu’en décembre 2020 ce vaccin divisait par 20 le risque de survenance de la maladie. Selon la deuxième étude on passe à une division par 8 du risque de maladie entre le quatrième et le sixième mois. En Israël, face au variant delta la protection est d’un facteur 7 contre le risque d’hospitalisation chez les plus de 60 ans (et meilleure chez les moins de 60 ans).

    Le vaccin sert à protéger ceux qui en ont besoin, à savoir les personnes à risque. Diviser par 7 un risque de 0.01 %, ce n’est pas comme diviser par 7 un risque de 25 %. Si certains ne veulent pas se faire vacciner, c’est leur choix que je respecte. Mais ils doivent respecter les autres et pour cela ne pas encombrer les hôpitaux. Il faut donc leur imposer des mesures de protection. Vaccination ou confinement comme ils veulent.

    La vaccination des plus de 70 ans doit être rendue obligatoire. Libre à eux de refuser, mais alors ils devront accepter d’être confinés dans la mesure nécessaire et en cas de besoin.

    1. Je trouve amusant de constater que nous avons fait tous ces confinements pour tous plutôt que seulement pour les personnes à risques et que maintenant on propose confiner les personnes à risque lié à l’âge alors qu’ils ne seront certainement plus un problème.

      Votre idées de rendre obligatoire la vaccination des 70+ est déplaisante. De plus elle sera très probablement inutile. Les chiffres de la confédération montrent aujourd’hui que les cas d’hospitalisations covid en suisse pour le groupe des 70+ sont en dessous que pour le groupe 0-69. Que les cas d’hospitalisations des 60+ sont du même ordre que pour les 0-59.

      Je vous ai bien lu, “en cas de besoin”. Mais non, arrêtons de stigmatiser un groupe de personne pour l’age ou pour les idées.

      Je suis d’accord que les personnes ne désirant pas se vacciner doivent l’assumer, mais n’oublions pas que la grande majorité de ces personnes font par nature bien plus attention que les personnes vaccinées, alors que ces dernières peuvent encore être contagieuses et pensent pouvoir être libres. Les personnes vaccinées sont moins contagieuses? Oui, et alors? Le respect du masque, de la distanciation ainsi que la désinfection devraient encore être la règle pour tous un certain temps encore. Le CF n’a pas du tout fait passer ce message lors des derniers assouplissements. C’était une grosse erreur que nous allons payer.

      1. Il ne s’agit pas de viser les personnes selon leur âge mais bien selon le risque qu’elles ont d’être hospitalisées et, par là, de nuire à tous. Et l’âge est un très grand facteur de risque.

        A 64 ans on a 20 fois plus de chance de finir a l’hôpital qu’à l’âge de 16 ans et, à 75 ans, 35 fois
        plus de chance. Ce résultat tient déjà compte du caractère plus précautionneux des personnes âgées. Et si à 64 ans ou 75 ans on a de bonne chance d’en sortir vivant, c’est après un plus long séjour qu’à 20 ans.

        Quant aux obèses le HR est de 1.64. Toutes choses égales par ailleurs ils ont 64 % de chance de plus d’être hospitalisé. Il vaut mieux être jeune et gros que vieux est mince. Etre en bonne santé ne change rien au fait que l’âge rend vulnérable.

        Que vous le vouliez ou non, c’est une maladie de vieux.

        Je ne vois dès lors pas pourquoi on devrait s’en prendre, comme en Valais, aux jeunes en les pressurant et stigmatisant pour qu’ils se vaccinent.

        La vaccination obligatoire n’est est de toute façon pas une. Les non-vaccinés se veront tout au plus contraint à une forme de semi-confinement dont l’existence et la forme dépendrait de la nécessité.

        Mais je vous rassure cela a peu de chance d’arriver. Nos gouvernants, comme vous qui perdez de vue que les contaminations vont avec le temps percoler vers les personnes vulnérables, regardent le futur dans un rétroviseur.

        1. Il ne suffit pas de dire qu’une personne est à risque, encore faut-il voir combien il y en a et quel risque cela représente pour le système médical. Comme aujourd’hui les 70+ sont vaccinés à plus de 80 % ils ne sont probablement plus un risque plus grand que le restant de la population. Alors vouloir les confiner me semble aberrant.

          1. Les plus de 70 ans représentent environ 12.5 % de la population. Les non-vaccinés de plus de 70 ans représenteraient donc, à vous suivre, 2.5 % de la population. Cela apparaît peu. Mais si l’on pondère par le risque d’hospitalisation (35 fois plus à 75 ans qu’à 16 ans) cela fait beaucoup de candidats à l’hospitalisation. Approximativement autant qu’au sein de la moitié la plus jeune de la population.

            Semi-confiner cette moitié de la population pour éviter de le faire avec 2.5 % de la population, c’est cela qui est une aberration.

      2. “Nous avons fait tous ces confinements pour tous plutôt que seulement pour les personnes à risques”.

        Pas d’accord. Les confinements ont servi les personnes à risque en leur évitant quelque peu de décéder. Les confinements ont servi à éviter que les personnes à risque ne submergent les intallations hospitalières et les morgues. On va le payer cher et même très cher, y compris les enfants. On a bien fait de le faire. Je ne regrette pas.

        Mais maintenant cela suffit. On ne va pas doublepiquer les enfants à cause d’eux. Cela suffit !

        1. Je voulais dire que nous avons tous subi les confinement pour protéger les personnes à risque, comme vous le dites mieux. Et maintenant que ces personnes ne sont plus un vrai problème, vous voudriez confiner les 70+. Cela m’amuse.

          Je suis entièrement d’accord avec le reste. Cela fait longtempts que je soutien une vaccination des seules personnes à risque, vous le savez. Donnons le reste aux personnes qui en ont plus besoin, ailleurs.

        2. ?? Ne prêcher pas à un convaincu qui pense quasiment comme vous. …

          Merci quand même car d’une manière générale j’apprécie vos commentaire.

      3. Bonjour, exactement – merci: par nature les patient(e)s chroniques stables, au status non modifiable, donc patient(e)s non curables, sur bien plus d’un cinquantenaire font TRÈS attention a tout: Exemples parmi bien d’autres: BMI inchangé sur de très longues décennies (= zéro excès de graisse), ni tabac, ni alcool, ni médicaments dangereux (donc zéro ordonnance pour des toxiques, mais du stock des maigres possibilités), équilibre nutritionnel adapté à la pathologie, laboratoire de contrôle minimaliste (le labo extensif étant complètement inutile et coûteux), surveillance privée des MDRD/Cockroft et autres valeurs avec courbes sur Excell, etc. etc. la liste peut devenir longue. Et en sus, nous n’encombrons PAS les hôpitaux helvétiques très dangereux pour certain(e)s d’entre-nous. Nous privilégions toujours les interventions en ambulatoire pour éviter d’attraper des infections nosocomiales et changeons de crémière si un hôpital refuse d’envisager cette option plus économique (du vécu, pas de la théorie). Et parfois même, je pratique mes injections post-op moi-même (i.m. / s.c.) à coût zéro, d’autant plus que tout le matériel est disponible en supermarché dans certains pays. Idem pour les pansements post-op (allergies souvent ignorées au bloc op), donc zéro coût infirmier inutile lorsque nous pouvons tout faire nous-même (j’ai plein d’exemples très concrets pour les “critiques”).

        En conséquence, via notre vie différente et qui pourrait parfois paraître spartiate, nous ne dérangeons personne. Souvent, nous sommes formés très jeunes, encore adolescent(e)s, pour devenir très vite archi indépendant(e)s – et en général par des profs de certaines spécialités ….
        Par contre, nous cotisons pour les autres, vacciné(e)s ou non, et pour toutes les maladies dites de société. Donc je cotise vraiment SANS aucune contre-partie dans ce pays, la Suisse.
        La “fumée est si épaisse” (comme vous le notez) que nous avons pratiquement disparu des statistiques.
        Si vous regardez la longueur de survie avec MDRD en rouge (PubMed), vous verrez à quel point une survie à + 50 ans est déjà hors statistiques …. car cela arrange tout le monde de nous “éliminer d’avance”.
        Mais il y aura toujours des humains amers, fanatiques pour massivement nous critiquer ! Et tenter de nous donner des ordres, alors que nous avons une immense et incomparable expérience. Une vraie expérience de vie allant complètement à contre-sens du courant standardisé des dépenses “médico-pharmaceutiques” inutiles.
        Portez-vous bien.

    2. Pourquoi voulez-vous confiner les plus de 70 ans non-vaccinés?
      D’ailleurs, tout ce discours ambiant de contrainte sur les gens finira par une catastrophe! Rendez-vous compte de la violence de vos mots?

      1. Samy, la réponse est simple : pour éviter de semi-confiner tout le monde.

        Il y a lieu de traiter de manière semblable ce qui est semblable et de manière différenciée ce qui est différent. S’agissant des risques d’hospitalisation à 16 ans et à 75 ans la différence est flagrante, celle qui a énormément plus de chance de finir à l’hôpital est celle qui a 75 ans et non celle qui a 16 ans.

        On peut aussi relever que le peuple a accepté la loi fédérale sur les épidémies qui permet au Conseil fédéral de décider la vaccination des personnes vulnérables et non de toute la population. Et pour mettre en oeuvre cette obligation il n’est pas question de vaccination contrainte par la force ou la sanction pénale, ni même d’un confinement à domicile, mais d’un semi-confinement passager du type ce de que l’on a TOUS connus.

        Est-ce l’effet collatéral qu’est la réduction du nombre de morts parmi les plus de 70 ans qui vous gêne ? Je ne l’imagine pas.

        En attendant, c’est pour eux que l’on fait tout ce cirque et que l’on contraint tout le monde et que l’on doublepique les gamins. Pour un antivax vous vous tirez une balle dans le pied.

        1. Faites donc une petite estimation. Il est à prévoir :
          – Que les vaccinés de plus de 70 ans représentent le 1/4 des décès;
          – Que les non vaccinés de plus de 70 ans représentent la moitié des décès;
          – Que les moins de 70 ans, si aucun n’est vacciné, repésentent le quart des décès. Comme il y a nombre de vaccinés de 45 à 70 ans, cela sera nettement moins du quart des décès, la proportion de autres (+ de 70 ans) sera donc augmentée.

          Ce 2.5 % de la population (70+ non vaccinée) est donc susceptible de mettre en danger le système sanitaire et, par là, la société dans son entier. Ils sont libres de ne pas être vaccinés, mais les 97.5 % ne doivent pas en pâtir outre mesure.

          1. Vous oubliez la notion du temps. Le risque hospitalier sera réel seulement si nombre d’entre eux sont hospitalisés en même temps. Bien que l’on ne puisse en être sûr, au vu des hospitalisations passées de la deuxième vague, le risque hospitalier ne va très probablement pas se produire.

            Cette suggestion de confiner les 70+ arrive trop tard. Bien que je sois contre cela aurait été efficace au début de la pandémie. Cette proposition avait alors été mentionnée par certains mais vivement refusée par la majorité, y compris les jeunes. Les chiffres seuls ne sont pas tout.

          2. Ce que je ne comprends pas, c’est que lorsque personne n’était vacciné, il y a un an, le système sanitaire a tenu le choc, et même bien en Suisse.
            Donc là, on a plus de 50% de personnes vaccinées (et l’écrasante majorité des personnes à risques le sont) et vous nous annoncez une catastrophe si on ne serre pas encore plus la vis?
            Il y a aussi l’immunité naturelle des malades guéris (environ 20-30%), qui semble assez efficace.
            Donc soit le vaccin fonctionne et il y aura au moins 50% de pression en moins (et bien plus, si la transmission est aussi limitée). Avec l’immunité naturelle 80% de pression en moins serait attendue. Cela devrait être gérable sans aucune contrainte.
            Soit le vaccin ne fonctionne pas, et dans ce cas, ce n’est pas la contrainte qui changera le résultat. Dans ce cas, il faut absolument préparer notre offre de soin d’urgence pour ces prochains mois, et repartir comme en 2020, avec quand même un peu d’immunité en plus.
            Soit le vaccin fonctionne très mal et provoque plus de dégâts que son absence – et dans ce cas, c’est la catastrophe. Et il faudrait mettre le paquet pour des soins d’urgences et une aide militaire d’urgence.
            Et si les soins d’urgence sont sous pression, augmentons les capacités.
            Mais ne culpabilisons pas les catégories de personnes, s’il vous plaît!

          3. @ Samy

            Je vous trouve un peu caricatural. Les vaccins ne sont ni efficace à 100 % ni à 0 %. De plus, Pfizer-Biontech et Moderna-Lonza n’ont pas la même efficacité.

          4. @ CEDH
            Caricatural?
            Bon, mais si le vaccin est efficace (même seulement à 50%, comme celui contre la grippe), admettez que jamais le système de santé ne sera dépassé, alors que 50% de la population est vaccinée, dont l’immense majorité des personnes les plus fragiles.
            Si le système de santé suisse est dépassé alors que 50% de la population est vaccinée, alors c’est que le vaccin ne fonctionne pas de manière satisfaisante et donc qu’il faudrait peut-être aborder la pandémie autrement.
            Même sans vaccin, il serait très étonnant que la pandémie soit aussi meurtrière en 2021 qu’en 2020, vu l’amélioration des soins et vu la surmortalité de 2020.
            En 2020, le système de santé a tenu le choc de 2 vagues sans les vaccins. Il y a eu une surmortalité importante, qui a moissonné une grande partie des personnes fragiles.
            Si 2021 reproduit une telle mortalité cet automne/hiver ou que l’amélioration n’est pas nette, c’est que la stratégie axée sur le vaccin aura été un échec.
            Même si la surmortalité diminue, il n’est pas encore clair à mes yeux que ce soit grâce au vaccin.
            Pour cela, il faudrait comparer méticuleusement les taux de mortalité respectifs des groupes vaccinés et non-vaccinés.

          5. Bonjour Samy et merci de vos commentaires très pertinents.
            Si le système de santé a été complètement dépassé (et risque peut-être de l’être encore), c’est bien que – depuis de nombreuses décennies – les deniers publics alloués ne sont pas très bien répartis, voire très mal répartis.
            Nous avons oublié les leçons du passé et les messages pourtant bien clairs des donneurs d’alerte (en général des prof. chefs de service). L’Helvétie a – par exemple – mis énormément de fonds dans des secteurs effectuant des interventions non vitales et même dites de confort.
            Ainsi, business médico-chirurgical oblige, les alertes pertinentes de ces défauts d’allocation des budgets sont tombées dans les oubliettes (mais figurent bien dans des rapports confidentiels stockés dans de sombres archives).

            Dès lors il est vraiment un peu trop facile de prendre les potentiel(le)s patient(e)s en otage. Sous prétexte de pandémie. Les pauvres individus lambda n’y sont pour rien du tout si les divers gouvernements cantonaux ont très mal fait leur travail de répartition des fonds et durant bien trop longtemps.

            Le comparatif que vous citez est très pertinent, mais il ne sera jamais entrepris. Il n’est pas dans l’intérêt des dirigeants de connaître ces chiffres étant donné la voie unilatérale choisie.
            Les Pharmas elles-mêmes ne pourraient pas supporter cette suggestion, d’emblée elles risquent une crise aiguë d’apoplexie ….
            Au plaisir de vous lire entre deux virées.

        2. C’est dommage de stigmatiser ainsi les personnes fragiles. Que les personnes âgées soient plus fragiles n’est pas un scoop. C’était déjà le cas avant la pandémie.
          Mais votre vision engendre de la violence et de la discrimination envers ces personnes.
          A mon souvenir, ce n’est pas les personnes de plus de 70 ans qui ont demandé qu’on les protège.
          Bref, au lieu de diviser ainsi la population entre protecteurs et protégés, je préfère laisser le choix. Chaque personne peut choisir, car il s’agit de son intégrité physique. D’ailleurs le taux de vaccination des plus âgées est très élevé.
          Et comme je vous le répète depuis longtemps, vous préjugez de l’efficacité de ces vaccins. Donc si c’est pour quand même voir ces personnes hospitalisées après coup, je ne vois pas l’intérêt de créer de telles mesures de contraintes dans notre société.
          L’argument de la vaccination des jeunes est fallacieux pour justifier de telles mesures. D’autant plus que la pression sera maximale aussi sur les jeunes – car telle est la volonté du pouvoir politique: que toute la population soit vaccinées.
          C’est une volonté de type dogmatique, voire religieux. Quant à l’efficacité, il faut y croire sur le long terme, car rien ne l’assure. Or on ne parle pas là d’homéopathie.
          Donc non, de telles de mesures de contrainte sont injustifiées, vu que le traitement n’est pas complètement assuré, qu’il ne bloque pas la transmission, et que les effets indésirables sont quand même nombreux dans la population.
          Quant à “antivax”, vous valez mieux que des sobriquets sur le plan argumentatif! Ne devenez pas médiocre.

          1. Il ne s’agit pas de protéger les 70+ car cela c’est leur choix. Il ne s’agit pas de stigmatiser les 70+. Il ne s’agit pas de contraindre à la vaccination les 70+. Il s’agit, en cas de nécessité impérieuse , d’avoir la possibilité de procéder à un semi-confinement différencié, c’est tout.

            Quant à l’innocuité de la vaccination, on connait ses effets secondaires à 9 mois et on connait les effets de la maladie à plus de 18 mois. Le virus est, s’agissant de ces termes et pour la population vulnérable, plus dangereux que le vaccin. A long terme on connait mal les effets du vaccin, certes, mais aussi les effets du virus et, de toute les manières on ne sait pas grand chose de l’évolution future.

            Pour l’efficacité il est des données connues pour la “vague delta”, dont une efficacité contre le risque d’hospitalisation de 80-85 % (division par 6 à 7 du risque) chez les plus de 60 ans vaccinés biontech depuis quelques mois. Ce qui justifie de traiter différemment les vaccinés des non-vaccinés et de ne pas envisager le confinement de tout les plus de 70 ans.

            Antivax est sans doute erroné. Disons donc anticovidvax tout comme il y a les procovidvax ou forcenés de la vaccination, comme, par exemple, cet homme médiatique et épidémiologue immigré à Genève qui prône la vaccination des plus de 12 ans alors que le vaccin est inapte à empêcher la circulation du virus au sein d’une population de vaccinés.

          2. Bonjour et merci beaucoup Samy pour vos propos très sensibles.
            Bonjour et également merci à CEDH qui émet toujours des idées intéressantes, mais différentes.
            Par rapport aux personnes d’un certain âge (mais pas d’un âge certain) avec comorbidités diverses, j’ai aussi reçu l’avertissement disons “normal” par rapport au PEG (substance de type “contenant”). Car il n’y a pas seulement le contenu principal de ces vaccins d’un nouveau genre, mais tous les contenants qui stabilisent le contenu …. Extrait par rapport à ces nouveaux vaccins: “Some of the excipients may in theory also be subtrates for CYT P450 enzymes, but unfortunately, NOTHING HAS BEEN PUBLISHED REGARDING THIS ISSUE”.
            Dans la cruelle réalité quotidienne, certain(e)s humain(e)s réagissent vraiment très mal aux contenants et c’est également valable pour tous les autres produits “pharmaceutiques” mis sur le marché.
            A 99,9 %, les médecins s’en moquent !
            Alors quoi que disent ou affirment certains spécialistes médicaux “à la mode du moment”, ils n’ont ni la formation scientifique ni le background nécessaire pour IMPOSER cette vaccination.
            Inutile de parler des politiques, ils ont été durablement mis sous barbituriques ou alors leurs salles de réunion sont régulièrement ventilées au protoxyde d’azote ….
            J’observe avec effroi qu’il n’y a que deux poids deux mesures, alors que la diversité humaine est immensément riche du point de vue génétique. Il faudra peut-être que je redéménage encore plus vite que prévu pour préserver ma “fragile” intégrité physique. Salutations caniculaires.

    3. Il fut un temps, pas si lointain, où on dimensionnait les hôpitaux selon les besoins de la population. Mais cette idée est désormais has-been: on dimensionne maintenant les hôpitaux pour obtenir le plus grand profit. C’est la financiarisation de la société. Changement d’époque.

      1. Est-il réaliste de créer 1’000 lits permanents (avec le personnel qui est nécessaire) et cent lits permanents de soins intensifs ? Qui paiera pour ces lits le plus souvent inutiles ? Les payeurs d’impôts ou les payeurs de primes d’assurance ? Il n’est pas question de profit mais de coût à charge de la population.

        1. Quel est le coût des mesures contre la pandémie pour le pays? combien de dizaines de milliards?
          Quelle est le coût de 1000 lits de plus?
          C’est cela qu’il faut comparer.

          1. 1’000 lits pour le seul canton de Genève ou de Vaud. 1’000 lits équipés avec le personnel bien sûr. 1’000 lits qui auraient dû exister depuis des dizaines d’années. Le contribuable n’aurait sans doute pas été d’accord.

      2. Il fut un temps, pas si lointain, où on ne versait pas des sommes colossales en aide sociale.

        Vous voulez de l’argent pour les infrastructures essentielles ? Commencez par rendre l’aide sociale moins attractive.

  23. N’oublions pas les piètres performances de l’OFSP et de Berset il y a une année :
    ttps://www.lematin.ch/story/berset-aurait-cache-des-infos-cruciales-au-conseil-federal-414100364172

    Et regardons ce qui nous attend sans réaction immédiate :
    ttps://www.icelandreview.com/society/covid-19-in-iceland-were-nearing-the-limits-of-our-infrastructure

  24. Prélèvement, culture et analyse en laboratoire, c’est la requête courante de tout médecin, qu’il soit de ville ou des hôpitaux, pour l’aider dans son diagnostic. Pour toute affection sévère ou non, les médecins se sont appuyés de plus en plus, ces trois dernières décennies, sur des investigations en labo. Pour cette épidémie du SARS-COV, aucun médecin n’a eu le réflexe pour cette requête de routine. Je ne les incrimine pas, je pense que les consignes venant d’en haut leur valent des ordres. On a vu par la suite que ces ordres équivalaient à des intimidations. On comprend que, pour le pas suivant, tombe la sanction.

    Alors donc question naïve: le virus existe-t-il? Qui l’a vu? Qui a pu le décrire? Qui peut décrire comment il s’y est pris pour le voir. Et le voir se comporter… Ne serait-ce qu’en culture in vitro.

    En effet Covid-19 peut devenir le titre d’un thriller.
    Après tout, c’est passionnant. Pas besoin d’aller au cinéma.

    ttps://www.globalresearch.ca/does-the-virus-exist-the-sars-cov-2-has-not-been-isolated-biggest-fraud-in-medical-history/5752066

    Pour répondre à
    CEDH:
    c’est possible que je fus affectée par une gastro. Mais une gastro qui donne de la fièvre et des douleurs musculaires et articulaires et des nausées assez violentes pendant trois semaines, c’est une gastro très sévère.
    Après tout, on peut aussi , circonstanciellement, le baptiser Covid tant il y a eu de coïncidences en quelques jours.

    1. @ Mme Dupraz

      – Je n’ai émis aucune réserve quant à votre diagnostic. Vous faites erreur quant à la personne.

      – “Prélèvement, culture et analyse en laboratoire, c’est la requête courante de tout médecin, qu’il soit de ville ou des hôpitaux, pour l’aider dans son diagnostic.”
      On ne cultive pas de virus dans les laboratoires cliniques. C’est trop compliqué, long et coûteux. Vous confondez bactéries et virus, virus que vous ne verrez pas à l’oeil nu, ni avec un microscope optique. On a donc rien interdit aux médecins de ville qui ne pouvaient pas faire appel à des prestations de laboratoire clinique qui n’existent pas.

      1. Bonjour CEDH, Juste pour info on peut faire les prélèvements et cultures chez soi avec le matériel approprié – c’est super économique ! Et avoir toujours un stock de multistix Siemens at home c’est gratuit si on sait bien et subtilememt s’organiser … Lorsqu’il il y a des limitations pharmacologiques drastiques, il n’est pas utile de connaître le(s) germe(s) car c’est quasi toujours les mêmes = les nôtres en excès. Encore une fois tout est question d’organisation et de formation donc zéro coût pour la collectivité. Certains profs de certaines spécialités nous encouragent d’emblée dans ce sens = l’indépendance à coûts infimes, à booster notre immunité et à faire venir des produits d’ailleurs (USA etc.). Zéro coût pour la société… Zéro dépendance à la pharmacie du quartier…. et donc insensibilité au bla bla bla médical méga standardisé.
        Bons messages. NB: je checke les publications que vous citez. Toujours intéressant.

        1. Désolé mais il n’est pas possible de cultiver sur bandellette des virus. Les virus doivent être cultivés dans un millieu cellulaire adéquat, genre vero-cell. Puis en être extrait et être identifié. Long, lourd et cher.

          1. Bonjour CEDH, Je n’ai jamais parlé de virus. Relisez mon commentaire. Je parlais de germes. C’est une toute autre famille ! Et les germes en excès sont soit les nôtres, soit ceux de notre(nos) conjoint(s). Et les germes poussent très bien sur des milieux de culture (par exemple dispositif Uricult à deux faces-milieux) …. Les germes sont également détectables via les Multistix Siemens (si la zone “couleur” ad hoc est positive, nous pouvons procéder à un uricult – pas besoin d’aller au Laboratoire).
            Les patient(e)s néphrologiques de longue durée sont formé(e)s très jeunes pour soigneusement éviter de dépendre des médecins lambda ….. Juste une affaire d’organisation pour éviter moult catastrophes pharmaceutiques ! Puisqu’en Helvétie, la plupart des médecins ne respecte ni les passeports d’allergies ni les moult interdictions médicamenteuses de leurs patient(e)s (Exemple: interactions selon CYT P450 2D6, 2C9, 2C19, 3A5, POR, SLCO1B1, ABCB1, COMT, VKORC1). Portez-vous bien. eab

          2. Désolé Eliane je vous ai mal comprise car il me semblait que Madame Dupraz reprochait aux praticiens de ville l’absence de culture de virus. A Marseille ils le font assez systématiquement. Allez sur le site institutionnel de l’Institut (10 août 2021) , vous y apprendrez que de fixer le Ct à 35 (comme à Genève) est fondé si l’on veut être sûr que la PCR positive ne corresponde pas à des virus “vivants”. Encore désolé. Bonne suite.

  25. Le problème actuel qui me préoccupe beaucoup, c’est que sur le plan médiatique, il n’y quasiment plus de débats contradictoires et ce sur de nombreux sujets. Ce n’est pas le fait d’être pro-vaccins ou anti-vaccins n’en déplaise à certains. Bien entendu, nous sommes en été et c’est bien connu, de juin à fin août, les débats sont peu nombreux. Pratiquement aucun journaliste se risque à poser la question de savoir, est-ce que c’est opportun d’injecter trois vaccins à la population suisse alors que dans de très nombreux pays, un pourcentage extrêmement faible de la population a reçu une 1ère injection dudit vaccin. Personnellement, je ne vois pas en quoi cette question est inopportune. Et c’est ainsi pour le contrôle du prix des médicaments dont les vaccins font partie et j’en passe. Il m’arrive de visionner les chaînes de télévision étrangères, notamment, nos voisins français dont justement j’appréciais les débats, et force est de constater que de ce côté-là, c’est une vraie déception aussi, à des très rares exceptions et il faut chercher longuement. Nous sommes bien loin des débats enflammés et désordonnés de Feu Michel Polac. Mais Bon Dieu, que c’était vivant, même si on ne voyait plus les participants, tellement la fumée était épaisse. Et en Suisse, on veut nous supprimer une semaine sur deux, une des seules émissions de débats de qualité, à savoir : Infrarouge. Peut-être a-t-on un autre projet ? Donc ce n’est pas étonnant que les gens soient frustrés car ils n’ont plus la parole et lorsqu’ils s’interrogent sur le bien-fondé d’une décision qu’elle soit sanitaire ou autres, ils se font taxer de complotistes. Cherchez l’erreur !

    1. J’en suis arrivé aux mêmes échappements que vous… Pour des raisons peut-être opposées (j’ai horreur de ces débats pugilats, où accaparer le temps d’audience en affirmant de manière tonitruante ses vérités fabriquées (avec un petit mouvement de la queue de cheval!) était la règle ; accessoirement, les débats qui n’ont comme débataires que des porte-parole et des représentants de… sont par nature stériles: aucun ne peux concéder au camp adverse un argument, sans risquer de perdre sa place. Peut-être était-ce moins le cas chez M. Polac, mais je n’ai que peu suivi cela.) En ce qui concerne covid, la vaccination,les mesures, etc. j’ai souvent trouvé intéressant C dans l’air, sur un ton bien plus polissé il est vrai ; les animateurs sont la plupart du temps correctement préparés, ce qui est rare.

  26. à FDIDOUX :
    Oui comme vous, j’ai beaucoup visionné l’émission “C dans l’air” mais depuis quelque temps, on sent que la contradiction n’est plus de mise. Mais vous avez raison, les participants ont souvent des arguments intéressants malgré tout.

  27. Ainsi donc Berset déclare qu’avec la vaccination à ARNm on rentre en contact avec le virus. Si, si, il l’a dit. Berset a tout compris. C’est certain. Pour le reste, le Conseil fédéral ignore les enseignements venant d’Israël, d’Islande, voire de Floride. Notre système hospitalier pourrait fort bien être submergé et alors
    on improvisera comme l’année passée. Restrictions de liberté pour TOUS et surmortalité. Rendez-vous fin septembre.

  28. Ces derniers temps la censure est beaucoup plus féroce qu’avant. Ma pétition réclamant que les mesures sanitaires soient supprimées en Suisse a été censurée par le site change.org deux jours plus tard ! Je viens de recréer cette pétition en français, allemand et italien sur le site Avaaz.
    En effet, à ce jour toutes les personnes qui désiraient se faire vacciner ont eu le temps de le faire et cela concerne en particulier les personnes à risques.
    Les autorités ont donc décidé de leur fournir un pass sanitaire, ce qui montre qu’elles sont protégées.
    Les personnes non vaccinées ne sont donc plus des dangers pour les personnes vaccinées.
    De plus, il existe maintenant des traitements précoces qui permettent de soigner les malades du Covid, ce qui permet d’éviter les contaminations et les hospitalisations.
    Des solutions ayant été trouvées, il est temps maintenant de supprimer toutes les mesures sanitaires liées au Covid.

    Cordiales salutations.
    Michèle Herzog

    1. Les personnes à risque (vulnérables) non vaccinées demeurent dangereuses pour tous au vu de leur fort risque d’hospitalisation . Tel est le cas des personnes âgées non-vaccinées. Des mesures supplémentaires vont être nécessaires, car nous ne sommes pas mieux lottis qu’Israêl, la Floride ou l’Islande. Nous avons le droit de nous protéger et nous avons le devoir de protéger l’ensemble de la population. Vous voyez aussi loin que Berset.

  29. Je trouve amoral de systématiquement déclarer depuis des mois qu’il n’existe qu’une seule solution: le “vaccin”. Au 19h30 du 11 août 2021, M. Berset continue à annoncer que le vaccin est sûr et efficace (ce qu’il nous dit depuis mi-décembre 2020) et que la vaccination est le seul moyen pour sortir de la crise.

    A aucun moment M. Berset ne cite les traitements précoces permettant de soigner le Covid tels que l’ivermectine par exemple. En Suisse, les traitements précoces sont systématiquement passés sous silence par les autorités !
    Voilà le lien : ttps://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/19h30?urn=urn:rts:video:12412015

    A propos de l’ivermectine, ce site de Suisse romande était introuvable et voilà qu’il est à nouveau en ligne : ttps://ivermectine-covid.ch/

    1. Il existe des traitements précoces qui sont utilisés en Suisse en certains cas de vulnérabilité et dont il a été fait état. Il est vrai qu’ils sont produits par les entreprises que vous dénigrez sans discernement. Encore faut-il une détection précoce de la maladie. Quant à l’ivermectine dont vous faites la promotion, après avoir fait celle de la “défunte” hydroxychose rien n’établit son efficacité. Et si elle devait en avoir celle-ci serait faible. On a pu le constater dans de nombreuses contrées.

  30. Dire que plutôt qu’un vaccin scruté par tous les spécialistes de la planète, vous préférez être la cobaye d’un médicament qui sert à soigner la gale chez les chiens…
    Et en parlant d’effets secondaires vous devriez regarder cette vidéo 🙂

    ttps://vm.tiktok.com/ZMRJVs34e/

    1. Il sert aussi à traiter la gale chez les hommes mais aussi de graves parasitoses tropicales. Il s’agit d’un médicament dont on connait le peu d’effets secondaires.

  31. Bonjour,

    Voilà le coup de gueule du médecin français Laurent Montessino. Il se passe la même chose en Suisse.

    Je vous conseille vivement de regarder cette vidéo de 35’. Tout y est très clairement dit par ce médecin : ttps://odysee.com/@francesoir:2/montessino1:7

    1. A Mme Herzog: J’ai regardé la vidéo du médecin français Laurent Montessino et je dois dire que j’ai très mal dormi. Etant vaccinée moi-même et mes enfants qui sont des jeunes adultes également, cela pose beaucoup de questions et là c’est incontestable, on a affaire à un médecin très sérieux et très expérimenté. Comment se fait-il qu’aucun journaliste en Suisse ne l’ait interviewé ? Pourquoi n’y a -t-il pas de débats entre des médecins convaincus par cette nouvelle technologie de vaccins et les médecins qui ont des doutes ? J’espère bien qu’en Suisse, l’on ne va pas mettre en place comme nos voisins français un passe sanitaire. Ce serait la fin de tout. Je n’ai pas peur pour moi mais j’ai des craintes pour la santé future de mes enfants. Qui pourrait répondre sérieusement à cela ?

    2. Bonjour et merci pour les liens que vous avez récemment cités. Très intéressants. J’en connaissais déjà certains. La phrase “Perdre la propriété de son propre corps” est tout à fait adaptée à la situation actuelle. Dommage que les humains ne s’en rendent pas compte (même un chouia).
      Et hélas, d’emblée cette phrase me fait penser aux dérives médicales vaudoises des années 1970 durant lesquelles des médecins sans aucun titre FMH faisaient n’importe quoi avec nos corps d’enfants, y compris les mutilations médicamenteuses indélébiles sur le très long terme. Et dont les familles n’étaient au grand jamais PAS AVERTIES ! Certaines maladies rénales cellulaires étaient à l’époque très peu documentées et personne n’écoutait les jeunes néphrologues.
      Donc au jour d’aujourd’hui = Aucun recul = Toutes les dérives possibles sur les cobayes humains consentants ……
      Je relève encore que je n’ai JAMAIS REÇU DE RÉPONSE à ma demande écrite en Allergologie-Immunologie. Les trois autres spécialités médicales ont quant à elles répondu rapidement, donc exemptions complètements documentées, et je ne vais pas me priver de les utiliser pour clore définitivement le bec de certain(e)s nouveaux(elles) fanatiques.
      Car huit mois, c’est vraiment très long pour obtenir soit oui, soit non.
      Car un délai de huit mois, c’est extrêmement SUSPECT avant d’oser prendre la plume ……
      Ce très long silence signe donc magistralement l’état de doutes plus que légitimes.
      Portez-vous bien.

  32. Il faudrait arrêter de parler des vaccins à ARNm de manière globale. Il en est deux sur le marché. L’un est actuellemnt nettement plus efficace que l’autre et est sans doute apte à supprimer la circulation du virus au sein d’une population entièrement vaccinée. Ce que l’autre ne peut pas faire.

  33. De grâce, ne laissons pas nos enfants se faire injecter ce matériel génique dans leurs corps. La nature nous a créés avec une système immunitaire naturel tellement bien fait et tellement équilibré qu’il serait criminel de provoquer, par ces injections prétendument appelées le vaccin anti-covid, l’évasion de l’immunité naturelle.
    Cessons de suivre le délire des fous qui croient devoir nettoyer la planète et son humanité de toute vie qu’ils décrètent dangereuse pour l’homme.
    Comme je l’avais dit à maintes reprises, sur quelques rares blogs, nous baignons dans un océan de micro-organismes qui ont existé bien avant notre venue sur terre, nous avons toujours bien cohabité ensemble. Pourquoi vouloir soudain faire le vide autour de nous, à vouloir éradiquer tout ce qui a constitué nos capacités à vaincre et à construire une résistance naturelle qui nous permet de vivre aisément jusqu’à cent ans… Et toujours dans cet océan ???
    Microbione, Qu’est-ce?

    Redevenons raisonnables , réfléchis et humbles. Tout ce qui a toujours fait notre grandeur humaine et notre magnificence.
    ttps://www.globalresearch.ca/humanity-march-toward-extinction/5750260

  34. Mort naturelle ou mort à cause du vaccin?
    Dans ce doute, la moindre des choses serait de faire une autopsie. D’autant plus si les cas se multiplient anormalement. A travers ces campagnes de vaccination.
    Moralement ce serait un peu de justice à rendre aux familles des victimes.

    ” À son avis, si à titre personnel il n’est pas opposé au vaccin, il considère qu’avant de se faire vacciner, il faut impérativement prendre en compte les indications médicales personnelles ; il s’agit de « peser la question de la protection à titre individuel », question fondamentale qui a été ensevelie par la course à vacciner la société toute entière.”
    ttps://www.francesoir.fr/societe-sante/peter-schirmacher-autopsier-vaccins

  35. Apres l’intimidation voici la culpabilité
    Ils nous confisquent et même interdisent les moyens avec lesquels on pourrait se soigner ( plantes.,h essentielles et d’autres) ils ont une même mission car ils sont tous corrompu, c’est une vaste famille. Ca m’etonnerai que eux soient vaccinés.

Répondre à daniel aebischer Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *