Naître et mourir sur Mars

Si l’homme veut un jour s’établir durablement sur Mars, il est évident qu’il doit anticiper sa naissance, sa vieillesse et sa mort sur cette planète. Pour les personnes hostiles au projet cela constitue un obstacle de plus, pour nous autres, « Martiens de cœur », c’est un de nos sujets de réflexion avant d’être le défi à relever par les « Martiens de chair » qui vivront effectivement sur Mars.

Transportons nous par la pensée après les premières missions d’exploration habitées, après qu’on aura bien vérifié que le voyage est faisable, qu’on dispose du support-vie suffisant pour satisfaire à nos besoins vitaux pour la totalité d’une période de révolution autour du Soleil et donc qu’on peut attendre 18 mois sur place sans réapprovisionnement d’aucune sorte. Dans ce contexte, beaucoup de voyageurs vont souhaiter rentrer sur Terre après 24 mois d’absence (18 + 6 pour le voyage aller) mais certains préféreront rester, parmi eux des hommes et des femmes encore jeunes, attirés par l’autre sexe et désirant avoir des enfants. Que va-t-il se passer ? Le sujet a été traité récemment dans une étude scientifique* (publiée le 23 avril 2018) qui présente un intérêt mais qui à mon avis, ignore certaines particularités martiennes ou met en avant de faux problèmes concernant « la valeur de la vie humaine », « la politique d’avortement », « Mars comme lieu en dehors des valeurs morales », « la sélection sexuelle et l’engineering génétique ».

Je parlerai peu de la conception car je crois que l’homme est assez imaginatif pour passer cette étape. Je suppose que l’attirance naturelle entre homme et femme existera toujours. Certains mettent en avant les difficultés pour l’intimité posées par la promiscuité. Il est vrai que pendant le voyage, l’exiguïté relative du vaisseau spatial pourrait poser problème mais de toute façon, pour d’autres raisons développées plus tard, un début de grossesse dans ce contexte ne serait pas souhaitable. Il faudra donc que les partenaires prennent leurs précautions pour que la femme ne tombe pas enceinte avant l’arrivée. Sur Mars le problème ne se posera pas car grâce aux habitats gonflables puis aux excavations faites dans la roche (sols ou falaises), les hommes disposeront très vite de volumes de vie suffisants. Un problème connexe, celui du caractère des colons sera forcément traité. On ne laissera pas partir sur Mars des personnes présentant des signes manifestes de difficultés relationnelles. Pour les générations nées sur Mars, cette précaution n’aura évidemment aucun effet mais une sanction possible pour les personnes asociales pourrait être l’exil sur Terre (tant que la Terre existera !). Par ailleurs il me semble prudent de ne sélectionner pour le départ que des couples notoirement stables.

Les auteurs de l’étude mettent en avant le risque des radiations. L’on sait bien que l’espace est un milieu très hostile pour cette raison. Le flux régulier de radiations solaires (« SeP » pour « Solar energetic Particles »), composé quasi exclusivement de rayonnements électromagnétiques et de radiations particulaires constituées de protons, ne peut être supporté pour une durée indéfinie. Et de temps en temps le soleil émet des bouffées de radiations particulaires beaucoup plus denses (tempêtes solaires, « SPE », « Solar Particle Events », certains correspondant à des « CME », « Coronal Mass Ejections ») tandis que constamment la Galaxie nous envoie à faibles doses, des radiations que l’on appelle  « GCR », « Galactic Cosmic Rays »). Parmi ces radiations un petit pourcentage (2% de 98%) est composé de noyaux atomiques lourds, HZE (pour High, atomic number -Z, Energy)  jusqu’au fer, extrêmement énergétiques et évidemment dommageables pour nos organismes compte tenu de leur masse et de leur vitesse. Ces HZE de GCR traversent toutes les protections, en produisant des rayons gamma lors du contact.

Pour une durée de voyage jusqu’à Mars (supposons 4 à 6 mois et non 7 à 9 comme dans l’étude précitée car pour le transport de passagers on dépensera plus d’énergie et on emportera moins de masse), la dose « normale » de radiations serait cependant supportable (même si l’on dit officiellement qu’elle doit être « ALARA » c’est à dire « as low as reasonably achievable ») d’autant que l’on peut prévoir des protections contre les rayonnements solaires comme les vestes de type astrorad (de la société israélo-américaine Stemrad) riches en protons et des caissons entourés des réserves d’eau et de nourriture de la mission, en cas de SPE (l’eau comprenant beaucoup de protons – dans l’élément H – freine efficacement les protons solaires ou galactiques). Les femmes sont certes plus sensibles que les hommes (moindre masse corporelle) et leur appareil reproductif plus fragile mais, protégées comme mentionné ci-dessus, elles pourraient passer l’épreuve au moins une fois aller et retour.

NB : on ne peut envisager qu’une jeune femme devienne « pilote de ligne » sur la boucle Terre-Mars-Terre mais je ne pense pas que cela pose un problème rédhibitoire à l’établissement de l’homme sur Mars.

Une fois sur Mars, le problème des radiations ne se poserait plus ou plutôt il pourrait être géré. En effet la surface de Mars bénéficie d’une certaine protection par l’atmosphère (et ce d’autant plus que l’altitude est basse, donc le manteau plus épais). Au fond du cratère Gale (4,3 km en dessous du « datum », niveau zéro d’altitude), la protection est telle que le niveau des radiations n’excède pas celui prévalant au niveau de l’orbite de l’ISS et l’on sait que les astronautes, femmes et hommes, qui ont séjourné de longues périodes dans cet habitat, ne sont pas pour autant plus souvent morts de cancer que leurs contemporains. On peut prévoir de toute façon, parce que le séjour des résidents martiens sur Mars sera très long, que les jeunes femmes et les enfants restent la plupart du temps à l’abri d’une protection quelconque (dôme de glace – 40 cm – ou couche de régolite – 2 mètres – ou roche au-dessus de cavernes naturelles ou creusées). Sur Terre, les hommes vivent de plus en plus « à l’intérieur » (bureaux, habitats) et sur Mars on vivra aussi largement « à l’intérieur », en commandant en direct toutes sortes de robots affrontant les conditions extérieures martiennes hostiles. Bien entendu cela n’exclut pas les « sorties » en scaphandre. Simplement on aura droit à d’autant moins de sorties que l’on est plus jeune (ou femme en âge de procréer) et il faudra prévoir à distances régulières des refuges à utiliser en cas de tempêtes solaires.

Un problème cependant subsiste, c’est celui de la gravité réduite. Là aussi comme pour les radiations, inutile de fantasmer sur les dangers, en l’occurrence ceux de la microgravité (comme le font les auteurs de l’étude précitée) car elle ne durera que le temps du voyage et encore si l’on ne prend pas de disposition pour créer une gravité artificielle dans le vaisseau, ce qui semble possible, d’une manière ou d’une autre (force centrifuge dans tout ou partie du vaisseau recréant par rotation une gravité artificielle*). Mais il serait souhaitable de constater le plus tôt possible les effets d’une gravité martienne de 0,38g sur le développement d’un fétus. A priori je ne vois pas de contre-indication étant donné que le fétus se développe en suspension dans le liquide amniotique de sa mère mais il serait préférable de ne pas se refuser l’expérimentation sur de petits mammifères avant l’expérience humaine. La gestation devrait être moins fatigante pour la femme; l’accouchement un peu plus problématique (phase expulsion) mais en Europe les femmes accouchent le plus souvent couchées. Ensuite, on peut penser que, pour l’enfant et l’adolescent non formés sur Terre, le squelette développé en gravité réduite puisse être plus fragile que sur Terre et donc non facilement adaptable à la vie terrestre. Ce risque est probablement réel même si on peut imaginer des remèdes (calcification médicamenteuse, musculation). Un risque annexe est celui de l’infection car la microgravité crée un terrain favorable à la prolifération bactérienne alors que les femmes enceintes connaissent un état transitoire immunodépressif. On ne connait pas les risques dans ce domaine résultant non de la microgravité mais d’une gravité partielle. Sont-ils proportionnels ? Il faudrait l’étudier. Il faudra évidemment protéger particulièrement les femmes enceintes de ce risque accru d’infection mais je pense que les premières femmes enceintes sur Mars seront de toute façon particulièrement suivies.

*On en parlera à notre Congrès EMC18, notamment dans le cadre d’une présentation de Claude Nicollier.

A supposer toutefois que l’adaptation aux conditions terrestres d’un corps humain développé sur Mars, s’avère très difficile, il faudrait donc envisager que les jeunes Martiens restent sur Mars. Je ne pense pas cependant que ce soit un châtiment épouvantable qui justifierait qu’on renonce à l’établissement de colonies sur Mars. Cette contrainte accélérerait d’ailleurs la création de telles colonies et permettrait d’atteindre assez vite la population viable minimum d’un isolat (évaluée à 6000* personnes par Chris Impey en 2015). Pour ce qui est du risque de consanguinité il n’y a sans doute rien à craindre car l’enrichissement de « sang neuf » sera constant ( à chaque rotation tous les 26 mois) et le seuil de risque de 500 personnes distinctes génétiquement sera très vite dépassé.

*chiffres à bien considérer en fonction des besoins d’une telle société et de nos capacités technologiques (notamment télécommunications et impression 3D). Richard Heidmann, fondateur de l’Association Planète Mars et polytechnicien, l’évalue plus proche de 1000 personnes seulement.

Les vieillards seront comme pour toute société, une charge sur le plan sanitaire mais il n’y a aucune raison de ne pas y faire face car la société martienne sera bien médicalisée (présence nécessaire de médecins aux compétences couvrant l’éventail des pathologies possibles avec tous les appareils – facilité par l’impression 3D – et tous les médicaments nécessaires) et en forte croissance (donc avec une pyramide des âges « en sapin », à très large base à partir des jeunes adultes). Les jeunes pourront sans problèmes « supporter » les vieux d’autant que les vieux seront sans doute nécessaires pour les jeunes (pourquoi ne pas confier leur éducation à ceux dont les forces physiques sont déclinantes mais les connaissances et l’expérience considérables ?).

Dans l’étude, les auteurs se posent des problèmes d’éthiques, plus précisèment ceux de laisser accéder à la vie ou de garder en vie des êtres qui a priori seront à charge. En ce qui concerne l’euthanasie je ne vois pas sa nécessité en particulier pour ce qui résulte du grand âge. On peut cependant envisager que de grands malades touchés par une pathologie incurable et avec une espérance de vie pourtant encore longue, soient rapatriés sur Terre lors de la première fenêtre de retour (s’ils sont transportables mais au risque de mourir pendant le voyage). Pour ce qui est de l’avortement c’est un autre problème. Il est certain qu’il vaudrait mieux éviter de mettre au monde des enfants handicapés qui, par l’attention qui leur serait due, incapaciteraient pendant une longue durée leurs parents, membres difficilement remplaçables d’une petite communauté isolée. Ceci dit on sait prévoir de plus en plus les grossesses à risques et les interrompre. On le fait déjà assez généralement sur Terre et on le fera certainement sur Mars (à moins que des parents disposant des moyens financiers suffisants décident de les assumer ainsi que leur moindre productivité personnelle qui en résulterait). Pour être clair il n’y aura pas d’acharnement thérapeutique dans une communauté qui ne pourrait pas se le permettre.

Mais rassurez-vous, la vie sur Mars ne sera pas plus inhumaine que sur Terre.

*« Biological and social challenges of human reproduction in a long-term base » par Konrad Szocik, (dept of Philosophy and cognitive science, Uni. Of Information & technology & management) de Rzeszów, Pologne, et al. in Futures (publication d’Elsevier). 

Image à la Une : Luciana Vega sur Mars (crédit American girl / Mattel)

Pierre Brisson

Pierre Brisson

Pierre Brisson, président de la Mars Society Switzerland, membre du comité directeur de l'Association Planète Mars (France), économiste de formation (Uni.of Virginia), ancien banquier d'entreprises de profession, planétologue depuis toujours.

8 réponses à “Naître et mourir sur Mars

  1. “Sur le plan sanitaire, les vieillards seront une charge” dites-vous.
    Personnellement, je pense qu’ils seront moins une charge que sur la Terre grâce à la gravité de 0.4 g qui rend la locomotion plus aisée et résout une partie des problèmes d’incontinence. Les éventuelles chutes auraient également des conséquences moins catastrophiques que sur Terre. Certains travaux réservés aux jeunes sur Terre redeviendraient accessibles aux Martiens âgés comme, par exemple porter un seau d’eau pour arroser un jardin sans s’esquinter les disques intervertébraux. Il en irait de même pour certains sports comme l’alpinisme.
    Si vous avez lu la trilogie 2001, 2010 et 2061 d’Arthur Clarke, vous vous rappellerez qu’Heywood Floyd (104 ans) ne peut plus vivre que sur de petites planètes en raison de problèmes articulaires.

    1. Vous avez probablement raison sous ce point de vue mais malheureusement les problèmes de gravité ne sont pas les seuls qui se posent pour des personnes vieillissantes. En fait lorsqu’on vieillit c’est toute la machine qui fonctionne moins bien et qui se grippe. Sur le plan stricte de la gravité, il y aura probablement un avantage à être sur Mars si l’on reste à l’intérieur de la base.

  2. Etant donné que l’on parle ici d’un horizon de temps relativement éloigné, il est difficile de prévoir les moyens (médicaments, aides mécaniques , etc.) qui seront disponibles pour aider sur Mars les personnes âgées “incapacitées”. En tenant compte en plus, comme indiqué par M. Louis, que l’environnement martien sera plutôt plus favorable pour certains types de pathologies liées à la vieillesse (du fait de la gravité plus faible). On peut néanmoins se demander si une petite colonie, dans un milieu hostile et avec des ressources disponibles limitées, donc précieuses, pourra accepter longtemps de s’occuper de “bouches devenues inutiles”. On a connu sur Terre des peuplades (Inuits sauf erreur) où les personnes âgées devenues une charge trop lourde pour la communauté étaient fortement incitées à abréger leurs jours. Dans certaines circonstances, l’éthique pourrait commander de savoir “s’effacer”pour le bien de la communauté. C’est évidemment une question moralement délicate, mais on voit qu’aujourd’hui déjà nombre de personnes préfèrent ne pas prolonger une vie qui n’a plus beaucoup de sens et font appel pour cela à des organisations comme “Exit”. Je ne crois pas par contre à la solution du “rapatriement”, sauf dans le cas de maladies à évolution lente si la personne est encore pleinement valide pour effectuer le voyage dans des conditions “normales” (c’est-à-dire non fortement médicalisées); Même le “big” ITS de Space X ne sera jamais une ambulance.

    1. Tout à fait d’accord pour les pré-requis d’un retour en cas de maladie grave.
      Il faudra que l’espoir d’arrivée en vie sur Terre soit raisonnable et que la médicalisation nécessaire n’impose pas de transformer le vaisseau spatial en hôpital. Ce serait inacceptable dans une situation de disponibilités de transport et de personnel limitées.

  3. Une remarque encore concernant les enfants. Comme mentionné par M. Brisson, je ne pense pas qu’être “condamnés” à rester sur Mars sera une “punition” pour ceux qui seront nés sur cette planète. Il est frappant de voir, déjà sur Terre, combien les gens sont attachés au lieu qui les a vu naître et grandir, même si pour d’autres le lieu en question paraît fort peu attractif. Pour les enfants en question, Mars sera leur “home, sweet home”, et les conditions dans lesquelles ils y vivront leur paraitront tout-à-fait normales et en rien problématiques. Indépendamment du problème de la gravité, c’est les conditions terrestres qui risquent de leur sembler étranges et pas forcément agréables!

  4. Tout ce discours technologique passe outre les aspects essentiels de la vie: vivre sur Mars sera à mourir d’ennui, que des cailloux à perte de vue et rien d’autre. Quand les futurs hypothétiques enfants Martiens compareront leur environnement au notre, même dégradé , ils préfèreront demander l’asile aux Terriens que de rester dans un désert infiniment plus pauvre que nos déserts les plus torrides où la vie existe malgré tout , sans compter les tempêtes de sable interminables enveloppant toute la planète rouge (le Rover Opportunity n’a toujours pas émis de signal depuis un mois !) .
    Est-ce que les hommes du désert aiment le sable et les rochers ? bien sur que non, ils se regroupent dans des oasis . Plus de la moitié de la population mondiale vit près des côtes . Même en étant né sur une autre planète, l’eau représentera toujours un attrait physique, génétique .
    Et puis, coloniser Mars ne sert à rien, sinon à prouver que nous devons sauver la vie sur Terre et non trouver un autre endroit à souiller !
    Chaque planète à découvrir comptera son lot de surprises et je me demande si finalement on ne devrait pas concevoir des systèmes de navigation où la vie pourrait s’organiser indépendamment des mondes à visiter.

    1. Je pense que les bases habitables seront très rapidement ces oasis que vous évoquez. En effet dans ces bases il devra y avoir de l’eau, des serres…et d’autres hommes. Ce seront donc des endroits colorés et agréables à vivre, d’autant plus que le contraste avec l’environnement minéral extérieur sera fort. La Terre sera toujours un trésor que les hommes chériront mais il n’y a aucune raison que la vie sur Mars soit déplaisante. En dehors de ces bases, les Martiens auront accès à un monde immense, désertique et souvent spectaculaire (il suffit de choisir les bons endroits pour s’installer). Quoi que vous en disiez, cela a son charme et une force d’attraction considérable (cf Le Hoggar, par exemple). Par ailleurs, la situation sur Terre peut continuer à se dégrader. On peut dire, pour le moins, que ça va aller plus mal avant d’aller mieux et certains préféreront sans doute vivre sur Mars que dans une poubelle de plus en plus chaude, nauséabonde et dangereuse pour toutes sortes de raisons.
      Maintenant vous avez raison, quand on pourra techniquement le faire, il serait moins difficile et sans doute plus agréable de vivre dans une île de l’espace, telle que les a imaginées Gerard K. O’Neill (voir mes articles des 7 juin, 13 juin, 20 juin 2016 sur ce blog).

    2. Votre vision me paraît bien négative. Si on suivait votre raisonnement, tout le monde sur Terre se ruerait pour vivre sous le soleil des tropiques (!), personne ne vivrait dans les déserts, les régions nordiques ,etc. En ce qui concerne Mars, découvrir un monde entièrement nouveau devrait offrir suffisamment de “stimuli” aux futurs “colons” martiens pour qu’ils n’aient pas le temps de s’ennuyer. Sans compter que du point de vue “touristique”, la planète rouge, même sans vie, offrira des visions qui n’ont aucun équivalent sur Terre (“Olympus Mons”, plus de 3x la hauteur de l’Everest, “Valles Marineris”, un “Grand Canyon” qui s’étendrait de la côte est à la côte ouest des Etats-Unis, et autres formations géologiques spectaculaires). Assurer la bonne marche de la “colonie” occupera aussi beaucoup du temps des futurs “martiens-terrestres” et pour les loisirs, on peut penser que tout sera pensé pour qu’ils aient à disposition suffisamment de quoi se distraire, … peut-être même à terme des piscines entourées de cocotiers pourquoi pas (le tout “sous cloche” évidemment) 🙂 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *