Madame Hostile

Marianne von Werefkin, Nuit de lune (1909-1910). Collection privée, droits réservés.

Marianne von Werefkin, Nuit de lune (1909-1910). Collection privée, droits réservés.

Les Mystères de Genève II

Madame Hostile ne fait pas plaisir à voir.

Certainement pas.

On a mal au cœur en l’épiant.

Au matin blême ou au rouge crépuscule, vers la jonction entre Rhône et Arve, là où le fleuve odorant mire le pont ferroviaire et les arbres de la Bâtie, proche de l’entrepôt de bus urbains, on aperçoit Madame Hostile.

On est très éprouvé.

Madame Hostile!

Une femme emphatique sans âge avec des gants de laine rapiécés. Vêtue d’un training souillé que couvre un chiffon de nylon.

Pesante dans ses oripeaux.

Affalée sur un banc ou trottinant essoufflée entre deux berges fluviales, elle traine avec sa fatigue son univers dans un caddie bariolé, débordant de sacs en papier.

Le charriot bringuebale avec elle.

Sur la tête hirsute, le bob difforme laisse entrevoir le visage de cendre. Yeux hagards, double ou triple menton, peau épuisée, rictus hostile sur le gouffre noir de la bouche édentée.

Tout taché, un vain masque chirurgical s’affale autour du cou.

Madame Hostile respecte au mieux les gestes barrières.

Des baskets Nike éculées assurent la marche du spectre de la Jonction.

Engloutie dans la calamité, Madame Hostile vous fixe tout de même.

Avec animosité.

Madame Hostile avance.

Avec ténacité.

La randonneuse de la misère chemine à pas menus.

Elle tourne le dos à la ville repue qui l’ignore.

La marcheuse en bout de course clopine vers l’horizon muré.

Lorsqu’elle stoppe un instant au bord du gouffre, c’est pour scruter les oiseaux qui tournoient près de la falaise tropicale de Saint-Jean.

Là où trône la belle école ocre des enfants aux bouilles joyeuses.

Bref éclat au visage de Madame Hostile.

Joie éphémère.

Animosité suspendue.

Madame Hostile aime les mouettes.

Ces ombres mobiles sur les merveilleux nuages.

“Les merveilleux nuages qui passent là-bas!”

Jamais le vol des oiseaux ne se fige.

À quoi rêve-t-elle un instant figée?

Elle sursaute, semble s’ébrouer.

Le visage se referme.

Puis elle reprend le périple insensé parmi les joggeuses et les joggeurs vitaminés qui l’évitent à grandes enjambées hygiénistes.

Madame Hostile continue d’avancer.

L’animosité la pousse-t-elle à poursuivre le chemin de croix?

L’animosité.

Celle qui vous perfore lorsque vous recherchez le regard de Madame Hostile.

Celle qui vous foudroie quand honteux vous lui tendez une poignée de monnaie refusée.

Qu’a-donc perdu Madame Hostile pour survivre ainsi dans la dignité du ressentiment?

Elle connaît le chemin qui mène à la perte de tout.

Sauf la dignité de la colère.

Énigmatique Madame Hostile!

Vous avez beaucoup à nous apprendre.

Vous êtes la sentinelle contre les certitudes convenues.

Mais vous partez ! Vous musardez dans la dèche vers l’ombre de votre destinée.

Ombre fragile, tenace, clocharde céleste, sur la berge du fleuve insouciant qui gagne la Méditerranée.

Madame Hostile, où dormirez-vous la nuit prochaine?

Brigitte Fontaine: “Demie-clocharde”: https://www.youtube.com/watch?v=5B-26CSpcOs

Bianca Castafiore en grève avec les femmes ?

 

 

 

 

https://www.forumopera.com/sites/default/files/imgp1695.jpg

© Moulinsart.

Amicalement à Pierre Fresnault-Deruelle.

 

« Je ne sais pas pourquoi, mais chaque fois que je l’entends, je pense à ce cyclone qui s’est un jour abattu sur mon bateau, alors que je naviguais dans la mer des Antilles…. », Haddock à Tintin, Music-Hall Palace, Hergé, Les 7 boules de cristal (1948).

Vendredi 14 juin, dans l’embellie estivale, lors de la parade colorée des femmes pour l’égalité, à la terrasse d’une notoire brasserie sise au Rond-Point de Plainpalais, parmi les buveurs éméchés et enfumés, un ombrageux hausse le ton. En coq irrité, il gausse sans élégance le cortège : « Il ne manquerait plus que la Castafiore dans ce défilé d’excitées ! » Rires gras des potes le museau bien enfoncé dans le pichet mousseux !

AFP, jeudi 15 juin 2019, midi : « La célèbre diva italienne Bianca Castafiore, a interrompu vendredi 14 juin sa performance de Marguerite dans le Faust de Charles Gounod à l’affiche de l’opéra de Genève du 10 au 30 juin. Les représentations de l’opéra créé en 1859 avec l’Air des bijoux pour soprano sont à guichet fermé. Dans sa suite moderne du 5e étage de l’hôtel Cornavin, entourée de roses blanches, vêtue d’un immaculé tailleur Croco Chenal, paré de bijoux colorés, entre deux rires cristallins, la diva se confie aux journalistes Jaques-Vincent Monnerard du magazine universitaire Macpus et Jean-Loup de la Battelerie de Paris-Flash, prix Albert Londres 2018 pour son livre-reportage sur Les embouteillages urbains ou la naissance de l’automobilocratie (éditions GROGE). — Oui, j’ai fait grève par solidarité avec les femmes grévistes de Genève qui réclament l’égalité avec les hommes. Madre mia ! Elles ont raison ! Chacune a le droit d’être cantatrice ! — »

Un peu provocatrice la diva !

Un castrat ?

Pour certains, la diva ne serait pas une femme. Ainsi, Albert Algoud suggère que sous son apparence de femme, Bianca Castafiore n’en est pas une (La Castafiore : une biographie non autorisée). Blondeur et rondeurs cacheraient un secret d’adolescence. Fils unique de Bianca Spumanta et du miroitier napolitain Cesare Casta ruiné par la rivalité vénitienne, Fiorentino bientôt Bianca Castafiore serait le dernier castrat de l’histoire de la musique. Castrat : soit chanteur né masculin ayant subi la castration avant la puberté afin de préserver l’acuité du registre vocal (contralto, soprano), tout en conservant la puissance thoracique et sonore de l’adulte.

Une hypothèse entre deux genres ?

Quoiqu’il en soit, Bianca Castafiore comme femme en impose aux plus circonspects qui remarquent que sensible devant la violence elle s’évanouit souvent. Sous ses airs de mondaine orgueilleuse, snob et narcissique, tyrannique envers le pianiste Igor Wagner et l’habilleuse Irma, la diva est une inflexible femme de tête. Elle ne cesse d’ailleurs d’écorcher le viril patronyme  de Haddock, avec qui elle a peut-être une liaison dangereuse au château de Moulinsart, malgré la jambe plâtrée de l’ex-capitaine au long cours : Balzack, Bardock, Bartock, Hablock, Haddack, Hammock, Harrock, Hoklock, Kappock, Kapstock, Karbock, Karnack, Koddack, Kolback, Kornack, Kosack, Maggock, Mastock, Medock, Paddock.

Femme de tête

La diva est fière de sa carrière dont la réussite s’impute au volontarisme et au talent mondialement célébré.

Lors de sa première apparition dans l’affaire du Sceptre d’Ottokar (1939), à bord d’une puissante voiture, la diva recueille Tintin que talonnent les sbires de Müsttler, agitateur fasciste contre la couronne syldave. Elle se produit alors au Kursaal de Klow. Relayé par la radio nationale (« Klow, PTT), L’Air des bijoux qu’elle entonne toujours à pleins poumons éveille Tintin écroué dans les geôles policières, avant la levée d’écrou, prélude de son assassinat politique raté. Le lendemain soir, flanquée du pianiste Wagner, dans une longue et  éblouissante robe glamour de couleur aubergine échancrée sur les épaules, le cou ceint d’une rangée de perles, gantée de blanc, un plumet sur la tête, elle chante devant Muskar XII et la cour à la galerie des fêtes du palais royal de Klow, copie conforme de celui de Bruxelles.

Avec panache, inflexible, la cantatrice ne cesse de braver les hommes les plus autoritaires.

Militaires, policiers, procureur et dictateurs croisés lors des tournées mondiales — Europe, Inde, U.S.A, Amérique du Sud. Hors scène, elle y joue l’écervelée grande bourgeoise pour enjôler les hôtes belliqueux qui l’adulent à l’instar du colonel Sponsz, rigide chef de la Police bordure, pivot du régime maréchaliste de Pleksy-Gladz, mais fredonnant volontiers l’Air des bijoux.

Les 7 boules de cristal, L’Affaire Tournesol, Coke en stock, Les bijoux de la Castafiore, Les Picaros : la cantatrice blonde revient 5 fois en personne dans la saga du reporter sans plume. Lorsqu’elle est absente, sa voix est radiophonique (Au pays de l’or noir, Au Tibet), voire ironiquement singée par Haddock. Devant la table de commande du prototype lunaire X-FLR6, le loup de mer retraité chantonne le « grand air des bijoux de Faust » (Objectif lune).

La Castafiore est arrêtée 

Frivole au point de changer sa robe chaque jour, ne tolérant que les pâtes cuites al dente, VIP sur le yacht Schéhérazade durant la croisière mondaine qu’organise en Mer rouge le marquis de Gorgonzola (alias le forban cosmopolite Roberto Rastopopoulos, Coke en stock), la diva est souvent héroïque. À l’Opéra de Szohôd, où elle triomphe à nouveau en Marguerite de Faust, elle soustrait Tintin et Haddock aux recherches de la ZEP (Police d’État). Recevant dans sa loge la visite flatteuse du courtois colonel Sponsz, elle les met à l’abri de la penderie. Dans la capote du militaire, ils y récupèrent le sauf-conduit pour délivrer Tournesol détenu au secret dans la sinistre forteresse de Bakhine. Y croupissent peut-être les opposants du régime stalino-moustachiste.

Durant sa tournée triomphale en Amérique latine, à l’étape de San Theodoros, au terme de la soirée de gala donnée à Tapiocapolis devant le dictateur Tapioca, malgré la garde vigilante des « détectives » Dupond-Dupont, la diva est arrêtée par les services du colonel Sponz. Disgracié en Bordurie, comme beaucoup d’autres sbires du totalitarisme, il est devenu conseiller sécuritaire du régime militaire sous le nom d’Esponja.

La sirène vipérine

La cantatrice est accusée de participer au complot fomenté à Moulinsart pour renverser le caudillo en faveur du général Alcazar que paierait l’International Banana Company. La diva ignore qu’elle est le pivot du guet-apens machiavélique machiné par Esponja pour attirer à Tapiocapolis Tintin et ses amis en froide vengeance de l’échec subi lors de l’Affaire Tournesol.

Parodie de justice : le procureur militaire réclame et obtient la peine de mort contre les Dupond-Dupont. Virilement, il y ajoute la prison perpétuelle pour le « véritable cerveau du complot » : une « femme… une femme — on devrait dire un monstre et qui a mis son talent, son incontestable talent, au service de la haine : j’ai nommé Bianca Castafiore ‘le Rossignol milanais’ !… cette sirène au cœur de vipère ».

Le rire salvateur !

À la barre des accusés, flamboyante, coiffée d’un chatoyant chapeau fleuri, vêtue d’un tailleur rose, poudrier doré en mains, les yeux à demi-clos, la cantatrice brocarde le magistrat : « La prison à vie ? … Ai-je bien entendu ?… Mais vous êtes grotesque militaire ! … Ou alors fou à lier, mon pauvre ami ! … » Elle rit des documents « fabriqués de toutes pièces » qui la chargent comme dans tout bon procès politique. Elle rit de la dictature. Elle en rit à gorge déployée. Elle en rit au point d’entamer à pleins poumons son tube… l’Air des bijoux (« Ah ! je ris de me voir si belle en ce miroir »). Lancinant refrain narcissique qui mène à l’évacuation de la salle d’audience du tribunal fantoche où la tyrannie se mire sans tolérer le rire.

Le rire salvateur de la cantatrice fictionnelle ne saurait éteindre la mal politique et social de l’injustice et des inégalités que souvent fustige l’humaniste catholique Hergé. Or, l’imaginaire de la dérision n’est certainement pas sans effet subversif sur le conservatisme inégalitaire des injustices. L’histoire de la censure prouve cette vérité culturelle. De même qu’une joyeuse parade féminine pour l’égalité est parfois redoutable sur le conservatisme « viril » qui entre deux tournées pavane au Café du Commerce ! Comme en 14.

 

Faust – Air des Bijoux (Grand Théâtre de Genève)

Ruzan Mantashyan (Marguerite) interprète l’Air des bijoux dans la nouvelle mise en scène de Georges Lavaudant du Faust de Charles Gounod pour le Grand Théâtre de Genève (2018).

Le devoir d’intervenir

LDM 45