Les dévore-bitume

https://bdoubliees.com/journalpilote/sfig1/mangebitume/mangebitume1.jpgInvention industrielle spectaculaire, maillon fort de l’économie capitaliste, la voiture a forgé les usages sociaux et les représentations collectives de liberté et d’émancipation contemporaines. Dans la culture cinématographique, évidemment lié aux grands espaces, le road movie en est l’illustration  la plus notoire. Or,  l’automobilocratie commença insidieusement au début des années 1970 … !

Nuit et jour, les dévore-bitume blessent la cité qu’ils abasourdissent. Dans une ville de poche comme Genève, où tout est joignable à moins de trente minutes de marche, la voiture y instaure l’enfer mécanique. Celui du struggle for life de la pseudo-mobilité automobile qui attise les conflits symboliques liés à l’apparence de la puissance motrice.

Enfoncer le champignon

L’automobile instaure le comportement de la verticalité mécanique qui menace et méprise l’horizontalité piétonne. En cela, elle fait écho à la culture équestre des sociétés d’ordre non démocratiques de l’Ancien Régime qui opposaient la prépotence cavalière à la soumission piétonnière: “tu marches, je te domine “!

Enfoncer le champignon, c’est mieux que marcher ou pédaler en ville. La culture de la vitesse contribue à la brutalisation de la police de la circulation qui pourtant se raréfie en se municipalisant hormis le contrôle du parking, manne financière liée à la saturation voiturière. Plus d’une fois, à observer le chaos automobile qui congestionne la cité aux heures de pointe, le surpuissant véhicule immaculé 4/4 – parfaitement inutile hors de la Sierre Madre mexicaine ou de la Sierra Nevada d’Andalousie – exacerbe l’instinct prédateur du conductrice/conducteur. Solitairement, il s’épingle au volant de la puissance motrice en prenant les trottoirs pour la dune saharienne et les parkings pour une piste amazonienne !

Que faire des fous au volant qui, quotidiennement, persistent à brûler les feux devenus rouges en se croyant sur la boucle des 500 Miles d’Indianapolis voire sur la ligne droite des Hunaudières aux 24 heures du Mans ? Avec quels arguments raisonner les Michel Vaillant de pacotille qu’exulte la puissance d’un moteur emballé ? De quelle manière neutraliser le terrorisme voiturier du chauffard urbain ? Comment accepter encore ces cohortes de véhicules en ville dont le seul passager est le conducteur ? Comment endiguer l’autocratie voiturière des dévore-bitume qui persistent à asphyxier la ville en s’y déplaçant pour un rien ? Où mettre la frontière morale et matérielle entre l’individualisme voiturier et l’intérêt commun des citadins suffoqués ?

Polluer

La pédiatre et pneumologue Jocelyne Just n’y va pas par quatre chemins, en ville : « La voiture, c’est l’ennemi », tout particulièrement pour les enfants dont les organes en croissance ressentent fortement la nocivité du trafic. Dans la majorité des villes européennes, les admissions pour troubles respiratoires dans les services d’urgence pédiatrique culminent avec les pics de pollution liés au trafic voiturier.

En effet, qui oserait encore en douter ? En milieu urbain, outre sa dangerosité létale lors d’accidents ou de « rodéos », la voiture est la première source de pollution. Cela est notoire depuis les études pionnières des années 1980. Elle y provoque 50% à 60% de la pollution atmosphérique mesurée. Aucun paramètre sanitaire ne vient aujourd’hui infirmer le diagnostic de la nocivité automobile, tout particulièrement durant les intempéries hivernales ou les canicules appelées bientôt à se multiplier. Face à cette évidence, la surdité politique devient malfaisante, notamment lorsque les phénomènes caniculaires devraient obliger à reconsidérer en toute urgence la légitimité du trafic automobile au cœur urbain.

Déconsidérés par le lobby automobile, maints rapports médicaux démontrent l’augmentation des pathologies chroniques – asthme, allergies, maladies auto-immunes, voire diabète par modification du « microbiome » intestinal – et la proximité du logis avec une voie automobile. Vivre près d’une artère à grand trafic, c’est prendre un énorme risque pathologique qui s’ajoute au stresse nerveux que provoque le roulis tintamarresque du Léviathan mécanique qui nous aliène.

Impasse

Endiguer la nocivité automobile en milieu urbain pour épargner notamment la santé des enfants ne sera jamais réglé par la seule police de la circulation avec son cortège de harcèlement, d’interdictions et de réglementations. Plus d’un dévore-bitume planifie d’ailleurs l’amende de police dans le budget automobile. Sortir rapidement de l’impasse insécuritaire et sanitaire dans laquelle la voiture individuelle plonge la cité oblige à une nouvelle culture urbaine. Une éducation inédite aux usages sociaux non mécanisés de la ville.

Entre capharnaüm mécanique et poussières insidieuses, les grandes voies pénétrantes en ville sont-elles encore tolérables ? Comment bannir de la ville les automobiles inadéquates à l’espace urbain en raison de leur puissance motrice ? Comment instaurer une pratique du déplacement urbain qui disqualifie tout déplacement automobile socialement inutile car inférieur à 10 kilomètres ? Que faire pour souffler en ville avec nos enfants sans l’excès de CO2 que quotidiennement distillent les mange bitume ? Comment remettre la voiture à sa place légitime d’auxiliaire de la mobilité ?

Arme de destruction massive

La tolérance politique envers le trafic voiturier frise le laxisme public au nom de la « liberté » individuelle du déplacement. Le confort respiratoire et la quiétude sonore doivent l’emporter sur l’enfer mécanique de la prédation automobile. Appuyée sur les enquêtes de santé publique, une levée de boucliers est-elle possible ? Pourrait-on bientôt rappeler à l’État régulateur du trafic que la sur-tolérance automobile en milieu urbain équivaudra à la non-assistance à personnes en danger : soit l’habitant de la ville (enfant ou adulte) qui suffoque de manière croissante devant l’offensive toujours recommencée des dévore-bitume.

Instaurons vite le sanctuaire urbain du confort respiratoire et sonore sans voiture individuelle. Une ville non mécanisée par l’intérêt limité du dévore-bitume permettrait de bannir cette arme de destruction massive qui augmente la vulnérabilité métropolitaine de l’environnement social.

Pour retrouver une ville à la dimension du pas humain, pour la sociabilité de proximité, pour une Venise globale, raisonnons les dévore-bitume !

Utopie négative, illustration de cette page, une remarquable bande dessinée toujours hélas d’actualité :

https://www.bdtheque.com/repupload/T/T_4597.JPG

Scénario Jacques Lob, dessins José Bielsa, Les Mange-bitume, Paris, Dargaud, mars 1974 (épuisé).

LDM 46

Un judicieux “échangisme” urbain.

« Il est clair que l’idée de vente et d’achat n’est pas comprise dans le troc simple et circulaire », Frédéric Bastiat, Œuvres complètes, Harmonies économiques, Paris, 1864 (p. 110).

 

https://files.newsnetz.ch/story/1/4/9/14924169/4/topelement.jpg

Quoiqu’en dise la police, l’échangisme urbain est très à la mode. La pratique augmente de jour en jour. En pleine lumière sociale. Quotidiennement, l’échangisme urbain agrège de nouveaux usagers : femmes, hommes et mêmes enfants. Ravis de cette forme nouvelle de sociabilité publique qui émaille honorablement la vie des quartiers, ils en sont devenus les apôtres silencieux. Les partisans entêtés de l’échangisme. En tout bien et tout honneur. Dans le bonheur sensible de l’échange.

Échassier citadin

Insatiables, parfois furtifs,  les piétons et les passants échangistes en redemandent. Encore et encore. Nuit et jour. Qu’il pleuve voire qu’il vente. En plein soleil ou sous la lune croissante mais aussi décroissante, par vents et marées, on les voit silencieux ou bavards tout autour de la boîte d’échange disposée aux carrefours de la cité, entre les automobiles tonitruantes qui persistent à congestionner les rues en raréfiant l’air respirable.

Les boîtes sont destinées à favoriser les échanges entre habitants d’un même quartier ou collègues d’une entreprise. Plus d’une centaine sont dispersées à Genève.

Semblable à un échassier citadin, la boîte d’échange est un inédit élément du mobilier urbain contre lequel  un chiot sournois et hostile au processus de civilisation peut trop souvent lever la patte.

Troc ou débarras ?

Cube en fer blanc de 50 cm sur 50 cm ouvert sur une face et soudé sur un tréteau métallique haut de 120 cm : parfois enchaînée à un poteau de fer, la boîte d’échange est recyclée des anciennes boîtes à journaux. Elle ne cache pas ses secrets. Elle les livre. Sa simplicité toute biblique garanti son succès social croissant. Rarement vandalisée, toujours débordante et généreuse, encombrant le trottoir environnant, la boîte d’échange devient hélas parfois le déversoir de fâcheux inélégants. Celles et ceux qui confondent le troc aimable et le débarras clandestin des détritus promis au dépotoir de la voirie, cet auxiliaire discret de la police.

D’une certaine manière, la boîte d’échange nourrit l’économie du don. Pourquoi pas du don et du contre don ? On y amène une chose on en reprend une autre ! La boîte d’échange instaure la gratuité du troc hédonique. La somme de l’échange est nulle.

Caverne d’Ali Baba

On trouve tout dans la boîte d’échange. C’est la véritable Samaritaine de l’échangiste urbain.

Livres brochés et reliés, albums de bande dessinée et magazines parfois pornographiques, dvd et cd, batterie et ustensiles de cuisine, cafetière italienne, outils, chaussures et habits souvent enfantins, lunettes de soleil borgne et ombrelles démantelées, mais aussi jouets de plastic ou de bois colorés, transistors, cages à canaris, récipients de toutes tailles, valises, câbles électriques, rehausseurs de bébé et rétroviseurs d’automobiles, enceintes stéréos, magnétophones japonais, sèche-cheveux chinois, boîtes de conserves intactes, médicaments à peine entamés, lampes de poche fissurées, pèse-personne désuet, sex-toys, crayons et stylos, papeterie, roues et selles de vélos, aspirateurs pas trop essoufflés, grille-pain et fours micro-onde à l’obsolescence programmée, munition de chasse : la caverne d’Ali Baba du trottoir est comme l’auberge espagnole. On y découvre ce qu’on y amène. Même un ventilateur désemparé. On y cherche l’oiseau rare souvent trop vite envolé. L’heureux échangistes est quelquefois  un peu honteux de l’aubaine !

La boîte d’échange : l’inépuisable inventaire à la Prévert. L’officine du recel honnête.

Sans bourse délier

La boîte d’échange assure une nouvelle circulation aux choses hors des logiques publicitaires ou consuméristes. Un peu comme le vide-grenier socialise à la belle saison le ludisme monétarisé de la récupération domestique qui enchante grands et petits.

Dans l’harmonie de l’échangisme des petits biens, se prolonge ainsi la vie matérielle des choses devenues inutiles. Celles qui nous entourent. Les objets superflus qui encombrent l’espace domestique. Ceux qui sont démodés, défraîchis ou défectueux. Ceux qui aussi se collectionnent.

Avez-vous déjà vu l’édition originale du Lotus bleu de Hergé, d’un roman de Gaston Leroux, de Blaise Cendrars ou de William Faulkner dans une boîte d’échange ? Mais oui ! Même l’édition princeps du roman Des choses de Georges Perec : c’est tout dire ! Dorénavant, amis et complices échangistes, soyez attentifs ! Le meilleur est à venir au coin de la rue.

Échappés aux caves poussiéreuses, aux greniers à araignées, aux poubelles nauséabondes ou au recyclage industriel, les petits biens dans les boîtes  d’échange satisfont des besoins immédiats. Autorisent des jouissances inattendues. Parfois coupables! La boîte autorise la consommation sans bourse délier. Elle garantit l’horizontalité de la microéconomie modeste. Celle qui pour l’instant n’a pas encore assez pignon sur rue.

Les boîtes d’échange concrétisent l’anthropologie douce du récupérable. Ces échassiers citadins révèlent la manière judicieuse dont le lien social peut se tisser tout autour du superflu. Avec le reste et le déchet comme monnaie d’échange non cotée en bourse. Les boîtes d’échange sont les maillons forts de la soft économie dans le lien social de proximité.

Vient de paraître:

https://www.georg.ch/sur-la-ligne-de-mire

https://www.georg.ch/pub/media/catalog/product/cache/image/700x660/e9c3970ab036de70892d86c6d221abfe/l/i/ligne_couv_1.png

LM44