MUTANTS : QUI-VIVE !

© Arsène Doyon–Porret (crayon de couleurs, papier extra-blanc 75 g/m²): mutants.

 

 

 

“What makes this fragile world go ’round ?”, Beach House, “Space Song” (2015).

Comme dans un excellent film d’anticipation « série B » des années 1950, dont Invasion of the Body Snatchers de Don Siegel (1956; https://www.heidi.news/profil/michel-porret), COVID-19, notre redoutable ennemi invisible mute.

COVID-19 en pleine mutation.

Le virus « contre-attaque », si l’on peut dire, notamment avec les variantes britanniques, sud-africaines et brésiliennes.

Après l’Angleterre exsangue, l’Europe continentale est gangrénée. Ailleurs dans le monde, le virus marque des points. Les plus démunis payent un lourd tribut sanitaire.

Où serons-nous cet été ?

D’autres offensives sur l’horizon pandémique ? Plus virulentes, plus contagieuses moins propices à l’immunité humaine ? Nul le sait. Aucun scénario n’est écrit à l’avance.

Où serons-nous cet été ?

En quarantaine domiciliaire ou libres et ivres de soleil ?

COVID-19 transmute.

Peut-être est-ce nous les vrais mutants de l’histoire ?

La nonchalance démocratique s’effrite. La vigilance anxieuse s’affirme. Les corps se renfrognent. La prévision se rétrécit.

Vivre sur le qui-vive, ce n’est pas la vie.

Qui-vive ! : injonction de la sentinelle devant la présence suspecte.

Wer lebt ? Who lives ? Che vive? Quien vive?

Cri d’alarme universel.

Appel au branle-bas.

Sommation avant le coup de feu.

Gouvernance de la peur

À partir de 2001, nous vivons massivement sur le qui-vive ! Bientôt vingt ans : quasiment une génération de l’effroi.

La génération troublée de l’inquiétude et de l’anxiété. Plus d’une fois, les enfants nés après cette date le ressentent.

Aussitôt accompli le raid sur les Twin Towers du Word Trade Center, le terrorisme a engendré la gouvernance de la peur fondée sur législations d’exception.

La gouvernance du qui-vive !

Avions, trains, aéroports, gares, bâtiments publics, boîtes de nuit, centres commerciaux, écoles, marchés, rédaction de médias, rues et places urbaines, terrasses des cafés : face à l’hydre terroriste, l’État sécuritaire avec la vie sur le qui-vive !

Vivre sur le qui-vive, quelle vie !

Printemps 2020-aube 2021 : vivre sur le qui-vive devient progressivement la nouvelle norme biopolitique de la sociabilité suspicieuse. Celle qu’instaurent l’éloignement social, le port du masque, le gel hydro-alcoolique et les gestes barrières : du télétravail aux répétés couvre-feu et isolement sanitaire à domicile prolongé, remis en œuvre ou abrogé.

La vie en chair et en os est éprouvante. Épouvante ?

Les hôpitaux tiendront-ils le coup ?

Cadence improvisée et alarmée de la vie sur le qui-vive avec la fermeture-réouverture-fermeture-réouverture des commerces « non essentiels » et des restaurants ou bars.

Le qui-vive toujours recommencé !

Le bio-Léviathan

Vivre sur le qui-vive : refrain sonore de l’anxiété dans les supermarchés : « Nous rappelons à notre aimable clientèle que dans ce magasin le port du masque est obligatoire même pour les enfants à partir de 12 ans. Veuillez svp respecter la distanciation sociale ». Même son de cloche tourmenté dans les gares, les aéroports et les transports publics.

Continuellement sur le qui-vive ! Le regard inquiet au dessus du masque FFP2 ou autre.

Dès lors, l’État retrouve une puissance morale et politique qui fait plier la réticence néo-libérale.

L’« État est méconnaissable : il dépense à tour de bras et déploie de grands programmes de vaccination et de soutien à l’emploi » (Charlotte Epstein, « Notre sécurité est devenue corporelle avant tout », Le Monde, « Idées », 15 janvier 2021, p. 27).

Diagnostiqué, traqué, ausculté, mesuré en ses minimes oscillations et ses fluctuations fiévreuses, vacciné, réexaminé : le corps biologique refonde plus fortement le corps politique. L’extension des mécaniques et des applications de surveillance individuelle et corporelle se normalise. Elle forge le consensus sécuritaire de la guerre sociale anti-virale qui radicalise le nouveau Léviathan du bio-pouvoir.

On peut imaginer une  forme radicale de contrôle social étendu à l’ensemble des individus d’une communauté politique : le pointage automatique de l’état fébrile en lieu et place de la la biométrie faciale !

Usual suspects ?

“37°6 de température: vous êtes en état d’arrestation sanitaire !

Toute opposition est louche : le pandémo-réticent est un allié potentiel du virus ! Donc – en forçant le trait – un ennemi public.

Prémonition dystopique !

La « sécurité corporelle » : prodigieux enjeu sanitaire au niveau planétaire, gigantesque marché médical et sécuritaire, fondement de la gouvernance du qui-vive.

Celle de la peur qui s’est fortement banalisée depuis 2001 avec l’impératif sécuritaire.

Comment en ressortir tous indemnes ?

Faut-il vraiment abandonner les réconforts du couvre-feu et du « confinement » ?

Bas les masques : l’espoir sanitaire est-il suffisant pour l’espoir démocratique ?

COVID-19 mute ! Il nous transmute progressivement dans l’incarnation morale et physique du qui-vive !

Bientôt, les anthropologues  de l’anxiété sociale et du régime sécuritaire pourront écrire des pages substantielles et inoubliables sur les mutations socio-mentales du début du XXIe siècle.

LM 67

La pandémi-néologie

https://aufonddutiroir.pagesperso-orange.fr/images/Neologismes.jpg

© P. Geluck

A Marco M.

Disciple moraliste de Rousseau, Sébastien Mercier (1740-1814) était un homme des Lumières avec une vaste curiosité sociale et culturelle. Dramaturge, romancier, journaliste, “hérétique en littérature”, arpenteur urbain dans le Tableau de Paris, révolutionnaire modéré, le polygraphe a inventé l’« uchronie » avec L’An 2440 où rêve s’il s’en fut (1772).

Il y déplace l’utopisme dans le futur. Il mise sur le progrès social et la perfectibilité humaine. Matrice de la science-fiction, cette uchronie éclairée inspirera Émile Souvestre dans l’anti-utopie hygiéniste et ploutocratique Le Monde tel qu’il sera (1846).

Néologie

Durant la Révolution française, l’accélération de l’histoire frappe Mercier. En témoigne le changement langagier. L’écrivain traque l’ère nouvelle dans les mots inédits de l’égalité républicaine. Mercier devient linguiste politique. Il publie en 1801 La néologique : Vocabulaire des mots nouveaux, à renouveler, ou pris dans des acceptations nouvelles. Attentives à la féminisation des mots masculins, 300 entrées et leurs  définitions illustrent la néologie :

j’ai osé, bravant de vaines et passagères clameurs, envisageant la langue telle qu’on la parlée, telle qu’on la parlera sans doute un jour, ou telle qu’on devrait la parler ; j’ai osé, dis-je, certain de son prochain et long triomphe, déployer sur ses plus hautes tours l’Oriflamme de Néologie.

Mercier déploie !

Il fabrique des néologismes souvent ironiques pour éclairer le recul des préjugés, le progrès des Lumières, l’avènement de la citoyenneté.

Florilège :

Abêtir. À quinze ans, un Jésuite m’enquinauda ; je fus novice, on m’abêtit pendant deux années (Voltaire).

Agitateur. Tel agitateur d’un peuple est un grand homme ; tel autre n’est qu’un misérable. Les époques, les intentions, le succès imprimeront à ce mot les acceptations les plus opposées.

Anthropophagie. Dans le sens littéral, ce mot nouveau signifie manger des hommes ;  dans le sens figuré, il signifie régner (…).

Autrice. (…) Les auteurs encensent, adulent les Autrices, mais ils ne les aiment pas.

Barbariser. L’exemple du sang répandu sur les échafauds n’a pas peu contribué à barbariser les cœurs et avilir le peuple (…).

Biforme. Homme qui a deux faces. C’est dans les révolutions que l’on voit figurer ces êtres Biformes qui se jettent tantôt dans un parti, tantôt dans un autre, qui les trompent tous les deux, et qui finissent par se tromper eux-mêmes

Fictionner. Ce n’est pas narrer, conter, fabuliser ; c’est imaginer des caractères moraux ou politiques, pour faire passer des vérités essentielles à l’ordre social.

Négricide. C’est le colporteur d’hommes noirs, l’avide marchand qui arrache à l’Afrique ses habitants pour engraisser l’Amérique de leur sueur et de leur cadavres (…).

Nélologuer. Faire des Néologies de mots ou de phrases, dans le discours et dans les écrits.

Pédantiser. Faire le docteur, prendre un ton de suprématie, s’attribuer un rôle de régent : c’est le vice des esprits médiocres (…).

Pictomane. Qui achète des tableaux à un prix considérable, excessif. Il y a bien des fous ; mais le Pictomane, je le déclare le plus insensé des hommes (…).

Républicide. Comme on dit parricide, régicide, liberticide, etc. Ce substantif, si souvent applicable, désigne l’assassin d’une république (…).

Vampirisme. Succion du sang du peuple (…), avidité du gain sans mesure, qui brave tout ; lois, reproches, indignation publique (…).

Néologuons… nous invite Mercier : la pandémie de COVID-19 accélère l’histoire.

Chloroquiniste. Partisan ardent de la choloroquinine ou antipaludique comme panacée du coronavirus. L’antichloroquiniste rejette cette médication.

Clapeur, clapeuse. L’individu qui, posté le soir sur son balcon ou à sa fenêtre, applaudit à l’unisson le personnel sanitaire engagé dans les soins des malades du COVID-19.

Confinement. Mise en quarantaine ou enfermement domiciliaire pour freiner la pandémie. Anciennement, déportation politique à la frontière d’une région ou d’un État sous un régime autoritaire (voir déconfinement)

Covidiot. Individu qui dit tout et son contraire sur le COVID-19. Souvent il rejette le port du masque au nom des libertés individuelles. Par contre sa liberté peut culminer au volant de son SUV qui fonce dans la ville piétonne. Complotiste, il estime que le virus a été fabriqué volontairement en Chine pour favoriser la commercialisation en Occident de la 5G chinoise ou du système Huawei ! Un nouveau péril jaune ?

Covido-sceptique. Il a des climato-sceptiques qui nient l’évidence du réchauffement climatique comme il y a des covido-sceptiques qui contestent la gravité pandémique.

Déconfinement. Fin de la mise en quarantaine domiciliaire. Avec le déconfinement, le clapeur et la clapeuse quittent le balcon.

Distanciation sociale (Distance sociale). Éloignement d’au moins 1.5 m que deux individus masqués doivent respecter dans les lieux de forte sociabilité: supermarchés, transports en commun, restaurants (etc.). Or le lien social ne diminue pas dans la distance comme le prouve la conversation téléphonique entre deux personnes éloignées de plusieurs centaines de kilomètres. Au contraire, l’espace renforce ici le lien social.

Distanciel. Mot bureaucratique pour désigner toute forme d’interaction humaine (examen universitaire, messe, travail, entretien d’embauche, discussion) qui emprunte un support virtuel. On dit : “Honorer Dieu en distanciel”; « Passer un examen en distanciel » au lieu de « Passer un examen à distance ». Restons simple !

Écouvillon. Longue tige en métal ou en bois nantie à son bout d’un morceau de coton ou de gaze, utilisée pour procéder des ponctions diagnostiques ou pour apposer des solutions antiseptiques ou analgésiques dans les cavités naturelles. Anciennement : Vieux linge attaché à un long bâton, avec lequel on nettoie le four [chauffé au bois], lorsqu’on veut enfourner le pain. Dans le langage militaire, l’écouvillon était la petite brosse métallique qui permettait de nettoyer ou graisser une arme à feu. Le covido-sceptique refuse que l’on introduise un écouvillon dans son nez. Il est semblable au climato-sceptique qui continue de rouler en SUV. Par contre, le covidiot estime que l’écouvillon matérialise le complot chinois.

Geste-barrière. Ensemble de dispositifs comportementaux ou corporels altruistes utiles à maintenir la distance sociale entre deux individus : porter un masque de protection sanitaire, ne plus se serrer la main, bannir l’échange de bises, éternuer (pouah !) dans le pli du coude. Le geste-barrière clôture la pandémie. Barrière est synonyme de palissade ou de clôture. Faut-il augmenter le nombre des « gestes-palissades » ? Le covido-sceptique, plutôt égoïste, tombe le masque, continue de serrer la main de son prochain, voire de l’embrasser, sans éternuer dans le plis de son coude (pouah !) De son côté, le covidiot, enfonce la pédale d’accélérateur du SUV.

Pangolinphile. Ami du pangolin (manidé, mammifère édenté et fourmilier écailleux insectivore) à qui certains imputent l’origine du COVID-19. Pour le pangolinphile, le fourmilier écailleux est un bouc émissaire sacrifié sur l’autel de l’ignorance pandémique. Puisque ce sont des chercheurs chinois qui ont avancé l’hypothèse que la bestiole a transmis à l’homme le virus morbide, le covidiot y voit la preuve du sino-complot.

Présentiel. Vocabulaire bureaucratique. Remplace en “chair et en os”. Passer un examen en présentiel signifie plus simplement être présent en “chair et en os”. La vraie vie quoi !

Quatorzaine. Confinement (voir supra) de deux semaines. Tend à remplacer quarantaine.

Reconfinement. Retour à l’enfermement sanitaire à domicile. À ce moment le clapeur et la clapeuse regagnent au crépuscule le balcon pour applaudir le personnel sanitaire.

Skypero ou skypéro. Mot valise formé de skype et apéro. Apéritif organisé en ligne avec le logiciel de visioconférence Skype. On dit aussi apéro balcon. Par extension, toute forme d’apéritif visuel. « En confinement, le clapeur a organisé un skyapéro en distanciel ». « Evidemment, c’est moins sympa », résument les clapeurs partisans du skypero.

Webminaire. Francisation du mot anglais webminar. Conférence ou séminaire donnée en ligne. Synonyme de webunion. Ne permet pas le travail en chair et en os. Le pangolinphile d’Europe communique avec son homologue asiatique lors du webminaire. Encore le complot chinois, même en distanciel, pour le covidiot !

Whatsaperos. Voir skypero (« moins sympa ! »).

Zoomatitude. Dispositif virtuel en distanciel qui permet à deux ou plusieurs clapeurs de communiquer par le logiciel zoom. Il fournit un service de conférence à distance qui combine la vidéoconférence, les réunions en ligne, le chat et la collaboration mobile. S’il permet de généraliser la vision conférence entre deux ou plusieurs ordinateurs, le système est parfois perturbé par le zoombombing ou zoom raiding, soit l’intrusion de pirates informatiques. Le pangolin n’y est pour rien se réjouit le pangolinphile. Par contre les Chinois… ah là là !! déplore le covidiot !

Zoombie. Usager excessif en distanciel du logiciel zoom : la folie le guette.

 Allez, « prenez soin de vous », néologuez !

Surtout pas de mélancovid ! (A suivre).

 Voir aussi: Benoît Melançon, Oreille tendue:

https://oreilletendue.com/2020/04/15/bref-lexique-du-confinement/

 

LDM 65