La guerre sur le préau. C’est la “faute à Raspoutine”: mots d’enfants

«Et puis les adultes sont tellement cons/Qu’ils nous feront bien une guerre.» Jacques Brel, «J’arrive», Album: Ces Gens-là, 1966.

 

Arsène Doyon-Porret, Poda,  mars 2022, dessin, crayon et feutre: “La guerre à la porte de l’Europe

Depuis deux semaines, préméditée, la guerre d’hégémonie poutinienne frappe l’Ukraine en bafouant le droit international. Un conflit injuste dont la détermination crépusculaire est renforcée par le dilemme libéral du recours à la « guerre juste » :  https://www.heidi.news/ca-pourrait-vous-etonner/le-dilemme-liberal-d-une-guerre-juste-en-ukraine.

Suivie quasiment heure par heure par les médias, cette guerre proche nourrit toujours plus les commentaires du préau, entre foot, courses-poursuites et conciliabules secrets.

Vers 11h30, j’ose laisser traîner mes oreilles parmi les écolières et les écoliers qui galopent dans la lumière printanière qui leur ressemble. “lls font quoi pour protéger les enfants?”, s’inquiète un garçonnet. Dans la cohue et la stabulation libre, d’autres mots suivent, insolites, entreprenants: “C’est la faute à Raspoutine” (!). “Invitons les enfants ukrainiens réfugiés à venir apprendre le français dans notre école“. Bientôt, les paroles espiègles sont avalées par le brouhaha des polissons sous la façade sévère de l’école bienveillante, avec son préau arborisé à nouveau ensoleillé, clos de hautes grilles acérées, ces dérisoires frontières contre le mal.

Si ce conflit déboussole les régimes démocratiques, la parole des enfants mérite d’être ouïe. Entre émotion, sentiment d’injustice, information réelle et quolibet protecteur, au moment de mettre bas les masques de la pandémie, les mots enfantins disent beaucoup du désarroi collectif, de la peur d’Apocalypse now. Moins virulentes que les dessins des enfants dans la guerre, ces paroles de préau réverbèrent l’injuste offensive militaire qui depuis Moscou ensanglante l’horizon européen en meurtrissant d’autres enfants, piégés avec leurs familles dans la  barbarie et les atrocités d’une guerre totale qui continue de monter en puissance.

***

Adrian, 12 ans, Genève:

«Russie vs Ukraine. Moi je trouve que le crétin de Poutine ne réfléchit pas, car par rapport à la 2e guerre mondiale, Hitler a tué beaucoup de monde pour rien et on ne peut pas revenir en arrière, contrairement à Poutine qui, lui, peut tout arrêter, et que tout redevienne à la normale. Vive l’Ukraine.»

Agnès, 7 ans, Genève:

«Tout le monde sait que Poutine est fou, sauf Poutine. Le peuple ne s’est pas battu contre sa loi. En gros, il s’est présenté trop de fois, comme un dictateur. Il a plus de pouvoir que les autres présidents».

Arsène, 12 ans, Genève:

«Poutine, c’est un salop depuis toujours! C’est vrai quoi! Parce que franchement pour moi ce n’est pas possible qu’un ancien colonel du KGB devienne président. Et puis ce conflit, à quoi ça rime? Déclencher une guerre déjà faut être timbré, mais en plus si on commence à tabasser à bout portant tout ceux qui portent une pancarte pacifiste, où allons-nous, je vous le demande?»

Arthur, 11 ans, Genève:

«Je ne comprends pas cette guerre! Se battre pour gagner du territoire alors que l’humanité nous appartient c’est complètement ridicule .»

Colette, 14 ans, Genève:

«Pourquoi personne n’assassine Poutine? Il faut être courageux pour être assassin.»

Dorian, 12 ans, Genève:

«Cette guerre est inutile : Poutine a déjà le plus grand pays du monde avec ses 143 millions d’habitants. Et il veut encore plus, toujours plus ! La situation est déjà grave et il empire les choses en menaçant l’Ukraine avec ses missiles nucléaires. Mais s’il le fait, l’OTAN sera touchée et ça partira en 3e guerre mondiale, donc il ferait mieux de se calmer. Notre enfance n’est que virus mortel et guerre.»

Gilles, 9 ans, Genève:

«Déjà, pourquoi on fait la guerre? Combien y-a-t’il de morts? Si c’était à Genève, est-ce qu’on se battrait ou bien on fuirait?»

Jacopo, 11 ans, Genève :

«Je pense que la guerre c’est mal et inutile et que la Russie fait mal à faire la guerre à l’Ukraine juste parce que dans certains de leurs territoires il y a plus de Russes. Je pense beaucoup au peuple et aux enfants ukrainiens qui souffrent et j’espère que ce conflit terminera bientôt et que l’Ukraine résiste.»

Julien, 9 ans, Genève:

«A quoi ça sert de conquérir un pays quand on en a déjà un si grand?  Pourquoi Poutine si il est chef de la Russie, il devrait faire plaisir aux Russes pour se faire élire? Maltraiter un pays, et un autre, ne va pas l’aider. Je ne comprends pas pourquoi les soldats russes arrivent pas à se révolter. Ils sont beaucoup, non?»

Lennie, 12 ans, Genève :

«Je pense qu’il est temps que les dirigeants de tous pays apprennent l’empathie. Les civils sont attaqués et l’OTAN ne se positionne pas car l’Ukraine n’en fait pas partie. Cette guerre fait beaucoup de victimes: les Ukrainiens bombardés sans raison et les Russes opprimés par leur président. Cela me met très en colère.»

Léon, 6 ans, Genève:

«J’aime pas la guerre, il y a des champignons nucléaires. Et des coups de feu et des tanks et des personnes qui meurent. Il y a aussi des bâtiments qui explosent. Il y a des mines qui explosent. Il y a des avions qui lancent des bombes, il y a des trains renversés. C’est triste la guerre.»

Martin, 12 ans, Genève:

«Je trouve que cette guerre est vraiment inutile car, oui, avant, l’Ukraine faisait partie de la Russie mais aujourd’hui, l’Ukraine a le droit d’être libre dans son territoire. Tous les citoyens et les soldats qui tombent pendant cette guerre ne devraient pas subir toutes ces souffrances à cause d’un dictateur qui ne pense qu’à ses rêves de grandeur.»

Paul, 10 ans, Montréal:

«Je trouve que la guerre c’est dangereux et souvent c’est inutile. Ça tue des millions d’innocents et ça fait des ravages dans la nature. Beaucoup de gens doivent quitter leur pays, migrer, quitter leur famille. Moi ça me fait penser aux dictateurs fous, dangereux et au pouvoir».

Petros, 11 ans, Genève :

«Alors que tout le monde regarde la guerre, nous, nous jouons…»

 

Ligne de mire reste ouverte pour accueillir et publier d’autres paroles d’enfants en écho au drame ukrainien.

À vos plumes, enfants des préaux!

Michel Porret

Professeur ordinaire puis honoraire (UNIGE), Michel Porret préside les Rencontres Internationales de Genève. D’abord libraire, il obtient sa maturité classique au Collège du soir avant un doctorat en histoire avec Bronislaw Baczko. Directeur de Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir et des collections L’Équinoxe et Achevé d’imprimer (GEORG), il travaille sur la justice, les Lumières, l’utopie, la bande dessinée. Parmi 300 publications, dernier livre : Le sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants en mai 1885 à Genève, 2019. L'actualité nourrit son lien comparatiste au passé.

Une réponse à “La guerre sur le préau. C’est la “faute à Raspoutine”: mots d’enfants

  1. Petit audio-back sur la chanson “Raspoutin” (1978) et sur la “Race Poutine” : éternelle Russie ou mouvement brownien?

    “Hey, hey, hey, hey, hey, hey, hey, hey
    There lived a certain man in Russia long ago
    He was big and strong, in his eyes a flaming glow
    Most people looked at him with terror and with fear
    But to Moscow chicks he was such a lovely dear

    Ra ra Rasputin
    Russia’s greatest love machine
    It was a shame how he carried on
    He ruled the Russian land and never mind the Czar
    But the kazachok he danced really wunderbar

    But when his drinking and lusting
    And his hunger for power
    Became known to more and more people
    The demands to do something
    About this outrageous man
    Became louder and louder
    Hey, hey, hey, hey, hey, hey, hey, hey

    “This man’s just got to go”, declared his enemies
    But the ladies begged, “Don’t you try to do it, please”
    No doubt this Rasputin had lots of hidden charms
    Though he was a brute, they just fell into his arms
    Then one night some men of higher standing
    Set a trap, they’re not to blame
    “Come to visit us”, they kept demanding
    And he really came

    They put some poison into his wine
    Ra ra Rasputin
    Russia’s greatest love machine
    He drank it all and said, “I feel fine”

    They didn’t quit, they wanted his head
    Ra ra Rasputin
    Russia’s greatest love machine
    And so they shot him ’til he was dead
    Oh, those Russians”

    Source : LyricFind
    Paroliers : Frank Farian / Fred Jay / George Reyam
    Paroles de Rasputin © Sony/ATV Music Publishing LLC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *