Auroville : la guérilla des Utopiens

Auroville, India

Dans l’île des 54 cités du bonheur obligatoire et égalitaire, les Utopiens sont opposés à la guerre. Pourtant, ils bataillent pour «défendre leurs terres et frontières, pour repousser les ennemis répandus parmi […] leurs amis et alliés, par compassion envers quelque peuple opprimé par la tyrannie».

Telle est l’éthique de la «guerre juste» que l’humaniste Thomas More expose dans L’Utopie (1516), ce roman d’État sur le meilleur des mondes possibles réalisé nulle part (U-topos).

Cependant, en ce moment-même, descendants des Utopiens, les Aurovilliens mènent peut-être à leur tour une guerre juste!

Patrimoine utopique de l’humanité

Cité « expérimentale » du sud-est de l’Inde (État du Tamil Nadu), à une dizaine de kilomètres de l’ancien comptoir de Pondichéry, Auroville est fondée et inaugurée en 1968 dans une zone désertique sous le parrainage de l’UNESCO par l’écrivaine née en France Mirra Alfassa, «mère et compagne spirituelle» du philosophe Sri Aurobindo. Conçue par l’architecte lecorbusien Roger Anger pour 50 000 âmes, la cité idéale prétend être le lieu universel de la «vie communautaire» de femmes et d’hommes épris de paix et d’harmonie au-delà des clivages confessionnels, politiques et nationaux. Auto-administrée sous la férule de l’État, de forme circulaire comme l’île d’Utopie, avec au centre le Matrimandir de la méditation, divisée en quatre secteurs (industriel, résidentiel, international, culturel), la cité de 10 km2 sur les 25 prévus accueille aujourd’hui 3500 Aurovilliens».

La ruche des abeilles

Plutôt aisés en raison des conditions d’installation matérielle et locative dans la cité idéale basée sur la communauté des biens comme chez More, les Aurovilliens viennent de 50 pays. Cette ruche bourdonnante est divisée en 35 unités laborieuses (agriculture, éducation, santé, artisanat, informatique). Le travail au mérite permet la gratuité de la consommation alimentaire, de la santé et de l’éducation. À l’instar de la Table de la loi en Utopie, la Charte en quatre points rappelle notamment qu’Auroville, cité de l’éducation et du progrès perpétuels, appartient à l’Humanité. Modèle qui fascine les nombreux touristes, vaches à lait de la cité fraternelle. Si l’île des Utopiens est protégée par la ceinture mouvante des flots océaniques, la cité spirituelle des Aurovilliens est mise à l’écart du monde par la ceinture forestière.

Tout autour de la cité, rayonne une luxuriante forêt avec «200 espèces d’arbres et envahie de buissons épineux, repaire de perruches vertes à collier, de hiboux grand-duc et de cobras venimeux». Des fermes et vergers biologiques (œufs, mangues, fruits du jacquier, avocats, aubergines, haricots, épinards, taro, curcuma) avec des laiteries assurent en partie seulement l’autonomie alimentaire d’Auroville. La supérette avec ses produits internationaux assure le reste.

La charge de la brigade lourde des bulldozers

Depuis mi-décembre, les Aurovilliens défendent l’utopie ! Becs et ongles, ils contestent le projet routier de 4.4 km qui implique la percée mécanique de la ceinture verte. Cette route de la «couronne» remonte au projet fondateur de la cité. Les opposants luttent à armes inégales contre les bulldozers qui cernent la cité universelle du bien spirituel. Protégées par des sicaires privés, les machines ont commencé de dévorer la futaie en arrachant des dizaines d’arbres et en détruisant le Centre de la jeunesse dans la zone internationale de la ville bienheureuse. Favorables à la Crown Road, d’autres Aurovilliens y voient pourtant la nécessaire modernisation des infrastructures prévue par le plan initial. Chaos en Utopie!

Paradoxalement, la sauvegarde de l’utopie des Aurovilliens dépend maintenant d’une décision juridique. Le National Green Tribunal vient de suspendre jusqu’au 17 décembre le chantier de déforestation de la Crown Road. Les sages juges posent la question cruciale de la nécessité sociale et environnementale d’une telle percée forestière décidée dans lointaine New Dehli. Une telle route est-elle utile à la prospérité d’Auroville?

Crépuscule

Autour du tyrannique bonheur obligatoire, l’Utopie de Thomas More nous permet de penser les limites humaines et les espoirs politiques du meilleur des mondes possible, entre autarcie, liberté et égalité.

Née dans la mouvance hippie des années 1960, pionnière mondiale de l’énergie solaire, «cité dont la terre a besoin», Auroville conduit-elle la lutte du crépuscule des utopies sororales et fraternelles pour la sauvegarde du monde fragile de la biodiversité comme rempart local au réchauffement climatique, à la prédation économique et au consumérisme de masse? La guerre juste des Aurovilliens serait celle de la conscience universelle du bien en harmonie avec la nature, l’habitat du futur et le bonheur social.

Comment peut-on être Aurovillien?

Auroville, l’utopie fait de la résistance”, un reportage de Pauline Fricot (texte) et Pietro Paolini (photos) paru dans le magazine GEO d’avril 2021 (n°506, Florence)

 

 

 

Michel Porret

Professeur ordinaire puis honoraire (UNIGE), Michel Porret préside les Rencontres Internationales de Genève. D’abord libraire, il obtient sa maturité classique au Collège du soir avant un doctorat en histoire avec Bronislaw Baczko. Directeur de Beccaria. Revue d’histoire du droit de punir et des collections L’Équinoxe et Achevé d’imprimer (GEORG), il travaille sur la justice, les Lumières, l’utopie, la bande dessinée. Parmi 300 publications, dernier livre : Le sang des lilas. Une mère mélancolique égorge ses quatre enfants en mai 1885 à Genève, 2019. L'actualité nourrit son lien comparatiste au passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *