Philippe de Woot – la finalité de l’économie

A l’approche de la 5e remise des Awards Philippe de Woot le 28 mars prochain à l’Université Catholique de Louvain , La Ligne Claire s’est penchée sur le dernier ouvrage du Professeur de Woot, Maîtriser le Progrès Economique. 

Dans cet essai publié à titre posthume, Philippe de Woot  pose la question de la finalité de l’économie et de celle de l’économie numérique en particulier. Les sous-titres choisis par l’auteur, la Force des Choses et la Responsabilité des Hommes, indiquent d’emblée la structure qu’il donne à cet ouvrage dense, fruit d’une vie de réflexion et de recherche.

La Force des Choses désigne deux systèmes qui s’imbriquent, celui de l’économie concurrentielle à l’échelle du monde et celui des « techno-sciences », c’est-à-dire les sciences informatiques, dominées par le GAFA[1], les bio et neurosciences, l’intelligence artificielle etc auxquelles vient s’ajouter la finance, elle-même en voie de digitalisation. Ces systèmes opèrent de façon autonome à l’échelle mondiale selon leur logique propre, sans égard au bien commun et en l’absence de contrôle de la puissance publique; l’affaire Cambridge Analytica ces jours derniers illustre bien cette logique de l’économie des données personnelles.

Plus qu’une simple révolution économique, comparable mettons à la révolution industrielle au XIXe siècle, ces systèmes provoquent une véritable mutation culturelle face à laquelle il y a lieu de se poser la question : « Qu’est-ce que l’homme ? ». En effet, cette mutation constitue un enjeu majeur pour la société dans tous les domaines : travail, liberté, sphère privée, politique, rôle de la puissance publique, domination des Etats-Unis et comporte le risque pour l’humanité d’en quelque sorte sous-traiter son avenir à une poignée d’intérêts privés.

Face à la Force des Choses il ne peut qu’y avoir la Responsabilité des Hommes, faute de quoi les Choses l’emporteront. Philippe de Woot rappelle à plus d’une reprise que les avancées techniques ne sont pas automatiquement bonnes en soi ; au mieux sont-elles ont neutres, aussi n’existe-t-il pas de lien automatique entre croissance économique et bien commun. De plus, l’humanité semble entrer dans un nouveau Moyen Age où l’homme perd la maîtrise des risques et se trouve tout aussi impuissant face par exemple à la pollution ou la perte de la biodiversité que ne l’étaient nos ancêtres face à la peste. Enfin, l’auteur constate l’impuissance de la puissance publique, surtout lorsqu’elle se cantonne au seul échelon de la nation, face à la logique interne de ces systèmes globaux.

Effectuer des choix qui affectent l’humanité entière, rappelle Philippe de Woot, cela relève de la politique et de l’éthique. Cela implique de repenser le progrès, de maîtriser non seulement le progrès mais d’en maîtriser la maîtrise, et en définitive de pouvoir choisir et forger sa propre histoire. Il esquisse des pistes concrètes relevant tantôt de la politique et tantôt de l’éthique, la nécessité d’une gouvernance mondiale, le rôle de la société civile ou encore la nécessité d’une spiritualité (qu’on distinguera d’une religion).

Ce qui frappe dans ce petit livre c’est la capacité de l’auteur à saisir en « live » les grands bouleversements induits par l’économie que nous vivons, à les analyser avec précision dans toutes leurs dimensions (techniques, éthiques) et à les expliquer à ses lecteurs en un langage qui leur soit intelligible.

Alors qu’avant que n’éclate la crise financière de 2008, Lloyd Blankfein se targuait de dire « We are doing God’s work », Philippe de Woot, qui se sait au soir de sa vie, préfère citer Homère : « La supériorité des hommes sur les dieux est de se savoir mortels ». D’avantage encore qu’un homme aux vastes connaissances du monde de l’économie et de l’entreprise, Philipe de Woot était un homme de culture car la culture est ce qui fait l’homme. La survie-même de cette culture constitue tout l’enjeu qui est présenté dans ce livre essentiel en une langue claire, érudite, et élégante.

[1] Acronyme désignant les entreprises Google, Amazon, Facebook et Apple

Philippe de Woot, Maîtriser le progrès économique et technique, Académie Royale de Belgique, collection L’Académie en Poche, 117 p.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

2 réponses à “Philippe de Woot – la finalité de l’économie

  1. Vous avez obtenu un premier résultat : je viens de commander l’ouvrage (quel plaisir de passer une commande à l’Académie Royale de Belgique !).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *