Philip d'Edimbourg

Prince Philip, duc d’Edimbourg

C’était un homme élégant, distingué, assez grand, plus grand encore lorsqu’il portait son bonnet à poil de colonel des Guards. Philippe d’Édimbourg avait quitté la Grèce à l’âge de deux ans hissé à bord d‘un bâtiment de guerre dans un cageot à oranges, alors que ses parents fuyaient la révolution dans ce pays-là. Jeune homme sans fortune, peu ou prou abandonné par ses parents, il avait mené une vie itinérante jusqu’à ce qu’un juif allemand, chassé par Hitler, fît de lui un Anglais. En ces temps-là qu’on n’appelait pas encore l’entre-deux-guerres, le Royaume-Uni demeurait la première puissance navale, c’est elle qui assurait la pax britannica et puis cela permettait de courir les mers et de voir le monde. Il s’engagea donc dans la Royal Navy.

En 1947, il était devenu le lieutenant Philip Mountbatten, du nom de la forme anglicisée du nom de famille de sa mère, Battenberg. Toute sa vie il éprouvera du regret à ne pouvoir ni porter ni transmettre son nom patronymique en ligne paternelle mais Schleswig-Holstein-Sonderburg-Glücksburg, c’était trop long et, murmurait-on sotto voce, trop allemand, même si sa famille était en réalité danoise. En novembre de la même année il épousa la Princesse Elizabeth, princesse héritière du Royaume-Uni qui deviendrait reine en 1952. Ce mariage allait durer 73 ans, toute une vie. La reine appelait Philip « mon roc » tandis que lui avait fait vœu de ne jamais, au grand jamais, laisser tomber la reine. Un exemple admirable de vie conjugale, royale ou pas.

Ces jours derniers, il peinait sous le poids des ans à se hisser de son fauteuil pour prendre le soleil de printemps sur la terrasse du château de Windsor, d’où la vue s’étendait en direction de la Long Walk et au-delà de Smiths Lawn, là où il avait joué au polo du temps de sa vigueur. A près de cent ans, les quelques pas du salon à la terrasse paraissaient ardus et il avait dû se résoudre à se munir d’une canne. Mais c’est lui qui portait la canne.

–0–

La disparition du duc d’Édimbourg, sans être une surprise au regard de son âge, marque sans doute un tournant dans l’histoire de la famille royale : il était là depuis toujours et voilà qu’il n’est plus là. Ces derniers temps, le Prince Charles n’a pas caché son intention le moment venu de réduire la famille royale à un noyau plus restreint mais voilà qu’avec la défection de Meghan et Harry, il va manquer de bras.

Aussi La Ligne Claire se hasarde-t-elle à formuler deux pronostics. Le premier, c’est que le titre de duc d’Édimbourg reviendra au Prince Edward, aujourd’hui âgé de 57 ans et qui sera dès lors appelé à appuyer son frère aîné pendant une vingtaine d’années jusqu’à ce que les enfants du Prince William aient atteint l’âge adulte. Le deuxième, plus téméraire, est que la reine, âgée de 95 ans, établira une régence en faveur du Prince Charles. La reine est une souveraine consacrée, elle a reçu l’onction sainte, celle-là même que le roi David avait reçue du prophète Samuel. A la différence de son oncle Edward VIII qui certes avait régné quelque mois mais n’avait jamais été couronné, La Ligne Claire juge que non seulement il n’entre pas dans l’intention de la reine d’abdiquer mais qu’elle l’estime impossible : la royauté lui a conféré un sacerdoce indélébile dont elle est la dépositaire mais pas la propriétaire. Quant à la régence, elle bénéficie au contraire d’un heureux précédent en la personne du futur Georges IV. Une nouvelle régence permettrait non seulement à la reine de se retirer en douceur car il y aura bien un moment où ses forces viendront lui faire défaut mais au Prince Charles d’assumer les fonctions royale et à sa seconde épouse, Camilla, de tenter de faire une entrée aussi en douceur que le retrait supposé de la reine.

Le Service aux Cygnes: témoin de l’histoire de la famille Brühl

Fig 1. Figure du Schwanenservice

 

La nymphe en porcelaine de Saxe se dresse en milieu de table ; alors qu’elle émerge d’un tumulte de puttis et de coquillages, elle tient de ses deux mains une coquille qu’elle laisse reposer sur sa tête, où les convives pouvaient puiser des amandes grillées ou des sucreries. Cette pièce fait partie du Schwanenservice, le Service aux Cygnes commandé par le comte Heinrich Brühl à la manufacture de Meissen à partir de 1736. Le Service aux Cygnes, qui compta 2 300 pièces, voire plus, constitue un exemple achevé des arts de la table de l’époque baroque, dont se sert Christine Gräfin von Brühl [1] dans son ouvrage Schwäne in Weiß und Gold, Geschichte einer Familie, Des Cygnes en blanc et or, Histoire d’une Famille, précisément pour retracer l’histoire de la famille Brühl dont Heinrich représente le membre le plus connu.

La première mention attestée de la famille Brühl remonte à 1344 ; ils sont alors propriétaires en Thuringe. Au XVIIe siècle, Hans-Moritz (1655-1727) obtient un poste de fonctionnaire à la cour de Saxe, une fonction certes honorable mais qui ne le distingue guère d’autres familles similaires. C’est avec son fils Heinrich (1700-1763) que décolle le destin de la famille. Page à la cour de Dresde, il gravit rapidement les échelons de l’administration, devient responsable du Trésor en 1731 et enfin premier ministre de l’Électeur de Saxe, Auguste II dit le Fort, Roi de Pologne [2].

L’un des plus brillants souverains de l’absolutisme, Auguste II a joué un rôle de premier plan dans le développement de Dresde comme ville de résidence, la « Florence sur l’Elbe » connue pour ses collections d’art et pour son architecture baroque. Sous son règne, l’électorat de Saxe connaît son apogée économique et culturelle. Heinrich Brühl quant à lui, comte d’Empire depuis 1737, se révèle l’artisan de cette expansion qu’il sait aussi exploiter à son profit. A cet égard, la vocation du Services aux Cygnes est de se situer entre usage et apparat : il sert bien entendu à accueillir ses invités à table mais se veut l’outil d’une politique diplomatique éclatante destinée à affirmer la splendeur de la cour de Dresde tout autant qu’un instrument de promotion, marketing dirions-nous aujourd’hui, de la manufacture de porcelaine à Meissen, dont il est du reste administrateur. Personnage controversé, réputé intriguant par certains, Brühl amasse au cours de sa carrière une fortune considérable, qui lui vaudra de nombreux ennemis, au premier rang desquels figure Frédéric II, roi de Prusse, qui toute sa vie le poursuivra de sa haine et brûlera ses châteaux. Brühl construira un palais à Dresde et un autre à Varsovie, tous deux perdus ; entre les deux il fera ériger à Pförten, aujourd’hui Brody en Pologne sur la rive droite de la Neisse un château de plaisance, un Rezidenzschloß désormais en ruine, où il réunit sa bibliothèque et ses collections. Des constructions somptuaires du comte ministre, seule la Brühlsche Terrasse, une promenade aménagée sur les rives de l’Elbe à Dresde au XIXe siècle, perpétue de nos jours le souvenir. Peu avant sa mort, Brühl constituera un majorat, c’est-à-dire un ensemble de biens inaliénable transmissible par primogéniture, qui réunira Gangloffsömmern, la petite propriété en Thuringe héritée de son père, le domaine nouvellement constitué de Pförten et le Service aux Cygnes, entreposé à Pförten justement.

 

Fig. 2 : la Brühlsche Terrasse à Dresde

 

C’est la raison pour laquelle, Christine Brühl fait du Service une sorte de sceptre d’Ottokar qui sert de fil conducteur au récit de l’histoire de sa famille. Aux XIXe et XXe siècle, les Brühl oublieront et pardonneront les outrages soufferts sous Frédéric II et on les retrouvera bien vite dignitaires à la cour de Berlin, militaires, lieutenant du Roi à Neuchâtel, alors possession du roi de Prusse, et conseillers des assemblées provinciales ; un diplomate mais aussi, plus inhabituellement, un directeur de théâtre viennent compléter ce tableau somme toute assez classique d’une famille aristocratique.

La catastrophe de 1945 viendra mettre un terme à la présence des Brühl dans ce que nous appelons aujourd’hui l’Allemagne de l’Est. Ils subissent le lot des Allemands de Prusse Orientale, de Poméranie et de Silésie, l’invasion et l’occupation de leurs provinces, la destruction des biens, les massacres et la fuite. Un fils mort à la guerre, un cousin tenu prisonnier des Anglais, la grand-mère emprisonnée par les Nazis, le grand-père par les communistes dès 1945, les Brühl connaissent le sort de toutes les familles allemandes. Pförten est détruit et pillé dans des circonstances mal connues, sans doute par les Soviétiques mais peut-être aussi par les Polonais. En 1945, les Brühl, pas plus que les autres Allemands, n’imaginent le sort qui sera réservé à leur pays : la Saxe et la Thuringe font certes partie de la zone d’occupation soviétique tandis que la Poméranie est placée sous administration polonaise mais il est trop tôt pour imaginer que le Reich sera dépecé et que la perte de leurs propriétés familiales se révèlera irréversible. Ils ne déchanteront pas longtemps et dès la fin 1945 franchiront ce qui n’est encore qu’une ligne de démarcation sur l’Elbe pour se retrouver pour l’essentiel dans la région de Münster en Westphalie.

 

Fig 3. : les ruines du château de Pförten (Brody)

Quelques années après la fin de la guerre, les premières pièces du Service aux Cygnes apparaitront sur le marché de l’art, chez Sotheby’s à Londres. Les Brühl tentent de s’opposer à cette vente car il s’agit du fruit d’un pillage après tout. Mais aux alentours de 1950 ils n’ont plus les ressources ou les compétences pour faire valoir leur bon droit. Surtout, ils sont confrontés à la difficulté pour des Allemands de se faire passer pour des victimes au lendemain de la guerre. Des nos jours des pièces du Service aux Cygnes apparaissent régulièrement lors de ventes aux enchères ; les Brühl ont désormais renoncé à toute prétention à son égard et se réjouissent qu’un musée de porcelaine à Dresde ait pu constituer une collection de quelques centaines de pièces, fruit pour l’essentiel d’un prêt que la famille avait effectué avant-guerre.

Christine Brühl (https://christinebruehl.de), auteur de langue allemande qui privilégie les récits historiques, livre ici une chronique familiale, fruit de recherches très fouillées et dont les derniers chapitres s’appuient sur les souvenirs et les écrits de son père, un diplomate au service de la République Fédérale et de l’Europe. A la gloire conquise par Heinrich, succèdent deux siècles plus tard la mort, la dévastation et l’exil qui donneront certes naissance à un sentiment aigu de perte et d’abandon mais aussi à d’intenses manifestations d’entraide au sein de la famille au sens proche comme large. Pour être un ouvrage bien documenté, Des Cygnes en blanc et or n’a pas vocation à se présenter comme un ouvrage académique mais plutôt de rendre un témoignage souvent touchant du destin d’une famille de la noblesse allemande du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 

Christine Gräfin von Brühl, Schwäne in Weiß und Gold, Geschichte einer Familie, Aufbau Verlag, 2021.

[1] Christine Brühl est la belle-sœur de l’auteur de ces lignes.

[2] Frédéric Auguste (1670-1733) appartient à la ligne albertine de la Maison de Wettin. En 1697 il succède à l’Electorat de Saxe, l’un des princes-électeurs au sein du Saint-Empire, à qui il revenait en principe d’élire l’empereur, bien qu’à son époque la dignité impériale fut dans les faits héréditaire dans la Maison d’Autriche depuis plus de deux siècles. En 1709, il est élu Roi de Pologne et Grand-Duc de Lithuanie sous le nom d’Auguste II, où il règnera en union personnelle avec l’Electorat de Saxe.