Michaelmas

Ce terme désigne en anglais la fête des archanges qui tombe le 29 septembre mais aussi le trimestre d’automne de l’année académique dans les universités de langue anglaise. Peu de lecteurs en feront grand cas. On retrouve dans la Bible trois archanges, Raphaël, Gabriel et Michaël ou Michel, le prince des archanges. Mentionné à peine une demi-douzaine de fois dans la Bible, l’archange Michel est singulièrement présent dans le paysage artistique européen.

Sans doute, sa manifestation la plus visible est-elle celle du Mont Saint-Michel dont les lecteurs des aventures de Lefranc dans l’épisode de l’Ouragan de Feu se souviendront. Ailleurs, le saint ailé se dresse sur la flèche de l’hôtel de ville de Bruxelles, d’où il terrasse le dragon car il est dit de lui dans l’Apocalypse (XII, 7) qu’à la tête de ses anges, il engagerait une bataille céleste avec le Dragon, et que bien entendu, ce dernier aurait le dessous.

A Rome, le Dragon a, au cours des siècles, pris tantôt l’aspect des Goths, tantôt celui des soldats de Charles VIII roi de France ou encore celui des lansquenets de Charles V. C’est sans doute la raison pour laquelle, des papes successifs, mus par la prudence qu’exige leur office, ont jugé bon non seulement de fortifier l’antique mausolée d’Hadrien mais de le placer sous la protection de l’archange dont une statue couronne désormais l’édifice. Car le saint ange du Château Saint-Ange n’est autre que l’archange Michel.

Que ceux que ces histoires de sanctuaires ennuient se rassurent car si Michel s’est révélé impuissant pour empêcher que la Tosca ne se précipite dans le Tibre, il reste présent dans notre vie quotidienne. Un verre de San Miguel à la main, on pourra, selon les âges, écouter de la musique chantée par Sir Michael Jagger ou par Michael Jackson et évaluer les chances qu’a Michel Platini de succéder à Joseph (un autre nom biblique) Blatter à la tête de la FIFA.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Journées du patrimoine, ou les biens d’une très grande famille

On a célébré ce week-end en France les Journées Européennes du Patrimoine. Parmi les définitions du mot patrimoine que nous suggère le Larousse figurent: « Bien qu’on tient par héritage de ses ascendants » ainsi que « Ce qui est considéré comme l’héritage commun d’un groupe : le patrimoine culturel d’un pays ». Le dictionnaire historique de la langue française souligne quant à lui que le mot dérive du latin patrimonium, à savoir le bien de famille, au sens premier l’ensemble des biens appartenant au pater familias. Dans patrimoine on retrouve donc à la fois les notions de paternité et de famille.

Les fortunes des familles de l’aristocratie de l’Europe centrale (et d’ailleurs) étaient autrefois régies par la forme juridique du majorat, un ensemble de biens inaliénables qui revenait au chef de famille afin précisément qu’il en assure la préservation et la transmission et qu’il se soucie de son accroissement.

Les journées portes ouvertes de Jack Lang

En France, Fleur Pellerin, Ministre de la Culture souligne dans son éditorial que ces Journées sont « l’occasion de découvrir les œuvres, les monuments et les jardins que les générations précédentes nous ont légués, que nous avons su préserver et mettre en valeur au fil du temps. » On peut voir dans cette phrase l’expression d’une sorte de majorat public puisqu’on y retrouve à la fois la notion de legs et celle de l’obligation de la préservation et de la transmission. De plus, cette année les Journées ont pris un aspect particulier puisque la Ministre a souhaité mettre en valeur le patrimoine du XXIe siècle, une manière en quelque sorte d’accroître son majorat.

La genèse des ces Journées remonte à la création par Jack Lang en 1984 des Journées Portes Ouvertes des Monuments Historiques. Mais une porte qu’on ouvre peut aussi se refermer et le patrimoine n’est pas réductible aux seuls monuments. Aussi ce changement d’appellation des Journées est-il le bienvenu. En 1991 le Conseil de l’Europe institue les Journées Européennes du Patrimoine, soulignant par là même que cet héritage commun est bien celui de la famille européenne commune.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Noko, plur. Banoko

Les lecteurs du Temps se souviendront qu’il y a près de soixante ans Tintin s’était rendu en Suisse, à Cointrin d’abord, à Cornavin ensuite, qu’il avait été victime d’une queue de poisson sur la Route Suisse qui le précipite dans le lac, et qu’il tachait de joindre la villa du professeur Topolino, route de Saint-Cergue à Nyon, dont il ignorait qu’elle était truffée d’explosifs.
Un quart de siècle auparavant, Tintin avait entrepris le voyage de l’Afrique, c’est-à-dire de son point de vue, du Congo belge. Embarqué sur le paquebot Thysville, il débarque à Matadi, le grand port du Congo, où il est accueilli par la foule en liesse et porté en triomphe aux cris de « Vivent Tintin et Milou ».
Mais alors que Tintin et le Capitaine Haddock fonçaient sur la Route Suisse, les yeux rivés sur le volant, pour gagner au plus tôt la villa du professeur Topolino, ils ne songeaient pas à jeter un coup d’œil à la jolie chapelle Heimatstil de Saint-Robert à Founex, où par contre s’arrête ces jours derniers un personnage d’importance.
Hergé était friand de ces correspondances où ses personnages refont surface d’un album à l’autre, à l’instar de Dawson, chef de la police de la concession internationale de Shanghai, qui réapparaît comme marchand s’armes dans « Coke en Stock ».
C’est donc dans cette filiation de la BD que s’inscrit tout naturellement la visite de Mgr Nlandu Mayi Daniel, actuel évêque de Matadi, auprès de l’abbé Giraud Pindi, prêtre de son diocèse détaché en qualité de curé de Terre-Sainte.
« Ah, vous êtes belge ?, me dit l’évêque. Un noko alors» « Un noko, moi ? » aurait rétorqué le capitane Haddock. « Et eux, c’est votre famille ? poursuit-il. Alors ce sont des banoko.»

« Rassurez-vous », c’est ainsi que nous appelons les Belges au Congo: noko = oncle, banoko au pluriel ».

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Un mot d’adieu pour Sissi Impératrice

Il y a quelques jours se déroulait à Genève une petite cérémonie en commémoration de l’assassinat de l’Impératrice Elisabeth d’Autriche, dite Sissi, sur le quai du Mont Blanc le 10 septembre 1898. Une escouade de hussards, escortés d’un détachement des Vieux-Grenadiers, les uns et les autres affichant une silhouette évoquant davantage Sancho Panza que les Navy Seals, encadraient l’ambassadeur de Hongrie auprès de la Confédération et l’archiduc Karl, chef actuel de la Maison d’Autriche, à l’occasion du dépôt d’une gerbe au pied de la statue érigée sur le lieu du sinistre forfait. Car pour les Hongrois, Sissi n’est pas l’impératrice mais la reine Erzsébet.

“Quand êtes-vous sorti de Hongrie?”

Si la couronne impériale est une affaire dynastique, l’Hôtel Beau Rivage en est une autre. A la tête d’une entreprise familiale qui fête cette année son 150e anniversaire, Jacques Mayer, président actuel du Beau-Rivage et représentant de la quatrième génération de sa famille, accueille le public avec des mots touchants et évoque les témoignages du drame, des lettres d’époque et les souvenirs recueillis par sa famille ; car si Sissi a bien été frappée sur le quai peu avant de s’embarquer sur le vapeur à destination de Montreux, c’est au Beau Rivage, où elle était descendue, qu’elle est décédée.

Quelques roulements de tambour plus tard et l’ambassadeur accueillait ses hôtes dans les salons de l’hôtel, où se mêlaient des Hongrois de l’émigration et des personnalités du monde genevois. « Quand êtes-vous sorti de Hongrie, en 45 ou en 56 ? ». Voilà un mot qu’on n’entend plus guère, sortir au sens de passer le Rideau de fer. L’ambassadeur prononça quelques mots de bienvenue à l’adresse des convives auxquels firent bientôt suite les notes frappées par une jeune pianiste qui leur rappelaient les gloires musicales de la Hongrie, Liszt et Bartók. Une pointe de nostalgie émanait de cette musique, fondamentalement romantique, celle du Royaume de Hongrie aujourd’hui disparu.

Un grand royaume disparu

Car la Hongrie de Sissi était bien différente de celle d’aujourd’hui. Deux événements accouchent de la cette Hongrie-là, la violente révolte de 1848 et la défaite en 1866 de l’Autriche face aux armées prussiennes à Sadowa ; ils forcent le compromis (“Ausgleich” en allemand) qui en 1867 donne naissance à l’Autriche-Hongrie et qui durera jusqu’en 1918. Au sein de la monarchie habsbourgeoise, la Hongrie se taille une quasi-indépendance car il n’y a guère que les finances, la guerre et les affaires extérieures qui relèvent de ce que nous appellerions de nos jours les compétences fédérales. Mais surtout la Hongrie de 1867 recouvre un territoire trois fois plus vaste que la petite république actuelle, et où les Magyars, qui certes détiennent les leviers du pouvoir politique, ne constituent que 55% de la population. Evoquer la Hongrie de Sissi c’est aussi se remémorer une Hongrie historique plus variée sur le plan des ethnies, des langues et des religions que celle d’aujourd’hui.

Sissi avait été une grande amoureuse de la Hongrie. Bavaroise de naissance, elle avait appris la langue hongroise et œuvré discrètement auprès de son mari, l’empereur François-Joseph, en vue de l’Ausgleich. L’archiduc Karl, petit-fils du dernier empereur d’Autriche, connu aux yeux des Hongrois sous le nom de Charles IV, n’a pas manqué de souligner la pertinence de l’action de son aïeule pour l’Europe d’aujourd’hui. A quand un Ausgleich entre l’Ecosse et l’Angleterre, mettons, ou entre la Castille et la Catalogne ?

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Elisabeth II, long may she reign

Aujourd’hui la reine Elisabeth est devenue le monarque dont le règne en Angleterre aura été le plus long, un événement que le monde entier salue. Comment en est-on arrivé là, serait-on tenté de demander? Evidemment, il s’agit d’abord de vivre jusqu’à un âge avancé mais il y a aussi la conception que la reine Elisabeth a de sa propre fonction.

Aux Pays-Bas, trois souveraines de suite, Wilhelmine, Juliana et Béatrice ont achevé leur règne par une abdication, qui s’inscrit désormais dans la tradition de l’institution monarchique dans ce pays. Plus récemment le roi des Belges Albert II et le roi d’Espagne Juan-Carlos ont eux aussi abdiqué. Du reste, lors de l’allocution prononcée à la télévision au cours de laquelle il annonçait sa décision d’abdiquer, Albert II citait le fait qu’il avait atteint un âge, quatre-vingts ans, qu’aucun roi des Belges n’avait atteint avant lui. Tous ces souverains ont en commun d’être des souverains constitutionnels dont les pouvoirs sont donc ceux que prévoit la Constitution de leur pays respectif. Le premier roi des Belges, Léopold Ier, ne manquait pas du reste de se plaindre en privé d’être à la tête d’une république couronnée.

Une monarchie sacrée

Avec la reine d’Angleterre, il en va autrement. Elisabeth n’a pas prêté serment sur une constitution, elle a été couronnée et sacrée par l’archevêque de Cantorbéry au cours d’une cérémonie qui tire ses origines du sacre des rois de France. Celui-ci à son tour trouvait son inspiration dans la Bible et notamment dans le passage du Premier Livre de Samuel où le prophète consacre David roi par l’onction de l’huile, un rite repris lors des sacres de Reims et dont on trouve encore des échos au sein de l’Eglise catholique. C’est donc en vertu de cette onction qu’Elisabeth est reine, ainsi qu’il est frappé sur les pièces émises par la Monnaie royale, E II DG REG FD, Elisabeth II Dei Gratia Regina Fidei Defensor, reine par la grâce de Dieu, Défenseur de la Foi.

C’est pourquoi La Ligne Claire est prête à prendre le pari que la conception sacrée qu’Elisabeth a de sa charge lui interdit d’abdiquer et que le jour où ses forces lui viendront à manquer, elle nommera son fils Charles Régent, jusqu’au jour où Dieu lui fera la grâce de la rappeler à lui.

On en profitera pour rappeler qu’Elisabeth porte le titre de Défenseur de la Foi en qualité de Gouverneur Suprême de l’Eglise d’Angleterre mais aussi que ce titre avait été accordé par le pape Léon X au roi Henri VIII en récompense de la rédaction par le roi d’un pamphlet où il dénonçait avec vigueur l’hérésie luthérienne alors naissante.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Lausanne, à la croisée des chemins

Sur le parvis de la cathédrale de Lausanne est dessiné un X imaginaire, comme celui qui figure sur les parchemins qui désignent l’emplacement du trésor dans les films de pirates, un X secret à découvrir, un X sur la carte de l’Europe, à l’endroit précis où se croisent le chemin de Compostelle et la Via Francigena, un X à creuser au couteau suisse pour découvrir ce que Montaigne appelait « Plus est en toi ». Le premier de ces chemins prend sa source aux marches du Saint-Empire tandis que la Via Francigena relie d’un trait Canterbury à Rome. Tant le Camino que la Via ont reçu du Conseil de l’Europe l’accolade d’Itinéraire culturel européen.

Lausanne, carrefour des pèlerins, qui l’eût dit? Là sur le parvis on est confronté au choix, pourvu que l’on en soit informé, de se rendre au chevet de saint Jacques ou à celui de saint Pierre. Dans les faits seul un coquillage indique la direction à suivre, le long des rives du Léman vers Genève et par-delà vers Compostelle. Dans l’autre sens, pas de clés de saint Pierre qui pointent vers Rome, pas de panneau portant la mention VF, pas de petit moine avec capuche et bourdon car en Suisse la Francigena demeure peu connue et pour cette raison pas signalée en tant que telle si bien qu’elle ne forme qu’un tronçon du chemin de grande randonnée numéro 5.

Voie des Francs qui se rendaient en Italie, la Via traverse le territoire actuel de Suisse de Vallorbe au col du Grand Saint Bernard, mais il n’y a guère qu’à l’abbaye de Saint Maurice en Valais qu’on prend conscience de parcourir un itinéraire de première importance au Haut Moyen Age ; là, juste devant l’église abbatiale, une grande carte de la Via dessinée sur le mur du petit bâtiment qui sert de billetterie, rappelle que l’abbaye s’insère au sein de l’univers culturel que parcourt la Via, un univers où la cathédrale gothique de Lausanne se glisse comme un grain sur un chapelet entre celles de Canterbury, de Laon, de Reims et de Sienne, sentinelles d’une époque où l’Europe s’appelait la Chrétienté, voulant par là désigner justement un espace autant culturel que géographique.

(A suivre)

http://www.viefrancigene.org/fr/

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.