Les jésuiteries du Pape François

Comme de coûtume, le pape François a accordé une entrevue aux journalistes qui l’accompagnaient dans l’avion à son retour du Mexique et à répondu à sa manière aux questions qu’ils lui posaient à brûle-pourpoint.

La presse n’a pas manqué de relever ses déclarations au sujet de ceux qui veulent dresser des murs et y a vu une allusion aux prises de position de Donald Trump. Nous ne savons pas si, dans l’hypothèse où il était élu, Trump ferait construire ce mur et moins encore si les Mexicains accepteraient de prendre le coût à leur charge mais on peut se demander si cette polémique a pu jouer en la faveur du candidat qui s’en est allé remporter les primaires de son parti en Caroline du Sud. Et puis, à côté de ceux qui promettent d’ériger des murs, il y a ceux qui les ont effectivement érigés, les Israéliens par exemple.

Au sujet maintenant du projet de loi sur les unions civiles en débat actuellement au parlement italien, François a déclaré qu’il ne se mêlait pas de politique italienne et qu’il revenait aux évêques italiens de se débrouiller avec le gouvernement. Mais voilà, dès son élection il y a trois ans, il s’est présenté au monde comme l’évêque de Rome, qui de surcroît est ex ufficio primat d’Italie. La sénatrice Monica Cirinnà, qui porte ce projet, n’a pas manquer de se réjouir et de saluer les propos du pape. Mais l’affaire ne s’arrête pas là car le pape lui poursuivait en disant que ce qu’il pensait à ce sujet c’est ce que l’Eglise a toujours pensé et qu’il enjoignait les parlementaires catholiques non pas de voter comme bon leur semble mais selon une conscience bien formée. Que veut dire une conscience bien formée ?

Le pape lui-même nous l’a appris quelques jours plus tôt à l’occasion de la rencontre avec les familles au stade de Morelia, dans l’Etat de Michoacan, où dans un long discours, il s’est élevé contre « les colonisations idéologiques, qui détruisent nos sociétés, si bien que nous sommes réduits à être colonisés par ces idéologies qui détruisent la famille, le noyau familial, qui forme la base de toute société saine ». Et pour ceux qui n’auraient pas compris, il suffit de reprendre la déclaration commune du pape François et du patriarche Cyrille en son article 20 : « La famille est fondée sur le mariage, acte d’amour libre et fidèle d’un homme et d’une femme. » Voilà pour l’homme dont la phrase la plus célèbre demeure « qui suis-je pour juger ? ».

On connaît la vielle scie. Un dominicain rencontre un jésuite et lui demande : « Mon père, pourquoi répondez-vous toujours à une question par une autre question ». « Pourquoi-pas ? » répond le jésuite. François est ce jésuite-là, celui qui sait esquiver les coups, celui qui, conscient de son échec face à la législation sur le mariage homosexuel en Argentine, adopte un autre profil en Italie, celui qui ne se mêle pas de politique mais dénonce les politiques qu’il juge contraire au message chrétien. Ce faisant, non seulement il plait à beaucoup, mais il en touche davantage encore bien que, si sa ligne est sensée être claire, elle n’est pas toujours aisément reconnaissable au premier coup d’œil. Car il s’agit de ce François qui dit de lui-même : « Sono un furbo ».

 

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Dés-articulé

Il y à un mois à la radio, la Ligne Claire entendait le commentateur dire « que le remorqueur s’était porté sur zone » ; il voulait dire par là que le remorqueur s’était porté au secours d’un cargo dont la cargaison avait basculé et causé une forte gîte. Plus récemment, à l’occasion d’un match de rugby où l’un des joueurs avait été sonné, un autre commentateur-radio mentionnait qu’on l’avait sorti « sur civière ». Irritée par cette disparition de l’article, la Ligne Claire a voulu en savoir plus.

Une rapide recherche sur internet nous apprend que l’omission de l’article pour marquer une proximité de lieu est jugée familière par l’Académie française, une appréciation à laquelle la Ligne Claire n’a pas manqué aussitôt d’apporter son concours. Ainsi plutôt que de dire « je travaille dans la région parisienne » on entendra « je travaille sur Paris » ou justement«le remorqueur s’était porté sur zone »

Quant au deuxième cas (« sur civière »), lassé d’y trouver une hypothétique justification, la Ligne Claire a fini par conclure qu’il s’agissait tout simplement d’un mauvais usage du français dans le chef d’une radio chez notre grand voisin.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Daniel Cardon de Lichtbuer, une vie plurielle

Les lecteurs belges de La Ligne Claire trouveront peut-être quelque intérêt à parcourir cette recension d’une récente biographie du Baron Daniel Cardon de Lichtbuer, due à la plume de Vincent Delcorps.

Comme la Gaule qu’il aura étudiée au cours de latin chez les Jésuites, la carrière du Baron Daniel Cardon de Lichtbuer se divise en trois parties, les institutions européennes, la finance et le secteur non-marchand.

Daniel Cardon est lui-même à l’origine de la conception de cet ouvrage, dont il confie la rédaction à Vincent Delcorps, journaliste et historien, bien au fait de l’histoire économique et financière belge de l’après-guerre.

 

Les Institutions européennes

À la suggestion de Jean-Charles Snoy, secrétaire général du ministère des Affaires économiques en 1958, Daniel Cardon entame un parcours de haut niveau à la CECA d’abord puis, à la suite de la fusion des exécutifs, à la CEE, en qualité de membre du cabinet d’Albert Coppé, commissaire belge. Si Delcorps s’attache peut-être davantage à l’histoire des institutions qu’à celle de Daniel Cardon, on devine que c’est au cours de cette période que non seulement il acquerra ses compétences mais qu’il se forgera ses propres convictions.

 

La BBL

Dans la foulée de la fusion des instances européennes, Daniel Cardon rejoindra la BBL en 1975, où il prendra en charge la construction du Cours Saint-Michel puis la direction du personnel. En 1992 il est nommé à la tête de la BBL ; à ce moment, tout le monde, la Banque Nationale, les milieux bancaires, la presse, les collaborateurs s’accordent sur un point : « Mais ce n’est pas un banquier !». On soulignera à ce propos son rôle dans l’acquisition d’une collection d’œuvres d’art, partie intégrante de l’image et de la stratégie de l’entreprise. A son départ en 1996, Daniel Cardon laisse une BBL au bilan assaini et à la rentabilité solide.

Par ailleurs à cette époque il assure la vice-présidence de la FEB en 1980, la présidence de l’Association Belge des Banques en 1983, et la présidence de l’EFMA en 1988. C’est au cours de cette période que se révèle l’homme public qui se fait connaître par ses prises de position et qui noue sans relâche des relations avec toutes les composantes de la société belge.

 

Child Focus et les Demeures Historiques

La carrière de Daniel Cardon prendra alors un tournant inattendu puisqu’il assurera à la demande du premier ministre Jean-Luc Dehaene la présidence de Child Focus, une association de défense des droits de l’enfant, créée dans la foulée de la sinistre affaire Dutroux. Si Child Focus répond d’abord à une objective nécessité de protection de l’enfance, elle répond aussi aux attentes de la société belge très ébranlée par l’affaire, en proie au doute moral. Aussi Daniel Cardon se souciera-t-il de créer une association professionnelle plutôt qu’un club de bénévoles ; démarcheur infatigable, il saura au cours des dix années de sa présidence solliciter et obtenir le soutien de nombreuses personnalités et institutions, de la Reine Paola au Parlement Européen.

À la même époque il assumera en 1992 la présidence d’Europa Nostra, une organisation qui a pour vocation la préservation du patrimoine culturel européen ; dans le même esprit il assurera de 2003 à 2013 la présidence de l’Association des Demeures Historiques. Loin de se contenter de la restauration de vieilles pierres, il s’agit pour Daniel Cardon de promouvoir le patrimoine comme une richesse et non pas comme une charge et surtout comme une richesse de notre maison commune, l’Europe.

Vincent Delcorps, on l’a dit, est aussi bien journaliste qu’historien. Expert en matière économique et politique, son domaine de choix peut prendre le pas sur le sujet de son livre, Daniel Cardon. Les passages consacrés à la construction européenne des années 1950 et 1960, l’histoire de la Banque de Bruxelles et de la Banque Lambert, le récit de leur fusion en 1975 témoignent de la maîtrise de l’auteur mais pourront laisser l’un ou l’autre lecteur désemparé face à une matière qui peut se révéler certes passionnante mais touffue. Mais surtout il faudra attendre la moitié du livre pour qu’on y découvre tardivement notre personnage et que l’auteur nous en livre le portrait. Pourtant l’histoire économique l’emporte si bien que la personnalité de l’homme n’est jamais totalement dévoilée au lecteur, alors qu’il s’agit d’un homme qui justement n’a de cesse dans sa vie de nouer des relations. En définitive l’ouvrage de Delcorps donne de Daniel Cardon l’image que ce dernier entend donner, et dont la dimension privée est passée sous silence, que ce soit par souci de pudeur ou d’autres motifs.

Davantage homme de la parole que de l’écrit, Daniel Cardon a souhaité confier à un tiers la rédaction d’un ouvrage dont le style se situe à la croisée des souvenirs, peut-être dictés, et de la biographie, bien insérés dans l’histoire de Belgique de la deuxième moitié du XXe siècle. Ceci dit, ce petit livre de lecture agréable témoigne du souci d’un homme, conscient du rôle qu’il aura tenu dans la vie publique, de laisser une trace tangible de son action, sa part à lui dans l’édification d’un patrimoine.

Il y a une trentaine d’années, alors qu’il dirigeait la BBL, Daniel Cardon confiait à un collaborateur : « Tu sais, je reviens des sports d’hiver et j’ai vu Jean-Paul Belmondo sur les pistes – et je l’ai reconnu ! » « Et lui, Monsieur Cardon, vous a-t-il reconnu » ? » « Toi, mon ami, tu me connais bien ».

Vincent Delcorps, Daniel Cardon de Lichtbuer, Une vie plurielle, Racine, 197 p.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Chrétiens d’Orient: l’Eglise orthodoxe

L’Eglise orthodoxe en Orient

Par Eglise orthodoxe, il y a lieu d’entendre l’Eglise qui se réclame des sept premiers conciles oeucuméniques, les seuls qu’elle reconnaisse, se démarquant de se fait d’une part de l’Eglise catholique qui en connaît vingt et d’autre part des Eglises non-chalcédoniennes qui s’en sont séparé à l’issue du concile de Chalcédoine en 451.

L’Eglise orthodoxe s’entend elle-même comme l’Eglise des origines qu’elle retrace aux temps apostoliques. Organisée sous une sorte de fédération d’Eglises nationales autonomes quant à leur organisation, elles maintiennent entre elles une forte unité dogmatique. Dès les premiers siècles de l’Eglise quatre villes vont émerger dont l’évêque aura rang de patriarche : Rome, Alexandrie, Jérusalem et Antioche, en raison de la fondation du siège par un apôtre ; à celles-ci viendra s’adjoindre Constantinople, une ville dont le siège ne remonte pas aux temps apostoliques puisque la ville elle-même n’a été fondée qu’au début du IVe siècle. Néanmoins en raison de l’importance que prendra la ville en qualité de capitale de l’empire, elle accédera au rang patriarcal vers l’an 400. Aujourd’hui le patriarche de Constantinople est qualifié de patriarche oeucuménique et jouit d’une primauté d’honneur au sein de la communion orthodoxe qui ne lui confère cependant aucune autorité administrative au sein des autres patriarcats de l’orthodoxie.

De nos jours le centre de gravité de l’orthodoxie s’est déplacé vers les Balkans et surtout vers la Russie, de loin le patriarcat qui compte le plus grand nombre de fidèles. En Orient proprement dit il ne reste plus que quelques milliers de fidèles qui se réclament de l’orthodoxie (grecque). Trois grands phénomènes en sont la cause. Tout d’abord, on l’a vu à plusieurs reprises, sont survenus les schismes qui sont nés du concile de Chalcédoine et qui ont donc donné naissance à diverses Eglises qui se sont retirées de cette communion orthodoxe. En deuxième lieu il convient de mentionner les conquêtes arabe et ottomane qui, bien que tolérantes de la présence chrétienne en leur empire, ont souvent favorisé les Eglises schismatiques au dépens de l’Eglise orthodoxe, soupçonnée d’être une émanation de l’ennemi byzantin. Enfin, il y a eu la chute de l’empire ottoman sur fond de rivalité entre la Grèce et la Turquie et qui a amené la Turquie (en 1923) a expulser la presque totalité des Grecs résidant sur le territoire de la nouvelle République de Turquie. Avec ses expulsions s’éteignit non seulement la présence chrétienne dans la partie du monde qui avait vu la naissance de cette nouvelle religion mais la présence grecque en Asie Mineure, de deux mille ans antérieure à l’arrivée des Turcs ottomans. Ainsi, à la veille de la Première Guerre Mondiale, Constantinople comptait 50% de chrétiens parmi sa population alors qu’il n’en demeure pas plus que 5’000 de nos jours. Pour dire les choses crûment, les Turcs ont massacrés les Arméniens et expulsés les Grecs, les deux foyers de populations chrétiennes en leur sein.

Présence au Proche-Orient

Si le centre de gravité de l’orthodoxie s’est déplacé hors du Proche-Orient, outre Constantinople, trois patriarcats y subsistent qui font partie de la communion orthodoxe : Alexandrie, Antioche et Jérusalem.

Le patriarcat d’Alexandrie doit sa fondation selon la Tradition à l’évangéliste saint Marc. A la suite du concile de Chalcédoine, l’Eglise d’Egypte se scinde en l’Eglise copte majoritaire et l’Eglise grecque-orthodoxe minoritaire, qui demeure en communion avec le patriarche oeucuménique. Après la conquête arabe de l’Egypte au VIIe siècle, les grecs-orthodoxes sont devenus une minorité au sein d’une minorité. Cependant, le développement à partir de 1850 de la ville d’Alexandrie en une grande ville multiculturelle vit l’afflux de nombreux Libanais et Grecs, qui vinrent gonfler les rangs de la petite communauté. La politique d’arabisation menée par Nasser à partir de 1956 sonna le glas de cette expansion. Néanmoins cette Eglise compte quelques 300 mille fidèles de nos jours en Egypte, sous la direction de son patriarche Théodore II.

L’Eglise orthodoxe d’Antioche se considère le successeur de l’Eglise fondée par les apôtres Pierre et Paul, tel que relaté dans les Actes de Apôtres, bien que d’autres églises orientales se prévalent elles aussi de cette succession. Toujours est-il que ce qu’il y a lieu de retenir est qu’au Ier siècle Antioche constitue la plus grande ville hellénisée d’Orient et que c’est là que se développe le christianisme auprès des Juifs de la diaspora comme des Gentils en quête de spiritualité, dans une version qui se démarque du christianisme des Hébreux à Jérusalem. Très tôt cette Eglise se distingue par la stature de son troisième évêque, saint Ignace d’Antioche, mort en martyr vers 110 et auteur de sept lettres rédigées lors de son incarcération à Rome.

Au XIVe siècle, face à la menace ottomane, le patriarcat fut déplacé à Damas, où il a toujours son siège de nos jours. Certaines estimations portent à 1,5 millions le nombre des fidèles de cette Eglise, établis au Liban et en Syrie ainsi qu’ailleurs au Moyen-Orient sous la direction du patriarche Jean X, élu en 2012.

Si l’Eglise orthodoxe de Jérusalem se réclame quant à elle de sa fondation par l’apôtre saint Jacques, la présence juive et chrétienne en Judée se fait très faible à la suite des guerres menées par les empereurs Titus et Hadrien au 1er et au IIe siècles après Jésus-Christ si bien que dès le milieu du Ier siècle le siège épiscopal est occupé non plus par un Juif mais par un Gentil. Avec la prise de Jérusalem par les Arabes en 637 s’ouvre une période de persécution tandis que la prise de la ville par les Croisés francs en 1099, loin d’y mettre fin, contraint le patriarche orthodoxe à se réfugier à Constantinople d’où il ne reviendrait qu’un siècle plus tard.

L’Eglise orthodoxe de Jérusalem compte environ cinq mille fidèles, pour la plupart des Palestiniens tandis que le haut clergé est dominé par les Grecs. Cette situation est source de complications et a valu au Patriarche Théophile III des critiques de la part de la population arabe au motif qu’il se montrerait trop bienveillant à l’égard des Israéliens et de leurs alliés américains.

Le patriarcat a son siège en l’église du Saint- Sépulchre à Jérusalem, érigée sur les lieux présumés du calvaire et du tombeau du Christ.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.