Le Dernier Pharaon

Ouvrage hors-série basé sur les aventures de Blake et Mortimer, le Dernier Pharaon nous plonge dans un univers d’apocalypse où tout est renversé.

Cet ouvrage à huit mains puise aux sources de l’œuvre de Jacobs, le Mystère de la Grande Pyramide en particulier mais aussi Le Piège Diabolique, mais n’en reprend pas les codes. On notera en particulier que le dessinateur, François Schuiten, conserve son style à lui qu’on a pu découvrir dans les Cités Obscures et qu’il ne s’est pas senti tenu de se conformer au style graphique propre à la ligne claire.

Dans Le Dernier Pharaon on retrouve un Mortimer vieilli errant dans la ville de Bruxelles, devenue une sorte de Tchernobyl à la suite d’un mystérieux accident qui a libéré une énergie inconnue contenue dans une pyramide inversée, tapie sous l’imposant palais de justice. Blake quant à lui, se tient en retrait dans cette histoire.

A l’instar de la pyramide, les rôles habituels sont inversés puisque, plutôt que l’empereur Basam-Dandu, ce sont les « bons », en l’occurrence l’armée britannique, qui menacent de précipiter la fin du monde. La mer souterraine qui recouvre aussi une partie de la ville basse tire sa puissance évocatrice du déluge biblique (Gn, VII) d’autant qu’elle abrite des monstres marins, ici un basilosaurus, là la baleine qui engloutit Jonas. Guidé par la lanterne du Professeur Mortimer, le lecteur s’engage à sa suite dans un univers inconnu et menaçant, où, comme dans le film Délivrance, le maniement de l’arc et de flèches est devenu essentiel à la survie.

Ouvrage ténébreux, où l’atmosphère l’emporte sur la structure du récit, Le Dernier Pharaon fait appel certes à l’univers de Jacobs mais s’affranchit avec succès de ses codes, somme toute assez raides.

 

Schuiten, Van Doormael, Gunzig, Durieux, Le Dernier Pharaon, Editions Blake et Mortimer

Elémentaire particule

Sans doute, le décès de Claus Bosberg n’aurait-il pas retenu l’attention de la presse du monde entier ; mais la mère de Claus était née Bülow, une famille issue de la noblesse danoise et allemande, et qui au XIXe a fourni à l’Allemagne son contingent de généraux et puis Hans, le compositeur, gendre de Liszt, témoins les uns et les autres des bons et des mauvais génies qui agitaient l’Allemagne en ces temps-là.

Il devait avoir vingt ou vingt-cinq ans quand Claus jugea qu’il serait à son avantage d’utiliser désormais le patronyme de sa mère, auquel il prit la liberté d’ajouter la particule von. Ses études de droit achevées à Oxford, le destin l’avait conduit en Amérique, où ma foi il y avait beaucoup plus de gens très riches que dans l’Angleterre exsangue d’avoir gagné la guerre. Peu importe que la particule vonne soit pas en soi l’indicateur de l’appartenance à la noblesse, les Américains n’en auraient cure ou, mieux encore, se satisferaient de leur ignorance. Ces aristocrates européens d’après guerre, vrais ou faux, avec ou sans argent mais le plus souvent sans, n’ont ils pas ce je ne sais quoi qui permette au roi du chewing gum de se considérer un gentleman en leur compagnie ?

En Amérique, Claus se mit au service de John Paul Getty. La demande pour le pétrole croissait d’année en année et rien ne semblait l’arrêter ; l’analyse de la situation politique au Moyen-Orient déjà troublée par la création de l’Etat d’Israël requérait les compétences d’un homme du monde ; on pouvait gagner de l’argent sans trop se salir les mains même si déjà l’industrie salissait la planète.

Le salariat chez Getty nourrit sans doute son homme mais reste une servitude ; Claus n’était en somme qu’un prolétaire de haut rang alors que les vrais gentilshommes ne vivent de rien, c’est-à-dire de leurs rentes. Le temps était venu de corriger cette injustice du sort. Sunny Crawford, l’unique héritière de la Columbia Gas and Electric Company, venait de divorcer à propos d’Alfred Auersperg, un prince autrichien ; en 1966, alors qu’il a quarante ans, Claus l’épouse et avec elle, sa fortune. Claus quitte Getty et devient un mondain, dont la vie se partage entre la 5Avenue et le palais de la famille Crawford à Newport, dans l’Etat du Rhode Island. On lui prête une liaison avec la belle Alexandra Isles, née Moltke, une comtesse danoise car jamais le fruit ne tombe loin de l’arbre; Sunny ferme les yeux pourvu que les convenances soit respectées. On pouvait respecter les convenances, telles qu’on les entend en Amérique en ces années-là, en divorçant mais ce n’est pas une issue que Claus est prête à envisager car elle le priverait de la rente que lui accorde sa femme.

A la fin des années septante, ce ménage à trois pèse néanmoins sur Sunny : elle se nourrit mal, boit à l’envie, consomme des médicaments à l’excès et puis quoi d’autre encore ? A deux reprises, en 1979 puis en 1980, elle sombre dans le coma. Les médecins diagnostiquent un niveau élevé d’hypoglycémie ; elle ne se réveillera plus jamais de ce second comma et décèdera en 2008. En 1982, Claus sera arrêté, inculpé pour double tentative de meurtre à l’encontre de son épouse, jugé coupable et condamné à trente ans de prison. Il se pourvoit en appel et fait appel aux services d’Alan Dershovitz, professeur de droit à l’Université de Harvard, qui mettra à mal les éléments matériels ayant servi à sa condamnation en première instance et obtiendra l’acquittement de son client en 1985.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, après tout elle disposait de tous le ingrédients requis : l’argent, la passion amoureuse, l’ambition, la vie mondaine, une possible tentative de meurtre, une condamnation suivie d’un acquittement. Mais non, en 1990, cinq ans à peine après le jugement en appel, et alors que tous les protagonistes, y compris Sunny dans le coma, sont en vie, Barbet Schroeder en tire un film, Reversal of Fortune, où Jeremy Irons et Glenn Close tiennent les rôles de Claus et Sunny.

Le temps passa sur les mémoires, on oublia l’événement, Sunny décéda dans son sommeil en 2008 tandis que Claus se retirait à Londres y poursuivre ses mondanités, l’objet de sa vie.

Il y est mort le 25 mai dernier. A-t-il tenté de tuer Sunny ? Si oui, a-t-il éprouvé du remords ou bien s’est-il dit « Bien joué » ? Nul ne le sait désormais mais Claus von Bülow, né Bosberg, a eu droit à une chronique nécrologique dans le New York Times, The Economist, The Guardian, Paris Match et La Ligne Claire. Quoi de mieux dans la vie que de mourir célèbre ?

Faites l’expérience

Dans sa jeunesse, le mot expérience évoquait pour La Ligne Claire en tout premier lieu Jimi Hendrix, suivi du cours de chimie lorsqu’on versait de l’acide chlorhydrique sur un bâton de craie ; loin derrière venait la vague notion qu’avec l’âge l’homme était capable d’apprendre, de mûrir ses jugements, d’acquérir de la sagesse, en un mot d’avoir de l’expérience.

De nos jours, et en particulier en anglais, le mot expérience est servi à toutes les sauces, pour désigner quelque chose qu’on goûte, qu’on savoure, qu’on apprécie dans le sens de « taste ou enjoy the experience ». En réalité bien sûr, il s’agit d’un leurre. Ici ou là en se baladant sur internet, une fenêtre s’ouvre aux yeux de La Ligne Claire qui l’avertit que tel ou tel site utilise des cookies pour améliorer son expérience alors qu’en fait, comme un journal belge a l’honnêteté de le reconnaître, les cookies sont destinés à collecter des données qui sont de plus susceptibles d’être partagées avec des tiers.

Ailleurs, il y a quelques semaines le site de réservation en ligne Expedia envoyait à la Ligne Claire un email dont voici l’intitulé : « Faites-nous part de votre expérience de voyage avec Expedia ». A vrai dire, La Ligne Claire n’avait pas voyagé avec Expedia mais avec Easyjet et si elle devait s’exprimer envers Expedia, elle dirait tout d’abord qu’elle est irritée par les offres de location de voiture ou réservation d’hôtel dont elle n’a pas besoin, et qui lui sont proposées par défaut et ensuite qu’elle est doublement irritée d’avoir eu à payer un prix final pour son billet d’avion légèrement supérieur à celui annoncé, sans que la raison de cette différence ne soit éclaircie. Voilà pour l’expérience.

Ne nous arrêtons pas pour autant en si bon chemin. Voici un site, www.nexthink.com, qui, déjà blasé de faire l’expérience de ceci ou de cela, nous suggère de participer à la Gestion de l’Expérience, au même titre que celle des finances ou des ressources humaines. Bien plus, Nexthink vous propose de vous libérer des contingences du temps et de vous projeter dans le futur en cliquant sur l’onglet « Preview the Experience » et hop, vous voilà le voyeur d’une expérience, jadis le fruit de la connaissance des choses acquises au fil des ans, que vous n’avez même pas encore acquise.

Tout ceci ne sert qu’à marquer le fait que le mot expérience est devenu le cache-sexe de l’utilisation, un mot à la connotation trop utilitaire justement, qui révèle de façon transparente qu’un tiers profite de cette utilisation et de son « amélioration » à son profit. Bien entendu, La Ligne Claire ne mange pas de ce pain-là, elle qui se contente de proposer à ses lecteurs une expérience à la fois unique et immersive qu’elle vous invite à partager.

Noms de nom

Si les prénoms qui deviennent des noms sont légion en français, songeons à Claude François ou à Charles Michel, il y ait aussi des noms qui deviennent des prénoms. Dans la langue française, il semble à La Ligne Claire que ce soit une tradition catholique qui veut que le nom de famille d’un saint de l’Eglise devienne un prénom. Xavier, Gonzague et Chantal se rangent dans cette catégorie auxquels vous ajouterez, si vous habitez Versailles, Eudes et Vianney.

Cette marque de la communion des saints n’est pas propre au français puisqu’on retrouve Asis et Borja au rang des prénoms de langue espagnole ainsi que Javier bien entendu ; car chez les Borgia, il n’y a pas qu’Alexandre, Lucrèce et César mais aussi Francisco, arrière-petit-fils d’Alexandre VI, et troisième supérieur de la Compagnie de Jésus, canonisé en 1671. Quant à Asis, la sainteté du Poverello semblait une telle évidence à ses contemporains, que d’autres ont voulu en adopter le nom.

Dans un ordre d’idées un peu différent et toujours en espagnol, notons les nombreux attributs de la Vierge Marie qui, chez les filles, font office de prénom : Dolores, Pilar, Consuelo ou encore Mar ou Nieves et bien entendu Carmen, la Carmen de Don José, époux de Maria.

Hors de l’Eglise catholique, il semble que les protestants y aient trouvé leur salut en faisant leur cette pratique, peut-être davantage en Amérique qu’ailleurs. L’usage du middle name permet de faire appel entre autres au nom de famille de la mère, qui parfois tiendra lieu de prénom usuel. Cela dit, ce sont sans doute les Réformateurs qui tiennent la corde. Chez Martin Luther King, on ne sait trop où finit le prénom et où commence le nom tandis que le réformateur genevois serait étonné d’apprendre qu’il a conféré son nom non seulement au 30eprésident des Etats-Unis, John Calvin Coolidge, mais à un styliste renommé pour sa ligne minimaliste de sous-vêtements, Calvin Klein, preuve irréfutable qu’il n’y a pas d’espace dans la nature humaine que la sola gratia ne saurait atteindre. .

Portant plus loin son regard, La Ligne Claire observe cette pratique, devenue plus rare de nos jours, d’associer nom et prénom à une lignée familiale, Aldobrando Aldobrandi ou encore Baldo degli Ubaldi, un juriste médiéval. Quant aux Vénitiens aux temps de la Sérénissime, les familles patriciennes avait adopté l’usage de donner aux filles un prénom dérivé du nom de jeune fille de leur mère ; ainsi naquit Loredana, issue par sa mère de la famille Loredan, qui donna trois doges à la République.

Nomen est omendisaient les Romains ; en définitive, ces coutumes, comme tant d’autres, visent à inscrire l’enfant qui nait au sein d’une culture, une histoire ou une lignée familiale, non sans invoquer à juste titre la protection des saints.

Niklas Natt och Tag : 1793

« On sait bien à quelles actions mène la chair : inconduite, impureté, débauche, idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité, jalousie, emportements, intrigues, divisions, sectarisme, envie, beuveries, orgies et autres choses du même genre. » (Ga, V, 19-21). A ces versets tirés de l’épître de saint Paul aux Galates, pour tous ceux qui trouveraient ces vices un peu fades, Niklas Natt och Tag, auteur de 1793, ajoute les sévices, la cupidité, le viol, le meurtre, le mensonge et la trahison.

Le livre s’ouvre sur le récit d’un cadavre mutilé retiré d’un étang vaseux où se déversent tous les excréments de Stockholm au XVIIIe siècle ; au fond le lecteur ne quittera jamais cet endroit immonde.

Déjà deux cent mille exemplaires vendus en Suède, proclame le revers de la quatrième de couverture de ce livre qui se situe aux confins du roman historique et du polar. De l’avis de La Ligne Claire, le roman historique est un succès quant à la précision de la narration et, pour sa version française, quant à la qualité de la traduction. Le polar en revanche laisse La Ligne Claire sur sa faim ; les fils que tisse l’auteur et qu’il tache de nouer dans les derniers chapitres se révèlent trop tenus pour constituer une trame solide ; aussi Natt och Tag n’a-t-il d’autre recours que d’avouer au lecteur le ressort de son livre, faute d’avoir pu l’y mener.

Pourtant, dans ce premier roman surgissent trois thèmes prometteurs dont on souhaite qu’ils soient abordés à l’avenir par l’auteur.

Tout d’abord apparaît le mythe du monstre, qui renvoie à Barbe-Bleue et à Frankenstein. Ici, le monstre est sensé être nourri par la Révolution française, tant par ses idéaux que par la Terreur, d’où le titre du livre, 1793, l’année où sont exécutés Louis XVI et Marie-Antoinette. En réalité le déclic n’opère pas et 1793 fait long feu à telle enseigne que la traduction anglaise du titre s’en dispense et s’intitule « The Wolf and the Watchman » qui annonce de manière figurative le caractère des acteurs de cette enquête.

Sous couvert d’un polar, le deuxième thème est celui de la vérité. La vérité matérielle d’abord, celle que les héros enquêteurs sont chargés de dévoiler dans leur recherche de l’auteur d’un meurtre, mais aussi, chemin faisant, une vérité plus grave qui révèle au lecteur que chacun des personnages est une autre personne que celle qu’il croyait être.

Le dernier thème enfin est celui de la transmission, cher à La Ligne Claire ; Kristofer Blix, personnage secondaire, épouse une femme enceinte avant de mourir afin de racheter son propre crime et de transmettre un nom légitime à l’enfant à naître, que le lecteur ne connaîtra pas mais qui aura vocation à être le Messie qui délivrera tous les personnages de leurs démons ; Blix est à cette femme ce que Joseph est à Marie. Par ailleurs, dans ce roman, une chevalière joue un rôle clé qui permet aux enquêteurs de résoudre l’énigme. Si en français ce mot a une consonance purement héraldique, en suédois, sigillring, évoque le sceau au sens des sept sceaux de l’Apocalypse qui sont la marque d’une révélation, la traduction du mot grec apocalypse. La chevalière, souvent transmise de père en fils, fournit également le biais par lequel l’auteur, issu d’une des plus anciennes lignées de la noblesse suédoise, s’inscrit à sa façon en son sein.

Ouvrage captivant par moments, mais dont la lecture peut s’avérer éprouvante, l’auteur vous plonge dans un monde glauque où pas même les pasteurs de l’église luthérienne suédoise ne témoignent du salut de Dieu.

Niklas Natt och Tag, 1793, traduction de Rémi Cassaigne, éditions Sonatine, 442 pages.

 

 

La noblesse encartée

Le Roi a le droit de conférer des titres de noblesse, sans pouvoir jamais y attacher un privilège. Voilà ce qu’énonce sans ambages la Constitution belge en son article 113, jamais modifié. Comment faire face à cette interdiction constitutionnelle ?

Les émetteurs de cartes de crédit et les compagnies aériennes en particulier n’ont eu de cesse de rivaliser d’imagination pour contourner cet obstacle et (r)établir une hiérarchie des privilèges, là où la dure sanction de la Constitution l’avait abolie : Bronze, Silver, Gold and Platinum Card, le tout en anglais, qui fait ici office de langue rituelle comme autrefois le latin.

Ainsi, Miles and More, le programme de fidélité du groupe Lufthansa range ses clients au sein de quatre catégories, Member Miles, Frequent Traveller, Senator et Member of the Hon Circle. Les références à la noblesse sautent ici aux yeux avec sa hiérarchie des titres ou la référence au Sénat, Chambre Haute parfois réservée à la noblesse héréditaire comme au Royaume-Uni ou autrefois en Hongrie. Quant à Hon, diminutif de Honourable, il s’agit d’un prédicat honorifique attribué notamment aux enfants de certains membres titrés de l’aristocratie. Jessica Mitford, fille – vous l’aurez deviné – du Hon. David Freeman-Milton, devenu plus tard Baron Redesdale, n’a-t-elle pas écrit un livre intitulé Hons and Rebels ?

Dans le même temps, American Airlines propose des avantages, oui des avantages certes mais réservés aux membres ayant le statut Elite. Ainsi, voilà une forme de noblesse rétablie, car de même que l’on est noble ou pas, ou bien vous jouissez du statut Elite ou bien pas, et vous restez à la porte. A l’intérieur, au sein d’Elite, club aristocratique du vol d’affaires, on dénote quatre rangs: Executive Platinum, AA Advantage Gold, AA Advantage Platinum et AA Advantage Platinum Pro. Il n’aura pas échappé aux lecteurs de La Ligne Claire qu’il s’agit ici bien d’avantages dont votre voisin ne peut jouir. On notera aussi l’utilisation d’un langage qui se veut héraldique, là où Platinum Pro se substitue à, mettons, De Gueules à Bande de Vair.

Que faire alors lorsqu’un Hon Circle croise un AA Advantage Gold dans un lounge ? Qui des deux aura droit en premier à une portion gratuite d’oeufs brouillés ? Cette question délicate n’est pas sans évoquer les querelles de préséance entre familles ducales et princières admises jadis au Salon Bleu de la Cour de Belgique. Il y a un demi-siècle, le Roi Baudouin, armé de la toute la force de l’outil constitutionnel, y avait mis fin emportant la clé du salon mais en laissant la porte ouverte aux compagnies aériennes.

A nos amis français

Mater Dolorosa

Là où il y a des cathédrales gothiques, là aussi est l’Europe, et c’est pourquoi ce mercredi les cloches des grandes cathédrales européennes et françaises retentiront pendant cinq minutes à l’unisson en communion avec leur sœur de Paris aujourd’hui meurtrie. Notre-Dame est d’abord un lieu de culte, un lieu de la présence, un lieu sacramentel, un lieu où sont célébrés deux mille offices par an, un lieu de prière, l’un de ces lieux où luisent mille cierges, et qui relient la terre au ciel. Mais Notre-Dame, son nom même l’indique, est aussi la Dame de tous ceux qui prononcent son nom, de tous ceux qui lui rendent visite, de tous ceux qui vivent sous son ombre familière, quelle que soit leur sensibilité. Notre-Dame elle, elle a la France entière.

L’histoire de Notre-Dame s’inscrit dans le temps long : son érection débute au XIIe siècle et pour la charpente fera usage de chênes vieux déjà de 400 ans, plantés à l’époque de Charlemagne. Les reliques qu’elle abrite, la tunique de saint Louis, la couronne d’épine, les clous de la Passion, évoquent tout autant l’histoire de France que les souffrances auxquelles Notre-Dame avait été associée de son vivant. Victor Hugo fera d’elle une héroïne, Viollet-le-Duc la sauvera de l’abandon, et, plus près de nous,  Riccardo Cocciante la mettra en scène dans une comédie musicale.

Seules en France, les cathédrales sont à même de réunir ceux qui croient au Ciel et ceux qui n’y croient pas. En 1962 Charles de Gaulle et Konrad Adenauer célèbraient la réconciliation de la France et de l’Allemagne, l’Europe de Charlemagne, en la cathédrale de Reims, elle aussi vouée à la Vierge, tandis qu’en 1944, à la libération de Paris, le même Charles de Gaulle participait au Te Deum d’action de grâces à Notre-Dame. « La République est laïque, mais la France est catholique » disait le Général.

Aujourd’hui le temps long de Notre-Dame suspend le temps : les partis ajournent leur campagne européenne et le président ajourne sine die son allocution. Les petits donateurs anonymes, tous les sans-grades de la charité, se joignent aux grands mécènes en vue de rebâtir cette cathédrale des cathédrales, patrimoine commun de l’Eglise, de la France et du monde.

Symbole spirituel bien sûr, mais aussi de l’histoire de France, Notre-Dame incarne un style appelé d’abord français puis gothique, appelé à essaimer de l’Ile de France dans toute l’Europe, de Salisbury à Vienne et de Séville à Gdansk. L’art gothique est la manifestation évidente dans l’architecture d’un espace culturel européen ; que les flammes l’amputent et elle devient plus évidente encore.

En ce lundi des Cendres, la France pleure la perte d’un joyau tandis que coule la Seine et que dans ce ruissellement de larmes auquel se mêlent celles de la Mater Dolorosa, tout un peuple se retrouve.

 

Lettre aux Européens – en réponse à la tribune d’Emmanuel Macron

« Lettre aux Européens – en réponse à la tribune d’Emmanuel Macron»

 

Chers concitoyens,

Il y a quelques semaines, Emmanuel Macron avait adressé aux Européens une lettre ouverte, à laquelle répond aujourd’hui La Ligne Claire.

 

VALEURS COMMUNES

Les valeurs que nous avons en partage reposent sur l’héritage du christianisme, qui fonde la culture commune de le l’Europe. L’Europe c’est là où on trouve des cathédrales gothiques, des églises, des monastères, des villages qui portent le nom d’un saint, des monuments baroques, civils comme religieux, qu’on retrouve du Portugal à la Baltique. Qu’on quitte l’Europe et au retour, la manifestation architecturale de cet espace culturel s’impose comme une évidence.

Cet héritage culturel chrétien est respectueux de toutes les religions comme de toutes les personnes qui n’en professent aucune. Ainsi, si le Traité de Rome, qui fonde la future Union Européenne, est signé en la ville du même nom, il est bon de se rappeler qu’à l’époque de l’Antiquité il y avait des Juifs à Rome avant qu’il n’y eût des chrétiens.

 

L’IDEE IMPERIALE

Les lecteurs de La Ligne Claire se souviendront qu’elle tient la construction européenne pour la manifestation moderne de l’idée d’empire, qui traverse l’histoire de l’Europe, de l’empire romain à nos jours. C’est donc à Rome, à la fois capitale de l’empire et siège de la chrétienté, qu’est signé le traité qui porte son nom ; bien plus, la date de signature, le 25 mars 1957 s’inscrit elle aussi dans la tradition chrétienne puisque ce jour-là on célèbre la fête de l’Annonciation, qui fait espérer la venue d’un monde nouveau et meilleur, neuf mois plus tard à Noël.

L’histoire de l’Europe peut se lire comme une quête du rétablissement de l’idée impériale, après la chute de l’empire romain d’Occident au Ve siècle. L’empire de Charlemagne puis le Saint-Empire s’inscrivent dans cette ligne avec laquelle renoue l’Union Européenne en 1957 après deux tentatives d’empires fondés dans la violence, celui de Napoléon et celui d’Hitler.

L’idée d’empire est distincte de celle de nation et ne l’efface pas non plus. Si le Saint-Empire avait son cœur en Allemagne, au cours des siècles des Italiens, des Français, des Tchèques, des Polonais, des Hollandais, des Luxembourgeois et des Belges en ont fait partie, souvent pendant longtemps. L’idée d’empire s’accommode aussi de formes politiques variées ; ainsi, le Royaume de Bohême, le duché de Bavière et les villes libres d’Allemagne, Francfort ou Hambourg par exemple, non seulement appartenaient au Saint-Empire, mais en revendiquaient l’appartenance.

Surtout, loin de menacer l’existence des nations, l’empire en est le garant ; là où par exemple il existe une minorité hongroise au sein de la nation roumaine, dans l’empire tant les magyares que les roumains trouvent une place égale.

 

POUR UNE VERITABLE DEMOCRATIE

A l’heure où nous sommes appelés à élire nos représentants au Parlement européen, trois enjeux se présentent à nous auxquels nous sommes appelés à répondre : la véritable nature démocratique du projet européen, la protection de son existence et de son identité et enfin une politique commune orientée vers l’avenir.

Les citoyens de l’Union Européenne sont certes des sujets de droit mais ils ne sont pas que cela car ils appartiennent aussi à des communautés qui peuvent être régionales, nationales et européenne. Non seulement ces différentes communautés ne s’opposent pas entre elles mais l’individu, sujet de droit, et la communauté ne s’opposent pas non plus. Tout l’enjeu du projet européen consiste précisément en leur conjugaison.

Les citoyens européens sont bien entendu attachés à leurs libertés, conquises parfois de haute lutte et qui s’expriment dans la forme politique de la démocratie. Pour autant, aujourd’hui, deux  menaces la guettent, l’une conceptuelle et l’autre comportementale.

Ces dernières années, on a pu assister dans le chef de ceux qu’on appelle les postmodernes à un dévoiement de la notion des droits de l’homme. Là où les droits de l’homme émanaient de la nature humaine, quiconque aujourd’hui s’estime en droit de faire valoir des désirs individuels, d’exiger de la puissance publique qu’ils les ratifient et de les imposer à l’ensemble de la société sans référence aucune au droit naturel ; c’est ce que Benoît XVI appelait la dictature du relativisme. « Sans Dieu, il n’y a plus de démocratie » disait le même Benoît XVI qui rappelle que ce n’est pas parce qu’une loi est accueillie par la majorité d’un moment qu’elle est automatiquement bonne ou juste. Il ne s’agit pas ici de croire en Dieu ou pas mais de reconnaître qu’il existe des limites que l’homme n’a pas le droit de franchir. Cette menace est aujourd’hui très présente dans tous les sujets de société qui animent les débats en ce moment. Que tous ceux qui se réclament de la démocratie pour relancer le projet européen reconnaissent qu’en matière de mœurs tout n’est pas permis. Si le droit naturel est ignoré ou nié, alors effectivement l’Europe ne se fera pas.

La deuxième menace qui plane sur nos démocraties émane des comportements qu’on peut observer chez certains politiciens. Ils sont légion et ont pour nom carriérisme, népotisme, candidats poursuivis ou même condamnés par la justice, clientélisme, parachutes dorés, nominations dans les organismes parastataux, autant de comportements qui trahissent la démocratie et minent la confiance que les citoyens européens ont investie dans nos élus.

Enfin, la démocratie doit s’inscrire dans la succession des générations, c’est-à-dire dans l’histoire car si le droit de vote est accordé à tous les citoyens majeurs aujourd’hui, leurs décisions peuvent engager les générations futures, par exemple en matière de dette publique, de financement des retraites et bien entendu en matière d’environnement.

En définitive, la démocratie européenne, avant d’être une question d’institutions ou de mécanismes, est d’abord une question d’éthique qui se fonde sur la loi naturelle et qui soit respectueuse du lien qui unit les générations présentes et à venir.

 

LA PROTECTION DE L’EUROPE ET DE SON IDENTITE

L’Europe a ses propres limites, qu’elle tire de son histoire et de sa géographie et qu’il y a lieu de respecter. C’est pourquoi, ni l’Afrique, ni le Moyen-Orient, ni la Russie n’appartiennent à l’Europe et n’ont vocation à y appartenir. Ces pays demeurent nos voisins car on ne peut pas changer la géographie et il est donc important de maintenir avec eux des rapports de bon voisinage. Il découle de tout ceci que l’Europe a à la fois le devoir et le droit d’exercer un contrôle strict à ses frontières et de décider qui admettre et qui refuser. « Il faut “écouter” les peuples autochtones, “souvent oubliés et dont les droits ont besoin d’être pris en compte et la culture protégée, pour que ne se perde pas une partie de l’identité et de la richesse de cette nation ». Cette phrase, prononcée par le pape François à l’occasion de son voyage au Chili l’an dernier vaut tout autant pour les peuples européens que pour les Indiens Mapuche à qui il s’adressait.

Aussi, l’Europe a-t-elle le devoir de protéger ses citoyens. L’Europe s’est d’abord constituée dans la partie ouest du continent tandis que les armées soviétiques en occupaient le centre et l’Est. Dans ce contexte de grave menace à ses portes, il était naturel de s’allier aux Américains qui avaient participé à la libération du continent en 1944 et 1945. Aujourd’hui, alors que les chars soviétiques se sont retirés, les menaces sont autres et peuvent provenir de sources jusqu’alors insoupçonnées : espionnage industriel, hégémonie économique ou encore cyber-attaques. Ainsi, les deux guerres menées par les Américains en Irak par exemple ont contribué à déstabiliser le Moyen-Orient et à lancer vers nos pays des flux de réfugiés, tandis que ce n’était ni Vladimir Poutine, ni même Donald Trump qui piratait les téléphones portables du Président Hollande et de la Chancelière Merkel, mais Barack Obama. En matière de défense, il faut certes éviter de tomber dans l’angélisme, mais il y a lieu de reconnaître que les pays tiers ont eux aussi des intérêts légitimes, la Russie, notre voisine en particulier. Pas plus que les Etats-Unis ne pouvaient accepter que soient stationnés des missiles soviétiques sur l’île de Cuba, les Russes ne peuvent accepter des armes hostiles à leur porte immédiate. La sécurité de l’Union sera d’autant mieux assurée qu’elle reconnaît les intérêts de celle de ses voisins.

A l’heure où le Royaume-Uni quitte l’Union Européenne, à l’heure où la Chine s’invite dans nos campagnes, à l’heure où le Moyen-Orient se noie dans le sang et où des hommes se noient dans la Méditerranée, s’impose à nous la mise en place d’une diplomatie européenne qui puisse s’appuyer sur une industrie de défense propre et une force militaire commune, distincte de l’OTAN.

 

UNE AMBITION COMMUNE

Outre la défense, trois domaines entre autres exigent une politique commune : l’union monétaire et budgétaire, la question écologique et une fiscalité fédérale.

La moitié de notre continent a vécu quarante ans sous une forme d’économie dirigiste. On sait aujourd’hui que non seulement elle ne répond pas aux besoins des populations mais qu’elle entraîne avec elle une dictature politique. De ce point de vue l’économie de marché lui est préférable. Pour autant l’économie de marché ne constitue pas un idéal insurpassable. Il existe un marché libre de la drogue et de la prostitution qui ne les rend désirables ipso facto. On peut observer que le commerce et donc le marché, le lieu où s’exerce le commerce, existe de tout temps et sous toutes les latitudes ; il n’en demeure pas moins que le marché ne constitue pas une fin en soi, moins encore une chose à déifier, mais un mécanisme d’allocation des ressources, au mieux moralement neutre. C’est donc l’éthique qui en définitive doit être le juge de ce qui est bon et non, et l’éthique relève de la politique au sens où l’a vu plus haut.

A l’heure actuelle, l’euro n’est pas partagé par l’ensemble des pays de l’Union et on peut observer que les bienfaits et les inconvénients liés à son l’introduction n’ont pas été répartis de manière égale ; on sait aussi que la construction de l’union monétaire est inachevée de même que sont connus les outils à mettre en place en vue de la mener à bien, à savoir un budget européen financé par un impôt européen indirect, par exemple sur la pollution. Ce budget européen doit être déployé dans des domaines aussi variés que la défense, la lutte anti-terroriste, le transport et la recherche, qui concernent l’ensemble du continent. Car l’alternative à l’euro, ce ne sont plus aujourd’hui les anciennes monnaies nationales, mais le dollar américain et sans doute demain le yuan chinois. Depuis 75 ans, le dollar américain domine certains flux marchands, notamment le commerce du pétrole et des matières premières, à telle enseigne que le gouvernement américain peut aujourd’hui en toute impunité imposer ses lois partout dans le monde, soit une forme de vassalité. Loin d’être une cession de souveraineté, l’achèvement de la construction monétaire européenne constitue le gage de la souveraineté partagée de tous ses Etats membres et la condition pour conduire une politique étrangère propre, par exemple à l’égard de l’Iran ou encore une politique d’approvisionnement en énergie à l’abri de pressions étrangères.

La question écologique quant à elle appartient tout naturellement au domaine européen car ni le climat ni les pollutions ne s’arrêtent aux frontières – il suffit de se souvenir de l’accident de la centrale de Tchernobyl et du nuage radioactif qui s’était répandu sur la Scandinavie et l’Europe centrale. De même que le soleil éclaire et réchauffe les bons et les méchants, de même la pollution ne fait pas de distinction. Dans écologie on retrouve le mot grec « oikos » qui désigne la maison, le foyer et c’est pourquoi l’écologie trouve sa place en Europe, notre maison commune. Mais il existe aussi une écologie humaine, celle des habitants de cette maison, et qui se doit de prendre soin de l’homme et de la femme en tant qu’ils appartiennent à la nature et qui se doit de respecter leur nature propre tout autant que celle des plantes et des animaux.

Parmi les questions qui relèvent de l’éthique appartient ce que M. Macron appelle à raison le juste paiement de l’impôt en particulier par les entreprises multinationales et les gens riches, qui les uns et les autres disposent de moyens certes légaux mais pas nécessairement justes de réduire, voire d’éluder l’impôt. Car l’impôt est la contrepartie de services fournis ou financés par l’Etat, le transport ou l’éducation notamment. Certains pays de l’Union seront appelés non seulement à revoir leur modèle d’affaires mais à examiner leur conscience.

 

L’EUROPE, UNE PATRIE COMMUNE

Les questions économiques et de défense méritent bien entendu toute leur place dans le débat européen. Cependant, l’ambition qui animait les pères fondateurs a cédé la place à des institutions sans âme dont la seule fonction se réduit à administrer un grand marché. L’Europe n’est pas réductible aux institutions européennes et moins encore à la manière dont il s’avère qu’elles fonctionnent aujourd’hui.

Il est sans doute nécessaire de revoir le fonctionnement de l’Union, et celui de la Commission, mal compris par les citoyens, voire même d’en réviser les traités. En particulier, le principe de subsidiarité, qui puise son fondement dans l’organisation de l’Eglise catholique, doit être examiné d’un œil neuf et rétabli à sa juste place.

questions de politique monétaire, de défense, de migration sont certes complexes mais celles qui tournaient autour du charbon et de l’acier il y a soixante ans ne l’étaient pas moins. Ces questions demandent des solutions techniques justes qui, pour être acceptées par tous, doivent intégrer le pardon. Comme dans un couple, le pardon est constitutif de l’Union, il est ce qui permet de renoncer à ce qui est perçu (à tort) comme le bien personnel immédiat en vue d’un bien commun plus grand, l’Union justement. Si les circonstances historiques de l’après-guerre se sont désormais estompées, la nécessité du pardon, septante fois sept fois, conserve toute son actualité à propos de sujets comme un budget commun, un impôt fédéral, les flux de migrants et d’autres encore.

L’Europe est notre patrie commune, notre maison commune, notre destinée commune. Aujourd’hui réduite à un monde a-historique, régie par les seules règles du marché et des capitaux, elle est appelée à renouer avec sa culture. Or la culture a horreur du vide. La culture est la réponse tant face à l’Islam que face au vide spirituel que la laïcité ne peut combler ; elle est la seule réponse possible aux défis qui naissent des flux migratoires. Seule la culture est à même de transformer la peur du grand remplacement en un accueil, une intégration, en un mot en une civilisation.

 

Cordialement,

 

La Ligne Claire

L’Empreinte

Dès la première ligne on songe à De Sang Froid et effectivement le prologue de l’Empreinte s’ouvre sur une citation du livre de Capote, créateur d’un nouveau genre littéraire baptisé en anglais non-fiction novel.

Alors étudiante en droit, Alexandria Marzano-Lesnevich effectue un stage en 2003 auprès d’un cabinet d’avocats pénalistes à la Nouvelle-Orléans ; dans ce cadre elle tombe sur le dossier de Ricky Langley, un pédophile coupable du meurtre du petit Jeremy Guillory, et condamné à mort en première instance. Si la jeune femme étudie le droit, c’est qu’elle a la ferme conviction que le rôle de la justice est d’établir les faits et, une fois les faits établis, de prononcer un verdict simple et clair : « Coupable ou non non-coupable, Votre Honneur ». Cette conviction se heurtera puis s’écroulera face à la complexité de la personne humaine, celle du meurtrier, celle de l’auteur et celle de tous ceux à l’âme estropiée qui liront ce livre.

Deux récits croisent leurs fils dans ce roman d’investigation, celui de la vie de Langley et celui de la vie de Marzano-Lesnevich. Langley naît dans des circonstances bouleversantes au sein d’une famille pauvre de Louisiane sur laquelle s’est abattue toute la misère du monde, l’alcool, les abus, la violence, la précarité, la prison et enfin la mort ; une vie sans espoir, sans même l’espoir de l’espoir. Marzano-Lesnevich quant à elle grandit dans une famille bourgeoise dont l’apparence lisse peine à marquer un terrible secret.

Au-delà du meurtrier, Marzano-Lesnevich va découvrir dans la vie de Langley des fils qui croisent la sienne : un enfant mort en bas âge, les abus sexuels qui se répètent, ces sombres secrets que les enfants ne connaissent pas mais qu’ils sentent néanmoins dans cette prison du silence.

Le titre anglais, The Fact of a Body, confère à ce livre un poids, une gravité, un enracinement dans la glaise de la chair humaine, qui perdent une part de leur intensité dans la traduction française, L’Empreinte. Car si Langley est coupable, il a du reste avoué le crime, il n’en demeure pas moins une personne qui n’est pas réductible au seul auteur des faits.

Marzano-Lesnevich aborde dans ces cas particuliers, celui de Langley et le sien, des thèmes graves et universels, Eros et Thanatos, la frontière trouble de la santé mentale, l’appartenance au sein d’une famille et la nécessaire quête d’une généalogie, ces blessures de famille dont on hérite avec le nom et enfin la possibilité du pardon. Rien n’est simple dans les familles et rien n’est plus difficile que de dévoiler, pas même de dénoncer, quelque crime, car il se trouvera toujours une personne que cela pourrait heurter.

Marzano-Lesnevich a mis un terme à sa carrière d’avocate et enseigne aujourd’hui l’écriture. La justice, estime-t-elle, se voit contrainte de choisir une histoire parmi toutes les histoires possible puis, ce choix effectué, de lui apporter toute la force de la sanction de la loi. Seule la littérature permet à l’auteur d’échapper à cette vérité contrainte et de croiser les destins des protagonistes selon un ordonnancement qui ne tient pas de la chronologie mais de la quête de sens.

Rédigé d’une plume délicate, à la fois froide et touchante, L’Empreinte se révèle un livre grave et émouvant. A la fin l’auteur se rend sur la tombe de son grand-père abuseur, le lieu, le seul, où le corps du titre rejoint la glaise, car, pour accepter le passé, il faut d’abord s’y confronter, puis le transformer en souvenir en vue d’accéder à l’espérance. C’est tout le sens de ce livre remarquable.

 

Alexandria Marzano-Lesnevich, L’Empreinte, traduit de l’anglais (américain), Editions Sonatine

 

 

La vérité sur l’affaire Olof Palme

Les moins de vingt ans, pas plus que les moins de quarante ne se souviendront de l’assassinat en pleine rue d’Olof Palme, premier ministre de Suède, le 28 février 1986 alors qu’il rentrait du cinéma en compagnie de sa femme.

Grande figure de la sociale démocratie, Palme était à la pointe de nombreux combats au rang desquels figurait la guerre du Vietnam et l’apartheid en vigueur en Afrique du Sud, ce qui lui avait valu non seulement de rompre à deux reprises les relations diplomatiques avec les Etats-Unis, mais de nombreux ennemis de par le monde.

Trente-trois ans plus tard, ce meurtre n’est toujours pas élucidé. Dès le lendemain des faits, Stieg Larsson, un journaliste qui deviendrait plus tard mondialement connu avec sa trilogie Milenium, se lance dans la quête de l’identification tant du ou des auteurs que de leur mobile. Décédé en 2004, Larsson aura levé plusieurs lièvres et laissera une abondante documentation, fruit de ses recherches.

Quelques années plus tard, ce sera au tour de Jan Stocklassa, un ancien diplomate, d’entrer en scène, d’examiner les archives laissées par Larsson, de rencontrer bon nombre des protagonistes, de mener sa propre enquête et de proposer ses popres conclusions dans ce livre paru en 2018, La Folle Enquête de Stieg Larsson.

Ce livre passionant s’inscrit dans le cadre d’un genre original que l’auteur lui-même appelle le roman documentaire et qui n’est pas sans évoquer les ouvrages de Ben Macintyre dans la mesure où l’un et l’autre traitent une histoire vraie sur un mode romanesque. Toutefois, les différences sautent aussi aux yeux. Là où Macintyre s’efforce de créer une tension qui amène le lecteur à se demander si oui ou non les bons l’emporteront, Stocklassa écrit à la première personne et s’embarque dans une affaire qui n’a toujours pas trouvé sa résolution. Aussi, son livre est-il naturellement divisé en deux parties, Stieg et Dans les Pas de Stieg. Car le but de Stocklassa n’est pas de rédiger un roman mais d’établir des faits, puis d’en proposer une explication dans le but de faire éclater la vérité. C’est pourquoi il va s’evertuer à remonter les différentes pistes possibles, le tueur solitaire, les Kurdes du PKK, les services secrets sud-africains, les intérêts économiques liés au trafic d’armes, l’extrême droite suédoise, voire même le KGB jusqu’à se forger sa propre opinion qu’il livre au lecteur non sans avoir fait part des éléments contenus dans son livre aux autorités judiciaires.

La vérité vous rendra libres, dit l’Evangéliste. Stocklassa, quant à lui, espère que d’ici un an ou deux on saura qui a tué Palme et que la Suède sera libérée de l’angoisse qui l’habite depuis 1986.

 

Jan Stocklassa, La folle Enquête de Stieg Larsson, Flamarion, 440 pages