Downton Abbey

Downton Abbey – tout un cinéma

Il va de soi que La Ligne Claire a regardé Downton Abbey, paru au cinéma quatre ans après la fin de la série télévisée qui avait valu cette question rhétorique au Premier Ministre britannique de l’époque, David Cameron : « What shall we do now that Downton Abbey has come to an end ? »

Sans doute cette question n’était-elle pas tombée dans l’oreille d’un sourd puisque Julian Fellowes, le scénariste de la série, s’est décidé à capitaliser sur son succès. Un peu comme dans un album de bande dessinée, on y retrouve les personnages qu’on s’attend à y retrouver.

Le roi et la reine d’Angleterre se rendent en visite à Downton Abbey; voilà toute l’histoire. Selon le modèle adopté pour le feuilleton, elle fournit l’occasion de déployer une série de petites intrigues, ou plutôt de sous-intrigues puisqu’il n’y a pas de véritable intrigue: la comtesse douairière pourra-t-elle s’entendre avec la dame de compagnie de la reine ? Barrow, le valet de pied sera-t-il à la hauteur de son nouveau rôle en qualité de majordome ? Et où sont passées ces pièces d’argenterie qui soudain disparaissent ?

Au tournant du siècle, Fellowes s’était distingué en qualité de scénariste de Gosford Park, réalisé par Robert Altman, un film à énigme à la façon des Agatha Christie et dont le succès devait l’amener à créer la série télévisée. Mais chacune de ces manigances qui émaillent Downton Abbey ne forme guère que le sujet de saynètes dont la somme ne constitue pas la trame d’un film. Les personnages quant à eux sont conçus de manière trop étroite que pour permettre aux acteurs, même de talent comme Maggie Smith et Hugh Bonneville, de s’épanouir pleinement dans leur rôle. En définitive, Downton Abbey au cinéma n’est que Downton Abbey 2 sous un autre format.

Toutefois un film médiocre et même un peu ridicule ne signifie pas un film désagréable. Les accents, les réparties, les contrastes entre Upstairs et Downstairs, les costumes et les décors bien entendu, tout cela confère au film le charme qu’on attend de lui. A la fin de ce feel good film, trois ou quatre couples se nouent tandis que la comtesse douairière tire sa révérence. M. Fellowes serait bien avisé d’en faire de même.

Et puis, de retour chez elle, La Ligne Claire a déniché le Livre d’Or où sont recueillis les signatures des hôtes qui autrefois descendaient à la demeure familiale et où, à deux reprises au fil de ces années-là, on reconnaît l’autographe des membres de la famille royale qui avaient honoré de leur présence le château du comte et de la comtesse, sans que ces derniers n’en fassent tout un cinéma.


Albert et Elisabeth de Belgique

 

Albert et Elisabeth de Belgique, 1909

 

 

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

12 réponses à “Downton Abbey – tout un cinéma

  1. Personnellement j’ai beaucoup aimé ce film riche en émotions, au décor fabuleux et aux personnages hauts en couleur pour certains. “Film médiocre et même un peu ridicule…” Non, vraiment comme spectateur, je ne trouve pas du tout !

    1. Ich teile Deine kritische Ansicht über den Film und Deinen gut recherchierten Artikel, lieber Dominique, mit einem starken Schlusspunkt, wenn ich auch obige Meinung (von PD) nachvollziehen kann. Es ist immer gut an glänzenden Fassaden zu kratzen, um so festzustellen was wirklich dahinter steckt, bzw. an Essentiellem letztlich übrigbleibt. Was ist die Message dieses Films, und was kann jeder Einzelne von uns dabei lernen…

  2. Que ceux qui n’aiment pas n’en dégoutent pas les autres ! Quand on a regardé la série c’est très plaisant de regarder le film et de retrouver les personnages.

  3. Quand un enfant dit: J’aime pas ça,c’est pas bon.
    Doit-on en déduire que sa maman lui fait manger de la mer…?
    Non je ne pense pas.
    Laisser donc à chacun et chacune se faire sa propre opinion, et gardez votre choix pour vous.

  4. Non mais qui êtes-vous pour dire que c’est un film médiocre ? On y trouve “des petites intrigues” ? oui et alors ? Parfois les grandes intrigues sont bien plus médiocre dans les films. Mais parlez des costumes, des décors, de la reconstitution de l’époque. Rêvez devant cette aristocratie d’un autre temps. Mêlez vous à ces hôtes qui n’ont aucune idée de la vraie vie ! C’est drôle, décalé, rafraîchissant.
    Comme la série.

    1. C’est bien vrai! La série est merveilleuse et riche sur le fond, le film, hélas, est décevant . Mais on salue quand même avec respect les gens qui l’ont fait.

  5. J’y suis allée avec ma fille de 15 ans qui a adoré la série. Deux générations différentes. Et pour vous dire…..que nous avons quitté la salle de cinéma en dernier parce qu’on voulait écouter la musique et ne pas en perdre une miette. J’espère qu’il y aura une suite. Chacun ses goûts. Bien à vous tous.

  6. Pourquoi vouloir nous enlever ce petit moment de rêve.
    Le monde n’est il pas assez médiocre …..
    Un petit classique qui nous rappelle notre enfance, genre SISI ou ANGÉLIQUE.
    L a ligne Claire semble un peu tristounette.
    Merci pour ce joli film. JE SUIS RAVIE
    PÉTUNIA

  7. Je trouve la ligne claire très dure… Rien que les reconstitutions, les décors et les costumes mis en valeur par le grand écran valent le détour. Bien sûr le film ne va pas révolutionner la société mais ce n est pas le but. Les petites intrigues sont bien ficelée et le jeu des acteurs excellent. Que demander de plus pour passer un bon moment?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *