Couronne royale

Familles royales – mode d’emploi, épisode 3: Harry et Meghan

La publication ces jours-ci de Finding Freedom, une biographie consacrée à Harry et Meghan a tiré La Ligne Claire de son confinement estival et l’a amenée à examiner la stratégie du jeune couple qui s’inspire, à son avis, de celle développée avec succès par David et Victoria Beckam.

Mais auparavant un peu d’histoire économique s’impose. Qui se souvient encore des Spice Girls, un groupe pop de cinq filles, préfabriqué comme un produit de consommation, destiné à occuper le segment de marché des adolescentes ? Alimenté par un marketing sans précédent (jeux, verres, vidéos etc à l’effigie des chanteuses), il connaîtra dans les années nonante du siècle dernier une réussite commerciale éclatante mais éphémère, sauf pour l’une des cinq filles, Victoria Adams qui en 1999 épousera David Beckham, un footballeur de talent. Victoria Beckam, surnommée Posh [1] du temps des Spice Girls, développera avec succès une approche alors inédite des affaires, que la presse anglaise décrira comme « famous for being famous », sans que la question d’un véritable talent ne soit jamais véritablement abordée.

C’est, de l’avis de La Ligne Claire, la stratégie qu’entendaient poursuivre Harry et Meghan. Difficile à mettre en œuvre en raison d’une exigence de rapidité, il s’agit d’atteindre un point (appelé point d’inflexion par les économistes), au-delà duquel la notoriété s’auto-alimente : puisque vous êtes célèbre, tout le monde parle de vous, ce qui vous rend plus célèbre encore. En cas d’échec, la rude sanction de l’anonymat s’abat comme la lame de la guillotine.

Deux éléments sont venus perturber la mise en œuvre (ou l’exécution, pour ceux qui sont friands du jargon des affaires) de la stratégie élaborée par les Sussex. Tout d’abord Harry et Meghan ont mal jugé de la fermeté de la Reine, qui d’un coup de sceptre a réduit à rien le branding Royal Sussex qu’il s’étaient attribué. Ensuite le confinement a, ma foi, confiné tout le monde, y compris les journalistes qui écrivent au sujet des Beckam et des Sussex.

Que faire, alors pour se faire voir ? Pourquoi pas un livre ? Certes un livre, mais Finding Freedom est tout autant un règlement de comptes qu’un outil marketing de repositionnement. C’est pourquoi le jeune couple a pris soin d’en confier la rédaction à deux journalistes et de faire semblant de n’y être pour rien alors que les auteurs avouent par écrit s’être entretenus avec leurs sujets. Dès lors que les piques envers la famille royale se font trop vives, Harry et Meghan font mine de se retrancher derrière le point de vue des auteurs. Personne n’est dupe car en réalité on a affaire à ce que les Anglais appellent une « authorised biography », dont le but ici est de paraître à nouveau.

Le titre Finding Freedom fait référence à l’ambition du duc et de la duchesse non seulement de couper les ponts avec la famille royale mais de s’assurer une indépendance financière. On n’en est pas encore là puisqu’ils n’ont pu procéder à l’achat d’une villa de luxe à Los Angeles pour 11 millions de £ qu’avec le généreux concours du Prince de Galles. Quant à leur vie privée et celle du bébé Archie, dont Meghan dit faire grand cas, elle s’est empressée de la déballer au grand jour avec les caisses de son récent déménagement à l’occasion d’une interview en ligne.

Les Sussex ont choisi de s’établir dans une banlieue branchée de Los Angeles plutôt que, mettons, à Marcinelle, où leur tranquillité – La Ligne Claire en est convaincue – aurait pourtant été à coup sûr assurée. Il n’est pas impossible que Meghan, qui, à une carrière réussie d’actrice a conjugué l’exploit de devenir duchesse, décroche un contrat de plusieurs millions voire plusieurs dizaines de millions de $ à Hollywood, qui viendrait rétablir leur stratégie sur la ligne que le duc et la duchesse s’étaient fixés il y a six mois. D’ici là, il ne reste guère d’autre issue que de faire de la figuration en espérant qu’un producteur les remarque ou que La Ligne Claire vienne à leur rescousse.

 

 

[1] Expression anglaise qui signifie à peu près BCBG en français. Abréviation dit-on de “Port over, starboard home”, qui indiquait le côté du bateau où il convenait de réserver sa cabine lors du voyage des Indes : bâbord (port) à l’aller, tribord (starboard) au retour en vue de profiter au mieux de la vue des côtes. Il va de soi que la Ligne Claire ne considère pas du tout que Posh soit posh.

Juan Carlos: la chute et l’exil

Les lecteurs de La Ligne Claire auront pu lire dans la presse les déboires liés au don de 100 millions de dollars qu’aurait reçu le roi émérite de la part du roi d’Arabie et qui auraient été crédités sur un compte ouvert au nom d’une fondation panaméenne auprès d’un établissement bancaire de renom à Genève. Des enquêtes pénales sont en cours en Suisse et en Espagne.

Ce qui semble particulier à La Ligne Claire c’est que cette affaire ne concerne pas seulement le citoyen Juan Carlos de Borbón y Borbón mais l’institution monarchique elle-même. Que pendant le même temps en France, l’ancien président Nicolas Sarkozy soit mis en examen, ne jette pas le discrédit sur l’institution de la présidence de la République en tant que telle et n’amène personne à réclamer la restauration de la royauté.

En Espagne, il en va autrement. D’une part, et en dépit des mérites du même Juan Carlos, en particulier lors de la tentative avortée de coup d’état de la part du colonel Tejero en 1981, la monarchie espagnole repose sur des bases toujours fragiles. Exemple unique de restauration monarchique à l’époque contemporaine, elle succède aussi à deux proclamations de la république en 1873 et en 1931.

Mais il va aussi et sans doute surtout de la nature même de l’institution qui fait du monarque le fils ou la fille de son prédécesseur. Alors que son beau-frère gît en prison, le roi Philippe VI, à la nouvelle qu’il était un bénéficiaire à son insu de cette fondation, a renoncé par avance à son héritage et a coupé la liste civile du roi émérite, 194 mille euros par an. Jusqu’à hier, il était possible qu’il dût achever de tuer symboliquement le père à qui seul il doit sa fonction et l’expulser du palais de la Zarzuela. Face au risque de ce meurtre rituel, le roi Juan Carlos a choisi de prendre les devants en annonçant lundi 3 août qu’il quitterait l’Espagne

Certes, tant qu’il était roi jusqu’en 2014 Juan Carlos était couvert par l’immunité de sa fonction ; de plus, il est possible que certains des faits incriminés se révèlent prescrits. Mais l’immunité a vocation à protéger la fonction royale, pas à lui octroyer une impunité à commettre des délits. Juan Carlos était né en exil à Rome ; il emprunte aujourd’hui le même chemin que son père et son grand-père, le prix à payer pour sauver l’institution monarchique qu’il a incarnée.

Quel que soit l’arrangement constitutionnel, l’institution monarchique naît d’un contrat entre une famille et le peuple. Sire, Madame, sachez-le car cette règle ne souffre aucune exception, en cas de conflit c’est toujours le peuple qui gagne. L’exercice de la fonction royale exige désormais l’exemplarité avant, pendant et, depuis que les rois abdiquent, après la prise de cette fonction.

Couronne royale

Familles royales – éternels seconds

Le décès de Jeffrey Epstein ces jours derniers a fait resurgir les liens qu’il entretenait avec le prince Andrew, deuxième fils de la reine d’Angleterre, et, plus largement du rôle qu’il lui est dévolu.

A sa naissance, et tout au long de sa jeunesse, le prince était second dans l’ordre de succession au trône, juste derrière son frère aîné Charles. Mais la naissance du prince William en 1982, un an après le mariage du Prince Charles et de Diana Spencer, le fait reculer d’un cran ; aujourd’hui le prince Andrew se retrouve à la huitième place.

Si la logique du système monarchique justifie l’existence de plusieurs enfants royaux, the heir and the spare selon le dicton anglais, elle pose aussi la question de l’affectation des membres de la famille royale qui voient leur rang reculer. Andrew n’a après tout que vingt-deux à la naissance de William alors que ses perspectives de régner un jour deviennent bien minces. Il continuera à exercer des fonctions au sein de la famille royale mais il semble à La Ligne Claire qu’il a été discrètement placé à l’arrière-plan dès lors que les princes William et Henry étaient devenus adultes.

C’est ingrat. Toute sa vie on lui demande de monter la garde comme Giovanni Drogo dans le Désert des Tartares puis, puisque ni le prince Charles ni sa descendance ne sont décédés, de se retirer sans faire de bruit. La Ligne Claire ne sait pas si le prince Andrew aurait souhaité faire autre chose dans la vie mais ce qui est clair, c’est qu’il n’en a pas eu l’occasion et qu’il n’y a pas été préparé. Pour les familles régnantes, se pose ainsi la gestion de ce qu’on pourrait appeler la transition professionnelle de ses membres qui naissent en ordre utile mais qui le perdent au fil des ans. Ainsi en Belgique, les enfants de la princesse Astrid (elle-même cinquième dans l’ordre de succession au trône) ne seront pas appelés à jouer un rôle public et travaillent ou travailleront dans la société civile.

Demeurent alors les cas un peu tristes des cadets, le prince Andrew, le prince Laurent de Belgique ou encore le prince Jean de Luxembourg, qui ne sont utiles que jusqu’à leur date limite de vente. Certains s’en contentent, d’autres endossent le rôle du bouffon à la cour, d’autres encore entretiennent des relations peu judicieuses.