Damascus Station

La Route de Damas

Ceux qui doutent encore de la violence de la guerre civile qui a eu cours en Syrie lors de la décennie écoulée sont invités à lire Damascus Station, dû à la plume de David McCloskey, un jeune auteur américain. Ancien analyste auprès de la CIA et ancien consultant chez McKinsey, il signe ici son tout premier livre, qui connaît un grand succès en Amérique.

McCloskey envoie son héros, Samuel Joseph, à Damas, comme lui un agent de la CIA. Il y est chargé de recruter un agent sur place qui permettra aux Américains de prendre connaissance des plus noirs desseins du régime de Bassar el-Assad. On retrouve en toile de fond les protagonistes de la guerre civile, les rebelles opposées aux forces du gouvernement, l’armée, la police, les milices, les innombrables services secrets aux méthodes brutales.

Mais ce monde en apparence noir et blanc est en réalité strié de gris. D’un côté Sam Joseph tait un secret envers la CIA ; de l’autre, tous ceux qui se rangent dans le camp du gouvernement, les Alawites et les chrétiens, en deviennent l’esclave, privilégié certes mais l’esclave quand même. Personne ne peut fuir le pays sous peine de représailles infligées à leur famille restée en Syrie, si bien que les uns deviendront des agents doubles et les autres des bourreaux dans une fuite en avant qui offre la perspective lointaine d’une victoire acquise au prix d’un bain de sang mais pas la rédemption. Alors que la CIA emprunte sa devise La Vérité vous rendra libres à l’évangile selon Saint Jean (Chapitre VIII, verset 32), ce roman traite en réalité du thème de la liberté perdue, vécue comme la chute au Paradis, qui, aux yeux de La Ligne Claire, en constitue l’intérêt au-delà de l’intrigue. « Bons » et « mauvais » succombent à ce destin qui les rassemble alors que l’intrigue les oppose.

De son propre aveu, McCloskey, qui ne fait pas métier d’écrivain, a eu du mal à mettre son roman en forme et a fait recours à des conseils et des relecteurs qui lui ont permis de tirer un récit captivant à partir d’ébauches assez pauvres. Son expérience passée au sein de la CIA confère à sa description du déroulement des opérations un grand réalisme, au prix de l’utilisation un peu excessive du jargon interne de l’Agence, avec lequel le lecteur aura du mal à se familiariser.

On a pu croire qu’avec la fin de la guerre froide et la disparation il y a un an de John Le Carré s’éteindrait le style des romans d’espionnage. Or, il n’en est rien. Le monde est ainsi fait que de nouveaux conflits surgissent et que des auteurs, ici McCloskey, s’emparent avec talent de ces thèmes complexes. Auteur amateur, McCloskey signe avec succès son premier roman ; la critique américaine l’atteindra au tournant s’il s’aventure sur le terrain d’un deuxième livre. De l’avis de La Ligne Claire, la clé du succès résidera en la capacité de l’auteur à explorer toutes les ambiguïtés, les doubles allégeances, les illusions perdues, la perdition même qui peuplent le monde trouble de l’espionnage.

 

David McCloskey, Damascus Station, W.W. Norton, 2021, 432 pages

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre est un Belge de l'étranger naturalisé suisse, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

Une réponse à “La Route de Damas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *