Chrétiens d’Orient: les nestoriens

Eglise de l’Orient

Les articles précédents consacrés aux Chrétiens d’Orient ont rappelé dans les grandes lignes les principaux points de l’histoire civile et religieuse de la région, en mettant un accent particulier sur les premiers conciles de l’Eglise, qui s’y sont tous tenu. Ces conciles susciteront des dissidences qui dans certains cas donneront lieu à des schismes ; ce sera le cas des nestoriens dont traite cet article,

Cette église aux origines un peu floues s’établit dans le nord de la Mésopotamie, autour de la ville d’Edesse dans le sud-est de la Turquie actuelle et doit sa fondation, selon la tradition, à la prédication par les apôtres Thomas, Barthélémy et même de Pierre au motif que sa Première Epître semble s’adresser à des chrétiens d’Asie. Toujours est-il qu’il s’agit d’une église très ancienne, située aux marges de l’empire romain d’alors. Mais en 252, les Perses sassanides, qui avaient entretemps remplacés les Parthes en tant que puissance dominante en Mésopotamie, défont les Romains à Edesse et font prisonnier l’Empereur Valérien. Dès lors et surtout après que la christianisme ait été d’abord toléré au sein de l’empire romain puis soit devenu religion officielle, les chrétiens d’Edesse seront vus d’un œil méfiant par les Perses qui les soupçonneront toujours de pactiser avec leur ennemi.

Le premier schisme

C’est pourquoi cette Eglise n’avait pu être représentée au concile de Nicée en 325 dont elle ne reçut les canons qu’un siècle plus tard. En 410, elle tint un synode sous l’égide du souverain sassanide à Ctésiphon (à proximité de Bagdad), capitale de ses états, où elle s’organisa en Eglise autocéphale de Perse sous l’autorité autonome d’un catholicos ou patriarche propre. En 431 lorsque se tient le concile d’Ephèse, l’Eglise d’Orient n’est à nouveau pas représentée et se refuse à adhérer à ses conclusions. Bien plus, suite à la condamnation du patriarche Nestor, un certain nombre de ses partisans, désormais appelés nestoriens, rejoignent Edesse et conduisent cette Eglise à se séparer formellement de l’Eglise catholique et orthodoxe. Ce sera le premier schisme de l’histoire du christianisme et la naissance de la première de ces Eglises de chrétiens dit orientaux.

L’Eglise d’Orient, issue pour une bonne part de contingences politiques entre Romains et Perses, affranchie de ses amarres avec l’Eglise impériale, connaîtra alors une période d’expansion d’abord sous les souverains perses sassanides, ensuite sous les califes arabes à partir du VIIe siècle et enfin au XIIIe siècle sous l’Empire mongol. Une présence nestorienne est attestée tant en Inde qu’en Chine dès cette époque. Avec l’effritement de l’empire mongol et l’avènement du conquérant turco-mongol Tamerlan au XIVe siècle, les Eglises nestoriennes disparaissent de l’Asie centrale pour ne subsister que le long de la côte malabare aux Indes et en Mésopotamie, leur région d’origine.

Querelles de famille

Entretemps les Ottomans avaient conquis cette partie du monde tandis que la dignité de catholicos était devenue héréditaire au sein d’une même famille patriarcale. En 1552, les abus liés à ces pratiques de népotisme provoquèrent un schisme au sein de l’Eglise d’Orient tandis qu’un troisième courant émergeait qui favorisait un rapprochement avec l’Eglise catholique à Rome, et qui conduisit à la création d’une Eglise chaldéenne catholique.

L’histoire de ces trois Eglises au cours du XVIIe siècle est trop confuse pour être racontée ici, sachant toutefois qu’en 1830 deux de ces trois courants fusionnèrent pour former l’Eglise chaldéenne catholique telle que nous la connaissons aujourd’hui. Quant à l’Eglise assyrienne (nestorienne) subsistante, elle connut un nouveau schisme en 1898 lorsqu’un évêque iranien et ses partisans rejoignirent l’Eglise orthodoxe russe, et à nouveau en 1964 lorsque les traditionalistes en son sein formèrent l’Ancienne Eglise de l’Orient.

De nos jours donc on connaît trois Eglises assyriennes, l’Eglise assyrienne de l’Orient, de tradition nestorienne donc, qui compte environ 170’000 fidèles en Iran, Iraq et Syrie mais dont le patriarche vit en exil à Chicago, l’Ancienne Eglise de l’Orient, nestorienne elle aussi et enfin l’Eglise chaldéenne catholique, en communion avec Rome.

If it sounds complicated, it’s because it is.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *