Jean Charles-Roux, frère d’Edmonde, un prêtre de cour

Alors que le monde des lettres salue la figure d’Edmonde Charles-Roux à l’occasion de son décès ces jours derniers, il paraît bon à La Ligne Claire d’évoquer le souvenir de son frère aîné Jean. Né en 1914 au sein d’une famille où se mêlent la fortune, les lettres , le monde et la politique, il s’engagea d’abord sur les traces de son père, François, diplomate et longtemps ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, ce qui lui valut de devenir l’intime du Pape Pie XII.

Vocation tardive, Jean est ordonné prêtre en 1954 à l’âge de 40 ans dans l’ordre des Rosminiens, du nom de leur fondateur, Antonio Rosmini. Il se dit que François Charles-Roux déplorait ce choix à une époque où l’appartenance à un ordre religieux fermait la porte à l’épiscopat et à une carrière ecclésiastique de prestige ; depuis lors, le pape François, religieux lui aussi, aura fait mentir ce préjugé.

En 1954 toute l’Eglise célèbre la messe en latin selon le rite établi par le concile de Trente au XVIe siècle, appelé de nos jours rite extraordinaire. Dans la foulée du concile Vatican II tout change, la messe est dite face au peuple en langue vulgaire. Si par discipline ecclésiastique, le père Charles-Roux célèbre quelque temps la messe suivant le nouveau rite, appelé aujourd’hui rite ordinaire, il reviendra bien vite au rite tridentin. Non pas qu’il soit opposé au rite ordinaire en tant que tel, il se sent surtout mal à l’aise avec la manière dont il est célébré, de façon désinvolte, laide, irrespectueuse, vulgaire même et puis surtout en rupture avec la tradition héritée dans l’Eglise et dont l’origine se trouve dans le culte juif du Temple et à la synagogue. A une époque, celle des années qui suivent le Concile, où dire la messe en latin ne va plus du tout de soi, il sollicitera auprès de Paul VI un indult, c’est-à-dire une autorisation de célébrer selon le rite extraodinaire, qu’il obtiendra et qu’il portera sur lui toute sa vie.

Jean Charles-Roux passera la plus clair de sa vie de prêtre en Angleterre, en particulier à l’église Saint Etheldreda sise à Ely Place à Londres, petit joyau gothique, rescapé de l’incendie qui avait ravagé la ville en 1666. Royaliste de cœur, il militait pour la cause, quelque peu originale, de la béatification de Marie-Antoinette et s’étendait volontiers dans ses sermons sur les racines davidiques du Christ. « What is the first word of the New Testament ? » aimait-il poser en guise de question rhétorique. « Genealogy », venait la réponse puisque l’évangile selon saint Matthieu s’ouvre effectivement sur la table des aïeuls de Jésus.

Chaussé de souliers à boucle tirés d’une pièce de Molière, coiffé d’un tricorne, vêtu d’une soutane et enveloppé d’une cape, il passait volontiers pour un prêtre de cour, très bien en cour justement auprès de l’aristocratie et même des familles royales. Ardent partisan des familles royales régnantes, il était tout autant sympathisant des maisons déchues car au fond il ne concevait pas d’autre système politique puisque même l’aveugle sur la route de Jéricho avait su reconnaître en Jésus le fils d’un roi « Fils de David, aie pitié de moi ».

On l’aura deviné, sa sensibilité religieuse n’était pas du goût de tout le monde, hors du monde dans un monde qui allait devenir léger où une langue familière irait s’allier avec une musique facile. Proche des milieux traditionnalistes tout en restant en communion avec Rome, il déployait néanmoins une ouverture, mieux une charité oeucuménique, que peu lui reconnaissaient. Un jour qu’il célébrait la messe, il vit s’avancer vers lui une personne dont il savait qu’elle n’était pas catholique. Que faire ? Lui refuser la communion au nom d’une application stricte de la discipline de l’Eglise ou la lui accorder en faisant l’impasse sur la foi ? Il faut s’imaginer la scène car la personne s’agenouille au banc de communion en attendant que le célébrant vienne à elle. « Do you believe this is the body of Christ ? » lui demanda le Père Jean Charles-Roux. « Yes ». Bel exemple de charité, où personne ne doit renoncer à ce qu’il est et où chacun rentre en communion justement, oui, bel exemple bien éloigné de ce qu’on pourrait appeler l’activisme œcuménique observable ici ou là de nos jours.

Il y a une douzaine d’années, il avait officié en qualité d’aumônier à l’occasion du tournage de La Passion du Christ que réalisait alors Mel Gibson. Tous les matins, avant l’aube, une voiture venait le prendre au siège de son ordre, via di Porta Latina pour le conduire aux studios de Cinecittà près de Rome. Là il célébrait la messe, en latin bien entendu, à destination des acteurs et des membres des équipes de tournage. Or le grimmage de Jim Caviezel, qui tenait le rôle de Jésus, durait tout les matins plus de deux heures, si bien que quelques années plus tard, Jean Charles-Roux avouera à la La Ligne Claire, les yeux pétillants, que c’était la seule fois de sa vie qu’il avait donné la communion à une personne vêtue d’un seul slip.

Il est un chemin, la via Francigena, qui s’étend de l’Angleterre à Rome, qui pourrait représenter dans l’espace ce que furent la vie et la vocation de Père Jean Charles-Roux. En 2014, la Ligne Claire entreprit ce pèlérinage au départ de Lausanne. Parvenu à Rome en juin de cette année-là il rendit visite au Père qui déjà ne le reconnassait plus ; il est mort six semaines plus tard, le jour de la saint Dominique, à quatre mois de son centenaire.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre est un Belge établi à l’étranger. Ses centres d’intérêt tournent autour de l’histoire, de la culture, de la généalogie et des langues.

5 réponses à “Jean Charles-Roux, frère d’Edmonde, un prêtre de cour

  1. Bonjour,
    je découvre ce jour dans la bibliothèque de mon père, mort récemment, un opuscule titré “Les prisons et les jours” “notes traduites d’une langue étrangère par Fabrice Del Dongo”
    imprimé en décembre 44 à Alger….
    en cherchant un peu je découvre que c’est le pseudonyme de Jean Charles-Roux….

    et Ô stupeur découvre que ce prêtre “réfractaire” à Vatican II a demandé la béatification de Marie-Antoinette…
    Pourquoi mon père, fils d’un maçon front populaire et franc-maçon, lui-même hussard noir profondément laïc, instituteur en école B dans les villages reculés d’Algérie (dont Turenne où il est né, Tleta, Beni Saf, etc…), pourquoi a-t-il conservé si longtemps ce petit livre, à la prose médiocre? Lui qui refusait de visiter la Sainte-Chapelle parce qu’on y faisait verser une larme sur Marie-Antoinette et qu’on y insultait Robespierre…

      1. Moi aussi l ais trouvee d’ansila biblioteque de mon Pere cotte petit libre: AMITIES – mes belles etoiles! Ed Regain, Montecarlo,1949 de Fabrice del Dongo. Tirerò. en 500 exemplaire sur velin de papeterie de Pont Sainte Maxence. pouqoi a air il pris vette nom d apres Stendahl ?

          1. Charles-Roux arrivé à un âge canonique, ne craignait pas d’évoquer sa propre mortalité, et ajoutait avec humour : “je ne vis pas à Rome, j’y meurs,” en précisant “Il est réconfortant de se transformer en ruine parmi les ruines de Rome. ..Rien d’insignifiant ni de ridicule à se mourir dans une cité telle que celle-là… Quoique mourir dans une ville qui se dit éternelle semble tout de même paradoxal”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *