Théorie du complot – mode d’emploi

Ami lecteur, sans doute vous est-il arrivé, ne fût-ce qu’une fois dans votre vie, de souhaiter qu’on prête davantage d’attention à vos propos, par exemple pour que, si vous êtes bloggeur, vous ayez davantage de lecteurs. Développer une théorie du complot permet de répondre de manière sûre à ces inquiétudes; aussi La Ligne Claire vous propose-t-elle un guide pratique.

Comme point de départ de votre théorie, choisissez un événement ou un fait dont vous allez remettre en cause l’explication communément acceptée. En principe, n’importe quel événement fera l’affaire mais l’expérience suggère que les événements à caractère spectaculaire, les attentats du 11-septembre mettons, augmenteront de manière considérable la portée de vos propos.

Ensuite, proposez une cause qui explique selon vous le phénomène. Ici vous pouvez vous prévaloir de la plus grande liberté d’inspiration. Par exemple, si vous tapez « 9-11 » dans You Tube, vous y verrez des suggestions du type « No planes », « the hidden Israeli connection » ou encore « the last secrets of 9-11 ».

Déjà You Tube vous aiguille sur la bonne voie avec ses indices « hidden, secret » car, cela tombe sous le sens, votre conspiration ne saurait opérer au grand jour. C’est pourquoi vous ferez appel le moment venu à des groupes que vous qualifierez d’occultes, les rosicruciens, le groupe du Bilderberg, les Templiers même, voire les francs-maçons ou l’Opus Dei.

Ce faisant, n’hésitez pas à abandonner toute logique causale ; si votre lecteur n’en voit pas, c’est qu’il est victime d’un complot, pardi ! Ce pas franchi, vous veillerez à suggérer un lien de causalité là où aucun n’est averé, selon le modèle « hidden Israeli connection » là où justement aucune connexion n’est établie.

L’élément essentiel de la théorie du complot réside en le renversement de la charge de la preuve :

– Tout cela est l’œuvre des Templiers-

– Mais les Templiers n’ont-ils pas disparu au XIVe siècle ?-

–  Comment ? Vous ne saviez pas ? Ils subsistent sous le manteau depuis près de sept siècles.

Votre interlocuteur sera désormais placé dans l’inconfortable position de démontrer l’inexistance des Templiers (1). Il préférera  acquiescer.

Certes vous comptez d’abord sur l’ardeur de vos propres convictions et la force de votre fausse aurgumentation pour l’emporter mais il y a lieu de soigner les accessoires qui viendront appuyer vos propos. N’hésitez pas à en fabriquer des faux, le Protocole des Sages de Sion ou des photos des attentats du 11-septembre où les avions ne projettent pas d’ombre, car à ce stade votre lecteur vous est désormais acquis et sait que l’absence d’ombre constitue la preuve même de l’intention qu’ont ces forces obscures de le tromper.

Veuillez pourtant à ne pas clore le débat entièrement et à laisser subsiter une part de doute. Car enfin quelle est cette main invisible qui aura conduit La Ligne Claire à tenter de persuader ses lecteurs que le complot n’est que le fruit d’une théorie alors qu’il s’agit d’un véritable complot ?

(1) En logique formelle, on ne peut pas prouver une proposition négative. C’est pourquoi un accusé est déclaré soit coupable ou non-coupable mais pas innocent car on ne peut pas prouver qu’il n’a pas commis les faits incriminés.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

4 réponses à “Théorie du complot – mode d’emploi

  1. Amusant de lire ce blog alors que je viens de terminer Le Pendule de Foucault, d’Umberto Eco. Sans doute un coup des Templiers! 🙂

    (livre remarquable soit dit en passant)

  2. Le mot complot est mal choisi. Il y a un projet, le projet d’unification de l’Humanité dans un but de rédemption, mais dans un sens anti-chrétien. C’est à dire par dans l’au delà mais sur cette terre, par le moyen d’une eschatologie volontariste consistant à promouvoir un “progrès” continu par une praxis militante inlassable, jusqu’à émancipation complète de l’Homme de toutes les contraintes, même celles de la nature (exemple les gender studies). Et projet niente du, d’unir l’Humanité sous un gouvernement mondial unique. Ce projet est parfaitement ouvert et public, pas du tout caché. Il est proclamé noir sur blanc dans les textes d’auteurs récents comme Vincent Peillon, Alexandre Adler, etc., qui succedant à une multitude d’autres ayant dejà théorisé le projet depuis des âges. En revanche un certain nombres d’actions violentes ont bien été organisées dans le secret quand le programme exigeait de déclencher une guerre ou une révolution. Démolition contrôlée du 11 septembre 2001, où tout le monde a pu voir une tour s’écrouler alors que c’était techniquement impossible compte tenu des matériaux ; assassinat de Kennedy à Dallas ; wagon plombé de Lénine ; défaite programmée de Napoléon à Waterloo ; victoire truquée de Valmy ; assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo, etc, etc. Parfois il s’agit de forcer la main à l’histoire. La démolition contrôlée du 11 septembre 2001 restera un tournant dans l’histoire du monde car pour la première fois le montage était tellement gros qu’il a été impossible d’abuser le public avec une supercherie pareille. Pour la première fois cela a ouvert les yeux à la masse mondiale sur un projet qui n’était certes pas caché, mais auquel le grand public mondial ne prêtait pas attention.

  3. Le mot complot est mal choisi. Il y a un projet, le projet d’unification de l’Humanité dans un but de rédemption, mais dans un sens anti-chrétien. C’est à dire par dans l’au delà mais sur cette terre, par le moyen d’une eschatologie volontariste consistant à promouvoir un “progrès” continu par une praxis militante inlassable, jusqu’à émancipation complète de l’Homme de toutes les contraintes, même celles de la nature (exemple les gender studies). Et projet bien entendu, d’unir l’Humanité sous un gouvernement mondial unique. Ce projet est parfaitement ouvert et public, pas du tout caché. Il est proclamé noir sur blanc dans les textes d’auteurs récents comme Vincent Peillon, Alexandre Adler, etc., qui succedant à une multitude d’autres ayant dejà théorisé le projet depuis des âges. En revanche un certain nombres d’actions violentes ont bien été organisées dans le secret quand le programme exigeait de déclencher une guerre ou une révolution. Démolition contrôlée du 11 septembre 2001, où tout le monde a pu voir une tour s’écrouler alors que c’était techniquement impossible compte tenu des matériaux ; assassinat de Kennedy à Dallas ; wagon plombé de Lénine ; défaite programmée de Napoléon à Waterloo ; victoire truquée de Valmy ; assassinat de François-Ferdinand à Sarajevo, etc, etc. Parfois il s’agit de forcer la main à l’histoire. La démolition contrôlée du 11 septembre 2001 restera un tournant dans l’histoire du monde car pour la première fois le montage était tellement gros qu’il a été impossible d’abuser le public avec une supercherie pareille. Pour la première fois cela a ouvert les yeux à la masse mondiale sur un projet qui n’était certes pas caché, mais auquel le grand public mondial ne prêtait pas attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *