Eclats de Belgique – Belgique éclatante

Lorsqu’on évoque la Belgique, on songe tout aussitôt aux rivalités qui opposent Flamands et francophones qui, depuis 50 ans, s’acharnent à rendre un petit pays plus petit encore. Les attentats de hier ont fait voler en éclat non seulement ces rivalités mais leur raison d’être : ni les victimes, ni les passagers de l’aéroport et du métro, ni les services de secours ni les terroristes n’en ont cure.

Hier à la télévision on pouvait voir et entendre à Bruxelles, des hommes et des femmes venus de toutes les nations qui sont sous le ciel : Mamadou, le bagagiste de l’aéroport qui a aidé, oui mon ami, deux vieilles dames terrorisées à se réfugier ; Maria-Luisa, d’origine sud-américaine, qui s’était retourné au son d’une explosión; ce policier bruxellois et qui s’appelle Abdel ; Rachid qui livrait son témoignage avec un accent liégeois, sais-tu ; Rajeev, passager en transit en provenance de Singapour, pris en charge en anglais mâtiné de flamand par la sécurité civile de la commune de Zaventem ; le Roi des Belges qui ne s’est pas départi de son accent belge lors de sa brève allocution.

Hier ce n’était pas simplement la Belgique avec ses querelles de clocher qui était visée mais toute l’Europe ; des décombres du métro émergeaient des fonctionnaires européens qui se rendaient à leur travail, Piotr le Letton, un Italiano vero, un faucon maltais, tous citoyens de notre monde bigarré qui s’oppose à un monde où tout le monde est vêtu de noir, comme les habitants de Pepperland aux Blue Meanies.

Au temps de son service militaire, à l’époque où le rideau de fer déchirait l’Europe, dans le jargon militaire on parlait du « rideau de betterave », qui séparait les witloofs des chicons pour désigner les unités de l’autre régime linguistique. Hier ce rideau-là a lui aussi vécu tout simplement parce qu’il ne correspond pas à la réalité de la vie des habitants de la Belgique.

Dominique de la Barre

Dominique de la Barre

Belge offshore, amateur d'histoire et du patrimoine culturel européen, attaché aux questions liées à la transmission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *