Annonciation

Les archanges dans nos campagnes

Qu’il existe des anges, ça tout le monde le sait, mais des archanges ? Et, d’abord, qui sont-ils ? Si les anges interviennent régulièrement tout au long de l’Histoire Sainte, seuls trois d’entre eux sont désignés par leur nom, Michel, Gabriel et Raphäel, ce qui leur vaudra d’être qualifiés d’archanges. Saint Augustin nous rappelle qu’ange désigne la fonction, messager – angelos en grec, – et non pas l’être. Si jamais Michel, Gabriel et Raphaël ne seront désignés archanges en tant que tels dans l’Ecriture, il est clair cependant que chacun est investi d’une mission spéciale.

Michel, dont le nom signifie « qui est semblable à Dieu » a pour fonction de signifier aux hommes comme aux puissances célestes que nul ne peut se rendre égal à Dieu. Aussi est-ce lui, prince des milices célestes, qui au chapitre XII, verset 7 du livre de l’Apocalypse engage la bataille avec le Dragon et le précipite à terre.

L’annonce de la naissance du Fils de Dieu dans le monde est une affaire qui ne pouvait pas être laissée au premier venu ; aussi, comme le rapporte saint Luc au chapitre 1erde son Evangile, est-ce l’archange Gabriel, la Force de Dieu, qui est investi de cette mission d’importance. Bien qu’il n’ait pas été annoncé, il se présente chez la Vierge Marie et entretient avec elle un dialogue assez soutenu jusqu’à ce qu’il se satisfasse qu’elle ait bien compris le sens de son message. Alors il la quitta.

Quant à Raphaël, il intervient tout au long de la délicieuse histoire rapportée au Livre de Tobie ; tantôt il sert de guide pusiqu’il connaît le chemin qui mène en Médie (V, 4-8) et tantôt il se présente en guérisseur puisque c’est lui qui donne instruction à Tobie de prendre le poisson et d’en extraire les entrailles (Chapitre VI), qui serviront à guérir Tobit, père de Tobie, de sa cécité (XI, 7). Raphaël, dont le nom signifie justement « Dieu guérit » annonce donc lui aussi la venue de Jésus-Christ, qui guérira l’homme du péché.

Si les archanges ne sont donc mentionnés qu’à peu de reprises dans la Bible, ils n’en sont pas moins très présents dans notre culture. Leurs noms se déclinent tant au masculin qu’au féminin car, s’il est désormais admis que les anges n’ont pas de sexe, c’est que la sexualité appartient à la chair tandis que les anges sont de purs esprits. Le personnage de Michel-Ange Buonarotti surgit immédiatement à l’esprit accompagné de son contemporain Raphaël Santi ; le troisième archange aura inspiré tout autant Gabriel de Broglie, Gabrielle Petit que Peter Gabriel.

Mais c’est surtout dans le domaine de la peinture que le souvenir de leur présence se perpétue. On ne compte pas les tableaux qui représentent l’Annonciation, un thème repris par les plus grands artistes, Fra Angelico, Botticelli, Léonard de Vinci et le Caravage parmi eux. Botticelli, le Titien et Andrea del Sarto ont quant à eux dépeint Raphaël guidant Tobie, le plus souvent dans la scène du poisson, devenu son emblême iconographique. Quant à Michel, il apparaît non seulement dans la peinture, soit terrassant les anges déchus soit dans le cadre d’un jugement dernier mais également dans la statuaire et l’architecture. Les Lombards lui vouaient un culte particulier, ce qui explique en partie qu’à travers l’Europe un grand nombre de sanctuaires lui soient voués, le Mont Saint Michel bien sûr mais aussi l’abbaye Saint-Michel de la Cluse, lieu de tournage du Nom de la Rose ou encore le Château Saint-Ange à Rome.

Etres spirituels, créatures personnelles et immortelles, ils accompagnent l’histoire du salut et sont présents dans l’histoire et la géographie humaine à telle enseigne que leur fête aujourd’hui, qu’en anglais on appelle Michaelmas, désigne ainsi la session d’automne du Parlement

 

L'épée de saint Michel

L’épée de l’archange

Une ligne imaginaire, projetée sur la carte, relie les sanctuaires consacrés à l’archange saint Michel

 

Il existe une ligne, claire bien sûr, qui se tend d’un rocher au large des côtes déchirées de l’Irlande aux flancs du mont Carmel en Israël et sur laquelle sont alignés, comme des notes sur une partition, sept sanctuaires consacrés à l’archange saint Michel.

Sept épées de mélancolie, sept coups d’épée de l’archange, tracent cette ligne droite comme le fil de la lame et marquent le coup assené au diable par Michel afin qu’il regagne le monde des ténèbres, ce royaume dont il est le Prince, selon ce qui est écrit à son sujet au chapitre XII du livre de l’Apocalypse.

Parmi ces sept sanctuaires, trois se distinguent par leur importance: le Mont-Saint-Michel bien sûr, la Sacra di San Michel dans le val de Cluse en Piémont et enfin le sanctuaire de saint Michel archange situé dans la péninsule du Gargano, dans la région italienne des Pouilles (*). De plus, non seulement ces trois sanctuaires majeures sont-il alignés mais ils sont situés à la même distance l’un de l’autre, bien qu’ils aient été érigés dans des circonstances très différentes, témoignage dans la terre des hommes de la droiture des chemins divins et de la justesse de la justice d’en haut.

Mais le tranchant de l’épée archangélique ne se réduit pas à cette seule ligne car Saint Michel est singulièrement présent dans le paysage artistique européen. Si sa manifestation la plus visible est assurément celle du Mont-Saint-Michel, dont se souviendront les lecteurs de Lefranc dans l’épisode de l’Ouragan de Feu, ailleurs le saint ailé se dresse par exemple sur la flèche de l’hôtel de ville de Bruxelles, d’où il terrasse le dragon.

A Rome, le Dragon a, au cours des siècles, pris tantôt l’aspect des Goths, tantôt celui des soldats de Charles VIII roi de France ou encore celui des lansquenets de Charles V, qui chacuns en leur siècle ont tenté d’éplucher une couche du temps à la Ville Eternelle. C’est sans doute la raison pour laquelle, des papes successifs, mus par la prudence qu’exige leur office, ont jugé bon non seulement de fortifier l’antique mausolée d’Hadrien mais de le placer sous la protection de l’archange dont une statue couronne  l’édifice qui porte désormais son nom, le Château Saint-Ange.

Un verre de bière San Miguel à la main, on songera que si saint Michel a pu accorder sa protection aux papes fugitifs, sa main n’a pu retenir que la Tosca ne se précipite dans le Tibre, au fil non plus de l’épée mais de l’eau.

 

 

 

 

(*) Les quatre autres sont le Skelling Michael en Irlande, Saint Michael’s Mount en Cornouaille, le monastère de Mixalis sur l’île grecque de Symi et enfin le Mont Carmel en Israël.

Mont Saint Michel

Michaelmas

Ce terme désigne en anglais la fête des archanges qui tombe le 29 septembre mais aussi le trimestre d’automne de l’année académique dans les universités de langue anglaise. Peu de lecteurs en feront grand cas. On retrouve dans la Bible trois archanges, Raphaël, Gabriel et Michaël ou Michel, le prince des archanges. Mentionné à peine une demi-douzaine de fois dans la Bible, l’archange Michel est singulièrement présent dans le paysage artistique européen.

Sans doute, sa manifestation la plus visible est-elle celle du Mont Saint-Michel dont les lecteurs des aventures de Lefranc dans l’épisode de l’Ouragan de Feu se souviendront. Ailleurs, le saint ailé se dresse sur la flèche de l’hôtel de ville de Bruxelles, d’où il terrasse le dragon car il est dit de lui dans l’Apocalypse (XII, 7) qu’à la tête de ses anges, il engagerait une bataille céleste avec le Dragon, et que bien entendu, ce dernier aurait le dessous.

A Rome, le Dragon a, au cours des siècles, pris tantôt l’aspect des Goths, tantôt celui des soldats de Charles VIII roi de France ou encore celui des lansquenets de Charles V. C’est sans doute la raison pour laquelle, des papes successifs, mus par la prudence qu’exige leur office, ont jugé bon non seulement de fortifier l’antique mausolée d’Hadrien mais de le placer sous la protection de l’archange dont une statue couronne désormais l’édifice. Car le saint ange du Château Saint-Ange n’est autre que l’archange Michel.

Que ceux que ces histoires de sanctuaires ennuient se rassurent car si Michel s’est révélé impuissant pour empêcher que la Tosca ne se précipite dans le Tibre, il reste présent dans notre vie quotidienne. Un verre de San Miguel à la main, on pourra, selon les âges, écouter de la musique chantée par Sir Michael Jagger ou par Michael Jackson et évaluer les chances qu’a Michel Platini de succéder à Joseph (un autre nom biblique) Blatter à la tête de la FIFA.

FB-f-Logo__blue_512La Ligne Claire est également disponible sur Facebook.