Europan, au ban de la quinzaine de l’urbanisme genevoise

 

La quinzaine de l’urbanisme qui s’est ouverte lundi au pavillon Sicli à Genève a tous les ingrédients d’un évènement réussi : un conseiller d’Etat charismatique et pertinent pour le discours d’ouverture, une belle exposition itinérante sur les coopératives zurichoises et une autre, venant d’encore plus loin, sur cinq architectes wallons. Le public était au rendez-vous et l’ambiance générale était celle d’une communauté de professionnels et d’habitants enfin disposés à en découdre avec le grand problème qui hante cette ville : le manque chronique de logements. En effet, un tiers des actifs qui contribuent quotidiennement au miracle économique genevois sont des pendulaires transfrontaliers. Le mot d’ordre d’Antonio Hodgers ne pouvait être plus clair : il faut loger cette population à Genève et le faire vite.

 

Programme Quinzaine de l'urbanisme 2016_0-1

Pourtant, le projet lauréat du très prestigieux concours d’idées Europan, alors même qu’il répond à ce défi avec la fraîcheur des trente ans de ses concepteurs, semble mis à l’écart: il propose ni plus ni moins de densifier les zones villas en y appliquant les principes défendus par la LAT, à savoir un développement des zones déjà bâties.

S’appuyant sur des exemples concrets, la proposition du collectif Learning from a-t-elle été jugée trop délicate? Elle est reléguée loin des deux grandes salles d’exposition, au pied d’un escalier, près d’une issue de secours sur un unique panneau de présentation qui n’est autre que le rendu de concours.

Si ce projet a véritablement fait l’objet d’une mise à l’écart afin d’éviter de choquer ceux qui l’interpréteraient comme une stratégie officielle, il démontre par son rejet les risques qu’encourt une institution à trop dépendre d’une ou plusieurs instances officielles. On s’imagine difficilement une institution vouée à promouvoir la culture du bâti attaquer frontalement la politique d’aménagement de la ville ou du canton dont elle dépend financièrement.

Pourtant, c’est bien de cela que Genève ou l’Etat de Vaud auraient véritablement besoin : un “Mamco de l’architecture”, c’est-à-dire une institution indépendante comme celle qui sous l’égide de Christian Bernard a maintenu pendant plusieurs années un cap audacieux, contre tous ceux qui souhaitaient une programmation plus consensuelle.
La maison de l’architecture au pavillon Sicli et demain la CUB à plateforme10 auront-elles les moyens de cette liberté ?

 

 

Christophe Catsaros

Christophe Catsaros

Critique d'art et d’architecture, Christophe Catsaros a étudié la philosophie à l’Université de Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *