“A mort l’arbitre!” aux cinémas du Grütli

Un mois sur deux, la revue romande Tracés, la Cinémathèque suisse et la Maison de l’Architecture de Genève explorent les liens entre architecture et cinéma.
La séance du lundi 27 février aux Cinémas du Grütli, se penche sur le destin cinématographique d’un ensemble postmoderne réalisé par Ricardo Bofill.

 

Michel Serrault en train de couper le téléphone de l’immeuble de Bofill.

C’est dans les espaces d’Abraxas de Ricardo Bofill, un ensemble résidentiel emblématique du néoclassicisme postmoderne à Noisy-le-Grand, que Jean Pierre Mocky place l’intrigue de ce film d’action sorti en salle en 1984. Véritable chasse à l’homme dans ce qui s’apparente à un palais pour le peuple, “A mort l’arbitre” constitue une étonnante visite du propriétaire.
Bofill est l’une des figures éminentes du postmodernisme des années 80. Il prône une architecture monumentale et formaliste qui remet à l’ordre du jour certains attributs du classicisme. Redonnant sa place à l’ornement, il orchestre l’espace comme un décor de théâtre.
Un décor qui plaît aux cinéastes. Après Mocky, Terry Gilliam y tournera certaines scènes de “Brazil”. De l’angoissant piège chez Mocky, au décor d’une dictature chez Gilliam, les espaces d’Abraxas incarnent au fil des tournages une véritable dystopie filmique. Dernier épisode de ce destin cinématographique, le troisième volet de la saga “Hunger Games” y a été tourné en 2014.
Pourtant ce bâtiment-ville semble vouloir résister au destin auquel le vouent les réalisateurs. Malgré le lent déclin sociologique de ce qui était au départ un ensemble résidentiel de standing, les espaces d’Abraxas restent encore aujourd’hui un prestigieux décor apprécié de ses habitants.

 

“A Mort L’arbitre!” de Jean-Pierre Mocky, aux Cinémas du Grütli, à Genève le 27 février, à 20h45.

Paris, coeur de verre.

Tel est l’usage en France : le souverain, qu’il s’agisse de Louis XIV, Napoléon III ou François Hollande, demande à son architecte de réfléchir à un projet qui lui tient à cœur. En 2017, la tâche incombe à Dominique Perrault, l’architecte, entre autres, du nouveau bâtiment de mécanique de l’EPFL.
Il ne s’agit certes pas d’un palais mais bel et bien du cœur de Paris, l’île de la Cité, tiraillée entre sa vocation patrimoniale, judiciaire, administrative, hospitalière et touristique. L’exposition qui se tient actuellement à la Conciergerie est une tentative de restituer au grand public la réponse à la préfiguration du développement de cette précieuse parcelle.

Comment faire plus sur un territoire exigu (13 hectares) sur lequel abondent les superlatifs? Les 12 millions de visiteurs qui se bousculent sur le parvis de Notre-Dame, les hordes de touristes qui parcourent l’île de long en large, les juristes et autres justiciables du Palais laissent-ils la moindre place à l’élaboration de quelque chose de nouveau ? A en croire Dominique Perrault, tout reste à faire. Les espaces sont cloisonnés ; il faut faire en sorte qu’ils puissent être reliés.
Il y aurait des changements à envisager à long terme. S’il n’est plus question de fermer l’hôpital, le tribunal du grand palais est appelé à se réorganiser suite à la construction par Renzo Piano d’un nouveau tribunal de grande instance aux Batignolles.
Mais c’est ailleurs que les planificateurs jettent leur dévolu: l’île compte pas moins de trois grands parkings souterrains, sous autant de places publiques. La voiture n’ayant plus droit de Cité au centre de Paris, ces parkings seraient autant de m3 éventuellement reconvertibles. L’avenir du cœur de Paris serait donc souterrain. On comprend mieux pourquoi Dominique Perrault a été désigné pour ce travail de préfiguration. De la Bibliothèque nationale de France (BNF) à l’université Ewha en Corée du Sud, ce dernier est considéré comme un spécialiste des grandes structures souterraines.

Pour l’île de la Cité, il ne fait pas les choses à moitié. Il esquisse un projet cohérent, quoi que discutable, dans ses choix formels. S’appuyant sur deux concepts chers aux situationnistes, l’urbanisme unitaire d’Henri Lefebvre et l’insularité de Guy Debord, il s’efforce de restituer pour le grand public les grandes lignes d’un développement qui rétablirait deux choses : le rapport au fleuve et le caractère unitaire de l’île.
La Seine est ainsi remplie de guinguettes et de piscines flottantes, l’ensemble de l’île piétonnisé et les espaces non bâtis, qu’ils s’agisse de cours intérieures ou de places existantes, traités de façon uniforme.
Jusqu’ici tout va bien. Là où les choses se gâtent, c’est quand cette réunification prend la forme d’un vaste projet de couverture des espaces non bâtis, par toute une série de constructions en verre. Du sol en verre préfiguré pour le parvis de Notre-Dame, au dôme de la préfecture de police en passant, par les multiples verrières sensées recouvrir plusieurs cours intérieures, ce matériau serait appelé à jouer un rôle déterminant dans l’unification de l’île. Seule la place Dauphine, trop parfaite dans ses proportions pour être altérée, reste à ciel ouvert.

En jaune sur fond bleu, les parties recouvertes par des verrières. Des espaces urbains actuellement à ciel ouvert transformés en environnements fermés, climatisés, et sonorisés?

Le résultat formel de cette proposition donne à l’ensemble l’allure d’un gigantesque bâtiment, le doré choisi sur le plan pour qualifié les ajouts n’allant pas sans évoquer celui du nouveau bâtiment des Halles. S’il est très loin des aspirations situationnistes dont il s’inspire, ce projet est tout à fait dans l’air du temps avec cette tendance à recouvrir les cours pour les transformer en vastes espaces d’intérieur.

Pire, l’étude semble faire le lit d’une reconversion qui donnerait beaucoup trop de place à des activités commerciales, actuellement peu présentes sur l’île. Nous l’avons compris à présent : chaque fois que la Ville de Paris s’apprête à réaliser des plus-values juteuses en reconvertissant ses espaces publics en espaces destinés au commerce, elle se sent obligée de faire un brainstorming et une exposition, façon de dire, « rien n’est caché, tout était connu dès le départ ».
Il en fut ainsi des Halles dont les très belles réflexions d’architectes n’ont pas eu la moindre incidence sur le partage du gâteau entre Unibail, le principal bailleur commercial, et la Ville de Paris.
Dans ses excès de verre et de métal doré, le projet de Dominique Perrault trouve un mérite inespéré : en adoptant le langage formel des malls, il trahit les intentions commerciales de cette vaste reconversion.

Un train endommagé bloque le trafic entre Lausanne et Paris

Plusieurs centaines de passagers, dans un TGV et sur les quais à Vallorbe, subissent les conséquences d’une grave avarie matérielle qui empêche le TGV 9261 parti à 7h57 de Paris d’arriver à Lausanne.
La situation est toujours en cours entre Frasne et Vallorbe. Le train endommagé circule actuellement sur une voie unique à une vitesse ne dépassant pas 30 km/h. Tel un ange benjaminien, Le conducteur s’arrête régulièrement pour s’assurer que la partie endommagée du train de détruit pas à son passage les capteurs de signaux sur la voie.

Le théâtre de la cruauté de Jérôme Bel

 

Faire tourner des infirmes sur des fauteuils roulants ; rire de la déambulation maladroite de danseurs trop gros, ou trop vieux pour correspondre à nos attentes chorégraphiques ; Se réjouir de solos approximatifs d’amateurs sortis in extremis de leur insignifiance ; rire d’actes manqués, de trébuchements involontaires. S’agit-il d’un théâtre cruel pour public malade de téléréalité ?

Les chorégraphies de Jérôme Bel mêlant professionnels, amateurs et handicapés pourraient facilement être qualifiées d’odieuses par quiconque n’y a jamais assisté, tant le récit de ce qui s’y passe sur scène préfigure le pire.
Il faut s’y être rendu ne serait ce qu’un fois pour comprendre à quel point le rire de la salle face au déhanchement maladroit des danseurs n’a rien de moqueur. Bien au contraire. Le public rit de joie. Il rit d’avoir été momentanément libéré d’une perception convenue du corps et de son potentiel scénique.
On rit  d’une pirouette réussie par quelqu’un que rien ne destinait à en faire une. On rit de ce bonheur qui vous prend face à un débordement. Car la scène déborde, cela va sans dire.
L’euphorie qui inonde la salle est une affirmation totale de la vie, comme peut l’être la danse quand elle sait théâtraliser la prise de risque.

 

 

Le risque de celui qui se lance sans aucune certitude sur son atterrissage. Le risque de l’acte de séduction, lancé sans la moindre garantie de trouver acquéreur. Le risque de l’amateur qui n’a rien de l’assurance de celui qui maîtrise les gestes et les enchainements. Cette audace des amateurs qui rejoignent à chaque étape les danseurs de la troupe constitue probablement le socle dramatique des spectacles de Bel.
Ce qu’ils accomplissent face à un public riant aux éclats, leur performance aux allures d’audition burlesque, porte discrètement la tristesse des espaces scéniques une fois le spectacle terminé. Ce spleen n’est en aucun cas de nature à gâcher la fête. Il permet juste à la joie ne pas s’engouffrer dans l’insignifiance. Les gestes manqués, mêmes hilarants, ont une gravité chez Bel.

Tel pourrait être finalement l’adage de ce théâtre dionysiaque : apprendre à lâcher prise. Jouir de voir quelqu’un prendre un risque et s’en sortir. Ne pas ricaner_ rire de plein coeur.

Gala est à voir au théâtre du Vidy, jusqu’au vendredi 3 février.