Nike et ses chaussures qui vont plus vite que les autres

DIGITALE ATTITUDE : Aujourd’hui lors d’un marathon, avant même de prendre connaissance du temps chrono d’un coureur, tous les regards convergent sur ses chaussures. Indubitablement, le premier qui passe la ligne d’arrivée, a des Nike fluo aux pieds.

«Depuis sa commercialisation en 2017, les records tombent en cascade. Les cinq marathons les plus rapides de l’histoire chez les hommes ont été courus ces deux dernières années par des athlètes qui les portaient, et deux chez les femmes», rappelle le journal français Les Echos.

Accusée par de nombreux coureurs professionnels de donner un avantage et de n’être pas moins qu’un «dopage technologique», la gamme Vaporfly de Nike, composée de lames en fibre de carbone et de semelles en mousse qui font l’effet d’un ressort, a contraint l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (World Athletics) à revoir sa copie. Dans son règlement révisé :

«À partir du 30 avril 2020, les semelles ne devront pas dépasser une épaisseur de 40 mm et ne pourront pas contenir plus d’une plaque et plus d’une lame rigide. A l’issu d’une course, l’arbitre sera autorisé à demander à un concurrent d’ôter ses chaussures pour inspection, s’il a un soupçon raisonnable sur leur conformité. Et avant d’être éligible en compétition, les modèles devront être disponibles à la vente en magasin ou sur Internet depuis quatre mois.»

Lors des qualifications américaines aux Jeux Olympiques de Tokyo, le 29 février dernier à Atlanta, Nike a distribué gratuitement sa dernière réalisation, le Alphafly Next%, qui répond en tous points aux injonctions de l’IAAF en termes d’homologation. Parmi les centaines d’espoirs qui ont participé à ces essais, plus de 70% ont courus avec, délaissant leurs propres sponsors de longue date. Selon le New York Times, certains ont même maquillé leurs chaussures en rajoutant les trois bandes blanches du logo Adidas pour les camoufler.

Au final, quatre des six vainqueurs portaient ces modèles Nike haute performance.

Que les JO aient lieu ou non cette année, dorénavant, l’intérêt pour la marque de chaussures qui montera sur la plus haute marche du podium, sera aussi intéressante que le nom du médaillé.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

3 réponses à “Nike et ses chaussures qui vont plus vite que les autres

  1. Je trouve est assez étonnant que des règlements viennent brider ces chaussures qui ne contiennent tout de même pas un moteur. Celles-ci ne font que transmettre l’énergie musculaire fournie par le coureur. Quant à parler de « dopage technique », dans cette vision le relief des semelles de caoutchouc du vieux temps étaient alors déjà un dopage technique. Quant à moi, trop affaibli par mon mal de dos pour me lancer dans la compétition, je demande à Nike de coller ses semelles magiques sous des sandales de ville, et sous des pantoufles de chambre. Le troisième âge qui désire se sentir des ailes en avançant lentement lui sera reconnaissant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *