Les campagnes qui ont boosté les dons d’organes

DIGITALE ATTITUDE : Accorder de la reconnaissance aux donneurs potentiels en leur attribuant un badge d’honneur: un petit coeur rouge sur leur carte d’identité, leur rendre hommage à l’hôpital le jour où cette décision se concrétise, sont des pratiques courantes aux Etats-Unis.   

Ajouter le statut «donneur d’organes» sur son profile, une initiative lancée par Facebook en 2012, a permis aux utilisateurs de s’inscrire dans les registres officiels.

Le premier jour où cette option a été activée, l’enregistrement en ligne des donneurs potentiels a été multiplié par 21. Un engouement qui s’est poursuivi pendant 15 jours. «La réponse à court terme a été spectaculaire, comme nous n’avons jamais constaté auparavant pour aucune autre campagne”, a déclaré le Professeur de Chirurgie Andrew Cameron de l’université Johns Hopkins dans un communiqué en 2013.

Si «l’effet Facebook» ne fait plus la une des journaux, le réseau social a démontré son efficacité à sensibiliser les usagers à la question et a été responsable de l’inscription d’innombrables donateurs potentiels.

Tout comme le service américain des automobiles et de la navigation, le DMV, qui permet de cocher la case «donneur d’organes» lors du renouvellement de son permis, obligatoire tous les huit ans. Un petit cœur rouge se rajoute alors sur ce document qui fait office de pièce d’identité.

Mais depuis quelques mois, un nouveau rituel prend forme dans les hôpitaux du pays, qui ne manquera pas de sensibiliser encore d’avantage les citoyens. Celui du «walk of honor» ou haie d’honneur. Le patient (mort cliniquement) sur une civière est accompagné par sa famille dans la dernière ligne droite qui le mène au bloc opératoire, défilant ainsi au milieu du personnel hospitalier – médecins, techniciens, infirmiers – convoqué pour rendre ce dernier hommage. Ces scènes très émouvantes, filmées et diffusées par les médias font grimper les inscriptions et ont même été reprises dans un épisode de la série télé à succès The Good Doctor.

En Suisse, le premier registre national, Swisstransplant, n’a a été lancé qu’en 2018, et permet de consigner sa décision sur Internet. Soutenu par la Confédération, il se fait connaître par le biais des réseaux sociaux, d’événements, de clips vidéo et un spot TV.

Mais une initiative populaire pour instaurer un «consentement présumé», a été déposé à Berne le 22 mars dernier par la Jeune Chambre Internationale (JCI )de la Riviera, pour que tout citoyen soit considéré comme donneur à moins de s’y être formellement opposé. Alors on peut s’attendre à de nouvelles campagnes de sensibilisation autour de nous jusqu’aux votations. Il y aurait des idées à prendre des États-Unis.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *