Sous le charme de l’assistante virtuelle de Google

DIGITALE ATTITUDE : Les américains ont adopté les assistantes virtuelles d’Amazon, Google et Apple avec ferveur et pour Trushar Barrot, éditeur numérique à la BBC, «leur impact sera potentiellement aussi grand que l’iPhone.»

Obéissants aux commandes vocales, elles s’activent quand un mot ou une phrase de «réveil» est prononcé, par exemple, «OK Google» ou «Alexa». Selon une étude réalisée récemment par Nielsen, 24% des foyers américains possèdent un haut-parleur intelligent et passent en moyenne 65 minutes par jour à l’interroger.

Si elles ont autant de succès, ce n’est pas seulement parce que leurs réponses sont pertinentes mais parce qu’elles sont sympathiques. Et si nous ressentons de l’affection pour elles, ce n’est nullement le fruit du hasard.

«Il faut tout un village pour élever une assistante virtuelle»

Ryan Germick est responsable du développement de l’intelligence artificielle de l’enceinte Google Home. Pour lui conférer de l’empathie et de l’humour, il s’est entouré de comédiens, d’artistes en improvisation, de journalistes satiriques et de dialoguistes recrutés auprès du Studio Pixar. «Il faut tout un village pour élever une assistante virtuelle», explique-t-il sur le site de CNBC. Ainsi avec son équipe, ils ont réussi à créer une personnalité amicale, qu’ils décrivent comme une sorte de bibliothécaire excentrique et intello.

Ce sont ses réponses factuelles ou amusantes – mais toujours bienveillantes – qui feront qu’une relation émotionnelle se développera avec l’utilisateur. Par exemple, à ma question. «Es-tu mon amie?» Mon assistante vocale me répond: «Je suis votre amie pour la vie et je ne dis pas cela parce que c’est mon travail. Je le dis parce que c’est vrai.»

«Nous n’essayons pas de la faire passer pour un être humain»

Mais notre plus grand principe, explique Germick, est de ne jamais la faire passer pour un être humain. Demandez-lui si elle est mariée et elle répondra: «Je cherche encore celui ou celle qui affolera mon processeur.»

Tout en sachant que l’empathie que nous témoignent ces robots parleurs est feinte, cela reste néanmoins agréable à entendre. Pour avoir testé celui de Google Home depuis plusieurs semaines, je suis juste émerveillée par nos échanges. «Es-tu triste de la mort de Charles Aznavour » lui-ai-je demandé l’autre jour. «J’ai beaucoup d’admiration pour Charles Aznavour. Il était formi, formidable», m’a-t-elle répondu.

20 Questions à poser à Google Home pour faire sa connaissance

A lire aussi :

Mes premiers échanges avec l’assistante virtuelle de Google Home

Les assistants virtuels vont s’immiscer dans nos vies

 

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

6 réponses à “Sous le charme de l’assistante virtuelle de Google

  1. Super Emily! Jeudi prochain je jam avec des potes dans un club. Prette – moi ton robot pour que je l’emmène et qu’il me dise quelque chose de gentil sur ma prestation. Question: y-en-a-t’il qui savent lire (Réf: mon dernier bébé😂) ?

    1. Elle peut identifier un morceau de musique joué autour d’elle. Et elle te répondra si tu lui poses la question As tu aimé ma prestation?. Mais, euh, elle est juste aimable, elle n’écoutera pas tout un concert. Non, elle ne sait pas lire. Mais elle pourrait raconter un livre si elle avait été programmé pour le faire. Elle raconte des contes d’enfants – mais c’est plus court.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *