Isabelle Moret: une campagne ratée

Je ne suis de loin pas toujours d’accord avec les éditos du Temps, mais là je trouve que son rédacteur en chef a trouvé l’expression juste, au lendemain de l’élection d’Ignazio Cassis, pour qualifier la campagne d’Isabelle Moret : «ratée tant du point de vue de la clarté de son message que de son ambivalence quant au fait d’être une femme en politique». Si seulement ce verdict impitoyable mais incontestable pouvait stimuler la réflexion sur les mécanismes de tant d’échecs vécus par des politiciennes, en particulier au PLR, ce parti plus sournoisement misogyne que l’UDC !

Isabelle Moret a raté sa campagne, en particulier s’agissant du deuxième point de vue, parce qu’elle n’a pas su jouer la carte femme qu’elle avait pourtant en mains. Mais pour une femme dans sa situation la carte était pipée, et c’était trop tard pour réclamer un nouveau jeu.

Pour être un tant soit peu portée par son parti (ce qu’elle a été du reste très médiocrement), la candidate devait lui donner des gages de «PLR- compatibilité», dans ses positions politiques (y compris s’agissant des vrais intérêts des femmes dans la société) comme dans son profilage personnel. Elle ne pouvait pas se déclarer féministe (ce qu’elle n’est du reste pas), parce que c’est une race fort peu prisée chez les siens, et elle ne pouvait dès lors pas réagir comme il aurait fallu à l’innommable traitement qui lui a été réservé. Elle a avalé toutes les couleuvres avec un sourire de porcelaine, se contentant de mettre en avant l’argument le plus nul qu’une femme puisse brandir en politique, son expérience de mère. Ça, ça passe, ça ne mange pas de pain, à la limite ça rassure, surtout quand on s’abstient de tout positionnement politique un peu offensif sur le sujet.

Faite comme une rate, Isabelle Moret. Les femmes de gauche, et la gauche en général, ne l’ont pas assez soutenue ? Evidemment, à cause de ses positions politiques très droitières mais aussi à cause de son manque total d’intelligence et de combativité féministe. Dans un parti ou plus largement dans une société qui accule systématiquement les femmes ambitieuses à se justifier de l’être, il faut choisir son camp. Espérons que cet épisode serve de leçon à toutes celles, en politique ou ailleurs, qui s’imaginent pouvoir faire leur chemin en se calquant sur le modèle dominant.

Silvia Ricci Lempen

Silvia Ricci Lempen

Silvia Ricci Lempen est écrivaine. Son champ d’investigation préféré est celui des rapports entre les femmes et les hommes: un domaine où se manifeste l’importance croissante de la dimension culturelle dans la compréhension des fonctionnements et dysfonctionnements de notre société.

2 réponses à “Isabelle Moret: une campagne ratée

  1. En version plus poli, ca veut dire: Quoi qu’ il en soit de sa campagne, Isabelle Moret merite – en tant qu’alliee comme en tant qu’adversaire – un certain respect. Ce blog de Mme Ricci vise seulement sa personne, manque d’analyse politique et discredite toutes les femmes qui ont mene de brilliantes carrieres en sein du PLR.

Les commentaires sont clos.