La 5G déclenche un nouveau débat sur la santé

DIGITALE ATTITUDE : L’avènement la cinquième génération de la technologie sans fil suscite de nouveaux débats sur la répercussion des radiofréquences sur la santé.

Selon le journal qu’on a sous la main, on apprend que «les réseaux 5G auront besoin de fréquences plus élevées et de pylônes téléphoniques plus nombreux» ou, au contraire «ses réseaux auront besoin de fréquences moins élevées car ils seront répartis sur de nombreux petits antennes-relais.».

D’après The Telegraph, l’organisation mondiale de la santé (OMS) est en train d’examiner les dernières études afin de mettre un terme à la querelle entre scientifiques, en désaccord depuis des décennies, pour définir dans quelle mesure les ondes émises par les téléphones mobiles constituent un risque pour l’homme. Le rapport de l’OMS publié en 2011 avait classé la haute radiofréquence, comme un «cancérogène possible», tout en précisant: «qu’il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé».

La 5G est très attendue, car elle offrira des débits dix à vingt fois plus rapides que la 4G actuelle, un délai de transmission des données de 1 milliseconde contre 40 ms et permettra de faire face aux besoins de l’Internet des objets qui connectera des milliards d’appareils entre eux. Et la Suisse figure parmi les premiers pays précurseurs à la déployer. Depuis mars, Sunrise a commencé à équiper 150 villes et localités.

Lire aussi: Dès mars, la 5G deviendra réalité en Suisse

Néanmoins les préoccupations en matière de santé resurgissent de plus bel un peu partout. Près de San Francisco, le conseil municipal d’une petite ville vient de voter à l’unanimité pour bloquer le déploiement des pylônes 5G dans les zones résidentielles. Et une pétition circule sur Internet sur le site Change.org destinée au président de la confédération Ueli Maurer. Son but: «Que les compagnies qui gèrent l’aménagement du réseau téléphonique, internet et mobile n’installe pas le réseau 5G».

En attendant d’y voir plus clair, si cela arrive un jour, mieux vaut continuer à observer les conseils habituels: tenir le téléphone à distance pour parler (haut-parleur ou kit mains-libres), ne pas porter son téléphone sur soi, ne pas dormir près de son téléphone, limiter l’usage des téléphones aux enfants.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

3 réponses à “La 5G déclenche un nouveau débat sur la santé

  1. Je reste très surpris que les journalistes ne font pas l’effort de creuser au-delà du bla-bla habituel, mais se contentent de relayer des on dits. La première question est: les performances promises seront elles réelles pour le consommateur et pourquoi faire.
    La seconde est plus pointue: les effets sur la santé, et particulièrement les interférences avec le mode de transmission neuronal sont-ils corrigés dans la 5G. Car finalement, ce serait le premier argument pour l’implantation de cette technologie. Malheureusement, les effets pervers de la commutation des trains de messages dont la fréquence correspond à celle de notre système nerveux n’ont jamais été admis bien que cette démonstration soit, semble-t-il, facile à réaliser.
    Les très hautes fréquences ont aussi potentiellement un effet sur la fertilité. C’est un phénomène connu chez les personnes qui ont été exposés aux ondes radar.
    Le sentiment est que l’on parle dans le vide pour éviter les vraies questions et les vraies études, à l’image de nos politiciens qui n’attendent pas la conclusions des études qu’ils ont commanditées pour vendre les bandes de fréquence de la 5G. Bref, pourquoi ce débat trop vide n’arrive-t-il pas avant l’attribution des fréquences?
    Par vos conseils, vous résumez fort bien l’état de notre système.

  2. Je suis diagnostiquée électrohypersensible (EHS) depuis l’avènement de la 4G. Avec la 5G et l’électrosmog augmentant sans cesse (x 1000 ces dix dernières années en Suisse!), nous serons plus nombreux à être intolérants aux rayonnements des technologies sans fil (RNI), sans compter les autres atteintes à la santé humaine, à l’ensemble de l’écosystème, à l’environnement, à la sphère privée, à la sécurité, à l’éthique… La 5G n’est pas acceptable pour toutes ces raisons. Cherchez l’Appel international demandant l’arrêt du déploiement de la 5G sur terre et dans l’espace de 170 scientifiques internationaux sans conflits d’intérêt, avec études référencées. Signez et partagez la pétition change.org contre la 5G en Suisse http://chng.it/BBG8gxkfN6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *