La reconnaissance faciale pour les animaux

DIGITALE ATTITUDE : La reconnaissance faciale ne se limite pas aux humains, elle s’applique aussi à certaines espèces animales en voie de disparition.

Elle est notamment incluse dans un programme baptisé PrimeNet, qui a fait l’objet d’un article récent dans le magazine Futurism. Il s’agit d’un logiciel doté d’intelligence artificielle, capable d’identifier certains types de singes pris en photo depuis une application sur son smartphone, développée à l’Université d’Etat du Michigan (MSU).

Là-bas, des scientifiques ont créé une base de données composée de milliers d’images de trois espèces de primates: les singes dorés, les lémuriens et les chimpanzés. Puis ils ont utilisé ces données pour former un réseau neuronal capable d’identifier des attributs très spécifiques, comme la couleur du pelage, la forme des pupilles ou la distance entre le nez et le front. Chaque animal ainsi caractérisé peut être reconnu par la suite.

Les appareils traditionnels pour traquer les animaux sauvages sont coûteux. De plus, la capture et la pose de balises peuvent prendre du temps et les perturber, provoquant un stress et parfois même des blessures. En plus de constituer une méthode plus douce pour surveiller les primates, la reconnaissance faciale peut aussi servir de nouvel outil pour lutter contre le trafic illégal. Par exemple, s’ils identifient un grand singe capturé, les rangers pourront avoir une idée d’où il vient.

Un autre projet, FishFace, développé par l’ONG australienne The Nature Conservancy (TNC), utilise également l’apprentissage automatique pour venir en aide à la faune sous-marine. Mais malgré son nom, ce logiciel ne reconnait pas les visages des poissons, il identifie plutôt les espèces d’après une photo et peut estimer leur nombre à la sortie de l’eau dans les filets. L’objectif étant de réduire la surpêche et d’avoir ainsi accès à des données plus précises sur les opérations maritimes commerciales. Car selon le média Seeker.com, «le monde est à court de poissons. Les prises mondiales ont atteint un sommet dans les années 1980 et n’ont cessé de décliner depuis. Aujourd’hui, 64% des espèces sont surpêchées et la grande majorité d’entre elles ne bénéficie pas d’une gestion efficace des effectifs.» Le but ultime de cette ONG est d’intégrer sa technologie dans les smartphones.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Une réponse à “La reconnaissance faciale pour les animaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *