Après les fake news, place aux «fake videos»

DIGITALE ATTITUDE : Alors que les États, les médias et les réseaux sociaux cherchent des solutions pour lutter contre la propagation de fake news, voilà que se profile un danger encore plus grand, les «fake vidéos.»

Dans une vidéo qui a paru sur mon fil d’actualité sur Facebook, William Shatner, l’acteur culte du film Star Trek, est installé dans un fauteuil au coin du feu et s’adresse à mon amie April pour lui souhaiter bon anniversaire. Puis il se lève et lui chante une chanson. A l’arrière plan, derrière des musiciens, s’affiche un panneau lumineux qui clignote avec les lettres de son prénom. Je constate alors qu’il s’agit d’une formule de carte de vœux personnalisée provenant du site americangreetings.com.

Une vidéo truquée d’Obama

Quelques jours plus tard, sur le site Ultimedia, je vois une vidéo de Barack Obama, assis devant un drapeau américain. Il dit que Donald Trump est un «dip sh***» (une personne méprisable, en traduction polie). Ces paroles sortent bien de sa bouche, c’est bien son timbre de voix et je reconnais sa gestuelle, mais l’ancien président n’a jamais prononcé ces mots-là – du moins en public. La voix est celle d’un imitateur qui a été juxtaposée sur la sienne. La vidéo est donc truquée, comme celles qui commencent à proliférer sur Internet. C’est le site buzzfeed qui vient de réaliser ce montage afin d’appeler les internautes à une plus grande vigilance en ligne.

On peut d’ores et déjà imaginer la gravité des conséquences en politique, sur l’économie et dans la vie privée des individus, si de telles manipulations devaient se multiplier.

Les «deep fakes» porno

Plusieurs célébrités en sont déjà les victimes au sein d’une communauté sur le site de Reddit, qui s’amuse à transférer leurs visages sur des corps d’actrices porno, définissant ainsi un nouveau genre dans l’industrie du X, aussitôt baptisé «deep fakes».

Distinguer le vrai du faux

Cette technologie a aussi été utilisée pour discréditer la militante et survivante de la fusillade de Parkland Emma Gonzalez: un clip qui a paru sur le site de TeenVogue a été falsifié pour faire croire qu’elle déchirait la Constitution, quand il s’agissait en réalité d’une cible d’entraînement en papier provenant d’un champ de tir.

Si modifier une vidéo est devenu plus facile c’est grâce à une nouvelle génération d’applications dotées d’apprentissage profond avec leurs tutorials à l’appui – comme Deep Fake App ou FakeApp –  et les banques d’images sur Ie Web, disponibles à tous.

DARPA contre-attaque

Selon TechCrunch, DARPA, l’agence du département de la Défense des États-Unis, s’attaque au problème avec sérieux dans le cadre de son programme Media Forensics. L’enjeu : protéger la prochaine campagne présidentielle américaine de 2020. Avec des chercheurs de l’Université d’Amsterdam et de l’Institut de Recherche Idiap en Suisse, elle participe au développement d’un système automatisé qui serait capable de détecter si des images ou des bandes-sons ont été faussées. Pourvu que ça marche.

Lire aussi: Voici venu le temps de la technologie criminelle

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *