Le sexe des anges

Sur l’une des cartes de vœux qui atterrissent ces jours parmi mes mails, cette illustration m’a fascinée. Un ange….une ange ? Difficile de trancher en contemplant ce magnifique portrait d’un être essentiellement indécidable, fille et garçon, corps et esprit, enfant et presque adulte. Mais pourquoi diable (oups…) faudrait-il trancher ? L’expression discuter du sexe des anges ne renvoie-t-elle pas à l’idée d’un pinaillage vain?

D’après le peu que je sais (commentaires bienvenus), l’Eglise catholique a fait des anges des êtres asexués pour ne pas mêler un quelconque érotisme à la mission de médiation entre Dieu et l’humanité. Mais le beau ou la belle ange de l’illustration semble plutôt cumuler les deux sexes avec son éclatante ambigüité charnelle – incarner l’infinité des bonheurs, matériels et spirituels, inscrits dans tous les corps.

Nous vivons à une époque où une partie de l’humanité refuse de s’enfermer dans une seule identité sexuelle, revendiquant, par exemple, la possibilité de ne cocher ni Madame ni Monsieur sur les formulaires administratifs, ou d’utiliser des toilettes non marquées par une jupette ou par un pantalon. C’est ce qu’on appelle l’expérience queer de navigation quotidienne entre la dite féminité et la dite masculinité. A chacune et chacun de s’y reconnaître ou pas du tout, vive la liberté et les chaussettes à licornes roses, quels que soient les petits pieds qui les revêtent. Le moment serait-il venu d’enrichir le sens prêté aux anges, d’en faire les messagères/messagers de tous les possibles ? Peut-être que Dieu, au fond, serait d’accord….

Je me suis renseignée. L’image, reprise sur Wikimedia Commons et appartenant au domaine public (ce qui m’autorise à l’utiliser à mon tour), représente une œuvre de Joanna Mary Boyce, intitulée Bird of God (1861) et figurant en ce moment même dans une exposition à Londres consacrée aux «Sœurs préraphaélites». Je recopie : «170 ans après l’exposition des premiers tableaux par les Frères préraphaélites en 1849, “Sœurs préraphaélites” explore la contribution négligée de douze femmes à ce mouvement artistique emblématique(…)» Haha! Encore du grain à moudre sur la vaste question de l’encagement dans les identités sexuelles. Joyeuse Noëlle !

Silvia Ricci Lempen

Silvia Ricci Lempen

Silvia Ricci Lempen est écrivaine. Son champ d’investigation préféré est celui des rapports entre les femmes et les hommes: un domaine où se manifeste l’importance croissante de la dimension culturelle dans la compréhension des fonctionnements et dysfonctionnements de notre société.

3 réponses à “Le sexe des anges

  1. Ouf! Enfin un rôle sympa accordé à ces pauvres anges dont, depuis 1453, date de la chute de Constantinople, on ne sait pas plus de quel bord ils sont. Mais messagers de la liberté, ouais! Ni dieu – pour un ange cela ne va pas de soi – ni maître et je fais ce que je veux, tant que je t’accorde le respect qui t’est dû. Si je veux jouer Orlando – femme le matin, homme le soir – j’aurai dorénavant un ange gardien.

  2. Très beau texte et illustration lettres et l’art réunis.
    Les anges sont des messagers de Dieu peut importe leur sexe.
    Dieu fait homme n’a par ailleurs jamais condamner le sexe “aimez vous les uns les autres”
    Ne condamne pas l’amour charnel en dehors de la procréation.
    Ce qui est défendu est le comportement moral qui ne doit pas asservir ni faire souffrir . Dieu ne condamne pas Marie Madeleine pour une question de luxure mais l’incite à ne pas vendre son corps.
    Le mythe d’Adam et Eve chassés du paradis est évidemment un mystification pour asservir Homme et Femme. Toute notion de plaisir étant une perte de temps et d’argent pour la société religieuse de l’époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *