Le retour en ligne de Donald Trump

L’ancien président a une nouvelle présence sur le Web à l’adresse 45office.com. Encore banni des réseaux sociaux suite à l’insurrection au Capitole du mois de janvier – il ouvre ainsi un premier canal de communication pour poursuivre sa campagne «America First».

Sous le chapitre About, en moins d’une page, il énumère ses accomplissements: «Le président Trump a inauguré une période de croissance économique sans précédent, de création d’emplois, de flambée des salaires et d’explosion des revenus».

Il décrit sa gestion de la pandémie comme un succès malgré les 400’000 morts sous son mandat: «Lorsque le fléau du coronavirus est arrivé de Chine, affligeant toutes les nations du monde, le président Trump a agi rapidement et de manière décisive».

Il n’est mentionné nulle part qu’il a été le premier président américain de l’histoire à avoir fait face à deux procès en destitution au Congrès et qu’il été le premier président américain depuis plus de cent ans à avoir perdu deux fois le vote populaire.

Donald Trump tente-t-il de réécrire l’histoire? Si c’est le cas, c’est une bien faible tentative, le contenu du site est trop maigre pour avoir une valeur bibliographique quelconque.

En vérité il s’agit d’un portail qui permet de remplir un formulaire pour inviter les Trump à participer à un événement ou encore envoyer un message personnalisé. Les prix ne sont pas indiqués sur le site et il faudra s’armer de patience pour avoir une réponse, car le traitement des demandes «pourra prendre jusqu’à six semaines».

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

7 réponses à “Le retour en ligne de Donald Trump

    1. C’est sans doute pourquoi un vaccin (qui semble par ailleurs très efficace) a été mis au point en Russie avant même qu’aux Etats-Unis. Poutine sauveur de l’humanité ?! 🙂

    2. C’est aussi pourquoi les premiers à avoir mis au point les vaccins à ARNm sont allemands (BioNtech à Mayence et CureVac à Tubingen)

    3. Ce sont les Américaines qui ont financés les vaccins, certainement sous l’avis du CDC et pas Trump qui préférait “le Bleach” et qui niait la pandémie pendant les mois. Bob Woodward a pu démontrer la preuve que Trump le savait depuis février, mais voulait créer une ambiance qui soutenait l’économie en dépit des morts.

    4. Vous lisez trop la propagande anti-Trump…

      “Les Etats-Unis se sont positionnés très tôt, sur ces deux types de financement, via notamment l’opération « Warp speed », voulue par Donald Trump. Le pays a financé à hauteur de 11 milliards de dollars les deux volets, celui de la recherche et du développement, et de l’achat de doses.”

      https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/covid-5-chiffres-fous-sur-le-financement-des-vaccins-1269170

      Pour Pfizer, Trump a garanti l’achat de 500 millions de doses. Sans cela, on ne saura jamais si Pfizer aurait financé le développement…

Répondre à Candide Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *