La majorité des couples américains se sont rencontrés en ligne

DIGITALE ATTITUDE . La séduction par écrans interposés est un véritable phénomène de société aux États-Unis qui a bouleversé et balayé toutes les traditions.

Selon une étude par des sociologues des Universités de Stanford et de l’Etat d’Arizona intitulée How Couples Meet and Stay Together, en 2017, 90% des personnes interrogées ont pratiqué un site ou une application de rencontre et près de 40% des couples hétérosexuels et plus de couples 60% homosexuels se sont formés sur Internet.

Avant l’arrivée de ces outils spécialisés, dont Match.com en 1999, puis Tinder en 2012, les américains trouvaient leurs partenaires sur les bancs d’école ou à l’université, au travail, dans leur congrégation, ou par l’intermédiaire de leurs familles et amis.

La stigmatisation initialement associée à cette démarche numérique a disparu à son tour. Les 4000 personnes ont répondu sans hésiter à la question Comment vous êtes-vous rencontrés? Et selon les chercheursles couples ayant fait connaissance sur la toile ne semblent pas être plus enclin à se séparer que ceux qui se sont rencontrés «dans la vraie vie».

Efficace pour cibler les qualités recherchées chez l’autre, le machine learning aujourd’hui permet de traiter les données de millions de candidats afin de trouver les points communs entre eux, offrant ainsi un choix de sujets immensément plus large et plus pointu que celui qui pourrait surgir de son entourage.

Ces dernières années ont vu une véritable explosion de services très spécifiques. Au-delà des sites de rencontre par religion, affinité politique ou par orientation LGBTQ, TallFriends par exemple s’adresse aux personnes de haute stature, Bristlr aux femmes qui aiment les hommes à barbe et Veg réunit les végans. Amusant, Mapple Match dont le slogan est «Make Dating Great Again», s’adresse aux américains qui aimeraient rencontrer un canadien pour fuir l’administration de Donald Trump.

L’industrie du matchmaking mondiale est valorisée à 4 milliards de dollars et emploie directement plus de 9’000 personnes globalement.

Pour les chercheurs de Stanford, les rencontres en ligne ont mené à un plus grand nombre de mariages interraciaux et à un plus grand nombre de couples ayant des religions et des niveaux d’éducation différents.

Emily Turrettini

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Une réponse à “La majorité des couples américains se sont rencontrés en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *