La reconnaissance faciale serait-elle la solution pour préserver les mineurs de tous les dangers en ligne?

Imaginez que chaque fois qu’un enfant se connecte à un réseau social, à un jeu vidéo ou à un site porno, un système de reconnaissance faciale limite son temps d’accès ou le bloque carrément.

Ce serait avec soulagement la fin des disputes en famille sur le temps d’écran, l’autorité parentale ne fixant plus les limites, mais la technologie elle-même.

La Chine est en train de tenter l’expérience. Afin de freiner le comportement addictif des mineurs, le système de reconnaissance faciale du géant des jeux vidéo Tencent déconnecte depuis le 6 juillet, les joueurs âgés de moins de 18 ans dès 22 heures.

En Occident, nous sommes encore loin de ce genre de mesure. A titre comparatif, Instagram a annoncé que dès à présent, pour préserver les jeunes du cyberharcèlement, tous les nouveaux comptes créés par des adolescents seront par défaut en mode privé lors de l’installation de l’application.

Sachant qu’il est très facile de changer ce statut en mode “public” dans ses paramètres, on peut se demander pourquoi cette mesure fait même l’objet d’un communiqué.

Mais pour revenir à la reconnaissance faciale, celle de Tencent scanne le visage du joueur pour le faire correspondre aux photos d’identification fournies lors de son inscription. Il ne s’agirait pas d’un logiciel qui détermine l’âge grâce à une série d’algorithmes qui pourrait se tromper.

Alors qu’attendent les réseaux sociaux pour arrêter de proposer des demi-mesures et mieux protéger les enfants?

La reconnaissance faciale sera bientôt omniprésente offline et online, il faudra bien s’y habituer. Sur le Web, on pourra bientôt s’affranchir des mots de passe, en montrant simplement son visage, grâce à l’adoption à grande échelle de la spécification Web Authentification, un gage de sécurité face au piratage. La reconnaissance faciale sera même intégrée dans tous les appareils dotés de caméra si Apple fait des émules. Car selon Mark Gurman de Bloomberg, d’ici deux ans, la marque à la pomme va étendre sa technologie Face ID à l’ensemble de ses produits.

Lire aussi : Tencent étend la reconnaissance faciale dans 60 jeux vidéo pour débusquer les mineurs

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

3 réponses à “La reconnaissance faciale serait-elle la solution pour préserver les mineurs de tous les dangers en ligne?

  1. Encore un façon de détruire la vie privée à cause de la paresse des utilisateurs et des parents, en plus pour accéder à des plateformes inutiles et polluantes. Il est temps de mettre ces géants de la bêtise offline.

  2. Vous oubliez une chose essentielle que beaucoup de gens oublient souvent: le respect! Le respect et aussi le respect de soit, passe par l’éducation depuis notre enfance par nos parents! Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui car un mineur éduqué qui se respecte lui-même aussi sait discerner ce qu’il doit voir ou pas à son âge. Par votre réflexion vous encouragez à l’abrutissement de la société qui doit s’avilir à la technologie pour se forger une éducation et des limites! Les parents ne sont déjà plus éduqués comment voulez-vous que leurs enfants le soient?

  3. Bonjour Émily, billet intéressant comme toujours ! La réponse à la question “La reconnaissance faciale serait-elle la solution pour préserver les mineurs de tous les dangers en ligne ?” est non selon moi. Oui la reconnaissance faciale a du bon pour l’authentification et la sécurité (nombre de banques en ligne l’utilisent déjà par exemple) mais pour préserver les mineurs de tous les dangers rien ne vaut l’éducation des parents/enseignants/société, la pédagogie et des lois pour forcer les réseaux sociaux à avoir un comportement plus responsable.

    Compter sur la reconnaissance faciale pour tout faire est dommageable quand on peut résoudre le problème avant (éducation, loi).

Répondre à Julien Monney Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *