Apple s’attaque au courrier électronique avec la «Protection de la confidentialité des e-mails»

Avec la version iOS 14.5 de son nouveau système d’exploitation mobile, Apple a déjà imposé sa loi sur la transparence des données, exigeant que les applications demandent la permission des utilisateurs avant de suivre leur activité sur le Web.

Mais voilà que la firme de Cupertino s’en prend également au courrier électronique. Lors de leur conférence annuelle début juin (la Worldwide Developers Conference ou WWDC), Apple a annoncé la mise en place avant la fin de l’année d’une nouvelle fonctionnalité, la «Protection de la confidentialité des e-mails», qui donnera aux utilisateurs plus de contrôle sur l’exploitation de leurs données.

Depuis des années, les spécialistes du marketing insèrent des pixels, de très petites images numériques invisibles, dans les mails qu’ils nous envoient. Lorsque nous ouvrons leurs messages, ces pixels sont récupérés sur un serveur. Puis, en utilisant un lien unique pour chaque abonné – généralement lié à son adresse électronique, l’éditeur peut savoir si le courriel a été ouvert et à quelle heure, une fois ou plusieurs fois, où se trouve l’expéditeur et quel est son numéro IP.

Le taux d’ouverture

Les éditeurs de newsletters disposent ainsi d’un indicateur essentiel pour leurs annonceurs: le taux d’ouverture. Elle est bien plus importante que le nombre d’abonnés.

Selon le service mail Hey, deux tiers de tous les messages que nous recevons aujourd’hui contiennent des pixels espions. La plupart des gens ignorent même l’existence de cette pratique et s’ils étaient au courant, ils ne l’autoriseraient sans doute pas si on leur donnait le choix. Ce que compte bien faire Apple. Ainsi nous assisterons probablement au même résultat qu’avec la mise en place des demandes d’autorisation pour les applications, où entre 88% et  96% des usagers ont dit non à la récolte des données.

La plupart des médias ont investi dans les bulletins d’information car le courriel est l’une des premières applications utilisées sur les smartphones et l’actualité se consomme essentiellement sur les portables. C’est un moyen pour attirer du trafic sur leur site, ou pour offrir un contenu bonus réservé aux abonnés.

Cela permet également aux journalistes indépendants une plus grande liberté pour traiter leurs sujets et permet aux lecteurs de soutenir ceux qu’ils apprécient.

Avec la nouvelle fonctionnalité d’Apple, éditeurs et journalistes ne sauront plus si leurs lecteurs sont fidèles ou non. Et privés de l’outil pour mesurer le taux d’ouverture, ils auront du mal à trouver des sponsors.

Vos amis traquent vos courriels

Mais le traçage des mails ne concerne pas seulement les marketeurs et la presse mais aussi les particuliers. Un nombre surprenant de mails qui sont suivis sont le fait de nos intimes ou connaissances. En 2017, selon Wired, (je n’ai pas trouvé d’étude plus récente), une personne sur cinq traquait le courriel privé envoyé pour savoir s’il avait été lu. De simples extensions dans les logiciels mail comme Gmail ou Outlook permettent de le faire.

Lire aussi :

Newsletters are the new black

Vos amis traquent vos emails, le saviez-vous?

Sources : 9to5Mac / Phone Android / BBC / untelephone.com

Emily Turrettini

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

Une réponse à “Apple s’attaque au courrier électronique avec la «Protection de la confidentialité des e-mails»

  1. Quoi, Mail ne supporte pas ce genre de fonctionnalité ? ça fait des années que Thunderbird, client mail de Mozilla, le fait. Sur Android, FairEmail le fait très proprement, allant jusqu’à faire la différence entre les images de tracking (pixels) et les images “normales”.

    Une avancée ? Le rattrapage d’un retard de plusieurs années, je dirais. Mais l’impact sera d’autant plus grand, au vu des parts de marché de la Pomme, surtout en Suisse.
    Par contre, on peut aussi se demander comment les données seront traitées à l’interne – logiciels fermés, tout peu arriver, y compris du hijacking offrant à la Pomme des données jusqu’alors inaccessibles…

    À quand du chiffrement natif, aussi ? GPG, S/MIME et autres technologies existent depuis des années, mais peinent à se démocratiser, principalement à cause du manque d’intégration dans des outils grand-public. Si Mail pouvait intégrer, par défaut, ce genre de fonctionnalités, ça permettrait d’éviter l’interception et tout ce qui en découle (lecture, modification, etc)….

Répondre à Cédric Jeanneret Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *