20 ans déjà et encore

20 ans déjà !

Le temps d’un souffle, d’une génération et nous célébrons aujourd’hui la croissance d’un média de référence – Le Temps – initiateur et hébergeur de ce blog. Que mes vœux les plus fous accompagnent toute son équipe !

Nos polices dans 20 ans

Le temps de progression pour nos polices ; mieux servir et protéger ; accueillir les plaintes, établir les faits, écouter les témoins, rassembler les preuves, monter les enquêtes, maîtriser ses paroles et ses gestes.

20 ans pour grandir sa fierté, celle de femmes et d’hommes d’État, de Droit civil et de service public, assermenté-e-s, garant-e-s et détenteur-trice-s des valeurs fondamentales et constitutives* de notre démocratie.

20 ans encore…

Le temps pour nos polices de se restaurer et de compter autant de femmes que d’hommes, de toutes origines, dans leurs États-Majors.

   

20 ans pour que nos corporations de polices deviennent de véritables instituts de recherche et de résolution pluridisciplinaires.

20 ans pour surpasser la force physique par le discernement, l’adaptation et l’investigation.

20 ans pour se défaire du maintien de l’ordre.

20 ans pour créer des commissions indépendantes de vidage et de traitement des erreurs.

20 ans pour réduire les grades.

20 ans pour y croire ; ne pas céder aux peurs ni aux préjugés et encore moins aux discriminations.

20 ans pour défendre les plus faibles, les minorités et la diversité du commencement à aujourd’hui !

Préambule … sachant que seul est libre qui use de sa liberté et que la force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres,

Olivier Guéniat. La liberté de penser !

La parole de l’homme épousait celle du policier assermenté.

Nulle compromission, nulle manipulation, nul besoin de déformer son rapport à la réalité. L’homme était – et est toujours – libre, dévoué et intègre. La parole et les écrits de l’homme épousaient la posture du chef de la Police judiciaire neuchâteloise. C’est rare.

Un policier de talent et d’audace s’en est allé

Depuis hier après-midi, nous devons poursuivre les réformes de nos polices sans lui. Dans le dernier message qu’il m’a adressé, il y a peu, il s’insurgeait, une fois de plus, contre la militarisation de son métier.

Un policier qui osait prendre position publiquement

En automne 2009, il signait la postface de notre premier ouvrage scientifique “Police, état de crise. Une réforme nécessaire”*.

Extraits :

“ … toutes ces valeurs (l’éthique et les Droits humains ndlr.) ne sont rien si elles ne sont pas portées par la hiérarchie qui, … doit … ne jamais tolérer ni taire les écarts…” “… vous avez raison d’insister…”

“La transparence et l’ouverture (des Corps de police ndlr.) doivent être érigées en véritable culture d’entreprise… y compris lorsqu’il s’agit de reconnaître et d’analyser ses erreurs…” “ Le chemin est encore long et les obstacles nombreux… Je vous remercie de nous rappeler l’urgence des réformes et de nous fournir des outils modernes, convaincants et crédibles.”

Olivier Guéniat, Neuchâtel, le 1er septembre 2009

Facilitateur de démocratie active

Olivier Guéniat a considérablement développé les méthodologies d’enquêtes criminelles. À l’université et sur les terrains pratiques, il formait ses pairs en continu. Ce, malgré ses nombreuses sollicitations pour des conférences et des conseils. Je me souviens… à peine avait-il été nommé Commandant (ad intérim) de la Police cantonale jurassienne, qu’il m’invita, en compagnie d’Yves Patrick Delachaux, afin que nous présentions nos innovations à l’ensemble de son État-Major. Nous avions carte blanche et du temps. Du temps pour débattre et convaincre.

Un partenaire des médias et de l’information étayée

Il estimait le travail des journalistes et leur rôle essentiel, vital pour la démocratie. À toute occasion, il tissait de nouveaux liens et s’aventurait à la découverte d’autres appartenances culturelles. Curieux, humaniste, il a toujours questionné notre politique de prévention et de lutte contre les drogues, telles qu’elles sont appliquées aujourd’hui. Il n’hésitait pas à contredire un ou une Conseillère d’État ou tout autre élu qui semblait se soumettre aveuglément aux statistiques et aux pressions électorales. “… se remettre en question, toujours…” nous répétait-il souvent. Il ne craignait pas les critiques, ni les publics jeunes et contestataires.

Ainsi, Olivier, tu as prêté vie au développement d’une police plus ouverte, plus forte. Je te jure que ni les fanfarons, ni les “va-t-en-guerre”, ni les prestidigitateurs, ni les égocentriques n’emporteront le métier de policier, la fonction publique de Polisse et notre aspiration profonde.

Olivier, je ne sais pas pourquoi tu es parti. Mais, je sais qu’interroger le monde, comme tu l’as fait, avec acuité, nous coûte la vie.

* Le Président du Conseil d’État genevois, David Hiler, signait, quant à lui, la préface du même ouvrage.