Al Azhar invite à une conférence mondiale pour la paix

 

Le vent de la résistance religieuse se lève enfin concrètement pour contrer le terrorisme et la haine. Du 27au 29 avril, les principaux leaders religieux se rencontreront au Caire à l’invitation du grand imam de la mosquée sunnite d’al-Azhar, Ahmed al-Tayeb. Cette conférence avait déjà été évoquée au Vatican lors de sa visite en mai 2016. Le 28 avril, le pape François, après une brève visite de courtoisie au président al Sissi, prononcera un discours devant 300 personnalités religieuses et politiques dont on ne connaît pas encore les noms.  Il sera accompagné du patriarche œcuménique de Constantinople Bartolomée 1er et du patriarche copte-orthodoxe Tawadros II. Ensemble, ils représentent les principales religions au Moyen Orient. Rappelons que pendant le dimanche des Rameaux, des terroristes islamistes avaient tué plusieurs dizaines de Coptes dans les églises d’Alexandrie et de Tanta. Pour al-Azhar, « la société actuelle fait l’expérience de crises qui détruisent l’essence de la vie humaine. La voix de la raison nous appelle à faire de notre mieux pour éliminer les causes des souffrances, de la montée du terrorisme et du fondamentalisme, et à trouver les moyens de coopérer à la place de continuer les conflits.» Le cardinal français Jean-Louis Tauran qui avait préparé le voyage du pape au Caire, en est revenu en affirmant : «Les terroristes voudraient démontrer qu’il n’est pas possible de vivre ensemble avec les musulmans, mais nous affirmons le contraire. » Marine Le Pen devrait s‘en inspirer et ne pas faire leur jeu.

Il est tout de même très significatif que le mot « raison » soit utilisé par un religieux musulman. Il faut rappeler qu’en février déjà, un document important avait été élaboré par l’Imam al-Tayeb et un Conseil des Sages musulmans  sur « les libertés religieuses, la nature civile de l’Etat, la citoyenneté », en fait, les valeurs de base de la démocratie. Il paraît que le président al Sissi s’en inspire. « Nous devons prendre l’initiative d’avancer en intégrant les principes religieux et éthiques dans la réalité tumultueuse, cite le document. Il faut abaisser les tensions qui existent entre les différentes religions. Etablir la paix entre elles est la clé du futur… » Que demander de plus pour le moment ? Il est si difficile de faire évoluer des mentalités religieuses ! De son côté, le pape François avait refusé de parler de guerre de religion après l’assassinat du Père Jacques Hamel dans son église en France par deux djihadistes se réclamant de l’islam. Il préfère parler de guerre, sans adjectif.  Pour lui, tous les musulmans ne sont pas violents, et il y a aussi des chrétiens qui sont violents. Probablement une allusion  aux Croisades et aux bombardements en Syrie.  Selon lui il y a des fondamentalistes dans toutes les religions.

Un des buts politiques il est vrai, de l’imam al-Tayeb(voir LT 10 mars), serait de venir se montrer à Rome aux côtés du pape François, ce qui n’est pas exclu d’ailleurs. Cela aurait des répercussions énormes dans le monde entier !  A ajouter à cela, en août dernier, le roi du Maroc Mohamed VI avait lui aussi fermement condamné le terrorisme djihadiste et l’instrumentalisation de la religion par la violence. Il faut alors souhaiter qu’en Iran le président actuel Hassan Rohani,  un chiite, soit réélu, car il était aussi allé voir François en janvier 2016. Et on dit que Donald Trump pourrait prendre le chemin de Rome quand il sera en Europe pour l’OTAN… Croyons donc aux miracles !

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *