Inquiétante Afrique du Sud… Une guerre civile programmée ?

 

Le ministre des finances  Pravin Gordhan qui était le gardien du Trésor sud-africain contre le clan Zuma, a été remercié le 31 mars en même temps que dix ministres et neuf ministres délégués. Un choc, un coup de tonnerre dans le ciel sud-africain, mais que beaucoup redoutaient. Tous venaient pourtant d’enterrer Ahmed Kathrada, vieux compagnon de lutte de Mandela. Il semble que le président Zuma ait attendu la disparition du dernier héros de la lutte contre l’apartheid « pour tirer une ligne rouge en écartant tous ceux qui le gênaient en ouvrant l’Etat, ses ressources et son économie à la convoitise de ses alliés »  (Le Monde, 31 mars).

Qui sont ces alliés ? En premier lieu trois hommes d’affaires d’origine indienne de la famille Gupta arrivés dans les années 1990, très liés au chef de l’Etat et à certains parlementaires, bien que le Parlement jusqu’à présent, donc l’ANC en majorité, ait réussi à faire rempart contre les visées de Jacob Zuma et de ses acolytes qui possèdent déjà un empire : immobilier, informatique, mines, aviation, tourisme et même leurs propres medias  Ils ont plusieurs projets destinés à piller les coffres de l’Etat, dont la construction aberrante de plusieurs centrales nucléaires au pays du soleil (on peut se demander si Areva en fait partie ?). David Maynier du parti d’opposition DA parle de « capture d’Etat ». Un remaniement qui risque d’apporter une rupture dans l’ANC fondée il y a 100 ans. Officiellement Jacob Zuma prétend inscrire tout cela dans un vaste programme de « transformation socio-économique » dont les observateurs de la scène sud-africaine pensent que serait une dérive à la Zimbabwe.

Certes, à l’heure de la passation de pouvoir en 1994, il était entendu que les Noirs ont le pouvoir politique et les Blancs le pouvoir économique.  Une élite noire, cooptée par une élite blanche, dirigeait ainsi le pays engrangeant de larges bénéfices. Les inégalités sont restées, mais la démocratie fonctionnait : partis politiques, un judiciaire très indépendant, syndicats,  liberté de la presse, éducation, universités renommées, investissements étrangers, etc… Cependant, ces deux dernières années, l’Etat était déjà en proie à la corruption et à des pillages : marchés publics attribués à des « amis », détournements dans les entreprises parapubliques, contraintes sous menaces, trafic d’influence, etc. Pourtant, le gardien du Trésor Pravin Gordhan, veillait encore pour rassurer les investisseurs. Son successeur, Malusi Gigaba, n’a pas de connaissances particulières en économie et la majorité des nouveaux ministres sont peu qualifiés, ce qui fait profondément douter de la réussite du plan Zuma

La résistance s’organise. Jacob Zuma aura fort à faire. Le vice-président Cyril Ramaphosa, un syndicaliste très connu, est opposé à cette manœuvre. Un groupe de pression, le Save South Africa Campaign qui est constitué par l’élite urbaine noire et blanche et les grands patrons d’entreprises dans  une classe moyenne bien éduquée et multiraciale,  ont appelé à occuper le centre de Pretoria pour empêcher la mainmise sur l’économie. La Cosatu, le grand syndicat associé à l’ANC prévoyait de soutenir la candidature de Cyril Ramaphosa à la succession de Jacob Zuma… Enfin, Julius Malema, “commandant en chef » des Combattants de la liberté économique, avait lancé il y a peu une procédure en destitution du chef de l’Etat au Parlement. Comme en Namibie, environ 20 ans après l’indépendance, les prédateurs sont à l’œuvre qui guettaient leurs proies depuis longtemps C’est la fin de l’ère Mandela et le début d’une possible guerre civile. Inquiétante Afrique du Sud.

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

2 réponses à “Inquiétante Afrique du Sud… Une guerre civile programmée ?

  1. Titre tapageur : “guerre civile”.

    Cela fait 40 ans que j’habite en Afrique du Sud (et non pas en Namibie comme l’auteur), et que l’on me rebat les oreilles sur la “fin du pays”. Du temps des Blancs, l’apartheid menait déjà à la catastrophe. Depuis les élections multi-raciales, c’est la même chose qu’on ne cesse d’annoncer, mais la catastrophe inverse. Les récents événements sont inquiétants, c’est certain, et il est clair que si les communautés ne finissent pas par se rassembler, se comprendre et s’apprécier, la situation économique et sociale ira en s’empirant. Mais je crois en ce pays, et à sa résilience. Le terme de “guerre civile” est totalement disproportionné avec la réalité que je vis ici. Et je suis certainement aussi bien exposé que Mme von Garnier à la réalité du terrain. Il est temps de peser les mots avec précaution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *