COP22 : L’Afrique pourrait être le grenier du monde

 

Avant la Cop22 à Marrakech, une trentaine de pays africains s’étaient unis pour défendre l’adaptation  de leur agriculture au changement climatique et mettre le continent africain au centre des négociations. Cette ambition est portée par l’initiative AAA (Adaptation de l’Agriculture Africaine), un projet lancé par le Maroc en avril dernier déjà. Un constat inquiétant du président des négociateurs africains, Seyni Nafo nous secoue : « Alors qu’il n’est responsable que de 4 % des émissions mondiales des gaz à effets de serre, le continent est la grande victime du réchauffement planétaire. Les deux-tiers de terres arables seront perdues d’ici à 2025, quand bien même la hausse des températures resterait limitée à 2° ». Or, l’agriculture est un secteur clé de l’économie africaine. Elle concentre entre 25 % et 35 % des emplois directs selon les pays, génère 70 % des revenus et représente un quart du PIB total. Et que penser si des terres arables disparaissent encore, alors que la population aura doublé d’ici à 2050 pour atteindre 2 milliards ?

Ce travail de base du groupe africain a  servi à l’identification  d’une cinquantaine de projets  qui vont du développement de l’agroforesterie (715 millions d’hectares sont concernés), à l’irrigation des terres qui touche actuellement 2 % de la superficie (42 % en Asie),  en passant par la promotion des assurances agricoles. Reste à trouver le financement de 25 milliards d’Euros par an jusqu’en 2030… Mais, précise la Sénégalaise Yacine Diama Fal (ancienne de la Banque de Développement Africaine) : « Sur les 100 milliards de dollars promis par les pays développés aux pays en développement, 400 millions seulement sont débloqués pour l’Afrique… » C’est justement ce que réclame l’initiative AAA : que le continent reçoive sa juste part, qu’il y ait  un meilleur équilibre entre les projets d’adaptation destinés à réduire les émissions polluantes, et ceux qui permettront demain aux paysans africains de s’adapter aux changements climatiques. Selon le prix Nobel de la paix Rattan Lal, spécialiste des sols : « L’Afrique pourrait être le grenier du monde et pourtant des millions de personnes sont encore affamées… »

A ces considérations viennent s’ajouter deux rapports alarmistes : l’année 2016 pourrait battre un nouveau record de chaleur avec une température moyenne supérieure de 1,2 ° à ce qu’elle était à l’ère préindustrielle. Dans les régions arctiques et subarctiques, la température a même dépassé la normale de 3 °. Un rapport de la Banque mondiale publié le 15 novembre précise que les catastrophes naturelles font basculer chaque année 26 millions de personnes dans la pauvreté et génèrent des pertes de 484 milliards d’euros par an en dégâts matériels et impacts sur le bien-être des populations. L’institution demande une adoption rapide de politiques publiques efficaces pour limiter ces risques. Ouragan Trump ou pas, John Kerry, le représentant américain à Marrakech, a bien dit que «  les Etats-Unis ne pourront pas revenir en arrière ». Dans une lettre, plus de 360 entreprises, la plupart américaines, DuPont, Gap, Hewlett Packard Kellog, Hilton, Nike, Mars, ont écrit au président élu pour lui demander  de respecter l’accord sur le climat.

 

Christine von Garnier

Christine von Garnier

Christine von Garnier, sociologue et journaliste, a vécu 20 ans en Namibie où elle était correspondante du Journal de Genève et de la NZZ. Elle a aussi travaillé comme sociologue dans le cadre des Eglises. Aujourd’hui, secrétaire exécutive de l’antenne suisse du Réseau Afrique Europe Foi et Justice.

Une réponse à “COP22 : L’Afrique pourrait être le grenier du monde

  1. Avant d’être le grenier du monde, il faudrait déjà que l’Afrique puisse nourrir sa population.
    Il y a un grand nombre d’ONG qui font un travail remarquable “non en leur donnant le poisson, mais en leur apprenant à pêcher” (cours d’irrigation, etc).
    Dans le fond l’Afrique subit la colonisation de nombreux siècles et ce n’est pas fini, puisqu’elle fait face à celle des chinois. Et l’expérience a prouvé que les aides au développement bénéficient rarement aux populations. Voyez Haïti et les plus grandes donations jamais faites, n’a pas progressé d’un iota.

    Lorsque l’Occident aidé par des dirigeants corrompus arrêteront de voler la richesse africaine, ce sera déjà un grand plus pour un nouveau développement.
    J’ai malheureusement peur que cette initiative de la COP 22 pour adapter l’agriculture au climat ne soit qu’un plan d’introduction de semences OGM.
    Or les OGM ne sont pas neutres dans le changement climatique, ils réduisent la faune et la flore (l’exemple le plus connu est celui des abeilles) apportant également une pollution importante à l’eau.

    Vivant en Uruguay, le boom du soja (aidé par une flambée du prix des céréales en bourse, ce qui d’ailleurs est aussi un problème africain, quant à l’achat de la farine par ex.) a contribué à polluer une grande partie des cours d’eau, à un point tel que l’eau potable à Montevideo en vient à se faire rare.

    Ces petites réflexions pour dire que le problème de l’Afrique est éminemment complexe, sans parler des nombreuses ethnies qui n’ont évidemment pas les mêmes visions.
    Pour un “occidental” l’erreur serait de lui calquer une vision “occidentale”.

Répondre à Olivier Wilhem Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *